Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'enseignement Primaire en Espagne et en Amérique Latine du XVIIIe siècle à nos jours

 | 
Jean-René Aymes
, 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

II. École et Sociétés rurales

Étude d’un manuel d’alphabétisation « Abajo cadenas » - Vénézuela

Marine Lomberget

Texte intégral

1« Apprendre et enseigner » tel est le libellé du colloque d’aujourd’hui, tel est également l’objectif du Vénézuela.

2Cette communication est donc consacrée à l’étude d’un des manuels utilisés au Vénézuela pour l’éducation des adultes. En effet, dans ce pays où l’analphabétisme est assez élevé, surtout dans la population adulte, tout a été mis en œuvre depuis 1958, afin que chacun possède les bases les plus élémentaires de l’éducation : la lecture et l’écriture.

3Il nous a semblé nécessaire, avant d’aborder le sujet proprement dit, de retracer brièvement les circonstances historiques et culturelles dans lesquelles ce livre « Abajo Cadenas » a été diffusé, et l’est encore aujourd’hui à travers tout le pays, y compris dans les régions les plus reculées. Ce manuel est lié à l’Histoire, à un contexte social et ne peut donc être étudié isolément en dehors du temps.

4Il reflète également la nouvelle pédagogie mise en place par l’UNESCO et qui dépasse largement les limites du Vénézuela. « L’alphabétisation fonctionnelle » est une technique récente employée pour lutter contre l’analphabétisme dans le monde.

5Puis nous verrons ensuite sa pédagogie : son contenu, sa méthode pour apprendre à lire, le rôle des illustrations, son langage et son influence dans d’autres pays.

6Enfin, nous consacrerons une large part à l’idéologie qu’il porte, idéologie visible surtout dans le deuxième tome. Les phrases qu’il contient ne sont pas « innocentes », bien au contraire elles reflètent tout un état d’esprit que le lecteur débutant doit posséder. On y prône l’union des citoyens, l’honneur de la patrie, dont Bolivar est la plus vive incarnation, et on y développe de grands thèmes comme la famille, la santé, l’éducation, en un mot tout ce qui rend un homme pleinement responsable et par là même le fait accéder à la dignité humaine.

1. Les circonstances historiques et culturelles

71958 : c’est une date clé dans l’histoire du Vénézuela. La démocratie succède enfin à de longues années de dictature et d’obscurantisme. L’éducation qui était alors le privilège des gens les plus fortunés devient accessible à tous. Le pays entier se mobilise et entreprend cette immense tâche qu’est l’alphabétisation des masses.

8On comptait environ plus de 30 % de paysans ne sachant ni lire ni écrire, la plupart demeurait dans des régions d’accès difficile. Il s’agit alors de motiver, de former, d’éduquer cette main-d’œuvre sous-utilisée afin de la rendre plus productive, plus utile à elle-même et à la société. En effet, les paysans vivent grâce à l’agriculture, mais cette dernière est archaïque, donc peu productive.

9Prenant modèle sur leurs ancêtres, ils ignorent le progrès, la modernisation et restent entièrement repliés sur eux-mêmes à l’écart de toute vie économique, politique et sociale. La communauté vit en autarcie et souvent dans des conditions d’existence précaires. Il faut donc agir rapidement et le premier pas vers un avenir meilleur passe par l’alphabétisation, puis l’éducation dans certains domaines (hygiène, santé, famille, etc.).

10Le Ministère de l’Éducation, pour mener à bien son entreprise, choisit comme manuel « Abajo Cadenas ». Ce livre est le produit de ce que l’on appelle « l’alphabétisation fonctionnelle » qui dépasse les limites du pays pour devenir une véritable stratégie internationale sous la direction de l’U. N. E. S. C. O. Nous voyons donc que le Vénézuela n’a pas mené une telle campagne isolément, bien au contraire il a cherché l’aide extérieure et l’expérience d’organismes internationaux.

11Comment peut-on définir cette nouvelle forme d’alphabétisation ? Que représente-t-elle ?

12Elle a pour but de rapprocher l’éducation de la vie en la rendant « fonctionnelle », c’est-à-dire complètement intégrée au milieu humain qu’elle doit servir, ici le milieu paysan. Ce que l’homme apprend est lié à son travail ; ce n’est donc pas une action isolée mais adaptée à des objectifs économiques et sociaux déterminés. Ceux-ci seront transformés en objectifs pédagogiques, c’est-à-dire en programme d’éducation destiné à accroître la qualité et la quantité du travail agricole. L’acquisition des mécanismes de la lecture et de l’écriture va de pair avec la formation professionnelle. La théorie s’allie à la pratique. Il ne s’agit plus de transmettre de l’extérieur un savoir technique qui reste étranger à la vie et au travail des paysans, comme le faisait l’alphabétisation traditionnelle, au contraire, l’éducation doit refléter les préoccupations, les problèmes quotidiens du milieu rural et y apporter également des solutions.

13L’analphabète est considéré en situation de groupe en fonction d’un cadre donné et dans une perspective de développement.

2. Le livre en lui-même

14« Abajo Cadenas » est le symbole même de cette nouvelle pédagogie. En effet, ce livre raconte l’histoire d’un paysan analphabète qui voit sa vie transformée depuis qu’il sait lire et écrire.

15Il ne demeure plus replié sur lui-même dans un monde étranger et hostile. Il participe dorénavant à la vie économique, politique, culturelle et sociale de son pays. Pour la première fois il joue un rôle actif dans l’avenir du Vénézuela ; citoyen à part entière il se réalise lui-même en tant qu’être humain.

16Ceci n’est pas un thème abstrait car chaque paysan peut se retrouver dans le héros du livre et l’imiter dans la vie de tous les jours. L’adulte doit réagir et non demeurer passif comme avant, il doit être fortement motivé afin qu’un tel changement de mentalité soit possible.

17Comment l’intéresser sinon en lui décrivant un de ses semblables dans une situation identique à la sienne et qui, grâce à l’alphabétisation et l’éducation en général voit un avenir meilleur s’offrir à lui ?

18Ce manuel est composé de deux volumes :

  • Le premier tome, appelé « Cartilla » contient les rudiments de la lecture et de l’écriture.
  • Le second illustre de grands thèmes et donne des conseils destinés à ceux qui commencent à lire.

19Le premier tome est fondé sur la méthode de « palabras normales » dont les fondements sont les suivants :

  • association et reconnaissance de mots ;
  • division des mots en sons ou en syllabes ;
  • formation de nouveaux mots.

20Ces mots appartiennent à un vocabulaire simple et usuel, celui qu’emploie, tous les jours, le paysan. Ils sont accompagnés d’une illustration afin de permettre à l’adulte de les identifier plus facilement.

  • 1 Abajo Cadenas, Ministerio de Educación, dirección de Educación de Adultos. – Caracas, Venezuela 19 (...)

21Le maître montre les 5 figures et lit les 5 mots correspondants, puis il les écrit au tableau : ALA PALA CASA TAPA MARACA. Les élèves les répètent en groupe ou individuellement, puis ils doivent reconnaître, parmi toute une série de mots, ceux qui figurent dans la leçon1.

  • 2 Op. cit., p. 8.

22On écrit ensuite les sons suivants CA SA PA LA puis CASA PALA et l’adulte doit identifier ces sons dans CASA PASA SACA2.

  • 3 Ibid., p. 13.

23Enfin, le maître écrit CA SA PA LA et l’on arrive à une combinaison SALA CAPA qui donne donc deux nouveaux mots3. Les élèves écrivent les sons et les mots nouveaux sur leur cahier.

24Il faut toujours lire des lettres qui ont un sens, la lettre isolée ne signifie rien.

25Les adultes s’entraînent également à la lecture silencieuse, qui est de loin la plus utilisée dans la vie de tous les jours. En bas de chaque page du livre figurent des indications pour le maître et également pour l’élève.

26Les objectifs de ce manuel sont les suivants : penser clairement, interpréter les images, acquérir des attitudes et mécanismes élémentaires de lecture et d’écriture et surtout stimuler le désir d’apprendre. L’enseignement en groupe semble, à cet égard, plus motivant car les adultes peuvent s’entraider.

27Comme nous l’avons vu, les mots sont illustrés par des images : dans le tome 1 elles sont en noir et blanc, dans le tome 2, elles sont en couleurs. Leur but est d’expliquer un mot, un thème, d’établir une analogie entre des lettres et des objets. Bien sûr elles sont simplifiées et le dessin est réduit à l’essentiel.

28L’intérêt de l’adulte est davantage renforcé et son attention est maintenue car une image est toujours plus attrayante qu’un texte. De plus, elle aide le lecteur à retenir ce qu’il a lu et à mémoriser plus facilement ce qui est nouveau pour lui. Elle doit renvoyer à la réalité de tous les jours car si l’adulte ne fait pas le lien entre image et mot, elle n’a plus sa raison d’être.

29Le langage d’un manuel d’alphabétisation est simple, précis et usuel ; il plonge, lui aussi, ses racines dans le quotidien, le vécu. Sa difficulté doit être croissante, on va du plus simple au plus complexe, du concret à l’abstrait. Le texte doit être « lisible », compris par les lecteurs auxquels il s’adresse et ne pas dépasser leurs aptitudes. Dans « Abajo Cadenas » nous avons principalement un langage rural qui fait référence à des objets courants. A ces conditions seulement, il y a échange entre le livre et son lecteur. Apprendre à lire n’est pas seulement une forme d’instruction mais aussi une forme d’expérience.

30« Abajo Cadenas » est un manuel qui a marqué son époque. Des adaptations ont été faites pour les programmes d’alphabétisation en République Dominicaine sous le titre de « QUISQUEYA », au Costa Rica avec « El Noble Patria », au Paraguay avec « Guarani » et en Bolivie avec « Abajo Cadenas ».

313. Ce livre d’alphabétisation n’est pas simplement destiné à l’apprentissage de la lecture et de l’écriture, il a d’autres ambitions, visibles principalement dans le second tome. Là des sujets variés y sont traités : la santé, le travail, l’agriculture et l’industrie, les mass-media, toutefois l’accent est surtout porté sur la notion de patrie dont Bolivar est la représentation la plus significative.

32Ici, c’est l’éducation de l’adulte qui est en jeu, on lui fait prendre conscience d’un certain nombre de choses, du rôle qu’il joue dans sa famille, dans son pays. Il est à la fois homme et citoyen, il possède donc des droits mais également des devoirs. Toute une idéologie est véhiculée ici, c’est celle que chaque vénézuelien doit posséder et mettre en pratique afin d’accéder à un avenir meilleur.

33Mais voyons de plus près le titre du livre « Abajo Cadenas ». L’instruction libère l’homme de ses chaînes et lui ouvre un monde meilleur. L’image de la couverture du manuel renforce bien cette idée de liberté, de révolution politique et culturelle. Un tel titre résume, à lui tout seul, la portée de cet ouvrage.

34Le premier thème que nous aborderons est celui de la santé. C’est un sujet important dans le monde rural où beaucoup de paysans souffrent de malnutrition et vivent dans des conditions précaires d’où la prolifération de nombreuses maladies.

35L’hygiène que chacun doit avoir, la nécessité des vaccins et le rôle du médecin sont trois idées essentielles.

36Vient ensuite le travail, utile non seulement pour soi-même mais aussi pour les autres. Il n’existe pas de métier ingrat et l’on doit éprouver une certaine fierté à fournir des efforts. Les travailleurs, afin de se défendre, doivent se grouper en syndicats ou en coopératives. C’est presque un véritable programme social voire politique.

37L’Agriculture et l’Industrie sont abordées mais l’accent est surtout mis sur les ressources naturelles du pays : le fer et le pétrole qui assurent la richesse de la nation. Grâce à ces productions le pays peut importer ce dont il a besoin, mais il est conseillé d’éviter tout gaspillage car ces ressources ne sont pas inépuisables.

38Les mass-media sont présentes pour que l’adulte réalise l’importance de la lecture et de l’écriture dans la communication. C’est en quelque sorte la justification de la Cartilla.

39Mais le sujet qui revient sans cesse est l’exaltation de la patrie. Le paysan ne doit plus vivre isolé mais intégré dans son pays ; il est vénézuélien avant tout. A ce titre, il a des droits individuels, sociaux, économiques et politiques mais aussi il doit se soumettre à certains devoirs envers ses proches et envers le pays (respecter les lois, défendre la patrie). Tel est son rôle de chef de famille et de citoyen.

40L’Histoire, avec les guerres d’indépendance qui ont libéré la nation, est glorifiée. Bolivar, véritable héros et bienfaiteur incarne cet esprit nationaliste que l’on retrouve à chaque page.

41Sa vie est retracée et ses paroles devenues célèbres sont presque sacrées ; « la esclavitud es la hija de las tinieblas, un pueblo ignorante es instrumento ciego de su propia destrucción » ou encore « la gloria está en ser grande y en ser útil ».

42Tout vénézuelien doit limiter son exemple de grandeur et poursuivre sur la voie qui lui a été tracée. Il faut avant tout que chaque citoyen, digne de ce nom, sache lire et écrire afin de pouvoir jouer un rôle dans une nation forte et indépendante. Il consolidera ainsi l’œuvre de Bolivar.

CONCLUSION

43« Abajo Cadenas » donne une éducation complète à l’adulte : il lui enseigne la lecture, l’écriture, puis lui indique les directives principales dans la vie quotidienne et une certaine moralité que tout citoyen se doit de respecter. Il ressemble, par certains côtés, à un manuel d’instruction civique.

44Ici aussi la théorie s’allie à la pratique : le déchiffrage des mots n’est pas seulement un exercice intellectuel, il a des répercussions bien au-delà de ce que le paysan peut imaginer. En effet, la maîtrise de la lecture et de l’écriture est primordiale pour l’homme car elle représente une donnée de la vie moderne et constitue un outil permanent de travail en même temps qu’une « mémoire » renfermant les connaissances essentielles au développement individuel et collectif.

Notes

1 Abajo Cadenas, Ministerio de Educación, dirección de Educación de Adultos. – Caracas, Venezuela 1979.

2 Op. cit., p. 8.

3 Ibid., p. 13.

Auteur

Université Paris III - Censier

© Presses universitaires François-Rabelais, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540