Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Communautés nationales et marginalité dans le monde ibérique et ibéro-américain

 | 
Jean-René Aymes

Espagne

Quelques versions d'une lettre apocryphe de Juan de Padilla

Françoise Vigier

Texte intégral

1Dans son ouvrage sur les Comunidades de Castille, Joseph Pérez souligne la portée révolutionnaire du concept de nation dans la pensée politique comunera.

  • 1 Cf. Joseph Pérez, La Révolution des “comunidades” de Castille (1520-1521) (Bordeaux, Institut d'Ét (...)

“Pour la première fois en Europe, écrit-il, le concept de nation se dégage de sa gangue traditionnelle et apparaît comme une arme de combat contre la monarchie et l'aristocratie. En ce sens, les Comunidades de Castille constituent bien, selon le mot de Maravall, la première révolution des temps modernes.”1.

2Ce conflit entre le pouvoir royal et la souveraineté nationale qui caractérise les Comunidades se reflète jusque dans les anecdotes rapportées par les chroniqueurs sur les derniers moments des chefs comuneros au lendemain de la bataille de Villalar.

  • 2 Cette chronique manuscrite, intitulée Historia y relación de lo sucedido en España desde la muerte (...)
  • 3 La relation anonyme dit au fol. 175 v ° : “Y otro día por los señores del Consejo fue echo proceso (...)
  • 4 Cf. la relation anonyme fol. 175.
  • 5 Sandoval rapporte ainsi la scène p. 438 :
    “Como Juan Bravo oyô decir en el pregôn que los degollaba (...)

3Ainsi, dans la relation longtemps attribuée à Gonzalo de Ayora2, Juan Bravo s'insurge violemment contre les trois chefs d'accusation proclamés par le crieur public : trahison, instigation à la révolte et usurpation du pouvoir royal3. “Mientes tú, y aún quien lo manda”. réplique-t-il au pregonero et, rejetant l'accusation de trahison, il s'érige en garant du bien commun (“Traydor no, mas zeloso del bien público sí”4) et même, dans la version de Sandoval, en défenseur de la liberté du royaume (“y defensores de la libertad del reino”)5.

  • 6 Cf. Joseph Pérez, op. cit., p. 319, note 180. Nous n'avons pas vu cette copie conservée sous la co (...)

4Une autre anecdote a retenu notre attention car elle nous a semblé jouir d'une assez large audience, tant auprès des contemporains qu'à une époque plus tardive. Il s'agit de la lettre d'adieu de Juan de Padilla à sa femme Dona Maria Pacheco. Cette lettre nous est parvenue dans plusieurs versions : au moins trois du XVIe et une du début du XVIIe siècle, celle de Sandoval, sans compter la copie de la Bibliothèque Nationale de Lisbonne citée par Joseph Pérez6.

5C'est à l'analyse de cette lettre et à l'examen de plusieurs de ses versions que nous consacrerons cette brève étude.

Les versions dans leur contexte

  • 7 Nos recherches ont porté sur la Relación d'Alcocer, les chroniques de Santa Cruz, Pero Mexia, Juan (...)
  • 8 Dans la relation anonyme, la lettre à Doña María Pacheco est précédée d'une lettre d'adieu à la vi (...)

6Au cours de nos recherches — bien entendu non exhaustives —7 dans les récits et chroniques contemporains, nous n'avons trouvé la lettre qu'une fois, dans la relation des Comunidades longtemps attribuée à Gonzalo de Ayora8. Après le récit de l'exécution des chefs comuneros puis du siège et de la soumission de Valladolid, le chroniqueur fait un retour en arrière pour introduire ainsi les lettres de Juan de Padilla à sa femme et à Tolède : “Ahora sabed que Juan de Padilla antes que muriese envió una carta a Toledo y otra a su mujer que decían ansí...”

  • 9 Cf. Gaspar de Texeda, Primero libro/de cartas mensageras, en estilo/Cortesano, pa(ra) diverses fin (...)

7Nous avons découvert une deuxième version de cette lettre dans un ouvrage contemporain d'un genre bien différent : le premier livre de “cartas mensageras” de Gaspar de Texeda dans sa troisième édition, datée de 1553, soit 3 ans avant l'abdication de Charles Quint9.

  • 10 Ces deux lettres “De un cardenal a otro para que favorezca una causa” (fols. XIII v ° - XIIII r °) (...)

8Destiné à un large public, ce manuel épistolaire regroupe plus de trois cents modèles de lettres écrites “en estilo cortesano” et variant par leur objet, leur ton et la qualité des auteurs et destinataires. La lettre qui nous intéresse, absente de la deuxième édition, s'insère dans le recueil entre deux lettres d'un cardinal à un autre10. Elle se présente de façon anonyme, les noms de l'auteur, du destinataire et des personnages historiques cités dans la lettre ayant été supprimés. Elle porte le titre suivant : “De un cavallero moço preso en poder de un rey estraño a su muger estando sentenciado a degollar. Y despidiéndose della con estos renglones desde el cadahalso.”

