Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Communautés nationales et marginalité dans le monde ibérique et ibéro-américain

 | 
Jean-René Aymes

Amérique latine

L'indien et le nationalisme littéraire mexicain : Netzula, de José María Lafragua

Jacqueline Covo

Texte intégral

  • 1 Ralph Warner (Historia de la novela mexicana en el siglo XIX, México, Antigua librería Robredo, 19 (...)
  • 2 Warner, op. cit. ; Aurora M. Ocampo de Gómez y Ernesto Prado Velázquez : Diccionario de Escritores (...)
  • 3 Citons cependant le recueil ; Los Aztecas, poesías tomadas de los antiguos cantares mexicanos, de (...)
  • 4 Selon ses biographes, José Maria Lafragua, né à Puebla en 1813, était le fils d'un officier, espag (...)

1En 1832, le jeune José Maria Lafragua, futur libéral de la “Reforma”, écrivait un court roman, intitulé Netzula, publié en 1837 dans l’une des éphémères revues littéraires du temps1. Ce récit, d'une valeur littéraire limitée, rempli de poncifs, d'invraisemblances et de redondances, doit au fait d'avoir été recueilli dans la Biblioteca de Autores Mexicanos (1) la trace qu'il a laissée dans quelques histoires littéraires2. Il la doit sans doute surtout aux héros qu'il met en scène, héros aztèques — bien que le mot ne soit pas prononcé —, fait à notre connaissance extrêmement rare, sinon isolé dans la première moitié du XIXe siècle3. Aussi, Netzula, qui semble indiquer un intérêt du jeune criollo Lafragua4 pour les descendants des vaincus de la Conquête, à l'époque où apparaissent les premières tentatives réformistes, les premiers efforts d'intégration de la nation mexicaine, nous paraît avoir sa place dans l'étude du nationalisme littéraire, et plus précisément dans l'analyse de la place faite aux groupes marginalisés — ici les indiens — dans ce nationalisme littéraire naissant. C'est d'ailleurs ce que semble penser le critique Warner, lorsqu'il écrit :

  • 5 Op. cit., p. 11.

“El autor nos da aquí una de las primeras muestras de la mexicanidad en la literatura novelesca...” 5

2Rappelons, tout d'abord, qu'au moment où Lafragua rédige Netzula, en 1832, le Mexique ne s'est érigé en nation souveraine et indépendante que depuis onze ans ; il est bien loin d'avoir trouvé un équilibre économique, social et politique qui lui permette de développer dans la paix et la tranquillité sociale ses éléments de richesse, notamment dans le domaine intellectuel. Une dizaine d'années plus tard, encore, l'auteur de Netzula, prononçant à l'“Ateneo Mexicano” un discours sur “le caractère et l'objet de la littérature”, constatera :

“Nosotros, señores, acabamos de nacer ; la literatura mexicana está, pues, en la cuna.”

  • 6 In Quintana, op. cit., pp. 311-321 (discours de 1844).
  • 7 I. M. Altamirano : La literatura nacional, México, Porrúa, 1949, 3 tomes.
  • 8 Citons, pour le théâtre, Fernando Calderón et Rodriguez Galván, qui écrivent vers 1840, pour l'his (...)

3Et il conclura en montrant la nécessité d'exploiter une mine encore vierge, et de créer une littérature nationale6, thème que reprendra, dans tous ses développements, après l'Intervention Française, Ignacio Altamirano7. Dans les années 1830, en effet, la littérature du Mexique indépendant est à peu près inexistante ; si le théâtre et surtout l'histoire s'annoncent, le roman, pourtant brillamment inauguré à la fin de la colonie par Fernandez de Lizardi, ne fera ses premiers pas que vers le milieu du siècle8 ; la situation n'est sans doute pas très différente dans les autres nations latino-américaines, où ni El Matadero de Echeverría (1838), ni Cecilia Valdés de Villaverde (1839), ni Facundo (1845) n'ont encore été publiés ; tout, dans l'élaboration d'outils d'expression comme dans la construction des nations, reste à faire, ce qui donne tout leur intérêt aux premiers balbutiements, parmi lesquels Netzula.

4L'intrigue en est simple. L'empire de Moctezuma est sur le point de succomber sous les coups des espagnols. Netzula, fille d'un vieillard qui fut valeureux, est promise au vaillant défenseur de l'Anahuac, Oxfeler, qu'elle n'a jamais vu. Mais un guerrier inconnu, dont l'intervention, à trois reprises, sauve sa mère ou elle-même des griffes d'un loup, d'une nuit de tempête, de l'enlèvement par quatre espagnols, éveille en son coeur l'amour. Déchirée entre ses sentiments et le respect de la parole donnée, Netzula découvrira, lors de la bataille décisive, qu'Oxfeler et le guerrier inconnu ne font qu'un — ce que le lecteur avait compris depuis longtemps —, avant d'être massacrée par les vainqueurs, en même temps que tous les héros de l'histoire. On reconnaît là, transposés au temps de Moctezuma, des éléments empruntés au roman d'aventures et au romantisme. Mais ce qui fait pour nous l'intérêt de cette pochade, répétons-le, c'est qu'elle marque l'apparition, dans la littérature mexicaine, du thème de l'indien, même si c'est dans une perspective historique.

5C'est donc avant tout sous cet aspect que nous nous proposons de l'étudier, pour chercher à analyser le regard que pose sur les vaincus l'intellectuel mexicain de la première moitié du XIXe siècle, et pour tenter d'en déduire la place qu'il leur assigne dans la communauté nationale.

***

6Les héros de Lafragua, donc, sont aztèques et l'action se déroule au temps de la Conquête :

“Eran los últimos días de Moctezuma...” (p. 265).

  • 9 Remi Simeón : Diccionario de la lengua náhuatl ο mexicana, México, Siglo XXI, 1977, 783p-et Angel (...)
  • 10 Selon les statistiques de Antonio García Cubas, citées par Luis González y González : La Vida soci (...)
  • 11 M. Ocampo : Obras completas, México, Vázquez éd. 1900-1901, 3 vols, tome III, p. 276 et ss : “Catá (...)

7Est-ce à dire que Lafragua a écrit là un roman historique et a manifesté ainsi un intérêt d'ordre ethnologique pour les aztèques ? Dès l'abord, les noms des personnages nous en font douter. Bien que nous ignorions le nahuatl, une certaine fréquentation de l'histoire préhispanique, ainsi que la toponymie mexicaine nous incitent à mettre sérieusement en doute l'authenticité des noms des personnages de Lafragua, soupçon que semblent confirmer les grammaires et dictionnaires de nahuatl que nous avons consultés9. Si le nom de l'héroïne, Netzula, semble dériver d'une racine courante, “netz-”, si celui de son père, Ixtlou, présente des rapports avec le mot nahuatl “ixtli” (“faz, rostro, ojo”), les terminaisons sont bien suspectes, tout comme les autres noms cités — Octai, Utali, Oxfeler, Ogaule — ; ils semblent relever de la plus haute fantaisie et, en tout cas, d'une ignorance totale de la langue nahuatl, langue pourtant parlée, au milieu du XIXe siècle, par un et demi des sept millions de Mexicains, notamment sur le haut plateau10, proche de la capitale et de Puebla, berceau de Lafragua. Mais sans doute les intellectuels avaient-ils fort peu de contacts avec les groupes indigènes ; Lafragua ne semble pas non plus éprouver pour les langues vernaculaires la curiosité que manifestent un peu plus tard certains réformistes, et par exemple Melchor Ocampo, criollo comme lui11.

8Le contexte historique de la Conquête ne semble guère mieux connu, reste en tout cas fort vague :

“El imperio volaba a su ruina...” (p. 265).

9Les “victoires” des espagnols, pourtant bien connues grâce aux récits des conquérants, ne sont qu'évoquées globalement et sans la moindre précision ; ainsi, nous dit l'auteur :

“el día de un combate se aproximaba...” (p. 277).

10ou encore :

“esta para darse una batalla general que sera casi decisiva...” (pp. 300-301).

11Quant à Ixtlou, père de l'héroïne, on nous le dépeint :

“... en otro tiempo terror del enemigo en los combates...” (p. 265).

  • 12 On sait que ces guerres, factices, avaient pour objet de faire des prisonniers de guerre qui devai (...)

12De quels autres temps s'agit-il ? De quel ennemi ? S'agit-il de l'une des nombreuses guerres par lesquelles les “mexica” assurèrent leur domination sur le plateau ? ou bien de la fameuse “guerra florida12. Nous ne le savons pas, et l'information n'a d'autre but, sans doute, que de caractériser le vieillard. De même, aucun élément descriptif, aucune précision ou particularité du cadre, des personnages ou de l'action ne suppose une recherche historique ; l'évocation de l'héroïne, fréquemment désignée par le terme “la virgen”, relève des poncifs romantiques alors en vogue :

“parecía un fantasma que vaga por el campo de la noche : vestida de bianco y suelto el cabello...” (p. 266).

13Le portrait du guerrier inconnu, plus détaillé, ne s'éloigne cependant pas d'un folklore imprécis :

“su cabeza estaba cubierta con plumas blancas y encarnadas ; el oro y las piedras cubrían su cuerpo ; una grande hacha en su mano y un escudo de un tamano enorme en su izquierda ; su talla era gigantesca y un manto encarnado guarnecido de oro contribuía a hacer su aspecto magestuoso.” (p. 278).

14Il faut reconnaître, cependant, que l'armement des héros de Netzula est sans doute le seul élément qui échappe à ce flou : Lafragua évoque “la piedra de sus lanzas”, “el arco”, “sus dardos” (p. 266), “el hacha” (p. 278) ; les espagnols lancent l'éclair (p. 278) et :

  • 13 Historia General de México, México, El Colegio de México, 1976, tome I, 288p-p. 182 ; et J. Souste (...)

“un torrente de fuego va delante de ellos” (p. 279). et si l'on est d'abord étonné de voir une “espada” entre les mains des guerriers aztèques (pp. 266, 271) — on sait en effet que les mesoaméricains n'utilisaient que des glaives en obsidienne et des flèches à pointe de silex13 — ne nous hâtons pas d'accuser Lafragua d'inexactitude : il est probable que ce mot désigne précisément le glaive.

15Quelques allusions à la religion du soleil paraissent également vagues aux curieux ; ainsi, Netzula, partagée entre son engagement et son amour pour le jeune guerrier inconnu, songe à :

“ceñirse la banda de las sacerdotisas del sol” (p. 286).

16ou bien, prisonnière des espagnols, elle marche,

“como la víctima al sacrificio del sol” (p. 295).

17Mais, outre qu'aucun détail ne témoigne d'un intérêt pour les formes de pensée, les coutumes aztèques ou même la couleur locale, les commentaires de l'auteur sur la religion consolatrice semblent ne faire de la religion du soleil qu'une transposition du christianisme, très éloignée du pessimisme nahuatl :

“en los pensamientos tristes nos fijamos en la religion y ella es el consuelo de las calamidades del dolor en la vida...” (p. 286).

18Aussi le vieillard Ogaule, priant le “firmament” de lui ouvrir ses portes (p. 270), ne déguise qu'à peine son espoir d'entrer au paradis ; aussi est-on fort peu étonné de voir Netzula, selon une formule plus chrétienne que préhispanique, décidée à :

“acompañar al altar a Oxfeler” (pp. 291 et 296).

19Netzula peut donc difficilement être qualifié de roman historique ou ethnologique, et les connaissances de son auteur sur le passé précortésien de son pays y apparaissent fort lâches. Mais le choix de héros aztèques valeureux et vertueux correspond peut-être à une volonté de réhabiliter l'indien, de montrer la place glorieuse qu'il a occupée dans le passé mexicain, et ainsi de l'intégrer avec ses descendants dans la jeune nation mexicaine ; nous aurions là, s'il en était ainsi, dans l'une des premières manifestations littéraires mexicaines, une volonté d'assimilation, de métissage culturel intéressant. Dans cette optique, rappelons d'abord que le mot “aztèque” n'est jamais prononcé, non plus que ceux d'“indien”, “indigène”, “mexicain” ou tout autre qui désigne expressément une communauté, un peuple ou une nation ; seule, la phrase d'exposition :

“Eran los últimos días de Moctezuma...” (p. 265).

20en même temps qu'elle permet une localisation temporelle et spatiale immédiate, sous la métonymie “Moctezuma”, désigne une société toute entière à travers son chef, figure historique connue de tous — qui ne sera d'ailleurs plus nommée —, ce que complètent les noms... exotiques des héros. L'auteur, qui refuse donc les substantifs immédiatement compréhensibles à sa disposition, est amené, pour désigner les personnages de son récit, à se servir de périphrases de localisation, périphrases qui se regroupent exclusivement autour de deux axes géographiques, “Anáhuac” et “América” :

“Los valientes de Anâhuac” (p. 266).
“El defensor de Anáhuac” (p. 276).
“Los jóvenes de Anáhuac” (p. 279).
“La hermosa del Anáhuac” (p. 285), etc.

“Los hijos de América” (p. 265).
“El ejército de la América” (p. 268).
“Los fuertes de América” (p. 279), etc.

  • 14 Ensayo politico sobre el reino de la Nueva España, México, Porrúa, 1966, 696p-p. 5.
  • 15 Idem.

21Le terme “Anáhuac” (atl-nahuac : cerca del agua) désignait la vallée de México-Tenochtitlán, mais aussi, en effet, par métonymie, tout l'empire de Moctezuma, comme l'atteste Humboldt14 ; il est donc historiquement correct ; cependant on peut remarquer que, en usant et abusant de ce terme, certes, chargé de couleur locale et de poésie, Lafragua évite soigneusement un autre mot, également nahuatl, et qu'employait pourtant, pour se désigner, le peuple qui occupait Anahuac, celui de “Mexico”, a 1 origine 1'un des noms du dieu guerrier Huitzilopochdi15. Ce faisant, remarquons-le, 1'auteur de Netzula refuse de donner à ses héros l'appellation précisément choisie par la jeune nation ; grammaticalement, il refuse aussi le substantif au profit d'un génitif, plus laborieux et qui nous semble moins chargé de sens. Ne semble-t-il pas, ainsi, refuser d inclure ses personnages indigènes dans la communauté nationale dont il fait partie ?

  • 16 Ce nom, on le sait, emprunté à Américo Vespucio, apparaît pour la première fois en 1507, dans la C (...)

22L'autre terme employé, “América”, surprend le lecteur par son aspect, sinon anachronique16, du moins impropre de ce côté de l'Atlantique et du point de vue des personnages ; il est pourtant le premier qui apparaît dans le récit :

“... los hijos de América doblaban el cuello a la cadena de los conquistadores” (p. 265).

23Malgré l'optique adoptée par le récit, celle de Netzula et de ses congénères, c'est donc le point de vue européen, et non autochtone que choisit le narrateur en employant le terme “América”. Le mot “hijo”, pour sa part, établit un lien charnel et affectif que confirme le mot “patria” fréquemment employé (pp. 265, 272, 273, 275, etc.). Pourtant, par cette alliance de mots, l'auteur dilue ses héros dans un espace géographique qui dépasse les frontières d'un Etat et, en leur prêtant une identité continentale, il escamote une quelconque identité nationale ; il apparaît par ailleurs que, sauf dans ce premier cas, qui complète l'exposition, le mot “América” est toujours employé dans un contexte militaire ou politique :

“Oxfeler, general del ejército de la América...” (p. 268).
“No puedo hacer otra cosa que exhalar vanos suspiros por la felicidad de la América...” (p. 272).
“Un combate que debía decidir la suerte de América” (p. 277).
“Los fuertes de América” (p. 279).
“La derrota de América” (p. 281).

24Il nous semble que, par là, les héros de Netzula apparaissent moins comme une nation avec ses traits propres, que comme un instrument de l'histoire, un bastion vulnérable devant les conquérants, un faible obstacle qui empêche encore le continent tout entier de basculer vers une identité nouvelle. Et la gêne de l'auteur à pourvoir ses personnages d'une nationalité nous semble confirmée lorsque, par une antonomase, il fait d'Oxfeler :

“el defensor de los pueblos.” (p. 275).

25Dès les premières lignes du récit, d'ailleurs, la communauté à laquelle appartient Netzula est irrémédiablement condamnée à disparaître, et l'on est frappé par l'accumulation du vocabulaire de la destruction :

“Eran los últimos días de Moctezuma : el imperio volaba a su ruina, y la espada de los españoles hacía estremecer el trono del monarca ; dondequiera se escuchaban sus victorias, y los hijos de América doblaban el cuello a la cadena de los conquistadores” (p. 265).

26Cette destruction est parachevée à la fin du récit par la mort des héros :

“... dos españoles llegan en este instante : su espada completa la destrucción de la batalla...” (p. 306).

27Lafragua a écarté d'autres scénarios possibles : fuite et épousailles des héros, qui leur assurerait une postérité ouverte vers un avenir où l'indien aurait sa place ; mariage de Netzula avec un espagnol, germe d'une nation métisse... Exterminés, sans descendance, Netzula et Oxfeler ne pourront collaborer à la future nationalité mexicaine ; et comme le récit ne met en scène aucun arrière-plan humain, aucune communauté qui prenne en charge leur héritage, il semble qu'avec les héros ce soit toute leur race qui disparaisse, laissant la place vide.

28Les espagnols, pour leur part, sont bien présents en tant que tels, dès les premières lignes, on l'a vu, et l'on peut se demander si le “criollo” Lafragua, en faisant tomber les héros indigènes dans la trappe de l'histoire, ne laisse pas délibérément la place aux conquérants, chargés d'édifier la future nation. Remarquons cependant que le point de vue adopté, celui de Netzula, fait très souvent préférer au mot “espanoles” un terme chargé d'une connotation négative : “conquistadores”, “enemigo” (pp. 265, 279, 296), ou un terme qui les désigne comme “étrangers” explicitement (pp. 267, 271, 279, etc.) ou implicitement : “hijos del océano”, “hijos del mar” (pp. 267, 272, 278, etc.). Les espagnols, d'ailleurs, sont pratiquement absents du récit, où ils n'apparaissent que par référence, sauf à deux moments, le dénouement et la tentative d'enlèvement de Netzula, épisode où ils sont vus indirectement, par les yeux de l'héroïne :

“... repentinamente se encuentra rodeada por cuatro soldados cuya lengua es ignorada de ella ; no puede dudarlo, ha caído en manos de los espanoles” (p. 295).

29Les espagnols ne sont jamais pourvus de personnalité, d'épaisseur ; dans tous les cas ils sont un instrument d'oppression, de violence et de mort, et il est difficile de penser que l'auteur ait voulu, consciemment ou non, leur faire prendre en charge le destin de la nation mexicaine.

  • 17 Cf Romeo Flores Caballero : La contrarrevolución en la Independencia-Los españoles en la vida polí (...)

30On ne pourrait s'en étonner que si l'on oubliait le contexte politique de la rédaction de Netzula ; bien sûr, son auteur, orphelin très tôt, d'ailleurs, est présumé issu de parents espagnols. Mais, né en 1813, il a dû assister dans son adolescence et sa jeunesse, à tous les troubles, conspirations et polémiques provoqués par les anciens maîtres de la Nouvelle-Espagne, accusés, parfois à juste titre, de vouloir perpétuer ou rétablir leur domination sur le Mexique, troubles qui ont connu leurs plus belles heures entre 1824 et 183117, et ont donc pu influencer le contenu de Netzula : fuites de capitaux, plaintes contre les fonctionnaires espagnols restés en place, soulèvement de garnisons espagnoles, refus de reconnaissance diplomatique de l'Espagne et expédition de reconquête de Barradas, faits qui ont abouti aux deux lois d'expulsion des espagnols de 1827 et 1829. Ecrit alors que l'application de ces lois se poursuivait, il n'est pas surprenant que Netzula donne des espagnols une vision négative : aux yeux d'un Mexicain, l'espagnol de 1830 et celui de 1519 ont le même but : asservir le Mexique ; comme Ixtlou, Lafragua, sans doute :

“... no quería presenciar la esclavitud de la patria” (p. 265).

31Ainsi donc, chargé de tous les péchés, l'espagnol, pas plus que les enfants d'Anahuac, ne peut légitimement créer la nation nouvelle. A la fin du récit, la scène est vide. Tout est à créer.

***

32Tout est à créer, y compris la littérature, ce à quoi contribuait, très modestement, José Maria Lafragua. Mais il n'écrivait pas, avec Netzula, un roman ethnologique ou nationaliste. Ses thèmes, la mort, attendue ou désirée par tous les héros, la vieillesse impuissante, le regret de la jeunesse passée, l'amour contrarié, la nuit, cadre de presque toutes les péripéties de l'action, font de Netzula l'une des premières manifestations du romantisme mexicain. Certaines des valeurs morales sans cesse affirmées, le patriotisme des hommes, le souci qu'a Netzula de son honneur, de sa réputation, l'appui qu'elle trouve,

“en su conciencia y en la razón” (p. 287).

33rendent un son bien moderne. En somme, les glorieux enfants de l'Anahuac suivent sans doute la voie brillamment ouverte par Atala, mais ne font guère qu'ajouter une note de pittoresque et de couleur locale au roman d'aventures dont le moteur sont les méchants espagnols. Le Mexicain du XIXe siècle se sent fort peu d'affinités avec les premiers, morts avec la Conquête, ne laissant qu'une descendance dégénérée, comme avec les seconds, cause de tout le mal. Comme le dira vingt ans plus tard le réformiste Francisco Zarco, contemporain de Lafragua,

  • 18 “Estado de la literatura en México”, La Ilustración mexicana, tome III-I, 1852-p. 6.

34“La historia de los indios no es la de nuestra raza”18. ou encore :

  • 19 Castro y otros : México y sus alrededores, México, éd. fac-similar de la de 1855, Editorial del Va (...)

“No somos aztecas, no somos españoles (...) aùn no constituimos una raza propia, distinta de las demás, con cualidades peculiares, buenas ο malas”19.

35Comme la nation, une littérature authentiquement mexicaine, intégrant tous les siens, restait à créer ; Lafragua lui-même la souhaitait :

  • 20 “Carácter y objeto de la literatura”, in Quintana, op. cit., p. 321.

“Beneficiemos la mina virgen de nuestra patria, creando una literatura nacional”20.

Notes

1 Ralph Warner (Historia de la novela mexicana en el siglo XIX, México, Antigua librería Robredo, 1953, 131p-p. 11) indique, comme première publication probable, la revue El Año Nuevo de 183 7 ; la date de 1832, peut-être celle de la rédaction, est donnée par l'édition de la Biblioteca de Autores Mexicanos (Novelas cortas de varies autores, México, V. Agüeros éd., BAM, 1901, 2 vols — vol. I, pp. 265-306 — la pagination indiquée est celle de cette édition) ; la date de 1832 est retenue par les quelques histoires de la littérature qui citent Netzula.

2 Warner, op. cit. ; Aurora M. Ocampo de Gómez y Ernesto Prado Velázquez : Diccionario de Escritores Mexicanos, UNAM, 1967, 422 et LIV p-p. 187) ; J. S. Brushwood : México en su novela, México, FCE, 1973, 436p. - p. 155.

3 Citons cependant le recueil ; Los Aztecas, poesías tomadas de los antiguos cantares mexicanos, de José Joaquín Pesado, México, Imprenta de V. Segura Argüelles, 1854, 60p.

4 Selon ses biographes, José Maria Lafragua, né à Puebla en 1813, était le fils d'un officier, espagnol comme sa femme ; José Miguel Quintana, à qui l'on doit la meilleure étude sur l'auteur de Netzula, ajoute qu'il était probablement, en réalité, fils d'un prêtre : Lafragua, politico y romántico, México, éd., Academia Literaria, 1958, 424p-pp. 7-8.

5 Op. cit., p. 11.

6 In Quintana, op. cit., pp. 311-321 (discours de 1844).

7 I. M. Altamirano : La literatura nacional, México, Porrúa, 1949, 3 tomes.

8 Citons, pour le théâtre, Fernando Calderón et Rodriguez Galván, qui écrivent vers 1840, pour l'histoire Bustamante, Alamán, Zavala et Mora ; en ce qui concerne le roman, citons M. Payno, J. Sierra O'Reilly, Juan Díaz Covarrubias, qui écrivent autour de 1850.

9 Remi Simeón : Diccionario de la lengua náhuatl ο mexicana, México, Siglo XXI, 1977, 783p-et Angel María Garibay : Llave del náhuatl, México, Porrúa, 1970, 385p.

10 Selon les statistiques de Antonio García Cubas, citées par Luis González y González : La Vida social, tome II de la Historia moderna de México de D. Cosío Villegas, México, Hermés, 1011p. -p. 159.

11 M. Ocampo : Obras completas, México, Vázquez éd. 1900-1901, 3 vols, tome III, p. 276 et ss : “Catálogo de las lenguas de México” (1844).

12 On sait que ces guerres, factices, avaient pour objet de faire des prisonniers de guerre qui devaient être sacrifiés au Soleil (cf Miguel León-Portilla : Los antiguos mexicanos, México, FCE, 1970, 202p. - p. 94).

13 Historia General de México, México, El Colegio de México, 1976, tome I, 288p-p. 182 ; et J. Soustelle : Les Aztèques, Paris, PUF, Que sais-je ? n° 1391, 125p. -p. 122.

14 Ensayo politico sobre el reino de la Nueva España, México, Porrúa, 1966, 696p-p. 5.

15 Idem.

16 Ce nom, on le sait, emprunté à Américo Vespucio, apparaît pour la première fois en 1507, dans la Cosmographie de Waldseemuller : Ε. Ο Gorman ; La idea del descubrimiento de América, México, UNAM, 1976, 417p. - p. 35.

17 Cf Romeo Flores Caballero : La contrarrevolución en la Independencia-Los españoles en la vida político, social y económica de México (1804-1838), México, El Colegio de México, 1969, 201p.

18 “Estado de la literatura en México”, La Ilustración mexicana, tome III-I, 1852-p. 6.

19 Castro y otros : México y sus alrededores, México, éd. fac-similar de la de 1855, Editorial del Valle de México, s. d. -p. 4.

20 “Carácter y objeto de la literatura”, in Quintana, op. cit., p. 321.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter