Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Communautés nationales et marginalité dans le monde ibérique et ibéro-américain

 | 
Jean-René Aymes

Portugal

Intégration et marginalité chez l'immigré portugais en France

Antonio Branquinho-Pequeno

Texte intégral

1Mon projet n'est pas d'étudier la totalité des problèmes qui se posent aux Portugais installés en France : je dois me limiter à la tentative d'identifier quelques traits de l'altérité de l'immigré portugais face à l'univers culturel du pas d'accueil. Cette altérité est nécessairement complexe, globale, totalisante et ne doit pas être lu de façon segmentaire, qu'il s'agisse de la lecture somatique de l'Autre, vestimentaire, linguistique ou de la lecture des odeurs. Elle est globale et totalisante car un teint de peau plus basané que la “norme” dans telle ou telle communauté ne suffit pas à lui seul à créer l'Autre ou à l'inventer. Autrement dit, il faut allier aux conotations somatiques, tout un ensemble d'autres facteurs, essentiellement culturels.

2L'Autre est repéré, d'abord par la seule lecture de son corps, mais ce repérage est complété à travers les comportements et je pense, à titre d'exemple à la relation corps-espace. Bien souvent, ce que l'on croit n'être qu'un corps est déjà chargé d'un rapport spatial, lisible d'ailleurs non statiquement mais dans une dynamique propre au sujet. A cet égard, ce qui fait l'Autre, c'est aussi comment ce corps se déplace, comment il approche les choses et les êtres, comment il voyage dans l'espace. Ce qui fait la lecture immédiate du paysan qui débarque dans un univers concentrationnaire de béton, d'espaces clos, de flèches-guides, de passerelles et d'interdictions (avec tout ce que cela peut comporter d'arbitraire à ses yeux), c'est surtout la manière comment il va résoudre ce conflit dans un espace mais, aussi dans un temps autre, c'est-à-dire citadin.

3Je fus toujours impressionné et attentif à la façon dont des paysans se confrontaient à l'ascenseur de la tour de 30 étages où j'habitais, comment cet espace nouveau était inventorié et pris en charge, comment les paysans s'y introduisaient et comment ils en sortaient, la place qu'ils occupaient par rapport aux parois de cette cage, et comment un certain désarroi se glissait dans les attitudes. L'Autre se lit donc aussi dans cette difficulté de médiatisation devant un espace et aussi devant un temps sophistiqué, peuplés de techniques, d'interdictions et des labyrinthes. Si les données somatiques comptent ou peuvent compter au départ (à savoir les oppositions brun, noir/blond ; trapu/non-trapu ; cheveux crépus/cheveux lisses), elles sont toujours renforcées par les données culturelles.

4Pour ce qui est de l'immigré portugais en France, on remarquera généralement le teint plus foncé que celui des Français, mais aussi certaines particularités vestimentaires, qui tiennent d'ailleurs moins à la qualité des tissus qu'à leur forme mais surtout à la manière dont ces habits sont portés et assumés par le sujet. C'est à ce niveau de symbolisation qu'intervient cette sorte de conotateurs vestimentaires, porteurs d'un sens second, d'un sens autre : la veste trop courte et serrée, la casquette à trois-quarts, etc. Je suis tout aussi frappé de voir la façon dont des paysans, récemment arrivés en ville, assurent la “gestion” de ces habits tout neufs qu'ils viennent de s'acheter et qu'ils portent les jours fériés, les jours de fêtes, les jours de deuil. Gestion difficile, marquée par le peu d'aisance, l'exubérance naturelle du geste étant contrarié par ce statut nouveau du moule citadin. Cette difficulté à intégrer ces habits est particulièrement visible chez les nouveaux riches. A remarquer également les habits noirs des femmes portugaises, qu'elles portent toute leur vie, peutêtre leur manière à elles de nourrir leurs morts, peut-être aussi leur façon de se déculpabiliser puisque les coupables sont toujours ceux qui restent.

5Il serait également pertinent de regarder comment s'organise dans un contexte citadin la gestion d'un temps nouveau, la façon dont est vécu le passage du temps solaire au temps mécanique des horloges et, dans une perspective plus globale, comment peut s'opérer pour l'immigré portugais en France, le passage des économies de subsistance, proches des structures paléo-techniques, à l'économie du marché, où toute nourriture, comme tout objet, sont surtout achetés dans des magasins et où la relation du producteur avec la production s'estompe à jamais.

  • i Cf. A. Margarido et M. de Barros Ferreira,
    “Perda da lingua materna ou esquecimento da lingua portug (...)