9La présence de cette lettre parmi d'autres missives aux fins plus strictement utilitaires, son titre même ne laissent pas d'intriguer le lecteur moderne. Le décor tragique de l'échafaud et l'imminence de l'exécution (“desde el cadahalso”, “estando sentenciado a degollar”), la jeunesse et la qualité de la victime (“un cavallero moço”) et les liens qui l'unissent au destinataire concourent à dramatiser la scène et à frapper le lecteur.

  • 11 A ce propos, cf. Maravall, op. cit., pp. 49 et suiv. et Joseph Pérez, op. cit., chap. 4.

10La mention “preso en poder de un rey estrano” suggère l'exécution d'un prisonnier de guerre, entourant sa mort d'une certaine aura de patriotisme. L'équation implicite “Rey estraño” = Charles Quint nous semble significative puisqu'elle coïncide avec l'un des facteurs de la révolution des Comunidades : l'opposition au roi étranger et à son entourage11.

11Une telle lettre, difficilement imprimable si elle avait désigné nommément Juan de Padilla et sa femme, pouvait passer plus facilement inaperçue dans un recueil de ce genre, surtout dans une nouvelle édition revue et corrigée. Sa présence dans cet ouvrage pourrait être interprétée comme le reflet des opinions plus ou moins favorables aux Comunidades de son auteur.

12Faute d'informations historiques sur Gaspar de Texeda qui nous permettent d'étayer cette interprétation nous ne pouvons qu'en avancer prudemment l'hypothèse. Cependant, il est vraisemblable que pour les lecteurs qui reconnaissaient la lettre apocryphe de Juan de Padilla, le titre devait être chargé d'une certaine valeur subversive.

  • 12 Cf. Papeles políticos de Estado, t. 37, Mss. 9405, fol. 337 r °. La lettre figure parmi des docume (...)

13La troisième version se présente sous la forme d'une copie du milieu du XVIe siècle, conservée à la Bibliothèque Nationale de Madrid et intitulée : “Copia de un papel que Don Juan de Padilla embió a Doña María de Padilla su muger dos horas antes que le sacasen a degollar, y de su respuesta”12. Devant un tel titre, trois remarques s'imposent : comme dans la deuxième version, l'accent est mis sur l'imminence de l'exécution (“dos horas antes”) ; contrairement à l'usage dans les textes contemporains, le nom de Juan de Padilla est ici précédé du Don et sa femme, au lieu d'apparaître sous le nom de Doña María Pacheco qui la désigne habituellement, porte le nom de son mari. Erreur du copiste ou changement intentionnel, il est difficile de se prononcer. Enfin, la lettre de Padilla est suivie d'une réponse de sa femme qui ne figure dans aucune des versions citées.

  • 13 Cf. Sandoval, op. cit., p. 439. A noter que J. Quevedo, traducteur de la relation de Juan Maldonad (...)

14La quatrième version, la plus connue, apparaît dans la chronique de Fray Prudencio de Sandoval, Historia de la vida y hechos del Emperador Carlos Quinto, après le récit de l'exécution de Juan de Padilla et les réflexions inspirées à l'auteur par la personnalité du chef comunero13.

Analyse de la lettre

15La lettre de Juan de Padilla à sa femme s'inscrit dans une tradition rhétorique qui remonte à l'Antiquité et dont les Heroïdes d'Ovide offrent l'illustration la plus remarquable.

16Au Moyen Age et à la Renaissance, la lettre occupe une place privilégiée parmi les praeexercitamenta, exercices scolaires qui constituent la base de l'enseignement de la rhétorique.

17Modèle de lettre rhétorique, comme la plupart de celles qui abondent dans les écrits contemporains, la lettre de Padilla est composée suivant les règles fixées par les artes dictaminis : salutatio, exordium, expositio, petitio et conclusio.

18Qu'il s'agisse d'une inspiration directe ou de l'imitation commune de modèles rhétoriques préétablis, cette lettre rappelle particulièrement celles des héros de Diego de San Pedro ou encore les lettres incluses dans le Marco Aurelio d'Antonio de Guevara.

  • 14 Nous citons d'après la version de Sandoval.
  • 15 Cf. Diego de San Pedro, Cárcel de Amor (Madrid, Castalia, 1971) p. 99, première lettre de Leriano  (...)

19Ainsi, la structure hypothétique et comparative de l’exordium (“si vuestra pena no me lastimara más que mi muerte, yo me tuviera enteramente por bienaventurado.”)14 semble calquée sur la première et la troisième lettres de Leriano à Laureola dans la Cárcel de Amor ou la deuxième et la troisième lettres d'Arnalte à Lucenda dans le Tractado de amores de Arnalte y Lucenda15.

  • 16 Cf. par exemple Diego de San Pedro, Cárcel de Amor, p. 99 : “y si porque lo hize te pareciere que (...)
  • 17 Ibid. p. 100 : “Aunque Leriano, segund su grave sentimiento, se quisiera más estender, usando de l (...)

20Comme dans ces œuvres, on retrouve une prose fortement articulée et rythmée, l'usage de figures comme le parhomocon16 (“no me lastimara más que mi muerte”), la traductio (“que por alargar la vida alargo la carta”, “no escribo porque no oso, que aunque fuí su hijo en osar perder la vida...”), l'oppositio (“el cuchillo de vuestro dolor y de mi descanso”), le jeu sur le double sens de “pena” (“dejando esta pena”)17 et les formules d'abbreviatio (“quisiera tener más espacio...” , “No quiero más dilatar...”).

  • 18 L'intention consolatrice s'exprime par un optatif : “Quisiera tener más espacio del que tengo para (...)

21Il s'agit à la fois d'une lettre de consolation (consolatoria), de persuasion (suasoria) et de l'expression des dernières volontés de l'auteur18.

  • 19 Cf. Joseph Pérez, op. cit., p. 319, note 180 : “Juan Bravo protestant contre le jugement qui les c (...)
  • 20 Ainsi, le “si vuestra pena no me lastimara más que mi muerte” correspond au “Más me pesa de tu sen (...)

22Le double message, sentimental et politique, dont elle est porteuse apparaît encore plus clairement quand on la rapproche des anecdotes sur la fin exemplaire de Juan de Padilla19 et de la lettre à Tolède à laquelle elle se trouve liée par d'intimes correspondances de fond et de forme20.

  • 21 Dans la Cárcel de Amor de Diego de San Pedro, le terme “corona” est employé dans ce sens p. 105 : (...)
  • 22 Cf. Sandoval, op. cit., p. 439 : “A ti que por derramamientos de sangres extrañas como de las tuya (...)

23L'amour conjugal s'y exprime avec une émotion contenue tandis que les sentiments qui dominent les derniers moments du condamné sont la sérénité (“bienaventurado”, descanso”), le courage et le souci de l'honneur (“No quiero mâs dilatar, por no dar pena al verdugo que me espera, y por no dar sospecha que por alargar la vida alargo la carta.”). Pour Padilla, la mort, que seule assombrit la douleur de sa femme, est reçue comme un bien (“bienaventurado”, “señalado bien hace Dios al que la da tal”, “de él recibida en algún servicio”). C'est une mort juste (“siendo ella tan justa”) ce qui n'implique pas ici un aveu de culpabilité et la reconnaissance d'un châtiment justifié, mais la conviction d'avoir lutté et de mourir pour une juste cause. D'où l'emploi du terme “corona” (“ni yo querría más dilación en recibir la corona que espero”) qui suggère à la fois la couronne du martyre et l'honneur et la gloire de mourir pour la patrie21. C'est d'ailleurs l'idée qui prédomine dans la lettre à Tolède, où le combat des comuneros est implicitement assimilé aux luttes de libération de la Reconquête22.

  • 23 Cf. José Antonio Maravall, op. cit., p. 62 : “Hubo un grupo hostil a la entronizacion en Castilla (...)
  • 24 Cf. Sandoval, op. cit., p. 439 : “aunque fuí su hijo en osar perder la vida, no fuí su heredero en (...)

24L'allusion au père du comunero, Pero Lopez de Padilla, à qui Juan de Padilla n'ose écrire (“que aunque fui su hijo en osar perder la vida, no fui su heredero en la ventura”) rappelle le rôle joué par ce partisan convaincu de Ferdinand le Catholique lors de la crise de succession ouverte par la mort de la Reine Isabelle23. Mais si tous deux ont exposé leur vie au service d'une cause, l'issue n'aura été fatale que pour le fils qui en impute la responsabilité à la fortune adverse24.

  • 25 Il pourrait s'agir du Bachiller Juan de Sosa, Chapelain de Doña María Pacheco.
  • 26 C'est ce que l'on pourrait penser à la lecture de la lettre à Tolède où il est question de quelqu' (...)

25Quant à l'allusion finale à Sosa, témoin des derniers instants du condamné25, elle peut être prise à double sens, les termes “lo secreto de mi voluntad” suggérant à la fois les sentiments intimes et les dernières volontés de Padilla, c'est-à-dire l'expression en termes voilés d'un appel à poursuivre la lutte26.

26Ainsi, le message sentimental ne doit pas nous dérober le message politique : exemplarité d'une mort au service de la patrie et même probablement exhortation à continuer la lutte que mènera effectivement la veuve de Padilla à Tolède dans les neuf mois qui suivront la bataille de Villalar.

Quelques remarques sur les variantes du texte

  • 27 La leçon “desgracia” donnée par la chronique manuscrite, au lieu de “desdicha” dans les trois autr (...)

27A part quelques différences de graphie, de ponctuation et quelques variantes peu significatives les versions A et D sont identiques. Sans exclure l'hypothèse d'une source commune, il est probable que la version D dérive de la version A incluse dans une chronique à laquelle Sandoval semble avoir fait de nombreux emprunts27.

  • 28 Ibid., p. 439 : “No quiero más dilatar, por no dar pena al verdugo que me espera, y por no dar sos (...)
  • 29 Il est possible qu'il s'agisse de la promesse, en termes voilés, de continuer la lutte.

28La copie de la B. N. M., quant à elle, offre par rapport aux versions A et D, quelques variantes sans incidence sur le sens du texte. Citons par exemple : “por del todo bienaventurado” pour “enteramente por bienaventurado” ; “que pues a todos es tan cierta” à la place de “siendo a todos tan cierta” ; “señalado bien hace Dios a quien la da” pour “señalado bien hace Dios al que la da tal” ; “que sea de algunos llorada” au lieu de “aunque sea de muchos plañida” et l'absence de jeu sur le double sens de pena. Elle comporte également quelques ajouts et suppressions par rapport à ces deux versions, la seule suppression réellement importante étant celle de la formule d'abbreviatio qui précède la conclusion de la lettre28. Enfin, comme nous l'avons déjà souligné, cette version manuscrite (version C) est la seule à comporter une réponse. Celle-ci peut être considérée comme la réplique de la lettre de Padilla, même si elle a pu être écrite par un auteur différent. La forme comparative de l'exordium s'y retrouve et les termes “me recojo al abismo de mi soledad y amargura” font pendant à la conclusio de la lettre de Padilla : “tomando el cuchillo de vuestro dolor y de mi descanso”. Par contre, la douleur s'y exprime en des termes très forts (“congojas”, “sobresalto”, “apretado coraçón”, “rebentar”) qui contrastent avec la sérénité et la retenue de la lettre de Padilla. De même, dans la salutatio et les vocatifs (“senor mío” “señor de mi alma”), la tendresse s'exprime avec moins de réserve que dans la lettre de Padilla (“señora”, “vos Señora”). Dans la petitio l'auteur exhorte son mari à une mort chrétienne, libre de toute autre préoccupation, en lui promettant d'accomplir ses dernières volontés29.

29La version incluse dans le recueil de Gaspar de Texeda (version B) est celle qui s'éloigne le plus des autres par le rythme de la prose et par le texte lui-même. Presque toutes les variantes nous semblent de nature à banaliser la lettre en gommant ses effets stylistiques. Cela est particulièrement sensible dans les inversions de périodes et de termes : postposition de l'hypothèse dans l'exordium, absence des antépositions expressives qui conféraient au texte un style bien caractéristique, par exemple celles des pronoms (“a todos”, “a mí”, “de nadie”) ou des compléments (“mi alma” postposé au lieu de “mi ánima” placé en tête de la phrase). Certaines figures stylistiques sont également absentes : la traductio (“oso”/“osar”), le parallélisme (“hijo”/heredero dont le deuxième terme est remplacé par le pronom “lo”), le jeu sur le double sens de “pena”. Certains ajouts alourdissent le texte (“de la mano”, “los filos del cuchillo”) ou semblent en contresens par rapport à l'ensemble (“más que la mía”). Par contre, d'autres paraissent confirmer l'hypothèse que nous a suggérée le titre. Ainsi, Texeda remplace “no yo querría mas dilación en recebir la corona que espero” par “ni querría más dilación en recebir la corona que reciben los que desta manera sirven a sus príncipes”, ce qui, à la lumière du titre, prend une résonance ambiguë qui pourrait masquer une intention subversive. Il nous est difficile de tirer des conclusions de ces nombreuses variantes dont nous n'avons cité que les plus remarquables. Qu'il s'agisse d'une adaptation au contexte du recueil, de la transcription d'une version défectueuse ou de modifications dictées par la prudence et visant à déjouer la censure, toujours est-il que la qualité stylistique du texte s'en ressent.

***

30Ainsi, l'étude de ces quelques versions de la lettre apocryphe de Juan de Padilla nous induit à penser qu'elle connut une assez grande diffusion au XVIe siècle et que les milieux favorables aux Comunidades ne durent pas être étrangers à cette popularité. Sa curieuse présence dans le recueil de missives de Gaspar de Texeda nous semble particulièrement significative à cet égard. Modèle de lettre rhétorique, elle était chargée d'un message sentimental mais aussi, nous semble-t-il, d'un message politique qui, pour s'exprimer en termes voilées, n'en avait pas moins de portée.

Annexes

APPENDICE

Version A (Palais Royal) - fol. 176.

Señora

Sy vuestra pena no me lastimara mas que mi muerte yo me tuviera enteramente por bienventurado que seyendo a todos tan ciertos (sic) señalado bien aze dios al que la da tal aunque sea de muchos planida y dél rreçebida en algún servicio.

Quisiera tener más espacio del que tengo para escrebiros algunas cosas para vuestro consuelo, ni a mí me le dan ni yo querría mâs dilación en rreçebir la corona que espero.

Vos, señora, como cuerda llorá vuestra desgracia e no mi muerte que seyendo ella tan justa, de nadie deve ser llorada. Mi anima, pues ya otra cosa ya no tengo dexo en vuestras manos. Vos, sefiora, lo hazed con ella como con la cosa que mâs os quiso. A Pero Lopez, mi sefior no escrivo porque no oso, que aunque fue (sic) su hijo en osar perder la vida no fue (sic) su eredero en la ventura.

No quiero más dilatar por no dar pena al verdugo que me espera e por no dar sospecha que por alargar la vida alargo la carta. Mi criado Sosa como testigo de vista e de lo secreto de mi voluntad os dirá lo demás que aquí falta e ansí quedo dexando esta pena [esperando] el cuchillo de vuestro dolor e de mi descanso.

Version Β (Gaspar de Texeda) fol. XIIII 2e.

Señora

Creedme que me tuviera por bienaventurado si no me lastimara vuestra pena más que la mía, ni mi muerte, la qual siendo tan cierta para todos parece que puede ser alivio, tomalla por lo que yo la recibo.

Quisiera tener espacio para serviros en escrevir algunas cosas para vuestro consuelo, ni me le dan a mí, ni querria más dilación en recebir la corona que reciben los que desta manera sirven a sus príncipes.

Y vos señora lloraréys vuestra desdicha y no mi muerte porque siendo tan justa, no deve ser llorada de nadie.

No tengo que dexar en vuestras manos sino el alma, hazed con ella como con la cosa que más os quiso. Y no escrivo a fula (no) mi señor acordándome que aunque soy su hijo en osar perder la vida no lo he podido ser en la ventura, que es la cosa del mundo que más podrá y lastimalle. No (v°) quiero dilatarme más por no detener al verdugo.

Y porque no aya sospecha de mí que alargo la carta por alargarme la vida, pues que ful (ano) mi criado testigo de vista de lo secreto de mi voluntad dirá lo demás que dexo de dezir. Y así acabo con que en dexando la pluma de la mano harán su officio los filos del cuchillo de vuestro dolor y de mi descanso.

Version C (copie de la B. N. M.) fol. 337.

Señora,

Si vuestra pena no me lastimara más que mi muerte, yo me tubiera por del todo bienaventurado : que pues a todos es tan cierta, señalado bien haze Dios a quien la da, que sea de algunos llorada, y dél recivida en algún servicio.

Quisiera tener más espacio en que escriviros algunas cossas para vuestro consuelo, pero ni a mí me lo dan ni yo pretendo que aya dilaçión en reçivir la corona que espero.

Vos, señora, como cuerda, llorad vuestra desdicha, y no mi muerte, que siendo ella tan justa, de nadie debe ser llorada.

Mi ánima (pues otra cosa no tengo) dejo en vuestras manos.

Vos, señora, haced con ella como con la cosa que más os quiso en este mundo.

A Pero López mi Señor no escrivo porque no me atrevo y porque aunque fui su hijo en osar perder la vida no fui su heredero en la ventura.

Mi criado Sosa (como testigo de vista de lo secreto de mi voluntad) os dirá lo más que aquí falta, y así quedo dejando la pluma, y tomando el cuchillo de vuestro dolor y de mi descanso.

Version D (Sandoval) p. 439.

Señora :

Si vuestra pena no me lastimara más que mi muerte, yo me tuviera enteramente por bienaventurado.

Que siendo a todos tan cierta, senalado bien hace Dios al que la da tal, aunque sea de muchos plañida, y de él recibida en algún servicio.

Quisiera tener más espacio del que tengo para escribiros algunas cosas para vuestro consuelo : ni a mí me lo dan ni yo querría más dilación en recibir la corona que espero.

Vos, señora, como cuerda, llorá vuestra desdicha y no mi muerte que siendo ella tan justa, de nadie debe ser llorada.

Mi ánima, pues ya otra cosa no tengo, dejo en vuestras manos.

Vos, señora, lo haced con ella como con la cosa que más os quiso.

A Pero López, mi señor, no escribo porque no oso, que aunque fuí su hijo en osar perder la vida no fuí su heredero en la ventura.

No quiero más dilatar por no dar pena al verdugo que me espera, y por no dar sospecha que por alargar la vida alargo la carta.

Mi criado Sosa, como testigo de vista e de lo secreto de mi voluntad os dirá lo demás que aquí falta, y así quedo dejando esta pena esperando el cuchillo de vuestro dolor y de mi descanso.

Réponse (Vercion C)

No sé señor mío, si me lastimó vuestro villete más que tas congojas en que me han puesto la sentencia de vuestra muerte y el sobresalto de su execuçión : porque aunque ningún otro alivio pudiera llegar a mi apretado coraçón para que no rebentara, he quedado tal, que entiendo que es impossible que el desdichado punto que esperáis no sea el ultimo de mi vida. Y mientras se detiene, por el postrer regalo que podéis hazerme, os pido, señor de mi alma, que de tal manera os dispongáis al trabajo presente, que poniendo los ojos en solo Dios, los aparteis de quanto pudiere causaros pena, yendo tan satisfecho de que haré lo que me mandáis (si viniere) como lo estubistéis siempre de mi obediencia y amor. Y porque no puedo pasar de aquí, me recojo al abismo de mi soledad y amargura.

Notes

1 Cf. Joseph Pérez, La Révolution des “comunidades” de Castille (1520-1521) (Bordeaux, Institut d'Études Ibériques et Ibéro-Américaines, 1970). p. 568.

2 Cette chronique manuscrite, intitulée Historia y relación de lo sucedido en España desde la muerte del Rey D. Fernando el Católico en el año 1516 hasta el fin de las Comunidades, y perdón y sentencias se trouve à la Bibliothèque du Palais Royal (II - 1496) et à la Bibliothèque Nationale de Madrid (Mss. 1779). La lettre figure au chapitre L : fols. 227 v ° - 228 r ° dans l'exemplaire de la B. N. et fol. 176 dans celui de la Bibliothèque du Palais Royal auquel renvoient nos citations.
En tête du manuscrit de la B. N. on peut lire une note, d'une écriture bien postérieure au texte, qui en attribue la paternité à Gonzalo de Ayora. Cette attribution est plus que douteuse, comme l'a démontré notamment E. Cat dans son “Essai sur la vie et les ouvrages du chroniqueur Gonzalo de Ayora suivi de fragments inédits de sa chronique” in Bulletin de correspondance africaine III (Paris, Leroux, 1890) pp. 30-33.

3 La relation anonyme dit au fol. 175 v ° : “Y otro día por los señores del Consejo fue echo proceso contra los culpados que fueron juan de Padilla y Juan Brabo y Maldonado y mandaronlos degollar en la plaza pública con voz de pregonero que decía : a estos traydores y alborotadores de pueblos y usurpadores de la corona real mandan los degollar por ello.”
Voir aussi Sandoval (Prudencio de), Historia de la vida y hechos del emperador Carlos V (Madrid, Atlas, 1955-56) B. A. E. t. LXXX p. 438 : “Y acabados de confesar los sacaron en sendas mulas, y el pregón decía :
“Esta es la justicia que manda hacer Su Majestad y su condestable, y los gobemadores en su nombre, a estos caballeros : mándanlos degollar por traidores y alborotadores de pueblos y usurpadores de la corona real, etc.”
Les faits sont rapportés de façon beaucoup plus laconique par Alcocer, Santa Cruz, Pero Mexía et Juan Maldonado.

4 Cf. la relation anonyme fol. 175.

5 Sandoval rapporte ainsi la scène p. 438 :
“Como Juan Bravo oyô decir en el pregôn que los degollaban por traidores, volviὁse al pregonero verdugo, y díjole : Mientes tu, y aùn quien te le manda decir ; traidores no, mas celosos del bien publico si, y defensores de la libertad del reino.”
En ce qui concerne les notions de “bien común” et de liberté voir José Antonio Maravall, Las Comunidades de Castilla. Una primera revolución moderna (Madrid, Revista de Occidente, 1963) pp. 106-117 et chapitre IV, p. 165.

6 Cf. Joseph Pérez, op. cit., p. 319, note 180. Nous n'avons pas vu cette copie conservée sous la cote Ms. 3776, f. 37 r ° et v °. Joseph Pérez précise qu'elle ne comporte ni le nom de l'auteur ni celui du destinataire.
A noter que nous publions, en appendice, la confrontation des quatre versions que nous dénommerons respectivement A, B, C et D pour la commodité de l'exposé.

7 Nos recherches ont porté sur la Relación d'Alcocer, les chroniques de Santa Cruz, Pero Mexia, Juan Maldonado et la Historia crítica y documentada de las Comunidades de Castilla de Danvila in Memorial Histórico Español, tomes XXXV-XL (Madrid, viuda e hijos de Tello, 1897-1900). Nous avons également consulté le Floreto de anécdotas y noticias diversas que recopiló un fraile domínico residente en Sevilla a mediados del siglo XVI in Memorial Historico Español, t. XLVIII, divers manuscrits sur les Comunidades conservés à la B. N. de Madrid et les Pliegos sueltos sobre el Emperador Carlos Quinto (relaciones en prosa) (Valence, 1958).
Aucun des ouvrages que nous venons de citer ne renferme la lettre qui nous intéresse.

8 Dans la relation anonyme, la lettre à Doña María Pacheco est précédée d'une lettre d'adieu à la ville de Tolède. Dans l'ouvrage de Sandoval Tordre des deux lettres est inversé.

9 Cf. Gaspar de Texeda, Primero libro/de cartas mensageras, en estilo/Cortesano, pa(ra) diverses fines y propósitos, con los titulos y/cortesías q (ue) se usan en to-/dos los estados (Valladolid, Sebastián Martínez, 1553) Β. N. M. : R. 12721. La lettre se trouve au fol. XIII r °-v °.
Cette troisième édition du recueil de Texeda présente un certain nombre de remaniements par rapport à la précédente intitulée : Cosa Nueva/Texeda/Estilo de escrevir cartas/mensageras/Cortesanamente/a diverses fines y conceptos/con los títulos y cortesías/que se usan (Valladolid, Sebastián Martínez, 1549) N. N. M. : R 12722.
Nous n'avons pas pu consulter la première édition où le nom de l'auteur est caché sous une énigme au verso du frontispice. Un exemplaire est conservé à la Bibliothèque de la Hispanic Society à New York. Le titre est le suivant : Cosa nueva. Este es un estilo de escrevir cartas mensageras, sobre diversas mate-/rias como se usa. Con los títulos y cortesías/Compuesto por un cortesano. Y dirigi/do al Illustríssimo y reverendíssimo/Señor/Don Juan Poggio, obispo de Tropes/Nuntio de España, etc. (Zaragoza, Bartolomé Nagera, 1547).
Un deuxième livre paraît chez le même éditeur en 1552 : Segtindo libro de cartas mensageras, en estilo cortesano, a infinites propósitos. Con las diferencias de cortesías y sobreescriptos que se usan B. N. M. : R-i 49.
En dehors de ces deux recueils de lettres, Gaspar de Texeda a publié un manuel d'arithmétique pratique et le Memorial de criança y vanquete virtuoso para criar hijos de grandes y otras cosas (Zaragoza, George Coci por Pedro Bernuz, 1548), réédité de nos jours dans la Revue Hispanique, t. XXIII, New York - Paris 1910 et 1940.
Nous préparons actuellement une étude sur les manuels épistolaires du XVIe siècle et particulièrement ceux de Gaspar de Texeda. Notre travail comprendra des recherches sur cet auteur dans les Archives de Simancas.

10 Ces deux lettres “De un cardenal a otro para que favorezca una causa” (fols. XIII v ° - XIIII r °) et “De un cardenal a otro diziendo el mal sucesso de la guerra” (fols. XIIII v ° XV r °) figuraient aussi dans l'édition de 1549 parmi les lettres de cardinaux qui ouvrent le recueil après les “Avisos para cartas” (fol. XI r ° - v ° pour la première et XI v ° et XII r ° pour la deuxième).

11 A ce propos, cf. Maravall, op. cit., pp. 49 et suiv. et Joseph Pérez, op. cit., chap. 4.

12 Cf. Papeles políticos de Estado, t. 37, Mss. 9405, fol. 337 r °. La lettre figure parmi des documents datés du début du XVIIe siècle. Au bas de la lettre on trouve : “quien fue suyo” suivi d'une signature simulée de Padilla. L'écriture est très soignée.

13 Cf. Sandoval, op. cit., p. 439. A noter que J. Quevedo, traducteur de la relation de Juan Maldonado reproduit en note d'après Sandoval les lettres de Padilla à sa femme et à Tolède. Il les introduit ainsi : “Como nada puede dar a conocer las intenciones, los sentimientos y el valor de Juan de Padilla mejor que las palabras que escribió cuando con la batalla y la libertad había perdido todas sus esperanzas, cuando ya veía levantada sobre su cabeza la cuchilla que habia de terminer sus días dentro de pocos momentos, me ha parecido copiar las dos cartas que escribió en la cárcel de Villalar, una para su esposa y otra para la ciudad de Toledo”. Las trae D. Prudencio Sandoval en el libro 9 § 23. Cf. Juan Maldonado, La revolución comunera (Madrid, Centre, [1975]).

14 Nous citons d'après la version de Sandoval.

15 Cf. Diego de San Pedro, Cárcel de Amor (Madrid, Castalia, 1971) p. 99, première lettre de Leriano : “Si toviera tal razón para escrevirte como para quererte, sin miedo lo osara hazer.” troisième : “Antes pusiera las manos en mi para acabar la vida que en el papel para començar a escrevirte, si de tu prisión huvieran sido causa mis obras como lo es mi mala fortuna.” (p. 124) ; voir aussi p. 115 (respuesta de Leriano) et p. 118 (Leriano al Rey). Dans le Tractado de amores de Arnalte y Lucenda (Madrid, Castalia, 1973), voir les lettres 2 et 3 d'Arnalte à Lucenda (pp. 106 et 114) et la deuxième lettre de Lucenda (p. 138). Comme l'a montré Augustin Redondo dans son article sur “Antonio de Guevara y Diego de San Pedro : las “cartas de amores” del Marco Aurelio” in Bulletin Hispanique, t. LXXVIII, n ° 3-4, Juillet-Décembre 1976, pp. 226-239, la lettre XVII de Marco Aurelio à Macrina est calquée sur la deuxième lettre d'Arnalte à Lucenda d'où les coïncidences textuelles (cf. article p. 236).

16 Cf. par exemple Diego de San Pedro, Cárcel de Amor, p. 99 : “y si porque lo hize te pareciere que merezco muerte, mándamela dar, que muy mejor es morir...”

17 Ibid. p. 100 : “Aunque Leriano, segund su grave sentimiento, se quisiera más estender, usando de la discreción y no de la pena no escrivió más largamente, porque para hazer saber a Laureola su mal bastava lo dicho”. Voir à ce sujet l'article de Francisco Rico, “Un penacho de penas”, in Romanistisches Jahrbuch, XVII, 1966, pp. 274-284.

18 L'intention consolatrice s'exprime par un optatif : “Quisiera tener más espacio del que tengo para escribiros algunas cosas para vuestro consuelo”. La volonté de persuasion suscite l'emploi de l'impératif et l'invocation à la sagesse du destinataire : “Vos, señora, como cuerda, llora vuestra desdicha, y no mi muerte, que siendo ella tan justa, de nadie debe ser llorada”.
En ce qui concerne les différents types de lettres voir par exemple le Manual de escribientes d'Antonio de Torquemada, datant du milieu du XVIe siècle, édité par Maria Josefa C. de Zamora et A. Zamora Vicente (Madrid, Aguirre, 1970). Anejo XXI du B. R. A. E., p. 198.

19 Cf. Joseph Pérez, op. cit., p. 319, note 180 : “Juan Bravo protestant contre le jugement qui les condamne à mort pour trahison et s'attirant la réplique fameuse de Padilla : “Señor Juan Bravo, ayer era día de pelear como caballero y hoy de morir como cristiano”.

20 Ainsi, le “si vuestra pena no me lastimara más que mi muerte” correspond au “Más me pesa de tu sentimiento que de mi vida” et “con más pasión de tu enojo que temor de mi pena” de la lettre à Tolède. De même, “Mi ánima, pues ya otra cosa no tengo dejo en vuestras manos” fait pendant à “Mi ánima te encomiendo, como patrona de la cristiandad”.

21 Dans la Cárcel de Amor de Diego de San Pedro, le terme “corona” est employé dans ce sens p. 105 : “Esto digo porque de tu pena te veo gloriar ; segund tu dolor, gran corona es para ti que se diga que toviste esfuerço para sofrirlo”.
Cf. la définition de Covarrubias : “Muchas veces corona se toma por gloria y triunfo, por ser insignia de honra y gloria”. Voir aussi Autoridades : “Se llama también la laureóla con que se coronan los Santos : y assí se dice del Santo Martyr, que recibió la coróna del martyrio”.

22 Cf. Sandoval, op. cit., p. 439 : “A ti que por derramamientos de sangres extrañas como de las tuyas, cobraste libertad para ti e para tus vecinas ciudades. Tu legítimo hijo Juan de Padilla, te hago saber cómo con la sangre de mi cuerpo se refrescan tus vitorias antepasadas.” et encore : “Sólo voy con un consuelo muy alegre, que yo, el menor de los tuyos, morí por ti”.

23 Cf. José Antonio Maravall, op. cit., p. 62 : “Hubo un grupo hostil a la entronizacion en Castilla de un soberano extranjero (174 63) en la persona del Rey consorte don Felipe, al Morir la Reina Isabel, y este grupo puso sus preferencias en el Rey Católico. Uno de los más caracterizados personajes de este partido fernandino fue el hidalgo toledano López de Padilla, padre de Juan de Padilla, que, según cuenta Alcocer, se vio expuesto, por su resistencia a los flamencos, a graves violencias y aun amenazado de perder la vida.”. Voir aussi p. 108 : “El anónimo autor de una manuscrita Relación de las Comunidades que en este Reyno ovo, un toledano testigo de los acontecimientos refiere que el padre del luego famoso comunero Pedro Lopez de Padilla, apronó la protesta de su hijo contra la exigencia real de hecer pecheros a los hidalgos exentos pero que muy al contrario le reprochó se levantasen luego contra el Rey, queriendo arrebatarle la justicia en su reino”.

24 Cf. Sandoval, op. cit., p. 439 : “aunque fuí su hijo en osar perder la vida, no fuí su heredero en la ventura”. Cette idée est encore plus nettement exprimée dans la lettre à Tolède : “Si mi Ventura no me dejó poner mis hechos entre tus nombradas hazañas, la culpa fue en mi mala dicha, y no en mi buena voluntad” et “Pero mira que son veces de la fortuna, que jamás tienen sosiego”.

25 Il pourrait s'agir du Bachiller Juan de Sosa, Chapelain de Doña María Pacheco.

26 C'est ce que l'on pourrait penser à la lecture de la lettre à Tolède où il est question de quelqu'un qui vengera sa mort : “Sólo voy con un consuelo muy alegre, que yo, el menor de los tuyos morí por ti ; e que tú has criado a tus pechos, a quien podría tomar enmienda de mi agravio.”(Sandoval, p. 439).

27 La leçon “desgracia” donnée par la chronique manuscrite, au lieu de “desdicha” dans les trois autres versions, n'est pas un argument suffisant pour croire à une source commune. En effet, il peut s'agir d'une erreur du copiste, qui, par ailleurs, en commet de grossières (Ciertos, fue, répétition de ya).

28 Ibid., p. 439 : “No quiero más dilatar, por no dar pena al verdugo que me espera, y por no dar sospecha que por alargar la vida alargo la carta”.

29 Il est possible qu'il s'agisse de la promesse, en termes voilés, de continuer la lutte.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter