Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Communautés nationales et marginalité dans le monde ibérique et ibéro-américain

 | 
Jean-René Aymes

Espagne

Internationalisme et patriotisme en 1871

Jean-Louis Guereña

Texte intégral

  • 1 “Le 18 mars à l'étranger. — Espagne”, L'Égalité, 2e série, n° 9, 18-III-1880, p. 5/III.
  • 2 “Die kommunalistische Revolution von Paris wirkte wie eine Sturmglocke”, écrit-il encore dans l'hi (...)
  • 3 “A los trabajadores de Madrid. La fiesta del dos de mayo”, La Solidaridad, n° 16, 30-IV-1870, p. 1 (...)
  • 4 Cf. Jerzy W. Borejsza, “La svolta degli anni 1870-1871 nella storia europea”, Studi Storici, XIV ( (...)
  • 5 La Solidaridad, n° 29, 30-VII-1870, p. 1/III — 2/I. Cf. J. Jemnitz, “The First International and t (...)

1“Le peuple espagnol ne fut pas le dernier à se proclamer solidaire des idées et des actes de la Commune de Paris”, remarquait José Mesa en 18801 avant de donner quelques exemples de la solidarité des internationalistes espagnols pour la Commune. Symbole, exemple, la Commune devient un élément clé de l'internationalisme du mouvement socialiste. “Aux cris de Vive la Commune ! Vengeons nos frères !, poursuit Mesa2, les ouvriers espagnols s'enrôlaient par milliers dans l'Association internationale des travailleurs, qu'ils considéraient comme la dépositaire de la pensée révolutionnaire du prolétariat moderne et comme devant continuer l'œuvre de la Commune”. Cet internationalisme s'accompagne du refus du patriotisme exalté partout ailleurs. “La idea de patria es una idea mezquina, indigna de la robusta inteligencia de la clase trabajadora. ¡La patria ! la patria del obrero es el taller, el taller de los hijos del trabajo es el mundo entero”, affirmait ainsi en 1870 le Manifeste des internationalistes madrilènes appelant les travailleurs à ne pas célébrer la fête du 2 Mai, traditionnelle affirmation populaire de patriotisme3. La guerre de 1870-1871, qui est l'occasion pour les gouvernements de favoriser l'éclosion de mouvements nationalistes4, devait de même contribuer à conjuguer discours antipatriotique et antimilitariste chez les internationalistes espagnols. “¿Con qué poderoso talisman se arrastra a tantos miles de hombres contra sus propios hermanos, en perjuicio de sus intereses y en defensa de sus tiranos?, interroge la protestation du Conseil fédéral espagnol contre la guerre franco-prusienne5, — Con el grito sagrado de la patria. Pues maldita sea la patria. Cien mil veces sea maldita esa preocupación”.

  • 6 Paulino Iglesias, Anselmo Lorenzo, José Mesa y Leompart, Francisco Mora, Hipólito Pauly, Victor Pa (...)
  • 7 Cf. José Alvarez Junco, La ideologia política del anarquismo español (1868-1910), Siglo XXI, M., 1 (...)
  • 8 Dans sa première “lettre d'Espagne” publiée par Le Socialiste (n° 6, 3-X-1885, p. 2/II), Pablo Igl (...)
  • 9 “Se optó (..) por salir fuera de España, y se escojió por sitio Lisboa. En esta ciudad esperábamos (...)
  • 10 “El miedo ofusca la razón de los gobiernos reaccionarios y les conduce a extremos tan absurdos com (...)
  • 11 L'article 19 stipule toutefois qu'“a toda asociación cuyos indivíduos delinquieren por los medios (...)
  • 12 Diario de Sesiones, 10-XI-1871, cité par Oriol Vergés Mundó, La I Internacional en las Cortes de 1 (...)
  • 13 N° 22, 13-XI-1871, p. 1/I. Cet article, publié trois jours après la décision parlementaire, est im (...)
  • 14 La Commune est cependant l'occasion de nuancer avant la Conférence de Londres cette question de la (...)
  • 15 Cf. Miguel M. Cuadrado, Elecciones y partidos políticos de España (1868-1931), Taurús, M., 1969, t (...)

2L'examen de La Emancipation, hebdomadaire internationaliste rédigé en 1871 par les membres du Conseil fédéral espagnol6, devrait nous permettre d'explorer ces thèmes qui s'inscrivent dans l'idéologie socialiste espagnole ultérieure, tant bakouniniste7 que marxiste8. Lorsque paraît La Emancipation, l'Internationale est pourchassée en Espagne, une partie du premier Conseil fédéral (Lorenzo, Mora, Morago) se trouvant à Lisbonne pour échapper à ces poursuites9. Les instructions de Sagasta, la circulaire de J. Favre vont contribuer à cette répression, avec des effets divers10. Pourtant les garanties des libertés individuelles dans la Constitution de 1869 plaçaient en principe l'Internationale dans la légalité11. Le débat parlementaire sur la Commune en mai puis sur l'Internationale en octobre-novembre en concluera autrement : le 10 novembre, une majorité de 192 parlementaires (contre 38 républicains) déclare anticonstitutionnelle l'Internationale12. “Consumatum est” titre La Emancipación13, en poursuivant : “Se han roto las hostilidades, se ha dado principio a la guerra de clases, guerra implacable, exterminadora. Ellos lo han querido”. Exclus de la communauté nationale par le vote des parlementaires, les internationalistes réaffirment leur conception de l'abstentionnisme en politique14. Le régime ouvert en 1868 leur offrait pourtant, par le biais du suffrage universel, pour la première fois en Espagne, l'accès à la vie politique, une possibilité d'intégration nationale15.

  • 16 Cité par Francisco Mora, “Recuerdos tel tiempo de la “Commune”, La Revista Socialista, n° 6, 16-II (...)
  • 17 Cf. Lorenzo, pp. 158-160, Juan José Morato (Biographie de Roberto Robert dans La Libertad recueill (...)
  • 18 El Pueblo, 3-V-1871, cité par José Alvarez Junco (La Comuna en España, Siglo XXI, M., 1971, p. 53) (...)
  • 19 “Advertencia” signalant l'importance du Manifeste du Conseil général sur la Commune (n° 3, 3-VII-1 (...)

3Le 2 Mai 1871 est l'occasion d'une nouvelle réplique aux manifestations patriotiques et de l'affirmation de la solidarité avec la Commune. “Felicitamos a la Commune de Paris, est-il déclaré à la réunion madrilène16, por haber tenido el valor de derrumbar la Columna de Vendôme, monumento conmemorativo de la tiranía y de los odios internacionales”. Légale, la réunion fut interrompue violemment par la Partida de la Porra17. “Salgan de su indiferencia los buenos ciudadanos para combatir el mal, écrit le lendemain Eugenio Garcia Ruiz18, (...) que no hay cosa más santa, más légítima, más dulce y hermosa que el amor de la patria. Dulcis amor patriae”. C'est donc bien la Commune qui radicalise les positions, même si le discours antipatriotique a déjà cours dans l'Internationale espagnole. Dès son premier numéro, La Emancipación inscrit ainsi la marque de cet événement-symbole dont la défense circule dans tout le journal. Il importe pour les rédacteurs de se montrer “solidarios de las heroicidades y del infortunio de nuestros hermanos de Paris, cuantos con ellos sufrimos y conservamos inextinguible en el pecho el fuego sano del odio y la venganza”19, face aux attaques dont la Commune est l'objet :

  • 20 “Declaración”, art. cit. Dans son article de 1880 déjà cité, Mesa rappelle que “la Emancipación(...)

