Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

École et Église en Espagne et en Amérique Latine

 | 
Jean-René Aymes
, 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

VI. Famille et éducation chrétienne

Vocation et service : deux nouveaux concepts de l’éducation au XVIe siècle

(Étude sur le Libro de Doctrina cristiana juntamente con otro tratado de doctrina moral de Gutierre González. 1532)

Anne Milhou-Roudie

Texte intégral

1Dans l’ouvrage qu’il consacre aux rapports de l’Université et de la société dans l’Espagne Moderne, Richard Kagan témoigne de la révolution éducative des XVIe et XVIIe siècles, révolution dans laquelle l’Espagne (et plus spécialement la Castille) joue un rôle important. Ceci se traduit par la création d’écoles ou collèges par les autorités municipales ou ecclésiastiques. Dans son introduction, Kagan écrit (je cite d’après l’édition espagnole) :

  • 1 Richard KAGAN, Universidad y sociedad en la España Moderna, Madrid, ed. Techos, 1981, p. 33.

«Este auge educativo se debió a muchas razones entre las que cabe señalar los factores demográficos y económicos, la evolución social y política, los cambios en las oportunidades de empleo, las creencias religiosas, las corrientes intelectuales y las actitudes de los adultos hacia los niños y su formación ; resulta sin embargo difícil, por no decir imposible, saber el peso relativo de cada una de ellas»1.

  • 2 Gaspar ASTETE, s. j., Institución y guía de la juventud cristiana, Burgos, 1592, fol. 175 v.

2Le nouvel Etat espagnol avait, en effet, fort besoin de gens instruits pour faire fonctionner ses rouages. Très nombreux sont les écrivains qui affirment, comme le fera le jésuite Astete avec un particulière insistance, que « por la pluma se puede valer un hombre »2, et nous savons d’ailleurs toute l’attention que son ordre religieux porta à la formation des juristes et cadres administratifs. Mais le XVIe siècle est, d’autre part, une période qui connaît, avec la naissance de l’Etat moderne, des rapports politiques et sociaux différents de ceux qui avaient pu se tisser à l’époque médiévale. Julia Varela, dans son ouvrage Modos de educación de la Contrarreforma, exprime ainsi cette réalité :

  • 3 Julia VARELA, Modos de educación en la España de la Contrarreforma, Madrid, ed. La Piqueta, 1983, (...)

«Es el siglo XVI una época en la que los modos de educación modernos adquieren operatividad en un marco social en el que las armas y la violenciafìsica dejan cada vez mayor espacio aformas de intervención alejadas de moldes represivos»3.

3Cependant, c’est également dans les courants religieux qui traversent la Chrétienté depuis la fin du Moyen Age qu’il faut chercher les raisons de ce nouvel intérêt pour l’éducation. C’est à Erasme et ses disciples que nous devons non seulement une réflexion poussée sur l’enfant et l’attention dont il convient de l’entourer depuis sa naissance, mais également des méthodes pédagogiques et éducatives qui forment un véritable système. L’Espagne a très vite apporté une prestigieuse contribution à l’édifice de la pensée humaniste sur l’éducation, en la personne du valencien Juan Luis Vives. Comme Erasme, celui-ci définit le rôle de l’éducation et la lie étroitement avec la perfection morale. Il écrit dans le De disciplinis (je cite d’après l’édition espagnole de Lorenzo Riber) :

  • 4 Juan Luis VIVES, « Las disciplinas », p. II, L. II (« En que se trata del arte de enseñar ») dans (...)

«El fin de la instrucción que va a recibir esporque el mozuelo sea más ilustrado y por ende mejor»4.

  • 5 Didier ERASME, « Los hombres no nacen sino que son formados » dans « De cómo los niños precozmente (...)
  • 6 Philippe ARIES, L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, éd. du Seuil, 1975 (coll (...)

4Erasme, lui, écrivait dans le De pueris instituendis5 que l’on ne naissait pas homme mais qu’on le devenait. Ce « devenir homme » intéresse la Renaissance parce qu’avant toute autre question, les humanistes se posent celle de savoir ce qu’est l’homme ; et la réponse qu’ils y trouvent, c’est que l’homme est un être unique, créé par Dieu, et objet de tout son Amour. C’est pourquoi, comme l’ont si bien fait apparaître les travaux de Philippe Ariès ou de François Lebrun6, mettre au monde des enfants, ce n’est pas tant procréer des sujets pour le Prince, continuer un lignage, fabriquer des travailleurs pour le domaine ou l’entreprise familiale, que d’accepter la responsabilité d’éduquer une jeune âme. On ne saurait donc s’étonner du nombre important de manuels d’éducation qui fleurissent en Espagne au XVIe siècle. Le même souci se trouve présent dans les Confesionarios. De plus en plus souvent, en effet, la rubrique des « péchés des états » comporte l’examen de conscience du père de famille.

***

  • 7 Gutierre GONZALEZ, Libro de doctrina cristiana con una exposición sobre ella que la declara muy al (...)
  • 8 José SIMON DIAZ, Impresos del siglo XVI. Religión, Madrid, C.S.I.C., 1964, notice N° 33 (Cuadernos (...)

5Le traité qui va nous occuper maintenant m’a semblé mériter une particulière attention. Il s’agit d’une Doctrina cristiana à laquelle s’adjoint un Tratado de doctrina moral7. L’auteur s’appelle Gutierre González, et il se dit « Protonotario y comensal del Papa », autrement dit juriste ecclésiastique. Gutierre González est de Jaén, et le livre a été publié à Séville en 1532, un an, donc, après la parution à Anvers du De disciplinis de Vives, auquel de toute évidence il s’apparente. Ce traité figure dans le catalogue bibliographique8 que José Simón Díaz a consacré aux ouvrages religieux du XVIe siècle, mais ne paraît pas avoir fait l’objet d’aucune étude spéciale. Par ailleurs, il semble que l’auteur n’ait rien publié d’autre.

6Dans le prologue, Gutierre González parle d’une fondation qu’il entend faire dans le cadre de l’église de San Andrés de Jaén, en dotant celle-ci d’un quatrième chapelain qui

  • 9 Gutierre GONZALEZ, op. cit. fol. IIΙ v.

«se ocupe en todos los días del año en mostrar e instruir a todos los niños y personas ignorantes que tienen necesidad de saber todo lo sobredicho»9.

7C’est donc la nécessité de sa fondation qui a amené notre auteur à s’intéresser aux problèmes de la catéchèse et de l’enseignement. Mais on aurait tort de ne voir là qu’un ouvrage destiné à servir aux seuls chapelains de Jaén. C’est le fruit d’une réflexion très poussée et d’une vision très nouvelle de l’éducation et, à travers elle, de la société espagnole de la première moitié du XVIe siècle, que nous offre ici l’auteur.

  • 10 Juan Luis VIVES, Introductio ad sapientiam, 1ère éd., Londres, 1524.
  • 11 Didier ERASME, « Pietas puerilis » dans Colloquia, Bâle, 1526. Peut-être ce colloque figurait-il d (...)
  • 12 Didier ERASME, De civilitate morum puerilium, 1ère éd. Bâle, 1530.

8Le livre comporte, nous l’avons vu, deux parties : la Doctrina cristiana et la Doctrina moral, cette dernière étant elle-même subdivisée en deux parties : l’une est une sorte de traité de civilité puérile. Il y est décrit le comportement de l’enfant bien élevé ; l’auteur donne à celui-ci des conseils d’hygiène, de bienséance ; il lui propose un emploi du temps pour bien équilibrer ses journées. On songe à l’Introducilo ad sapientiam10 de Vives, bien que cette dernière œuvre ne s’adresse pas à un enfant. Elle emprunte aussi beaucoup au Colloque Pietas puerilis11 d’Erasme ou au De Civilitate morum puerilium12. Ces dettes-là ne sont pas reconnues par l’auteur qui, pourtant, considère cette partie-là de son ouvrage comme peu originale :

  • 13 Gutierre GONZALEZ, op. cit, fol. XXXIX.

«La quise poner por escrito... para aquellos que no la saben y no porque qualquiera que la leyere u oyere piense que hize cosa nueva»13.

9L’auteur avoue s’être inspiré des Proverbes de Salomon, mais le genre littéraire n’est pas du tout le même et la parenté n’est pas très évidente. Le manque d’originalité dont s’accuse l’auteur ne viendrait-il pas du fait qu’il considère les bonnes manières qu’il préconise pour son jeune lecteur comme le legs spontané et traditionnel que tous les parents et précepteurs inculquaient à l’enfant, sans qu’il fût besoin de le mettre par écrit ? Il s’agirait donc de la fixation d’un code de bonnes manières déjà en usage. Néanmoins, ce document est intéressant dans la mesure où l’auteur s’y interroge sur ce qui fait la spécificité de l’enfant et fournit un portrait de l’écolier bien élevé.

10La deuxième partie de cette Doctrina moral s’intitule : « De qué manera se deven aver [los niños] cerca del estado o camino que tomaren de vivir ». Il s’agit de l’enseignement commun à tous les enfants, du choix du métier, et des qualités nécessaires à la pratique de ce métier.

11De l’ensemble de l’ouvrage se dégage d’une part une conception de l’enfant et du maître très représentative de l’humanisme, une réflexion sur les buts et les moyens de la pédagogie, et d’autre part une conception très nouvelle des divers « estamentos » de la société et de leur rôle dans l’Eglise et la République.

***

  • 14 Philippe ARIES, op. cit, ch. 2 : « La découverte de l’enfance », p. 5374.
  • 15 Gutierre GONZALEZ, op. cit., fol. L r.

12Philippe Ariès14 situe deux tournants dans la découverte progressive de l’enfant par la société chrétienne. Tout d’abord, l’enfant est reconnu en tant que petit être gracieux et amusant dont les femmes font leurs délices. Cette attitude, appelée en France le « mignotage », énervait prodigieusement des hommes graves comme Erasme ou Montaigne. Mais si le second réagit en affichant un mépris total des enfants (y compris des siens), Erasme s’indigne de voir les enfants réduits à la condition de petit singe ou autre animal familier. Lui, Vives ou Gutierre González exigent que l’on prenne l’enfant au sérieux très jeune. Ils considèrent sa réalité spécifique, sa condition d’être faible physiquement, psychologiquement et spirituellement ; « cire molle », ou « tendre plante » sont les termes les plus souvent rencontrés. Lui reconnaît-on des nécessités biologiques spécifiques, à cet enfant ? Dormir ou manger plus qu’un adulte, ou jouer, par exemple ? Oui, sans conteste, chez Erasme qui base une partie de sa pédagogie sur le jeu ou la gourmandise : c’est ainsi qu’il préconise de faire manger des petits gâteaux en forme de lettre. que l’enfant pourra manger lorsqu’il l’aura reconnue. Par ailleurs, le même Erasme félicite le jeune Gaspar, héros du Colloque Pietas puerilis, de ne pas jeûner avant d’être devenu un homme fait. Rien de semblable chez González qui prodigue à son jeune élève les conseils de modération dans le sommeil et la nourriture qu’il aurait pu donner à un adulte. Cependant, il reconnaît la spécificité morale de l’enfant, et lui attribue des qualités propres : une très grande mémoire qui rend l’apprentissage facile, et une certaine innocence qui permet que ce même apprentissage ne soit pas gêné par « los vicios y vanidades del mundo, los quales deleytes en gran manera impiden la sciencia »15. Du point de vue moral, l’enfant doit développer des qualités qui correspondent particulièrement à sa condition d’enfant :

  • 16 Ibid, fol. XLIII v.

«la humildad, la vergüenza y la honestidad, porque de estas tres cosas deve ser adornado el niño o moço de tierna edad...»16.

  • 17 Philippe Ariès, op. cit, ch. 2, p. 53.

13González, qui affirme par ailleurs que la « vergüenza » ne sied pas à la vieillesse, en fait par contre le principe qui doit imprégner toute la vie de l’enfant : depuis la propreté corporelle ou vestimentaire, la modération dans les manifestations extérieures comme le rire, jusqu’au comportement social. C’est donc reconnaître une réalité à l’état d’enfance qui se régit selon un code propre, lequel n’est pas forcément valable pour l’homme fait. Ce n’est donc pas l’adulte en réduction comme le concevait le Moyen Age et comme l’iconographie de cette époque en témoigne17.

14Il faut à l’enfant un bon maître, c’est-à-dire un homme de bonne mœurs, d’instruction suffisante, et capable de l’aimer d’un amour paternel. Comme les autres humanistes, González déplore que l’état de pédagogue soit à ce point méprisé, et exercé par des gens qui n’en sont pas dignes. Comme celui de la nourrice qui donnera à l’enfant la nourriture du corps, le choix du précepteur, formateur de l’esprit et de l’âme, est suprêmement important pour les disciples d’Erasme et de Vives.

15L’éducation doit-elle se faire à l’école ou à la maison ? Comme beaucoup d’auteurs de l’époque, gênés par le petit nombre de bonnes écoles existantes, González laisse planer l’ambigüité. L’emploi du temps qu’il fixe à l’enfant laisse deviner qu’il préconise une éducation à domicile. Cependant dans une autre partie de l’ouvrage, González, s’adressant au père de famille, écrit :

  • 18 Gutierre GONZALEZ, op. cit, fol. XLIX v.

«Si luego como son de cinco o seis años, los ponen a leer y escrevir, si tienen buen ingenio y de su natural se aplican y se muestran entre los otros, a lo menos igualmente con los otros, que bien aprenden, no les quite su padre, si tienefacultad, deste camino»18.

16La mention « entre los otros » suppose un groupe d’enfants : école ou plusieurs enfants sous la direction d’un précepteur particulier, solution intermédiaire qui était fréquemment choisie par les parents à l’époque qui nous intéresse.

  • 19 Juan HUARTE de SAN JUAN, Examen de los ingenios para las ciencias, éd. de Esteban TORRE, Madrid, e (...)

17Si Gutierre González respecte l’enfant dans sa condition générale, il souligne l’individualité de chacun ; les goûts et aptitudes de chaque enfant doivent impérativement être respectés par les éducateurs. Cette attitude, déjà adoptée par Vives, sera le thème général de l’ouvrage de Huarte de San Juan Examen de ingenios para las ciencias19. Mais Huarte s’attachera, en médecin qu’il est, à la détection des aptitudes, et adoptera même une certaine forme d’eugénisme scientifique, tandis que le propos de González est exclusivement intellectuel et moral. Il faut connaître les aptitudes de l’enfant et l’« orienter », dirait-on de nos jours, en fonction de celles-ci. Bien sûr, comme Huarte, González reconnaît que le travail et l’application peuvent forcer les esprits les plus rebelles, mais il ne conseille pas de poursuivre un enseignement pour lequel l’enfant n’est évidemment pas fait. De plus, cet enfant rebelle aux études est peut-être plus doué pour un métier manuel. Dans lequel cas, il y a devoir pour le père à tenir compte des aptitudes de son fils, même s’il n’en est pas satisfait. Il faut aussi respecter les goûts et ne pas forcer le jeune à embrasser le métier paternel :

  • 20 Gutierre GONZALEZ, op. cit. fol. XLIX v.

«Muchos siguen el arte y oficio que an seguido y ejercitado sus padres. Pero los padres que son discretos y tienenfacultad devrían primero bien mirar y considerar a que se inclinan sus hijos que sea bueno, mayormente si es manera de arte para mejor servir a Dios ; y a aquélla le devrían aplicar, en aquello que a qualquiera su ingenio le guía y endereça o aquel oficio que más le agrade»20.

  • 21 Citons à titre d’exemples : « Tenéys officio contrario a vuestra inclinación natural. Error fue : (...)

18Dans un certain nombre d’œuvres de moralistes ou Confesionarios, dans la partie réservée aux « péchés des états », apparaît ce nouveau devoir : respecter sa vocation propre ou celle de ses enfants, ne pas choisir un métier pour son côté plus ou moins lucratif. Le mot « vocation », déjà présent chez Erasme, apparaît non plus seulement comme l’appel de Dieu pour un plus haut service, mais pour désigner toute attirance pour un métier quel qu’il soit. C’est le « calling » des puritains, que Max Weber a le tort d’attribuer à la seule spiritualité protestante. Dans les Confesionarios, également, il est nommément appelé « péché » le fait de ne pas faire instruire un enfant quand on le peut21.

19Avant de voir en détail les divers états que peut choisir un jeune, González définit un « tronc commun » que tous doivent absolument posséder, même s’ils sont peu doués pour la chose intellectuelle : la doctrine chrétienne, bien sûr, puis la lecture, l’écriture et même le latin qu’il déplore de voir mal enseigné : en Italie, dit-il, des enfants de dix ou onze ans sont de bons latinistes. Il est bien sûr qu’en ce qui concerne le latin, il ne peut s’agir que d’un discours d’école : González ne peut pas penser sérieusement que les enfants se destinant à l’agriculture étudieront le latin. Il est vrai que les diverses parties du traité n’ont pas beaucoup de cohérence entre elles. Ce n’est pas un manuel d’enseignement destiné à être appliqué (ce qui semble paradoxal quand on connaît les circonstances de sa parution), mais une sorte d’essai sur ce que devrait être l’éducation, et qui témoigne d’une réflexion novatrice à cet égard. González cherche à inciter l’ensemble des parents de tous états à plus de soin dans l’éducation de leur progéniture :

  • 22 Gutierre GONZALEZ, op. cit. fol. L r.

«Después que supiéredes bien leer, escrevir y gramática, podéys seguir con esto el modo de vivir que quisiéredes porque para qualquier estado tenéys ya lumbre y claridad que os guíe»22.

20Lumière de l’esprit, le savoir est aussi le moyen infaillible de gagner sa vie. Comme un certain nombre de penseurs de son époque, González a compris que le « letrado » était l’homme de l’avenir.

***

21Gagner leur vie, tous le doivent puisqu’ainsi l’a déclaré Dieu à Adam, mais pour González, le travail est plus qu’une simple malédiction. Tout savoir et toute activité doivent être ramenés à Dieu. Il faut donc apprendre aux enfants

  • 23 Ibid., fol. XL r.

«cómo han de endereçar todo lo que aprendieren, la arte o manera de vivir que escogieren al servicio de Dios para que con ello consigan el últimofin que es la gloria y bienaventurança del cielo»23.

  • 24 Ibid., fol. L v.
  • 25 Ibid., fol. LII r.

22Chaque état doit être assumé avec compétence, et dans un esprit de service. Le prêtre doit être un bon pasteur (« pastor para ganar las ovejas a Dios y no llevarles la lana »24. Le théologien doit étudier sans cesse l’Ecriture. Le noble doit administrer la justice et traiter grands et petits avec courtoisie. González insiste beaucoup pour que le noble soit instruit, et même un modèle de culture. Il s’agit là d’une réaction contre l’ignorance agressive de certains nobles espagnols qui pouvaient encore à l’époque qui nous intéresse affecter de mépriser les « letrados ». Un mouvement tend d’ailleurs à infléchir la tendance au XVIe siècle. Les métiers de la guerre font l’objet de méfiance chez González comme chez Erasme ou chez l’évêque Bernal Díaz de Luco. González qualifie l’état militaire de « arte y modo de vivir con que muchas vezes es Dios ofendido y el próximo »25. Quant aux gens de robe, ils doivent servir à faire respecter les droits des gens, surtout des plus faibles. Envers le marchand, González manifeste encore la méfiance traditionnelle. Cependant, il lui reconnaît la possibilité de faire son salut, s’il exerce son métier dans un esprit de service et non de lucre.

23Mais ce qui fait la très grande originalité de Gutierre González, c’est son portrait de l’artisan chrétien, d’abord apprenti puis patron. J’avoue n’avoir jamais rencontré chez aucun moraliste du XVIe siècle une appréciation aussi positive du travail manuel. Non seulement le portrait émane de quelqu’un qui connaît bien la réalité de son temps et de son pays, mais l’auteur va même jusqu’à faire de l’artisan un modèle possible de sainteté laïque. Nous sommes bien loin des habituels poncifs trouvés à ce sujet dans les Confesionarios à la rubrique « péché des états ».

  • 26 André VAUCHEZ, Les laïcs au Moyen Age. Pratiques et expériences religieuses, Paris, éd. du Cerf, 1 (...)

24Certes, dans son ouvrage Les laïcs au Moyen Age, André Vauchez26 signale que le premier saint laïc et artisan (un tailleur de pierres de Crémone) a été canonisé à la fin du XIIe siècle, mais ce fait, resté isolé, n’est pas encore symptomatique d’un état d’esprit généralisé. La sainteté reste avant tout le privilège des clercs ou de la noblesse, à la rigueur.

25L’intérêt pour les métiers manuels, nous le trouvons d’abord chez Vives. L’éducation qu’il préconise pour les enfants des pauvres dans le De subventione pauperum laisse bien posé le principe de l’apprentissage de la lecture et de l’écriture qui doit précéder le choix de tout métier, que l’enfant embrassera (théoriquement) en fonction de ses goûts. Vives affirme également que laisser son fils en possession d’un métier est primordial :

  • 27 Juan Luis VIVES, « Del socorro de los pobres » dans Obras sociales y políticas de Juan Luis Vives,(...)

«Asaz abastado dejarás a tus hijos si los dejares instruidos en un arte honrado y con recta formación»27.

  • 28 Juan Luis VIVES, « De las disciplinas », op. cit. p. 550-561.

26Vives nous brosse un tableau idyllique des premiers temps de l’humanité, où les métiers étaient choisis en fonction de l’utilité publique, et permettaient l’entraide et la complémentarité. Mais l’éloge du travail que l’on peut lire sous la plume de Vives obéit davantage au désir de combattre l’oisiveté mère de tous les vices et menace pour l’ordre social, qu’à celui d’exalter le travail manuel. Dans le De disciplines, Vives, s’adressant à l’étudiant qui termine sa formation, lui recommande d’aller voir les ateliers et de s’instruire au contact des artisans. Mais il ne s’agit là pour le jeune humaniste que de regarder travailler des hommes de métier et de parler avec eux, pour en retirer une certaine connaissance d’une vie qui n’est pas la sienne ; et ceci seulement quand il est devenu adulte. Pendant sa période scolaire, il sera resté bien soigneusement à l’écart de toute vie active, puisque pour cet intellectuel qu’est Vives, l’école doit être très éloignée de l’agitation des artisans et des commerçants28.

  • 29 Luis ORTIZ, Memorial del contador Luis Ortiz a Felipe II, éd. Consultée : Manuel FERNANDEZ ALVAREZ (...)
  • 30 Gutierre GONZALEZ, op. cit., « Exortación del autor » (pièce liminaire).

27Il en va très différemment pour Gutierre González qui est, à cet égard, bien plus proche d’un Luis Ortiz (lequel dans son Memorial de 1558 exaltera la noblesse des métiers manuels)29, que des pédagogues érasmistes ou, a fortiori, jésuites. González a bien affirmé tout d’abord que les enfants instruits « serán más aptos y aprovechados para conseguir sus artes y oficios sin que de ningunos puedan ser tachados o reprehendidos »30. C’est donc affirmer l’égale valeur de tous les métiers. Une fois que l’enfant a opté pour une activité manuelle, González conseille de bien choisir son métier parmi tous ceux qui lui sont offerts :

  • 31 Ibid, fol. LIII r.

«Aquel [oficio] tomad a que más os inclináys y a cada uno de vosotros más le agradare y os pareciere que mejor podréys tratar y salir con él»31.

  • 32 Ibid, fol. LIII r.

28C’est donc que tous les métiers manuels ne sont pas mis dans un même sac, mais au contraire demandent chacun une habileté spécifique et peuvent faire l’objet d’une préférence. Le maître doit être admiré par son apprenti autant que le précepteur par son élève. Et González de composer une sorte de courte ode à l’activité des mains. L’apprenti doit, en effet, regarder avec attention son maître et « los primores que haze y la desemboltura y sotileza de sus manos y la gracia y arte que les da »32.

  • 33 Voir ma thèse (nouveau régime) : Paresse et trovail chez les moralistes espagnols du XVIe siècle, (...)
  • 34 Pedro de LUXAN, Coloquios matrimoniales 1550), Madrid, éd. Atlas, 1943, p. 156 (col. Cisneros) – L (...)
  • 35 Mateo ALEMAN, Guzmán de Alfarache, IIa Parte, cap. IX.

29Une fois que l’artisan est devenu adulte, les étapes de sa vie sont évoquées complaisamment : son mariage une fois qu’il a gagné de quoi s’établir, puis son état de patron. Il doit se procurer de quoi vivre dans une honnête aisance sans trop chercher à s’enrichir (la fameuse « medianía del estado » chère aux moralistes), ne pas s’adonner au métier de la « marchandise », si périlleux et hasardeux, et surtout, il ne doit jamais abandonner son activité pour vivre de ses rentes en singeant la noblesse. González se montre là un fin observateur des mœurs de son temps où, malgré des éloges bien souvent rhétoriques des vertus du travail, les préjugés aristocratiques continuent à régner, et le noble oisif à constituer le point de référence de toute une société33. L’artisan est, pour notre auteur, un vrai modèle de laïc chrétien, père de famille responsable, travailleur qui sert Dieu et ses frères à travers son métier. Ce chapitre constitue donc un plaidoyer en faveur de la classe moyenne, que certains esprits éclairés du siècle ont tenté vainement de substituer à l’aristocratie comme ordre de référence. S’il arrive de trouver des portraits de marchand chrétien34, je ne pense pas que l’on trouve pour les artisans la même chose, si ce n’est, beaucoup plus tardivement, le magnifique passage du Guzmán de Alfarache qui nous conte les aventures de Bonifacio et Dorotea35.

***

  • 36 Julia VARELA, Op. cit. p. 299.
  • 37 Robert RICARD, La conquête spirituelle du Mexique, Paris, Institut d’Ethnologie, 1933 – Paulino CA (...)

30Entre la découverte du charme de l’enfance que Philippe Ariès situe à la fin du Moyen Age, et la reprise en mains de l’éducation à l’époque de la Contre-Réforme pour obtenir, comme le dit Julia Varela, « al unísomo buenos cristianos y subditos obedientes »36, se situe la conception érasmiste de l’enfant que le maître de la religion en esprit voit chaste, doux, simple, sincère et docile, ainsi qu’il le dit dans le Concio de Puero Jesu, bref en tous points semblable au bon indien tel que le décrivaient les franciscains missionnaires en Nouvelle-Espagne et Vasco de Quiroga, l’adaptateur de l’Utopie de Thomas More dans les villages modèles qu’il créa au Mexique37. Si ces bons indiens comparés aux enfants (« son como niños ») semblaient tout prêts à recevoir la parole divine, à plus forte raison l’enfant lui-même !

31Dans cette bonne terre, c’est un bon maître qui doit semer le bon grain. L’insistance sur la valeur morale et intellectuelle du professeur est le signe de l’intérêt porté à l’enfant, sur la tête duquel les parents, la ville et l’Eglise décident désormais d’investir temps, soin et argent. C’est aussi le signe que la pédagogie a cessé d’être empirique pour devenir peu à peu une véritable science qui, à son tour, exige vocation, réflexion, abnégation et savoir-faire.

  • 38 Luis ORTIZ, op. cit., p. 386-887 – Sancho de MONCADA, « Memorial al rey de la Universidad deToledo (...)

32Les humanistes, dont Gutierre González fait partie, prennent conscience que l’éducation peut conduire la société à l’aube de temps nouveaux. C’est cette grande idée que le jésuite portugais Joâo de Bonifácio synthétisait par cette magnifique formule – « Puerilis institutio est mundi renovatio » – où l’on perçoit bien tout ce que la Compagnie doit à la philosophie érasmienne de l’éducation, même si les jésuites se situent dans une perspective militante de Contre-Réforme. La société du futur doit, selon les humanistes, ressembler de plus en plus au Corps mystique, selon l’expression si souvent empruntée à saint Paul, c’est-à-dire un tout soudé dans la charité et dans la complémentarité des tâches. L’instruction doit servir à développer la vertu, et non à créer une classe, excessive en nombre, d’intellectuels méprisant le travail manuel. L’Espagne tombera malheureusement dans ce travers, et les arbitristes du siècle suivant tonneront contre l’excès d’instruction qui détourne des métiers manuels les travailleurs potentiels : c’est une des grandes idées de Sancho de Moncada, déjà présente, dès 1558, dans le. Memorial de Luis Ortiz38.

33En exaltant l’artisan, González entend préserver l’équilibre entre les diverses activités de la société ; mais en souhaitant une instruction poussée pour tous, il pense rendre meilleure et plus chrétienne cette société toute entière.

Notes

1 Richard KAGAN, Universidad y sociedad en la España Moderna, Madrid, ed. Techos, 1981, p. 33.

2 Gaspar ASTETE, s. j., Institución y guía de la juventud cristiana, Burgos, 1592, fol. 175 v.

3 Julia VARELA, Modos de educación en la España de la Contrarreforma, Madrid, ed. La Piqueta, 1983, p. 291.

4 Juan Luis VIVES, « Las disciplinas », p. II, L. II (« En que se trata del arte de enseñar ») dans Obras Completas de Juan Luis Vives, éd. espagnole de Lorenzo RIBER, Madrid, Aguilar, 1948, t. 2, p. 556.

5 Didier ERASME, « Los hombres no nacen sino que son formados » dans « De cómo los niños precozmente y desde su mismo nacimiento deben ser iniciados en la virtud y en las buenas letras » dans Obras escogidas de Erasmo, éd. espagnole de Lorenzo RIBER, Madrid, Aguilar, 1964, p. 925.

6 Philippe ARIES, L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, éd. du Seuil, 1975 (coll. Points-Histoire) - François LEBRUN, La vie conjugale sous l’Ancien Régime, Paris, éd. Armand Colin, 1975, (coll. U. Prisme).

7 Gutierre GONZALEZ, Libro de doctrina cristiana con una exposición sobre ella que la declara muy altamente instituyda nuevamente en Roma con auctoridad de la Sede, aplica para instrucción de los niños y moçosjuntamente con otro tratado de doctrina moral exterior que enseña la buena criança que deven tener los moços y cómo se an de aver en las costumbres, sus personas ; en quémanera se deven aver cerca del estado o camino que tomaren de vivir, Sevilla, 1532 (Ex. consulté : B.N. Madrid R/31816).

8 José SIMON DIAZ, Impresos del siglo XVI. Religión, Madrid, C.S.I.C., 1964, notice N° 33 (Cuadernos bibliográficos).

9 Gutierre GONZALEZ, op. cit. fol. IIΙ v.

10 Juan Luis VIVES, Introductio ad sapientiam, 1ère éd., Londres, 1524.

11 Didier ERASME, « Pietas puerilis » dans Colloquia, Bâle, 1526. Peut-être ce colloque figurait-il déjà dans l’édition de 1518.

12 Didier ERASME, De civilitate morum puerilium, 1ère éd. Bâle, 1530.

13 Gutierre GONZALEZ, op. cit, fol. XXXIX.

14 Philippe ARIES, op. cit, ch. 2 : « La découverte de l’enfance », p. 5374.

15 Gutierre GONZALEZ, op. cit., fol. L r.

16 Ibid, fol. XLIII v.

17 Philippe Ariès, op. cit, ch. 2, p. 53.

18 Gutierre GONZALEZ, op. cit, fol. XLIX v.

19 Juan HUARTE de SAN JUAN, Examen de los ingenios para las ciencias, éd. de Esteban TORRE, Madrid, ed. Nacional, 1976 (Bibl. de la literatura y del pensamiento hispánico).

20 Gutierre GONZALEZ, op. cit. fol. XLIX v.

21 Citons à titre d’exemples : « Tenéys officio contrario a vuestra inclinación natural. Error fue : nunca seréys en él perfecto y viviréis contento », dans Pedro de COVARRUBIAS : Memorial de lospecados, Burgos, 1515, fol. I (iiii). – « Quien no sabe esto [leer y escribir] no se puede llamar persona », dans Antonio de ESPINOSA, Reglas para bien vivir muyprovechosasy aún necessarias a la república cristiana, Burgos, 1552, fol. B(v)recto. – » Yten pecan los padres que a sus hijos no ponen en estado... y los que no les abezan a leer y a escrevir, pudiéndolo hacer », dans Domingo de VALTANAS, op. cit, Declaración de la doctrina cristiana, Sevilla, 1555, fol. C(vii).

22 Gutierre GONZALEZ, op. cit. fol. L r.

23 Ibid., fol. XL r.

24 Ibid., fol. L v.

25 Ibid., fol. LII r.

26 André VAUCHEZ, Les laïcs au Moyen Age. Pratiques et expériences religieuses, Paris, éd. du Cerf, 1987, p. 77-82.

27 Juan Luis VIVES, « Del socorro de los pobres » dans Obras sociales y políticas de Juan Luis Vives, éd. de Lorenzo RIBER, Madrid, Publicaciones españoles, 1960, p. 70.

28 Juan Luis VIVES, « De las disciplinas », op. cit. p. 550-561.

29 Luis ORTIZ, Memorial del contador Luis Ortiz a Felipe II, éd. Consultée : Manuel FERNANDEZ ALVAREZ, Madrid, ed. Cultura Hispánica, 1963, p. 373462.

30 Gutierre GONZALEZ, op. cit., « Exortación del autor » (pièce liminaire).

31 Ibid, fol. LIII r.

32 Ibid, fol. LIII r.

33 Voir ma thèse (nouveau régime) : Paresse et trovail chez les moralistes espagnols du XVIe siècle, Université de Bordeaux IIΙ, 1985.

34 Pedro de LUXAN, Coloquios matrimoniales 1550), Madrid, éd. Atlas, 1943, p. 156 (col. Cisneros) – Luis de LA PALMA, s. j. : « Biografía del señor Gonzalo de la Palma » (1596) dans Obras Completas, B.A.E. t. 144, p. 9-53. A ce sujet, voir l’intéressant article de Robert RICARD : « Les vertus chrétiennes d’un marchand tolédan : Don Gonzalo de la Palma » dans Nouvelles études religieuses (Espagne et Amérique espagnole), Paris, Centre de Recherches Hispaniques, 1973, p. 159-170.

35 Mateo ALEMAN, Guzmán de Alfarache, IIa Parte, cap. IX.

36 Julia VARELA, Op. cit. p. 299.

37 Robert RICARD, La conquête spirituelle du Mexique, Paris, Institut d’Ethnologie, 1933 – Paulino CASTANEDA DELGADO, Don Vasco de Quiroga y su <Información en derecho> Madrid, ed. José Porrúa Turanzas, 1974.

38 Luis ORTIZ, op. cit., p. 386-887 – Sancho de MONCADA, « Memorial al rey de la Universidad deToledo » (1620) en appendice à Restauración política de España, éd. de Jean VILAR, Madrid, Instituto de Estudios Fiscales, 1974, p. 266.

Auteur

Université du Havre

© Presses universitaires François-Rabelais, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable