Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume 2

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

V. Milieux physiques, ambiances urbaines et technologies

Modalités matérielles et techniques du renouvellement urbain. Caractérisation des états physiques liés au vieillissement et à la dégradation des faces et des surfaces urbaines

Gérard Hégron

Texte intégral

  • 1 Professeur, École d’Architecture de Nantes, directeur de l’UMR CNRS 1563 Ambiances Architecturales (...)

1Note portant sur l’auteur1

OBJECTIFS DU PROJET

2Le présent projet a pour objet une meilleure connaissance des mécanismes d’ensemble régissant le vieillissement et la dégradation des constituants tangibles et visibles du cadre urbain. Il vise la mise au jour d’indicateurs capables de rendre compte des phénomènes correspondants et l’établissement du cahier des charges d’un outil d’aide à la décision en matière de renouvellement urbain.

3Il s’organise suivant trois sous-thèmes intéressant tour à tour :

  • La mise au jour d’indicateurs physiques sur l’état des secteurs urbains.

  • L’interface atmosphère urbaine – faces et surfaces construites et non construites.

  • L’état des lieux urbains et ses représentations.

  • 2 Ce projet interdisciplinaire associait les partenaires et les personnels suivants : C. Sacré, J.-P. (...)

Note 22

HYPOTHÈSES DE TRAVAIL

4Il s’agit de caractériser les états physiques liés au vieillissement et à la dégradation des faces du cadre bâti (façades, toitures, etc.) et des surfaces du cadre non bâti urbain (voirie, trottoirs, etc.).

5Les influences de l’activité humaine et des phénomènes physiques naturels sont prises en compte pour mettre au jour les indicateurs physiques de l’état des secteurs urbains.

6Il ne s’agit pas de caractériser l’évolution du phénomène de vieillissement et de dégradation, mais de caractériser un état des lieux qui existe à un instant donné.

7Les résultats du projet devaient permettre d’établir le cahier des charges d’un outil d’aide à la décision permettant de contribuer à la planification à long et moyen terme de l’entretien du cadre bâti et non bâti d’une ville, notamment pour des opérations de pré-diagnostic d’entretien.

MODALITÉS DE FONCTIONNEMENT

8Le problème du renouvellement urbain s’inscrit dans une logique d’acteurs (collectivités territoriales, syndics, entrepreneurs, urbanistes, architectes…) et d’interventions variées (opérations d’entretien, ravalement, réhabilitation, rénovation).

9Les prises de décision reposent non seulement sur la connaissance de l’état physique de la ville mais également sur le fonctionnement global de la ville qui intègre des dimensions sociales, économiques et politiques.

10Cette réalité a été prise en compte au mieux dans le développement de ce projet plus axé sur les modalités matérielles et techniques du renouvellement urbain :

  • Une analyse de la demande a été faite auprès des opérateurs potentiels (responsables des secteurs sauvegardés, de l’habitat social...) pour mieux cerner les informations pertinentes sur lesquelles ils s’appuient pour prendre une décision en matière de renouvellement urbain.

  • Les donneurs d’ordre et d’autres laboratoires de recherche dont les compétences relèvent de notre étude ont été invités lors des séminaires.

11Outre les réunions d’étapes qui ont jalonné régulièrement les deux années du projet, deux séminaires ont été organisés :

  • Au LCPC, le 16 novembre 2001. Ce séminaire situé à mi-parcours a permis de présenter des synthèses sur l’expression de la demande en matière de diagnostic sur l’état des lieux d’immeubles et de monuments historiques et de présenter les premiers éléments scientifiques sur la caractérisation des dégradations des murs selon la nature des matériaux et de leurs altérations.

  • Au CSTB, le 10 décembre 2002. Ce séminaire final permit de présenter des méthodologies de caractérisation des facteurs du vieillissement du bâti lié à la pollution atmosphérique (lichénologie) et de l’évaluation de l’état des espaces non bâtis. Deux développements préliminaires d’outils ont également été présentés : un logiciel pour la prévision de l’état de surface des façades, et un SIG 3D pour le pré-diagnostic des faces extérieures de bâtiments. Une table ronde permit également d’approfondir la question sur les « Critères techniques et outils d’aide à la décision pour le renouvellement urbain : utopie ou réalité ? ».

RÉSULTATS OBTENUS

12Nous pouvons pour chacun des trois thèmes abordés résumer ainsi les résultats obtenus.

13La mise au jour d’indicateurs physiques sur l’état des secteurs urbains.

  • Utilisation des méthodes lichénologiques pour l’étude des facteurs de vieillissement du bâti liés à la pollution atmosphérique fondée sur l’utilisation des lichens pour la caractérisation de la qualité de l’air.

  • Caractérisation du vieillissement et de la dégradation d’édifices en pierre de taille et en béton.

  • Une synthèse des pratiques actuelles et des indicateurs physiques utilisés en matière d’évaluation de l’état des espaces non bâtis urbains.

14L’interface atmosphère urbaine – faces et surfaces construites et non construites. Modélisation des salissures de façades, bases théoriques et structure du modèle.

15L’état des lieux urbains et ses représentations.

  • Une synthèse sur les pratiques et les besoins des principaux gestionnaires de parc immobilier.

  • Un état de l’art sur les systèmes d’information géographique et la 3D pour la représentation de données urbaines.

  • Le prototypage d’une application de cartographie 3D pour le pré-diagnostic d’entretien des enveloppes extérieures de bâtiments.

CONCLUSION

16Ce projet a exploré de façon assez large un ensemble d’éléments amenant une meilleure compréhension, prédiction et caractérisation des phénomènes de vieillissement et de dégradation des faces et des surfaces urbaines.

17Ces résultats pourraient être exploités et approfondis pour des applications plus ciblées et spécialisées (patrimoine, parcs immobiliers, voirie…) et être adaptés en fonction des besoins inhérents à chacun de ces « objets » urbains. On peut souligner par ailleurs que le développement de SIG 3D urbains, utilisé ici comme outil d’aide à la décision pour le pré-diagnostic d’entretien, correspond à une véritable attente.

18D’autres problématiques non abordées restent à examiner. On peut citer les interactions entre objets urbains (par exemple voirie – sous-sol), la prise en compte des différents usages de ces objets urbains, leur étude à différentes échelles spatio-temporelles, etc. De façon plus générale, ces différentes voies de recherche nous orientent assez naturellement vers l’étude de « l’histoire naturelle » des objets techniques urbains (description systémique et dynamique).

VALORISATION

19Dignac C., (2001), Les pratiques et les besoins des principaux opérateurs du renouvellement urbain à Nantes – Enquêtes, CERMA École d’Architecture de Nantes, Stage de fin d’études DESS Villes et Territoires, École d’Architecture et Université de Nantes, 22 p. + annexes.

20Donikian S., (2003), Les systèmes d’information géographique et la 3D pour la représentation de données urbaines – État de l’art, Rapport IRISA/CNRS UMR 6074, Rennes.

21Flori J.-P., (2001), Modélisation des salissures de façades, bases théoriques et structure du modèle, Rapport interne CSTB, Nantes, 53 p.

22Lallemant R., Giraudeau P., (2002), L’apport de la lichénologie, Université de Nantes, Rapport ACI Ville, 98 p.

23Miquel E., (2002), Pratiques actuelles et indicateurs physiques utilisés en matière d’évaluation de l’état des espaces non bâtis urbains – Étude bibliographique – Enquêtes, LCPC de Nantes, Stage de fin d’études DESS Villes et Territoires, École d’Architecture et Université de Nantes, 34 p. + annexes.

24Pajot P., (2002), Conception d’une application de cartographie 3D pour le pré-diagnostic des faces extérieures de bâtiments, CERMA École d’Architecture de Nantes, Stage et mémoire de fin d’études d’ingénieur CNAM en informatique, 163 p. + annexes.

25Van Elslande E., (2002), L’œuvre Notre-Dame : exemple de fonctionnement d’une institution de gestion intégrée du patrimoine monumental, LEM Strasbourg, Stage et projet de fin d’études Génie des systèmes urbains, UTC, 40 p. + annexes.

26Van Elslande E., (2002), Le vieillissement et la dégradation du cadre bâti – Les édifices en pierre de taille – Étude bibliographique, LEM Strasbourg, Stage et projet de fin d’études Génie des systèmes urbains, UTC, 39 p. + annexes.

Notes

1 Professeur, École d’Architecture de Nantes, directeur de l’UMR CNRS 1563 Ambiances Architecturales et Urbaines, directeur de la Fédération de Recherche Physique et Images de la Ville (FRE CNRS 2488).

2 Ce projet interdisciplinaire associait les partenaires et les personnels suivants : C. Sacré, J.-P. Flori, D. Delaunay [CSTB de Nantes] ; R. Sanejouand, H. Andrieu, C. Joannis, E. Miquel (stagiaire, DESS Ville et territoire) [LCPC de Nantes] ; P. Mestayer, J.-M. Rosant [DAH/ECN, École Centrale de Nantes, Équipe Dynamique de l’Atmosphère Habitée, Laboratoire de Mécanique des Fluides, UMR CNRS 6598] ; S. Donikian (CR CNRS) [IRISA de Rennes, équipe SIAMES] ; R. Lallemant (MC), PH. Giraudeau [UN : Université de Nantes, Unité de biocatalyse] ; Stéphane Logel, Elsa Van Esland (stagiaire de l’UTC) [LEM, département Matériaux Monuments Historiques du Laboratoire d’Étude des Matériaux, Strasbourg] ; G. Hégron (professeur, responsable du projet), F. Chaillou (IR MCC), Patrick PAJOT (stagiaire, mémoire CNAM), Cristelle Dignac (stagiaire, DESS Ville et territoire)[CERMA UMR CNRS 1563, École d’Architecture de Nantes].

Table des illustrations

Légende Note 22
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/532/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 97k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540