Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume 2

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

V. Milieux physiques, ambiances urbaines et technologies

Acoustique virtuelle et concept de projet urbain

Jean-Marie Rapin

Texte intégral

  • 1 À la retraite, ancien directeur-adjoint du département Acoustique du CSTB, ancien éditeur associé (...)

1Note portant sur l’auteur1

INTRODUCTION

2La réalité des réalisations de projets urbains se traduit par un certain décalage par rapport à l’image d’une représentation préalable. L’échec de grands projets est souvent attribué à une distorsion de cette représentation préalable, partagée par les concepteurs et les maîtres d’ouvrage. La première cause de distorsion est la difficulté qu’il y a de prévoir et de représenter le fonctionnement social d’un projet. Une cause importante réside dans l’erreur de représentation physique de l’objet dans la réalité de son environnement. Ce dernier point est fondamental car il fausse les données sur lesquelles se fonde le pari de l’appropriation sociale du projet.

3Traditionnellement la représentation des projets est visuelle : vue en perspective ou maquettes. Elle a évolué ces dernières années pour se libérer des images de type « photos aériennes », leur substituer des visions à hauteur de piétons, des images intégrées à des photographies, puis des images virtuelles en trois dimensions explorables à volonté et soumises à des éclairages variables. Aujourd’hui on est tenté d’ajouter aux images une dimension sonore trop souvent oubliée. Les acousticiens développent des outils de représentation auditive des espaces sonores fondés sur une modélisation physique des phénomènes et sur la réalité des sources sonores présentes dans l’environnement.

OBJET, PROBLÉMATIQUE ET MÉTHODOLOGIE DE LA RECHERCHE

4Quelles vont être les conséquences de l’usage de tels outils pour les concepteurs ? Quelle utilisation va en être faite dans la présentation des projets aux maîtres d’ouvrages et aux usagers ? Quels pièges les créateurs de l’outil doivent-ils déjouer ?

5Pour rechercher des réponses à ces questions, une équipe d’ingénieurs et de psychologues du CSTB, spécialisés dans la synthèse sonore virtuelle, s’est associée au Centre de Recherche de l’ESpace SONore (CRESSON) de l’École d’Architecture de Grenoble pour réaliser des tests avec de jeunes architectes et mener une expérience dans le cadre d’un projet réel de réaménagement d’un centre ville (Tassin – La-Demi-Lune).

6Comme base de travail le CSTB a réalisé trois maquettes sonores intégrées à des images virtuelles : l’une concerne un site existant à Grenoble dans lequel ont été « incrustés » des projets d’infrastructures de transport nouveaux, les deux autres concernent deux espaces du projet de réaménagement du centre de Tassin dans le cadre d’images purement virtuelles.

7À la simulation du trafic automobile a été ajoutée une simulation des sons de la vie sociale fondée sur des enregistrements.

8Les maquettes sonores ont été présentées auprès de différents professionnels de l’aménagement afin de recueillir leurs réactions, tandis qu’un travail plus fondamental de tests sur les associations sons-images était mené auprès de jeunes architectes.

RÉSULTATS

9Les objectifs étant différents, les conclusions que l’on peut tirer des deux approches ne se situent pas au même niveau.

10Les premières ont plus trait aux usages professionnels des maquettes visuelles et aux limites qu’elles présentent au moins dans leur état de développement actuel. Les secondes mettent plus en avant les avantages et les limites du caractère plurimodal de ces maquettes.

USAGES PROFESSIONNELS DES MAQUETTES VIRTUELLES

11Pour les professionnels, les deux maquettes qui leur ont été présentées, celle de Grenoble et celle de Tassin, n’ont pas le même statut.

12Le projet fictif de Grenoble, qui présente l’implantation d’une voie en viaduc sur un axe existant, apparaît plus comme un outil de décision politique permettant de préfigurer diverses implantations possibles et d’évaluer l’impact des protections nécessaires.

13Concernant Tassin qui est un projet réel, la maquette est perçue comme présentant les différentes caractérisations d’un possible. Elle propose divers scénarios en vue d’une décision qui ressortit plus au domaine de l’urbanisme pour une recherche de cohérence entre l’ambiance visuelle et l’ambiance sonore. Dans ce cas précis, deux difficultés, pour les observateurs, s’opposent à ce qu’ils considèrent la maquette comme une préfiguration réaliste de la situation future. Difficultés qu’ils expriment en soulignant le décalage qui existe entre les sons et l’image. Ceux-là ayant, par rapport à celle-ci, une trop grande présence.

14Cette remarque concerne une scène de place dans laquelle des enfants qui jouent sont situés derrière le spectateur et ne sont donc pas visibles sur la vidéo. C’est ce contraste qui, vraisemblablement, produit cette impression de décalage.

15Décalage qui existe également dans la représentation d’un mail où la scène sonore est composée de bruits de voitures se situant sur divers plans et du bruit d’un chariot de magasin se déplaçant de l’arrière vers l’avant, à la droite du spectateur. Le mail est bordé d’immeubles d’habitations dont certains rez-de-chaussée sont des commerces. Le décalage, dans ce cas, vient de l’absence de bruits produits par les habitants des immeubles ou les occupants des commerces.

16En outre, l’espace urbain représenté, hormis le mail qui n’existe pas, est un espace réel, bien connu des professionnels. Ils abordent donc la maquette avec des schémas préexistants, des références qui créent des attentes. L’écart par rapport à ces attentes confère un aspect irréel à ce que propose la maquette.

CARACTÈRE PLURIMODAL DES MAQUETTES VIRTUELLES

17Pour les étudiants, comme pour les professionnels d’ailleurs, la scène sonore est souvent perçue comme plus riche que la scène visuelle. Elle apporte une dimension vivante et même, nous l’avons déjà souligné, une nouvelle dimension à la scène visuelle. Grâce au son, il est possible de faire exister des objets et des événements qui ne sont pas décelables dans la vue frontale. Cette remarque souligne à la fois l’intérêt et les limites ou les dangers potentiels de ces outils.

18Ils permettent en effet de faire voir et de faire entendre des situations composites qui sollicitent plusieurs modalités sensorielles. Mais à la fin, qu’a-t-on vu, et qu’a-t-on entendu ? D’autres approches ont montré que la reproduction à l’identique d’une scène sonore pouvait être considérée, par les usagers du lieu représenté, comme improbable, voire irréelle, occupés qu’ils sont, dans la vie quotidienne, à trier et à sélectionner dans la masse d’informations qui leur arrive. Pour qu’une scène soit reconnue, identifiée, ce ne sont pas les sources elles-mêmes qui importent, mais plutôt un ensemble de sources qui composent une ambiance emblématique. Il ne s’agit donc pas de préfigurer mais de représenter, de mettre en scène.

19On touche là toute l’ambiguïté d’un outil qui d’une part tire sa légitimité de son caractère scientifique en faisant appel à une banque de données techniques pour réaliser des simulations qui mettent en œuvre des outils informatiques puissants et sophistiqués pour fournir des résultats en temps réel. D’autre part, cet outil est un support de représentations qui étaye, valide même, le caractère réaliste de ce qu’il restitue sur l’intersubjectivité qui suppose non seulement une culture commune, en tout cas des éléments de culture, des schèmes ou des références communs et, par-dessus tout, une nécessaire connivence entre les acteurs.

20D’un point de vue strictement cognitif, c’est la cohérence des informations qui permet une expérience perceptive « objective ». On peut en effet supposer que c’est l’existence d’une information spatiale redondante qui fixe les conditions de l’unicité et de la répétabilité de l’expérience et constitue [ce qu’on appellera] les « conditions de correction ».

21Toutefois, si cette cohérence, que l’on pourrait qualifier d’intra-objectale, est nécessaire, elle semble insuffisante pour assurer l’identité et la reconnaissance d’un lieu. Il semble également nécessaire que l’on observe cette même cohérence intermodale dans les relations qui existent entre les objets présents dans la situation. Il faut enfin, c’est ce que sous-entend la notion de connivence, qu’il y ait une certaine cohérence entre ce que présente la scène en faisant appel aux différentes modalités sensorielles et les schémas ou les modèles, qu’ils soient fondés sur des souvenirs ou des attentes, avec lesquels chacun de nous entre en relation avec son environnement.

22On le voit, il reste une ambiguïté certaine dans l’usage que l’on peut faire de cet outil. C’est sans doute la raison pour laquelle il apparaît à certains plus comme un outil pédagogique que comme un outil de conception. La prise en compte de la dimension sonore doit certes être faite dès l’amont, mais sous une forme plus légère. En tant qu’outil pédagogique, il a sa place lors de la phase terminale de l’étude, au moment de présenter les résultats au maître d’ouvrage ou aux usagers. A-t-on pour autant levé toute ambiguïté ?

CONCLUSION

23Cette recherche montre la difficulté de surmonter l’écart entre une représentation qui reste une mise en scène et une réalité prospective. La représentation virtuelle reste interprétée à travers une culture de spectateur, le transfert vers la réalité reste un exercice mental difficile. L’expérience de Tassin – La Demi-Lune reste positive car elle a suscité des questions et permis une évolution du projet. La valeur pédagogique de l’outil a largement conquis les responsables de projets.

VALORISATION

24Aubrée D., (2003), « Les maquettes virtuelles : aide ou écran ? », Nicéphore days, Chalon-sur-Saône, 20 novembre 2003.

25CSTB, (1998), Brevet d’invention n° 98-10069 – Spatialisation Sources Sonores, août 1998.

26Maillard Julien, Martin Jacques, Champelovier Patricia, Lambert Jacques, (2004), « Perceptive evaluation of road traffic noise inside buildings using a combined image and wave field synthesis system », Joint congress CFA/DAGA’04, Strasbourg, 22-25 mars 2004.

27Martin J., Dudouet E., (1999), « A New HRTF Decomposition and the Corresponding Algorithm for Sound Spatialization », ASA/DAGA Joint Meeting, Berlin, 14-19 mars 1999.

28La première expérimentation de l’outil a eu une retombée positive sur le projet de Tassin – la Demi-Lune en amenant une prise en compte de l’acoustique dans le concours paysager, et sur les urbanistes du Grand Lyon qui ont été sensibilisés pour d’autres projets.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Maillard J., Martin J., (2001), « Evaluation of ACOUSTIC Comfort in Buildings », Campfire on Acoustic Rendering for Virtual Environments, Snowbird, Utah, USA, 26-29 may 2001.

Martin J., (1998), « Maquette Sonore Virtuelle : un Nouvel Outil de Simulation », Journée spécialisée INRETS Caractériser et modéliser le bruit des transports en milieu urbain, 28 mai 1998.

Proust J., (1997), « L’espace, les sens et l’objectivité », dans Proust J. (éd.), Perception et intermodalité, Paris, Presses Universitaires de France, pp. 125-158.

Notes

1 À la retraite, ancien directeur-adjoint du département Acoustique du CSTB, ancien éditeur associé « Environmental acoustic » de la revue Acta Acustica.

Auteur

Responsable scientifique

Équipe : Jean-Marie Rapin (CSTB), Dominique Aubrée (CSTB), Jacques Martin (CSTB), Olivier Balaÿ (CRESSON), Jean-Luc Bardyn (CRESSON).


mailto:rapin@cstb.fr
CSTB Grenoble
24, rue Joseph Fourier
38400 St-Martin-d’Hères
Tél. : 04 76 76 25 25

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540