Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

École et Église en Espagne et en Amérique Latine

 | 
Jean-René Aymes
, 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

II. L'Église dans l'école. Les catéchismes

Du catéchisme religieux au catéchisme politique (fin du XVIIIe siècle – début du XIXe)

Jean-René Aymes

Texte intégral

1A travers les siècles passés, et pas seulement en Espagne, le catéchisme a été, aux côtés de la prédication, l’un des organes principaux de la diffusion de la pensée chrétienne. C’est ce qui fait dire, en 1733, à l’archevêque de Sens (France) :

  • 1 Cité par Armogathe (Jean-Robert), « Les catéchismes et l’enseignement populaire en France au dix-hu (...)

« Un catéchisme n’est pas une chose indifférente dans un diocèse ; c’est le canal ordinaire par où la connaissance de la religion passe dans tous les esprits »1.

2Il n’est pas étonnant que, à l’extrême fin du XVIIIe siècle, l’évêque de Santander, Menéndez de Luarca, mécontent de l’inertie des curés, en partie responsables de la lamentable ignorance des fidèles, se préoccupe de relancer la catéchèse, notamment au cours des après-midis des jours de fête :

  • 2 Maruri Villanueva (Ramón), Ideología y comportamientos del obispo Menéndez de Luarca (1789-1819), C (...)

«Se explicará la doctrina cristiana a los menos adultos para que así preguntada y esplicada la aprendan todos sin el rubor que les causaría responder en público y manifestar tal vez que ignoran las respuestas a las preguntas más necesarias (...)»2.

3Pour mener à bien cette entreprise, les prêtres catéchistes espagnols font appel, comme leurs homologues français ou italiens, surtout s’ils sont conscients des étroites limites de leurs capacités intellectuelles, à ces précieux petits ouvrages que sont les catéchismes.

Les catéchismes espagnols jusqu’à l’époque de la Révolution française

  • 3 Menéndez Peláez (José) y Saugnieux (Joël), « Catequesis e ilustración : Aproximación a una encuesta (...)

4L’étonnante variété des catéchismes imprimés en Espagne au cours du XVIIIe siècle a été rendue sensible par une récente enquête de J. Menéndez Peláez et J. Saugnieux3 qui, consultant la Bibliografía de Artistas Españoles de F. Aguilar Piñal, le Manual del Librero Hispano-Americano de A. Palau et la Gaceta de Madrid, en ontrecensé pas moins de 335, en incluant – il est vrai – les rééditions et aussi des publications telles que des résumés de l’Histoire Sacrée ou les fameux « Catón » qui ne sont pas, à strictement parler, des catéchismes.

5L’examen de la liste révèle, en premier lieu, l’écrasante domination exercée par le Catecismo y exposición breve de la doctrina cristiana du P. Gerónimo de Ripalda, qui, entre 1700 et 1803, engendre environ 80 « sous-produits » sous la forme de résumés, commentaires, traductions en langues amérindiennes... Loin derrière viennent le Cathecismo de la doctrina Christiana y su breve declaración, por preguntas y respuestas du P. Gaspar Astete et, plus loin encore, la Práctica del Catecismo Romano (...) du P. Juan Eusebio Nieremberg et les traductions en espagnol du Catéchisme historique de Claude Fleury.

6La deuxième caractéristique de ces « catecismos » et autres « compendios de la doctrina cristiana » est le grand nombre de traductions, avec mention fréquente des traducteurs, faites à partir du latin, du français et de l’italien. On verra que, par la suite, on préférera masquer la mention explicite de l’origine non espagnole du catéchisme, a fortiori si le pays d’origine est la France où se produisent, à partir de 1789, les événements inouïs et dangereux que l’on sait.

7En dehors même de la fréquente occultation de la provenance étrangère qui dissimule par là – et tel était bien le but principal de l’opération – le possible retentissement des événements qui se produisent au-delà des Pyrénées, on dirait, à lire les titres des catéchismes édités en Espagne vers 1780-1790, que la Religion reste en marge de la politique et que l’Eglise est clairement disjointe de l’Etat. On verra plus loin que, dans ce domaine, un bouleversement dans la conception du catéchisme va s’opérer.

8Au rebours des catéchismes de la période de la Guerre d’Indépendance, ces catéchismes de 1’époque pré-révolutionnaire comportent, le plus souvent, un nom d’auteur et, le cas échéant, le nom du traducteur. Rares sont les ouvrages anonymes.

9Beaucoup sont publiés à Madrid ; d’autres, en assez grand nombre, le sont à Barcelone ; mais il faut noter surtout – en songeant à l’époque 1808-1814 – la grande dispersion géographique : en effet, des catéchismes sont imprimés aussi à Valence, Murcie, Huesca, Saragosse, Oviedo, Palma, Valladolid, Pampelune, Burgos, Cervera, etc. C’est une des différences avec l’époque de la Guerre d’Indépendance où l’on assiste à un phénomène de concentration éditoriale, dont les raisons sont principalement d’ordre idéologique : Madrid et Cadix, sièges du pouvoir libéral partisan de la centralisation et de l’unification nationale, tendent à acquérir un quasi-monopole.

10Les catéchismes espagnols de l’époque pré-révolutionnaire seront dits « traditionnels » en cela qu’ils se bornent à faire connaître et à commenter la doctrine chrétienne (dogmes religieux, histoire biblique, pratiques cultuelles...), notion qui, très logiquement, apparaît dans de nombreux titres, surtout si à la place du terme « catecismo » – qui en principe l’implique – surgit un terme moins religieux ou plus civil, du genre « compendio » ou « declaración » ou « Catón ». Mais, dans presque tous les cas, sous une forme ou sous une autre, la notion de Christ est présente ou sous-jacente.

  • 4 Catecismo para el uso de los Reales Guardias Walonas y Estrangeros habitantes en España (...) por D (...)

11Un autre des caractères de ces catéchismes est la mention occasionnelle – qui tendra à disparaître plus tard – de la nature spécifique de leurs destinataires. Parfois, il est dit expressément dans les titres que ces catéchismes, obéissant à des fins particulières, telles que l’apprentissage de la lecture ou l’enseignement de l’art de confesser, s’adressent, soit aux novices, soit aux futurs prédicateurs, soit aux Jésuites, soit même aux Gardes Wallons4. Certes, d’autres catéchismes sont conçus indistinctement pour tout le peuple de Dieu, mais on a l’impression que la large diffusion à travers le pays de ces petits ouvrages a permis leur extrême spécialisation. De là cette grande variété, thématique et fonctionnelle, dont on parlait plus haut, et qu’on ne retrouvera pas plus tard, du moins à ce degré-là.

12En revanche, les grandes mutations qualitatives auxquelles on va assister à partir de 1808 n’affecteront pas quelques caractères externes qui, somme toute, sont inhérents au genre même du catéchisme. Ces invariants subsisteront au-delà de l’époque de la Guerre d’Indépendance.

13Le plus évident d’entre eux est la présentation du texte sous la forme d’un dialogue repérable à l’emploi réitératif, soit des termes « Pregunta – Respuesta », soit de leur abréviation « Pregta – Respta, soit des initiales « R – P », avec retour à la ligne, au moins entre deux questions consécutives, sinon entre la question et la réponse correspondante. Les raisons, pédagogiques, de la fidélité à la forme dialoguée sont parfois rappelées dans la « advertencia al lector » :

  • 5 Catecismo de teología moral del sacramento del orden y de las irregularidades (...), su autor A B C (...)

«Se ha propuesto en Diálogo [esta obrita] porque estando reducida a preguntas y respuestas facilita la memoria y al mismo tiempo el método que se sigue en los exámenes de los ordenandos»5.

14L’explication que fournit l’auteur du Catecismo católico-político en 1808 est encore plus « universelle » et connue :

  • 6 Catecismo católico-político que, con motivo de las actuales novedades de la España, dirige y dedica (...)

«Os los presento lesos conceptos] en forma de catecismo para que este método familiar fixe más facilmente las máximas que contiene (...)6.

15Le deuxième caractère de ces ouvrages est leur format réduit, parfois « lilliputien », avec une prédominance des dimensions avoisinant les 5 x 12 cms, qui assurent, non pas une lisibilité optimale, mais, du moins, une parfaite maniabilité et toute facilité de transport dans poches, sacs et cartables.

16Le niveau de diffusion de ces ouvrages, lié à leur prix et à leur tirage, reste à étudier. La seule indication que j’aie pu recueillir se rapporte malheureusement à un minuscule catéchisme qui, privé de couverture et de page de garde, ne peut être daté avec précision ; on apprend tout de même qu’on l’offre, soit au prix de 24 maravédis, vendu en rames et non relié, soit au prix de 34 maravédis, l’exemplaire relié. En tout état de cause, on peut conclure à la grande diversité des prix, pour la double raison, entre autres, que certains se présentent comme de petites œuvres très soignées (reliure de cuirs, inscriptions sur tranche) et que, si certains ne comportent qu’une trentaine de pages, d’autres peuvent atteindre les 300, tel ce Catecismo (en ma possession) du P. Astete, « añadido para su mayor declaración con varias preguntas y respuestas por el licenciado don Gabriel Menéndez de Luarca (...) », auquel a été adjoint « el librito titulado : Vida Christiana o prácticafácil de entablarla con medios, y verdades fundamentales, escrito por el P. Gerónimo Dutari, y una breve explicación de la Bula de la Santa Cruzada (Vallladolid, 1787) ».

  • 7 Catecismo de la Doctrina Christiana, y su breve declaración por preguntas y respuestas, para la edu (...)

17Mais il demeure entendu que, hormis ces petits ouvrages de valeur, le contenu des catéchismes est réductible aux bases essentielles de la doctrine chrétienne que semblent être – si l’on prend pour exemple le petit Catéchisme, de 48 pages seulement, imprimé à Valladolid en 18017 – le Notre Père, l’Ave Maria, le Credo, les Commandements de la Loi, les Sacrements, les Péchés Capitaux et la « Declaración de la Doctrina Christiana por preguntas y respuestas ». Qu’ils se réduisent à l’énonciation de bases doctrinales, à la transcription de textes liturgiques fondamentaux ou à l’exposition des obligations sacerdotales, ces catéchismes espagnols de la fin du XVIIIe siècle n’ont rien, ou presque rien, de spécifiquement espagnol, et ce d’autant moins qu’ils sont parfois traduits d’ouvrages étrangers. A l’inverse de leurs successeurs qui vont s’inscrire dans des coordonnées chronologiques ou/et géographiques déterminées, ils aspirent – dirait-on – à être universels et intemporels, ce qui aide à comprendre, au passage, qu’on ait pu les rééditer sans modifications, tout au long du siècle.

Les catéchismes espagnols : de l’époque de la Révolution française à la Guerre d’Indépendance

18Les événements, d’une signification majeure et d’une violence inouïe, qui se succèdent en France à partir de 1789 produisent en Espagne – une fois levé le black-out qui, jusqu’en 1793, les maintenait cachés à la masse de la population-un énorme choc qui ébranle notamment tous ceux qui ont la capacité intellectuelle de réfléchir en matière politique. En Espagne, toute la hiérarchie catholique « pensante » estime alors, à juste raison, que le danger de subversion menace autant les habitants « éclairés » que les individus intellectuellement sous-développés. C’est pourquoi la contre-offensive idéologique déclenchée par le clergé espagnol vise haut-si on peut dire – ; elle consiste en lettres pastorales, en dissertations publiées dans les gazettes, en ouvrages de combat, tels ceux du bientôt fameux Fray Diego de Cádiz. C’est dans ce genre de littérature circonstancielle qu’on observe le plus grand renouvellement, comme si on continuait à penser que l’un des critères de validité conceptuelle des catéchismes tenait à leur imperméabilité aux fluctuations de l’actualité. Alors que l’Espagne est en pleine « guerre d’opinions » et obligée de contrebattre l’effet des appels séditieux et des déclarations méprisantes lancés par les propagandistes révolutionnaires, l’Eglise espagnole ne songe pas à procéder à une actualisation des catéchismes au moyen desquels on aurait pu, après tout, répliquer aux « catéchismes révolutionnaires » répandus par l’adversaire. Bref, le catéchisme n’est pas choisi comme arme de combat par la hiérarchie catholique espagnole.

  • 8 Capitán Díaz (Alfonso), Los catecismos Políticos en España (1808-1822) – Un intento de educación po (...)
  • 9 Catecismo del Estado según los principios de la Religión, por el doctor D. Joaquín Lorenzo Villanue (...)

19Le fait de ne rien changer aux catéchismes espagnols ne signifie pas que les catéchismes français révolutionnaires – ou réputés révolutionnaires – soient ignorés. Dans son étude sur Los Catecismos políticos en España8. A. Capitán Díaz a montré de façon probante que plusieurs catéchismes publiés en Espagne entre 1808 et 1814 présentent d’étroites ressemblances avec des catéchismes français révolutionnaires. Mais cet auteur, ne remontant pas davantage en arrière dans le temps, donne à penser que cette influence flagrante ne s’exerce guère qu’à partir de 1812, date de la proclamation de la Constitution de Cadix. Or il semble bien que des catéchismes français, en dehors même du genre des fameux Catéchismes de la Constitution, soient passés entre les mailles de la censure à l’époque même de leur publication et, plus encore, à l’époque du rétablissement de la paix entre l’Espagne et la France, au terme du conflit armé de 1793-1795. Je songe en particulier à un catéchisme que ne cite pas A. Capitán Díaz et dont un exemplaire figure à la Bibliothèque Nationale de Madrid, aux côtés d’autres écrits en langue espagnole : ce Catéchisme politique et social universel, contenant les droits et devoirs réciproques des souverains et des sujets, à l’usage de toutes les nations (1793) inspire partiellement plusieurs catéchismes espagnols de tendance pré-libérale. Mais, en dépit du paradoxe, on pourrait également soutenir que ce même catéchisme français inspire a contrario le Catecismo del Estado de Joaquín Lorenzo Villanueva9. Publié à Madrid en 1793, c’est – à ma connaissance – le seul catéchisme qu’on pourrait qualifier, avec quelque impropriété, d’« anti-catéchisme révolutionnaire ». Cette œuvre marque en Espagne un tournant, non pas tant par sa longueur inhabituelle (309 pages) que par sa nature mixte : philosophico-politico-religieuse. La hauteur des discours tenus a dû dissuader de le mettre dans les mains des enfants ; ce n’est pas l’instrument pédagogique que prétendaient être les catéchismes traditionnels ; il ne s’adresse pas non plus spécialement aux prêtres ; on le dirait conçu, en dehors des catégories de lecteurs courantes (ecclésiastiques, novices, enfants, parents), pour tous les adultes éclairés déjà exercés à la réflexion philosophique. Là est justement le danger : pour Lorenzo Villanueva, le « filosofismo » provoque des ravages, car c’est de mauvaise philosophie ou, plus exactement, des néfastes « nuevas doctrinas » que se nourrissent à la fois les libertins, les hérétiques et les théologiens égarés. Curieux catéchisme, donc, qui, au lieu de rendre accessibles des vérités supérieures, indiscutables et éternelles, descend au niveau de la polémique philosophico-littéraire. En réalité, l’auteur règle ici ses comptes avec... les Jésuites : tout d’abord avec le français Berruyer, auteur d’une abominable (sic) Historia del Pueblo de Dios et, en second lieu, avec l’abbé D. Lorenzo Hervás y Panduro qui a eu l’audace de recommander l’œuvre du Français « que aniquila de to Do punto la revelación ». Accessoirement, Lorenzo Villanueva met à l’index – il n’est pas « calificador del Santo Oficio » pour rien ! – une autre œuvre publiée à Paris en 1789-1790, intitulée Origine et étendue de la Puissance Royale suivant les Livres Saints et la Tradition. Une note de bas de page rappelle la finalité – c’est une surprenante nouveauté – de ce catéchisme qui, au lieu d’inculquer des vérités à retenir, est plutôt là pour mettre en garde et excommunier : « Este Catecismo servirá de preservativo a los Fieles contra aquella obray otras de la misma naturaleza ». Le reste de l’œuvre est à dominante philosophico-politique : de la même façon qu’il faut cesser de séparer en l’homme, comme le font les nouveaux philosophes, la part naturelle et la part surnaturelle, il faut réassocier la Foi et la politique, et réaccorder les souverains et leur peuple :

«Llamo este Cat° de Estado porque comprende las principales obligaciones del Príncipe y delpueblo, y el verdaderofundamento en que estriva la unión del uno con el otro, y la necesidad en que ambos están de mantener este vínculo».

Les catéchismes pendant la Guerre d’Indépendance

20En contradiction apparente avec ce qui a été dit plus haut, à savoir qu’une période de crise aiguë, telle que l’époque de la Révolution française avec déclenchement d’une guerre ouverte avec l’Espagne, n’est pas propice à la prolifération des catéchismes, la Guerre d’Indépendance voit justement une floraison de ces écrits, comme l’atteste l’un des auteurs en 1810 :

  • 10 Catecismo político para instrucción del pueblo español, Cádiz, 1810 – in Capitán Díaz, op. cit., p. (...)

«Levantóse después la mano de él por saber que salían a luz otras obritas de la misma especie ; mas la consideración en todos los ánimos ha obligado finalmente a concluirle y darle a la estamestampa»10.

21Il demeure vrai, à mes yeux, que les périodes de calme politique, comme le règne de Charles III, favorisent, mieux que les temps de crise, la réflexion sereine et approfondie, celle qui alimente la production des dissertations, traités et autres œuvres de longue haleine. Mais le fait est que les catéchismes refleurissent en Espagne dès le début du conflit avec la France napoléonienne, avec trois pointes en 1808, 1812 et 1814. Pour l’explication de ces trois accélérations, il faudra probablement prendre en compte le poids spécifique des circonstances et de l’environnement. A cette surprenante floraison des catéchismes à partir de 1808 je vois deux explications complémentaires. Tout d’abord, il faut se rappeler que ce conflit, encore plus que la guerre menée contre la Convention, déborde largement le cadre de l’armée régulière et implique la population dans son ensemble (national et catégoriel), puisque aussi bien il s’agit d’une « guerre d’opinions », avec l’obligation pour les Espagnols résistants d’éliminer, par des arguments et des menaces, la tentation de collaborer avec l’envahisseur. La nécessité d’une urgente éducation patriotique éclate à plein dès 1808 ; elle conduirait – et elle a conduit effectivement – à transformer les catéchismes exclusivement religieux en catéchismes partiellement laïcs, dotés pour la première fois d’une finalité civique. Et, de fait, ces catéchismes d’un nouveau genre vont se rattacher tout bonnement à la littérature à usage immédiat, dont tous les cloisonnements vont éclater à la fois. En dehors des catéchismes, les thèmes religieux, projetés de nouveau à l’actualité en raison de la menace que la politique napoléonienne fait peser sur l’Eglise espagnole, pourront être rendus accessibles par le recours à la forme dialoguée, comme c’est le cas, par exemple, dans la fameuse œuvre de Fray Rafael de Velez, Preservativo contra la irreligión où l’auteur s’emploie à répondre à la question typiquement « catéchisti-que»que » : « ¿Qué es la doctrina católica ?». Le recours au dialogue, propre aux catéchismes, marque également le triomphe conjoncturel de l’oralité caractéristique de ces moments de crise, de violence et de précipitation, car il est plus important et urgent d’émouvoir et de mobiliser que d’argumenter longuement. D’où la floraison de poésies brèves et enflammées, de proclamations, de discours de propagande composés à la hâte. Les catéchismes trouvent naturellement leur place au sein de cette littérature qui prône l’engagement immédiat. Ainsi, dans le petit ouvrage intitulé Varios Impresos, qui réunit des pièces courtes publiées en 1809, on constate la forte présence de dialogues, proches des dialogues des catéchismes : aux côtés de plusieurs proclamations figure notamment une Instrucción popular en forma de Catecismo (...), ainsi que la Quema de la Constitución avec dialogue entre Perico et « el Cura », et la Conversación que tuvo el Príncipe Murat con Manuel Godoy relativo a los sucesos de España. Comme on le voit, le catéchisme se trivialise et – ajouterait-on – se popularise, s’il n’était déjà une forme d’expression à usage populaire.

22Quand les nouveaux catéchismes sont publiés dans des ouvrages à part, ils conservent leur petit format habituel, mais – signe des temps – ils ne comportent souvent qu’un très petit nombre de pages : le chiffre descend jusqu’à quatre ! Finis les jolis petits livres de 400 pages. Le maximum, à ma connaissance, tourne autour de 70.

23Les dimensions réduites du texte permettent opportunément l’insertion dans les gazettes, à une époque où justement la presse connaît un « boom » extraordinaire. Faute d’avoir procédé à une exploration systématique des innombrables « gacetas » et « diario s» locaux, je me borne à signaler, à tibe d’échantillonnage, que La Abeja Española, journal de Cadix, dans son numéro des 8-10 avril 1814, propose un « Breve catecismo político-español-constitucional ».

  • 11 Presque tous ces documents ont pu être consultés à la Bibliothèque Nationale de Madrid grâce à l’ob (...)

24Sur la quinzaine de catéchismes consultés11, on observe, en contraste avec les catéchismes de l’époque pré-révolutionnaire, la quasi-disparition des noms d’auteurs. Plus de noms illustres ou inconnus. Seuls, deux prêtres, tout en cachant leur identité, font état de leur condition ecclésiastique, comme pour apporter une garantie quant à l’orthodoxie de leurs propositions. Se retrouvent approximativement à égalité les catéchismes anonymes et ceux qui comportent les initiales (pour nous, mystérieuses, mais l’étaient-elles pour les contemporains ?) des auteurs. Impossible, pour l’heure, de fournir une explication à ce retour à l’anonymat ou quasi-anonymat, en dehors de la constatation que les catéchismes obéissent à la tendance générale : pour faire corps avec leurs compatriotes, pour renforcer l’impression d’unanimité nationale et rappeler que l’individu doit se fondre dans la masse du peuple en guerre, les auteurs des nouveaux catéchismes s’effacent ainsi derrière le texte, en renonçant à le cautionner éventuellement par la mention de leur nom illustre ou de leurs titres prestigieux. Il faudra attendre l’époque du Triennat Constitutionnel (1820-1823) pour assister au retour en force du nom des auteurs.

25Une certaine mutation est également repérable au niveau des titres, non pas parce qu’ils sont tantôt brefs (deux termes), tantôt interminables, mais parce que les concepts essentiels qui y figurent ne sont pas exactement les mêmes. L’une des grandes surprises naît du constat que les titres des nouveaux catéchismes – je ne parle pas des rééditions des catéchismes anciens – comportent rarement l’alliance terminologique traditionnelle « catecismo de la doctrina cristiana ». Conséquence de cet important changement dans l’appellation, la notion de Christ se trouve éliminée, dans le même temps où les mots « católico », « religión » et « religioso » enregistrent aussi un déclin quantitatif. Cet effacement relatif bénéficie à d’autres termes, principalement à des adjectifs qui font une entrée remarquée : apparaissent les épithètes non religieuses « civil » et « patriótico », et surtout « político », tantôt associé à « catecismo », tantôt constituant une unité bi-membre (« católico-político », « político-sentencioso »), voire tri-membre (« político-español-constitucional »).

  • 12 – Rodríguez Solía (E.), Los guerrilleros de 1808, t. I, cuad° 2, pp. 90-91, Madrid, 1930.
    – Delgado
    (...)

26Enfin, les titres suffisent déjà à signaler le processus de « nationalisation » du catéchisme. Il est remarquable, en effet, que dans quatre titres – ou, plus exactement, dans la deuxième partie des quatre titres – figure le mot «España» ou l’adjectif dérivé. Je note toutefois, au passage, que le titre « Catecismo español » – sauf erreur de ma part – n’a pas cours dans l’Espagne en guerre, si ce n’est sous la plume ou dans la bouche des militaires napoléoniens ou des Français de l’époque qui désignent de la sorte, par raccourci ou par ignorance d’autres versions, le Catecismo Civil y breve Compendio de las obligaciones del español (1808), lequel, pour une raison inconnue, a eu la chance d’accéder presque seul à la postérité, comme l’illustre le fait qu’il soit transcrit, avec de légères variantes, dans des livres ou articles, par Rodríguez Solís, Sabino Delgado et Capitán Díaz, entre autres12.

27Faute d’avoir parcouru suffisamment de catéchismes espagnols du XVIIIe siècle, je ne me hasarderai pas à dire que s’accentue la tendance des auteurs à placer des « advertencias » ou un « prólogo » après la dédicace éventuelle et avant le début du dialogue, mais il me semble que la proportion de ces catéchismes à prologue (près de la moitié) annonce le sensible renforcement de cette tendance pendant le Triennat Constitutionnel. On verra peut-être une certaine contradiction à personnaliser le catéchisme par l’adjonction de ce préambule et à le dé-personnaliser par le choix de l’anonymat, à moins de supposer simplement que l’anonymat ou le quasi-anonymat (les initiales) soient faits pour mieux tromper la censure (dans le cas des catéchismes politiques) ou pour mieux échapper à la poursuite policière des occupants français et de leurs collaborateurs espagnols.

28L’examen de la nature des destinataires indiqués dans les prologues donne, à première vue, une impression de grande diversité et de stabilité par rapport aux catéchismes traditionnels. En effet, figurent en tête, comme par le passé, les enfants et, en second lieu, un large public indifférencié qui, dans le cas du catéchisme exclusivement religieux, s’identifie en quelque sorte au « peuple de Dieu » constitué par les prêtres, les enfants et leurs parents. En réalité, on observe deux nouveautés : tout d’abord, les dédicataires cessent d’être, comme autrefois, quelque protecteur éminent, noble ou ecclésiastique ; le dédicataire, qui se confond avec le destinataire, devient l’ensemble des « concitoyens de l’auteur » ou encore « la Nation » : tel est l’un des signes distinctifs des nouveaux catéchismes politiques ou civils qui rassemblent les individus, non plus sous la houlette des prêtres, mais les placent sour l’égide de la Nation. Dans le « catéchisme patriotique » conçu pendant la guerre contre les Français, la mention des « soldats » comme destinataires, aux côtés des prêtres et du peuple, marque bien qu’on veut les voir, complémentairement, inspirer et conduire la lutte du peuple espagnol.

  • 13 Catéchisme sans date ni lieu de publication connus, en raison de l’absence de couverture et de page (...)
  • 14 Catecismo histórico de la doctrina cristiana, Santiago, 1813.

29Les prologues ou remarques au lecteur ont pour principal rôle de préciser quelle finalité l’auteur assigne à son catéchisme. C’est surtout dans les catéchismes politiques que, en raison de la nouveauté du projet, les explications données sont les plus abondantes. Trois tendances se dessinent : on retrouve la finalité traditionnelle des catéchismes lorsque l’auteur se propose de faire connaître « los misterios de nuestra Santa Fe »13 ou d’inciter les pères et les prêtres à « enseñar por principios la religion cristiana a sus hijos y feligreses »14 ; en second lieu, en rapport avec le « moment militaire » (l’invasion de l’Espagne par une armée ennemie), le catéchisme se donne pour but de soutenir la détermination patriotique des résistants ; en troisième lieu, une fois la Constitution de Cadix proclamée, le catéchisme, devenu instrument d’apprentissage de la science politique, peut servir à présenter de façon simplifiée le nouveau « code sacré ». Mais, dans plusieurs autres catéchismes, les trois orientations s’amalgament par la prise en compte des trois données fondamentales, de nature hétérogène : les vérités religieuses absolues, la guerre en cours contre l’envahisseur et la révolution politico-institutionnelle qui vient de s’opérer. A mon sens, une grande mutation qualitative du catéchisme a eu lieu à ce niveau : les nouveaux catéchismes, cessant d’embrasser exclusivement l’éternité et l’époque biblique, se chargent d’actualité, revêtent un caractère partiellement circonstanciel ; portant la marque de la date de composition, il s’affaiblissent en se relativisant et s’exposent aux risques de la caducité. Jusque-là à l’abri des injures du temps, le catéchisme devient matière périssable. Mais rien ne permet d’affirmer que les Espagnols qui se sont servi de ce moule à leur guise et – pourra-t-on dire – se sont livrés à une opération de détournement ont commis ce forfait en toute connaissance de cause ou avec malignité.

  • 15 Catecismo político que contiene ideas principales de política ignoradas de muchos, por estar escrit (...)

30En dehors des catéchismes religieux traditionnels où sa prééminence n’est pas discutée, Dieu se trouve éliminé des catéchismes politiques où il est simplement fait état de la religion (catholique) à défendre. Dans un cas même, celui du Catecismo político (...) de D.R.V. y F.15, on relève un fort accent de déisme, qui pourrait bien avoir une origine ultra-pyrénéenne :

« (La religiónes) la moral sublime emanada del mismo Ser Supremo, por la cual los hombres reconocen en su Divinidad el autor de la naturaleza a quien se debe lodo respeto y veneración como primitiva causa de nuestra existencia».

  • 16 Dans le Catecismo del Estado (...) de Joaquín Lorenzo Villanueva, Madrid, 1793.
  • 17 Catecismo para el uso de todas las Iglesias delImperio Francés, aprobado por el cardenal Caprara, l (...)
  • 18 Catecismo católico-político (...), Madrid, 1808.

31Sauf dans ce catéchisme à relents d’hétérodoxie, il est entendu que la seule religion vraie est la catholique qui, du reste, est déclarée religion d’Etat dans la Constitution de Cadix et qui, par suite, est préconisée, y compris dans les catéchismes politiques d’inspiration libérale. Mais l’un des caractères traditionnels de la religion catholique et, corrélativement, de l’Eglise (catholique universelle ou espagnole) tend à disparaître : jusqu’à la Guerre d’Indépendance, dans les Catéchismes de doctrine chrétienne, Religion et Eglise étaient en même temps sacralisées et humanisées fémininement pour inspirer un amour véhément, d’où des expressions telles que « la Santa religión »16 ou « Nuestra Madre la Iglesia »17. Ce traitement conceptuel et stylistique cesse peu à peu d’avoir cours pendant la Guerre d’Indépendance, car Religion et Eglise sont volontiers associées à l’Etat ; cette notion profane, par contamination, tend, au contraire, à se sacraliser, tout comme la Patrie et le Roi. En d’autres termes, bon nombre de catéchismes veulent faire de la religion un soutien du pouvoir politique, soit en la mettant au service de la Patrie en danger en application du postulat « la Religion autoriza y aún prescribe la defensa de la patria con la fuerza armada », soit en en faisant une clé de voûte des nouvelles institutions, puisque «la religion es el amor esencial del orden y de la justicia»18. Cette nouvelle vocation de la religion suffit déjà à justifier son existence et la nécessité de la défendre lorsqu’elle est en péril.

  • 19 Catecismo político (...) por D.R.V. y F., Barcelona, s.d.
  • 20 Catecismo católico-político (...), Madrid, 1808.

32Par suite d’un déplacement hiérarchique des concepts au profit, notamment, de Patrie, Nation et Société, et au détriment de Dieu, l’homme lui-même, vu moins qu’autrefois face à son créateur, est présenté plus fréquemment au sein et au service de la trilogie Patrie – Religion – Roi, qui envahit le champ de pensée. C’en est fini de la séculaire vision pessimiste de l’homme marqué à jamais par le péché originel. Dans le prolongement de la pensée « ilustrada » – ou encore présente, à bien des titres –, l’homme qui, certes, est susceptible de commettre ces péchés du moment que sont la lâcheté et le mépris à l’égard des prolétaires (sic)19, est considéré capable d’un perfectionnement indéfini, s’il prend modèle sur les «individuos dotados de una razón sublime »20. En conformité aussi bien avec ce credo libéral qu’avec le credo absolutiste, et en opposition avec les doctrines révolutionnaires radicales, l’inégalité entre les hommes est acceptée et légitimée, sauf au regard de la loi qui place tous les citoyens sur le même pied :

  • 21 Catecismo político (...) por D.R.V. y F., Barcelona, s.d.

«En todo lo demás la igualdad es una quimera ; pues que los hombres no son iguales en fuerzas, ni en talentos, industria, y esta desigualdad es el principal elemento que mantiene equilibrada la sociedad»21.

  • 22 Op. cit., – Il s’agit, d’une part, des « grandes poderosos, opulentos », de l’autre, des « labrador (...)
  • 23 Catecismo Civil y breve compendio de las obligaciones del español : Conocimiento práctico de su liv (...)

33A la tête de cette société où sont appelées à cohabiter deux ou trois « clases de estado »22 doit être maintenu un roi, en l’occurrence Ferdinand VII dont les « virtudes y desgracias »23 justifient qu’on lui porte un amour exalté.

  • 24 Catecismo político (...) por D.R.V. y F., Barcelona, s.d.

34Le Roi saura s’entourer de ministres dont le programme d’action me paraît à ce point de goût « ilustrado » que le paragraphe suivant de ce Catecismo político semble venir directement de Jovellanos, Arroyal ou Cabarrús : le « gobernante » modèle devra, en effet, «fomentar la educación y desterrar la ignorancia ; proteger la agricultura, las ciencias y las artes ; amparar al desvalido ; favorecer a los sabios ; premiar el mérito y la virtud ; atajar la corrupción» (...)24.

  • 25 In Capitán Díaz, op. cit.,

35Les hommes, invités à se muer en citoyens exemplaires entièrement dévoués à la Patrie, à la Religion et au Roi, prennent connaissance de la longue liste de leurs devoirs : s’armer, payer les contributions, dénoncer les traîtres, obéir aux autorités. Le nouveau catéchisme administre là une leçon de morale civique, et l’on observe combien la définition de la citoyenneté est exigeante, car la mention des devoirs (allant jusqu’au sacrifice de la vie) l’emporte largement sur celle des libertés offertes. C’est une grande différence avec les catéchismes révolutionnaires français où l’effet négatif de l’imposition des devoirs civiques est heureusement corrigé par le rappel triomphal et exaltant des libertés récemment conquises. Il est symptomatique, par exemple que dans le Catecismo político para instrucción del pueblo español, la liberté apparaisse comme prisonnière de la loi. « El más esencial atributo de la libertad es obedecer a la ley »25. L’explication de cette conception austère et timorée de la liberté – ce « dulce nombre » – est donnée un peu plus haut : « Algunos la confunden con la licencia, el libertinage y el desenfreno, y creen que gozar el hombre de la libertad es hallarse autorizado para satifacer sus pasiones ».

  • 26 Ces analyses ou définitions des différents régimes politiques ou, du moins, du régime monarchique s (...)

36Ce personnel humain, ainsi voulu exemplaire – depuis le souverain jusqu’au simple citoyen –, doit se mettre au service d’institutions et de lois voulues, quant à elles, justes et stables. Alors que, à partir de 1812, la promulgation de la Constitution de Cadix provoque la rupture entre catéchismes pro-libéraux et catéchismes anti-libéraux, un accord global se maintient au sujet des régimes politiques envisageables26 : les catéchismes politiques condamnent, dès l’époque révolutionnaire, l’anarchie, l’oligarchie, l’ochlocratie et le républicanisme (qui expose à la guerre civile) ; la démocratie est déclarée inviable en Espagne, car elle ne peut convenir qu’aux petits Etats ; seule, la monarchie convient à l’Espagne : les uns (les libéraux) la voudront constitutionnelle, les autres (les absolutistes) rejettent la souveraineté des Cortès considérées comme usurpatrices des droits du monarque.

  • 27 Breve Catecismo político-constitucional, dans le Duende de los cafées, abril 1814.
  • 28 Catecismo Civil y breve Compendio de las obligaciones del español (...), Madrid, 1808.
  • 29 Catecismo Civil de España (...), Sevilla, 1808.
  • 30 Catecismo Civil y breve Compendio (...), Madrid, 1808.
  • 31 Id.
  • 32 Catecismo Civil de España (...), Sevilla, 1808.
  • 33 Catecismo Civil y breve Compendio (...), Madrid, 1808.

37Mais avant d’en venir à l’instauration d’un nouveau pouvoir politique ou à la restauration de l’Ancien Régime, les Espagnols, si possible à l’unisson, doivent mettre fin à la guerre en cours en rejetant l’envahisseur sur ses terres. Telle est la composante patriotique des catéchismes politiques et des catéchismes politico-religieux, puisqu’il va sans dire que, à une exception près – semble-t-il –, tous les nouveaux catéchismes publiés pendant la Guerre d’Indépendance condamnent l’invasion napoléonienne et la collaboration avec les occupants. C’est cette prise de position, jamais équivoque et molle, qui confie à certains catéchismes un ton de pamphlet incendiaire, inhabituel à ce degré-là dans les catéchismes religieux traditionnels où, tout au plus, les mécréants ou les hérétiques pouvaient inspirer des sentiments de haine ou de mépris. Or ces sentiments sont ici monnaie courante. Leur violence a frappé et effrayé les observateurs étrangers et, au premier chef, les Français et les soldats impériaux. Sont voués aux gémonies : Napoléon, pour sa nature démoniaque27, pour sa « soberbia, maldad y despotismo »28 ou pour son « ambición, despotismo y engaño »29 ; Murat, pour ses « robos, infamia, cruelcrueldad »30, pour son irréligion et sa pratique de l’assassinat ; les « traîtres » espagnols qui se rallient aux Français (les mots, sans doute politiquement trop neutres de « afrancesados », « colaboracionistas », « josefistas » n’apparaissent pas) ; les Français, considérés sous deux angles : ou bien comme soldats napoléoniens envahisseurs, ou bien comme formant une nation ; dans le premeir cas, pour justifier leur massacre par des civils, on en fait des « ladrones, homicidas, incendiarios y sacrílegos »31, dans le second, on dénonce les inclinations congénitales du peuple français à la légèreté, à la corruption des mœurs et à la dépravation intellectuelle32 ; enfin, Godoy est également vu sous deux angles : ou bien on honnit le personnage pour sa « traición, lascivia e ignorancia »33, ou bien on vilipende le ministre qui a été l’incarnation d’un despotisme corrompu : tel est l’objet exclusif d’un catéchisme extraordinaire qui est, en vérité, une parodie de catéchisme politique : il s’agit du Catecismo político para el uso de la juventud del Alentejo, publié dans La Abeja española en juin 1813 ; outre le titre, la forme dialoguée entre « Discípulo » et « Maestro », de même que la structure du texte, avec les grands titres internes (« De la Sociedad », « Del Soberano », « De las Leyes », etc.) sont empruntées au catéchisme traditionnel, mais le projet et le ton s’en séparent, puisqu’il s’agit d’une diatribe ad hominem et d’un procédé rhétorique inusité : la raillerie. Ce catéchisme amusant ! marque le point extrême dans la trivialisation de ce genre d’écrit tombé, en quelque sorte, dans le domaine public.

  • 34 Catecismo político-sentencioso o doctrina del buen ciudadano, amante de su religión, de su patria y (...)

38Jusqu’à l’époque révolutionnaire, si on admettait la pluralité des catéchismes religieux dont la présentation, les destinataires et le niveau de langue étaient effectivement variés, on aurait mal compris leur éventuelle incompatibilité, étant donné leur référence à un corps de doctrine intangible. Or, à partir de la Guerre d’Indépendance, l’éclatement du genre, non seulement accentue la tendance à la différenciation, mais fait s’opposer entre eux certains catéchismes. Qui dit opposition ouverte dit alourdissement de la part négative (rejets, interdits, condamnations). Alors que, dans les catéchismes religieux traditionnels, le Mal ne s’incarnait guère que dans le Diable, les péchés capitaux, l’athéisme et l’hérésie, voilà que la gamme des repoussoirs s’élargit considérablement avec l’inclusion – on l’a vu – de Napoléon, de ses généraux, de ses soldats, de Godoy et des collaborateurs de l’ennemi, eux tous venus s’ajouter aux francs-maçons, aux jacobins, etc. Le nouveau catéchisme, au lieu de se borner à inciter, devient mise en garde contre une foule épaissie de dangers ou – pour employer un terme en usage à cette époque – « préservatif », tout à la fois, contre « Los Afrancesados, los Masones, Materialistas, Jacobinos, Jansenistas, Liberales, Abladores, Periodistas, Mundo, Demonio y Carne y toda la turbamulta de que estamos rodeados »34.

39En vérité, si on ne connaît pas de catéchismes spécifiquement anti-maçons ou anti-afrancesados, on connaît des catéchismes essentiellement anti-libéraux. Le catéchisme s’ouvre à la controverse politique et servira à l’alimenter, au moins jusqu’à l’époque du Triennat Constitutionnel.

40Entre 1808 et 1814, je crois pouvoir distinguer trois grands moments dans cette histoire des catéchismes engendrés par les circonstances : de 1808 à 1810, comme il s’agit prioritairement de repousser l’envahisseur français, les catéchismes sont, en partie ou totalement, patriotiques ; l’adversaire (Napoléon, Godoy...), qui ne peut employer la même arme pour répliquer, ne peut donc engager une polémique à travers les catéchismes qui, en revanche, peuvent recourir à la raillerie à l’égard de l’ennemi et de ses collaborateurs. De 1810 à 1814,on observe une prédominance des catéchismes politiques de tendance libérale, car les libéraux, qui dominent aux Cortès et bientôt promulguent une constitution conforme à leur credo, s’employent à défendre leur œuvre ; dessaisis du pouvoir ou/et pris de court, les conservateurs et les absolutistes ne se servent pas du catéchisme pour répliquer à leurs adversaires politiques, comme si, par ailleurs, ils étaient trop respectueux du caractère semi-sacré de ces petits ouvrages, pour en faire un usage dégradant. Enfin, en 1814, alors que la nécessité des catéchismes patriotiques s’impose moins qu’à l’ouverture du conflit international en 1808, le violent débat d’opinions qui oppose libéraux et antilibéraux envahit les catéchismes. D’où une innovation tonale : l’emploi de l’ironie et du sarcasme, (dont on avait eu un avant-goût en 1813 lorsque l’auteur du burlesque Catecismo político para el uso de la juventud del Alentejo s’en était pris longuement à « Son Altesse Sérénissime », alias Godoy. Il n’est guère contestable que la violence maximale dans l’agression verbale est le fait des anti-libéraux ou « serviles » qui, en matière d’argumentation, innovent aussi en pratiquant l’assimilation abusive, destinée à provoquer la confusion entre libéraux espagnols, jacobins, robespierristes, « afrancesados » et franc-maçons. Les libéraux me paraissent plus nuancés dans leurs attaques visant les « serviles », mais il est bien entendu que cette remarque ne vaut que pour les catéchismes car, dans les polémiques qui ont débordé dans les journaux et les ouvrages, les libéraux ont été au moins aussi sarcastiques et fielleux que leurs adversaires.

  • 35 Pour en connaître la nature et le nombre, il faudrait procéder comme l’ont fait J. Menéndez Peláez (...)
  • 36 Contrairement à ce que font les Espagnols – aussi bien les libéraux que les « serviles » – attachés (...)

41Le chemin parcouru en un quart de siècle, et surtout en six ans (1808-1814), est énorme. Le catéchisme religieux, à vocation universelle, porteur de vérités immuables appelées à être exposées de manière à la fois sereine, pondérée et catégorique, s’est mué, sous l’effet de la pression des événements, en un instrument de propagande partisane, qui fait s’apparenter le nouveau catéchisme à un pamphlet de faible portée et de vie courte. Si l’on met de côté les rééditions des catéchismes religieux anciens35, l’évolution des nouveaux catéchismes – que je schématise ici – suit celle du conflit franco-espagnol : après avoir servi à rassembler la population dans une lutte nationale, les catéchismes sont récupérés par les libéraux qui les utilisent, faute de disposer de maîtres d’écoles laïcs, d’écoles publiques et de livres36, pour faire connaître leur doctrine et leur œuvre récente ; les anti-libéraux s’emparent à leur tour des catéchismes pour en faire une arme de combat tournée contre la foule de leurs adversaires idéologiques. Ils auront, sur les libéraux, des avantages décisifs : tout au long de la période absolutiste, c’est-à-dire jusqu’en 1820, ils pourront s’appuyer sur le pouvoir central et sur l’Eglise, pour peu que dans leurs catéchismes soient présentés comme solidaires les dogmes chrétiens, la doctrine absolutiste et les traditions espagnoles séculaires.

Notes

1 Cité par Armogathe (Jean-Robert), « Les catéchismes et l’enseignement populaire en France au dix-huitième siècle », dans Images du peuple, Colin, Paris, 1973, p. 103.
Ma recherche des catéchismes appelés à fournir le matériau de base de ce travail et la rédaction de celui-ci étaient terminées lorsque j’ai pu prendre connaissance de l’article de José Muñoz Pérez, « Los catecismos políticos : de la ilustración al primer liberalismo español, 1808-1822 », publié dans Gades, 1812/1987 (N° 16 Extraordinaire, Diputación de Cádiz, 1987, pp. 191-217). Par bonheur – et outre qu’ils ne débouchent pas sur des conclusions contradictoires –, les deux travaux ne font pas double emploi, principalement pour cette raison que J. Muñoz Pérez conduit sa réflexion au long d’une vaste période, partant de la pleine époque «ilustrada» et se projetant ensuite jusqu’au Triennat Constitutionnel.

2 Maruri Villanueva (Ramón), Ideología y comportamientos del obispo Menéndez de Luarca (1789-1819), Col. Pronillo, Santander, 1984, p. 155.

3 Menéndez Peláez (José) y Saugnieux (Joël), « Catequesis e ilustración : Aproximación a una encuesta bibliográfica », separata de Archivum, t. XXXIV, Universidad de Oviedo, pp. 119-142.

4 Catecismo para el uso de los Reales Guardias Walonas y Estrangeros habitantes en España (...) por Dr Antonio Barrabis, Capellán de dicho Real Cuerpo, y Protonotario Apóstolico, Madrid, 1777.

5 Catecismo de teología moral del sacramento del orden y de las irregularidades (...), su autor A B C, Madrid, 1801.

6 Catecismo católico-político que, con motivo de las actuales novedades de la España, dirige y dedica a sus conciudadanos un Sacerdote amante de la religión, afecto a su patria, y amigo de los hombres, Madrid, 1808.

7 Catecismo de la Doctrina Christiana, y su breve declaración por preguntas y respuestas, para la educación de los Niños, conforme al uso de los estatutos y escuelas del reyno, Valladolid, 1801.

8 Capitán Díaz (Alfonso), Los catecismos Políticos en España (1808-1822) – Un intento de educación política del pueblo Caja General de Ahorros y monte de Piedad de Granada, Granada, 1978.

9 Catecismo del Estado según los principios de la Religión, por el doctor D. Joaquín Lorenzo Villanueva, Presbítero, calificador del Santo oficio y Capellán Doctoral de S.M. en la Real Capilla de la Encarnación, Madrid, 1793.

10 Catecismo político para instrucción del pueblo español, Cádiz, 1810 – in Capitán Díaz, op. cit., p. 113.

11 Presque tous ces documents ont pu être consultés à la Bibliothèque Nationale de Madrid grâce à l’obligeance de la responsable de la « Sección de Raros », sans la gentillesse de qui j’aurais été condamné à m’en tenir à l’examen de trois ou quatre catéchismes.

12 – Rodríguez Solía (E.), Los guerrilleros de 1808, t. I, cuad° 2, pp. 90-91, Madrid, 1930.
– Delgado (Sabino),
Guerra de la Independencia – Proclamas, Bandos y Combatientes, Editora Nacional, Madrid, 1979, pp. 300-306.
– Díaz Plaja (Femando), La historia de España en sus documentos – El siglo XIX, Madrid, 1954, pp. 71-73.

13 Catéchisme sans date ni lieu de publication connus, en raison de l’absence de couverture et de page de garde.

14 Catecismo histórico de la doctrina cristiana, Santiago, 1813.

15 Catecismo político que contiene ideas principales de política ignoradas de muchos, por estar escritas en grandes volúmenes, por D.R.V. y F., Barcelona, s.d.

16 Dans le Catecismo del Estado (...) de Joaquín Lorenzo Villanueva, Madrid, 1793.

17 Catecismo para el uso de todas las Iglesias delImperio Francés, aprobado por el cardenal Caprara, legado de la Santa Sede y mandado publicar por el Emperador Napoleón, Madrid, 1807.

18 Catecismo católico-político (...), Madrid, 1808.

19 Catecismo político (...) por D.R.V. y F., Barcelona, s.d.

20 Catecismo católico-político (...), Madrid, 1808.

21 Catecismo político (...) por D.R.V. y F., Barcelona, s.d.

22 Op. cit., – Il s’agit, d’une part, des « grandes poderosos, opulentos », de l’autre, des « labradores, artesanos, comerciantes, jornaleros ».

23 Catecismo Civil y breve compendio de las obligaciones del español : Conocimiento práctico de su livertad ; y explicación de su enemigo, Ynstrucción muy util en las actuales circunstancias para la enseñanza de los niños de ambos sexos, Madrid, 1808 – et Catecismo Civil de España enpreguntas y respuestas, mandado imprimir de orden de la Junta Central, Sevilla, 1808.

24 Catecismo político (...) por D.R.V. y F., Barcelona, s.d.

25 In Capitán Díaz, op. cit.,

26 Ces analyses ou définitions des différents régimes politiques ou, du moins, du régime monarchique se trouvent dans le :
– Catecismo del Estado (...) de Joaquín Lorenzo Villanueva, Madrid, 1793.
– Catecismo católico-político (...) por un sacerdote (...), Madrid, 1808.
– Catecismo político para instrucción del pueblo español, Cádiz, 1810.
– Catecismo político (...) por D.R.V. y F., Barcelona, s.d.

27 Breve Catecismo político-constitucional, dans le Duende de los cafées, abril 1814.

28 Catecismo Civil y breve Compendio de las obligaciones del español (...), Madrid, 1808.

29 Catecismo Civil de España (...), Sevilla, 1808.

30 Catecismo Civil y breve Compendio (...), Madrid, 1808.

31 Id.

32 Catecismo Civil de España (...), Sevilla, 1808.

33 Catecismo Civil y breve Compendio (...), Madrid, 1808.

34 Catecismo político-sentencioso o doctrina del buen ciudadano, amante de su religión, de su patria y de su rey, por D.A.V. y D., Madrid, 1814.

35 Pour en connaître la nature et le nombre, il faudrait procéder comme l’ont fait J. Menéndez Peláez et J. Saugnieux pour le XVIIIe siècle. Mais on peut supposer que la Guerre d’Indépendance n’empêche ni la réédition ni la mise en vente, comme par le passé, des catéchismes les plus connus, tels ceux de Ripalda, Astete et Fleury. On peut établir, en tout cas, que, en 1813, à la librairie de Miguel Domingo, à Palma de Majorque, les lecteurs peuvent se procurer, aux côtés de La riqueza de las naciones de Condorcet ou de l’Informe sobre la ley agraria de Jovellanos, le Compendio del catecismo de Fleury.

36 Contrairement à ce que font les Espagnols – aussi bien les libéraux que les « serviles » – attachés au catéchisme comme instrument pédagogique, les révolutionnaires français se détournent de cet instrument, considéré probablement comme trop clérical, et misent surtour sur le livre de classe pour diffuser leur credo. Ainsi, Talleyrand, en 1791, estime que les autorités doivent encourager la confection de « livres élémentaires, clairs, précis méthodiques, répandus avec profusion » pour rendre « universellement familières toutes les vérités » (Cité par D. Julia dans Les trois couleurs du tableau noir – La Révolution, Ed. Belin, paris, 1981, p. 234).

Auteur

CIREMIA Université François Rabelais de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable