Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

École et Église en Espagne et en Amérique Latine

 | 
Jean-René Aymes
, 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

VI. Famille et éducation chrétienne

L’éducation féminine en Espagne au XVIe siecle : une analyse de quelques traités moraux

Marie-Catherine Barbazza

Texte intégral

  • 1 Un certain nombre d’études permettent de mieux comprendre ces différents mouvements : M. BATAILLON (...)
  • 2 Nous renvoyons à l’étude de Julia Varela, Modos de educación en la España de la Contrarreforma, Ma (...)

1Dans l’Espagne du XVIème siècle marquée par l’Humanisme, l’Erasmisme, puis les réformes tridentines1, l’éducation fut une préoccupation constante. Nombreux furent les traités moraux et religieux consacrés à ce problème, depuis la formation des Princes, jusqu’à l’instruction des classes les plus modestes2. Il s’agissait d’abord d’aider les hommes à se gouverner, à gouverner leur âme, leur vie, selon leur sexe, leur état, leur place dans la société. Il fallait les former, les éduquer dès l’enfance et les guider jusqu’à leur mort, en suivant un modèle chrétien de perfection divine. Il s’agit également de renforcer cet idéal chrétien par un dogme catholique rigoureux, capable de régir toutes les structures, et particulièrement la structure familiale sur laquelle s’appuyaient le pouvoir et l’Etat. L’éducation masculine occupa la première place. Dans quelques écrits, apparut également un intérêt pour l’éducation féminine.

  • 3 Gaspar Astete, Quarta parte de las obras del Padre G. Astete de la Cía de Iesús. Tratado del gobie (...)

2Nous pouvons nous interroger sur la conception de l’éducation féminine, et en premier lieu, sur celle de la petite fille et de la jeune fille au XVIème siècle, à travers des courants d’idées différents. Nous nous attacherons à 1’étude et à l’analyse de deux types de documents. Nous réserverons une place particulière au moraliste Luis Vives pour son travail de précurseur. Puis, parmi les traités postérieurs, nous examinerons surtout celui du Père Gaspar Astete – Tratado del gobierno de la familia,y estado de las viudas y doncellas –, et celui du Père Juan de la Cerda – Libro intitulado vida política de todos los estados de mujeres3.

  • 4 L’étude que nous retiendrons est celle de Adolfo BONILLA y SAN MARTIN, Luis Vives y la filosofía d (...)
  • 5 Cf. A. BONILLA Y SAN MARTIN, Œuvre citée, Bibliografía p. 758 et suivantes : De Institutione foemi (...)
  • 6 Ed. Aguilar, p. 758 : «La obrecilla [Instrucción de la mujer cristiana] tuvo un éxito mucho más fe (...)

3L’importance des traités éducatifs écrits par Luis Vives a déjà été soulignée dans certaines études portant sur ce thème4. Son érudition, l’originalité de sa pensée, l’écoute qu’il trouva auprès de ses contemporains ne sont plus à démontrer. Deux traités retiennent notre attention. Le premier, Instrucción de la mujer cristiana, le plus important pour notre propos, obtint un succès immédiat. Témoins en sont les différentes rééditions et traductions5, et les allusions faites par l’auteur lui-même dans la dédicace au second traité, De los deberes del marido6. Luis Vives se présente comme un précurseur lorsqu’il affirme dans les premières lignes de l’épître dédicataire à la reine d’Angleterre la nouveauté de l’entreprise :

  • 7 De los deberes del marido, Prólogo : «Con la más escrupulosa minuciosidad se ha escrito acerca del (...)

«Muéveme la santidad de tus costumbres y tu enardecida afición a los estudios sagrados a escribirte unas cosillas acerca de la formación de la mujer cristiana, punto éste necesario como el que más, y en que hasta ahora nadie puso mano con el debido detenimiento, a pesar de ser tanta y tan variada la muchedumbre de ingenios y escritores»7.

4Il cite très rapidement ses maîtres, Tertullien, les Pères et Docteurs de l’Eglise, saint Cyprien, saint Jérôme, saint Ambroise, saint Augustin. Mais s’il reconnaît leur autorité, il souligne également leurs lacunes, pour mieux affirmer son apport, l’originalité de sa démarche. Il veut éduquer, former la femme chrétienne en suivant les étapes de sa vie, – son enfance, son adolescence, son mariage, son veuvage-, dans un traité dont chaque livre est consacré à un état différent. Il affirme : «Nos proponemos formarlas prácticamente para la vida». L’insistance mise sur l’aspect pratique des règles, des préceptes, qui doivent être faciles à apprendre par cœur, à retenir, souligne les qualités de pédagogue de Luis Vives, déjà évoquées plus haut. La brièveté de ces principes s’inspire des préceptes religieux enseignés par les Apôtres. Saint Pierre, saint Paul, saint Jacques, saint Jean sont cités en exemple. La pédagogie est mise au service de la morale chrétienne. Plus que pédagogue, dans les deux traités qui nous intéressent, Luis Vives se veut moraliste. Dans une époque de trouble et de corruption, il cherche à imposer un esprit de réforme morale et de recherche du bien. Dans le prologue de l’Institution de la femme chrestienne, il se présente comme un « prédicateur de la chasteté ».

5Luis Vives, précurseur, fut-il suivi par d’autres moralistes ? Quelques années après, en 1531, le Père Francisco de Osuna offre à ses contemporains un manuel de vie chrétienne, El Norte de los Estados. La forme, un dialogue entre le religieux et son neveu, le titre, soulignent le propos de l’auteur. Chacun doit pouvoir trouver un enseignement adapté à sa condition. En fait, ce guide est destiné en priorité au mariage et à l’éducation des époux. Un chapitre est consacré à l’éducation de l’enfant du couple présenté, mais il s’agit d’un garçon. Plus tard, le sévillan Pedro de Luxán s’inspire de l’Uxor Mempsigamos d’Erasme, pour ses Coloquios matrimoniales (1550), un ouvrage également consacré aux époux. Les deux avant-derniers entretiens portent sur l’éducation de l’enfant, un garçon. Un commentaire du dernier chapitre des Proverbes de Salomon permet à Fray Luis de León de présenter la Parfaite Epouse (1583). A la fin du XVIème siècle, le jésuite Gaspar Astete et le fanciscain Juan de la Cerda reprennent le modèle donné par Luis Vives, en s’intéressant aux différentes étapes d’une vie féminine traditionnelle. On retrouve chez eux de nombreuses sources et exemples, tirés de la culture latine et des écrits des Pères de l’Eglise et des Apôtres, cités par leur prédécesseur. Juan de la Cerda avoue à plusieurs reprises suivre Luis Vives. Mais les différences sont grandes entre les écrits. Les deux religieux appartiennent à l’époque post-tridentine et montrent leur conscience du rôle formateur de l’Eglise. Des références au Concile apparaissent, ainsi que des citations nombreuses de saint Thomas, le représentant de la scolastique, écarté par Luis Vives. On sent l’influence de la casuistique, si importante pour les théologiens de l’époque de la Réforme catholique. Nous nous attacherons donc à l’étude de ces trois traités du début et de la fin du XVIème siècle, portant sur l’éducation de la jeune fille. Dans un premier temps, nous nous pencherons sur le problème suivant : la femme et le savoir.

La femme et le savoir

6L’Espagne du XVIème siècle, marquée par l’érasmisme, a vu une floraison d’esprits ouverts, d’humanistes préoccupés par une meilleure compréhension de l’Homme. Consultons deux des pensées les plus originales de l’époque.

7Analysons tout d’abord quelques lignes écrites par Juan Huarte de San Juan, médecin-philosophe, auteur en langue vulgaire de l’Examen des Esprits. La première édition de 1575, rapidement épuisée, fut sans cesse réimprimée. Puis, l’œuvre fut traduite en plusieurs langues, mise à l’Index des Livres Interdits par l’Inquisition, et corrigée. Elle valut à son auteur d’être considéré comme un des précurseurs de la psychologie. S’appuyant sur la relation entre l’organisme et le psychisme du sujet, ce médecin présente sa conception de l’être féminin en ces termes :

«Luego la razón de tener la primera mujer no tanto ingenio, le nació de haberla hecho Dios fría y húmeda, que es el temperamento necesario para ser fecunda y paridera, y el que contradice al saber ; y si la sacara templada como Adán, fuera sapientísima, pero no pudiera parir ni venirle la regla, si nofuera por vía sobrenatural. En esta naturaleza se fundó san Pablo cuando dijo : Mulier in silencio discat... como si dijera: no quiero que la mujer enseñe, sino que calle y aprenda y esté sujeta a su marido (Obras escogidas de filósofos, B.A.E., p. 493).

  • 8 Juan Huarte de San Juan, éd. citée, p. 497, Artículo ΙII, Donde declara qué diligencias se han de (...)

8Il est intéressant de remarquer que pour un esprit scientifique ouvert du XVIème siècle, la femme, c’est avant tout la première femme, c’est-à-dire Eve, cause du péché originel, dont le seul rachat possible est la maternité. Selon ses critères, maternité et intelligence, esprit, ne peuvent aller de pair. Et il se sert de son autorité médicale pour justifier l’autorité religieuse et apostolique de saint Paul dans sa Première Epître à Thimothée (I, 2). Si Juan Huarte de San Juan cite quelques femmes intelligentes et érudites, elles sont des exceptions, et appartiennent aux temps bibliques. D’une manière générale, pour lui, la femme ne peut accéder au savoir. Un chapitre de son ouvrage donne d’ailleurs un enseignement savant pour avoir des fds intelligents et cultivés8.

9Après cette démonstration médicale, interrogeons un autre esprit illustre de l’époque, le philosophe valencien polygraphe, Luis Vives. Dans le chapitre IV de l’Institution de la femme chrestienne, dont le titre, Doctrinal de doncellas, parle de lui-même, il affirme :

«Mas la doctrina que yo querría quefuese propuesta a todo el linaje humano es la sobria y la casta, la que instruye y hace mejores».

10L’instruction permet d’accéder au bien. On comprend alors son affirmation « No es fácil que halles mujer mala si no es la necia », et l’importance accordée à l’éducation féminine, qui permet de lutter contre le vice dû à l’ignorance. Il termine ce chapitre en soulignant que toutes les femmes, même les moins douées, doivent avoir accès à la connaissance :

«No se me escapa que algunas mujeres, como acontece también con los varones, están mal dotadas para aprender las letras. No hay que abandonar el cuidado de estas mujeres. Les has de decir depalabra lo que no puedes por escrito y aprendan de otras mujeres doctas, sus iguales, ora en el acto de leer, ora al dar referencia de lo que hubiere leído (Formación, ch. IV, p. 1007).

11Cet ouvrage de Luis Vives, qui met la connaissance de l’Antiquité Latine et la tradition des Pères de l’Eglise au service d’une formation féminine nouvelle, semble nous entraîner loin de la misogynie traditionnelle.

12Il faut cependant préciser que l’éducation féminine qu’il préconise n’a rien à voir avec l’éducation masculine. Déjà dans le prologue de son traité, une restriction apparaît, lorsqu’il établit la distinction traditionnelle « hembra »–« varón », qui détermine bien le rôle et le statut de chaque sexe, et qui souligne l’autorité et la supériorité masculines. Il est évident qu’étant destiné principalement au domaine public, l’homme, qui sera également le chef de famille, recevra une formation plus complexe que celle de la femme, épouse et mère, uniquement promise au domaine privé et restreint du foyer. Moins catégorique que Juan Huarte de San Juan, il limite l’instruction de la femme, mais il lui reconnaît la capacité d’étudier, d’acquérir un savoir, des connaissances, des « lettres ». Malgré sa répugnance, il admet que certaines femmes pratiquent l’éloquence, que Quintilien et saint Jérôme ont acceptée chez Cornélie, mère des Gracques, à la fois cultivée et modèle maternel, et chez quelques autres. Il n’exclut pas la femme du savoir, mais de l’exercice public du savoir. Les derniers paragraphes du chapitre IV, cité plus haut, justifient cette attitude :

«[...] no parece bien que la mujer regente escuelas, ni alterne con varones, ni hable en público, y mientras enseña a los otros vaya, total o parcialmente ajando la verdura de su pudor [...]. El apóstol san Pablo, vaso de elección, [...] escribe así a su discípulo Timoteo : Aprenda callando la mujer con toda sujeción, enseñar ella yo no lo permito, ni que tenga autoridad sobre el varón, sino que esté en silencio. Adán fue formado primero ; después Eva ; y nofue Adán el seducido : fue la mujer la seducida y traspasó el mandamiento de Dios. Así que, puesto que la mujer es un serflaco y no es seguro su juicio, y muy expuesto al engaño (según mostró Eva, madre de los hombres, que por muy poco se dejó embobecer del demonio), no conviene que ella enseñe, no sea que una vez que se hubiera a sí misma persuadido de una opiniónfalsa, con su autoridad de maestra influya en sus oyentes y arrastre fácilmente a los otros a su propio error».

  • 9 Pudicicia, virtud que enseña al hombre la honestidad, que debe observar y guardar en sus acciones (...)

13Nous retrouvons ici l’argument éternel du péché originel et la référence habituelle à l’Epître à Timothée. Luis Vives ne peut aller contre l’image biblique traditionnelle de la femme qui apparaît dans d’autres passages de ce traité, et du second, consacré aux Devoirs du mari. Mais il ne la condamne pas irrémédiablement à sa condition d’être faible, enclin au mal. Il lui propose un rachat possible par une éducation morale et religieuse très stricte. Un tel enseignement lui permettra de retrouver la vertu féminine première : « la pudicité »9. Il affirme que « el cuidado esclusivo de la mujer es la pudicicia », et il précise plus loin :

«La castidad en las mujeres hace las veces de todas las virtudes. En la educación de la mujer el pudor reclama para síelprincipal, y estoy por decir el único cuidado» (Formación, ch. VI, p. 1010).

14Τoutes les références aux femmes cultivées et sages, femmes de l’Antiquité ou contemporaines de l’auteur, sont des exemples de vertu. L’objectif principal de l’éducation de la jeune fille est de faire d’elle avant tout un être vertueux : « No la queremos tan docta como honesta y buena ». Le savoir n’est pas une fin, mais un moyen de parvenir à la perfection morale. On comprend l’insistance à limiter le savoir féminin, à le canaliser. Il n’est pas question de lui ouvrir toutes les portes de la connaissance, dans un monde hiérarchisé et ordonné, où chacun reçoit l’éducation due à sa position :

  • 10 Vives, Formación, p. 1000 : « Sus estudios deberán ser en aquellas letras que forman las costumbre (...)

«Yo quiero que la mujer se limite exclusivamente a aquella parte de la filosofía que se concretó a la formación y al mejoramiento de las costumbres (Formación, p. 101)10.

15Malgré les restrictions, inévitables pour l’époque, que fait Vives sur l’éducation féminine, son traité reste exceptionnel. L’analyse des pages consacrées à l’éducation de la jeune fille par les Pères G. Astete et J. de la Cerda le prouve. Pour eux également, comme pour tous les moralistes et théologiens du XVIème siècle, l’être féminin est faible, influençable, irresponsable, enclin au mal. C’est un être inférieur, qu’il faut surveiller, soumettre à une éducation sévère, afin de lui apprendre l’honnêteté, la vertu. La jeune fille recevra avant tout une formation morale, qui la préparera au mariage ou au couvent. Pour Luis Vives, la lecture et l’écriture doivent être enseignées à la jeune fille, et il donne des consignes très précises pour ces deux exercices, qui sont la base du savoir :

«Cuando se le enseñare de leer, tome en sus manos aquellos libros que ponen compostura en las costumbres, y cuando se le mostrare a escribir, no le den versos ociosos, [...] ni cancioncillas ligeras o vanas, sino algún dicho grave o alguna pequeña sentencia sabia y santa, tomada de las Sagradas Letras o de los escritos de losfilósofos, la cual, escrita muchas veces, se ahinque con más apego en la memoria» (Formación, p. 1000).

16Le Père Astete, lui, ne juge pas que cet apprentissage soit absolument nécessaire. Il émet certaines restrictions :

  • 11 Tratado del gobierno, document 8, De cómo conviene o no conviene que los padres enseñen a sus hija (...)

«No dexa de tener alguna duda si cōviene qlospadres enseñen a leer y escrivir a sus hijas, o no, porq es negocio de cosideraciō, y ay razones para lo uno y para lo otro. Pues digo primeramente a esta duda, que hablando en general pueden los padres enseñar al leer a sus hijas, por ser este exercicio loable y honesto, y q no tiene disonancia alguna en una donzella. Y en tal caso, si puede ser, el padre sea su maestro, o la madre o algún hermano, o alguna muger anciana y de cōfiāça. Y esto dentro de casa... Si la donzella por yr a leer fuera de casa se ha de hazer callejera, y se ha de perder, más vale que no aprēda a leer [...] Mas porque ay casos en que es forçoso, que la donzella haya de aprender a leer, como quando su virtud, y su buen desseo de aprovecharse, o su buen ingenio, o la necessidad de administrar la familia lo requiere, o quando ha de entrar en algún monasterio, entonces es justo que se le enseñe»11.

  • 12 « [...] la muger no ha de ganar de comerpor el escriuir ni contar, ni se ha de valer por la pluma (...)

17S’il finit par admettre la lecture, l’écriture ne lui semble pas du tout indispensable. Elle peut même représenter un grand péril, qui risque de compromettre l’honneur et la réputation de la jeune fille, en l’incitant à répondre à des messages amoureux ! Il est normal qu’il écarte totalement la femme du savoir, en s’appuyant sur l’Ecriture Sainte, et sur la référence traditionnelle au proverbe de Salomon, qui réserve à la femme l’usage du fuseau et de la quenouille12. Il fait une exception pour quelques femmes « insignes en prudencia y erudición », et cite un catalogue de deux cent cinquante femmes illustres (mis par A. Tiraqueau, dans son ouvrage De legibus connubialibus et de opere maritale).

18Quant à J. de la Cerda, il se retranche derrière l’argument d’une nature féminine bornée :

«[...] a la mujer buena y honesta la naturaleza no la hizo para el estudio de las ciencias, ni para los negocios, sino para un oficio simple y doméstico, así le limitó el entender y por consiguiente le tasó las palabras y las razones... Parece que aunque es bien que aprenda a leer para que rece y lea buenos y devotos libros, mas el escreuir ni es necessario, ni lo querría ver en las mugeres [...] porque tienen ocasión en las manos de escreuir villetes y responder a los que los hombres liuianos les embían».

19Son opinion sur la nécessité d’apprendre à écrire est identique à celle du Père Astete. S’il sacrifie à la tradition, en se référant aux exemples déjà cités de femmes cultivées de l’Antiquité, il évoque également son époque, en soulignant les inconvénients causés par les femmes qui savent écrire ! Il laisse la décision d’apprendre ou non à écrire à la jeune fille, à la « prudente madre » !

20Bien que des différences séparent les auteurs qui nous intéressent, la préoccupation commune reste la sauvegarde de la chasteté féminine, vertu qui devra être surveillée dès le plus jeune âge.

Le modèle chrétien : la Vierge Marie

  • 13 G. Astete, ouvr. cité, document premier, De la reverencia que en la gentilidad (se tenía a las Vír (...)

21Nous l’avons déjà souligné, l’éducation que les parents donneront à la petite fille sera d’une sévérité, d’une rigueur extrêmes. Tous les dangers possibles sont évoqués, toutes les conduites à tenir sont indiquées. Mais c’est peut-être le philosophe valencien qui se montre le plus intransigeant lorsqu’il résume sa doctrine dans une formule concise et rigoureuse : « Todo, en la primera mocedad, será casto y puro ». L’état virginal doit être absolument préservé. Dans les différents traités, la répétition d’exemples de vierges plus attachées à leur pureté qu’à leur vie a pour but de convaincre la jeune fille chrétienne de l’excellence de cette vertu. Et les longues tirades rhétoriques qui promettent tous les maux et châtiments possibles aux « jeunes filles criminelles » – l’expression est de Vives – qui ne savent pas protéger leur virginité, doit leur inspirer de la crainte. C’est en effet le seul argument capable de convaincre l’être féminin, et de lui faire entendre raison. Des allusions constantes à ce bien féminin le plus précieux émaillent les traités, des chapitres entiers lui sont consacrés, avec des références aux philosophes de l’Antiquité ou aux Pères de l’Eglise13.

22Respectant les consignes du Concile de Trente, les Pères Astete et J. de la Cerda présentent l’état de virginité comme supérieur au mariage. Mais, Luis Vives est le seul à résumer avec rigueur sa conception de la virginité. Dans le chapitre VI, De la Virginité, il en donne une définition précise : « Llamo virginidad a la integridad de la mente que se extiende hasta el cuerpo, entereza total, exenta de toda corrupción y contagión ». Puis, il en fait l’éloge en présentant son idéal de vie, à travers les oppositions Dieu-Satan, Ciel-Enfer, Ame-Corps :

«Allí, abrogada toda ley de la carne, seremos como los ángeles de Dios, sin estímulo carnal alguno ; allíya no habrá bodas ni de varones ni de mujeres. ¿Qué cosa hay en toda la creación más pura que las mentes angélicas, más libre de la tiranía del sexo y del vicio carnal y de la servidumbre del cuerpo? ¿Quéotra cosa alcanza una expresión mayor de todo esto que decimos que la virginidad? Por lo demás, la parte másprincipal de esta purísima entereza radica así totalmente en el alma, manantial de todas las virtudes. Pues nuestro cuerpo terreno y sucio no es más que un esclavo de nuestra voluntad y no le mira Dios ni cura de él porque le es ajenísimo, sino que mira sólo al alma que, por su naturaleza, le es igual y en cierta manera tiene deudo con El» (Formación, p. 1006).

23Ces propos doivent être reliés à l’idéal de perfection morale d’un penseur aux prises avec une époque qu’il juge dominée par la corruption. Cette lutte pour le bien doit tendre à la domination du corps humain soumis aux tentations démoniaques, afin de laisser à l’âme le contrôle des vertus qui permettent d’atteindre la perfection du Christ. La vie est donc un apprentissage de la sainteté. Pour la jeune fille, le modèle à suivre sera celui de la Vierge Marie. Les vertus mariales, qui lui permettront de devenir par la suite une épouse, puis une veuve parfaite, sont présentées par Luis Vives dans un long éloge, plein de références à la vie de Marie. Il termine par l’exhortation suivante :

«Y el primer ejemplo que ha de tener siempre delante de los ojos es el de aquella Reina de la virginidad, María, Madre de Cristo, Dios y hombre... Imitad a esta Virgen todas vosotras que queréis conservar la castidad entera. Seguidla vosotras, mujeres casadas... Miradla bien vosotras, viudas».

  • 14 J. de la Cerda, ouvr. cité, « La donzella para ser virtuosa ha de tener maestra. La verdadera maes (...)

24La même imitation est recommandée par les Pères Astete et de la Cerda14.

  • 15 G. Astete, ouvr. cité, document 7, p. 158 et 159 : « y estos raptores son grauemente castigados co (...)

25Si les doctrines étudiées proposent donc le même idéal de sainteté à travers 1’imitation de la Vierge, nous devons malgré tout rappeler la différence des systèmes de pensée. Les changements politiques et religieux ont provoqué une lutte pour l’orthodoxie, qui oriente les modes de pensée vers des courants plus traditionnels. La vision humaniste d’un idéal universel de paix d’un moraliste chrétien comme Luis Vives ne peut plus se justifier à l’époque post-tridentine. Il semble que dans son traité, le mal soit une notion morale globale, résumée dans le concept général de Satan. Et chaque être humain semble reconnu comme responsable et capable d’y échapper grâce à l’exemple de Dieu. Mais, à cette confiance de Vives et de certains intellectuels de son époque, on peut opposer les craintes du Saint-Office, qui voit le mal s’incarner dans l’hérétique. N’oublions pas les persécutions subies par les convers, par la propre famille de Vives, puis par les protestants et les morisques, et l’importance des statuts de pureté de sang. N’oublions pas non plus la lutte de l’Inquisition contre les parjures, les bigames, et son objectif d’éducation du « peuple », dans le respect d’un dogme catholique très strict. Pour les Pères Astete et de la Cerda, l’éducation doit assurer une formation morale certes, mais avant tout le respect d’une orthodoxie. Nous retrouvons chez eux des références constantes à Saint Thomas. Dans sa défense de la virginité, le jésuite G. Astete s’attache à la notion de péché, en établissant des différences propres à la casuistique. S’appuyant sur l’autorité de Saint Thomas, il appelle le péché commis adultère, stupre ou viol selon les circonstances. Et il précise les peines ordonnées par le Concile de Trente15 :

«... quando se pierde la virginidad, especialmente quádo especcado de rapto, estando la virgen en poder de su padre, es circunstancia que de necessidad se ha de confessar, porque muda la especie, y es peccado de injusticia. Mas quando la virgen no está en poder de su padre, sino que es libre, si pierde su virginidad, aunque es peccado de luxuria granissimo, dizen algunos Doctores, que no es peccado de injusticia y q no haze agrauio a nadie, porque ella es señora de su cuerpo».

26Et il ajoute que saint Thomas affirme que c’est un péché de luxure, et qu’elle doit se confesser.

27On peut également remarquer que la virginité apparaît de plus en plus non seulement comme une vertu personnelle, mais comme la caution d’une réputation familiale et la moindre tache rejaillit sur l’honneur du père ou du mari. G. Astete insiste sur ce point dans le document 7 de son traité : De quán grave es el peccado que comete la hija, quando en casa de su padre pierde su virginidad. Pour J. de la Cerda, il y a équivalence entre « hija mala » et « deshonra », « infamia de sus parientes ». S’appuyant également sur saint Thomas, il écrit :

«Es la virginidad... ornamento de la donzella, y sin el qual está desnuda...y se haze odiosa y aborrecible de todos. Yparece mal a los extraños y a los suyos (Vida política)».

28D’où l’insistance à enfermer la jeune fille. La première étape de l’initiation à la sainteté sera la réclusion.

Une initiation à la sainteté

La réclusion

29Dès son plus jeune âge, la petite fille sera complètement isolée du monde extérieur. Elle devra rester cloîtrée dans l’espace restreint du foyer familial, qui se réduit souvent, sous la plume des moralistes, à un véritable gynécée. L’élément masculin doit disparaître. L’éducation féminine est d’abord l’affaire des femmes : la mère en premier lieu, puis une gouvernante d’âge mur, aux mœurs irréprochables. Les trois auteurs étudiés font une recommandation commune : se méfier des servantes et de certaines veuves âgées qui se révèlent de véritables célestines. Les amies seront choisies avec le plus grand soin. Si un maître est admis, il sera bien sûr âgé, honnête, religieux si possible. Il ne restera jamais seul avec son élève. Les Pères Astete et de la Cerda donnent du foyer une image carcérale : portes et fenêtres resteront closes, la chambre de la jeune fille sera tout près de celle des parents, pour qu’un contrôle permanent soit assuré ! Cette sévérité est nuancée par le Père Astete qui conseille la persuasion et non la force ! Cette réclusion doit être acceptée comme un état naturel d’une part. Les exemples de vierges déchues et les châtiments encourus sauront persuader. D’autre part, les parents devront tenir compte du désir de la jeune fille de se marier lorsqu’elle en aura l’âge. Les mariages clandestins doivent être évités à tout prix :

«Pero no quiero que lospadres sean demasiado zeladores y rigurosos en recoger a las hijas, ni les estrechen tanto que vengan a romper la clausura, y quebrar el yugo de su corrección, como acontece a las que (siédo de edad conueniente) dessean verse puestas en estado, que porque sus padres no se lo dan con tiempo vienen a dar en algunos disparates, como en salírseles de casa, o en casárseles ascondidamente y contra su voluntad, y aun contra su honor y autoridad» (Tratado del Gobierno, document 10).

  • 16 Vives, Formación, ch. XV, p. 1067, De cómo se ha de buscar el Esposo.

30On comprend qu’il ne soit pas question d’école, lorsque l’exigence première est : « Sobre todo, absoluta ausencia de varón ». Un enseignement peut être donné dans des couvents féminins. Il s’agit bien sûr de transmettre une doctrine chrétienne à des jeunes filles qui prendront le voile, ou qui seront préparées au mariage, et qui pourront faire don à leur époux de « la entereza de su cuerpo y la integridad de su fama »”16.

31Pour que cette exclusion du domaine public et masculin, cette réclusion à l’intérieur d’un domaine privé, exclusivement féminin, garantissent une pureté absolue, elles doivent s’accompagner d’une véritable ascèse. Le premier exercice est le rejet du corps.

Le rejet du corps

  • 17 Vives, Formación, ch. VII, Del trato que la doncella habrá de dar a su cuerpo.

32La chair féminine est très faible : Eve en est la preuve. Il faut donc faire disparaître le corps féminin. La petite fille, l’adolescente ne doivent pas prendre conscience de l’existence de leur corps. Tout contact avec un être de sexe différent est interdit, surtout au moment où la sensualité s’éveille. Encore une fois, c’est Luis Vives qui se montre le plus exigeant, dans un chapitre consacré au traitement que la jeune fille devra donner à son corps17. Le premier conseil est le suivant :

«Primeramente yo tengo por bien avisar a los padres lo que Aristóteles prescribe en la historia de los animales, y es que guarden con el máximo cuidado a sus hijas en los comienzos de la pubertad y las aparten de toda ocasión y comercio con varones, que en aquella edad tienen más que nunca acentuada propensión al deleite» (Formación, ch. VII, p. 1010).

33La même réflexion apparaît chez Astete :

«El fuego de la concupiscencia en la tierna edad, comiença a arder y va credendo. Y por poco que le atize arderá sin remedio» (Tratado del gobierno, document 8).

34Cette lutte contre la concupiscence sera favorisée par la pratique du jeûne, par une nourriture et une hygiène de vie basée sur la sobriété, la modération, favorables au contrôle corporel et à la continence. Luis Vives élabore une ascèse physique : nourriture, boisson, sommeil sont passés en revue :

«[...] las [...] doncellas [...] antes que se casen practicarán con alguna frecuencia los ayunos, pero no tales que debiliten el cuerpo, sino que lo refrenen y cohiban y apaguen los encendimientos de la mocedad, pues que éstos son los verdaderos y santos ayunos. La comida sea ligera y no buscada ni cálida en demasía [...] Su bebida será común y clara ypura [...] La cama de la doncella no será blanda ni delicada en demasía [...] bien limpia [...] Y este mismo precepto debe extenderse al vestido, que no sea exquisito ni precioso en exceso, sino limpio y sin mancha alguna. Sea en la virgen no largo el sueño limpio y sin mancha alguna». (Formación, ch. VII, p. 1010).

35Si parmi les sources citées, les philosophes anciens ont leur place, l’importance accordée aux Pères de l’Eglise, à saint Jérôme surtout, aux Apôtres, aux exemples des pratiques des Saints dans le Désert, est à remarquer. Le modèle à suivre est celui de l’ascèse chrétienne. Le Père Astete s’inspire du même modèle. Le document XVI – De una breve doctrina – se fonde sur l’enseignement de saint Jérôme. Le maître présenté par Juan de la Cerda n’est pas moins sévère, même s’il n’appartient pas à l’Eglise : il s’agit de Sénèque.

  • 18 Novísima recopilación, Trages, vestidos y otros adornos, Tit. 13.1. 5. 6. 8. 9. 11. 17. 18. J. SEM (...)
  • 19 G. Astete, ouvr. cité, document 14, Indica quándo ataviándose pecan o no las donzellas.

36Cette volonté d’effacer le corps se manifeste dans les conseils pour l’habillement et le maintien. Les vêtements et les ornements féminins doivent être à l’image de l’austérité qui régit la vie de la jeune Fille chrétienne. Ce thème traditionnel fut la source de nombreux écrits au XVIème et au XVIIème siècles. Les juristes, les moralistes et les théologiens essayèrent d’endiguer le luxe démesuré des ornements, les débordements vestimentaires de leurs contemporains18. Le Père Astete consacre trois chapitres à ce thème : Document XII, Del demasiado atavío de las donzellas. Document XIII, Del vigor con qué los santos hablan cerca del atavío de las mugeres. Document XIV, Cómo y en qué casos peccan las mugeres en los atavíos y adereços con que adornan sus personas. Ce sont les exhortations de saint Pierre et de saint Paul à la simplicité, à la décence, qui font autorité dans ce domaine. Ils sont cités également par Vives et J. de la Cerda, ainsi que saint Jérôme et saint Cyprien. Le même exemple des filles de Sion et des références bibliques identiques apparaissent dans les trois traités. Un des chapitres les plus longs de l’Institution de la femme chrestienne commence par la critique des abus de l’époque, avant de proscrire, en les présentant en détail le maquillage, les bijoux, les parfums, les riches étoffes. Tous les artifices sont condamnés en bloc dans les trois ouvrages, car ils représentent un outrage à la Nature et au Créateur. Le Père Astete, lui, nuance la gravité des péchés selon les circonstances. Cinq cas de péchés mortels sont énoncés, et un cas de péché véniel19.

37La simplicité du vêtement doit accompagner la décence, l’humilité du maintien. Juan de la Cerda rappelle que la jeune fille doit parler à voix basse, ne pas se laisser aller à rire aux éclats. Les yeux baissés, elle évitera de regarder le visage des gens. Il proscrit le chant et la danse, « exercices inventés par le Diable », en se recommandant de Luis Vives. Il affirme : « ... a quien yo más sigo en esta materia después de Plutarco ». Le Père Astete se montre moins sévère. Il admet que la jeune fille puisse apprendre à chanter, à jouer d’un intrument, ou à danser, tout en mettant une réserve : « siendo necessario q aprenda estas cosas ». Mais les trois auteurs sont unanimes sur la nécessité du silence.

Le silence

38C’est la règle d’or. Le silence accompagne parfaitement la soumission, l’humilité, la patience, la résignation, vertus recommandées par les Apôtres. Effacement du corps et effacement de la personnalité vont de pair. Cette austérité monacale est une mise en condition de l’esprit. Elle prépare l’élévation de l’âme vers Dieu. Une occupation manuelle constante, effectuée en silence, aidera la jeune fille à garder l’esprit tourné vers Dieu :

«La mujer... debe ocupar sus manos y su mente en algún ejercicio honesto y en santos pensamientos y conversaciones, porque con el ocio no venga a resbalar en alguna acción deshonesta» (L. Vives. Formación, p. 1014).

Le travail

39La mise en garde contre les dangers de l’oisiveté s’accompagne d’un éloge du travail et d’une occupation constante :

«A todo esto débese añadir alguna labor y ocupación honesta [...] porque nunca jamás entra tanfácilmente el engaño del demonio en el pensamiento de la mujer como cuando la halla ociosa, ni en ninguna otra ocasión ejercita con más rapidez sus artes la tentación carnal [...] Nacida es nuestra alma y está dispuestapara alguna actividad, asíque el trabajo la alimenta, lafortalece, la deleita, al par que la ociosidad ladisuelve, y laperezaladerrota (Formación, ch. VII, p. 1013-1014).

40J. de la Cerda et Luis Vives sont catégoriques : « Yo no tolero verla ociosa », dit le premier. Le second ordonne : « Jamás esté la niña ociosa ». Vives insiste en plus sur les déclarations de saint Paul : « Si quelqu’un ne veut pas travailler, qu’il ne mangepas non plus » (Epître aux Thessaloniciens II, 3), ainsi que le fameux précepte, « tu gagneras ton pain à la sueur de ton front ». Tous ces auteurs présentent le même type d’occupations manuelles. Naturellement, les tâches propres à l’entretien d’une maison sont évoquées :

  • 20 G. Astete, ouvr. cité, « obrar con sus manos », « ocupación de manos », « ocuparse en labor de man (...)

«Tanto quanto la edad lo pueda sufrir, las hagan ocupar en buenos exercicios como es labar, coser y hater cosas de sus manos conque ayude a sus padres [...] ¡untamente deue la donzella aprender a labrar, hilar, coser y otros honestos exercicios y cuydados y desembolturas que han de tener las buenas mugeres en sus casas» (J. de la Cerda, Vida política)20.

41Mais le geste des femmes grecques et des matrones romaines citées en exemple par saint Jérôme et de la femme biblique des Proverbes, toutes occupées à tisser la laine et filer le lin, reste le modèle éternel. La quenouille et le fuseau sont les symboles du travail féminin, quelle que soit la classe sociale de la jeune fille. Les exemples de princesses espagnoles, occupées à tisser et filer, sont repris par tous les moralistes. Vives se réfère ainsi à la tradition :

«San Jerónimo quiere que Paula, matrona nobilísima del solar de los Escipiones y los Grecos, y que aun mostraba en su abolorio y genealogía a aquelfamoso Agamemnón, rey de reyes, tome la rueca, se ponga el cestillo en el regazo, ruede el huso y con sus dedos saque el hilo [...] En todos tiemposfue el lanificio la ocupación y el arte de la mujer honesta».

42Et il ajoute plus loin :

«Salomón, en el encomio de la mujer santa, dice de ella que buscó lana y lino y los labró con la industriosa destreza de sus manos».

43Le Père Astete, lui aussi, cite longuement saint Jérôme, avant de recommander à la mère de la jeune fille :

«Aprenda tu hija a tomar la rueca en la cinta y el huso en la mano, y hazer sus maçorcas y hechar sus telas de lana y lino».

44Chez Astete et J. de la Cerda, les ouvrages réalisés sont destinés à un usage domestique, et également aux œuvres de charité. Cette occupation s’accompagnera de deux pratiques qui parachèveront l’initiation à la sainteté : la lecture et la prière.

La lecture et la prière

45Nous avons déjà souligné l’importance du problème de la lecture chez les moralistes. La jeune fille doit-elle apprendre à lire ou non ? Les réticences sont nombreuses. Mais l’accord se fait sur le but et le choix des lectures. Pour Vives, cet exercice doit être pratiqué régulièrement, et surtout les jours de fête. L’esprit féminin sera ainsi préparé à la méditation :

«Así que en los días festivos, asiduamente, y en los días de hacienda, de tanto en tanto, hanse de leer o de oir aquellas verdades que elevan el alma de Dios, que ponen sosiego en el pecho cristiano, que comunican mejoría a las costumbres. Lo mejor será, antes que salgas para el oficio divino leer en tu casa el Evangelio y la Epístola del día, con una ligera exposición del texto sagrado, si la tuvieres (Chap. V, p. 1005).

46Le Père Astete insiste lui aussi sur l’effet bénéfique de certaines lectures chez la jeune fille :

«[...] procure que los libros que leyere sean tales, que la inflame en el amor de la castidad y de todas las virtudes, y que la compongan las costumbres y hermoseen el alma, para que honre el estado de la virginidad q profesa».
Il recommande des livres, «de cuya lectura quede su alma enseñada en la ley de Dios, y su voluntad afficionada a las virtudes, a la oración, al silencio, al recogimiento, a las vigilias, a la mortificación, al ayuno y todas obras de caridad, que estos effectos suelen hazer los buenos libros en las almas piadosas» (Doc. 9).

  • 21 Les deux expressions sont de M. Bataillon. Nous renvoyons au chapitre ΧΠ d’Erasme et l’Espagne con (...)

47Un renvoi à la première partie d’une de ses œuvres – Guía de la juventud – souligne sa préoccupation pour cet exercice. Dans le manuel qui nous intéresse, il consacre un chapitre à ce problème : Cómo se ha de aprovechar la donzella Christiana de los libros buenos, y apartar de los malos. Luis Vives précise dans son chapitre V : Qué autores deben leerse y qué autores no. Le Père J. de la Cerda suit le même schéma dans son chapitre 5 : De el daño q haze en las donzellas la lección de los libros profanos y de mentiras. Y de el provecho que de los buenos y sanctos libros se saca. La démarche est identique. Tous condamnent un certain nombre d’œuvres, et recommandent ensuite des lectures très précises. Les condamnations sont les mêmes. Elles portent en priorité sur les livres de chevalerie et les histoires d’amour, sur les livres profanes, et la poésie, qui conduisent à l’oisiveté et à la luxure. Par contre, les œuvres des historiens de l’Antiquité, les chroniques d’Espagne, les vies des saints, sont les lectures les plus propices à l’apprentissage de la perfection morale et de la piété. La lecture de divertissement est bannie au profit d’ouvrages qui doivent « instruire l’esprit » et « guider la conduite »21. Toutes les lectures conseillées préparent donc à la prière. Luis Vives souligne l’importance de cette pratique. Mais, en plus, il définit ce qu’elle doit être, comment elle doit être faite :

«Yo querría que ella entendiese lo que reza, ora se expresare en lengua que conoce, o lo que dijere en latín le sea previamente declarado por otro. Y no piense que la adoración consiste en el murmullo y movimiento de los labios, sino en el alma y en el pensamiento que de estas cosas viles levanta su vuelo a las celestiales y divinas [...] Mire, pues, que su mente, que su alma no hagan disonancia con las palabras. Diga interiormente lo mismo que exteriormente. Y aun diré más: exteriormente calle cuanto quiera o exprese otras cosas mientras en sus adentros clame al Señor» (Formación, p. 1030)

48Nous voyons ici comment le « retraímiento » du corps, évoqué plus haut, est complété par le « recogimiento » de l’âme. Le modèle ascétique est alors parfait. La nuance entre ces deux termes ne peut s’établir dans les deux autres traités. Le « recogimiento » défini par les humanistes a été suspecté, pourchassé. La lutte contre les « alumbrados », contre toute tentative de prière trop intériorisée, a imposé un autre modèle de dévotion. Pour les Pères Astete et de la Cerda, « recogimiento » et « retraímiento » sont des termes synonymes qui font allusion à une vie retirée. Pour eux, la prière s’accompagne de manifestations extérieures. Lorsqu’il évoque le bienfait des lectures pieuses, le Père Astete insiste sur l’expression du remords, de la pénitence. Il décrit « la agua de las lágrimas », « el dolor de la penitencia », il parle des « obras de caridad ». Il accorde une grande importance à certaines pratiques, ordonnées par le dogme catholique. Elles seront enseignées à la petite fille par la mère :

«Las han de imponer en algunas devociones. Las han de enseñar la doctrina Christiana, la manera de oyr con deuoción Missa, confessar y comulgar, ayunar y hazer otras obras como éstas, de piedad Christiana» (Tratado del Gobierno, p. 149).

49Le Père de la Cerda recommande également la pratique de la prière :

«[...] dezirle que en escondidas haga deuota oración algún rato del día rogando a Dios que la haga buena para su seruicio, y que le guía y enderece en la guarda de sus santos mandamientos. Y enseñe la que ruegue a Dios por su padre y madre, y por sus hermanos y pariétes, y ansí mismo que encomiende a Dios las ánimas que están en las penas de purgatorio, y el estado de la santa madre yglesia».

50S’appuyant sur Carnotense (lib. De Moribus Sacris), il trace un catéchisme à l’usage de la petite fille. Dès qu’elle le peut, elle doit apprendre à se signer, puis elle doit pouvoir réciter certaines prières et savoir s’agenouiller devant l’image du Rédempteur et de la Vierge. Plus tard, elle connaîtra le mystère de la Sainte-Trinité. Elle respectera certains jeûnes. Le rosaire représente pour lui un insigne de la piété féminine. La petite fille ne doit pas s’en séparer :

«[...] enseñarle a que se aficione a tener siempre el Rosario Consigo porque el Rosario es las horas en que reza la mujer».

51Elle doit vénérer un saint particulier qui intercédera en sa faveur auprès de Dieu !

  • 22 A partir de récits de religieuses espagnoles de la fin du XVIème et du XVIIème siècles, Isabelle P (...)
  • 23 Toutes les biographies et autobiographies citées dans cette dernière partie seront empruntées à la (...)

52Ce modèle d’éducation qui vise à atteindre le chemin de la perfection et de la sainteté trouve un écho chez certaines jeunes filles qui se consacrent à la religion. En témoignent les nombreuses autobiographies et biographies de nonnes de l’époque. Ecrites à la demande des directeurs spirituels, certaines confessions commencent par retracer une enfance marquée par une éducation religieuse favorable à 1’éveil d’un désir de perfection. Plus tard, ce désir mènera la petite fille à se consacrer à la vie religieuse22. Certains témoignages peuvent éveiller la méfiance. Lucía de Jesús, née vers 1601, issue d’une famille pauvre et chargée d’enfants, orpheline de mère à six ans, précise que toute petite, elle allait seule à l’église, car personne ne pouvait l’accompagner. Elle souligne ainsi une inclination précoce à la dévotion. Et elle ajoute, détail peu plausible : « Olvídaseme de dezir que... supe milagrosamente leer y escribir sin que nadie me enseñase »23. Sor María de los Angeles est plus crédible lorsqu’elle avoue ses difficultés pour apprendre à écrire. C’est l’imitation de la dévotion maternelle qui éveillera sa propre piété, et la lecture de Fray Luis de Granada confirmera sa vocation :

«Fuiruda en aprender a leery las oraçones [...] Era ynclinada a cosas de devoción, y como beía a mi madre ponerse en oraçión, me ponía detrás de ella y açía todos los meneos que ella, postrándome o puniéndome en cruz o de rodillas [...] Un día me encontré con las meditaçiones del padre frai Luis de Granada; y así poco a poco leyendo en ellas [...] diome nuestro Señor tal gusto en ello que solía no poder mudar en un mes un paso de la Pasión».

53Les témoignages d’autres religieuses, nobles pour la plupart, révèlent un milieu familial très pieux, et une influence maternelle déterminante. Sor Estefanía de la Encarnación souligne que ses parents étaient très chrétiens, qu’ils vivaient dans la crainte de Dieu et, détail très révélateur des préoccupations sociales de l’époque, qu’ils obéissaient aux statuts de pureté de sang. L’éducation reçue semble être une imitation parfaite du modèle proposé par les moralistes :

«Fueron mis padres con la Corte a Valladolid, lleuándome a mí de quatro años y medio. Mas aun desta hedad, mi cuydadosa madre en mi crianza se esmeraua tanto, que ya hacía labor que podía aprouecharse. Fuy desde entonces muy recatada [...] Púsome mi madre a leer, enseñándome ella misma, aunque tenía maestro, y procuró [...] que aprendiesse en buenos libros, para que con las primeras lecturas aprendiesse de camino doctrina; y assíentonçes, los primeros en que deletreé fueron la vida de San Jaçinto y de Santa Catalina [...] Aprendí también a escriuir, [...] y hacer punto real y otras muchas labores».

  • 24 Cf. Sor María de San José, Relación de la vida de tresmonjas de Madrid, (1936) ; Βiografía de Luis (...)
  • 25 Sor María de la Ascensión était la fille de Pascual Pérez, « barbero y cirujano de profesión ». So (...)

54La sévérité de certains parents peut surprendre. Sor Luisa de Jesús et sa sœur aînée, filles des comtes de Sástago, ont été habituées dès leur enfance aux tâches domestiques les plus humbles24. D’autres exemples nous présentent des religieuses appartenant à des classes sociales plus modestes. L’éducation religieuse est aussi soignée. Sur les conseils de son professeur, María de Ocampo achète à sa fille (Sor Maria de la Ascensión, plus tard) le manuel écrit par Pedro de Alcántara. Elle sera ainsi initiée à la lecture et aux pratiques ascétiques25.

  • 26 Saint Paul, « Mulieres in Ecclesia Taceant ». Voir l’étude de « La respuesta a Sor Filotea de la C (...)

55Ces quelques exemples suffisent à montrer que les prescriptions des moralistes et des théologiens en matière d’éducation trouvaient une écoute dans certaines familles et certains milieux. Mais il s’agit de cas bien particuliers de jeunes filles attirées par l’austérité de la vie monastique, et la perfection religieuse. Et toutes les religieuses ne se sont pas montrées aussi soumises et aussi respectueuses de l’éducation reçue. Déjà au XVème siècle, Teresa de Cartagena défendait les possibilités de l’intelligence féminine. Dans la seconde moitié du XVIIème siècle, Sor Juana Inés de la Cruz n’accepte pas les limites intellectuelles imposées à son sexe. Même si elle représente un cas exceptionnel, on peut souligner son audace lorsqu’elle ose répondre à l’évêque de Puebla, Manuel Fernández de Santa Cruz, et réfuter la fameuse abjuration de saint Paul, qui est l’argument majeur des moralistes26. Sa lettre resta sans effet, et quelques revendications isolées ne pouvaient pas changer un ordre social établi.

56Quelle était l’attitude des autres jeunes filles promises au mariage ? Nous ne disposons pas de témoignages directs. Le propos des religieuses qui écrivaient une « relation » de leur vie, n’était pas réellement autobiographique. Elles n’écrivaient pas de leur propre chef, mais obéissaient à un ordre, et rendaient compte d’une expérience spirituelle. Les confessions volontaires d’une épouse n’auraient pas lieu d’être à l’époque qui nous intéresse ! Les seuls documents susceptibles de nous renseigner sont fournis par la littérature et le théâtre. Riches, passionnants, ils peuvent nous aider à mieux percevoir une époque. Mais ils ne prétendent pas être un reflet de la réalité, et leur utilisation reste très délicate et dépasse le cadre de cette étude.

  • 27 Voir l’étude de C. CHAUCHADIS, Honneur, morale et société dans l’Espagne de Philippe II, Ed. du CN (...)

57L’insistance des moralistes et des théologiens à défendre un système d’éducation d’une telle austérité laisse supposer que dans la réalité, les transgressions à la norme établie existaient. Les revendications féminines du droit au savoir furent toujours rejetées. N’oublions pas l’exemple de certaines « beatas » du début du XVIème siècle, durement pourchassées par l’Inquisition. L’exclusion féminine du savoir, l’image traditionnelle, héritée de l’Antiquité, de la femme gardienne du foyer, et l’image chrétienne de Marie, Vierge et Mère, se justifient également, à l’époque, dans la garantie sociale d’un honneur sans tache pour le père et l’époux. La femme supporte en fait le poids d’un monde social externe, régi de plus en plus par le code de l’honneur27. La vision des moralistes ne saurait être séparée de la problématique sociale de leur époque. Elle ne peut que renforcer un système politique, social et familial hiérarchisé, qui impose à chacun un rôle et un statut bien déterminés.

Notes

1 Un certain nombre d’études permettent de mieux comprendre ces différents mouvements : M. BATAILLON, Erasmo y España, México, FDCE, 1966 ; A. REDONDO, Antonio de Guevara (1480 ?-1545) et l’Espagne de son temps : de la carrière officielle aux œuvres politico-morales, Genève, Droz, 1976 ; J. LOPEZ DE AYALA, El sacrosanto y ecuménico Concilio de Trento, 1785 ; C. GUTIERREZ, Españoles en Trento, Valladolid, 1981.

2 Nous renvoyons à l’étude de Julia Varela, Modos de educación en la España de la Contrarreforma, Madrid, éd. de la Piqueta, 1983.

3 Gaspar Astete, Quarta parte de las obras del Padre G. Astete de la Cía de Iesús. Tratado del gobierno de la familia, y estado de las viudas y doncellas, Burgos, 1597 ; ed. consultée : B.N. Madrid, R. 25,962. Juan de la Cerda, Libro intitulado Vida política de todos los estados de mugeres i en el qual se dan muyprovechosos y christianos documentos y auisos, para criarse y conseruarse deuidamente las mugeres en sus estados. Divídese este libro en cinco tratados. El primero es el estado de las Donzellas. El segundo, de las Monjas. El tercero de las Casadas. El quarto, de las Biudas. El quinto, contiene diuersos capítulos de mugeres en general, Alcalá de Henares, 1599, ed. consultée : B.N. Madrid, R. 4067.

4 L’étude que nous retiendrons est celle de Adolfo BONILLA y SAN MARTIN, Luis Vives y la filosofía del Renacimiento, Madrid, 1981. Elle comporte une bibliographie complète des œuvres de J.L. Vives et des œuvres qui lui sont consacrées. Pour ce qui concerne la Pédagogie, se reporter au chapitre 9.

5 Cf. A. BONILLA Y SAN MARTIN, Œuvre citée, Bibliografía p. 758 et suivantes : De Institutione foeminae, Burgos 1524. Libro llamado Instrucción de la mujer cristiana, Traduction de Juan Justiniano, Valencia, 1528 et Alcalá de Henares, 1529, puis 1535, 1539... Traductions françaises, italiennes, anglaises, allemandes. Pour notre étude, nous nous référons à l’édition des Œuvres Complètes, Madrid, édition Aguilar, 1947-48, 2 tomes.

6 Ed. Aguilar, p. 758 : «La obrecilla [Instrucción de la mujer cristiana] tuvo un éxito mucho más feliz que no me lo prometían ni mi esperanza ni mi expectación y se ganó lectores numerosísimos, y (por hablar parcamente) siendo muy pocos aquellos a quienes descontentó, avivó el deseo de muchos, quienes porfiaron porque yo escribiese con relación al marido lo mismo que había escrito en el segundo libro de mi obra anterior sobre la instrucción de la mujer».

7 De los deberes del marido, Prólogo : «Con la más escrupulosa minuciosidad se ha escrito acerca del asno, del buey y del modo de conocer, domar y curar alcaballo, materias harto viles y depoquísima monta, y nada o casi nada se ha preceptuado aun tocante a la manera de elegir esposa, de dirigirla, de amarla, como tampoco respecto a la de elegir y tratar al marido. Y cuando se ha hecho, se ha hecho muy a la ligera y de manera harto rápida, como a volapie y como quien dice de gato que pasa por ascuas».

8 Juan Huarte de San Juan, éd. citée, p. 497, Artículo ΙII, Donde declara qué diligencias se han de hacerpara que salgan varonesy no hembras : « Los padres que quisieren gozar de hijos sabiosy que tengan habilidadpara letras, hande procurar que nazcan varones, porque las hembras, por razón de la frialdad o humedad de su sexo, no pueden alcanzar ingenio profundo ; sólo vemos que hablan con alguna apariencia de habilidad en materias livianas yfáciles, con términos comunes y muy estudiados, pero metidas en letras nopueden aprender más que un poco de latín y esto por ser obra de la memoria. De la cual rudeza no tienen ellas la culpa, sino que la frialdad y humedad, que las hizo hembras, estas mismas calidades hemos probado atrás que contradicen al ingenio y habilidad ».

9 Pudicicia, virtud que enseña al hombre la honestidad, que debe observar y guardar en sus acciones y palabras, y juntamente a abstenerse de los gustos ilícitos y prohibidos. Es voz latina pudicia, ae[...] Pudicia quiere decir la castidad e honestidad, la cual es virtud mui necessaria en las mugeres (Diccionario de Autoridades).

10 Vives, Formación, p. 1000 : « Sus estudios deberán ser en aquellas letras que forman las costumbres a la virtud ; los estudios de la sabiduría que enseñan la mayor y la más santa manera de vivir ».

11 Tratado del gobierno, document 8, De cómo conviene o no conviene que los padres enseñen a sus hijas a leer y escribir.

12 « [...] la muger no ha de ganar de comerpor el escriuir ni contar, ni se ha de valer por la pluma como el hombre. Antes assí como es gloria para el hombre lapluma en la mano, y la espada en la cinta, assí es gloria para la muger el huso en la mano, y la rueca en la cinta, y el ojo en la almohadilla. Y éstas son las armas que el Espíritu Santo da a la muger fuerte » Ouvr. cité.

13 G. Astete, ouvr. cité, document premier, De la reverencia que en la gentilidad (se tenía a las Vírgenes vestales ; document 2, De las sybilas quefueron vírgenes y profetizaron cosas maravillosas de la venida del hijo de Dios al mundo y del juycio universal ; document 4, Cómo el estado de virginidad es más perfecto que el del matrimonio ; document 5, Del premio que corresponde a lavirginidad, que es llamarlaAureola. J. de la Cerda, Vidapolítica, ch. 2, De cómo se han de criar las donzellas, y de la excelencia de la virginidad ; ch. 8, De la excelente virtud de la castidad y honestidad.

14 J. de la Cerda, ouvr. cité, « La donzella para ser virtuosa ha de tener maestra. La verdadera maestra de la donzella es la gloriosa Virgen María, Nuestra Señora ». Et G. Astete, ouvr. cité, document 3, De cómo la Virgen Nuestra Señora fue la primera que se consagró a Dios, con voto de virginidad.

15 G. Astete, ouvr. cité, document 7, p. 158 et 159 : « y estos raptores son grauemente castigados corforme a las leyes – civiles – y según ellas, no se puede casar el raptor con la virgen que robó. Aunque según la ley Canónica puede algunas vezes casarse, mayormente (como dize el Concilio Tridenlino) quando la mugerpuesta en su libertad quiere por marido al raptor. Pero có lodo esso, el raptor y los que le dieron fauor son descomulgados, infames e incapaces de todas las dignidades [en marge : Conc. Trid. Sess. 24. C. 6.36. q. 2. c. de raptores et c. de puellis].

16 Vives, Formación, ch. XV, p. 1067, De cómo se ha de buscar el Esposo.

17 Vives, Formación, ch. VII, Del trato que la doncella habrá de dar a su cuerpo.

18 Novísima recopilación, Trages, vestidos y otros adornos, Tit. 13.1. 5. 6. 8. 9. 11. 17. 18. J. SEMPERE Y GUARIÑOS, Historia del luxo y de las leyes suntuarias de España, Madrid, 1788, Ed. Atlas, 1973, 2 tomes. Fray H. de TALAVERA, De vestir y de calzar, tractado provechoso que demuestra cómo en el vestir y en el calzar, comúnmente se cometen muchos pecados y aun también en el comer y en el beber, N.B.A.E., Escritores místicos, Madrid, 1911, Tome 1, N° 16, Ecrits cités par J. SIMON DIAZ, Impresos del siglo XVII, CSIC, Titres 39, Costumbres, N° 1560 à 1568.

19 G. Astete, ouvr. cité, document 14, Indica quándo ataviándose pecan o no las donzellas.

20 G. Astete, ouvr. cité, « obrar con sus manos », « ocupación de manos », « ocuparse en labor de manos ».

21 Les deux expressions sont de M. Bataillon. Nous renvoyons au chapitre ΧΠ d’Erasme et l’Espagne consacré au problème de la lecture au XVIème siècle. Les humanistes remettent en cause la littérature de divertissement pour son immoralité et son caractère mensonger. Nous retrouvons cette préoccupation chez Fray Luis de León. Dans la dédicace au Livre premier Des noms du Christ, et dans le premier livre, Fray Luis dénonce les effets pervers des mauvaises lectures et de la poésie en particulier, sur les esprits féminins. Voir dans l’édition Cátedra les pages 144 et 255.

22 A partir de récits de religieuses espagnoles de la fin du XVIème et du XVIIème siècles, Isabelle Poutrin consacre un article à l’éveil des vocations religieuses des petites filles : « Souvenirs d’enfance. L’apprentissage de la sainteté dans l’Espagne moderne » Mélanges de la Casa de Velázquez, ΧΧΙII, 1987.

23 Toutes les biographies et autobiographies citées dans cette dernière partie seront empruntées à la thèse de María Isabel BARBETTO-CARNEIRO, qui comporte de très nombreux extraits : Escritoras madrileñas del siglo XVII. Estudio bibliográfico-crítico, Madrid, Universidad Complutense, Col. Tesis Doctoral, 1986, 2 tomes.

24 Cf. Sor María de San José, Relación de la vida de tresmonjas de Madrid, (1936) ; Βiografía de Luisa de Jesús : « Siendo virrey su padre, a ella le mandaba (su madre) quefuese con las criadas y con Doña Beatriz, su hermana, que era mayor, a fregar los ladrillos y hacer las camas de las criadas y amasar ».

25 Sor María de la Ascensión était la fille de Pascual Pérez, « barbero y cirujano de profesión ». Sor María de Cristo apprendra à lire le catéchisme avec sa mère. Son père s’opposera à ce qu’elle apprenne à écrire, car il pense que les femmes n’en ont pas besoin ! Elle apprendra seule.

26 Saint Paul, « Mulieres in Ecclesia Taceant ». Voir l’étude de « La respuesta a Sor Filotea de la Cruz » faite par M.C. BENASSY-BERLING. Humanisme et religion chez Sor Juana Inés de la Cruz. La femme et la culture au XVIIème siècle, Paris, 1982, chapitre IV, Le féminisme chrétien de Sor Juana.

27 Voir l’étude de C. CHAUCHADIS, Honneur, morale et société dans l’Espagne de Philippe II, Ed. du CNRS, Paris, 1984. Et particulièrement le chapitre III : La morale de l’homme.

Auteur

Casa de Velazquez

© Presses universitaires François-Rabelais, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540