Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Communautés nationales et marginalité dans le monde ibérique et ibéro-américain

 | 
Jean-René Aymes

Espagne

L'Espagne de Píο Baroja : approche lexicale de Juventud, egolatría (1917)

Jean-René Aymes

Texte intégral

I L'ouvrage pris à revers

  • 1 Les étudiants tourangeaux qui ont joué un rôle actif au cours de la première phase du travail ont é (...)

1Cet essai s'inscrit dans le prolongement d'un travail d'exploration entrepris en équipe pendant la période finale de l'année universitaire 1979-1980, dans le cadre de la préparation à la maîtrise d'espagnol1. L'inspirateur du projet et maître d'œuvre présente ici, enrichis et affinés, une partie des résultats entrevus au terme de l'enquête.

  • 2 Délaissant l'édition complète des œuvres de Baroja, publiée par Ciencia Nueva, nous renverrons, dan (...)

2Le choix du matériau s'est porté sur un ouvrage peu connu de Ρίο Baroja, qui permettait une approche multiple de Baroja-individu, de Baroja-écrivain et, accessoirement, de Baroja-idéologue2.

3Juventud, egolatria a été écrit en 1917, alors que Ρίο Baroja, âgé de 44 ans, se trouvait approximativement au milieu de son existence (1872-1956). L'ouvrage est à peu près équidistant de La casa de Aizgorri, roman écrit 17 ans plus tôt, et des Mémoires dont la rédaction commencera 24 ans après. Juventud, egolatria n'est certes pas une œuvre essentielle, mais la chronologie en fait une pièce axiale, à l'intérieur de l'ensemble de la considérable production barojienne.

4L'ouvrage se caractérise, de façon externe, par sa dimension exiguë (166 pages, dont 4 de prologue et 5 d'épilogue) et par l'extrême fragmentation du texte (27 chapitres subdivisés en 109 souschapitres, chacun d'eux inférieur, en moyenne, à 2 pages).

  • 3 Nous songeons, par exemple, aux études de Gerardo Banks, La España de Baroja (ed. Cultura Hispánica (...)

5L'impression première, séduisante ou décevante selon les goûts du lecteur, est celle d'un bavardage, de ton familier, à l'occasion d'un rapide survol de sujets divers. Le principe d'unité est, à l'évidence, Baroja lui-même, et le titre de l'ouvrage, Jeunesse, égolatrie, est, à première vue, conforme à la nature du contenu. Une lecture de droit fil invite à une analyse de caractère et permet le dévoilement, si l'on ne sympathise pas avec l'auteur, d'un Baroja secrètement orgueilleux, mégalomane et schizophrène, alors même qu'il se donne pour affable, simple et franc. En définitive, et de parti pris, notre intérêt s'est porté sur l'aspect fourre-tout de cet ouvrage si éclaté et si pullulant que le lecteur ne peut manquer d'éprouver le besoin immédiat de le restructurer. La facilité eût consisté à procéder à des regroupements thématiques, à dégager les lignes de force des opinions de Baroja sur, par exemple, les militaires, les historiens, la presse, etc., de la même façon que, à partir d'autres ouvrages, a été examinée et définie l'attitude de l'écrivain à l'égard des anarchistes, des ecclésiastiques, des femmes3. Mais, dans le cas de Juventud, egolatría, il se fût agi — croyions-nous — d'une lecture idéologique naïve car, là plus qu'ailleurs, un Baroja tantôt malicieusement effronté, tantôt feignant l'ingénuité, invite à prendre pour argent comptant des professions de foi catégoriques, parfois à caractère de provocation, en particulier lorsqu'elles touchent à la religion, à la littérature, à l'Europe. Il fallait donc tenter de jouer au plus fin avec un écrivain soupçonné de manier l'artifice.

6Le succès de l'entreprise exigeait enfin que fût tournée une autre difficulté inhérente à la nature collective du travail. Il s'est avéré très vite que les membres de l'équipe tourangelle n'accordaient pas à l'ouvrage et à son auteur un égal crédit de confiance et d'estime ; il convenait donc d'éviter des lectures excessivement subjectives sur lesquelles eussent pesé contradictoirement la sympathie préalable, la réticence a priori ou une invincible répugnance. C'eût été, de surcroît, tomber dans un piège, le Baroja de Juventud, egolatría cherchant, certes, à se faire connaître, mais autant à se faire pardonner, à plaire, à heurter. Il fallait donc neutraliser au possible ces impressions de lecture discordantes, travailler sur des bases communes tout en divisant les tâches et — répétons-le — déclarer sans intérêt toute tentative qui eût conduit à trivialiser la lecture de son livre, à faire le procès de l'auteur ou à soumettre la personnalité de l'écrivain à un examen psychanalytique.

7Ces impératifs multiples, nous rejetant sur une position à peine tenable, nous ont déterminés à révoquer cette idée, pourtant énoncée par l'auteur, que le Baroja de 1917 était assez préoccupé par sa propre personne pour parvenir à fermer les yeux sur le monde environnant ou, comme il le dit, pour faire le sourd au bruit des canons (ceux de la première guerre mondiale). Prenant l'ouvrage à contresens, nous appliquant à le lire comme l'auteur n'entendait pas qu'on le lût, nous avons tenté, au bout du compte, la gageure de transformer en ouvrage extraverti un ouvrage qui, apparemment, ne se nourrit que de considérations intraverties, ou égolatriques, pour reprendre l'un des mots chers à l'écrivain.

II — Notre traitement des majuscules

8Avec l'extrême fragmentation du texte en rubriques qui parfois n'excèdent pas un paragraphe, l'un des traits externes marquants de Juventud, egolatría est la fréquence élevée des mots s'ouvrant par une majuscule. Certes, ce caractère n'est pas exclusif au dit ouvrage ; il vaut également pour El tablado de Arlequín, Rapsodia, Vitrina Pintoresca et aussi pour les Memorias de un hombre de acción peuplées de personnages historiques de second ordre. En revanche, les noms à majuscule sont relativement moins nombreux dans les romans barojiens les plus connus, par exemple ceux du cyle basque et du cycle de La busca.

9Outre que les mots à majuscule, aisément repérables dans le texte, facilitent un comptage rigoureux, ils offrent l'intérêt de désigner, en général, des entités ayant une importance particulière à l'intérieur d'un système culturel collectif. Ces mots à majuscule constituent d'ordinaire, sinon l'ossature du discours, du moins des jalons idéologiques essentiels.

  • 4 On trouve d'ailleurs “País Vasco” dans l'édition Ciencia Nueva.

10Par chance, Baroja s'est abstenu de se singulariser par un emploi hétérodoxe des majuscules ; il n'a choisi d'en user ni de façon restrictive, ni de façon inflationniste, ni de façon capricieuse et instable. Tout juste semble-t-il en faire un emploi plutôt généreux, comme le montrent “la Imprenta”, “el Análisis químico”, “el Doctorado”. Quelques rares anomalies n'ont guère de conséquences, telle la coexistence de “país vasco” et de “Provincias vascongadas”, ou encore celle de “honores de la Historiaö et de “los bazares de la historia a lo César Cantú”4. Et, surtout, on se retranchera derrière la déclaration suivante de l'auteur, extraite des Pequeños ensayos :

  • 5 “A los pocos españoles que consideramos la palabra sólo como un signo y no nos preocupa mucho su so (...)

“Nous qui, peu nombreux en Espagne, considérons le mot seulement comme un signe et qui ne nous préoccupons guère ni de la sonorité, ni du nombre de lettres qu'il peut comporter, ni qu'il s'écrive avec une majuscule ou avec une minuscule, tout cela nous laisse indifférents”5.

11Telle est la réflexion, propre à nous tranquilliser, par laquelle Baroja déclare se rallier à l'usage commun et renoncer à introduire des distorsions dans l'emploi des majuscules.

12Il demeure que notre tentative présente quelques inconvénients irrémédiables. Ainsi notre règle du jeu conduit-elle à éliminer une classe de termes employés sans majuscule, dont la logique voudrait qu'ils soient pris en compte ; c'est le cas des substantifs qui désignent des populations nationales (“los alemanes”) ou à caractères nationaux (“los vascos”) ; cela revient à accepter une distinction quelque peu arbitraire entre tel pays (“Alemania”), telle province (“Guipúzcoa”) et leurs habitants : les entités nationales seront comptabilisées, les collectivités humaines qui les constituent ne pourront l'être.

  • 6 Environ 1 % des noms à majuscule a été écarté, par exemple le nom d'un cheval, celui d'un couturier (...)

13Ne pourront l'être davantage, pour la même raison, les termes tels que “socialistas”, “anarquistas”, “enciclopedistas”, exclusion qui interdit d'appréhender lexicalement l'intégralité de l'idéologie barojienne6.

  • 7 Par occurrence on entendra le nombre de fois où un même terme est utilisé. Prenons un exemple imagi (...)
  • 8 La partie A comprend le Prologue et les chapitres I et II, soit les pages 19 à 59 ; la partie B, le (...)

14Dans le but, respectivement, d'affiner l'analyse lexicale et de mieux saisir la structure de l'ouvrage, on a fait apparaître deux types de sous-composantes dans les tableaux suivants où sont rassemblées et distribuées les données chiffrées. Tout d'abord, on a opéré une distinction — vaille que vaille la terminologie employée — entre les mentions et les occurrences7. Enfin, la division de l'ouvrage en quatre parties aussi cohérentes et égales entre elles que possible (aux alentours de 40 pages chacune) rappelle le partage initial des tâches entre les quatre lecteurs tourangeaux. Ce découpage a une raison d'être plus forte : il permet d'entrevoir comment les termes à majuscule se distribuent, selon la nature du discours, au sein de l'ouvrage8.

  • 9 Nous utiliserons aussi l'expression “para-écrivains” pour désigner les éditeurs, les directeurs de (...)
  • 10 Par exemple, Alejandro Sawa, bien que peu connu en France mais mentionné dans le Diccionario de la (...)

15Deux expressions à caractère de néologismes — infra-Histoire et infra-Littérature — qui figurent dans deux des quatre tableaux appellent une explication9 : Juventud, egolatría recèle, avons-nous dit, un très grand nombre de termes à majuscule, dont les uns désignent des personnages universellement connus (Shakespeare, Cervantes), les autres assez connus en Espagne (Salmerón, Dicenta) et d'autres encore presque totalement inconnus (Ugarte, Martinez de Baroja). Le refus des hiérarchies, attitude typiquement barojienne, trouve là une illustration, de même qu'une certaine conception de l'Histoire, parfois animée, dans l'opinion de Baroja, par des individus obscurs et des masses anonymes. Mais à quel critère recourir afin de tracer une frontière, fatalement discutable, entre les personnages célèbres dans les domaines de l'Histoire et de la Littérature, et ceux qui ne sont pas parvenus à la notoriété ? On déclarera, par convention, qu'appartient à l'infra-Histoire ou à l'infra-Littérature toute personne dont le nom ne figure ni dans le Diccionario de la Literatura española de la Revista de Occidente (pour la littérature espagnole), ni dans le Diccionario de Historia de España de la Revista de Occidente (pour l'histoire espagnole), ni dans le Dictionnaire Larousse en six volumes (pour l'histoire et la littérature non-espagnoles)10.

16Il reste à présenter une ultime justification qui a l'apparence d'un misérable faux-fuyant, alors qu'elle découle d'une fâcheuse obligation matérielle : les commentaires qui accompagnaient les deux tableaux se rapportant à “L'Espace” et à “La Religion, les Arts et la Culture” n'ont pu trouver place dans les limites exiguës imposées aux articles rassemblés dans ce volume.

III — Les tableaux

IV — La Littérature

17Le nombre exceptionnellement élevé des mentions et des occurrences se rapportant à la Littérature — en incluant ici la presse et les auteurs — montre la place de choix qu'occupent toutes les activités liées à l'écriture. La peinture, la musique et même l'Histoire se voient, de ce fait, quelque peu dévaluées. L'Espagne de Baroja, telle qu'elle se dessine dans Juventud, egolatría, est une Espagne plus littéraire que politique ou artistique.

18Les chiffres obtenus sont les suivants :

  • Littérature : 346 (595) - coefficient : 1,72

  • Histoire et Politique : 138 (286) - coefficient : 2,07.

19Les références littéraires sont 2 fois plus nombreuses que les références historiques et politiques (346 face à 138). Mais la comparaison des coefficients (rapport entre occurrences et mentions) révèle que, dans le domaine politique et historique, il y a davantage d'insistance sur certains noms ; au contraire, on observe un plus grand éparpillement thématique en matière littéraire.

20A — Les journaux et les revues

  • Présents dans tout le livre mais surtout dans la partie centrale, journaux et revues sont presque aussi souvent cités que l'ensemble des œuvres espagnoles, tous écrivains — y compris Baroja — et toutes époques confondus.

  • Les publications espagnoles l'emportent de façon écrasante sur les étrangères qui sont exclusivement françaises (au nombre de 2).

  • La plupart des publications espagnoles, éditées à Madrid, ont une audience nationale. Peu ont un caractère provincial (3 basques et 1 catalane).

21Β — Les écrits

221) Les écrits non-espagnols

  • Mentions et occurrences sont presque 2 fois plus nombreux que les références aux écrits espagnols — 51 (58) face à 27 (33) —, déséquilibre inattendu qui suscite l'image d'un Baroja plus avide de lectures en provenance de pays étrangers que familier de la littérature de langue espagnole.

  • Le rapport mentions/occurrences (51/58) est un indice d'extrême dispersion : ce rapport numérique eût été différent si l'auteur s'était arrêté longuement sur tel ou tel ouvrage pour le vanter, l'abaisser ou l'examiner attentivement. Vaste curiosité, probablement ; et non pas fixité de quelques passions littéraires. Et, de fait, une même œuvre n'est jamais citée plus de 2 fois (Hamlet et la Critique de la Raison Pure détiennent ce pauvre record).

232) Les écrits de Baroja

24Les 6 titres d'œuvres barojiennes mentionnées figurent principalement dans la deuxième partie de l'ouvrage. Dans le dernier quart (D), elles finissent même par peser autant, lexicalement, que le reste de la littérature espagnole (6 occurrences contre 7).

253) Les œuvres espagnoles (à l'exclusion de celles de Baroja)

  • Alors que ces œuvres couvrent un champ chronologique immense et offrent une mine inépuisable de chefs d'œuvre proposés à l'admiration, on relève à peine 3 fois plus de titres que pour les œuvres de Baroja lui-même. Don Quichotte qui arrive en tête (3 occurrences) se retrouve à égalité avec La casa de Aizgorri et les journaux El País et la Revista Nueva, mais est devancé par Vidas sombrías et par le journal El Globo.

  • Comme pour les écrits non-espagnols, l'éventail des genres littéraires représentés est largement ouvert : récits historiques, romans et drames voisinent sans que s'établisse la moindre hiérarchie. Un seul oubli surprenant : la poésie. L'éclectisme règne en maître.

  • Les œuvres des écrivains contemporains l'emportent sur les œuvres plus anciennes : Dicenta, Lanza, Canovas del Castillo et Azorín retiennent l'attention de l'auteur. Parmi les œuvres des contemporains de Baroja, aucune, de nos jours, n'est considérée comme un chef d'œuvre indiscuté : même le nom de Azorin — le plus grand écrivain contemporain cité ici — n'est pas associé à son œuvre la plus connue. Une fois encore, Baroja se soucie aussi peu d'emboîter le pas à la mode littéraire que d'aller systématiquement à contre-courant, ce qu'il eût pu faire en portant au pinacle un ouvrage heurtant les goûts de la majorité des lecteurs.

26C — Les personnages littéraires

  • Par comparaison avec les œuvres et les auteurs cités, ces personnages de fiction sont en nombre très réduit.

  • Ils ne figurent que dans la première partie du livre, ce qui crée chez le lecteur l'impression d'une double approche successive de la littérature : dans un premier temps, Baroja pénètre à l'intérieur de la littérature écrite en s'intéressant aux personnages ; dans un deuxième temps — nous le verrons —, il substitue à la connaissance des personnages celle, indirecte mais éminemment personnelle, de la littérature, obtenue en général par la fréquentation des auteurs vivants.

  • Pour ce qui est des personnages, les non-espagnols l'emportent largement sur les espagnols. Parmi ceux-ci, arrivent en tête Segismundo, el Comendador, Don Quichotte et Sancho.

27D — Les auteurs

281) Les écrivains non-espagnols

29Les mentions d'écrivains non-espagnols, pléthoriques dans le deuxième quart de l'ouvrage (B), sont plus nombreuses que les mentions d'écrivains, de journalistes et d'éditeurs espagnols. Baroja se défend par là de toute accusation de nationalisme littéraire ; il ne manifeste en effet, selon ce critère strictement quantitatif, ni germanophilie, ni anglophilie, ni francophilie, et aussi peu les tendances contraires (les trois phobies littéraires correspondantes).

302) Les écrivains espagnols

31a) Ρíο Baroja

32Il va sans dire que le décompte des mentions du nom Baroja (14) ne permet pas d'illustrer fidèlement l'aspect égocentrique (ou égolatrique) de l'ouvrage, car le “yo” court tout au long des pages sans que l'auteur ait besoin de rappeler son patronyme. Toutefois on peut être surpris que ce patronyme apparaisse plus fréquemment que les œuvres de notre romancier (14 face à 12) et nettement plus que tous les écrivains espagnols classiques (11) et du XIXe siècle (9). Mais il est juste de faire remarquer que là où prolifèrent les mentions des écrivains espagnols contemporains, célèbres ou de deuxième ordre (en D), le nom Baroja s'efface et disparaît, comme si l'auteur s'abstenait de procéder à une confrontation entre lui et les autres écrivains. En fin de compte, l'égolatrie de Baroja, au lieu d'aller crescendo, paraît s'atténuer, de sorte que l'Espagne littéraire-selon-Baroja est, contre toute attente, une Espagne littéraire-sans-Baroja. Mais on parle ici que de l'homme ou de l'écrivain-Baroja, la mention de ses œuvres n'étant pas exclue du dernier quart de l'ouvrage [2 (6) en D].

33b) Les écrivains classiques

  • Ces écrivains sont très faiblement représentés, et encore ne le sont-ils que dans un petit quart de l'ouvrage (B).

  • Cervantes (6 mentions) compte à lui seul autant que tous les autres. Si Ton se rappelle que Don Quichotte et Sancho figurent aussi au palmarès des personnages de fiction, on constate que la littérature cervantine occupe une place privilégiée.

  • Parmi les écrivains espagnols entrevus, le seul de première grandeur est Quevedo, cité une seule fois. Les autres (le chancelier López de Ayala, Bernai Díaz del Castillo) peuvent difficilement lui être comparés. Les grands oubliés, dans les domaines du théâtre, de la poésie, de la mystique, de la picaresque, sont foule.

34c) Les écrivains du XIXe siècle

    • 11 Les écrivains du XVIIIe siècle, quant à eux, sont complètement oubliés.

    Ces écrivains sont traités, lexicalement, comme les écrivains classiques (rassemblés dans Β) et condamnés comme eux à la portion congrue11.

  • La dispersion est, comme souvent, le trait marquant de ces relevés nominaux : 4 romanciers, 1 poète et 1 écrivain “costumbrista” méritent une mention. Mais ni la Pardo Bazán ni Fernán Caballero, par exemple, n'ont droit à cet honneur.

  • Faut-il répéter que l'originalité des jugements portés par Baroja n'est pas en cause ? Le relevé de noms obtenu permet juste d'avancer cette idée que Baroja, en présence de la foule des écrivains espagnols du XIXe siècle, ne se soucie pas de “promouvoir” l'un d'eux.

35d) Les écrivains contemporains

  • Pour le nombre d'occurences, ces écrivains contemporains de Baroja, dont certains sont nettement plus âgés que lui, se classent juste derrière l'ensemble, théoriquement immense, des écrivains non-espagnols classiques et modernes (125 face à 173), ce qui suffit à marquer l'intérêt privilégié que Baroja porte à ses confrères (Inutile de préciser qu'il peut éprouver à l'égard de leur personne, selon le cas, de l'estime, de la jalousie ou du ressentiment).

  • Ces écrivains envahissent progressivement l'ouvrage (nombre des occurrences : 5, 25, 35 et 60), alors que les œuvres espagnoles citées (nombre des occurrences : 3, 6, 3, 7) dont on eût pu espérer un traitement quantitatif similaire ne s'inscrivent pas sur une même courbe ascendante. Il se confirme par là que Baroja a tendance à s'intéresser plus aux écrivains — notamment quand il peut les fréquenter — qu'à leur production. On serait amené à soutenir cette opinion maligne que certains écrivains ne comptent pour Baroja que s'ils prononcent sur ce dernier un jugement, élogieux ou déplaisant, grâce à quoi notre romancier, flatté ou piqué au vif, consent à doter son confrère d'une existence littéraire.

  • Seuls sont cités tout au long de l'ouvrage Azorín, Ortega y Gasset et Unamuno qui appartiennent tous trois à ce qu'on est convenu d'appeler “la génération de 1898”. A l'exception de l'inattendu Ruiz Contreras, cité uniquement en C, tous les autres écrivains sont “examinés” en D, retenant tour à tour l'attention exclusive de Baroja.

  • Le palmarès, fondé sur le nombre d'occurrences, s'établit ainsi pour les 8 écrivains contemporains les plus cités :

36Ce palmarès appelle bien des remarques ; nous nous contenterons d'en ébaucher quelques-unes :

  • Notre relevé apporte la confirmation lexicale de l'amitié solide et de l'estime admirative que Baroja vouait à Azorin, “maestro del lenguaje y excelente amigo” ; mais il est vrai qu'une jalousie exacerbée ou une haine tenace eût pu produire les mêmes chiffres.

  • Plus surprenante est la place flatteuse occupée par S. Lanza, A. Sawa et L. Ruiz Contreras. Π faut voir là, surtout, la fascination, amusée ou perplexe, exercée sur Baroja par des individus hors du commun dont les réparties ou les gestes comptent plus, en définitive, que les écrits. On dira, en portant la remarque à la limite de l'absurde, que, pour le Baroja de Juventud, egolatría, l'écrivain réputé doit être plus homme de discours que homme de plume, plus acteur que penseur.

  • Ce palmarès est contradictoirement palmarès et contre-palmarès puisque, comme il a été suggéré plus haut, S. Lanza, A. Sawa et J. Dicenta, objets du chapitre intitulé “Inimitiés littéraires”, peuvent constituer, avec d'autres, autant de pôles de répulsion. Il n'empêche que, fussent-ils des écrivains médiocres, Baroja leur confère par là, bon gré mal gré, une dimension dont ils auraient été privés si notre auteur eût maintenu un parfait mutisme à leur égard.

    • 12 Nous ne citons pas F. García Lorca dont les Impresiones y paisajes datent de 1918. Par contre, rapp (...)

    En dehors des auteurs cités en bien et des auteurs vilipendés, il convient de faire état des écrivains qui semblent les plus mal traités dans la mesure où Baroja, sans aller jusqu'à les ignorer, les cite tout juste ce qu'il faut pour qu'ils reviennent à notre mémoire sans mobiliser notre pensée. C'est le cas notamment de B. Pérez Galdós, de R. de Maeztu et de V. Blasco Ibáñez, tous trois mentionnés 2 fois seulement. D'autres lacunes méritent d'être signalées : pas un mot sur A. Machado, J. R. Jimenez, R. Pérez de Ayala, E. d'Ors, R. Menéndez Pidal, lesquels, à la date de publication de Juventud, egolatría, avaient déjà acquis une certaine notoriété12.

  • Ce palmarès donne une indication sur les goûts littéraires de Baroja ou, en d'autres termes, présente une “Espagne-littéraire-selon-Baroja” assez fortement typée : la poésie contemporaine est méconnue ; les romans sont bien placés ; le théâtre vient loin derrière ; priorité est donnée à l'essai, aux propos philosophiques et, de façon générale, à tous les écrits que la prose peut accueillir sous la forme d'articles ou d'éditoriaux.

37e) Les infra-écrivains et les para-écrivains

  • Ces écrivains de troisième ordre sont tous des contemporains de Baroja : celui-ci n'est pas un découvreur d'écrivains anciens.

  • Ces écrivains, au total presque aussi nombreux que les auteurs consacrés (33 face à 42), occupent progressivement l'ouvrage (1-5-11-16), de sorte que, dans la partie finale, auteurs connus et inconnus cohabitent.

  • Une différence de traitement apparaît toutefois à travers les rapports numériques entre mentions et occurrences : pour les infra-écrivains, la rareté de la répétition des noms (33 face à 61) accentue l'impression de dispersion ; au contraire, pour les écrivains consacrés, l'insistance sur certains noms (42 face à 125) montre qu'une sélection s'opère.

    • 13 Effectivement, de Loyarte n'était rien d'autre qu'un écrivaillon plein d'agressivité à l'égard de l (...)

    Pourtant — et là est une autre des surprises — l'infraécrivain le plus cité, de Loyarte (10 occurrences), se classerait 4e dans notre palmarès des écrivains connus, devançant Ortega y Gasset, Valera et Unamuno. De son côté, Zurdo Olivares viendrait à égalité avec Costa et Trigo (5 occurrences). Mais, redisons-le une nouvelle fois, ce mystérieux de Loyarte peut très bien grandir sous nos yeux pour la simple raison qu'il a eu le peu enviable privilège de susciter chez Baroja un violent mépris ou une inextinguible rancune13.

    • 14 Corpus Bargas, de son vrai nom Andrś García de la Barga, est l'auteur, entre autres, d'une étude cr (...)

    Dans l'ensemble, les infra-écrivains auxquels Baroja a fait une place dans Juventud, egolatría sont tombés dans l'oubli. Nous songeons notamment à Ugarte et à Ingenieros. Seul peut-être Corpus Bargas échappe à ce destin littéraire contraire14.

V — L'Histoire et la Politique

38Les références à l'Histoire et à la Politique, considérablement moins nombreuses que les références à la Littérature, sont grosso modo deux fois plus fréquentes que les références à la Religion, aux Arts et à la Culture.

39A — L'Histoire et la Politique hors d'Espagne

  • Une périodisation de l'Histoire non-espagnole fait apparaître une domination écrasante de la Révolution française ; mais cette fascination exercée sur Baroja par cette époque troublée s'explique-t-elle par l'admiration ou par la répulsion ?

  • Tant pour les périodes évoquées que pour les personnages cités, on relève une large prédominance de l'Histoire française.

  • Bien que la méthode employée rendît fatale cette conclusion on soulignera que Baroja, se référant à un passé non-espagnol, tend bien davantage à personnaliser l'Histoire qu'à découper et embrasser des sous-ensembles. Son regard privilégie les acteurs — presque tous sont de très grands noms — au détriment des acteurs collectifs, des familles de pensée et des masses.

  • Cette Histoire non-espagnole est fortement lacunaire et atrophiée. Les connaissances de Baroja dans le domaine de l'Histoire non-espagnole ne paraissent se recommander ni par leur vigoureuse subjectivité, ni par leur profondeur.

40Β — L'Histoire et la Politique en Espagne

411) Périodisation et grands événements

42— Les grands événements, dans l'optique barojienne, correspondent tous à des périodes de rupture et de violence. Ce sont notamment la Guerre de l'Indépendance, la Révolution de septembre 1868 et la Semaine Tragique de Barcelone.

  • On retrouve là une sorte d'homologie avec la Révolution française. Tout se passe comme si Baroja, traumatisé par le souvenir des troubles ayant éclaté au nord des Pyrénées, cherchait, plus ou moins consciemment, à repérer en Espagne des influences, des parentés et des résurgences.

  • Non seulement l'Antiquité espagnole, fortement présente en Littérature, disparaît ici, mais le XIXe siècle et le début du XXe siècle espagnols semblent assurer la relève du XVIIIe siècle français, comme si celui-ci les portât en germes.

  • Nous n'insisterons pas sur des lacunes importantes : ni le Moyen Age, ni le Siècle d'Or, ni le XVIIIe siècle ne trouvent grâce aux yeux de Baroja ou, du moins, ne retiennent ici son attention.

432) Institutions et corps constitués

  • Alors que l'auteur ne se livre à aucune considération visant les institutions propres aux pays étrangers, en D il élève le débat, évoquant la politique espagnole à l'échelon supérieur, là où elle s'élabore ; d'où la mention répétée de certains ministres, du Congrès (des députés), de systèmes politiques déterminés, tel la République. Dans cette partie de l'ouvrage surgissent quelques concepts universalisables, comme le Pouvoir et l'État. Effacement notable : celui du concept “patrie” (1 occurrence), privé de majuscule initiale.

  • Parmi les grandes forces qui pèsent sur la vie politique nationale figurent, à une place éminente, l'Armée et les militaires. Mais — particularité notable — presque tous ces derniers appartiennent à la première moitié du XIXe siècle : c'est dire que le problème militaire espagnol n'est pas actualisé, du moins sous la forme d'une montée alarmante de l'influence acquise par des officiers remuants ou ambitieux. N'outrepassons pas cependant les possibilités d'analyse : l'absence de mentions d'officiers potentiellement dangereux, à l'époque de Baroja, n'exclut pas que celui-ci soit pleinement conscient d'un prétorianisme toujours inquiétant ; Baroja s'abstient simplement ou est incapable de personnifier ce risque ; son discours se tient au niveau du général et prend la forme d'une brève dissertation sans illustration.

    • 15 Lerroux (1864-1949) qui mena, un temps, une lutte en faveur du Catalanisme fonda successivement l'U (...)

    De la même façon qu'existaient, pour les pays nonespagnols, quelques idéologues-acteurs, figure un petit nombre d'Espagnols connus pour leur activité militante et leur adhésion à une doctrine subversive. Le plus souvent cité n'est ni Francisco Ferrer, ni Pablo Iglesias, ni aucun autre révolutionnaire de haute stature, mais Alejandro Lerroux (18 mentions à lui seul)15.

    • 16 Nicolás Estévanez Murphy (1838-1914) est un militaire qui participa à la Révolution de 1868 ; penda (...)

    Ces personnages, qui se situent dans l'opposition, sont quantité négligeable, si l'on met à part Lerroux, comparés aux personnages publics qui exercent ou ont exercé le pouvoir. Alors que les souverains sont pratiquement escamotés, les ministres ont une certaine surface, signe que Baroja s'intéresse à l'“histoire politicienne”, même s'il ne se prive pas d'en déplorer la médiocrité. Homologues, sur ce point, de bien des ministres des deux républiques françaises postérieures à la deuxième guerre mondiale, ces ministres espagnols que Baroja remémore sont, pour la plupart, inconnus hors de leur pays ; tout juste méritent-ils quelques lignes chacun dans le Dictionnaire d'Histoire de la Revista de Occidente. Baroja plonge là dans une histoire déjà morte pour nous. La hiérarchie, surtout mesurée par la fréquence variable des occurrences, est singulière : ainsi, Canovas del Castillo (3) et Pi y Margall (3) se trouvent dévalorisés par rapport au comte de Romanones (6), à Maura (8) et surtout par rapport à l'inattendu Estévanez Murphy (10)16. Il est vrai que ces trois derniers personnages appartiennent en plein à l'actualité, au rebours de Canovas del Castillo et de Pi y Margall, leaders de la fin du siècle précédent. Il est banal de remarquer que Baroja présente une vision très personnelle de la politique espagnole de son époque. Cette vision à caractère sélectif s'obtient par suppression (silence sur tel ou tel “ténor”) et par focalisation (arrêt prolongé et retours sur tel ou tel autre). Un examen du texte montrerait que les leaders les plus fréquemment cités existent dans Juventud, egolatría pour la simple raison que l'auteur les a fréquentés ou approchés.

  • L'irruption de la foule politicienne espagnole s'opère dans le dernier quart de l'ouvrage. Vision ouverte sur l'universel et vision pointilliste se conjuguent là ; en d'autres termes, Baroja tente d'amalgamer la politique espagnole considérée de façon panoramique et intellectualisée, et la politique espagnole abordée de façon anecdotique et impressionniste.

  • On dira, au bout du compte, que le traitement barojien de la politique espagnole consiste à examiner l'insertion de politiciens professionnels dans un cadre institutionnel déjà tracé. La malignité conduirait à soutenir que c'est là le signe d'une pensée radicalement conservatrice ou, si l'on préfère, fondamentalement anti-révolutionnaire, par-delà la fascination qu'exerçaient sur Baroja la pensée et le militantisme anarchistes. La pensée politique barojienne, telle qu'elle se dégage de Juventud, egolatría, se nourrit d'autant moins d'idéologie qu'elle se peuple d'acteurs politiques (ou de simples figurants) et s'enferme dans un système à préserver. Mais, encore une fois, observons que, en général, partis et doctrines n'avaient pas à être désignés par des mots à majuscule ; dans ces conditions, la confrontation entre “politique espagnole incarnée dans des personnages” et “politique espagnole théorisée ou programmatique” est impraticable.

44C — L'infra-Histoire

451) L'infra-Histoire non-barojienne

46Cette catégorie de personnages est constituée, conventionnellement, par l'ensemble des personnages non fictifs que Baroja n'a pas connus personnellement ou qui n'entretiennent pas ou n'ont pas entretenu de rapports avec la famille ou les aïeux du romancier.

  • Aucun de ces personnages n'est aussi souvent cité que Alejandro Lerroux (18 fois) mais, globalement, ils le sont plus souvent que, par exemple, les militaires espagnols de premier ordre, ce qui rappelle, une nouvelle fois, que Baroja s'ingénie à brouiller la frontière entre l'Histoire traditionnelle et l'Histoire telle qu'il l'entend. D'ailleurs, ces personnages qui sont absents de la première moitié de l'ouvrage ne figurent que dans la deuxième partie, là justement où ils se mêlent aux personnages ayant une stature historique.

  • Ces “infra-acteurs” de l'Histoire sont, à une exception près, des contemporains de Baroja.

  • Un classement par nationalités fait apparaître une majorité d'Espagnols (9 face à 3 non-Espagnols).

  • Une dominante se dégage : Otero Oliva, Morral, Garcia Clemente et Sanchez Moya incarnent les agitateurs mus par une foi anarchiste véhémente, voués à un destin tragique et condamnés à mort par un système judiciaire odieux ; naturellement, tandis que l'opinion les rabaisse au rang de dangereux aventuriers, les adeptes de l'anarchie les vénèrent comme des martyrs. Baroja, qui leur manifeste quelque sympathie, se garde toutefois de cet excès ; aussi les flanquet-il d'un bandit que n'inspire aucune idéologie. La spécificité de l'infra-Histoire non-barojienne tient en partie à cette fascination, plus admirative qu'horrifiée, que ces exaltés inspirent au romancier. N'ayant pas accédé au rang de personnages historiques dans Juventud, egolatría, ils œuvrent dans cette zone imprécise où l'action politique un peu folle revêt encore l'apparence de l'action bassement criminelle.

472) L'infra-Histoire barojienne

48Rappelons que relèvent de cette Histoire égocentrique les personnes que Baroja a connues personnellement ou qui appartiennent à sa famille.

  • Cet ensemble est constitué par 30 noms différents. Observons que les noms de souverains et de personnages politiques espagnols ayant exercé le pouvoir n'atteignent pas la trentaine. Mieux encore, si l'on prend en compte les occurrences en continuant à exclure les mentions des grands événements historiques, des institutions, des titres et des fonctions, on arrive à une égalité presque parfaite entre l'infra-Histoire barojienne (100 occurrences) et l'ensemble constitué par l'infra-Histoire non-barojienne et l'Histoire d'Espagne non-barojienne (102 occurrences). On ne saurait mieux dire que l'égocentrisme barojien se fait envahissant quand il s'agit de mettre en scène des personnages vivants.

  • Cet égocentrisme eût été encore plus évident si l'on avait inclus ici, aux côtés des infra-acteurs de l'Histoire, les infraécrivains (ils ont été recensés ailleurs) qui ont entretenu des rapports personnels avec Baroja. On aurait alors l'impression d'une Espagne — entendue comme une somme d'habitants —, tantôt familière, tantôt inconnue du public, presque tout entière disposée autour du romancier.

  • Cependant, il ne serait pas tout à fait exact de dire que infra-Histoire et Histoire traditionnelle se confondent. La lecture fractionnée de l'ouvrage révèle un ordonnancement moins audacieux qu'on n'eût pu croire : l'infra-Histoire barojienne figure presque exclusivement dans la partie centrale du livre (Β et C) ; elle disparaît du dernier quart de l'ouvrage (D), au sein duquel l'Histoire traditionnelle s'impose, c'est-à-dire l'Histoire saisie à l'échelon national et mise en œuvre par des personnages connus.

  • Les relevés simplement numériques des mentions et des occurrences masquent une particularité curieuse : en dehors de Madame Récamier citée une fois, aucun personnage féminin, réel ou imaginaire, n'apparaît dans la rubrique Politique-Histoire pour l'Espagne : ni Sainte Thérèse, ni la Pardo Bazín, ni une quelconque figure célèbre dans l'ordre de la culture, de la littérature, de la guerre ne surgit dans le champ de pensée de Baroja. Les personnages féminins appartiennent tous à ses proches ou à des lignées ascendantes. Ils auraient été condamnés à un oubli total sans l'intérêt, encore une fois égocentrique, que Baroja leur témoigne. Cette attitude pourra être attribuée à une misogynie plus insidieuse que franche ; une misogynie ouvertement assumée et déclarée aurait, en effet, conduit l'auteur à conférer un statut d'existence à des femmes, selon lui, méprisables ou insupportables. Or Baroja se borne à ignorer les représentants du beau sexe chaque fois qu'ils sont étrangers à son univers familial. On aboutit ainsi à un singulier contraste entre un vaste groupe familial, au sein duquel l'élément féminin occupe une place honorable, et une Espagne totalement masculine.

VI — Remarques finales : L'Espagne de Baroja et le reste du monde

  • 17 Comme plus haut, les chiffres entre parenthèses se rapportent aux occurrences, les autres aux menti (...)

49Le tableau suivant aidera à mesurer comment l'Espagne de Baroja figure aux côtés du reste du monde et aussi comment cette image de l'Espagne structure ses quatre composantes17 :

50Ce tableau fait apparaître une homologie pour les rubriques I et II : en ce qui concerne les références à l'Espagne et à l'ensemble Religion, Arts et Culture, l'Espagne compte largement 2 fois plus que le reste du monde. Pour l'ensemble Politique-Histoire, le déséquilibre s'accentue, toujours au profit de l'Espagne. Si l'on est malintentionné, on pourra induire de ces chiffres la faible capacité de Baroja à saisir la politique et l'histoire de la Péninsule dans toutes les relations complexes et parfois déterminantes qui s'étaient instaurées et continuent à s'établir, dans ces deux domaines, entre l'Espagne et les autres nations. La tentation est même forte de suggérer qu'à trop mettre en valeur la spécificité de la réalité politique et des données historiques espagnoles Baroja risque de passer pour politiquement myope ou pour ultra-nationaliste en la matière. Mais cette accusation tombe d'elle-même si on examine les chiffres correspondants à la rubrique III, la plus substantielle : comme si Baroja faisait preuve là — et il était logique qu'il en fût ainsi – d'un regard plus pénétrant, d'une curiosité plus universelle et d'une compétence plus affirmée, le reste du monde, dans le domaine littéraire, l'emporte quantitativement (Faut-il rappeler que par cet adverbe ambitieux nous nous référons aux seuls substantifs à majuscule ?) sur l'Espagne, bien que cette entité inclue Baroja et ses œuvres.

51En définitive, l'une des particularités de Juventud, egolatría est que le “moi” égocentrique de l'auteur, partout présent comme l'annonce le titre de l'ouvrage, est loin d'avoir éliminé tout ce qui lui est radicalement étranger. Que Le Pays Basque, que Madrid, qu'Azorín figurent en bonne place se comprend aisément ; que la notion d'Espagne-selon-Baroja ait un sens dans un ouvrage à caractère résolument égolatrique est déjà plus surprenant, surtout quand on constate, comme on l'a fait, que cette image de l'Espagne est beaucoup moins tronquée — elle est certes très émiettée — qu'on ne l'eût imaginé. Mais il est encore plus étonnant de voir que la démarche constante de va-et-vient entre Baroja et l'Espagne se double d'une autre démarche, plus complexe, également faite d'échanges entre Baroja, l'Espagne et le reste du monde. Bien entendu, ce processus n'annule pas le caractère égolatrique de l'ouvrage puisque, justement, l'égolatrie maximale pourrait consister à rapporter à soi et à organiser autour de soi, affectivement et intellectuellement, le monde familial, la société environnante, le pays d'origine et le reste de l'univers. Paradoxalement, c'est la démesure même de l'égolatrie barojienne qui, impliquant la prise en compte et l'annexion métaphorique — et orgueilleuse — de la réalité extérieure confère à l'image de celle-ci une dimension et une variété insoupçonnées.

Notes

1 Les étudiants tourangeaux qui ont joué un rôle actif au cours de la première phase du travail ont été Mme Onffroy de Velez, Mlles Aunoble, Martin et Toulon, et M. André.

2 Délaissant l'édition complète des œuvres de Baroja, publiée par Ciencia Nueva, nous renverrons, dans le cours de l'article, à l'édition des classiques Taurus, préparée par Julio Caro Baroja, auteur de quelques remarques préliminaires. Cette édition, qui date de 1977, a été retenue en raison de son maniement commode.

3 Nous songeons, par exemple, aux études de Gerardo Banks, La España de Baroja (ed. Cultura Hispánica, Madrid, 1974) et de Javier Martínez Palacio, Ρίο Baroja — El escritor y la crítica (ed. Taurus, Madrid, 1974). Dans ce dernier ouvrage figure la seule étude, à notre connaissance, consacrée esclusivement à Juventud, egolatría ; il s'agit de l'article de Gonzalo Sobejano, intitulé “Solaces del yo distinto (Estimación de Juventud, egolatria)”, op. cit., pp. 517-529. Cet article, au demeurant, ne nous était ici d'aucun secours.

4 On trouve d'ailleurs “País Vasco” dans l'édition Ciencia Nueva.

5 “A los pocos españoles que consideramos la palabra sólo como un signo y no nos preocupa mucho su sonido, ni la cantidad de letras que tenga, ni que se escriba con mayuscula ο con minúscula, todo esto nos deja indiferentes”, in Pequeños ensayos, chap. “La retórica española actual”, ed. Ciencia Nueva, p. 984.

6 Environ 1 % des noms à majuscule a été écarté, par exemple le nom d'un cheval, celui d'un couturier étranger, mais aussi “Naturaleza” et “Humanidad” ; la raison en est que ces termes ne renvoient pas à l'Espagne, ni ne permettent de comparaison entre cette nation et l'étranger.

7 Par occurrence on entendra le nombre de fois où un même terme est utilisé. Prenons un exemple imaginaire : pour les “pays autres que l'Espagne”, l'indication 3 (5) doit être déchiffrée ainsi : 3 mentions et 5 occurrences ; il faut entendre que 3 pays différents sont évoqués (l'Italie, l'Allemagne et la France), mais qu'on trouve, au total, 5 noms de pays à majuscule puisque la France est citée 3 fois ; d'où le chiffre 5 par la prise en compte de la série suivante : Italie, Allemagne, France, France, France.

8 La partie A comprend le Prologue et les chapitres I et II, soit les pages 19 à 59 ; la partie B, les chapitres II à VII, soit les pages 61 à 100 ; la partie C, les chapitres VIII à XIII, soit les pages 101 à 141 ; la partie D, les chapitres XIV à XVII et l'Epilogue, soit les pages 143 à 185.

9 Nous utiliserons aussi l'expression “para-écrivains” pour désigner les éditeurs, les directeurs de journaux, les journalistes et les traducteurs.

10 Par exemple, Alejandro Sawa, bien que peu connu en France mais mentionné dans le Diccionario de la Literature española ne sera pas inclus dans le groupe des “infra-écrivains”. En revanche, Tárrida del Mármol qui ne figure ni dans le Diccionario de Historia de España, ni dans le Dictionnaire Larousse, sera rattaché à l'infra-Histoire, tandis que Elisée Reclus, cité dans le Larousse, sera considéré comme un personnage historique à part entière.

11 Les écrivains du XVIIIe siècle, quant à eux, sont complètement oubliés.

12 Nous ne citons pas F. García Lorca dont les Impresiones y paisajes datent de 1918. Par contre, rappelons que les Campos de Castilla de A. Machado sont de 5 ans antérieurs à Juventud, egolatría.

13 Effectivement, de Loyarte n'était rien d'autre qu'un écrivaillon plein d'agressivité à l'égard de l'auteur de Juventud, egolatría. Morote, cité 4 fois, était pareillement un individu, accessoirement un journaliste, honni par Baroja.

14 Corpus Bargas, de son vrai nom Andrś García de la Barga, est l'auteur, entre autres, d'une étude critique des romans barojiens, parue dans la Revista de Occidente, en 1927.

15 Lerroux (1864-1949) qui mena, un temps, une lutte en faveur du Catalanisme fonda successivement l'Union Républicaine et le parti radical ; il tenta, mais en vain, d'attirer Baroja vers la politique.

16 Nicolás Estévanez Murphy (1838-1914) est un militaire qui participa à la Révolution de 1868 ; pendant la Première République, il fut ministre de la Guerre aux côtés de Pi y Margall ; il se réfugia ensuite à Paris. Baroja entretint des rapports personnels avec lui.

17 Comme plus haut, les chiffres entre parenthèses se rapportent aux occurrences, les autres aux mentions. Les coefficients mesurant les rapports Espagne/reste du monde ont été obtenus par de simples divisions. Exemples : pour l'Espace, Image 10000000000000290000001E1D982308.jpg approximativement ; pour la Littérature, Image 10000000000000320000001EEAD1B3F6.jpg approximativement.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter