Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

École et Église en Espagne et en Amérique Latine

 | 
Jean-René Aymes
, 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

III. État, École, Église

L'enseignement au Collège des petits chanteurs de la Chapelle royale de Madrid, de 1700 à 18331

Guy Bourligueux

Texte intégral

  • 1 Pour la préparation de la présente communication, nous avons puisé nos sources à l'Archivo General (...)

1Fondé par Philippe II et placé sous le vocable de Santa Bárbara, le Collège des petits chanteurs de la Chapelle royale était installé calle de Leganitos à Madrid. Au XVIIIe siècle et au début du XIXe, il accueillait une dizaine d'enfants de chœur, de préférence des castrats. Il était dirigé par un Recteur, qui était le maître de chapelle de la Chapelle royale – en principe, un prêtre –, lequel était chargé de l'administration matérielle et, selon les époques, de la formation musicale ou générale, et de l'éducation des petits pensionnaires.

2Le recrutement de ces derniers se faisait par concours, comme pour toutes les autres places de la Chapelle royale. Les épreuves en étaient très difficiles et visaient à une sélection sévère, compte tenu des avantages offerts aux jeunes collégiens, lesques étaient, bien entendu, logés, nourris, vêtus, blanchis, soignés, éduqués et instruits aux frais du roi. Aussi, les candidats étaient-ils souvent fort nombreux : quatorze en 1789,1798 et 1814, dix-neuf en 1831, vingt-deux en 1828.

3En règle générale, on accueillait ces enfants de chœur entre sept ans et demi et neuf ans, pour les voix naturelles, et jusqu'à quinze ans pour les castrats. Nous avons pu recenser cent quarante-cinq noms de pensionnaires qui ont séjourné dans l'établissement pendant la période qui va de l'avènement de Philippe V à la mort de Ferdinand VII (1700-1833). Mais nous ne disposons pas de renseignements biographiques détaillés sur tous ces petits chanteurs. Il est donc malaisé de dresser une statistique sur leur âge à leur admission. Il nous faudra nous contenter ici de tenter de dégager une tendance.

4Sur les quarante-cinq collégiens non castrats dont nous possédons la date de naissance, le plus jeune fut reçu à sept ans, sans doute parce qu'il était le cousin d'un organiste de la Chapelle royale qui exerçait les fonctions de maître de musique au Collège. Les plus âgés, recrutés à treize ans – soit six ans de plus – sont au nombre de six. Trois d'entre eux ont accédé ensuite à la Chapelle du roi ; un autre a fait une belle carrière en province. Treize furent admis à l'âge de dix ans, dont six devinrent d'excellents musiciens. Huit furent engagés à neuf ans ; sept, à onze ans ; cinq, à huit ans ; quatre, à douze ans. Ces derniers, ainsi que ceux qui ont été pris à onze ans et à huit ans, semblent avoir bénéficié de protections. Assez souvent, des candidats ne furent pas admis à se présenter au concours, ou ne furent pas reçus à l'issue des épreuves, parce qu'ils étaient trop âgés.

5Pour les castrats, le problème est quelque peu différent. Sur les vingt-deux dont nous connaissons l'âge au moment du recrutement, les deux plus âgés ont seize ans. Le plus jeune fut engagé à six ans, mais on peut considérer que son cas est vraiment exceptionnel, car il fut reçu en 1829, à une époque où l'on ne trouvait plus que très rarement des castrats en Espagne. Les plus nombreux (cinq) ont été admis à l'âge de treize ans. Quatre d'entre eux furent ensuite musiciens de la Chapelle royale, tandis que le cinquième y obtenait une place de sacristain. Nous trouvons par ailleurs quatre castrats recrutés à l'âge de dix ans ; trois, à douze ans ; trois, à quinze ans ; deux, à onze ans ; deux, à neuf ans ; deux, à huit ans ; un, enfin, à quatorze ans. Nous n'en rencontrons aucun à sept ans, ce qui n'est pas fait pour surprendre et confirmer que le cas de 1828 est exceptionnel.

6La durée du séjour dans l'établissement est en principe de dix ans au maximum, mais là aussi il peut y avoir bien des différences selon les cas. Tout d'abord, un enfant de chœur quitte le Collège au bout de quatre mois. Deux autres n'y restent qu'un an ; quatre, deux ans ; trois, trois ans ; neuf, quatre ans. Dix-sept autres pensionnaires disparaissent eux aussi assez rapidement : neuf ne séjournent que cinq ans dans la maison de la calle de Leganitos – soit la moitié du temps prévu – ; huit, six ans. Par ailleurs, sept y passent sept ans ; dix, huit ans (sept d'entre eux deviendront musiciens). Ajoutons que cinq petits chanteurs vont mourir de façon prématurée.

7Arrivons-en maintenant à la durée moyenne prévue pour le séjour des enfants dans l'établissement. Ce sont, bien sûr, les cas les plus nombreux. Si nous envisageons des durées de neuf à douze ans, nous pouvons compter quarante-quatre exemples. Treize pensionnaires passent neuf ans au Collège ; treize autres, dix ans ; onze, onze ans ; sept, douze ans. Cependant, on observera que vingt-trois jeunes chanteurs s'attardent calle de Leganitos bien au-delà des dix années prévues. Nous en trouvons onze qui y séjournent treize ans ; quatre, quatorze ans ; un, seize ans ; quatre, dix-sept ans ; un, dix-huit ans ; un, vingt ans. Le chiffre le plus élevé que nous ayons pu rencontrer est de vingt-trois ans.

***

8D'après les Constitutions de 1672, il s'agissait de former les enfants de chœur du collège à la pratique du chant religieux : on leur faisait étudier des messes, versets, etc. en plain-chant traditionnel. D'autre part, on les initiait au contrepoint, à la polyphonie et à l'art de la variation. Le but était d'en faire des chanteurs « habiles ».

9Cet enseignement musical semble avoir été assuré ainsi jusqu'à la mort du Recteur maître de chapelle José de Torres Martínez Bravo en 1738. On sait cependant que très souvent les Recteurs et les professeurs se faisaient remplacer pour leurs leçons par des disciples avancés. Ce fut le cas de Duron, de José Francisco Medrano et de Torres Martínez Bravo, par exemple. Avec l'arrivée de François Courcelle, cela risquait d'être pire encore, car le nouveau venu suivait la Cour dans tous ses déplacements. C'est ainsi que le cardinal Borgia décida de recruter deux maîtres de musique en 1738. L'un, Francisco Osorio y Cienfuegos, devait être le maître des « rudiments » ; l'autre, Antonio Corvi Morati, celui du « bon goût » et du « style moderne », c'est-à-dire italien. Par la suite, José de Nebra fut nommé Vice-Recteur en 1751.

10Cette répartition des tâches a été maintenue jusqu'à la fermeture du Collège, lors de la Guerre d'Indépendance. Osorio était chargé de l'enseignement des « principes de musique » et des « connaissances spéculatives et pratiques du plain-chant et de la polyphonie ». Il lui fallait enseigner le chant sur des textes simples, « sans additions ni ornements », éviter les défauts de prononciation, etc. Corvi Morati montrait aux enfants de chœur le « bon goût et le style moderne ». Il s'agissait pour lui de leur apprendre à « former, affiner et conduire leur voix », à passer de la voix naturelle à la voix de tête, à exécuter avec légèreté et expression, « orner avec opportunité et selon un choix judicieux », « faire des roulades avec égalité et douceur ».

11En 1813, le maître de la chapelle Lidón parle de « style de chant ancien et moderne et d'accompagnement du chant ». Deux ans plus tard, le poste de maître de musique italienne était supprimé, dans un souci d'économie, à la suite du décès de Joâo Pedro de Almeida Motta et parce que le Recteur pouvait assurer lui-même cette fonction.

12Les lignes qui précèdent nous permettent de nous faire une idée du rôle joué au Collège auprès des enfants de chœur par le maître de musique. Ses obligations sont multiples, bien qu'elles aient pu varier au fil des années. Elles s'organisent essentiellement autour de trois grands axes : la technique musicale, la pédagogie et la morale par l'exemple. On lui demande d'abord de former « d'habiles chanteurs ». En second lieu, il devra enseigner avec patience, « un soin extrême », de la « clarté » et une « bonne méthode ». Il lui faut enfin savoir faire preuve d'une discipline personnelle rigoureuse et mener une vie chrétienne édifiante.

13Le Règlement de 1815 insiste sur l'importance de la mission du maître de musique et sur la nécessité de bien le choisir. C'est le Patriarche des Indes lui-même qui, traditionnellement, le présentera à la nomination du roi. Un texte du début du XIXe siècle stipule qu'il sera chanteur « de profession » et possédera des connaissances d'harmonie et de piano. Les édits pour le concours de janvier 1815 précisent qu'il sera âgé de plus de trente ans et de moins de cinquante, « intelligent et habile dans tous les domaines spéculatifs et pratiques de la musique ». Il saura « accompagner avec liberté et méthode au clavecin ».

14Il enseignera aux collégiens les rudiments « jusqu'à ce qu'ils soient capables de chanter parfaitement toute sorte de solfèges et moyennement les œuvres musicales avec paroles ». On exige de lui qu'il soit un excellent pédagogue. Le nombre d'heures de cours qu'il se voit tenu de donner quotidiennement a pu varier, selon les époques, de deux à quatre. Mais il lui faut aussi, en principe, conduire les enfants de chœur jusqu'à la Chapelle royale et les emmener en promenade, assister aux examens obligatoires deux fois par an ou plus, aux concours pour le recrutement des collégiens et aux séances de travail consacrées au choix des œuvres destinées à ces derniers.

15Quand il s'absente, il est remplacé, en règle générale, par le Recteur maître de chapelle ; si celui-ci n'est pas libre, le maître de musique se trouve dans l'obligation d'engager un suppléant compétent qu'il paiera de sa poche pour dispenser l'enseignement à sa place. Au cas où le Recteur maître de chapelle serait lui-même indisponible, c'est le maître de musique qui donnera à sa place les leçons de composition aux élèves les plus avancés. On rappelle en 1766 que le dit Recteur est chargé de superviser l'ensemble du travail effectué par le maître de musique et de s'assurer des progrès réalisés par ses disciples.

***

16Le maître de grammaire, lui, est tout d'abord chargé d'apprendre éventuellement à lire, à écrire et à compter aux enfants de chœur. Mais son rôle consiste essentiellement à leur enseigner la grammaire et le latin. Ceci à l'aide d'une méthode « abrégée », destinée à leur permettre assez vite de bien traduire la prose. On leur fera lire en latin la Bible et l'Imitation de Jésus-Christ, même s'il ne s'agit pas là de textes rédigés dans une langue de « pure latinité ». Il est précisé en 1815 que chaque collégien devra posséder son propre dictionnaire latin.

17Le maître de grammaire a aussi un rôle moral et spirituel à jouer auprès des enfants de chœur. Il doit être prêtre et célébrer la messe à l'oratoire du Collège. On lui demande d'avoir une vie très réglée et une conduite chrétienne. Il lui faut posséder un naturel aimable et un caractère pacifique dans ses rapports avec les petits chanteurs. C'est lui qui est chargé de leur faire le catéchisme et de les bien préparer à la confession et à la communion.

18Le 10 décembre 1786, Lidón, alors maître de musique italienne, adresse au Patriarche des Indes Sentmanat y Cartella un mémoire concernant l'instruction donnée par le maître de grammaire, Santos García Cano. La dénonciation est sévère. Le travail imposé aux petits chanteurs est excessif. Ceci au détriment de leur santé et de leurs progrès. De plus, il y a danger pour leur voix : le maître leur fait étudier par cœur et réciter des leçons à haute voix chaque jour pendant quatre heures consécutives. Voilà qui exige de leur part un trop « pénible effort mental ».

19En outre, García Cano les contraint à écrire des pages et des pages d'écriture calligraphiée, « avec toute la rigueur de l'art », comme s'ils avaient à « fonder leur mérite » sur cette discipline. Il leur impose aussi de copier trop de musique. Leurs têtes « s'échauffent », leurs nez se mettent à couler sans arrêt et ils ne peuvent plus chanter. Certains, ajoute-t-il, souffrent même de fluxions de poitrine, comme c'est alors le cas de l'un des meilleurs petits chanteurs. Une telle méthode d'enseignement n'a pour seul résultat que d'affaiblir les esprits, « sans fournir au jeune âge ce dont il a vraiment besoin ». Les enfants, pleins de « vivacité » à leur admission, connaissent bientôt un état « d'abattement » voisin de la prostration. En définitive, ils se révèlent peu à peu inaptes, conclut-il, à recevoir la moindre instruction...

***

20Au bout d'un certain nombre d'années-dix au maximum en principe, mais souvent plus, nous l'avons vu, – les petits chanteurs vont devoir quitter le Collège. Que vont-ils devenir ?

21Les meilleurs pourront être recrutés en qualité de maîtres de chapelle, de chanteurs ou d'instrumentistes à la Chapelle royale. D'autres, moins doués peut-être, ou moins chanceux, commenceront une carrière de musicien à l'extérieur. D'autres enfin, d'un niveau insuffisant en musique vocale ou instrumentale, seront amenés à choisir une voie différente. Certains seront admis à la Chapelle du souverain dans un emploi non musical, les derniers iront exercer un métier ailleurs. En aucun cas, il ne saurait être question pour le roi de les abandonner à leur triste sort.

22Dans sa lettre du 16 novembre 1753 au cardinal de Mendoza, Courcelle déclare qu'il conviendrait de renvoyer les grands enfants de chœur non doués pour la musique et indignes d'être reçus à la Chapelle royale. Compte tenu de leurs années de service, il faudrait leur offrir une situation en rapport avec leurs mérites.

23Le Règlement de 1815 prévoit qu'aucun enfant de chœur ne pourra rester au Collège après la mue. Il est important pour chacun d'entre eux de songer à son avenir et de bien le préparer. Le Recteur est invité, « comme par le passé », à en proposer certains pour des postes de fourrier ou de sacristain à la Chapelle royale ou au Palais. Il est question aussi pour les autres, qui sont les plus nombreux, de leur chercher un emploi et de les aider à trouver toute autre place « proportionnée à leur conduite, à leur talent, à leur application et à leurs progrès ». Des recommandations seront fournies bien volontiers. On les renouvellera autant de fois qu'il le faudra, même pendant plusieurs années, jusqu'à ce que l'ancien collégien soit définitivement établi.

24Afin de préparer dans les meilleures conditions leur sortie et leur placement, l'usage était depuis le XVIIe siècle d'autoriser les enfants de chœur à aller se faire entendre dans des églises et couvents madrilènes, vers la fin de leur séjour au Collège. Cela permettait à certains de ces futurs musiciens de vaincre éventuellement leur timidité, de prendre de l'assurance au contact du public des fidèles et d'acquérir du savoir-faire. En un mot, ils apprenaient ainsi, en quelque sorte, leur métier sur le tas, après avoir pendant tant d'années fait des études théoriques.

25Lors de la Visite de 1762, Juan Alonso Gascón faisait observer avec insistance que de telles sorties pour des cérémonies en ville ne devaient être envisagées qu'en vue du perfectionnement des enfants de chœur. Si elles étaient souhaitables, il convenait cependant de ne pas se laisser entraîner par l'appât du gain. Sans doute celte pratique avait-elle conduit à des abus. En tout cas, pour avoir ainsi participé à des solennités religieuses madrilènes, nombre de collégiens pouvaient ensuite espérer être recrutés dans les églises mêmes où ils avaient chanté.

26Les plus doués, quant à eux, enrichis par une telle expérience, se verraient presque à coup sûr admis comme solistes à la Chapelle royale, d'abord comme surnuméraires, puis comme titulaires, ainsi que nous l'avons vu plus haut. En 1815, il est encore question d'autoriser les meilleurs à aller se faire entendre au monastère des Descalzas Reales et à celui de l'Incarnation en vue d'améliorer leur technique vocale ou instrumentale. Rappelons qu'à la même époque le maître de chapelle est tenu de continuer à enseigner la composition aux anciens enfants de chœur pendant trois ans après leur sortie du Collège.

27A la suite de ce que nous avons pu dire précédémment de l'âge des petits chanteurs à leur admission et de la durée de leur séjour dans l'établissement, il est facile de se faire une idée de leur âge à leur départ, au moment où ils vont entrer dans la vie active. Cela va de seize à trente-trois ans pour les castrats. En ce qui concerne les autres, nous observerons qu'ils s'attardent également au Collège. Voici quelques chiffres : vingt-neuf ans, vingt-sept ans, vingt-six ans, vingt-cinq ans, vingt-quatre ans, vingt-trois ans.

28Les plus nombreux des pensionnaires non castrats partent entre dix-huit et vingt-deux ans. Ils ont alors parachevé leur formation musicale et générale, et trouveront plus facilement à se placer. Nous en voyons sept sortir de la maison de la calle de Leganitos à l'âge de vingt ans. Quatre d'entre eux seront musiciens, dont deux à la Chapelle royale et deux dans la capitale. Ce qui constitue un bon résultat pour le Collège. Quatre autres vont prendre congé à l'âge de vingt-deux ans. Le résultat est encore bien meilleur ici : tous les quatre, en effet, feront des carrières musicales, dont trois à la Chapelle royale ; le dernier étant recruté au monastère royal de l'Incarnation.

29Quatre autres non castrats se retirent à vingt-et-un ans : trois d'entre eux accèderont également à la Chapelle du roi ; l'autre devenant fonctionnaire. Quatre collégiens encore quitteront l'établissement à l'âge de dix-neuf ans : l'un entrera à la Chapelle royale ; un autre au monastère des Descalzas Reales ; un autre sera médecin. Trois s'en vont à dix-huit ans : l'un d'entre eux sera musicien en province ; un autre, sacristain à la Chapelle royale ; le dernier, fonctionnaire.

30Pour ce qui est des castrats, cinq d'entre eux s'éloignent de la calle de Leganitos à l'âge de vingt-cinq ans : deux feront des carrières musicales en province, tandis qu'un autre ira exercer ses talents de chanteur au monastère royal de l'Incarnation. Deux partent à vingt-quatre ans (l'un sera musicien à l'église primatiale de Tolède : l'autre, maître de grammaire au Collège). Deux autres prennent congé à vingt-deux ans ; deux, à vingt-et-un ans ; deux, à vingt ans ; trois, à dix-neuf ans ; deux, à dix-sept ans (ils deviennent tous les onze chanteurs). Un seul quittera l'établissement à dix-huit ans ; un seul s'en ira à vingt-six ans. La plupart ont été entièrement formés au Collège.

31Nous donnons en appendice un relevé des emplois, musicaux ou non, occupés par cent-huit anciens pensionnaires de la maison de la calle de Leganitos après leur départ (sur un total, rappelons-le, de cent quarante-cinq petits chanteurs recensés). Nous ajoutons à cette liste les noms des villes ou localités où sont nés soixante-dix-neuf de ces enfants de chœur. Nous faisons précéder le tout des noms des Recteurs, maîtres de musique et maîtres de grammaire qui ont été responsables de l'éducation et de la formation de ces jeunes collégiens au cours de la période envisagée dans le présent travail.

Annexes

APPENDICES

– I –. Les recteurs du Collège de 1691 à 1836

Diego Verdugo (1691-1701) – Sebastián Durón (1701-1706) – José de Torres Martínez Bravo (1710-1738) – François Courcelle (1738-1778) – Antonio Ugena (1778-1805) – José Lidón (1805-1827) – Francesco Federici (1827-1830) – Francisco Andrevi (1830-1836).

– II –. Les maîtres de musique au Collège de 1694 à 1836

Francisco Guerau (1694-1707) – José de San Juan (1708) – Antonio de Yanguas (1709) – José Francisco Medrano (1710-1717)-Benito Bello de Torices (1717-1719) – José de Torres Martínez Bravo (1720-1738) – Tomás de Layna (1723-1726) – Francisco Osorio y Cien fuegos (1738-1779) – Antonio Corvi Morati (1738-1771) – José de Nebra (1751-1768) – José Lidón (1771-1805) – Angel Herranz (1779-1781) – Lino del Río (1781-1788) – Antonio Benito de la Plaza (1788-1792) – João Pedro de Almeida Motta (1793-1813) – Lorenzo Román Nielfa y Soto (1815-1836) –

– III –. Les maîtres de grammaire du Collège des petits chanteurs de 1697 à 1834

José de Novoa y Guzmán (1697-1704) – Blas de Amarita y Vallejo (1704-1705) – Nicolás de Quintanilla (1706) – Andrés de la Fuente y Peralta (1707-1711)-José Manuel (1711-1717) – Antonio de Morales Espino (1717-1732) – Miguel Hernando (1733-1746) – Jacinto Albendea (1746-1748) – Diego Antonio de Guzmán y Pazos (1748-1767) – Nicolás Ortiz de Zárate (1767-1776) – Santos García Cano (1776-1817) – José Sainz de Rozas (1817-1826) – José María Rubio (1826-1834).

– IV –. La carrière des petits chanteurs après leur départ du Collège (1700-1833)

1) Musiciens à la Chapelle royale (nombre par spécialité musicale)
Maîtres de chapelle : deux – organistes : sept, dont quatre qui iront poursuivre leur carrière ailleurs – sopranistes : neuf – contraltos : six – ténors : quatre – chapelain-chantre : un – violoniste : un – altistes : deux – violoncelliste : un – contrebassistes : quatre – bassonistes : deux – trompettiste : un – clairon : un – maîtres de musique du collège des petits chanteurs : trois – compositeurs dont des œuvres ont été conservées : sept.

2) Autres fonctions à la Chapelle royale ou dans les oratoires royaux :
Sacristains : neuf – maître de grammaire du Collège des petits chanteurs :
un.

3) Musiciens hors de la Chapelle royale (nombre par spécialité musicale)
Maîtres de chapelle : trois – organistes : deux – sopranistes : sept – contraltos : trois – ténors : quatre – basse : un – violoncellistes : six – trompettiste : un – spécialité musicale non précisée : huit.

4) Musiciens hors de la Chapelle royale (nombre par lieu d'exercice)
Monastère des Descalzas Reales de Madrid : cinq – monastère royal de l'Incarnation de Madrid : neuf – collégiale royale de San Isidro de Madrid : un – chapelle de San Cayetano de Madrid : deux – église primatiale de Tolède : trois – cathédrale d'Avila : un – cathédrale de Cuenca : un – cathédrale de Malaga : deux – cathédrale d'Orense : deux – cathédrale de Plasencia : un – cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle : deux – cathédrale de Salamanque : deux – cathédrale de Ségovie : un – cathédrale de Zamora : un.

5) Autres professions ou activités.
Huissiers de la Chambre du roi : deux – fonctionnaires au Palais royal ou dans des Ministères : trois – fonctionnaires des Finances : trois – militaire : un – médecin : un – aux Indes Occidentales : un – auteur dramatique : un.

– V –. Origines géographiques des petits chanteurs de la Chapelle royale (nombre par province et par localité)

– Province de Madrid : trente
Ajalvir : trois – Alcalá de Henares : deux – Aranjuez : un – Barajas : un – El Escorial : un – Madrid : vingt – Miraflores de la Sierra : un – Robregordo : un –

– Province de Tolède : quatre.
Casas Buenas : un – Mora : deux – Las Ventas de Retamosa : un.

– Province de Cuenca : cinq.
Arcos de la Sierra : deux – Cuenca : un – Vélez : un – Villaconejos de Trabaque : un.

– Province de Guadalajara : treize.
Almonacid de Zorita : un – Arbancón : deux – Bañuelos : un – Cañizar : un – Cifuentes de los Meleros : un – Guadalajara : un – Hueva : un – Loranca de Tajuña : deux – Mazuecos : deux – Taracena : un.

– Province de Soria : trois
Berlanga de Duero : un – Canredondo : un – Soria : un.

– Province de León : quatre.
Celada : un – Gordaliza del Pino : un – Sahagún : un – Villaverde : un.

– Province de Burgos : quatre.
Arcos de la Llana : deux – Castrillo de Murcia : un – Peñaranda de Duero : un.

– Province de Navarre : trois
Pampelune : un – Fuente la Reina : un – Sangüesa : un.

– Autres lieux de naissance : treize.
Alcoy (province d'Alicante) : un – Béjar (province de Salamanque) : deux – Castro Urdíales (province de Santander) : un – Cordoue : deux – Enguera (province de Valence) : un – Manzanares de la Membrilla (province de Ciudad Real) : un – Nava del Rey (province de Valladolid) : un – Séville : un – Treviana (province de Logroño) : un – Villena (province d'Alicante) : un – Victoria : un.

Notes

1 Pour la préparation de la présente communication, nous avons puisé nos sources à l'Archivo General du Palais Royal de Madrid. Nous avons utilisé principalement les Cajas 6 776 et 6 777, et les Expedientes personales des Recteurs du Collège, des maîtres de musique, des maîtres de grammaire et des enfants de chœur.
Sur la Chapelle royale de Madrid et ses musiciens, cf. HERGUETA, Narciso, Profesores Músicos de la Real Capilla de SM., según Documentos de su archivo, clasificados y puestospor orden alfabético de apellidos por Narciso Hergueta, capellán de altar, Madrid, 1898 (manuscrit conservé à la Bibliothèque de Loyola) – HERNANDEZ ASCUNDE, Leocadio, « La Real Capilla española », in Revista Eclesiástica, año IV, 3a época, 1932, núm. 19, p. 211-218 ; núm. 20, p. 258-276 ; núm. 22, p. 534-558 ; SUBIRA, José, « La música en la Real Capilla madrileña y en el Colegio de Niños cantorcicos », XIV, 1959, p. 207-230 ; BECKER, Danièle, « La vie quotidienne au Collège des jeunes chanteurs de la Chapelle Royale à Madrid au XVIIe siècle » in Mélanges de la Casa de Velázquez, t. XXI, 1985, p. 229-254.
Pour d'autres détails d'ordre bibliographique, cf. BOURLIGUEUX, Guy, « La música en la Real Capilla de Madrid durante el siglo XVIII. Apuntes bibliográfico », in Varia Bibliographica. Homenaje a José Simón Díaz, Kassel, 1988, p. 114-125 (sur Courcelle, n° 6, 12, 13,18, 26,27 ; Sur Guerau, N° 61 ; sur Felipe Herranz, N° 62 ; sur Lidón, N° 6, 28,29, 30,31 ;sur Nebra,, N° 6, 15, 18, 26, 39, 40, 41 ; sur José de S an Juan, N° 6 ; sur Torres Martínez Bravo, N° 6,18, 32, 33 ; sur Antonio de Yanguas, N° 6, 33, 69, 70, 71, 72).
Nous publions ce texte avec l'aimable autorisation de Monsieur le Consejero Gerente du Patrimonio Nacional, que nous remercions très vivement pour sa bienveillance et sa générosité.

Auteur

Université de Nantes

© Presses universitaires François-Rabelais, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable