Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume 2

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

V. Milieux physiques, ambiances urbaines et technologies

Caractérisation archéologique du sol urbain, application au site de Tours

Mélanie Fondrillon

Texte intégral

  • 1 Doctorante en archéologie (4ème année), laboratoire Archéologie et Territoires (UMR 6173 – CITERES (...)

1Note portant sur l’auteur1

2La thèse engagée a pour objet d’étude le sol urbain, défini comme l’ensemble du dépôt archéologique situé dans les centres historiques des villes et compris entre la surface actuelle et le toit des niveaux naturels. Le sol urbain est compris ici comme un objet d’étude à part entière et une source de l’histoire des villes au même titre que les sources écrites, planimétriques et architecturales.

INTERPRÉTATION FONCTIONNELLE DES COUCHES ARCHÉOLOGIQUES

3Dans un premier temps, l’étude a pour objectif de compléter l’interprétation fonctionnelle des couches archéologiques, sur le modèle des études entreprises depuis longtemps par les préhistoriens anglo-saxons dans le cadre de la Behavorial Archaeology et poursuivies depuis par des archéologues historiens.

4Le postulat de départ, qui s’appuie sur des observations et des réflexions de divers chercheurs, est qu’il est possible de restituer l’histoire propre des couches archéologiques, notamment de connaître le type d’usage à l’origine de leur formation (production, accumulation) à partir de plusieurs données telles que l’organisation et la constitution internes des strates, associées au contexte dans lequel elles se sont déposées et transformées.

5Il a été décidé de réaliser cette étude à partir des constituants grossiers des couches archéologiques, pour la plupart supérieurs à 1,85 mm, provenant d’échantillons de dix litres passés sous jet d’eau sur une colonne de tamis. L’échelle d’analyse choisie pour cette étude n’est pas aussi fine que celles utilisées par les rares archéologues travaillant ou ayant travaillé sur les constituants du sol mais elle est volontairement proche de celle employée par l’archéologue sur le terrain lors de son observation et de son interprétation des niveaux mis au jour. Le corpus d’étude est constitué, à ce jour, d’environ quatre cents prélèvements.

6La mise en place d’un référentiel fonctionnel des couches archéologiques est réalisée à partir du modèle de classification utilisé de manière quasi systématique sur les sites archéologiques (couches d’abandon, d’occupations intérieure et extérieure, couches de remblai, de construction et de destruction de bâtiments) mais qui, en raison du matériel d’étude, sera modifié.

PROCESSUS DE FORMATION DU SOL

7Dans un deuxième temps, l’objectif est de restituer les modalités de déposition et de transformation du sol, réunies sous le terme « processus de formation du sol », en se plaçant non plus à l’échelle de la couche mais à celle de la séquence, voire du sol urbain dans son ensemble. Cette notion de dynamique est empruntée aux pédologues pour lesquels le sol est par définition vivant. On conçoit donc maintenant en archéologie que les strates ont évolué depuis leur déposition et leur utilisation. Il s’agit alors d’identifier tous les phénomènes qui biaisent la lecture du sol initial et, paradoxalement, d’étudier ces événements « perturbateurs » qui peuvent témoigner des formes d’usage du lieu par les habitants ou au contraire de son abandon.

8Au-delà de la caractérisation de l’ensemble du dépôt anthropique urbain, le but est d’aider à la compréhension des niveaux peu ou pas lisibles stratigraphiquement et qui s’intercalent entre des périodes d’occupation urbaine attestée, très nettement identifiable par les différents types de source à disposition : il s’agit par exemple des terres noires, mais aussi de tous les niveaux épais et en apparence (à l’œil nu) homogènes de bas en haut, que l’on rencontre sur la quasi-totalité des sites urbains et que les archéologues ont du mal à interpréter.

9Ainsi, les critères d’observation et d’interprétation des couches, utilisés en archéologie, tels que la couleur, la nature des constituants visibles à l’œil nu, et souvent les plus flagrants, la texture et le contexte archéologique, sont inopérants face à ces dépôts en apparence homogènes. En outre, la notion de processus évoquée précédemment renvoie, selon nous, à une succession plus ou moins longue d’événements que l’échelle d’observation utilisée sur le terrain par l’archéologue ne permet d’appréhender que de manière grossière et lacunaire. C’est pourquoi la méthode utilisée dans le cadre de cette thèse tente, en collaboration avec des disciplines telles que la pédologie et la sédimentologie, de proposer une définition plus rigoureuse de la constitution interne des dépôts archéologiques, grâce à des critères comme la présence ou l’absence de certains types de constituants, le taux de chacun des constituants dans la couche (assemblage), la taille et le poids des éléments ainsi que le degré d’altération.

USAGES DU SOL

10Dans l’état actuel des recherches, les critères discriminant le type d’usage du sol ne sont connus que pour quelques ensembles de couches de fonction identique et très particulière, comme les niveaux d’occupation intérieure, de construction et de récupération. Des méthodes statistiques, notamment les analyses factorielles, permettront d’affiner ces critères et de les appliquer aux couches plus difficilement lisibles en termes d’usage et de modalités de formation du sol.

11Outre l’analyse de ces niveaux énigmatiques, au centre de l’étude, la thèse prend en compte des niveaux bien stratifiés et bien interprétés pour trois raisons : la première est que ces couches servent à constituer le référentiel fonctionnel évoqué précédemment ; la deuxième est qu’il est possible de mettre en évidence la présence de constituants susceptibles d’en modifier l’interprétation ; la troisième raison est que ces niveaux sont partie intégrante du sol urbain et doivent être pris en compte si l’on veut comprendre les mécanismes de formation du sol urbain.

12Le sol en soi, sous-estimé au profit des structures bâties et de leur environnement, doit être compris comme un révélateur de la culture des habitants. On comprend ainsi la nécessité, aujourd’hui, de mettre en place des outils méthodologiques de caractérisation du sol urbain, définis à partir des problématiques archéologiques et à l’échelle d’une ville. Les résultats sont d’ordre historique.

VALORISATION

13Galinié H., Lorans E., Fondrillon M. et al., (2001), Rapport préliminaire de fouille du site de l’abbaye de Saint-Julien, Campagne 2001, L.A.T., Tours.

14Galinié H., Lorans E., Fondrillon M. et al., (2002), Rapport préliminaire de fouille du site de l’abbaye de Saint-Julien, Campagne 2002, L.A.T., Tours.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Barles S., Breysse D., Guillerme A., Leyval C., (1999), Le sol urbain, Paris, Anthropos, collection « Villes », 282 p.

Cammas C., Champagne F., David C., Desachy B., Guyard L., (1995), « Le problème des “terres noires” sur les sites urbains tardo-antiques et médiévaux : réflexions et propositions méthodologiques à partir de l’exemple du Collège de France à Paris », Les Nouvelles de l’Archéologie, n° 61, pp. 22-29.

Courty M.-A., Goldberg P., Macphail R. I., (1989), Soils and micromorphology in archaeology, Cambridge, Cambridge University Press, 344 p.

Galinié H., (2000a), Terres noires 1, Tours, Maison des Sciences de la Ville, de l’Urbanisme et des Paysages, Documents « Sciences de la Ville », 119 p.

Galinié H., (2000b), Ville, espace urbain et archéologie, Tours, Maison des Sciences de la Ville, de l’Urbanisme et des Paysages, collection « Sciences de la Ville », n° 16, 128 p.

Goldberg P., Nash D. T., Petraglia M. D., (1993), Formation processes in archaeological context, Madison, Prehistory Press, Monographs in World Archaeology, 188 p.

Laurent Ch., (2001), La « micro-archéologie » : méthodes et application sur des sites de Wallonie dans la région bruxelloise, thèse de doctorat Philosophie et Lettres, section Histoire de l’Art et Archéologie, Université Libre de Bruxelles, 2 vol.

Rosen A. M., (1986), Cities of Clay. Georchaeology of Tells, Chicago, University of Chicago Press, 167 p.

Schiffer M.B., (1987), Formation processes of the archaeological Record, Albuquerque, University of New Mexico Press, 428 p.

Notes

1 Doctorante en archéologie (4ème année), laboratoire Archéologie et Territoires (UMR 6173 – CITERES) et ATER.

Auteur

Allocataire de recherche
mailto:Melanie.Fondrillon@etu.univ-tours.fr
Laboratoire Archéologie et Territoires (L.A.T.)
UMR 6173 CITERES
3, place Anatole France
37000 Tours
Tél. : 02 47 36 81 12

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable