Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

L'enseignement Primaire en Espagne et en Amérique Latine du XVIIIe siècle à nos jours

 | 
Jean-René Aymes
, 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

I. Premières politiques scolaires

Avatars de la formation des maîtres au Pérou : L'École Normale de Lima

Ève-Marie Fell

Volltext

  • 1 Reglamento de Instrucción Pública, Lima, Imprenta de Eusebio Aranda, 1850, 16 pp.
  • 2 Sur les Règlements édictés par Castilla, cf. Éve-Marie Fell, « La construcción de la sociedad peru (...)

1Dans son Reglamento de Instrucción Pública para las escuelas y colegios de la República (1850)1, le Président Castilla établit un certain nombre de principes, modestes dans leurs ambitions, mais qui ont le mérite de structurer pour la première fois l'enseignement péruvien2 : l'enseignement public est organisé en degrés ; l'école du premier degré devra être présente dans tous les villages et gratuite ppour les plus défavorisés ; enfin des programmes nationaux sont mis en place et vont permettre une certaine unification pédagogique visant à cimenter l'identité nationale.

2Si les collèges du second degré se développent rapidement au XIXe siècle, il n'en va pas de même pour les écoles de la Nation. En 1849, 260 écoles publiques enregistrent 13.118 élèves pour une population d'un peu plus de deux millions d'habitants. Quant aux maîtres, auxquels il n'est pas demandé d'autre niveau d'études que celui qu'ils prétendent enseigner, ils n'ont aucun statut et végètent dans la misère, tantôt sous-payés par les municipalités, tantôt payés en nature par les familles des élèves. Conscient de la nécessité d'améliorer leur formation, Castilla introduit dans son Règlement un article prévoyant la création à Lima d'une École Normale Centrale, qui devra être suivie un jour d'autres Écoles Normales à créer dans les diverses régions du pays. Prudent autant que pauvre, le législateur précise :

  • 3 Reglamento..., op. cit., p. 5.

«Todas se establecerán cuando pueda proveerse a su competente dotación»3.

  • 4 Cf. Reglamento de la Escuela Normal Central, presentado por el Director Miguel Estorch, Lima, Impr (...)
  • 5 Cf. ibid., p. 3.
  • 6 Cf. ibid., p. 8.

3Il faudra en effet plusieurs années pour mettre en place et doter correctement le seule École Normale Centrale de Lima, qui ne sera accompagnée d'aucune autre création régionale tant cette première tentative est peu probante. C'est seulement le 1er juin 1859 que l'établissement ouvre ses portes, sans que sa fonction formatrice soit clairement définie. Un premier Règlement de l'École est confectionné à la hâte pour répondre à des problèmes pratiques et urgents : trousseau des élèves, emploi du temps, châtiment des « fautes » et rémunérations des enseignants4. On constate que dès le départ, ni le but de l'entreprise ni les modalités exactes de recrutement ne sont convenablement précisées. La première promotion admise comprend des jeunes gens d'âge très divers (quinze à vingt-deux ans)5 dont on ne sait trop s'ils se destinent à l'enseignement dans les écoles du pays ou à la formation des instituteurs. Des fluctuations apparaîtront également dans les programmes des six années d'études qu'offre l'École Normale. Les enseignements mis en place en 1859 sont essentiellement axés sur les disciplines scientifiques dans une perspective préprofessionnelle (« Aritmética, Algebra y Geometría aplicadas a las artes e industrias »6). En revanche, on n'y relève ni philosophie ni histoire universelle ni littérature ni rien qui ressemble de près ou de loin à un enseignement pédagogique théorique.

  • 7 Código de Instrucción Pública del Perú presentado en proyecto a la Cámara de Diputados, Lima, Impr (...)
  • 8 Ibid., art. 80 à 88, pp. 24-25.

4On le sent, le gouvernement n'a pas arrêté sa doctrine en ce qui concerne l'établissement, qui reste le seul à former des élèves-maîtres. Un texte important, le Código de Instrucción Pública del Perú (1862)7, reflète bien ces incertitudes ; l'École se voit assigner une double mission : former à la fois des instituteurs et des professeurs pour les futures Écoles Normales qui restent à créer8 :

  • 9 Ibid., p. 24.

«La Escuela Normal Central de Lima tiene por objeto formar profesores para las Escuelas Normales de Distrito y preceptores de instrucción primaria para todas las Escuelas populares de la República»9.

  • 10 Reglamento orgánico para la Escuela Normal Central, Lima, Impr. de E. Aranda, 1863, 31 pp. Le text (...)
  • 11 «Formar maestros idóneos de instrucción primaria, que sirvan o dirijan las escuelas normales subal (...)

5Le nouveau règlement de l'École, édicté en 186310, entretient la même ambiguïté en continuant de confondre la formation des maîtres et celle des futurs professeurs d'E.N.11. Le gouvernement se trouve placé devant une alternative gênante : ou il admet que l'établissement forme des instituteurs, et le nombre des élèves-maîtres est alors dérisoire ; ou bien il décide de former des formateurs, à haut niveau, mais l'entreprise n'a de sens que si l'on crée parallèlement des Écoles Normales ou des Sections Normales de Collèges, ce que l'État péruvien n'a pas les moyens réels de faire. De ce fait, l'impact réel de l'E. Ν. sur l'enseignement primaire reste symbolique.

  • 12 Ibid., pp. 22-23.

6Qui sont les jeunes gens qui signent un engagement auprès de l'École ?12

  • 13 Il y a six bourses pour Lima, six bourses pour Cuzco, quatre pour Ancash, quatre pour Trujillo, tr (...)
  • 14 Cf. ibid., art. 81, p. 22.
  • 15 Ibid., p. 22.

7Ils doivent être cinquante, dotés d'une bourse mensuelle de quinze pesos pour leur entretien, et ils sont désignés, sans concours, par les Préfets sur la base d'une ventilation régionale préétablie13. L'accent n'est pas du tout mis sur leurs aptitudes intellectuelles, et le niveau d'admission est très bas : il leur suffit pour être recrutés (entre quinze et vingt ans) de savoir lire, écrire, de connaître le mécanisme des quatre opérations et d'avoir des « notions » de grammaire et de religion14. En revanche, les qualités morales sont primordiales ; les Préfets ne devront retenir que des candidats dont la famille soit aussi honorable que pauvre15 et qui pourront produire des certificats de bonne conduite signés par le curé de leur paroisse. La priorité sera donnée aux enfants des citoyens ayant bien servi la Nation et aux descendants des héros de l'Indépendance.

  • 16 Programme : Ibid., pp. 15-16.

8Le règlement de 1863, tout en introduisant à l'École les disciplines « littéraires » (Philosophie, Latin, Langues, Histoire et Littérature16), laisse la plus grande place à l'enseignement confessionnel, omniprésent au cours des quatre premières années d'internat. Catéchisme, Morale Chrétienne, Histoire de l'Église, Fondements du Catholicisme occupent un nombre d'heures considérable, en accord avec ce que stipule l'article 3 :

  • 17 Ibid., p. 3.

«La primera «enseñanza» tendrá por base la religion católica; y como la más importante de todas, porque tiende a la felicidad eterna del hombre, será atendida de preferencia en la Escuela»17.

9Et, en toute logique, le propos formateur de l'établissement se trouvera ainsi défini :

  • 18 Ibid., p. 4.

«Formar espíritus religiosos, buenos miembros de familia y ciudadanos útiles a la Patria»18.

  • 19 Le rôle du personnel de surveillance est de « dormir con los alumnos en el salón y cuidar de que t (...)

10Dans ce but, les mesures les plus sévères sont adoptées ; les élèves, constamment surveillés par un Regente, deux Inspectores et deux Celadores19, ont entre six heures du matin et vingt heures huit heures d'études et trois heures d'éducation physique ou d'atelier. Leurs jours de congé se réduisent à un dimanche par mois auquel s'ajoutent deux fêtes (28 juillet et 29 décembre) ainsi que deux jours de repos exceptionnel à l'occasion de l'anniversaire du Président de la République et de celui du Directeur de l'École. Les autres jours fériés sont consacrés à l'étude ou à des travaux sur table contrôlés par le Directeur.

  • 20 Ibid., p. 18.

11La formation pédagogique n'est pas totalement absente : en effet, à côté de l'E.N., existe une école annexe d'application de deux cents élèves qui doit servir à la formation des Normaliens de quatrième, cinquième et sixième années. Ceux-ci doivent assister quodidiennement à une partie des classes primaires de l'école annexe « para ejercitarse en la enseñanza de los párvulos »20, et les étudiants des deux dernières années peuvent même être désignés par le chef d'établissement pour seconder ou remplacer les maîtres défaillants.

  • 21 Ibid., p. 20.

12Chaque année, au mois de décembre, la promotion sortante se présente à un examen public écrit et oral auquel, en cas d'échec, l'élève-maître pourra se représenter deux fois. En cas de nouvel échec, les candidats malheureux sont déclarés « inhábiles para el profesorado »21. Les autres doivent, pour obtenir leur diplôme, avoir satisfait à trois conditions :

  1. Haber hecho y terminado sus estudios en la escuela.
  2. Haber observado en ella buena conducta.
  3. Haber sido aprobados en el examen general22.

13Les lauréats prononcent alors le serment suivant :

  • 23 Ibid., art. 70, p. 20.

«Juro a Dios y a la patria cumplir fielmente los cargos de mi magisterio, conforme a mis compromisos con el Supremo Gobierno, obedecer y hacer respetar en cuanto de mi depende la Constitución y Leyes del Estado, y propender por todos los medios que me sean posibles el fomento de la ilustración y moralidad de la República »23.

  • 24 Décret du 10 novembre 1869.
  • 25 Cf. Jorge Basadre. Historia de la República del Perú, Lima, Editorial Universitaria, 1969, vol. VI (...)

14En fait cette première École Normale Centrale n'aura qu'une durée d'existence assez brève, puisqu'ouverte en 1859 elle ferme ses portes en 1869. Supprimée par Décret24, elle n'est – fait exceptionnel – ni réformée ni remplacée, et son local est attribué à la Justice25. Les causes de cette disparition brutale sont évidentes : elles apparaissent d'ailleurs à la simple lecture des divers textes réglementaires qui concernent l'E.N.. Il est intéressant de constater que les mêmes difficultés, inhérentes aux structures de la société péruvienne, se retrouveront cinquante ans plus tard.

  • 26 Ibid., p. 256.
  • 27 Art. 76 et 77 du Reglamento orgánico..., 1863, p. 21.

15Outre des difficultés d'encadrement (l'École « use » huit Directeurs en dix ans !) sur lesquelles nous ne disposons pas de beaucoup d'informations, le premier problème que rencontre l'établissement est celui du recrutement. Loin de constituer un pôle d'attraction, l'École a du mal à recruter cinquante élèves internes, malgré la modestie extrême du bagage exigé. En 1859, on est obligé d'admettre plusieurs élèves qui ont dépassé de deux ans la limite d'âge ; l'année suivante, le nombre des internes tombe à trente six, alors que le nombre des élèves de l'école annexe est nettement supérieur aux chiffres prévus : 264 élèves au lieu de 20026. La raison en est simple : le règlement autorise des élèves externes issus de l'école d'application à suivre les cours offerts aux Normaliens et à se présenter aux examens ouvrant droit au Diplôme de Preceptor. Contrairement aux internes, ces élèves ne sont astreints à aucune obligation à leur sortie de l'E.N. : ils peuvent, s'ils le désirent, occuper un poste dans l'enseignement public du premier degré ; mais ils peuvent aussi poursuivre d'autres études ou bien ouvrir une école privée « en cualquier tiempo y lugar de la República »27.

  • 28 Le chapitre VIII du Règlement s'étend longuement sur les châtiments que peuvent subir les Normalie (...)

16Cette politique, qui consiste à mettre au service d'ambitions privées des enseignements qui devraient être réservés à de futurs fonctionnaires, n'est pas pour surprendre. Elle correspond à une perspective clairement tracée par le Président Castilla et qui sera reprise par le Président Manuel Pardo : l'école privée est non seulement reconnue mais encouragée par l'État péruvien, et toutes les facilités sont accordées à son développement. Cette perspectibve nait à la fois d'un engagement confessionnel bien connu (le catholicisme est pour longtemps encore religion d'État) et d'une nécessité : l'essor de l'école privée apparaît comme le seul moyen d'alphabétisation massive, l'État ne disposant que de très modiques ressources pour l'école publique. Les externes de l'École Normale Centrale, pour un droit d'inscription modeste, reçoivent donc une formation fondamentale et pédagogique, sans les désagréments d'un régime de vie de type carcéral28. Ils ne sont pas astreints à un exil lointain, dans une école de village isolée, tout en ayant acquis un diplôme professionnel dont la valeur nationale est reconnue. Ils sont les véritables bénéficiaires de l'entreprise.

  • 29 Cf. Basadre op. cit., p. 256. Il conclut : « Refleja el fracaso del esfuerzo para atraer gente cap (...)
  • 30 « Los estudios hechos por los seminaristas en la Escuela no tendrán valor académico y no se les da (...)

17Deuxième problème : celui de l'évasion ; les pensionnaires ayant obtenu leur titre de Preceptor cherchent par tous les moyens à éluder l'obligation de cinq ans d'enseignement primaire sur un poste non choisi qu'ils avaient dû accepter à l'entrée. Cette évasion, qui nous est confirmée par l'étude historique de Jorge Basadre29, est sous-jacente aux trois textes réglementaires successifs (1859, 1861, 1863) que nous avons pu retrouver : les développements consacrés à la répression de ce type d'évasion sont chaque fois plus longs et plus dissuassifs (ils peuvent même aller jusqu'à l'arrestation du fautif). Enfin, en 1863, un autre type d'évasion est contrecarré : la poursuite d'études supérieures. Aucun Normalien ne pourra être admis dans un établissement public d'enseignement tant qu'il n'aura pas accompli les cinq années réglementaires de préceptorat30.

18Les raisons de cette évasion sont loin d'être circonstancielles. La fonction d'instituteur, même pour un jeune homme pauvre de la sierra, n'a rien de très attrayant. Alors que les professeurs de collège viennent enfin d'obtenir, par le Décret du 28 février 1861, l'assimilation à la fonction publique (un texte qui sera d'une importance capitale pour l'essor du second degré), les instituteurs, à qui il n'est exigé d'autre niveau d'études que le primaire, ne jouissent d'aucun droit comparable : révocables à tout instant par les autorités municipales ou régionales, sous-payés et sous-considérés, ils ne bénéficient ni d'une retraite ni d'une quelconque aide sociale. Or les Normaliens, qu'on avait alléchés au départ par la perspective du professorat au sein des futures Écoles Normales Régionales, se retrouvent contraints d'accepter de simples postes d'instituteurs de village puisqu'aucune création d'E.N. n'a eu lieu. Dans ces conditions, le fiasco était inévitable.

  • 31 En 1869, un collège est créé à Lima dans le but d'accueillir à la fois des élèves du second degré (...)

19Cette première expérience sera suivie d'une longue période d'attentisme. Les gouvernements successifs manquent de moyens et se rabattent sur une solution moins onéreuse : l'ouverture de « Secciones Normales » dans divers collèges de province31. Enfin, Manuel Pardo décide d'abandonner complètement la formation des maîtres aux congrégations. En 1876, les religieuses françaises du Sacré Cœur, appelées au Pérou pour y fonder un Collège de jeunes filles, sont habilitées à y ouvrir une « Escuela Normal de Mujeres » qui fonctionnera des décennies. Parallèlement, en 1878, les Jésuites sont autorisés à ouvrir, en annexe à leur Collège de la Inmaculada, une « Escuela Normal de Varones », qui cessera de fonctionner, faute de candidats en nombre suffisant, en 1886.

***

  • 32 Sur l'enseignement primaire au début du siècle, cf. Roberto MacLean y Estenós, Sociología educacio (...)
  • 33 Art. 112 à 120 de la Ley orgánica de Instrucción. Primera enseñanza, Lima, Impr. de « El Nacional  (...)

20Les premières années du XXe siècle sont marquées au Pérou par une réorganisation profonde de l'enseignement primaire, dont les déficiences sont patentes. Les premières statistiques ministérielles de 1901-1902 font apparaître que 760 % des enfants sont toujours exclus du système scolaire, et que parmi ceux qui sont scolarisés, l'absentéisme atteint 50 %32. Une série de textes législatifs va tenter de modifier les structures de base du système : l'enseignement primaire est divisé en deux degrés, dont le premier est rendu obligatoire pour tous les enfants de six à quatorze ans sur l'ensemble du territoire national33. Le 2e degré de l'enseignement primaire ne sera, lui, organisé que dans les agglomérations dites non rurales, où deux cents enfants au moins sont scolarisables, et il n'a pas de caractère obligatoire.

  • 34 Art. 52 à 83, Ibid., pp. 15-16.
  • 35 Loi n° 162, du 5 décembre 1905.

21Les maîtres reçoivent dans ces nouveaux textes une attention plus soutenue. Un long développement leur est consacré dans la Loi Organique de 1901, qui distingue des « Preceptores principales » et des « preceptores auxiliares » et prévoit un embryon d'organisation de leur carrière34. Ces textes prennent toute leur valeur dans le cadre de la nouvelle Loi de 190535 qui met enfin un peu d'ordre dans le financement général de l'enseignement primaire. Alors qu'auparavant chaque école devait survivre avec des fonds locaux propres (dons, fondations, aide municipale) au risque d'incroyables inégalités, désormais les fonds collectés sont réunis et gérés par les trésoriers-payeurs généraux des Départements qui doivent les redistribuer en fonction des besoins réels. Les maîtres se voient assurés de recevoir un salaire fixe, versé par l'État, et ne dépendent plus de la générosité des parents ou du bon vouloir des autorités locales. Une certaine garantie de l'emploi leur est également offerte par l'article 19 qui soumet les renvois discrétionnaires, très fréquents, au contrôle de l'État :

  • 36 Cf. le texte de la loi, reprod. in MacLean y Estenós, op. cit., pp. 342-344.

«Los Preceptores npo podrán ser penados o destituidos sin los trámites previos prescritos por el Reglamento General de Escuelas que dictará el Poder Ejecutivo»36.

  • 37 Il est bien entendu que les Normaliens ne seront jamais affectés aux écoles du premier degré des a (...)

22Un effort timide est donc fait pour revaloriser la fonction du maître ; parallèlement un autre effort est fait pour améliorer sa formation : La Loi organique de 1901 établit la nécessité de créer dans le pays trois Écoles Normales pour les jeunes gens et trois Écoles Normales pour les jeunes filles ; elles auront pour but de former les maîtres des écoles du 2e degré (écoles urbaines non obligatoires), appelées à partir de 1905 « Centros Escolares ». Le recrutement devra être de bon niveau : les élèves-maîtres seront admis après concours, avec un cycle secondaire complet, et ils signeront un engagement de cinq ans. En réalité, faute de moyens, cinq Écoles restent en attente : le Décret Suprême du 28 janvier 1905 porte création effective d'une seule « Escuela Normal de Varones » à Lima. Celle-ci ouvre ses portes au mois de mai de la même année, ainsi qu'une école annexe d'application. Les premiers Normaliens, recrutés à condition d'avoir obtenu au cours de leur scolarité secondaire deux tiers de qualifications « sobresalientes », reçoivent une formation théorique et pratique de deux années, à l'issue de laquelle ils doivent enseigner cinq ans dans un « Centro Escolar »37. L'École Normale de Lima fonctionnera une vingtaine d'années, avant d'être transformée en Institut Pédagogique National, chargé du perfectionnement de maîtres du premier et du second degré.

23Le bilan de cette deuxième expérience peut-il être considéré comme plus probant que le précédent ? Ce n'est pas évident, si l'on en juge d'après la revue que publient les anciens Normaliens, La Educación Nacional, et les nombreux ouvrages de réflexion que publient d'anciens élèves, trop nombreux pour pouvoir être cités tous. Nous constatons que les problèmes qui avaient provoqué l'échec de la première expérience d'École Normale Centrale restent présents et semblent même s'être aggravés.

  • 38 Sur l'encadrement, cf. Angel Adolfo Prialé, « La Educación Primaria en el Perú desde 1905 hasta 19 (...)

24L'École bute à nouveau sur la difficulté d'encadrement ; comme au XIXe siècle, le pays ne dispose pas de pédagogues bien formés. Il faudra faire appel à des enseignants étrangers, peu informés des réalités nationales, et dont l'influence « extranjerizante » sera vigoureusement contestée par les élèves. C'est un pédagogue belge, le Dr. Poiry, qui sera le premier Directeur (1905-1910), et il s'entoure de professeurs allemands, suisses, français et suédois38. A partir de 1910, l'École est reprise en mains par un membre de la mission nord-américaine arrivée au Pérou en 1907 sous la direction du Professeur Bard, le Professeur Joseph Mac Knight, qui donne à l'enseignement une tournure beaucoup plus pragmatique, heureusement fondée sur une certaine connaissance du terrain (Mac Knight avait été Inspecteur d'Éducation à Puno pendant deux ans). Après son renvoi – il est accusé de diffuser le protestantisme parmi les Normaliens – son successeur, le Dr. Whilar (Nicaraguayen) fait entrer une équipe d'encadrement où dominent les Argentins. Une lente « peruanización » ne débutera qu'à partir de 1919, avec l'arrivée à la direction d'Enrique Guzmán y Valle. Encore cet enracinement national sera-t-il synonyme d'une baisse de niveau dénoncée par les Normaliens, les considérations de politique et d'influence jouant un rôle important dans les nouvelles nominations. Dans ces conditions, la formation des maîtres restre théorique, éloignée des réalités du terrain, et ce déphasage n'est, comme le souligne le plus illustre des anciens élèves de l'E.N., José Antonio Encinas, que le reflet d'une politique générale d'abandon de l'éducation à des maîtres ou des congrégations peu soucieux de l'intérêt national et de la population indigène :

  • 39 J. A. Encinas, Un ensayo de escuela nueva en el Perú, Lima, Imprenta Minerva, 1932, p. 66.

«Nuestras escuelas, especialmente aquellas donde debía incidir el movimiento nacionalista, se encuentran en manos extranjeras (...), bajo la direccion de suizos, españoles, franceses, chilenos, alemanes, todo un mosaico de nacionalidades. Salesianos, lazaristas, mercedarios dirigen escuelas normales, colegios, granjas-escuelas. Tres misiones de Americanos han pasado por las oficinas de la Dirección General de Enseñanza. Todos los colegios de mujeres están dirigidos por congregaciones religiosas extranjeras (...). Todo esto acusa en el orden pedagógico la falta de dirección determinada para engendrar un ideal nacionalista. El asunto es más grave si se piensa que los mentores de este ideal han olvidado que la verdadera nacionalidad reside en el Indio»39.

  • 40 Chuquihuanca, indien, abandonnera l'E. Ν. avant d'obtenir le diplôme, déçu par le caractère conser (...)

25Second problème : celui du recrutement. L'École, dont la création suscite un intérêt momentané en raison de son niveau de recrutement (cycle secondaire complet et brillant), attire au tout début de son histoire des étudiants ambitieux qui espèrent contribuer à la revalorisation du primaire, mais à un haut niveau de responsabilité. Nombreux sont ceux, parmi les dix neuf premiers diplômés, qui deviendront célèbres dans le monde politique ou littéraire, et on constate que la plupart avaient abandonné des études supérieures en cours pour poser leur candidature à l'E.N. Parmi ses condisciples, Encinas évoque, par exemple, le souvenir de deux amis p£ueños, Telésforo Catacora et Francisco Chuquihuanca, qui étaient étudiants en Droit avant de devenir Normaliens40. Puis, très vite, le recrutement se tarit, au point de compromettre l'avenir de l'établissement : trois admis en 1910, un en 1913... Il est clair que les diplômés du second degré ne sont plus attirés à partir de 1910 par les perspectives que leur offre l'E.N., ce qui contraint le Directeur Mac Knight à baisser substantuellement le niveau de recrutement : il suffit à partir de 1911 d'avoir suivi les deux premières années du cycle secondaire pour être admis. Il y a là une profonde réorientation, tant du point de vue de la qualification des élèves-maîtres que de celui de leur origine sociale.

  • 41 Pedro Barrantes Castro, Los maestros pormalistas en el Perú, Cajamarca, Tip. Olascoaga, 1920, pp. (...)

26Parallèlement, on retrouve la tendance systématique à l'évasion que nous avions notée précédemment. Les diplômés cherchent à échapper à l'obligation de cinq ans et à poursuivre d'autres formations leur permettant de ne pas enseigner dans le primaire. Malgré les réglementations successives (les Normaliens n'ont pas le droit de s'inscrire à l'Université avant d'avoir accompli leurs obligations ; on ira même jusqu'à leur interdire de suivre le moindre enseignement tout en assurant leurs cours), la majorité d'entre eux parvient à embrasser d'autres carrières : diplomatie, barreau, commerce, journalisme, haute administration ou carrière politique... Une intéressante étude d'un ancien Normalien, Pedro Barrantes Castro (promotion 1915-1916) met clairement en évidence ce phénomène parmi ses condisciples41. Ainsi l'enseignement primaire péruvien se trouve-t-il rapidement privé de ses maîtres les mieux formés, ainsi qu'en témoigne la carrière très représentative d'Encinas lui-même, successivement Directeur d'un Centre Scolaire de Puno (l'engagement de cinq ans), puis Docteur ès Lettres, Juriste, avocat, Député, Sénateur...

  • 42 Cf. Encinas, op. cit., p. 22.

27Les raisons de cette évasion sont multiples. Certaines sont liées au caractère décevant des études proposées à l’E. Ν. et à la pauvreté de ses moyens, peu faits pour motiver fortement des jeunes gens brillants. Pour ne citer qu'un seul exemple, l'établissement a été créé sans aucune dotation pour une bibliothèque, et pendant plusieurs années il fonctionne sans aucun livre de consultation ; à partir de 1911, Mac Knight réussira à faire acheter quelques manuels... tous en anglais ! Par ailleurs, le système d'internat, aussi militaire dans son inspiration que celui de 1859, est difficilement supporté par les jeunes gens ; plusieurs grèves éclateront contre cette absurde « disciplina de cuartel » qui s'inspire d'un seul mot d'ordre cent fois répété : « Silencio, Obediencia y Trabajo »42. Les perspectives professionnelles sont d'autre part bouchées par l'existence d'un corps nombreux d'Inspecteurs d'Éducation, dont la nomination relève directement des intrigues politiques régionales. Les Normaliens, qui espéraient pour la plupart accéder à ces fonctions moins ingrates, se voient contraints d'enseigner dans les Centres Scolaires, sous la houlette « pédagogique » de personnages puissants dont le seul mérite est en général d'avoir rendu quelque service à tel ou tel cacique local ou limeño.

  • 43 Ibid., p. 25. Les protestations redoublent évidemment lorsque le décret du 4 mai 1914 supprime les (...)

«Los Normalistas fueron nombrados como directores de Centros Escolares bajo la autoridad de Inspectores de Educación cuyo personal fue sacado, en su mayor parte, de los bajos fondos sociales de Lima (...) El Gobierno obedeció a insinuaciones de los caciques de provincia y envió como Inspectores de Educación, en lugar de los Normalistas, a gente de dudosa procedencia y de falta absoluta de conocimientos pedagógicos : abogados sin clientela, exsubprefectods y comisarios de policía, guarda-espaldas y rufianes de los políticos, todo este detritus social sirvió al civilismo para desempeñar la trascendental misión de reformar la educación pública. La brilante juventud que abandonó los claustros universitarios para abrazar la carrera del magisterio fue relegada, escluída sin motivo alguno»43.

  • 44 Encinas et Barrantes Castro rappellent opportunément qu'au cours des quinze premières années, la q (...)

28Plus en profondeur, c'est l'image même du maître d'école qui se trouve mise en cause : les premiers étudiants qui accèdent à l'E.N. sont issus des classes moyennes et ils attendent de leur perfectionnement dans cet établissement une opportunité d'ascension sociale et régionale44. Leur désir de travailler au service de l'éducation nationale, dans son secteur le plus déshérité, est sincère mais ils n'envisagent d'agir qu'à un certain niveau de responsabilité : inspection, direction de collèges, administration. Le plus grave échec que nous parait subir cette deuxième expérience est son incapacité à susciter de vraies vocations enseignantes, c'est-à-dire à changer l'image peu attractive de l'instituteur. Et il faut bien reconnaître que des générations de Normaliens, par leur refus obstiné de s'intégrer une fois pour toutes au corps des maîtres du primaire, n'auront rien fait pour modifier cette image défavorable. Ils ne sont pourtant pas menacés d'une nomination dans ce qui constitue le réseau de base de l'enseignement du premier degré : les minuscules écoles élémentaires isolées où des élèves d'origine indigène et de tous âges apprennent quelques rudiments sans livres ni cahiers. Ils sont envoyés, avec le titre de Directeur, dans des Centres Scolaires urbains, dotés de plusieurs classes et de moyens appropriés, où le Normalien ne se trouve ni seul ni incompris. Cela n'empêche pourtant pas un véritable mythe du « maître-paria » de se former et d'être omniprésent dans les écrits des anciens élèves de l'E.N. A preuve l'affreux tableau que brosse Pedro Barrantes Castro :

  • 45 Barrantes Castro, op. cit., p. 39, soul. dans le texte.

«¡Ah! Sólo verse en una miserable escuelita de los Andes, cuyo local es inapropiado y estrecho, donde los niños tienen que tomar asiento... en el suelo, y el material intuitivo de enseñanza brilla ausente, y, además, teniendo que contrarrestar, valido de la persuasión, del ejemplo y abnegado trabajo, las olas encrespadas de la ignorancia y la susceptibilidad del medio social rudimentario; ¡Ah, repito, uno tiene ya para santificarse por su paciencia con más derecho que el propio santo Job!»45.

  • 46 « El maestro en el orden a los goces de cesantía, jubilación y montepío, sigue dentro de una condi (...)

29Si, dans la réalité, le tableau est beaucoup moins noir, c'est sur le plan financier que repose, pour l'essentiel, l'image défavorable de l'enseignant du primaire. La longue étude comparative que consacre Encinas à la situation et à la rémunération des maîtres en Espagne, dans divers autres pays d'Europe et au Pérou, fait ressortir l'archaïsme d'un système où n'existe aucun « Escalafón de Maestros » ; celui-ci, s'il était créé, rétablirait les instituteurs dans leur dignité en les mettant à l'abri des intrigues locales et en leur offrant des perspectives financières de carrière qui modifieraient rapidement leur image dans l'opinion. Comme il le souligne, d'autres catégories de fonctionnaires ont su arracher aux autorités des avantages financiers qui font que le juge ou l'officier, par exemple, occupent des places enviées dans l'échelle sociale, alors que le maître d'école, sous-payé jusqu'à la fin de sa « carrière », est méprisé46.

  • 47 A laquelle il conviendrait d'ajouter la floraison de périodiques pédagogiques et culturels lancés (...)

30Il est intéressant de voir le reflet direct de ces problèmes et des préoccupations professionnelles des Normaliens à travers leurs premiers Congrès : Arequipa (1911), Trujillo (1913), ainsi que les nombreuses pétitions qui sont reproduites dans leur organe d'expression, La Educación Nacional. Cette importante littérature47 dégage clairement les motifs d'insatisfaction que nous retrouvons résumés dans un « Mémorial » de 1913, adressé au Gouvernement :

  1. Aumento gradual de los haberes de los preceptores fiscales.
  2. Organización del preceptorado dándole derecho a ulteriores ascensos.
  3. Que las inspecciones de instrucción sean desempeñadas por preceptores que tengan los requisitos exigidos por la ley.
  4. Desligar de toda influencia política el nombramiento de inspectores de instrucción u preceptores, atendiéndose sólo a los títulos, méritos y años de servicios que posea el candidato48.
  • 49 Il faut rappeler que le système péruvien mis en place pour pourvoir les postes du primaire (déclar (...)

31Réhabilitation financière et rejet des interventions politiques sont des exigences justifiées dans un contexte qui ne se modifiera, malheureusement, que très peu tout au long au XXe siècle49. Plus caractéristique est la revendication permanente d'ascension sociale qui s'exprime par le biais de l'ouverture à diverses carrières jugées plus honorifiques : inspection ou direction d'établissement scolaire du second degré. La spirale parait irréversible : dès qu'ils sont distingués parmi leurs pairs et reçoivent une formation de meilleure qualité que les autres futurs maîtres, les élèves-maîtres n’ont plus qu'une idée, accéder à un autre corps et échapper à l'enseignement pour lequel ils ont été recrutés, payés et formés.

  • 50 Sous Leguía seront créées des « Secciones Normales para Maestros » dans divers collèges secondaire (...)
  • 51 Cf. Ève-Marie Fell, « Les Núcleos Escolares Campesinos ; un échec révélateur ». Actes du VIe collo (...)

32Le problème doit être replacé dans un cadre plus général. En l'absence d'une politique courageuse visant à réhabiliter, au prix d'un grand effort national et d'une reconversion des priorités, l'enseignement primaire et ses maîtres, tout effort ponctuel pour former une élite enseignante à ce niveau nous parait voué à l'échec50. Que l'on croie à la sincérité des intentions gouvernementales, ou que l'on voie comme Encinas un « alibi civiliste » dans l'ouverture de la deuxième École Normale, il nous semble évident que cet échec renvoie à un tout un choix de société auquel adhère l'ensemble de la population blanche et métisse : la priorité accordée à l'enseignement secondaire et supérieur, l'indifférence à l'analphabétisme populaire, le mépris vis-à-vis des masses indigènes et, par voie de conséquence, vis-à-vis de ceux qui tentent de leur enseigner quelque chose. Le problème ne disparaîtra pas de sitôt : nous avons montré ailleurs que, des années plus tard, une expérience généreuse, les « Núecleos Escolares Campesinos » créés en 1945 à l'intention des enfants indigènes, butera sur les mêmes problèmes : pénurie d'encadrement, difficulté de recrutement, et surtout évasion d'une élite enseignante, formée spécialement pour l'enseignement rural en milieu indigène, et qui confrontée au caciquisme local et à de dures conditions d'existence, n'assurera pas longtemps sa tâche51. Aucune expérience pédagogique, aucune institution nouvelle ne sont capables, à elles seules, de modifier des modèles de ségrégation profondément ancrés dans les mentalités nationales.

Anhänge

ANNEXE

Publications pédagogiques 1905-1917*

La Escuela, Ayacucho, 1907 (Normalien M. A. Hierro).

La Educación, Puno, 1907 (Normalien J. A. Encinas).

El Educador de los Niños, Puno, 1909 (Normalien J. A. Encinas et Inspecteur J. A. Mac Knight).

El Hogar y la Escuela, Lima, 1910 (Srta Elvira García y García).

La Voz del Magisterio, Lima, 1910 (Organo de la Liga Nacional de Primera Enseñanza).

La Escuela Moderna, Lima, 1911 (Organo de la Escuela Normal de Barones).

Boletín de la Comisión Especial de Instrucción, Liùma, 1911 (Manuel Vicente Villarán, Président. Deux livraisons : 1911 et 1912).

Estimulo y defensa, Arequipa, 1911 (Normamlien Luis H. Bouroncle).

El Magisterioi y el Pueblo, Lima, 1913 (Normaliens Juan Villar et Jesús Vera Portocarrero).

Cultura infantil, Τrujillo, 1913 (Srta Alva Saldaña).

La Educación Nacional, Lima, 1913 (Organo de los Normalistas del Perú).

El Magisterio y el Pueblo, Jauja, 1913 (Máximo Villar).

La Regeneración Escolar, Cajamarca, 1913 (Normalien Gustavo Sánchez).

Qué será la pedagogía ? 1913 (Normalien Victor A. Rodríguez).

El Escolar, Contumaza, 1913 (César Ward).

El Escolar, Abancay, 1913.

El Estudiante, Abancay, 1913 (Normalien Nicpolás Contreras)

El Estudiante, Abancay, 1913 (Normalien Nicpolás Contreras)

La Enseñanza contemporánea, Arequipa, 1914.

La Enseñanza Pública, Lima, 1915 (Normaliens Jesús Vera Portocarrero et César Oré).

La Educación Popular, Lima, 1917 (Normalien Luis C. Infante).

Anmerkungen

1 Reglamento de Instrucción Pública, Lima, Imprenta de Eusebio Aranda, 1850, 16 pp.

2 Sur les Règlements édictés par Castilla, cf. Éve-Marie Fell, « La construcción de la sociedad peruana : estado y educación en el siglo XIX », Colloque AHILA, Florence, mai 1985, Actes à paraître en 1986.

3 Reglamento..., op. cit., p. 5.

4 Cf. Reglamento de la Escuela Normal Central, presentado por el Director Miguel Estorch, Lima, Impr. del Gobierno por E. Aranda, 1859, 13 pp. Le texte est daté à la fin du 23 mars 1859.

5 Cf. ibid., p. 3.

6 Cf. ibid., p. 8.

7 Código de Instrucción Pública del Perú presentado en proyecto a la Cámara de Diputados, Lima, Imprenta de « El Comercio » por J. M. Monterola, 1862, 75 pp.

8 Ibid., art. 80 à 88, pp. 24-25.

9 Ibid., p. 24.

10 Reglamento orgánico para la Escuela Normal Central, Lima, Impr. de E. Aranda, 1863, 31 pp. Le texte est daté du 10 juin 1863.

11 «Formar maestros idóneos de instrucción primaria, que sirvan o dirijan las escuelas normales subalternas que más tarde se han de establecer en todos los Departamentos, con el fin de regularizar y uniformar dicha instrucción en toda la República», ibid., p. 3.

12 Ibid., pp. 22-23.

13 Il y a six bourses pour Lima, six bourses pour Cuzco, quatre pour Ancash, quatre pour Trujillo, trois pour chaque Département restant et une pour chaque « provincia litoral ». Ibid., p. 25.

14 Cf. ibid., art. 81, p. 22.

15 Ibid., p. 22.

16 Programme : Ibid., pp. 15-16.

17 Ibid., p. 3.

18 Ibid., p. 4.

19 Le rôle du personnel de surveillance est de « dormir con los alumnos en el salón y cuidar de que todos ellos se acuesten y levanten a las horas de reglamento (...), llevarlos o sacarlos en formación y buen orden a la capilla, estudio, comedor y dormitorio » etc., ibid., art. 25, p. 12.

20 Ibid., p. 18.

21 Ibid., p. 20.

22 Ibid., p. 21.

23 Ibid., art. 70, p. 20.

24 Décret du 10 novembre 1869.

25 Cf. Jorge Basadre. Historia de la República del Perú, Lima, Editorial Universitaria, 1969, vol. VI, p. 255.

26 Ibid., p. 256.

27 Art. 76 et 77 du Reglamento orgánico..., 1863, p. 21.

28 Le chapitre VIII du Règlement s'étend longuement sur les châtiments que peuvent subir les Normaliens : ils vont des punitions classiques (privation de récréation, piquet) à des mesures plus graves telles que privation de nourriture ou « encierro en los calabozos por más de un día », ibid., pp. 26-27.

29 Cf. Basadre op. cit., p. 256. Il conclut : « Refleja el fracaso del esfuerzo para atraer gente capaz al magisterio primario profesional en Lima, dispuesta a cumplir con el compromiso de trabajar en provincias ». De son côté, le quotidien El Comercio avait dénoncé cette évasion et l'échec de l'Ecole dans une campagne de presse de février-mars 1864.

30 « Los estudios hechos por los seminaristas en la Escuela no tendrán valor académico y no se les dará certificado de ellos ni se les admitirá como estudiantes en ninguno de los Colegios Nacionales, mientras no acrediten haber llenado sus compromisos de enseñanza con el Gobierno », art. 90, Reglamento orgánico..., p. 23.

31 En 1869, un collège est créé à Lima dans le but d'accueillir à la fois des élèves du second degré et des normalistas ; pour des raisons que nous ignorons encore, il est supprimé en 1871. Une section de ce type est ensuite créée au sein du collège déjà existant de Nuestra Señora de Guadalupe. Cf. Basadre, op. cit., vol. VI, p. 256.

32 Sur l'enseignement primaire au début du siècle, cf. Roberto MacLean y Estenós, Sociología educacional del Perú, Lima, Talleres Gráficos de Librería e Imprenta Gil, 1944, pp. 315-320.

33 Art. 112 à 120 de la Ley orgánica de Instrucción. Primera enseñanza, Lima, Impr. de « El Nacional » por Pedro Lira, 1901, pp. 26-28.

34 Art. 52 à 83, Ibid., pp. 15-16.

35 Loi n° 162, du 5 décembre 1905.

36 Cf. le texte de la loi, reprod. in MacLean y Estenós, op. cit., pp. 342-344.

37 Il est bien entendu que les Normaliens ne seront jamais affectés aux écoles du premier degré des agglomérations rurales. Résumant son action législative de l'année 1905, le Ministre de l'Instruction Jorge Polar n'hésitait pas à exprimer son indifférence quant à la formation des instituteurs des petites écoles d'indiens : « A los maestros indígenas, a esos que van a actuar en los caseríos o ayllus, no se les exigirá mucha ciencia, pero sí mucha bondad, mucha paciencia y un corazón bondadoso como que van a educar a niños de una raza infortunada y abatida », Memoria del Ministro de Instrucción, Dr. Jorge Polar, al Congreso, Legislatura ordinaria de 1906, reprod. in MacLean y Estenos, op. cit. p. 345.

38 Sur l'encadrement, cf. Angel Adolfo Prialé, « La Educación Primaria en el Perú desde 1905 hasta 1913 », La Educación Nacional, Organo de los Normalistas del Perú, n° 2, julio de 1913, pp. 16-22. La France envoie un professeur diplômé de l'École de Gymnastique de Joinville pour la formation des maîtres en éducation physique.

39 J. A. Encinas, Un ensayo de escuela nueva en el Perú, Lima, Imprenta Minerva, 1932, p. 66.

40 Chuquihuanca, indien, abandonnera l'E. Ν. avant d'obtenir le diplôme, déçu par le caractère conservateur de l'enseignement et de l'internat. De son côté, Encinas lui-même, brillant étudiant, entre à l'École contre le gré de sa famille ; « que seguía viendo en el maestro de escuela al pobre y desgarbado sujeto, victima de la incomprensión y del menosprecio sociales », ibid., p. 85.

41 Pedro Barrantes Castro, Los maestros pormalistas en el Perú, Cajamarca, Tip. Olascoaga, 1920, pp. 32-34. L'État exigeait pourtant, outre un engagement sur l'honneur, une caution de mille deux cents soles à l'entrée de l'École.

42 Cf. Encinas, op. cit., p. 22.

43 Ibid., p. 25. Les protestations redoublent évidemment lorsque le décret du 4 mai 1914 supprime les Inspecteurs d'Instruction ou d'Education et confie leur charge... aux sous-préfets !

44 Encinas et Barrantes Castro rappellent opportunément qu'au cours des quinze premières années, la quasi-totalité des Normaliens est issue de la province, surtout de la sierra.

45 Barrantes Castro, op. cit., p. 39, soul. dans le texte.

46 « El maestro en el orden a los goces de cesantía, jubilación y montepío, sigue dentro de una condición de inferioridad mortificante e injusta. Mientras que en el ejército y en la magistratura los sueldos han ido casi en progresión geométrica, el que corresponde a los maestros ha sufrido un irrisorio e insignificante aumento. Tal situación coloca al maestro en una notoria desigualdad. Allí donde comienza el sueldo mínimum de un oficial del Ejército, allí termina el sueldo máximum de un maestro. ¡A los sesenta años gana un maestro lo que un oficial gana antes de cumplir los veinte años ! », J. A. Encinas, op. cit., p. 43.

47 A laquelle il conviendrait d'ajouter la floraison de périodiques pédagogiques et culturels lancés par les Normaliens. La Educación Nacional n'en recense pas moins de vingt, entre 1907 et 1917 – cf. annexe.

48 « Memorial », reprod. in La Educación Nacional, n° 4, setiembre de 1913, p. 19.

49 Il faut rappeler que le système péruvien mis en place pour pourvoir les postes du primaire (déclaration de vacance, appel local de candidatures, « concours » où toutes les formes d'appui ou d'intervention politiques sont monnaie courante) n'est pas fait pour aboutir à une répartition très objective des maîtres...

50 Sous Leguía seront créées des « Secciones Normales para Maestros » dans divers collèges secondaires de province. Enfin, à partir de 1940, sont fondées les premières « Escuelas Normales Rurales » (une par Département).

51 Cf. Ève-Marie Fell, « Les Núcleos Escolares Campesinos ; un échec révélateur ». Actes du VIe colloque AFERPA, Grenoble, Impr. de l’Université, 1984, pp. 102-117.

Endnoten

* D'après La Educación Nacional, op. cit., n° 2, juillet 1913 et n° 11, novembre 1918. Nous indiquons la date de première parution et, entre parenthèses, le responsable indiqué. Certaines publications sont sans doute éphémères, d'autres plus solides, comme Estimulo y Defensa (Arequipa), qui publie 13 numéros pour 1911-1914 ou La Educación Nacional (Lima), avec 12 numéros pour 1913-1921.

Autor

Université François Rabelais

© Presses universitaires François-Rabelais, 1986

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540