Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'enseignement Primaire en Espagne et en Amérique Latine du XVIIIe siècle à nos jours

 | 
Jean-René Aymes
, 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

II. École et Sociétés rurales

Analphabétisme et illettrisme au Salvador

Anita Escher-Schwarz

Texte intégral

1Le Salvador a un des taux d’analphabétisme les plus élevés en Amérique Latine. Selon les sources utilisées, il se situe entre 50 % et 63 %. Ce phénomène est lié aux structures économiques, au degré de développement du pays et à la crise sociale qu’il vit.

L’analphabétisme dans son contexte

  • 1 Comisión Nacional de Planificación. Plan de desarrollo económico 1973-1977. San Salvador.
  • 2 Cabarrús, Carlos. Génesis de una revolución, México 1983.

2L’économie salvadorienne repose essentiellement sur la production de produits agricoles destinés à l’agro-exportation : le café, la canne à sucre et le coton. Le revenu national est réparti de façon que 8 % de la population en reçoit 50 %1. la distribution de la terre met, en évidence, à quel point la production alimentaire est négligée par rapport à l’agro-exportation : la moitié des terres cultivées y est consacrée2. Celles-ci sont concentrées dans les mains des grands propriétaires fonciers.

  • 3 IEPALA. El Salvador y su historia, Madrid, 1980.
  • 4 FAO. Situation Alimentaire Mondiale, 1977-1979.

3La population rurale qui représente 60 % de la population active ne possède qu’un tiers des terres cultivables. Au manque de terres s’ajoutent le chômage et le sous-emploi. La moitié de la population rurale active ne travaille que pendant deux à six mois de l’année3. Les salaires des travailleurs agricoles et des journaliers ont été gelés en 1980. Depuis cette date, les prix des aliments de base ont augmenté. La consommation de calories par habitant a diminué de 2.030 kcal à 1.930 kcal par jour (Bolivie : 1.900 kcal, Haïti : 1.730 kcal)4.

4De plus, l’assistance médicale n’est pas à la portée de la population rurale :

5Nombre de médecins par 10.000 habitants : 3.

6Nombre de lits d’hôpitaux : 17.

  • 5 IEPALA, op. cit.

7Quant au logement et aux services, tels que l’eau potable, l’électricité, etc., le déficit atteint 65 % de la population rurale pour l’eau potable et 93 % pour l’électricité5.

8Depuis cinq ans, le Salvador est l’objet d’un conflit armé. Ce qui a encore approfondi les problèmes sociaux en général et l’analphabétisme en particulier.

a) Analphabétisme et illettrisme

9Nous ne disposons que de chiffres approximatifs, car il n’y a pas eu de recensement depuis 1975.

  • 6 Ministerio de Educación. Memoria de Labores 1984-1985, San Salvador 1985.
  • 7 ANDES 21 de Junio. « Participación del magisterio en la búsqueda de la paz en El Salvador ». Docum (...)

10Le Ministère de l’Éducation estime le taux d’analphabétisme à 51 %6, tandis que l’Association Nationale des Éducateurs Salvadoriens, ANDES 21 juin, l’indique à 63 %7. D’après le Ministère, le nombre d’analphabètes augmente chaque année de plus de 77.000. Le taux d’analphabètes (purs) est de 35 % et celui des illettrés de 28 %.

11Nous pouvons établir les caractéristiques suivantes de l’analphabétisme et de l’illettrisme :

  • il est à dominante rurale (79,65 %) ;
  • il atteint plus les femmes que les hommes ;
  • il atteint la population à partir de l’âge de 10 ans : 58,5 % des analphabètes ont entre 10 et 39 ans8.

12L’analphabétisme rural diffère selon les régions. Les départements les moins développés ont les taux les plus élevés. Là, où les paysans ne possèdent qu’une petite parcelle de terre à cultiver (Morazán, San Miguel, La Unión, Chalatenango), les taux oscillent entre 58-64 %. Ces départements se trouvent éloignés de la capitale et des centres de production. Dans les départements qui produisent pour l’agro-exportation, les taux oscillent entre 52 et 56 %.

13Parmi les femmes, celles qui sont le plus marginalisées sont les paysannes ; 57,2 % d’entre elles sont analphabètes ou illettrées.

14Nous avons déjà signalé que la majorité des analphabètes est âgée de dix ans et plus : 25,4 % a entre 10 et 19 ans. Le système éducatif salvadorien comprend six ans d’école primaire et trois ans de « Plan Básico », le troisième cycle de l’enseignement primaire (Celui-ci a été introduit au début des années 70 lors d’une réforme éducative). L’âge de scolarité obligatoire est de 7 à 15 ans.

15L’analphabétisme des jeunes est dû à leur non-scolarisation ou à la désertion scolaire. Les jeunes illettrés ont abandonné l’école primaire avant d’acquérir les notions de base de l’écriture et de la lecture (voir calculs) ou ils les « oublient ».

16L’UNESCO évalue le niveau d’instruction en considérant la non-scolarisation, la désertion totale à la fin de l’enseignement primaire et l’accès au secondaire.

  • 10 UNESCO. Annuaire statistique 1983, Paris 1984.

Note10

17Dans les campagnes, un tiers des enfants est scolarisé, trois-quarts abandonnent l’école primaire et seulement une petite partie d’entre eux accède à l’enseignement secondaire. La plupart redeviendra analphabète ou après avoir suivi quelques années d’école primaire, risque de tomber dans l’illettrisme (semi-analphabétisme)

18Le système éducatif salvadorien reproduit et augmente le nombre d’analphabètes et d’illetttrés. Seule, une minorité des salvadoriens a les possibilités de s’éduquer et de consolider ou améliorer ainsi sa position sociale.

b) La situation actuelle de l’éducation

19Elle s’est détériorée depuis 1980, année où l’École Normale Nationale et l’Université Nationale ont été fermées par l’armée. Depuis, se sont créés une dizaine d’instituts privés de formation d’enseignants et une trentaine d’universités privées, parfois avec une seule unité d’enseignement.

20L’École Normale est occupée actuellement par les Forces Armées, tandis que l’Université Nationale (30.000 étudiants) a été réouverte en 1984. La recherche scientifique et la qualité des études sont mises en question, d’une part, à cause du manque de moyens économiques, d’autre part, à cause de l’emprisonnement de professeurs et d’étudiants.

21Dans l’enseignement primaire, un projet d’instruction civique a été mis en place qui a abouti à la création d’un « Mouvement de la Jeunesse Patriotique ». Les instructeurs, membres des Forces Armées, se rendent aux écoles pour réunir et les élèves et les enseignants.

22La crise de l’éducation retombe avec plus de poids sur l’enseignement primaire en général et particulièrement sur l’école rurale.

L’école rurale

23Les caractéristiques de l’école rurale diffèrent entre les départements et les régions, mais toutes ont, en commun, un calendrier scolaire rythmé par l’année agricole.

24Lors des semailles et récoltes du maïs (deux fois par an), le nombre d’élèves diminue sensiblement. En novembre, l’année scolaire est close, car les récoltes du café, du coton et de la canne à sucre se succèdent. Les familles paysannes et les travailleurs agricoles migrent de récolte à récolte. Les enfants travaillent à côté de leurs parents dans les plantations.

25L’absentéisme scolaire est lié, en première instance, à l’année agricole et à d’autres facteurs, comme l’époque des pluies, les maladies et la malnutrition. Pendant les pluies, de mai en octobre, les chemins sont souvent impraticables. Les enfants doivent parcourir plusieurs kilomètres pour arriver à l’école la plus proche de leur domicile. Les maladies et la malnutrition rendent difficile tout effort physique et mental.

  • 11 Ibidem.

26Les absences fréquentes entraînent un mauvais suivi éducatif, car les retards scolaires ne sont guère rattrapables dans ces conditions. Parmi les enfants qui ont terminé les deux premiers cycles de l’école primaire, beaucoup ont mis plus que les six ans prévus. Au début de l’école primaire, le taux des redoublants est le plus élevé : 16 % des enfants redouble la première année et 11 % la deuxième11. La majorité des redoublants sont des filles. Les obstacles éducatifs, idéologiques et économiques auxquels elles sont confrontées, portent préjudice à leur éducation.

27Les enfants en âge scolaire font partie de la population économiquement active. Etant donné que les cours se déroulent soit le matin, soit l’après-midi, la moitié de la journée est consacrée à divers travaux dans le secteur agricole ou dans les services (vente, transports, nettoyage, travail domestique, etc.). Les enfants travaillent, parce que le salaire des parents ne suffit pas pour alimenter la famille.

  • 12 Ministerio de Planificación. Indicadores Económicos y Sociales, julio/1982-dic./1983, San Salvador.

28Le travail est une des raisons de l’absentéisme, mais surtout de la désertion scolaire. Dès 120.000 enfants inscrits en première année d’école primaire en 1976, seulement 15.000, soit 12,5 % ont terminé le sixième degré en 198112.

  • 13 Ministerio de Educación. Memoria de Labores 1984-1985.

29Chaque année, entre 60.000 et 70.000 enfants abandonnent l’école primaire13. Cette désertion est due aux raisons économiques (migration de récolte à récolte), et depuis cinq ans, au conflit armé qui atteint surtout les campagnes.

  • 14 Ministerio de Planificación, op. cit..

30Les effets de la guerre se reflètent dans la diminution rapide de la population scolaire. En 1980, 104.400 enfants s’étaient inscrits en première année, un an après seulement 43.600 avaient terminé la deuxième année de l’école primaire14.

31Entre 1.500 et 2.000 écoles rurales ont été fermées ou détruites par les bombardements de la Force Aérienne. Les enfants souffrent le plus de cette situation, les traumatismes psychologiques, les problèmes de concentration et les retards scolaires en sont la conséquence.

32Environ un million de personnes a quitté les campagnes. La moitié s’est réfugiée dans les pays voisins, les autres s’entassent par milliers dans des refuges à San Salvador, augmentent la population des bidonvilles de la capitale ou errent d’un village à l’autre.

33L’exemple de la fluctuation des élèves dans une école rurale permet d’illustrer la tendance à la diminution de la population scolaire.

  • 15 Enquête sur la situation de l’éducation au Salvador, 1985.

Note15

34Les enfants qui abandonnent les régions les plus conflictuelles ne s’inscrivent pas tous dans l’école du nouveau domicile. Ceux qui vont dans les refuges n’en sortent pas pour aller à l’école. Les bidonvilles ne sont pas dotés d’écoles. Les conditions des écoles urbaines ne permettent pas d’accueillir les enfants qui affluent des campagnes.

  • 16 Ibidem.

35Par exemple, une école située dans la banlieue de San Salvador, compte 1. 430 élèves et 28 enseignants. La moyenne des classes atteint 50 élèves16. Les écoles manquent de salles de classe, de mobilier, de matériel didactique, etc.

36Le Ministère de l’Éducation ne fournit pas les ressources économiques nécessaires pour le fonctionnement des écoles.

37En plus du manque de ressources et de l’instabilité dans le domaine de l’éducation, les programmes et contenus éducatifs ne correspondent pas aux besoins de la population rurale. Les matières enseignées, langue, mathématiques, sciences sociales, sciences naturelles, ne visent qu’à l’apprentissage intellectuel. Les capacités pratiques et la formation technique ne sont pas développées.

38La scolarisation régulière des enfants se heurte à de nombreuses difficultés. D’une part, la situation conflictuelle du pays réduit les possibilités éducatives ; d’autre part, les conditions économiques et sociales de la population rurale obligent les enfants à interrompre les études. Ceux qui termineront l’école primaire essaieront d’améliorer leurs conditions de vie dans les villes.

39Pour faire face à l’abandon et l’appauvrissement des campagnes, il faudra trouver une solution au conflit et à la crise, et développer un éducation intégrée dans la société rurale.

Les enseignants

40Enseigner dans les conditions actuelles devient une tâche difficile à réaliser. Mis à part la fluctuation des élèves, les classes trop nombreuses et le manque de matériel scolaire, les enseignants sont très mal rémunérés et leurs salaires sont payés avec un retard pouvant atteindre plusieurs mois. Ils travaillent dans deux ou trois établissements scolaires et ne bénéficient pas d’une assistance médicale adéquate. Environ 5.000 enseignants sont en chômage, d’autres ont quitté le pays à cause des problèmes de sécurité.

  • 17 UNESCO, op. cit.

41La détérioration de l’éducation se manifeste dans l’évolution des dépenses destinées à celle-ci. Depuis 1970, elles ont diminué successivement par rapport aux dépenses totales du gouvernement (1970 : 27,6 % ; 1980 : 17,1 %)17. Cette tendance s’est encore renforcée depuis 1980.

  • 18 Banco Central de Reserva de El Salvador. Indicadores Económicos 1980-1984.

Note18

42Au lieu d’améliorer le système éducatif (et l’assistance médicale), les dépenses ont été réduites au profit du Ministère de la Défense et la Sécurité Publique.

43Lors de l’assemblée générale des éducateurs, un des thèmes principaux était la réflexion socio-pédagogique sur la crise de l’éducation. L’ANDES mentionne deux facteurs : la marginalisation de la population rurale et les effets de la guerre sur le développement éducatif et culturel. D’un côté, l’éducation est soumise à une militarisation croissante, de l’autre côté, le taux d’analphabétisme augmente chaque année.

44Plusieurs programmes d’alphabétisation essaient de faire face à l’analphabétisme. Leurs objectifs sont aussi différents que leur mise en pratique.

Le programme d’Alphabétisation Salvadorien

45Une campagne nationale pourrait éliminer l’analphabétisme au Salvador. En Amérique Centrale, seule l’expérience nicaraguayenne, la « Croisade Nationale d’Alphabétisation » réalisée en 1980, a pu réduire le taux d’analphabétisme de 50,35 % à 12,96 %. Cet effort n’est pas réalisable dans les conditions actuelles au Salvador.

46Le gouvernement salvadorien essaie de mettre en route un Programme d’Alphabétisation Salvadorien (PAS). Celui-ci a lui-même été précédé par le Programme Nationale d’Alphabétisation (PNA) réalisé au début des années 80 avec le soutien de l’UNESCO.

47En 1984, ce programme a été remplacé par le PAS. Conçu par des spécialistes nordaméricains, chiliens et salvadoriens, il s’agit d’un programme interministériel incluant le Ministère de la Défense. La Direction Générale de l’Éducation d’Adultes, déjà responsable du programme précédent, n’a dans le PAS qu’une fonction d’exécutant. Le contrôle est passé sous la direction d’une commission gouvernementale.

48La conception et l’organisation ont été faites sans la participation active des secteurs de la population concernée. Lors de la présentation du PAS à des organisations paysannes et des institutions pédagogiques, la majorité hésitait à adopter le nouveau programme, qui devait débuter en même temps que la campagne électorale pour la présidence de la République.

49Une analyse du matériel pédagogique permet de mettre en évidence les objectifs du PAS.

a) Le manuel d’alphabétisation du PAS

50Composé de 26 leçons, le manuel reprend les éléments essentiels de la méthode développée par le pédagogue brésilien Paulo Freire. L’image qui doit engendrer la discussion sur un thème spécifique représente, graphiquement, le mot générateur. Celui-ci est ensuite décomposer en syllabes pour les combiner afin de former d’autres mots. La sélection des contenus (« palabras generadoras ») est centrée autour des thèmes comme la production agricole, la santé, l’alimentation, l’habitat, l’éducation et la culture. Nous trouvons une série de mots qui concernent des thèmes comme les élections, le gouvernement local et la constitution : « vote », « mairie », « constitution » (18).

  • 19 Programa de Alfabetización Salvadoreño. Adelante! Cartilla del PAS, San Salvador 1984.

51Le matériel didactique, à travers ces contenus, doit engendrer d’une part le dialogue sur la réalité vécue, d’autre part faciliter l’apprentissage de la lecture et de l’écriture. Le choix des mots générateurs de ce manuel éclaire les objectifs pédagogiques et politiques du PAS19.

52Dès la quatrième leçon est introduite la réflexion sur la fonction du vote : « Avez-vous déjà participé à une élection ? Qui avez-vous élu à cette occasion ? etc. Le texte d’appui insiste sur l’importance des élections à la présidence de la République.

53D’après ce texte qui est adressé aux alphabétiseurs, le pays se trouve dans un « processus de démocratisation » et « les Forces Armées créent le climat de confiance pour que le vote du citoyen soit respecté ».

  • 20 PAS. Guia metodológica, San Salvador 1984.

54Partant d’un pluralisme politique supposé, le vote est considéré comme un acte démocratique de participation et comme un « instrument pour acquérir la paix »20.

  • 21 Comisión de Derechos Humanos. El Salvador 1984.

55Cette lecture du mot « vote » suppose le rôle des Forces Armées comme défenseurs de la paix et de la démocratie. Or, rappelons que 50.000 personnes ont été assassinées par l’Armée ; un demi million de personnes a quitté les campagnes à cause des bombardements aériens21. Avant l’éclatement du conflit armé en 1980, les Forces Armées ont été les responsables de nombreuses fraudes électorales.

56Le mot générateur « alcaldía » (mairie), suggère, d’après le guide méthodologique, une « participation communale à la solution des problèmes locaux ». Le texte d’appui affirme que le « pouvoir politique réside dans le peuple » et qu’il peut « élire ses représentants locaux ». Cette interprétation suppose que les autorités locales agissent suivant les intérêts du peuple et qu’elles gèrent correctement les fonds de la commune. Actuellement, plusieurs maires ont abandonné leur poste de telle sorte que des régions entières ne sont plus en liaison avec le pouvoir central.

57La dernière leçon part du mot générateur « constitution ». Les thèmes principaux suggérés sont le respect de la loi, la fonction sociale de celle-ci et les droits de l’homme. La discussion est animée par des questions telles que : « Est-ce que les lois régulent les relations entre le patron et les travailleurs ? Les droits individuels, sont-ils égaux pour tous les habitants de la République ? » etc.

58Selon le texte d’appui, la paix au Salvador dépend du respect de la constitution politique. Si les lois ne sont pas appliquées, « la justice et les droits de l’homme sont dénaturés », et « la société se désintègre ».

59Cette lecture suppose d’une part, que la constitution actuelle répond aux intérêts du peuple ; d’autre part, que la société est mise en danger par des habitants qui ne respectent pas les lois. Les élections de la constituante avaient été faites dans des conditions d’état de siège. Le major D’Aubisson, élu président de la constituante, est un des principaux chefs d’une organisation paramilitaire, les Escadrons de la Mort, et assassin présumé de l’Archevêque de San Salvador, Monseigneur Romero, en mars 1980.

60Le groupe thématique des mots générateurs, « vote », « mairie », « constitution », fait référence à des contenus politiques, qui ne reflètent pas la réalité socio-économique de la population analphabète. Un manuel incluant des mots générateurs comme « miseria », « pueblo », « organisación », s’approcherait plutôt de cette réalité.

61Selon le texte explicatif du guide méthodologique, le Salvador ne connaît ni dénutrition, ni manque de logements, ni assistance médicale pour la plupart de la population ; le chômage, l’inflation et les salaires gelés ne font pas partie du contexte socio-économique. Les conséquences du conflit armé – bombardements des campagnes, de centaines de milliers de déplacés – ne sont pas mentionnées.

62La signification émotionnelle des mots générateurs pour les alphabétisés est fondamentale dans le dialogue pédagogique. Partir de mots générateurs qui ne reflètent pas la réalité du milieu rural entraîne le manque de motivation et la désertion des participants.

63Le succès d’un programme d’alphabétisation ne dépend pas uniquement du choix des mots générateurs et de la méthode, mais de facteurs comme la participation populaire, le suivi de l’apprentissage et des possibilités de travail et d’amélioration des conditions de vie.

64Freire avait développé sa méthode d’alphabétisation dans des communautés rurales et la conçevait comme alternative à celle des programmes gouvernementaux. Ceux-ci ont récupéré la méthode de Freire en éliminant son aspect conscientisateur.

65Le Programme d’Alphabétisation Salvadorien répond à des objectifs conjoncturels, tels que les élections à la présidence, d’autre part, à des objectifs politiques et idéologiques à long terme.

66La stratégie du PAS s’intègre dans un projet global du gouvernement qui trace deux objectifs pour l’an 2000 :

  • création d’une identité nationale ;
  • consolidation de l’administration étatique et communale22.

67Depuis 1980, le gouvernement salvadorien a perdu le contrôle sur des régions entières. L’administration locale n’est plus en mesure d’exercer le pouvoir. L’Armée y a intensifié ses opérations de nettoyage.

68Parallèlement, des programmes sociaux sont mis en route. Le Plan National du Développement de l’Éducation d’Adultes précise que les programmes culturels-éducatifs destinés à la population la plus défavorisée doivent consolider la « pacification, la démocratisation et la réactivation du pays ».

69L’Alphabétisation se convertit avec le PAS en outil politique visant à transformer la population rurale et urbaine marginalisée en base sociale du gouvernement. Ce projet s’appuyait sur les organisations paysannes ayant signé un « pacte social » avec le gouvernement : pacte qui a d’ailleurs volé en éclats depuis les dernières élections.

70La mise en pratique du PAS offre certaines particularités, car il existe un décalage entre la conception théorique et la réalisation du projet.

b) La mise en pratique du PAS

71Selon les alphabétiseurs, Forces Armées ou organisations paysannes, la mise en pratique peut varier. Les organisations paysannes qui avaient employé le programme précédent, le PNA, avaient adopté une méthode de conscientisation et de réflexion. Le matériel pédagogique du PAS et la formation des alphabétiseurs posaient des difficultés particulières. La formation des alphabétiseurs pour les coopératives agricoles a été prise en charge par des fédérations agricoles. Leurs promoteurs préparent les alphabétiseurs volontaires – membres des coopératives – dans des stages afin qu’il n’y ait pas d’intervention extérieure aux communautés rurales. Les objectifs principaux de l’alphabétisation sont la prise de conscience des associés et l’amélioration des conditions de vie.

72Le matériel du PAS ne correspond pas à ces besoins et porte en plus le sceau du parti au gouvernement. De l’alphabétiseur dépend l’interprétation donnée aux mots générateurs, de ses questions dépend le déroulement du dialogue et de la réflexion. La discussion sur le vote porte sur les élections dans les coopératives et les organisations paysannes, et sur la tradition des fraudes électorales dans l’histoire du Salvador.

73La discussion sur le pouvoir local et ses représentants tourne autour de leur inefficacité pour résoudre les problèmes de la commune et de la corruption des maires.

74La constitution est analysée à travers des articles comme le droit à la vie, au travail, etc. Dans cette discussion guidée, les alphabétisés prennent conscience de la façon dont la constitution est appliquée.

75Quant au matériel additionnel, il n’a pas été utilisé dans toutes les coopératives. Les pancartes étaient imprimées en vert, la couleur du Parti Démocrate-Chrétien. L’utilisation de la couleur qui figure sur les fiches de vote du même parti, exploite l’effet sensoriel de la couleur dans l’apprentissage comme instrument pour la réussite électorale.

76Malgré l’intention politique du PAS, les paysans arrivent à l’employer comme moyen de conscientisation. Le gouvernement a essayé de rétablir le contrôle sur le processus d’alphabétisation en arrêtant des alphabétiseurs ruraux.

77Quand les alphabétisateurs sont des soldats des Forces Armées, l’alphabétisation devient un instrument de contrôle de la population. A la suite des opérations de nettoyage dans les zones rurales les plus pauvres, les militaires s’approchent des villages en offrant différents services, tels que des aliments, et organisent des cours d’alphabétisation.

CONCLUSIONS

78Dans les conditions actuelles, un programme d’alphabétisation ne peut pas éliminer l’analphabétisme au niveau national. Le PAS avait pour but d’alphabétiser deux millions de personnes en cinq ans, or, l’objectif visé pour l’année 1984-1985 n’a pas été atteint. Le PAS échoue, car il s’agit d’un programme politico-idéologique au service des intérêts du parti au gouvernement. La population n’apporte pas son adhésion au PAS. Même les organisations paysannes qui faisaient partie du « pacte social » ont été empêchées de poursuivre l’alphabétisation dans les coopératives agricoles.

79Pour qu’un programme d’alphabétisation réussisse au Salvador, il faudrait qu’il s’intègre à un processus qui remet en cause les racines mêmes de l’analphabétisme. Celles-ci trouvent leurs origines à la fois dans les structures économiques du pays et dans la crise sociale et politique, crise qui a pris depuis cinq ans la forme d’un conflit armé.

80Depuis 1981, les paysans habitant les zones les plus conflictuelles ont développé des initiatives d’alphabétisation. Elles ont donné naissance à un projet d’alphabétisation populaire.

81Cependant, l’existence d’un conflit armé rend aléatoire toute lutte d’une certaine ampleur contre l’analphabétisme. Une campagne nationale d’alphabétisation ne peut se mener à bien sans une situation de justice sociale et de paix.

Notes

1 Comisión Nacional de Planificación. Plan de desarrollo económico 1973-1977. San Salvador.

2 Cabarrús, Carlos. Génesis de una revolución, México 1983.

3 IEPALA. El Salvador y su historia, Madrid, 1980.

4 FAO. Situation Alimentaire Mondiale, 1977-1979.

5 IEPALA, op. cit.

6 Ministerio de Educación. Memoria de Labores 1984-1985, San Salvador 1985.

7 ANDES 21 de Junio. « Participación del magisterio en la búsqueda de la paz en El Salvador ». Document principal de la XIXe Assemblée Générale, San Salvador, 11-13. 6. 1985.

8 Ministerio de Educación, ODEPOR. Plan Nacional de desarrollo de la educación de adultos 1985-1989, San Salvador, 1985.

9 Ibidem.

10 UNESCO. Annuaire statistique 1983, Paris 1984.

11 Ibidem.

12 Ministerio de Planificación. Indicadores Económicos y Sociales, julio/1982-dic./1983, San Salvador.

13 Ministerio de Educación. Memoria de Labores 1984-1985.

14 Ministerio de Planificación, op. cit..

15 Enquête sur la situation de l’éducation au Salvador, 1985.

16 Ibidem.

17 UNESCO, op. cit.

18 Banco Central de Reserva de El Salvador. Indicadores Económicos 1980-1984.

19 Programa de Alfabetización Salvadoreño. Adelante! Cartilla del PAS, San Salvador 1984.

20 PAS. Guia metodológica, San Salvador 1984.

21 Comisión de Derechos Humanos. El Salvador 1984.

22 Ministerio de Educación, ODEPOR. Elementos del Plan Nacional de Cultura y Educación 1983-2000, San Salvador.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5248/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Légende Note9
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5248/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende Note10
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5248/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Note15
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5248/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende Note18
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5248/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 37k

Auteur

Institut des Hautes Études de lAmérique Latine. Sorbonne Nouvelle, Paris III

© Presses universitaires François-Rabelais, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540