6Si nous regardons le domaine linguistique, la communauté d'accueil est en présence d'une autre langue, le portugais, mais surtout en présence d'une autre “prosodie”. Ce n'est pas seulement un autre code qui fait des étrangers et des immigrés, d'autres sujets linguistiques, mais surtout, en des termes saussuriens, une autre parole, autrement dit, une autre expression, une actualisation et une mise en scène différentes, un autre débit. Dans cette mise en scène, une exubérance scatologique traduisant la recherche de la liberation sexuelle par le mot grossieri, à l'intérieur d'un contexte sexuel fortement répressif.

7Aussi, un grégarisme plus accentué chez l'immigré, imposé ou non par les Français, mais traduisant en tout cas un cadre défensif pour assurer la survie des structures archaïques du pays d'origine ; je soulignerai au passage, qu'à l'intérieur de ces structures, les vieux parents sont rarement marginalisés, ils ne partent pas à l'asile, restent jusqu'à la fin de leurs jours à l'intérieur de la cellule familiale et gardent ainsi leur statut de personne. La vieillesse n'y est pas encore une mort-vivante.

8A ces données s'ajoutent un rapport différent à Dieu et à la nature et bien entendu une cuisine particulière.

9Une approche immédiate : S'il nous arrive d'interpeller un immigré portugais sur la voie publique pour lui demander telle ou telle rue que l'on cherche, son information apparaîtra comme une réponse touffue, accompagnée d'une riche mimique. C'est un discours qui colle à sa pratique, c'est un peu comme si le sujet, tout en nous informant, accomplissait lui-même ce parcours. Absence d'abstraction donc, le corps étant engagé dans la parole ; il n'y a pas d'hiatus entre le discours et la pratique contrairement au discours “normal” : ”première rue à droite, deuxième à gauche, ensuite tout droit”, qui lui est médiatisé est économique par excellence. Ceci met en évidence deux discours, deux modèles différents, dont la pierre de touche se situe non seulement au niveau de la capacité ou de l'incapacité d'accès au concept, mais aussi sur le registre de contacts interpersonnels. Cette difficulté à médiatiser se révèle également dans le rapport que l'immigré portugais entretient avec l'argent ; en effet, cet argent, il doit pouvoir le toucher de ses doigts, il colle à sa peau, il doit pouvoir vivre et même coucher avec, le sentir à tout moment du jour ou de la nuit. D'où, certaines résistances aux chèques bancaires et autres formules du genre, avant qu'il s'habitue à ces circuits financiers, suspects à ses yeux. Résistance et méfiance donc à toute forme médiatisée de la richesse.

Le rapport à la nourriture

10Le déficit alimentaire, la faim, le rachitisme chronique ont toujours hanté les Portugais, surtout les populations paysannes, et pour cause, si l'on pense aux ravages de la tuberculose, ceci jusqu'à une date assez récente. C'est dans ce contexte, pour l'essentiel, que l'immigration portugaise, d'abord atlantique, vers le Brésil surtout, devenue à partir des années 60, transpyrénéenne, vers l'Europe, prend ses racines.

11Rien d'étonnant donc que, parmi ces populations paysannes, qui ont fourni par ailleurs le gros du contingent de l'immigration portugaise vers la France, la nourriture prenne une dimension et une coloration toutes particulières.

12Le rapport à la nourriture est d'abord quantitatif, la croyance étant qu'il faut manger, tant qu'on peut, le plus possible, l'avenir étant incertain. Manger beaucoup aujourd'hui fonctionne comme un approvisionnement et une réserve physiologique pour plus tard, cet emmagasinage étant culturel, bien entendu, la maladie était d'abord le résultat de la faim et manger c'était se guérir, remède et prévention à la fois ; encore aujourd'hui, des traces de cette hantise de la faim sont visibles : aller au restaurant, c'est manger en excès, — “on l'a payé, on le mange !” —.

  • ii “Gemada”, sorte de lait de poule.

13Le gosse était pâle ? Il ne mangeait pas assez. Il était maigre, il s'évanouissait ? C'est qu'il ne mangeait pas assez et il aurait donc fallu rajouter 2 oeufs à la “gemada”ii. Il ne grandissait pas ? C'est qu'il ne mangeait pas assez. Ce moule ne fonctionne pas, bien entendu chez les nantis, mais pour les Portugais, rappelons-nous du vieux dicton : “gordura é formosura” (l'embonpoint c'est de la beauté) ; autrement dit, les maigres sont toujours minables et inspirent de la pitié. Cela entraîne aussi des jugements esthétiques, les femmes bien en chair étant préférées aux femmes très maigres. Or, quand on pense aux cures d'amaigrissement, souvent sauvages, chez ceux qui ont toujours mangé à leur faim, il y a de quoi s'interroger face à deux codes de beauté, aux antipodes l'un de l'autre.

14Lorsque le statut économique le permet, les Portugais mangent sans discontinuité, dès tôt le matin, jusqu'à tard le soir. Ils partagent d'ailleurs avec les Galiciens cette technique qui consiste, dans les bistrots, à étaler sur la vitrine tout ce que l'on y trouve pour manger. Certaines rues des villes galiciennes comme à Lisbonne ne nous offrent que des vitrines à éclater de nourriture.

  • iii “Petisco”, sans équivalent dans l'espace culinaire français, espèce de “casse-croûte” assez complet (...)

15Un mot aussi sur le “petisco”iii qui ne remplace pas le repas puisqu'il ne fait que combler un petit trou qui commence à pointer, quelques heures après le premier repas substantiel du midi. Le “petisco” n'est pas à la place de, il anticipe, prépare, amortit, cajole ce qui va être l'orgasme pantagruélique du dîner.

  • iv Queue de sardine.
  • v Bout de saucisson avec du pain.

16Les Portugais ne sautent pas un repas, bien que ceci soit de moins en moins vrai pour les jeunes générations des milieux citadins. Même si les repas sont maigres, réduits parfois au “rabo de sardinha”iv, ou au “naco de pâo corn chouriço”v, leurs statuts restent inchangés.

17Pour la petite histoire, lors de mon dernier passage à Lisbonne, mon frère me racontait dans quels termes il fut interpellé par son voisin, M. X, sur l'escalier même de l'immeuble où il habitait :

— Docteur, je ne peux plus. Mon genou. Je ne peux plus marcher.

18Mon frère l'examine donc sur place et constate une affection du genou. La liste d'attente à l'hôpital où il travaillait était bien longue, avec un peu de chance M. X aurait un rendez-vous dans deux mois. Il s'arrange néanmoins pour qu'il se présente la semaine suivante et puisse subir les examens nécessaires.

19L'heure du rendez-vous arrive et toujours pas de M. X. Coup de téléphone. C'était lui.

— Docteur, j'ai un problème, je viens d'arriver de la campagne, vous savez, les fêtes de la Semaine Sainte avec les cousins de ma femme... si... si..., je suis déjà à Lisbonne, chez-moi, mais je ne peux pas venir, car je n'ai pas encore déjeuné.

20Et pourtant M. X savait que s'il ratait ce rendez-vous, il lui fallait attendre très longtemps pour obtenir un autre, avec toutes les souffrances que cela entraînerait. On peut bien considérer que sauter ce repas constituerait, plus qu'une agression physiologique, une fissure dims l'édifice, profonde et irréparable, un vide immoral et indécent. Sans le déjeuner, le désarroi face aux autres et aux choses. On peut tout aussi admettre que l'histoire du repas manqué ne fut qu'un prétexte utilisé par M. X pour ajourner un verdict et pour échapper ainsi à la crainte diffuse et angoissante de la maladie, voire de l'intervention chirurgicale. De toute manière, l'important n'est pas de savoir si M. X a parlé vrai ou faux, mais de constater que la raison invoquée fonctionne et sert à ses yeux comme explication totale et que le caractère sacré de la nourriture doit être suffisant pour entraîner l'adhésion du médecin.

21Le type d'alimentation devient ainsi très irrationnel. Comment pouvait-il en être autrement ? La qualité, la rationalisation de l'espace culinaire n'interviennent qu'à partir du moment où un minimum vital est assuré.

22Si l'on se promène un peu sur certaines plages portugaises en été, surtout les week-ends, quand les familles, venant de la ceinture industrielle de Lisbonne, s'y installent, trimbalant réchauds et casseroles, bouteilles et marie-jeannes, pour préparer le déjeuner, après le bain, on est immédiatement frappé par l'obésité des parents, renforcée par celle des enfants. Les grillades sont rares dans la cuisine portugaise. L'examen des menus montre un mépris certain pour les salades. L'alimentation est soumise aux trois grands produits de la Méditerranée, à savoir : le blé, le vin et l'huile d'olive. Des sauces très huileuses et du pain, beaucoup de pain, car toute cette sauce sera soigneusement épongée à la fin, le tout bien arrosé avec du rouge. Une chanson portugaise dit :

“pāo e vinho sobre a mesa, é uma casa portuguesa com certeza” (s'il y a du pain et du vin sur la table, c'est sûrement une maison portugaise).

23A signaler également le rôle majeur de la pomme de terre dans l'espace culinaire portugais, sans oublier, bien entendu, l'impérialisme tentaculaire des sucreries et des gâteaux de toutes sortes, très bons d'ailleurs, et dont on se bourre à toute heure.

24Dans ce rapport à la nourriture, un mot aussi sur les odeurs de cuisine, lesquelles, comme c'est le cas pour l'huile d'olive, déplaisent beaucoup aux Français en général, sauf aux Français du Midi, comme j'ai eu l'occasion de vérifier chez-moi avec des amis du Languedoc et de l'Aude.

  • vi “Cachupa” : plat national de l'archipel du Cap-Vert, à base de maïs, haricots et petits pois, accom (...)

25Ces odeurs déplaisantes sont essentiellement celles du mouton (Arabes d'Afrique du Nord) et, pour ce qui concerne les Portugais, les odeux des sardines grillées et de morue. Ces odeux, leurs dominantes, comme me le signale Alfredo Margarido, fonctionnent comme un repère du ghetto, comme une aire de négativité. A ce propos, il me faisait remarquer un beau jour chez-lui, à l'occasion de la consommation rituelle d'une pantagruélique “cachupa”vi, qu'il n'avait jamais repéré d'odeur particulière à la morue. Je doit avouer que moi non plus d'ailleurs, pour la simple raison que dans ma culture culinaire et certainement dans la sienne aussi, cette odeur si “déplaisante” nous est très familière et elle ne fonctionne donc pas comme négativité. Mais en celà nous découvrons des codes assez strictes où l'odeur et le palais fonctionnent comme lieux de socialisation. Celle-ci ne peut qu'introduire à la différence, entendue comme négativité par la communauté française.

26Le rapport des Portugais à la nourriture dépasse d'ailleurs le cadre strictement alimentaire et s'ancre sur celui du travail et de la production. Dit encore le dicton portugais :

“quem nāo é para comer, nāo é para trabalhar” (celui qui est une mauvaise fourchette n'est pas fait pour travailler),

27c'est-à-dire que celui qui ne mange pas assez est donc un vaurien. La nourriture envahit encore bien d'autres domaines que je n'ai pas la prétention de répertorier ici mais méritant certainement une étude attentive. On dit couramment aussi, dans un domaine de l'affrontement et qui dépasse la compétition proprement sportive, “comer ο outro” (avaler l'adversaire). Il est banal d'écouter des expressions du type :

“comeu-o segunda volta das presidenciais” (il l'a bouffé au deuxième tour des présidentielles).

28L'acte sexuel lui-même, relève souvent d'une conotation anthropofagique ; en effet, on écoute tout aussi couramment : “comer uma mulher” (dévorer une femme), pour marquer la “consommation” sexuelle.

L'altérité de la mort

29L'altérité de l'immigré portugais en France se projeté au-delà de la vie, dans la mort même, car le cadavre est récupéré : il regagne le village, l'espace ancestral, à côté de ses proches, dans l'intimité de la terre ainsi reconquise. La France, après la mort, c'est l'inconnu, pire encore : les paysans portugais craignent de rencontrer les flics même dans l'au-delà comme dirait encore Alfredo Margarido.

Une pathologie de la transculturation ?

30L'immigré portugais devient donc un Autre en France, au regard d'une confrontation entre deux modèles différents. Dans la mise en oeuvre de cette transculturation, l'altérité s'ajuste mais cet ajustement dévoile quelques fissures. Nous sommes face à un débat qu'il serait souhaitable d'élargir et qui demanderait une collaboration plus étroite et plus concertée entre médecins, psychologues, pédagogues, linguistes, sociologues et d'où ne seraient pas absents les intéressés eux-mêmes, c'est-à-dire les immigrés. On leur rendrait ainsi la parole, la norme étant que les “spécialistes” de l'immigration écoutent mal ou pas du tout les immigrés et parlent toujours à leur place. Encore une manière d'évacuer l'Autre, tout en ayant l'air de s'en occuper.

  • 1 Voir A. Margarido et M. de Barros Ferreira, a. c..

31Dans cette “pathologie” particulière à la transculturation, je me limiterai ici à signaler, à titre d'exemple, certaines données traitées par Barros Ferreira et qui concernent le rapport père-enfant1. Le père, s'il n'est pas analphabète au départ, manie le plus souvent avec difficulté l'écriture en général, et à plus forte raison l'écriture française. C'est ainsi que pour remplir, en l'occurrence, sa feuille de maladie, ou bien pour interpréter telle lettre de l'administration, il va parfois faire appel au petit, qui, lui, est déjà à l'école française et maîtrise suffisamment l'écriture. Cet auteur considère alors que c'est l'enfant qui assume le rôle du père, celui-ci étant obligé de renoncer à une partie de son autorité paternelle. Cette situation entraîne un changement ou plutôt un glissement de statut et de fonctions, et du père et de l'enfant, qui devient le “père” de son propre père, celui-ci devenant le “fils” de son fils, avec toute l'imagerie symbolique que celà comporte. Pour le père, ajoute l'auteur cité plus haut, devenir le fils de son fils entraîne une situation qu'on pourrait appeler de paradoxale, d'autant plus que l'autorité du père n'avait jamais été ébranlée auparavant. Pour l'enfant, l'identification au père peut, par ce renversement, se trouver compromise.

32Des difficultés particulières en psychothérapie, au sens plus large du terme, sont signalées encore par Barros Ferreira — l'interférence des modèles culturels bien enracinés et plus à l'écoute du guérisseur de campagne, rendant l'effort thérapeutique plus délicat et plus complexe —. D'après lui, les immigrés portugais, hommes et femmes, supportent mal ou pas du tout, la relation thérapeutique duelle, axée sur la parole ou sur l'absence de parole du médecin, davantage encore s'ils sont invités à s'allonger sur un divan, surtout s'il s'agit d'une femme et à plus forte raison si elle est mariée. Après les premières séances, le mari s'opposera à ce que sa femme reste seule, allongée, dans un espace et une semi-obscurité soi-disant complice, ou l'on ne sait pas trop bien ce que le médecin fait ou peut faire. Territoire plus que propice, pourrais-je ajouter, à la fantasmatique du mari et puis, encore une fois, comme dit le dicton populaire “homen prevenido, vale por dois” (un homme averti en vaut deux).

33Aussi les enfants d'immigrés en âge scolaire et en particulier ceux qui ont été mal scolarisés au Portugal, éprouvent parfois une adaptation difficile à l'école française, avec des retards souvent considérables, ce qui ne doit pas être identifié pour autant à une pathologie, souvent utilisée de façon plus que légère par les autorités scolaires. Ces jeunes enfants sont d'autre part soumis à l'influence des camarades français de leur âge et se trouvent ainsi tiraillés entre un tissu relationnel français et cet autre tissu relationnel, plus figé et monolytique, qu'ils rencontrent à la maison, auprès de leurs parents, dès qu'ils rentrent le soir. J'ajouterai que ceci est particulièrement évident pour les jeunes filles, surtout à partir de la puberté, soumises à un contrôle plus stricte, portant notamment sur les horaires de sortie et de rentrée et sur les fréquentations.

34Ces tiraillements méritent une réflexion attentive, car ils peuvent entraîner des troubles psychologiques, mais là, encore, les solutions ne sont pas toutes prêtes.

35D'autres données pourraient encore montrer que la transculturation de l'immigré portugais peut entraîner, dans certains cas, une pathologie et une thérapeutique différenciées. Je n'irai pas jusqu'à parler de pathologie bâtarde, car celà supposerait l'existence d'une norme, difficile à saisir et à situer, dont la bâtardise constituerait l'écart. Je parlerai plus volontiers de différence, d'altérité, laquelle peut déterminer des fissures, d'autant plus que la société-hôte ne fait que classer négativement ce qui fait le fondement de la personne des Portugais.

36Lisbonne, Paris, Tours, Novembre 1980

Notes

1 Voir A. Margarido et M. de Barros Ferreira, a. c..

Notes de fin

i Cf. A. Margarido et M. de Barros Ferreira,
“Perda da lingua materna ou esquecimento da lingua portuguesa ? ou entao : nascimento de um crioulo em França” dans Revista trimestral de Historias e Ideias' (sous presse).

ii “Gemada”, sorte de lait de poule.

iii “Petisco”, sans équivalent dans l'espace culinaire français, espèce de “casse-croûte” assez complet, pouvant se composer de toutes sortes de plats, souvent cuisinés.

iv Queue de sardine.

v Bout de saucisson avec du pain.

vi “Cachupa” : plat national de l'archipel du Cap-Vert, à base de maïs, haricots et petits pois, accompagné de viande de bœuf mais surtout de porc.

Auteur

Université François Rabelais
Département d'Études Hispaniques et Portugaises
3, rue des Tanneurs
37041 TOURS CEDEX

© Presses universitaires François-Rabelais, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter