Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

École et Église en Espagne et en Amérique Latine

 | 
Jean-René Aymes
, 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

III. État, École, Église

École, Église et question linguistique en Pays Basque espagnol. Les orientations du Congrès d’Études Basques d’Oñate (1918)

Pierre Bidart

Texte intégral

«Si un hecho en la historia moderna ha tenido una profunda repercusión en Vasconia, éste es el Concilio de Trente, cuyos efectos llegaron a conformar de modo permanente casi todos los aspectos de la vida del País. Después de él, y en su consecuencia, va realizándose la identificación, luego familiar, de lo vasco con el catolicismo».

  • 1 Citation de L. Michelena reproduite en référence par F. García de Cortázar, « La Iglesia Vasca y l (...)

1Cette influence du catholicisme, ainsi justement soulignée par L. Michelena1, reste une donnée essentielle dans l’analyse de la question scolaire en Pays Basque comme dans les autres régions du monde ibérique.

  • 2 Voir à ce sujet, J.L. Guereña, « L’Etat et l’école au XIXe siècle » in Ecole et Société en Espagne (...)
  • 3 L’article 88 est ainsi rédigé : « La gramática y ortografía de la Academia Española serán texto ob (...)

2De l’examen rapide de la position idéologique et politique de l’école en Espagne, on peut tout d’abord retenir que l’école « fonctionne » plus comme appareil d’Eglise qu’appareil d’Etat. Elle ne participe que faiblement à la production et à la reproduction de l’idéologie nationale, le souci du contrôle moral des populations primant sur toutes les fonctions habituelles assumées par l’institution scolaire. Ainsi la Loi organisant l’instruction publique (expression datant de la Constitution de 1812), dite Loi Moyano2, insiste notamment sur l’apprentissage de la grammaire castillane3, sur la nécessité de l’enseignement religieux mais n’assigne à l’école aucun rôle de fabrication de « l’esprit national ». Le régime franquiste, pour la première fois, imposera clairement à l’école publique la mission de célébrer les antiques valeurs nationales espagnoles réinterprétées selon les dogmes phalangistes (tout en n’accordant à celle-ci que peu de moyens et après l’avoir épurée de tous ses éléments idéologiquement les moins conformes).

3Par ailleurs, si dans des pays comme la France en particulier, la philosophie de la laïcité scolaire est apparue au XIXe siècle comme un trait fondamental de l’Etat républicain, celle-ci se développera en Espagne dans la périphérie de l’Etat, au sein d’un mouvement de caractère philanthropique, la « Institución Libre de Enseñanza ».

  • 4 Rares sont les études sur la question scolaire en Pays Basque. Signalons tout d’abord un ensemble (...)

4L’étude de la question scolaire en Pays Basque4 doit prendre en compte plusieurs données relatives à la situation administrative, politique, culturelle et religieuse des provinces basques au XIXe siècle :

  1. l’existence d’un fort particularisme forai et les limitations que celui-ci impose aux interventions de l’Etat ;
  2. les prétentions de l’Eglise (dont l’influence locale est renforcée par la fondation du diocèse de Vitoria en 1862) qui a modélisé à partir du XVIIIe siècle la figure de baserritar5 (homme de la campagne) croyant comme symbole du basque authentique et qui revendique le rôle prédominant dans le système éducatif en confondant facilement instruction et contrôle social ;
  3. la place des diputaciones et des municipalités qui vont assumer l’essentiel de la responsabilité publique dans l’évolution de l’enseignement primaire et secondaire ;
  4. l’émergence du projet nationaliste qui comporte un volet éducatif6 ;
  5. la prédominance de l’usage du basque comme moyen de communication sociale dans le monde rural basque.
  • 7 Voir à ce propos Junta Provincial de Instrucción Pública de Bizcaya : « Circular referente al basc (...)
  • 8 En réalité, dès la première moitié du XIXe siècle, le prêtre Angel Pascual de Ituriaga avait initi (...)

5Dans un pays marqué par la diversité des usages linguistiques mais aussi par un fort taux d’analphabétisme, l’expérience scolaire comporte nécessairement la confrontation linguistique, pour ce qui concerne le Pays Basque entre le castillan, langue des institutions officielles et scolaires, et le basque, laquelle confrontation tourne souvent à l’affrontement, le recours à « l’anillo » illustrant sa tragique dimension7. Dès le début du siècle, des expériences de scolarisation bilingue8 avaient été menées avec des fortunes di verses : la première semble avoir été conduite par le prêtre R. Azkue (premier Président de 1’Académie de la langue basque fondée en 1918) vers 1903 dans le cadre du Colegio de Beato Fr. Valentin Borrio Otxoa. La presse locale notamment l’hebdomadaire La Patria devait lancer en 1905 des appels en faveur de la création d’écoles privées bilingues. Celle de Mufioa, fondée en 1914 à San Sebastián, se distinguera par son importance et par son exemplarité.

  • 9 Le thème de l’enseignement sera également abordé dans les congrès suivants selon les orientations (...)
  • 10 Les autres objectifs du Congres étant, « El difundir la cultura vasca» et «Promover la formación d (...)

6Le Congrès d’Etudes basques d’Oñate (1918), en faisant du champ des relations entre l’éducation et la société un de ses thèmes centraux9, souligne pour la première fois l’importance sociale de la question scolaire dans une société – le Pays Basque en l’occurrence – marquée très profondément par les remodelages sociaux dus à l’industrialisation, la consolidation de la pensée et de l’action nationalistes basques et de ce fait par la redéfinition des relations entre la bourgeoisie, l’Etat et l’Eglise. La réflexion sur le champ éducatif privilégie l’examen des modalités administratives et pédagogiques de promotion de la langue et de la culture basques tandis que le projet scolaire, dégagé par le Congrès, échappe à la tutelle de l’Etat dont on souligne à souhait les défaillances et doit être confiée à l’Eglise pour sa mise en œuvre.10

Préoccupations réformistes et essais de compromis culturel

  • 11 Op.cit., p. 866.
  • 12 Ibidem.
  • 13 Idem, p. 871.
  • 14 Idem, p. 873.

7L’idée d’un rassemblement autour des études basques avait été lancée par Angel Apraiz, secrétaire de l’Ateneo de Vitoria et professeur à l’Université de Salamanque, à l’occasion d’une conférence sur le thème de la nécessité d’une « Université basque ». Celle-ci fut reprise immédiatement par la Diputación du Guipúzcoa (sur l’initiative de son Président, l’intégriste Ladislao Zavala) qui vota une motion en sa faveur, motion qu’elle présentait aux Diputaciones de Navarre, de Vizcaye et d’Alava. Celles-ci répondirent favorablement. Une junte de patronage fut instituée par les quatre provinces, à laquelle étaient associés également les évêques de Pampelune, de Vitoria et de Bayonne. De ce fait, le Congrès d’Oñate s’impose comme un événement culturel sans précédent de par sa composition culturelle. (La plupart des grands érudits basques de l’époque y figurent, G. Mújica, M. Barandiarán, T. Aranzadi, J. Urquijo, R. Azkue, A. Apraiz, C. Echegaray, etc), par l’étendue du champ de la réflexion (les sciences politiques et sociales, la race, la langue, l’histoire, l’art, l’enseignement et les Ayuntamientos, « porque la enseñanza es función de la sociedad y sólo en el caso de que ésta la desatienda es función del Estado »11. Il définit également les conditions politiques nécessaires pour la mise en œuvre du projet scolaire : « Hay que convenirse, señores, en que nuestros padres de familia, nuestras Diputaciones y nuestros ayuntamientos, están capacitades para fomentarla y dirigirla, porque somos mayores de edad. Hay que decirlo ya muy alto: no necesitamos en esta materia, ni en otras muchas, la acción tutelar del Estado » (souligné par nous)12. Le conférencier Eleizalde déplore le manque d’intelligence de l’Etat qui impose des écoles de langue castillane aux parties bascophones des provinces basques. Il serait, juge-t-il, « lógico, racional y justo »13, que celui-ci modifie ses considérations abstraites sur l’éducation et décide de créer des écoles basques dans les régions bascophones. Mais i1 estime cette perspective « poco probable » et propose la création d’écoles propres (sur le modèle des écoles tchèques, les « Matitse Skolska »), dans un cadre associatif, où la responsabilité pédagogique serait confiée au clergé basque. Cependant, la régénération morale d’un pays ébranlé au cours des deux dernières décennies par les transformations sociales ne pourra se réaliser sans la fondation d’une université basque, clef de voûte de l’ensemble du système éducatif, prestigieuse institution, « inmediatamente después de la Iglesia »14, de mobilisation spirituelle.

  • 15 Idem, p. 875.
  • 16 Idem, p. 878.
  • 17 Ainsi celui que «la gramática es aprender castellano, no siendo ni debiendo ser otra cosa que un m (...)
  • 18 Idem, p. 879.
  • 19 Idem, p. 889.

8De son côté, E. de Landeta, appelé à analyser « el estado actual de la escuela en el País Vasco - Sus remedios inmediatos », après avoir relevé avec malice que certains esprits éclairés du Pays Basque sont absents du Congrès (« Por mi mente, cruza rápido el de un vizcaíno, figura de relieve en una Universidad... »15, sans doute s’agit-il d’Unamuno !), rappelle certaines données de l’enquête statistique de 1910 relatives au statut juridique des écoles de villages pour souligner l’absence de l’Etat (écoles appartenant aux municipalités : 320, à la Province : 1, aux particuliers : 49, à l’Etat : 0), lequel n’affirme sa présence que sur le site urbain de Bilbao. Se situant implicitement dans le sillage idéologique de l’antique Real Sociedad Bascongada, il estime que « la creación de la escuela primariafué una conquista de la democracia »16, mais l’enseignement se faisant en castillan de nombreux enfants, bascophones, n’ont pas pu jusqu’ici profiter des acquis de cette conquête démocratique. Ce type de scolarisation inspiré de principes pédagogiques erronés17 fige les gens dans l’ignorance. Il dresse gravement et lucidement un constat totalement négatif quant à l’efficacité du système scolaire qui tend à enfermer l’élève dans un rôle passif, à le « considerar al niño como un recipiente » et aux carences du Ministère de l’Instruction Publique. Il observe que les instituteurs se gardent consciencieusement de parler en basque aux enfants de peur d’être pris pour des « bizkaitarras » (disciples du fondateur bizcayen du nationalisme basque Sabino Arana Goiri) : « Para algunos, el bizkaitarrismo tiene su esencia en el odio al extraño al país, y corno los maestros son casi todos extraños en Vizcaya, les ha parecido que fomentar el vascuence era como desencadenar más odios aún contra ellos »18. Il n’hésite pas à prendre pour exemple la France, la « centralista Francia », qui a demandé à M. Caresson d’écrire un manuel basque français pour les écoles basques de la République en vertu d’une décision de M. Pecaut selon laquelle le basque ne doit pas être exclu de l’école et les maîtres doivent la connaître. Il suggère la création de chaires de basque dans les écoles normales à l’instar de celles fondées pour la langue catalane par les dispositions du 26 octobre 1915 et du 14 décembre 1917 pour Barcelone et Gerona. Il ne s’oppose pas a priori à l’idée que la direction d’un centre soit entre les mains d’un religieux ou d’un prêtre pourvu que celui-ci ait les capacités pédagogiques requises19.

  • 20 Idem, p. 890.
  • 21 Idem, p. 899.
  • 22 Idem, p. 901.

9Il supplie le Ministère de l’Instruction Publique de faire en sorte que les maîtres connaissent le basque pour être réellement efficaces. Et si celui-ci se refuse à mettre en œuvre de telles propositions, il est du devoir des Diputaciones de « fundar sin arrogancia ni impertinencia alguna, sino en la mejor armonía, y dentro de la mayor cordialidad, la escuela vasca al margen de la Escuela del Estado »20. Il insiste en outre sur la fonction socialisante de disciplines comme la géographie, l’histoire et l’instruction civique, lesquelles permettent d’accéder à la véritable citoyenneté, celle qui permet de s’identifier à la Nation, à l’Etat21. Et pour conclure, il lance « Hagamos escuela vasca para que tengamos hombres vasvascos »22.

  • 23 Idem, p. 910.
  • 24 Idem, p. 911.
  • 25 Idem, p. 914.

10D.L. de Urabayen stigmatise l’incompétence des maîtres d’écoles basques23 et leur instabilité professionnelle24, la médiocrité manifeste des écoles normales, reconnaît la légitimité de l’Etat pour l’attribution du titre de « maestro nacional »25, souhaite que l’on donne la préférence aux candidats-maîtres d’origine basque et que l’on teste leur niveau de connaissance en basque.

  • 26 Idem, p. 926.
  • 27 Idem, p. 929.
  • 28 Idem, p. 931.
  • 29 Ibidem.

11Enfin, D. Adelina Méndez de la Torre observe que « la escuela pública que hoy se llama nacional, estaba creada ante la indiferencia del Estado »26. Elle insiste sur la fécondité des relations entre l’« alma nacional » et les « almas regionales »27. Et quant à l’usage scolaire du basque, « ¿Sería única la lengua euskera en la nueva escuela? De ningún modo, en interés del Estado y en el nuestro, deben las dos lenguas convivir en las Escuelas primarias del País Vasco »28. Par ailleurs, les Estado »), par le castillan d’autre part (« ese nexo será la lengua castellana »)29.

Au-delà du scolaire

  • 30 Idem, p. 925.

12Maintes fois évoqués et stigmatisés au cours des débats, les impuissances et les archaïsmes de l’Etat poussent les orateurs du Congrès à imaginer des formules pédagogiques et administratives dans la périphérie de celui-ci. D. Adelina Méndez de la Torre résume parfaitement la somme des analyses et des frustrations qui résulte de ce constat : « El Estado Español no tiene en sus manos la educación de la Nación, sólo tiene la administración. No hay programas nacionales, no hay finalidad definida y concreta, con derecho a exigirla, no hay ideal respecto del ciudadano, no hay interés, no hay amor de la Patria »30. Face à l’Etat, l’Eglise s’impose comme l’autre grande institution dont la légitimité de son action en matière scolaire ne souffre pas de contestation. Le débat reste donc enfermé entre la célébration des vertus religieuses dans le domaine éducatif, la difficile émergence d’une forme de pensée laïque et la conscience désespérée que l’innovation reste impossible au sein de l’Etat.

13Les transformations sociales et culturelles opérées par l’industrialisation restent suspectes aux yeux d’une Eglise engagée dans une croisade idéologique contre le libéralisme et le modernisme, dans la mesure où elles sont attentatoires à l’ordre moral, religieux et culturel hérité de la société « traditionnelle » basque. En effet, assumant depuis le XVIIIe siècle l’essentiel du travail de promotion de la langue et de la culture basques, elle redoute les effets conjoints d’une débasquisation et d’une déculturation et voit au contraire de façon favorable tout projet de restauration culturelle de l’identité basque (même si dans certaines institutions religieuses des actions sont menées visant à interdire l’usage du basque). En cela, un projet scolaire officialisant la langue et la culture basques et réaffirmant sa prééminence dans le domaine éducatif ne peut que la satisfaire.

14Le projet scolaire issu du Congrès d’Oñate se nourrit de considérations politiques (réaffirmation du rôle des structures locales de pouvoir. Diputaciones, municipalités, face à l’Etat), idéologiques (l’Eglise contre l’Etat, la pensée religieuse contre la laïcité), morales (la formation de l’« être » basque) et culturelles (la langue et la culture basques à côté de la langue et de la culture castillane).

15Ce dernier point est illustré par la résolution retenue par le Congrès :

  • 31 Idem, p. 944.

«La lengua vasca debe ser obligatoria por razón de derecho en los niños y en el País Vasco, y, sentado este principio como intangible, la Sección acuerda que la enseñanza, o, más claro, la instrucción y educación del niño, se realicen en el idioma conocido por él mismo, o sea: en las zonas euzkaldunes, debe instruirse en castellano, enseñándose a lavez la lengua vasca, por ser la propia, y, por lo tanto, de derecho, ya reconocido también en aquellas frases consoladoras de derecho, ya reconocido también en aquellasfrases consoladoras de S.M. el Rey en el acto inaugural de este congreso: «cultivad vuestra lengua, el milenario y venerable euskera, joya preciada del tesoro de la humanidad que habéis recibido de vuestros padres y debéis legar, incólume, a vuestros hijos»; y en las zonas del País Vasco euskaldunes la enseñanza deberá ser dada en vascuence; en las lingüísticamente mixtas, la lengua vasca será la que se use como medio de enseñanza. En las zonas euskaldunes y mixtas referidas no quedará desatendida sin embargo, la enseñanza del castellano, debiéndose también tener en cuenta a este efecto, la existencia de la lenguafrancesa entre los demás habitantes del País Vasco.
Sin embargo, en todo el Ρaís Vasco es necesario el absoluto y perfecto conocimiento por todos los vascos, de su idioma propio, porque la posesión del idioma natural, es un problema de desenvolvimiento integral como el de la educación, es el medio adecuado que por su preparación secular en las generaciones del País, puede únicamente resolverlo ventajosamente
»31.

16Pragmatique, soucieux de trouver un équilibre entre la proclamation de l’identité basque (perçue de façon essentialiste et non en termes de conditions historiques de constitution) et la référence culturelle castillane, – tout ceci est en définitive tout à fait conforme aux options idéologiques des organisateurs –, tel se veut le Congrès d’Oftate qui tient par ailleurs à exprimer ses réserves à l’égard de certaines pratiques pédagogiques à l’égard du basque observées au sein d’institutions religieuses :

  • 32 Idem, p. 945-946.

«La Sección se ha enterado con verdadero disgusto de que determinadas instituciones de religiosos, dedicadas a la enseñanza en el País Vasco, emplean con los niños el incalificable procedimiento del añillo para combatir el euskera. Y si el hecho es cierto, la Sección ruega al Congreso tome las medidas oportunas para acabar con este crimen contra lapersonalidad vasca, y hacer extensivas esas medidas a todos los casos semejantes de que hubiere con conocimiento»32.

Notes

1 Citation de L. Michelena reproduite en référence par F. García de Cortázar, « La Iglesia Vasca y la implantación del liberalismo » in I Semana de Estudios de Historia Eclesiástica del País Vasco, Vitoria, Facultad de teología, 1981, p. 123.

2 Voir à ce sujet, J.L. Guereña, « L’Etat et l’école au XIXe siècle » in Ecole et Société en Espagne et en Amérique latine (XVIII-XXe siècles), publications de l’Université de Tours, 1983, pp. 49-61.

3 L’article 88 est ainsi rédigé : « La gramática y ortografía de la Academia Española serán texto obligatorio y único para estas materias en la enseñanza pública ».

4 Rares sont les études sur la question scolaire en Pays Basque. Signalons tout d’abord un ensemble d’études d’intérêt inégal sur toutes les provinces basques : Ignacio Lasa y otros, Sobre la enseñanzaprimaria en el País Vasco, Auñamendi, San Sebastián, 1968 ; une fort intéressante introduction historique et sociologique de Jesús Arpal, de Begoña Asua et Pauli Dávila, Educación y Sociedad en el País Vasco, ed. Txertoa, San Sebastián, 1982 ; quelques articles relatifs au rôle de l’Eglise dans la défense de la langue basque, E. Etxezarrate, « Euskal Herriko Elizaren jokabidea euskarari buruz » (L’action de l’Eglise en Pays Basque en faveur du basque), Euzkera, 1978, XXXIV, pp. 829-862 ; G. Monreal, « Elizaren praxia euskarari buruz » (l’action de l’Eglise à l’égard du basque), Jaunaren Deia, 1978, pp. 33-39 ; Mujika, «Eliza et a euskararen aldeko borroka » (L’Eglise et la lutte en faveur du basque), Jaunaren Deia, 1978, p. 7-29.

5 Voir ainsi Baserritar nequezaleenco Escolia de Juan José Moguel, 1816. L’auteur estime que l’éducation relève de la compétence du père de famille rurale et doit être inspirée par les dogmes de la doctrine chrétienne. Ouvrage cité par Jesús Arpal y otros, op. cit., p. 40.

6 Le fondateur du mouvement nationaliste basque, Sabino Arana Goiri, avait élaboré dès 1897 une méthode de lecture pour enfants Umiaren lenengo Aizkidea, reconnaissant ainsi à la langue basque une place centrale dans la stratégie éducative nationaliste.

7 Voir à ce propos Junta Provincial de Instrucción Pública de Bizcaya : « Circular referente al bascuence (prohibiendo a los maestros el uso del anillo, tableta y otros castigos a los niños que hablan euskera y previniéndoles que carecen de facultades para prohibir el uso del bascuence fuera de la escuela »), Eskual Erria, 1902, pp. 149-153 ; voir aussi le roman d’Arturo Campión Blancos y negros, 1898.

8 En réalité, dès la première moitié du XIXe siècle, le prêtre Angel Pascual de Ituriaga avait initié des pratiques bilinguistiques au sein de l’école publique. Mais celui-ci devait être dénoncé comme encyclopédiste et corrupteur de jeunesse, la promotion de la langue basque au sein de l’école de l’Etat apparaissant comme une aberration frappée d’immoralité.

9 Le thème de l’enseignement sera également abordé dans les congrès suivants selon les orientations idéologiques parfois contrastées : Pamplona 1920, Guernica 1922, Vitoria 1926, Vergara 1930.
intégriste qui y dénoncera les interventions d’orateurs « notoriamente heterodoxos ». Voir à ce propos, la lettre de M. Mújica à J. Zaragüeta (18 février 1921), Archivos de la Sociedad de Estudios Vascos, citée par Idoia Estornés Zugizarreta, La Sociedad de Estudios Vascos, publication de la S.E.V., 1983, p. 23 ; voir aussi la lettre de J.M. Gonzales de Echavárri « El Congreso de Estudios Vascos y el laicismo en la enseñanza » publiée dans La Constancia. Diario integ-fuerista, du 14 août 1920.

10 Les autres objectifs du Congres étant, « El difundir la cultura vasca» et «Promover la formación de una entidad que, constituida por todos los amantes de la tierra vasca, dé permanencia a la labor del Congreso y perdure como unificadora y directriz del renacimiento de nuestra cultura ». En effet le Congrès retiendra le projet de la création d’une Académie de la langue basque qui verra le jour peu après tandis que se constituera la Sociedad de Estudios Vascos. Voir Primero Congreso de Estudios Vascos, Bilbaíno de Artes Gráficos, Bilbao, 1919, p. 34.

11 Op.cit., p. 866.

12 Ibidem.

13 Idem, p. 871.

14 Idem, p. 873.

15 Idem, p. 875.

16 Idem, p. 878.

17 Ainsi celui que «la gramática es aprender castellano, no siendo ni debiendo ser otra cosa que un método de hablar arregladamente los idiomas en general, acomodando este conocimiento, al propio y al estraño».

18 Idem, p. 879.

19 Idem, p. 889.

20 Idem, p. 890.

21 Idem, p. 899.

22 Idem, p. 901.

23 Idem, p. 910.

24 Idem, p. 911.

25 Idem, p. 914.

26 Idem, p. 926.

27 Idem, p. 929.

28 Idem, p. 931.

29 Ibidem.

30 Idem, p. 925.

31 Idem, p. 944.

32 Idem, p. 945-946.

Auteur

Université de Paris

© Presses universitaires François-Rabelais, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540