“No ya los héroes de la Commune, sino los que sostienen sus ideas, los que justifican sus actos, los que acusan a sus asesinos, a sus infames exterminadores, son hoy el bianco de las iras de los espantados burgueses, que en su furor sanguinario nos amenazan con hacernos sufrir la misma suerte que a nuestros hermanos de Paris”20.

  • 21 Signalons toutefois le Manifeste du 4-VI-1871 signé par Lorenzo et Mora (Cf. J. Alvarez Junco, La (...)
  • 22 F. Mora, “Recuerdos del tiempo de la Commune”, art. cit., p. 174.

4Il importe de prendre position, poursuit le journal, “pues bien, nosotros, por carecer de medios de publicidad no hemos podido manifestar antes nuestra conformidad absoluta, sin reservas ni distingos con las doctrinas proclamadas por los internacionales de la Commune y con sus actos todos”. Ce “nous” désigne le groupe madrilène de l'A. I. T. privé d'organe de presse après la fin de La Solidaridad en janvier21. Il ne faut pas oublier les membres du premier Conseil fédéral encore à Lisbonne que préoccupaient “las noticias que llegaban a diario de los fusilamientos de los valientes comuneros y el deseo de conocer la suerte reservada a nuestros amigos de Paris”22. Francisco Mora écrit à Engels :

  • 23 Cité par Max Nettlau (Documentos inéditos sobre la Internacional y la Alianza en España, Ed. La Pr (...)

“Querido amigo, tu que lo sabes, danos noticias de los amigos de Paris que tan heroica defensa han hecho de los derechos del pueblo contra los infames satélites de la burguesía. ¿Oué es de Serraillier? ¿Fué fusilado Varlin? ¿y Malon y Murat, Robin, Chemalé y los demâs compañeros de la Federación parisien?”23.

  • 24 L'édition allemande (Karl Marx, Friedrich Engels, Werke, Band 33, Briefe juli 1870 bis dezember 18 (...)

5Engels répond le 27 juillet dans une lettre reproduite en annexe24. C'est donc la fin de la Commune qui force les positions. Défendre la Commune, c'est aussi défendre l'Internationale, au milieu de l'offensive antiintemationaliste qui caractérise l'après-Commune. Affirmations de solidarité qui soulignent la nécessaire solidarité ouvrière :

  • 25 N° 3, 3-VII-1871, p. 2/I. Entrefilet publiant les résolutions de l'assemblée générale des trente s (...)

“Cuando todos los explotadores de la tierra se coaligan hoy contra nosotros para proseguir su obra criminal, necesario es que los trabajadores todos proclamemos nuestra union y solidaridad”25.

  • 26 Protesta. El Consejo federal de la region espanola a todos los trabajadores y a todos los hombres (...)

6Cette solidarité passe, comme à l'occasion du 2 Mai, par le renversement des valeurs dominantes, comme le sentiment patriotique. “Se nos dice que somos enemigos de la moral, de la religion, de la propiedad, de la patria y de la familia, y en nombre de tan santas Cosas, que tienen convertido el mundo en un paraíso, es necesario que nosotros dejemos de existir (...)”, remarque le manifeste du Conseil fédéral du 17 octobre26, en répondant point par point, et en particulier se déclarant ennemi de la patrie, ou plutôt du patriotisme :

“ ¡Que somos enemigos de la patria! Sí: queremos substituir al mezquino sentimiento de la patria con el inmenso amor a la humanidad, las estrechas y artificiales fronteras por la gran patria del trabajador, por el mundo. No hay otro medio de evitar guerras como la de Francia y Prusia, aunque nos privemos así de héroes como Daoiz y Velarde”.

  • 27 “Lo que somos y lo que queremos”, n° 1, 19-VI-1871, p. 1/I. Ce programme fut rédigé par Lorenzo lo (...)
  • 28 N° 3, 3-VII-1871, p. 2/I. Outre le Manifeste à l'occasion du 2 Mai 1870 dont nous avons déjà parlé (...)

7Dans son premier numéro, La Emancipación soulignait le besoin de redéfinir “uno por uno todos los principios que constituyen la base ya carmodida de la actual sociedad”27. L'article “La patria”28 y répond. Dès l'entrée, deux définitions sont données :

“Nosotros decimos: es una porción de terreno a la que pretenden sujetarnos, so pretexto de que es fuente inagotable de eternos goces, esos reyes del capital que van cada ano a buscar los suyos a lejanas tierras.
Los burgueses dicen: es el sitio donde se ha mecido nuestra cuna y donde se alza la tumba de nuestros padres”.

  • 29 “Sucesos de la semana. — El dos de mayo”, n° 47, 4-V-1872, p. 1/I. Ce numéro sera dénoncé.

8La patrie n'existe pas pour “los hijos del trabajo” car “esa palabra ha sido precisamente inventada por los que todo lo poseen, para hacer defender por los que de todo carecemos el suelo donde radica su fortuna”. Plus que la patrie, définie ici par l'inscription spatiale, c'est bien le patriotisme des classes dirigeantes qui est dénoncé, comme le démontre la nouvelle protestation à l'occasion du 2 Mai 187229 :

“Nosostros protestamos una vez más contra esa farsa indigna y salvaje que tiene por objeto único embrutecer al pueblo, para dominarle mejor;
Protestamos contra el patriotismo de los amadeistas, por falso, inmoral y ridículo;
Protestamos contra el patriotismo de los carlistas, porque tiende a resucitar ideas e instituciones aborrecidas y opuestas al progreso;
Protestamos contra el patriotismo de los republicanos, porque tiende a explotar la ignorancia y las preocupaciones populares.
Protestamos, en fín, contra la idea de patria en general, por bárbara, enemiga de la civilización moderna, orígen de todas las guerras y de todas las tiranías, y porque se opone a la unión y fraternidad de los pueblos, a que se dirigen los esfuerzos de la humanidad entera”.

  • 30 N° 3, 3-VII-1871, p. 2/II.
  • 31 “La patria”, art. cit.

9Patrie et patriotisme sont de fausses valeurs car elles servent “ahora, como siempre, de pretexto y razón para toda suerte de evoluciones”, souligne La Emancipación en s'appuyant sur la conduite de Rivero et de Castelar30. C'est bien une analyse du fonctionnement des idéologies qui est tenté : le patriotisme est une idéologie qui sert les classes dirigeantes. “Hasta cuándo seguiremos deslumbrados por su falso brillo?, poursuit le journal31, ¿hasta cuándo continuaremos sacrificándonos inútilmente para nosotros, por unos intereses que no son nuestros intereses, por una patria que no es nuestra patria?”. Conclusion logique, l'antimilitarisme est relié aux mouvements sociaux à venir :

“Nosotros solo expondremos la nuestra (vida) el día de la revolución social, ese dia en que, como un solo hombre, nos levantemos a una para despojaros de vuestros privilegios y entrar en la posesión de nuestros dereçhos que, viniendo a completar nuestra personalidad, han de emanciparnos de todo yugo religioso, político y social, haciendo de la humanidad una gran familia, cuya patria no tendrá otros límites que los que la naturaleza marca al globo que habitamos”.

  • 32 “El bandolerismo por el Estado. — II”, n° 4, 10-VII-1871, p. 1/II.
  • 33 “ ¡Vuelta con Mazzini!”, n° 8, 7-VIII-1871, p. 2/II.

10Il ne faut pas toutefois conclure à un nihilisme national. “Nación” n'apparaît d'ailleurs que relativement peu dans le lexique de La Emancipación, avec le sens intégrateur de communauté, “como la inmensa mayoría de la nacion se compone de proletarios ο jornaleros”32. Répondant à Mazzini33, le journal associe les deux termes :

“Ni la patria ni la nación pueden ser considerados, ni por la Intemacional ni por nadie que de justo se precie, como punto de partida para poner a salvo los intereses de la humanidad. Al contrario, si en la humanidad existen todavía odios, si la humanidad se ve aun obligada a presenciar esas luchas fratricidas que llenan de horror al mundo, débese al fraccionamiento de la tierra en naciones, débese a la raquí tica, egoista y anti-humanitaria idea de patria”.

11Mais, comme dans les textes auparavant cités, c'est la notion de “patria” qui est la plus polémique, toujours réductrice par rapport à la “humanidad”. A la patrie des “patriotes” est opposée la “grande” patrie rêvée du prolétaire à l'échelle du globe, la patrie internationale des travailleurs. C'est contre le patriotisme de leurs adversaires, contre l'instrumentalisation de la patrie entre leurs mains que les socialistes espagnols définissent leur internationalisme, sur une base morale.

  • 34 “La Commune de Lyon”, n° 2, 4-IX-1871, p. 1/II.
  • 35 N° 1,19-VI-1871, p. 3/III.
  • 36 N° 6, 24-VII-1871, p. 3/III.
  • 37 La souscription est lancée dans le n° 21, 6-XI-1871, p. 1/I.
  • 38 Cf. n° 48, 1-V-1872, p. 1/I, et n° 56, 6-VII-1872, p. 1/I. Les sommes obtenues proviennent princip (...)
  • 39 L'Égalité, art. cit.

12Le discours solidaire est en effet un discours éthique, en retournant la notion de “civilisation” dont se targuent les “bandits de l'ordre”34 pour justifier leur répression anticommunarde. “ ¿Dónde están los asesinos?”, s'interroge La Emancipación35, les “véritables assassins”, ceux qui ont voulu “le triomphe de l'ordre, de la propriété et de la religion”36. Certes, ce discours internationaliste fonde une solidarité concrète dans l'initiative que lance le journal en novembre 1871, la “suscripción humanitaria en favor de las mujeres e hijos de los defensores de la Commune” 37. Close en avril 1872, la souscription aura rapporté un peu plus de 317 pesetas38, douze listes de noms ayant été publiées par le journal du n° 23 au n° 45 : c'est donc la première moitié de la vie du journal qui est ainsi traversée par la Commune. “Les listes de souscription remplirent pendant plusieurs mois les colonnes du journal socialiste, rappelle Mesa39. Elles ne contenaient que l'obole plus que modeste de l'ouvrier affamé. Aucun journal bourgeois, pas même les républicains, ne voulut s'associer à cette œuvre humanitaire”.

  • 40 Cf. n° 6, 24-VII-1871, p. 3/III, n° 18, 16-X-1871, p. 3/I, “El proceso de los Comuneros de París”. (...)
  • 41 En particulier Paul Lafargue : cf. n° 10, 21-VIII-1871, p. 2/III, et n° 11, 28-VIII-1871, p. 2/II. (...)
  • 42 La publication s'échelonne du n° 3 au n° 12, soit du 3-VII au 4-IX-1871. La première édition parut (...)
  • 43 “A La Igualdad”, n° 1, 19-VI-187, p. 3/I.

13La Emancipación a aussi un rôle d'information à jouer, en mettant à nu la répression anticommunarde en cours40, en se préoccupant du sort des réfugiés français en Espagne41, et en apportant renseignements et révélations diverses sur les événements de mars-mai 1871. Il faut bien sûr signaler la publication de La guerre civile en France comme “Manifeste du Conseil général de l'A. I. T.” dont la traduction semble avoir été faite de l'anglais42. Dans ses textes propres, La Emancipation insiste sur “la revolución meramente social” du 18 mars, répondant par là aux républicains43 :

  • 44 “Lo que entendemos por revolución”, n° 2, 26-VI-1871, p. 2/I. L'article est vraisemblablement de M (...)

“No se trata pues de levantar barricadas, ni de matar hombres; se trata de convencer a los obreros, de mostrarles que sus miserias son por doquier las mismas, y por consecuencia, sus intereses son solidarios, y “su emancipación tiene que ser obra de ellos mismos” ”44.

  • 45 N° 3, 3-VII-1871, p. 2/III.

14Rectifiant une nouvelle apparue dans la presse, un entrefilet précise les rapports entre mouvement social et mouvement politique45 :

“La mayor parte de los periódicos se ocupa de una proclama publicada en El Independiente de Burgos, y firmada por un joven obrero, en la que a nombre de la Internacional se excita a los obreros a tomar las armas.
El autor de esta proclama ignora, por lo visto, que la misión de la Internacional no es la de provocar sangrientos conflictos, y que si en Paris apareció oficialmente en la lucha contra el gobierno burgués de Versalles, fue porque éste provocó el alzamiento de los trabajadores de aquella capital. La Internacional hizo alli lo que hará en todas partes: sacar de los movimientos políticos que se inicien todo el partido posible para la emancipación de los trabajadores, pero ni entonces pudo ni nunca podrá entrar en sus propósitos el provocar estos movimientos”.

  • 46 Cf. n° 12, 4-X-1871, p. 1/III, et n° 11, 28-VIII-1871, p. 2/I. La Emancipación insiste aussi sur l (...)
  • 47 Mesa est en France “desde el mes de octubre de 1867” jusqu'en avril 1870, où il est expulsé par dé (...)
  • 48 Cf. “Los civilizados de la barbarie”, n° 26, 11-XII-1871, p. 1/II-III et 2/I-II ; “La Internaciona (...)
  • 49 “Recuerdos del tiempo de la Commune”, art. cit., p. 176.

15La Emancipación est aussi sensible aux divers mouvements révolutionnaires qui agitent la France de 1870-187146, par exemple la Commune de Lyon47. Après la première série que nous venons de commenter, une vingtaine d'articles explicitement consacrés à l'événement montrent la place de la Commune dans La Emancipation48. “El 18 de marzo de 1872 se celebró en Espana el primer aniversario de la proclamación de la Commune de Paris, souligne Mora49. El periódico La Emancipation, que tantos servicios prestó a la causa proletaria, tomó la iniciativa para conmemorar esta fecha gloriosa” :

  • 50 “El 18 de marzo” n° 38, 3-III-1872, p. 1/I (l'article est repris dans le numéro suivant). Divers a (...)

“El 18 de marzo de 1871 el proletariado parisiense se sublevó contra los eternos opresores de la humanidad e inició su revolución gloriosa para la emancipation de todos.
El 22 de mayo, el proletariado parisiense fue “sangrado” sin piedad por la reacción victoriosa. Pero la “commune” a quien se creía muerta para siempre, vive en el gran corazón de la clase obrera (...).
El menester que nosotros imitemos a nuestros hermanos de los demás países, y ahora que la reacción triunfa en Espana, celebremos con manifestaciones imponentes el primer acto de la revolución social”50.

  • 51 L'Égalité, 2e série, n° 10, 24-iii-1880, p. 3/I.
  • 52 Organización social de las secciones obreras de la Federación Regional Española adoptada por el co (...)

16Dès sa constitution, et grâce à Mesa, le groupe socialiste madrilène ne manquera pas de célébrer l'anniversaire du 18 mars. “La bourgeoisie pourra, tout le temps que durera son pouvoir ébranlé, nous emprisonner, nous déporter, nous fusiller, si bon lui semble, écrit le groupe socialiste madrilène au banquet commémoratif du 18 mars organisé par L'Égalité en 188051 ; mais ce qu'elle ne pourra pas empêcher c'est que nous célébrions tous les ans, publiquement ou en secret, l'anniversaire du 18 mars 1871 ; elle ne pourra pas empêcher que ce souvenir nous serve toujours de puissant aiguillon pour continuer et terminer un jour l'oeuvre commencée alors : l'abolition des classes”. La Commune de Paris devient ainsi, dans le discours socialiste, confirmation de la révolution inéluctable. En 1871, la Commune légitime l'internationalisme naissant du mouvement ouvrier. “Les ouvriers n'ont pas de patrie”, mais la Commune fonde un patrimoine commun. Événements parisiens et persécutions contribuent ainsi à construire un nouveau patriotisme, fondé sur l'internationalisme. “La Internacional viene a regenerar el mundo, la patria comun y verdadera”52 : les notions morales prédominent. Mais l'analyse idéologique se fait jour, comme nous avons pu voir plus haut. Les instruments conceptuels dont dispose le mouvement ouvrier sont révélateurs à la fois du comportement et du champ théorique. Patrie et patriotisme relèvent ainsi de deux démarches, l'une morale, d'essence libérale-humanitaire, et l'autre d'inspiration sociale. Mais toutes les deux se meuvent encore dans des cadres abstraits, dépouillés de toute analyse concrète. Si le mouvement ouvrier espagnol rejette le cadre de la patrie comme étant au service des classes dominantes et divisant artificiellement l'humanité, il n'introduit pas de réflexions spécifique sur la nation espagnole, son développement historique, ses modalités. Les conséquences en sont évidentes : l'indifférence, l'incompréhension envers le fait national, le refus même de l'aborder. Mais l'Espagne n'est pas un cas isolé, encore que l'ampleur des mouvements nationalistes qui vont bientôt se développer devrait poser problème. Comment se fait la rencontre des spécificités nationales dans les luttes du mouvement ouvrier ? Dès l'origine pourtant, de par les luttes par rapport au pouvoir et à l'état, se posent les problèmes de l'organisation sociale, et ce sont les réalités nationales que rencontre le mouvement ouvrier, même si ce dernier refuse son rapport à la nation, érige en principe ce refus des particularités nationales, nie toute valeur au patriotisme existant.

17Dans la constitution de l'idéologie internationaliste, la Commune joue un rôle important et contribue à faire porter l'analyse du rapport à la nation sur le terrain social. La référence à la Commune devient ainsi permanente dans la lutte idéologique. Défendre la Commune, soutenir l'A. I. T., refuser la patrie, c'est se démarquer, se séparer de tout ce qui a trait à la “bourgeoisie” :

  • 53 “La fraternidad burguesa”, n° 5, 17-VII-1871, p. 2/I. Le terme de “bourgeois” est retenu parce qu' (...)

“ ¿Qué tiene, pues, de extraño que los trabajadores, que tanto sufrimos, que tantas, tan frecuentes y tan justas quejas exhalamos, no podamos alguna vez contener una palabra de ira contra la burguesía, contra esa clase que todo lo explota, que todo lo acapara y cuyos capitales no son otra cosa que nuestro sudor acumulado gota a gota en sus carcas?”53.

  • 54 Protokoll des Internationalen Arbeiter-Congresses Zu Paris. Abgehalten vom 14. bis 20. Juli 1889, (...)

18Les morts de la Commune viennent ainsi “ensanchar más y más el ya insuperable abismo que separaba a los que trabajamos y no consumimos de los que consumen y no trabajan”. Sur le terrain de 1'idéologie, mais aussi dans la pratique, pour l'organisation ouvrière et ses luttes, la Commune joue un rôle moteur. Pablo Iglesias dans son intervention au Congrès de 1889 qui allait fonder la Deuxième Internationale, le rappelle54 :

“La Révolution du 18 mars 1871 à Paris donna un nouvel élan à ce mouvement, et la chute de la Commune et la terrible répression qui suivirent arrachèrent un cri de douleur et de fureur dans la poitrine de chaque travailleur. Les travailleurs espagnols se déclarèrent solidaires tout comme ils l'avaient fait vis-à-vis de la Commune victorieuse. Ce fut pour eux le premier acte de lutte de classes indéniable”.

  • 55 Aux Cortes par exemple. Ainsi Ríos Rosas (Diario de las Sesiones de las Cortes Constituyentes, VI, (...)
  • 56 Op. cit., pp. 155-156 : “las salvas de artillería, las misas al aire libre celebradas en el monume (...)
  • 57 Edmondo de Amicis (L'Espagne, Hachette, P., 1884, pp. 170-174) voyageant en Espagne en 1871, ne vo (...)
  • 58 Ainsi, La Protesta reproduit-elle en 1899, dans son n° 11, l'article “La patria” du n° 3 de La Ema (...)

19L'opinion publique identifie largement d'ailleurs Commune et Internationale55, confirmant par là l'importance de cet épisode dans la mise au point du corpus théorique socialiste en matière nationale. Mais comment sont reçus les messages internationalistes, en particulier ceux qui en appelent directement à l'antipatriotisme, comme c'est le cas pour les contre-manifestations du 2 Mai, mise en pratique des principes affirmés dans le discours internationaliste ? A lire Lorenzo56, la fête patriotique reste populaire, même dans ses dimensions les plus chauvinistes (et donc anti-françaises). Les récits de contemporains57 signalent toutefois la diminution du sentiment anti-français dans les manifestations de 1871-1872. Faut-il l'attribuer à la propagande des internationalistes espagnols ? La partida de la Porra qui intervient pour dissoudre le rassemblement pacifique du Café Internacional en 1871 ne se manifeste pas en 1872. Cette tentative de décrochage du patriotisme dominant s'opposait malgré tout à des sentiments bien ancrés. Elle allait aussi alimenter à sa façon une tradition58, présente dans les discours ultérieurs. Ainsi, en 1882, Mesa rappelle le primat de la classe sur la nation :

  • 59 “Pan-latins, pan-germains et pan-compagnie”, L'Égalité, 3e série, n° 22, 7-V-1882, p. 2 (l'article (...)

“Qui dit fédération de races, dit séparation des races, rivalité de races, comme qui dit autonomie de la commune ou de la province dit lutte, rivalité entre toutes les communes et entre toutes les provinces d'un pays (...). La solidarité ouvrière plane au-dessus des nations et des races”59.

  • 60 Si pueblo et nación sont ambibalents dans le vocabulaire de la guerre d'Indépendance et des Cortes (...)

20L'organisation du vocabulaire de La Emancipación permet de saisir ce déplacement (par rapport à 1808 ou même à 1868). La nation, le peuple, disparaissent, au profit de la classe60, dans la représentation de la société, comme le montre le tableau suivant, effectué sur une base empirique, à travers nos recherches sur le lexique de La Emancipación :

Pauvre

Peuple producteur

Malheureux

PEUPLE

Peuple travailleur

Esclave

Forces

Forces productrices

Producteur

MASSES

Masses laborieuses

Travailleur

Masses ouvrières

Ouvrier

Classe laborieuse

Salarié

CLASSE

Classe ouvrière

Classe des salariés

Prolétaire

Avant-garde

Avant-garde du prolétariat (= A. I. T.)

  • 61 Article 6 : “los miembros de la Asociación Intemacional, deberân poner todos sus esfuerzos, cada u (...)

21Bien entendu, cette constellation ne s'organise pas aussi clairement, et seule une analyse statistique pourrait rendre compte du processus. La représentation de la société peut ainsi se faire de façon globalisatrice (peuple), parcellaire (classe) ou numérique (masses). L'emploi de “peuple” pour désigner l'ensemble des travailleurs est en général précisé par un épithète, ayant perdu partie de ses emplois antérieurs. Il reste que “classe” est devenu un terme essentiel du lexique social, la “nation” n'intéressant plus les internationalistes espagnols. La Fédération espagnole de l'A. I. T. n'est d'ailleurs que la Fédération “régionale”, pour bien montrer son rattachement à l'organisation internationale, alors que les statuts de l'A. I. T. parlent bien d'associations “nationales”61.

***

  • 62 “La patria”, n° 3, 3-VII-1871, p. 1/III.
  • 63 Il faudrait ajouter l'utilisation de la patrie par les carlistes dans un sens nettement antilibéra (...)

22Le débat sur le patriotisme naît d'une lutte politique : c'est avant tout contre le patriotisme des “reyes del capital” que les internationalistes se dressent. La patrie que ces premiers défendent ne peut être la patrie des “hijos del trabajo”. “El hombre que al nacer se ve pobre, desvalido, privado hasta de lo más necesario para la conservación de su misera existencia, ese hombre no tiene patria” énonce La Emancipación62. Rejeter le patriotisme, c'est donc rejeter une notion instrumentalisée par les classes dominantes : “ ¿ por qué ese afán, poursuit le journal, en inculcar a nosotros ese amor hacia una cosa que para nosotros nada significa?”. C'est aussi affirmer la vocation universelle du prolétariat, manifestée en particulier à l'occasion de la Commune de Paris. La révolution sociale à venir en finira à la fois avec le règne de la bourgeoisie et l'existence des patries, puisque la patrie va à l'encontre de l'humanité et est une création de la bourgeoisie63. Analyses morales et sociales vont de pair. Les travailleurs, conscients de leur solidarité et de leur destin, doivent ainsi répudier l'idéal national comme une conception bourgeoise, une conception dont la bourgeoisie use pour les détourner de leurs revendications sociales et économiques.

  • 64 Patrie est bien le terme polémique. Cf. María Paz Battaner Arias, op. cit., pp. 63-66 :Nación se (...)

23Ce refus de la patrie plus que de la nation64, cette dénonciation du patriotisme, s'enracinent en 1871 dans le discours et les pratiques du mouvement ouvrier espagnol. Mais l'internationalisme affirmé reste flou. Plus tard, quand les impératifs tactiques commanderont la nécessité de prendre en considération la question nationale et coloniale, l'héritage de 1871 pèsera.

Annexes

ANNEXE

LETTRE de F. ENGELS à F. MORA du 27-VII-187165.

“Londres, el 27 de julio de 1871.

Ciudadano Mora,

Querido amigo: Aunque sean más de veinte y cinco años que no he hablado ο escribido en español, quiero ensayar a contestar a tu carta en esa lengua. Cuanto es de nuestros amigos de París, las noticias de la Prensa son falsas para la mayor parte. Se ha fusilado, y lo digo con satisfacción, muchos burgueses tomándolos para los nuestros. Serraillier, a quien hubieron fusilado dos veces, está aquí sano y salvo, y podrá, lo espero, en poco tiempo, de nuevo encargarse del secretariado Español. Robin ha estado aquí desde más de seis meses. Los nombres de Chemali y Murat no han comparecido al tiempo de la Commune, y no sé que han hecho ο donde están. Varlin ha estado fusilado, se ha dejado ver inconsideradamente en la Calles de Paris desde la victoria de los versalleses. De Malon no puedo darte ciertas noticias, esperamos siempre por lo mejor. Es aquí así Vaillant con otros refugiados menos conocidos y algunos bravos polacos. Dereure, de la Commune, ayer se ha embarcado para los Estados Unidos. Algunos están en Suiza, cuyos nombres no se conocen por cierto. No puedo detallar más con respecto a ese punto, a causa de la solidaridad de las policias europeas, y para no meter en peligro a nuestros amigos, los cuales ya no están en seguridad. Se abren las cartas en todas partes, aquí así bien que otra parte. Las cartas destinadas a mí, ο al Consejo, haréis bien de enviarlas e estas señas: “MISS BURNS, 122 Regent's Park Road. Ν. W. – LONDON” ”.

Notes

1 “Le 18 mars à l'étranger. — Espagne”, L'Égalité, 2e série, n° 9, 18-III-1880, p. 5/III.

2 “Die kommunalistische Revolution von Paris wirkte wie eine Sturmglocke”, écrit-il encore dans l'historique du mouvement ouvrier espagnol (“Beriche über den Fortgang der sozialistischen Bewegung. — Spanien”) publié dans le Jahrbuch für Sozialwissenschaft und Sozialpolitik, 1880, p. 405. Cf. aussi sa “lettre de Madrid” du 3-XII-1876 (La Révolution, n° 26, 7-XII-1876, p. 2/IV) : “Aux oreilles des vaincus de mai n'ont pu arriver les clameurs d'ardente sympathie qui, de tous les coins de la Péninsule, se sont élevées vers eux ; ils n'ont pu, dans les pontons et les casemates, entendre les protestations de solidarité formulées en Espagne avec plus d'ensemble et d'énergie peut-être que dans aucun pays d'Europe”.

3 “A los trabajadores de Madrid. La fiesta del dos de mayo”, La Solidaridad, n° 16, 30-IV-1870, p. 1/I. Le texte est de Francisco Mora (Anselmo Lorenzo, El Proletariado militante, ed. de J. Alvarez Junco, Alianza Ed., M., 1974, p. 157). Lorenzo, qui reproduit le document (pp. 157-158), note que “aquella iniciativa que impulsó a la Commune de París a derribar la columna de Vendome como monumento erigido a la división, a la insolidaridad y por tanto a la tiranía del triunfador, fue la misma que un año antes inspiró a los internacionales madrileños la protesta contra la fiesta del Dos de Mayo”. Tant Mora, qui reproduit lui-aussi le document (Historia del socialismo obrero espanol desde sus primeras manifestaciones hasta nuestros días, I, Calleja, M., 1902, pp. 65-68), que Lorenzo insistent sur la vigueur des sentiments patriotiques manifestés à l'occasion du 2 Mai.

4 Cf. Jerzy W. Borejsza, “La svolta degli anni 1870-1871 nella storia europea”, Studi Storici, XIV (1973), n° 3, juillet-septembre 1973, p. 632.

5 La Solidaridad, n° 29, 30-VII-1870, p. 1/III — 2/I. Cf. J. Jemnitz, “The First International and the War (1868-1870)”, Acta Historica Academiae Scientiarum Hungaricae, XV (1969), nos 1-2, p. 65. A cette occasion, Pablo Iglesias publie son premier article, “La guerra” (La Solidaridad, n° 35, 10-IV-1870, p. 1/II-III — 2/I) : “ ¿Qué es la guerra ? Un crímen (...). Sí, un crimen que todos, abolutamente todos, y especialmente nosotros, los obreros, pues somos sus principales victimas, debemos combatir, condenar y apostrofar, trabajando todo lo que nos sea posible para que no se lleve a cabo”.

6 Paulino Iglesias, Anselmo Lorenzo, José Mesa y Leompart, Francisco Mora, Hipólito Pauly, Victor Pagés (“ ¿Quién nos paga?”, lettre à La Igualdad du 25-III-1872, publiée dans le n° 42 de La Emancipation, 30-III-1872, p. 2/I). Mais lorsque paraît le journal en juin 1871, Lorenzo et Mora se trouvent à Lisbonne (cf. le témoignage de Lorenzo “découvrant” le journal, op. cit., p. 201). C'est pour l'essentiel Mesa qui est le promoteur de l'opération.

7 Cf. José Alvarez Junco, La ideologia política del anarquismo español (1868-1910), Siglo XXI, M., 1976, pp. 247-277.

8 Dans sa première “lettre d'Espagne” publiée par Le Socialiste (n° 6, 3-X-1885, p. 2/II), Pablo Iglesias se réjouit de ce que “la propagande faite en Espagne par les socialistes a porté ses fruits”, “la masse ouvrière” ayant regardé “avec une profonde indifférence, même avec dédain, les emportements patriotiques de la classe bourgeoise”, à propos de l'affaire des Iles Carolines entre l'Espagne et l'Allemagne. “Il y a quelques annés, ajoute-t-il, devant un fait comme celui des Carolines, le peuple, excité par la presse et les bourgeois, aurait été l'élément le plus important de ces bruyantes manifestations et aurait poussé son enthousiasme jusqu'au délire. Aujourd'hui, il sait parfaitement que la bourgeoisie espagnole, si elle le pouvait, ferait la même campagne de rapine et de brigandage que la bourgeoisie allemande”.

9 “Se optó (..) por salir fuera de España, y se escojió por sitio Lisboa. En esta ciudad esperábamos encontrar seguridad y trabajo, y por consecuencia, tiempo para dedicarse a los tra (ba) jos del Consejo” (“Acta de la sesión 40. Celebrada el dia 3 de Junio de 1871”, in Actas de los Consejos y Comisión federal de la región española (1870-1874), tomo I, Universidad de Barcelona, 1969, p. 63).

10 “El miedo ofusca la razón de los gobiernos reaccionarios y les conduce a extremos tan absurdos como ridículos” signale La Emancipation (“La inquisición de Julio Favre y la Internacional”, n° 2, 26-VI-1871, p. 4/I). Ce n'est qu'en avril-mai 1872 que La Emancipación sera poursuivie, trois numéros (44, 47 et 48) étant dénoncés et saisis, et son directeur de publication, alors V. Pagés, emprisonné. Le premier article visé est d'ailleurs en relation avec la Commune, puisqu'il s'agit de “l'ardente félicitation que nos frères parisiens adressèrent au Congrès de Saragosse” (la section Ferré, l'une des premières sections françaises de l'A. I. T. nées à Paris après la Commune).

11 L'article 19 stipule toutefois qu'“a toda asociación cuyos indivíduos delinquieren por los medios que la misma les proporcione, podrá imponérsele la pena de disolución” (E. Tierno Galván, Leyes Políticas españolas fundamentales 1808-1936), Tecnos, M., 1975, p. 123).

12 Diario de Sesiones, 10-XI-1871, cité par Oriol Vergés Mundó, La I Internacional en las Cortes de 1871, Universidad de Barcelona, 1964, pp. 84-85.

13 N° 22, 13-XI-1871, p. 1/I. Cet article, publié trois jours après la décision parlementaire, est imprimé en caractères gras.

14 La Commune est cependant l'occasion de nuancer avant la Conférence de Londres cette question de la participation à la vie politique. Commentant un document de l'Internationale parisienne paru après la chute de la Commune, La Emancipación (“La Commune no ha muerto!”, n° 2, 26-VI-1871, p. 1/II) relève la “contradicción entre la actitud adoptada por las secciones parisienses de la Internacional en vista de las próximas elecciones, y el sistema del retraimiento que hasta ahora había servido de regla de conducta a casi todas las secciones de la Asociación, y que nosotros hemos aconsejado y seguiremos aconsejando a nuestros compañeros” concluant que “el día que en España podamos hacer otro tanto con probabilidades de triunfo, seremos los primeros en salir del retraimiento político”.

15 Cf. Miguel M. Cuadrado, Elecciones y partidos políticos de España (1868-1931), Taurús, M., 1969, tome I, pp. 49-51.

16 Cité par Francisco Mora, “Recuerdos tel tiempo de la “Commune”, La Revista Socialista, n° 6, 16-III-1903, pp. 172 et 174. Mesa dans son article de 1880 reproduit ce message en soulignant la signification de cette contre-manifestation du 2 Mai : “Déjà pendant la lutte entre Paris et Versailles, et à propos de la fête chauvine du 2 Mai, quelques membres de l'Internationale avaient organisé une réunion pour protester contre cette cérémonie qui n'avait pour but que de perpétuer dans le peuple les haines nationales — soigneusement entretenues par les bourgeois de tous les partis”. Lorenzo (op. cit., pp. 155-160) consacre un chapitre de ses mémoires au 2 Mai, où, après avoir rappelé la portée patriotique de la fête traditionnelle, il signale que “la Sección Madrileña de la Internacional juzgó necesario realizar un acto que fijara la necesidad de establecer la solidaridad humana a través de las fronteras enfrente de la insolidaridad que quieren establecer los tiranos de las naciones”.

17 Cf. Lorenzo, pp. 158-160, Juan José Morato (Biographie de Roberto Robert dans La Libertad recueillie par V. M. Arbeloa dans Líderes del movimiento obrero español 1868-1921, Edicusa, M., 1972, pp. 148-152, et Carlos Seco Serrano (“L'Espagne, la Commune et l'Internationale”, International Review of Social History, XVII (1972), nos 1-2, pp. 227-228).

18 El Pueblo, 3-V-1871, cité par José Alvarez Junco (La Comuna en España, Siglo XXI, M., 1971, p. 53). Cf. aussi María Victoria López-Cordón, “La Comuna de París vista desde España”, in El siglo XIX en España: doce estudios, Planeta, B., 1974, pp. 330-354. Le 1er avril 1872 voyait le jour La Defensa de la Sociedad, dont le sous-titre explicite était “Revista de los intereses permanentes y fundamentales contra las doctrinas y tendencias de la Intemacional, ajena por completo a todo partido político. Religión, familia, patria, trabajo y propiedad”.

19 “Advertencia” signalant l'importance du Manifeste du Conseil général sur la Commune (n° 3, 3-VII-1871, p. 1/I). L'Égalité, organe de l'A. I. T. en Suisse romande annonce l'apparition de La Emancipación en ces termes (III, n° 12, 8-VII-1871, p. 4/II) : “Un nouvel organe ouvrier vient d'être fondé à Madrid, l'Emancipation. Son programme est nettement tracé, il déclare accepter, par rapport à la révolution du 18 mars et à la Commune, la profession de foi contenue dans les articles de l'Égalité” (Il s'agit de la “Declaración” publiée, dans le n° 1 de La Emancipación, 19-VI-1871, p. 1/II-III).

20 “Declaración”, art. cit. Dans son article de 1880 déjà cité, Mesa rappelle que “la Emancipación déclarait, dès son premier numéro, son adhésion absolue, sans réserve ni distinguo aux doctrines proclamées par les ouvriers de la Commune et à ses actes, à tous ses actes...”.

21 Signalons toutefois le Manifeste du 4-VI-1871 signé par Lorenzo et Mora (Cf. J. Alvarez Junco, La Comunaen España, op. cit., pp. 19-20, n. 30).

22 F. Mora, “Recuerdos del tiempo de la Commune”, art. cit., p. 174.

23 Cité par Max Nettlau (Documentos inéditos sobre la Internacional y la Alianza en España, Ed. La Protesta, B. Aires, 1930, p. 39) qui date la lettre de “fin de mayo ο primeros de junio aproximadamente”.

24 L'édition allemande (Karl Marx, Friedrich Engels, Werke, Band 33, Briefe juli 1870 bis dezember 1874, Dietz Verlag, Berlin, 1973, p. 212) ne publie qu'une lettre d'Engels à Mora vers le 20-IV-1871, et encore ne s'agit-il que d'une “Notizen über ein Antwortschreiben”.

25 N° 3, 3-VII-1871, p. 2/I. Entrefilet publiant les résolutions de l'assemblée générale des trente sections de Genève le 16 juin au sujet des veuves et orphelins de la Commune.

26 Protesta. El Consejo federal de la region espanola a todos los trabajadores y a todos los hombres honrados del mundo, Imp. de Pedro Nunez, M., 1871, 1 p. Cette “Protesta” était distribuée avec le n° 19, 23-X-1871, de La Emancipación, et dirigée contre les décisions vers lesquelles s'orientaient les Cortes dans leur débat sur l'A. Ι. Τ.

27 “Lo que somos y lo que queremos”, n° 1, 19-VI-1871, p. 1/I. Ce programme fut rédigé par Lorenzo lorsqu'avec Morago il préparait “original para el periôdico que intentabamos para que sirviera de continuador de La Solidaridad” (Lorenzo, op. cit., p. 201).

28 N° 3, 3-VII-1871, p. 2/I. Outre le Manifeste à l'occasion du 2 Mai 1870 dont nous avons déjà parlé, La Solidaridad publie notamment (n° 33, 27-VIII-1870, p. 1/III — 2/I) “ ¡ ¡ ¡La Patria!!! Definición de esta palabra por un obrero” (l'article est signé Fernando Ocaña). Outre le besoin de définition déjà signalé, cet article défend les mêmes positions idéologiques : “ ¿Qué es la patria? Uno de los mayores crímenes que han establecido ciertos hombres para tiranizar a los demás”.

29 “Sucesos de la semana. — El dos de mayo”, n° 47, 4-V-1872, p. 1/I. Ce numéro sera dénoncé.

30 N° 3, 3-VII-1871, p. 2/II.

31 “La patria”, art. cit.

32 “El bandolerismo por el Estado. — II”, n° 4, 10-VII-1871, p. 1/II.

33 “ ¡Vuelta con Mazzini!”, n° 8, 7-VIII-1871, p. 2/II.

34 “La Commune de Lyon”, n° 2, 4-IX-1871, p. 1/II.

35 N° 1,19-VI-1871, p. 3/III.

36 N° 6, 24-VII-1871, p. 3/III.

37 La souscription est lancée dans le n° 21, 6-XI-1871, p. 1/I.

38 Cf. n° 48, 1-V-1872, p. 1/I, et n° 56, 6-VII-1872, p. 1/I. Les sommes obtenues proviennent principalement de Madrid (près du tiers de la somme totale), San Sebastián, Vitoria, Palma, Alcalá de Henares, Puerto de Sta María, Jerez et Ciudad Real. Au total 29 lieux de souscription (mais 13 ne comptent qu'un seul souscripteur), où, à part Palma, se note l'absence de la Catalogne (deux souscriptions seulement à Barcelone), et 343 souscripteurs (nous comptons comme souscripteur unique les souscriptions collectives, comme celles provenant d'un “centro obrero” ou de la “sección de...”).

39 L'Égalité, art. cit.

40 Cf. n° 6, 24-VII-1871, p. 3/III, n° 18, 16-X-1871, p. 3/I, “El proceso de los Comuneros de París”. n° 10, 21-VIII-1871, p. 2/II-III, et “Los niños de la Commune”, n° 18, 16-X-1871, p. 3/I-II.

41 En particulier Paul Lafargue : cf. n° 10, 21-VIII-1871, p. 2/III, et n° 11, 28-VIII-1871, p. 2/II. Signalons que La Emancipación publie un article de J. Bergeret, présenté comme “Ex-membre de la Commune et du Comité Central”, “El banco del pueblo” (n° 16, 2-X-1871, p. 3/II-III et 4/I), des extraits de son journal publié à Londres sous le titre de “El 18 de marzo” (n° 17, 9-X-1871, p. 3/I-III), ainsi qu'une lettre de Madame La Cécilia, épouse du général de la Commune, à Louise Colet, datée de Genève (n° 1, 28-VIII-1871, p. 3/II-III et 4/I).

42 La publication s'échelonne du n° 3 au n° 12, soit du 3-VII au 4-IX-1871. La première édition parut autour du 13 juin (Répertoire International des sources pour l'étude des mouvements sociaux aux XIXe et XXe siècles. La Première Internationale, A. Colin, P., tome 2, 1961, p. 31, n° 29), en anglais (The Civil war in France. Adress of the General Council of the International working-Men Association, Printed and Published for the Council by Edward Truelove, Londres, 1871, 35 p.), mais la première édition françcaise ne débuta qu'après celle de La Emancipación, dans L'Internationale, organe des sections belges de l'A. I. T. (III, n° 131, 16-VII-1871, au n° 138, 3-IX-1871).

43 “A La Igualdad”, n° 1, 19-VI-187, p. 3/I.

44 “Lo que entendemos por revolución”, n° 2, 26-VI-1871, p. 2/I. L'article est vraisemblablement de Mesa : il y est fait mention de l'itinéraire républicain-fédéral de l'auteur.

45 N° 3, 3-VII-1871, p. 2/III.

46 Cf. n° 12, 4-X-1871, p. 1/III, et n° 11, 28-VIII-1871, p. 2/I. La Emancipación insiste aussi sur le rôle des femmes et des enfants (cf. “Las mujeres de Paris”, n° 2, 26-VI-1871, p. 3/II, et “Los niños de la Commune”, n° 18, 16-X-1871, p. 3/I).

47 Mesa est en France “desde el mes de octubre de 1867” jusqu'en avril 1870, où il est expulsé par décret du ministère de l'Intérieur (selon sa lettre à l'ambassadeur Olózaga, publiée dans La Discusión, XV, n° 491, 13-V-1870, p. 1/V), et il connaît donc bien les mouvements politiques français.

48 Cf. “Los civilizados de la barbarie”, n° 26, 11-XII-1871, p. 1/II-III et 2/I-II ; “La Internacional ante la asamblea de Versalles”, n° 41, 23-III-1872, p. 4/II-III ; “Los deportados de la Commune”, n° 55, 29-VI-1872, p. 4/II-III ; “Los heroes de la Commune”, n° 53, 15-VI-1872, p. 4/II-III ; “Causas económicas de la revolución de París”, n° 86, 15-II-1873, pp. 3 et 4 (Il s'agit de la première partie d'un feuilleton qui n'eut pas de suite). La place centrale qu'occupe la Commune dans le discours de La Emancipación est clairement montrée dans l'article, non spécifiquement consacré à la Commune, “El fín político de la Intemacional” (n° 71, 26-X-1872, p. 1/II) : “No puede darse (dans les résolutions du Congrès de Saint-Imier) condenación más explícita y directa de la Commune de Paris, de aquella gloriosa revolución del 18 de marzo, que tuvo por consecuencia la creación de un poder politico, cuya misión era destruir el poder político de la burguesía, representado en el gobierno de Versalles, y preparar así la emancipación completa del proletariado”.

49 “Recuerdos del tiempo de la Commune”, art. cit., p. 176.

50 “El 18 de marzo” n° 38, 3-III-1872, p. 1/I (l'article est repris dans le numéro suivant). Divers articles recenseront les manifestations des internationalistes espagnols sous le même titre “La fiesta del 18 de marzo” (cf. n° 40, 16-III-1872, p. 1/I ; n° 41, 23-III-1872, p. 3/I-II ; n° 42, 30-III-1872, p. 3/III et 4/I ; n° 43, 6-IV-1872, p. 3/III). En 1872 (cf. “¡¡¡21 de Mayo!!!”, n° 49,18-V-1872, p. 1/I. L'article est imprimé en rouge, seule note de couleur dans tout le journal, et un liseret noir borde la première page), comme en 1873 (cf. “La Commune de Paris. 18 de marzo de 1871”, n° 89, 18-III-1873, p. 1/I-II), La Emancipación ne manquera pas d'honorer la Commune et les communards.

51 L'Égalité, 2e série, n° 10, 24-iii-1880, p. 3/I.

52 Organización social de las secciones obreras de la Federación Regional Española adoptada por el congreso obrere de Barcelona en Junio de 1870, y reformada por la Conferencia regional de Valencia celebrada en Setiembre de 1871, Imp. de N. Ramírez, Β., 1871, p. 6.

53 “La fraternidad burguesa”, n° 5, 17-VII-1871, p. 2/I. Le terme de “bourgeois” est retenu parce qu'il généralise, et ce sur une base morale, le critère économique n'arrivant pas toujours à s'imposer.

54 Protokoll des Internationalen Arbeiter-Congresses Zu Paris. Abgehalten vom 14. bis 20. Juli 1889, Mörlein, Nuremberg, 1890, p. 66. L'intervention est traduite au congrès par Mesa.

55 Aux Cortes par exemple. Ainsi Ríos Rosas (Diario de las Sesiones de las Cortes Constituyentes, VI, 2-XI-1871, p. 3365 b) : “creo que el sentido común de la Europa ha reconocido la identidad, la filiación, la complicidad de la Internacionalidad con la Commune de París”.

56 Op. cit., pp. 155-156 : “las salvas de artillería, las misas al aire libre celebradas en el monumento del Prado, las exequias en San Isidro, la gran parada, la procesión cívica desde dicho templo al mencionado monumento, la alocución del gobemador y la del alcalde, y por último la prensa con sus interminables columnas infladas de frases hechas, ripios y lugares comunes de altisonante y huero patriotismo, todo ello como montón de materia pûtrida fermentando al aire libre obraba sobre los ineducados sentimientos populares y mantenia vivo un rencor estúpido contra un pueblo al que se deben grandes lecciones de humanismo”.

57 Edmondo de Amicis (L'Espagne, Hachette, P., 1884, pp. 170-174) voyageant en Espagne en 1871, ne voit dans la fête du 2 Mai qu'une “vraie fête nationale”, “le seul jour de l'année où se taisent les rancunes des partis, et où tous les cœurs s'unissent dans un sentiment commun”, sans manifestations anti-françaises car “l'Espagne a rejeté toute la responsabilité de la guerre et des massacres qui l'amenèrent sur Napoléon et sur Murat”. En 1872, Luis Teste (Viaje por España, Castalia, Valence, 1959, pp. 184-186) remarque que “desde hace algunos años, se empezaba a descuidar esa procesión conmemorativa. Entre las clases cultas, el odio al francés está extinto ; y, salvo en algunos distritos apartados, también lo esta en el pueblo. El 2 de Mayo no sirve ya de pretexto para violencias contra los franceses establecidos en España, y me he paseado tranquilamente por el Prado, hablando mi lengua, sin haber sido por eso molestado en lo más mínimο”.

58 Ainsi, La Protesta reproduit-elle en 1899, dans son n° 11, l'article “La patria” du n° 3 de La Emancipación (selon J. Alvarez Junco, La ideología político del anarquismo español, op. cit., p. 272).

59 “Pan-latins, pan-germains et pan-compagnie”, L'Égalité, 3e série, n° 22, 7-V-1882, p. 2 (l'article est signé “J. M.”). Dans son article suivant, Mesa revient sur la question (“La théorie des races”, L'Égalité, n° 23, 14-V-1882, p. 2/III) : “Faisons l'union des prolétaires du monde entier, sans distinction aucune, pour attaquer la bourgeoisie de toutes les races et de toutes les nations. Le parti ouvrier ne connaît pas de races mais des classes”.

60 Si pueblo et nación sont ambibalents dans le vocabulaire de la guerre d'Indépendance et des Cortes de Cádiz (cf. María Cruz Seoane, El primer lenguaje constitutional español (Las Cortes de Cádiz), Ed. Moneda y Crédito, M., 1968, p. 7 7), “esta igualdad entre pueblo y nación, como totalidad de población, se fue perdiendo a lo largo del siglo XIX” (María Paz Battaner Arias, Vocabulario político-social en España (1868-1873), Real Academia Española (Anejo XXXVII del Boletín), M., 1977, p. 143).

61 Article 6 : “los miembros de la Asociación Intemacional, deberân poner todos sus esfuerzos, cada uno en su país, para reunir en una Asociación Nacional las diversas sociedades obreras existentes” (Organización de las secciones obreras de la Federación regional española, op. cit., p. 19). Signalons toutefois l'existence, en marge de l'Internationale qui la combat, d'une Association Nationale des Travailleurs dont l'organe était El Nivel (cf. Max Nettlau, La Première Internationale en Espagne (1868-1888), D. Reidel, Dordrecht, 1969, pp. 48-49).

62 “La patria”, n° 3, 3-VII-1871, p. 1/III.

63 Il faudrait ajouter l'utilisation de la patrie par les carlistes dans un sens nettement antilibéral.

64 Patrie est bien le terme polémique. Cf. María Paz Battaner Arias, op. cit., pp. 63-66 :Nación se usa generalmente en el sentido de conjunto de hombres unidos por un ordenamiento jurídico ; se opone a patria, por lo que tiene este término de pasional frente a lo racional y ordenado de nación (...). Patria sigue teniendo, como en los años anteriores, una carga sentimental y pasional que la hace ser usada mucho más como ideal que como la define el Diccionario de la Real Academia de 1869 : “El lugar, ciudad ο país que se ha nacido” (...). La palabra patria es conflictiva, sobre todo para la Internacional, que se atienden al concepto localista de la palabra”.

65 Reproduite par Francisco Mora dans son article de 1903 déjà cité. Engels, dit-il, répondit à ses demandes sur le sort des communards “con la siguiente carta, que publicamos sin comentarios y sin alterar en lo mâs mínimo su ortografía y en la que se da idea clara del estado de ánimo en que se encontraba a la sazón nuestro amigo Engels”.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter