Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'enseignement Primaire en Espagne et en Amérique Latine du XVIIIe siècle à nos jours

 | 
Jean-René Aymes
, 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

VI. École et idéologies sous le franquisme

L'image de l'École dans deux autobiographies contemporaines : Juan Goytisolo et Carlos Barral

Jean-Pierre Castellani

Texte intégral

  • 1 Philippe Lejeune : Le Pacte Autobiographique. Éditions du Seuil. Paris. 1975.

1Malgré quelques corrections apportées depuis, Philippe Lejeune a donné, dès 1975, dans son Pacte Autobiographique, la meilleure définition de l'autobiographie : « récit rétrospectif en prose qu'une personne réelle fait de sa propre existence, lorsqu'elle met l'accent sur sa vie individuelle, en particulier sur l'histoire de sa personnalité »1. Dans cette rétrospection d'un individu qui se raconte lui-même, en se tournant forcément vers son passé, l'enfance et l'adolescence ne peuvent que prendre une place prépondérante, et, à travers elles, l'École qui occupe une grande partie du temps de l'être humain à ce moment de sa vie. C'est pourquoi elle apparaît tout naturellement dans les récits de type autobiographique qui, d'une certaine manière, peuvent fournir une source appréciable de documentation à ceux qui souhaitent mieux connaître le système éducatif du passé, par le biais de ces témoignages directs. Pourtant, il s'agit de savoir ce qui l'emporte d'une part de la graphie, c'est-à-dire de l'écriture et de la reconstitution plus ou moins arrangée ou déformée, et d'autre part de la bio, autrement dit la vie réelle, sans aucune transformation, idéalisation ou critique introduites par l'adulte qui écrit et raconte, plusieurs années plus tard, après une expérience existentielle en général bien avancée. Le point de vue de l'adulte peut fausser la représentation de l'enfance, et donc celle du monde de l'école, mais il peut aussi permettre de trouver, dans ces premières et fondamentales impressions, les bases ou les germes de sa future vie d'homme mûr.

  • 2 Juan Goytisolo : Coto vedado. Seix Barral. Biblioteca Breve. 1985.
  • 3 Carlos Barral : Años de penitencia. Alianza Tres. Cuarta Edición. 1982.

2C'est la démarche entreprise par deux hommes de lettres contemporains : le romancier Juan Goytisolo avec Coto Vedado, publié en 19852 et le poète-éditeur Carlos Barrai avec Años de penitencia publié en 19753. Le premier est né à Barcelone, en 1931, et le second, dans la même ville, en 1928. Ils ont donc vécu, tous deux, la même circonstance historique, à trois ans près, c'est-à-dire la Seconde République, la Guerre Civile et le Franquisme, dans un espace commun : la Catalogne, et plus particulièrement sa capitale Barcelone. Il peut être intéressant de comparer leurs itinéraires scolaires respectifs, l'image qu'ils en donnent dans leurs livres et les leçons qu'ils en tirent.

3Juan Goytisolo fait tenir son récit, qui ne porte pas le nom de roman ni de mémoires, dans une chronologie bien précise. Il part d'abord des premières années d'école, en 1936, jusqu'à l'entrée à l'Université, en 1948, après avoir réussi le terrible examen d'Etat. Il convre donc, dans la première moitié de son livre, dix-sept années de la vie du futur écrivain, et suit exactement son itinéraire d'écolier et de lycéen à travers les différents établissements qu'il a fréquentés : l'École des Carmélites d'abord (el Colegio de las Teresas), puis le Collège des Jésuites de Sarria en 1939, enfin celui des Frères des Écoles Chrétiennes de Saint Jean-Baptiste de la Salle, dans le quartier de Bonanova, de 1943 à 1948. A l'évidence, le jeune Goytisolo, enfant élevé dans une famille qui offre « la estampa típicamente burguesa de la época » – voiture, père petit industriel, catholique monarchiste, anticatalan, mère lectrice de romans français de Proust ou de Gide – va recevoir une éducation familiale et scolaire extrêmement traditionnelle. Pourtant les événements dramatiques de 1936 ouvrent une brèche dans ce bloc monolithique : ce que le cinéaste Jaime Camino a appelé « Les longues vacances de 1936 » permet au jeune garçon de connaître quelques années de liberté, en dehors de toute contrainte scolaire. Les écoles sont fermées, et dans les villages où la famille se réfugie, il est un enfant sauvage qui joue, se promène et goûte à une liberté qui lui fera cruellement défaut plus tard. La guerre, pour l'enfant, représente non seulement les bombardements, les affrontements dans les rues et les Chants de Brigades Internationales, mais aussi, des vacances inespérées et appréciées, jamais oubliées malgré son jeune âge :

  • 4 Juan Goytisolo : op. cit., p. 78.

Fuera de estas actividades religioso-castrenses, disfrutábamos de completa libertad. Las escuelas no habían abierto aún : paseábamos por la carretera de Espinelves, jalonada todavía de vehículos chamuscados o reducidos a chatarra ; cazábamos pájaros con tiradores de goma ; nos apandillábamos con los niños del pueblo. Nuestro aspecto era de verdaderos salvajes4.

4L'après-guerre, en revanche, ouvre une longue période de difficultés économiques pour son père désormais seul avec ses enfants, à la suite de la mort tragique de la mère au cours d'un bombardement à Barcelone, et pour l'enfant, elle marque sa véritable entrée à l'École. Très vite, celle-ci est perçue comme un monde hostile, grégaire et ennuyeux.

  • 5 Ibid., pp. 86-87.

La etapale Viladrau – libertad un tanto salvaje a que nos habíamos acostumbrado, afición precoz a leer, propensión al aislamiento, hábitos autodidactas – me separaba y separaría en lo futuro del resto de mis compañeros. Aunque el mundo escolar en el que entrábamos tendía a uniformar y disciplinar, la atracción centrifuga de nuestra existencia tribal se imponía a la postre con mayor fuerza5.

5De ces années, ne surnagent dans sa mémoire que quelques lambeaux de souvenirs particulièrement marquants : l'épidémie de typhus, la voix du Caudillo à la radio et les chansons en son honneur entonnées dans la cour, la descente dans la rue, chemises bleues et bérets rouges, sous la houlette des pères, pour aller applaudir le passage du Comte Ciano, ou tout simplement l'élève d'origine humble, appelé famulo, obligé de nettoyer les classes.

6Jamais intégré à ses compagnons, à la fois misanthrope et mythomane, le jeune Juan éprouve une véritable haine à l'égard du collège, à la suite du châtiment que lui inflige un professeur de mathématiques :

  • 6 Ibid., p. 92.

Pero desde entonces sentía la ojeriza de algunos profesores y, en reacción a ella, dejé de interesarme en los estudios6.

7Voilà pourquoi, dans son récit, à partir de ce moment, l'évocation des vacances à Torrentbo, et de tous les avatars familiaux : expériences agricoles de son père, maladie de la grand-mère, épisode délicat des avances d'un parent homosexuel prend plus de place que celle du collège. Deux univers s'opposent systématiquement : d'un côté, la maison avec la lecture et des découvertes qui le passionnent, une Geografía pintoresca ilustrada, grâce à son oncle Léopold, les personnages d'Elena Fortuny, ou de Emilia y los detectives, la série des Aventuras de Guillermo, une Histoire d'Espagne, la Decadencia de Occidente de Spengler, des autobiographies, des Histoires européennes, des revues de cinéma. Dans la foulée, l'adolescent écrit même un roman sentimental sur Jeanne d'Arc, une histoire inspirée de la Résistance française aux nazis ou des exploits de Kid Carson. Face à ce monde qui excite et incite sa curiosité, sa sensibilité et son imaginaire, se dresse d'un autre côté, l'univers de l'École réduit aux jugements critiques de Guillermo Díaz Plaja, et à des gloses pédantes et aux récits de voyages du Père Coloma. Aucun de ses goûts littéraires ne trouve son origine dans l'enseignement reçu chez les Jésuites. Les termes employés par l'adulte Goytisolo qui juge cette éducation et cette formation sont très durs : ils condamnent sans appel le système d'enseignement tel qu'il était pratiqué à l'époque par les Frères des Écoles Chrétiennes : educadores postizos, exegesis hueras, angosta formación colegial, sistema educativo que soportàbamos, detestables manuales escolares. Dans ces conditions leur influence sur l'enfant est nulle, bien plus, elle est étouffante, stérile, tant par le choix des programmes que par les méthodes d'enseignement. On ne lit pas les œuvres, on apprend par cœur des biographies et des listes de publications. On détourne ainsi les élèves de la littérature et des classiques comme Cervantès. Plus grave encore, l'école est assimilée au régime franquiste :

  • 7 Ibid., p. 120.

Autodidacta como casi todos los hombres y mujeres de mi generación, mi cultura, forjada a tientas y aun a contracorriente, guardaría mucho tiempo la marca de los prejuicios, lagunas e insuficiencias de una España asolada y yerma, sometida a la censura y rigores de un régimen sofocante7.

8La conscience de l'ignorance des auteurs espagnols, la recherche de l'authenticité chez des écrivains étrangers, français surtout (Proust, Gide, Malraux) et la remise en cause de l'Espagne sont les réactions qui germent, peu à peu chez l'enfant Goytisolo. Le cercle familial, assez complexe, remplace l'école :

  • 8 Ibid., p. 121.

Nada de cuanto ocurrió o se dijo en las aulas influyó directa o indirectamente en mii vida. Esta siguió desenvolviéndose por su cuenta, anclada en el círculo familiar, esencialmente autodidacta8.

9L'école apparaît comme une parenthèse lorsque la vie véritable se passe à la maison. Les études, les professeurs et les camarades ne réprésentent rien face à la richesse des lectures et des contacts fournis par chez lui. Quelques visages de maîtres seulement restent dans son souvenir, mais tous lui laissent une impression désagréable : le frère Vicente qui gesticulait en parlant de la mort, le frère Clemens adorateur de Hitler, ou frère Pedro onctueux et ambigu. Même ses compagnons restent dans l'anonymat, masse grise dont n'émerge que le petit copain bon en Mathématiques. D'ailleurs, dans le domaine affectif aussi il y a dichotomie entre le Collège et la maison. Dans les classes on ne parle que de péchés, de confessions, d'imprécations, contre le sexe, qu'accentuent encore l'expérience traumatisante d'Exercices Spirituels de Saint Ignace subis dans des maisons de retraite de l'Ordre. Aux cris hystériques des prédicateurs et à leur curiosité malsaine morbide, s'opposent les plaisirs solitaires de la masturbation :

  • 9 Ibid., p. 121.

El potencial de goce ínsito a mi cuerpo se impiso en seguida, brusco y convincente, a los discursos religiosos o morales que lo estigmatizaban. En la cama, el baño, las buhardillas de Torrentbó, me entregaba con asiduidad al acatamiento de una ley material que, por espacio de unos minutos, me confirmaba en mi existencia aislada y particular, mi irreductible separación del resto del mundo9.

10En définitive, l'école est perçue comme une oppression dont l'enfant sera tout heureux de se libérer après avoir réussi son examen d'État, et comme une expérience lamentable. C'est même toute l'enfance qui est intégrée dans la vision pessimiste et amère d'un temps perdu et regagné seulement plus tard, à travers d'autres expériences totalement détachées du monde hispanique. Les années d'université n'apporteront rien de plus que celles de l'école et Goytisolo sera toujours un autodidacte marginal, désordonné, soucieux de retrouver une identité perdue précisément dès ces années passées dans des collèges et des lycées.

11Trois années seulement séparent l'enfance de Juan Goytisolo de celle de Carlos Barrai, légèrement plus âgé. Mais, tout naturellement, on retrouve dans le livre de ce dernier un fond commun dans le domaine de l'école et de l'éducation. Años de penitencia sont présentés par l'auteur lui-même comme « una especie de autobiografía », ou plus exactement des Mémoires, une relation écrite d'événements qui se sont produits durant la vie de l'auteur et dans lesquels il a joué un rôle. C'est ainsi que, lui aussi, il raconte son cycle scolaire complet dans le Collège des Jésuites de la rue Caspe, à Barcelone, où il entre en 1939 jusqu'au Lycée d'enseignement Mila et Fontanels, d'où il passe ce fameux Examen de Estado, après son expulsion du premier (dont il ne donne pas les raisons) tout en suivant les cours d'une école satellite, l'Académie L.A.C. (Lettres-Arts-Sciences) et de séances sur le tlomisme à la résidence des Jésuites. En 1945, il entre à l'Université qu'il évoque dans la deuxième partie du livre.

12Pour ce qui concerne l'École, lui aussi la perçoit dès 1939 comme un retour à l'ordre strict et à la discipline après des années de guerre civile, dans la zone républicaine, comme une période de liberté, de libertinage même :

  • 10 Carlos Barral. op. cit., p. 13.

Para casi todos los muchachos de mi edad la guerra había sido una larga y extraña vacación, un « hortus libertatis » en el que las costumbres se habían regido por las solas excepciones de olvidadas reglas. En la zona republicana habíamos vivido, además, en medio de un clima de dimisión de los adultos y sobrevivientes10.

13Pourtant, dès ces premières impressions, on peut remarquer chez Barrai une plus grande précision que chez Goytisolo dans l'évocation du monde de l'école. La représentation de ces années de scolarité chez les Jésuites est intégrée non pas dans la lente et pénible mise à jour d'une quête d'identité individuelle, comme chez Goytisolo, mais dans l'analyse d'une expiation nationale et collective dont l'enfant n'est qu'un élément parmi des milliers d'autres. Les années de collège, retrouvées par la mémoire et restituées par le livre, sont, avant tout, des années de pénitence, et les curés enseignants apparaissent comme les responsables actifs de cette mise au pas :

  • 11 Ibid., pp. 16-17.

Durante tres anos, desde los siete hasta los diez, no había visto cura alguno y los había olvidado casi por completo. Los curas y los plátanos me parecen ausencias solidarias durante el período de la guerra y recuerdo mi extrema curiosidad cuando redescubrí ambas cosas. Curas se vieron muchos desde los primeros días. Recuerdo los primeros entre las tropas que desfilaron el día de la ocupación de la ciudad y los de las primeras misas de campaña. Y en seguida cobraron un lugar importante en el tránsito callejero y, sobre todo, se me impusieron como un mundo autónomo y devorante desde que entré en el colegio. Los curas de la victoria no tenían apenas matices. Eran curas en el poder, seres providenciales, que venían, investidos de una autoridad sin límites y una razón sin fronteras, a restablecer el quebrado orden de las cosas11.

14Le collège de 1939 marque une rupture très nette avec le Instituto Nacional connu en 1938 et les quelques écoles fréquentées pendant la guerre civile.

15Dans les souvenirs de l'adulte, le Collège est d'abord un lieu, un édifice, sinistre, liugubre, plus proche de la prison que de l'École, dans lequel il va passer six interminables années. Lóbrego, siniestro, deprimente, impresionante sont les adjectifs qui qualifient sous sa plume cet établissement dirigé par d'intraitables jésuites. Dans sa mémoire ne restent que des images de couloirs, d'escaliers et de cours dont la symétrie l'enfermait dans un univers clos. Même la rue ne lui semble peuplée que d'élèves :

  • 12 Ibid., p. 15.

Empléaba siete minutos de la puertas de mi casa a la candela del colegio. Yo no me explico qué hacía la gente en aquellos meses. No veo a casi nadie en la calle de mi recuerdo. La Via Layetana es on mi memoria una vía escolar. Alumnos del instituto próximo, niños que años más tarde adoptarían decimonónicos uniformes y mis condiscípulos, numerosísimos estos últimos12.

16Le collège est aussi un groupe d'élèves, une quarantaine par classe nous dit-il, avec un mélange complexe d'enfants qui venaient de la zone franquiste et de ceux qui étaient restés en zone républicaine, d'une part, et de l'autre de fils de bourgeois, la majorité, et de quelques becarios ou fámulos utilisés aussi pour certains services. La pauvreté des habits réunissaient les deux groupes, ainsi que leurs professeurs aussi faméliques que les enfants. Il y avait deux types d'élèves : les externes qui assistaient aux cours jusqu'à midi le matin et six heures l'après-midi, et les internes, los permanentes contraints à quatre heures d'études surveillées par jour. Malgré ces milliers d'heures partagées avec eux, aucun de ces compagnons ne remonte à sa conscience. Il ne garde que le souvenir d'un troupeau sans vie, impression qui ne fera que se renforcer quand il retrouvera, plus tard, ses camarades dans une réunion d'anciens du Collège et qu'il éprouvera alors la sensation d'une frustration collective.

17La vie scolaire se caractérise aussi par un rythme pesant, une alternance de cours et de prières, de messes et de communions, de petits déjeuners pris, en commun, de chants patriotiques dans la cour, una espesa estructuración conventual. Les « permanences » ont traumatisé particulièrement l'enfant : de midi à une heure et demie, et de six heures à huit heures et demie, avec un arrêt pour la prière du rosaire, le petit Carlos et ses compagnons étaient enfermés dans des brigades, sortes de cryptes glaciales. Dans ces lieux ingrats, l'élève devait passer de longues heures de travail solitaire, surveillé par des religieux.

18Les maîtres ne laissent pas un meilleur souvenir à Carlos Barrai qui en dresse un portrait peu flatteur. Des religieux, il retient surtout une odeur, un parfum spécial, et une manière apprêtée de s'exprimer tout en adoptant un air martial, germanisé. Il parle du mimetismo histórico de la grey jesuítica. Les pratiques religieuses imposées durant des années et l'image de ces pères autoritaires sont, à ses yeux, la cause d'un sentiment autireligiex qui marquera sa vie d'adultes. L'évocation de l'aspect physique du père Noguera est, à cet égard, significative et se termine aussi par une allusion à l'univers carcéral :

  • 13 Ibid., p. 98.

El hermano era pequeño y aparentemente ágil, tigelino, con unos mechones engomados sobre la calva, y portaba unas escuetas gafas. Era un hombre de su tiempo, muy a lo Müller o a lo Eichmann, pero eso no lo sabíamos entonces. Era disciplinario y cruel, pronto a saltar al menor síntoma de desorden, dispuesto a avasallar a cualquier infeliz por cualquier causa. Era implacable. Me gustaría que alguien me replicara que era justo, como si eso fuera una justificación. Era un enfermo de estómago o de los intestinos operado hacía años. Recuerdo que a mí me atormentaba a la altura del ombligo. Tenia una voz muy desagradable, sobre todo cuando intentaba ser amable. Una vez cada quince días leía las notas de toda la brigada en voz alta, salpicando la lectura de ingeniosos comentarios y ello constituía una hora de la peor experiencia carcelaria13.

19Seuls quelques enseignants du Lycée d'Enseignement Secondaire Milá et Fontanels échappent à cette dénonciation : le directeur, un prêtre, Las Heras, intelligent et ouvert, ainsi qu'un professeur de latin, le Père Pou. A vrai dire, ce dernier est apprécié pour des vertus assez singulières chez un religieux puisqu'il l'est en tant que cura liberal, republicano y anticlerical. Quelques professeurs laïcs, présents au collège des Jésuites, n'échappent pas à la critique. Ce sont, en particulier, des professeurs de littérature, des « frustrados profesores de instituto o ex republicanos seglares ». Car c'est l'apport le plus significatif du livre de Barrai que cette représentation et mise en cause des méthodes pédagogiques pratiquées à l'époque par les enseignants laïcs ou religieux d'ailleurs. Barrai donne des détails précis et précieux sur les programmes et les techniques d'enseignement dans une école de l'après-guerre civile. Pour résumer, on peut dire que l'enseignement de la littérature se caractérisait par une encyclopédisme inutile, une ignorance totale des textes et une incitation systématique à la compétition. Les expressions de Barrai sont sans appel : « textos escolares inmundos, plan de estudios medieval, métodos pedagógicos abominables, espantoso sistema didáctico ». L'étude n'a guère de contact avec la rhétorique, la métrique ou la grammaire, sans aucune approche directe des textes littéraires. On apprend par cœur des biographies d'auteurs, des listes de titres d'œuvres, des résumés d'œuvres. Les cours de littérature se bornent à faire réciter de mémoire toutes ces informations.

20Barral nous donne une évocation très minutieuse des concours organisés sous forme de compétitions pendant les cours de latin. Les élèves étaient partagés en deux équipes rivales, les Romains et les Carthaginois, avec une véritable hiérarchie à l'intérieur de chaque équipe : un Empereur, des Consuls, des Tribuns, des Ediles et des Patriciens. Cette organisation militaire ne pouvait donner que de déplorables résultats et qu'accentuer le côté Spartiate d'une éducation par ailleurs fortement imprégnée de militarisme dans les cours patriotiques :

  • 14 Ibid., p. 23.

La vida en el colegio estaba perfectamente ordenada u éramos la sementera, dispuesta more geometrico, de la futura España del Orden Nuevo14.

21Une distribution des prix (dignidades) avait lieu, chaque trimestre, au Palais de la Musique et se traduisait par une remise de lauriers des mains d'un curé hiératique.

22En somme, comme chez Goytisolo, il y a chez Barral la prise de conscience de l'inutilité de l'école, surtout dans le domaine qui lui tient à cœur : la littérature. Chez lui aussi le contact avec lex textes de qualité se fait par l'intermédiaire d'ouvrages français connus grâce à la bibliothèque de son père qui contient des œuvres de Maupassant, de Stendhal, et Voltaire, une Anthologie de Poésie Française, et aux conseils d'une amie de la famille, Mademoiselle Emile Barros. De façon paradoxale, l'absence de vraie étude de la littérature à l'école le contraint à chercher avec plus d'intensité en dehors d'elle, à imaginer ce qui n'est pas donné, finalement à écrire luimême, très jeune, des poèmes dont l'écriture lui était pourtant interdite.

23Dans cette perspective, le dimanche et le jeudi, traditionnels jours de congé, apparaissent comme des havres de liberté, d'errance et de découvertes de tous ordres : le cinéma, les filles, l'art. Ces quelques heures « pacientemente esperadas durante la semana » lui permettent d'entrer dans deux mondes qui lui étaient fermés à cause de l'école : celui de l'imaginaire et celui, encore plus interdit, de l'amour, ou plus exactement de l'érotisme. Comme chez Goytisolo, l'Ecole est significative d'oppression, de châtiment et de refoulement lorsque la rue et la vie extérieure sont synonymes de possible liberté. Barrai a conscience d'appartenir à une génération de « adolescentes reprimidos », sans aucune vue intellectuel le ou sensuelle propres. Le théâtre Parthénon où il retrouve ses copains et ses copines le dimanche symbolise l'anti-école :

  • 15 Ibid., p. 110.

Lo que quisiera fijar aquí es esa evocación del triste y cochambroso testro Partenón al amparao de cuyos desgarrados y polvorientos cortinajes se articulaban un rato cada semana, a falta de mejor lugar, la literatura y el erotismo, que yo no sabia entonces hasta qué punto eran lo mismo, durante los penosos y oscuros meses de mis inviernos de colegial con tan poca vida propia15.

24La prise de conscience de Barrai, si elle repose sur des bases semblables à celles de Goytisolo, aboutit cependant à l'insertion de son cas personnel dans l'ensemble de sa génération :

  • 16 Ibid., p. 121.

Correspondían a los ocho meses del año en que con tanta exactitud representaba el papel histórico de adolescente burgués de los castigados cuarenta, de joven penitente de la posguerra civil. Cesaban durante el verano, cesaban en Calafell. Porque Calafell era la libertad corporal, el espacio salutífero y, sobre todo, un campo de experiencias estéticas directas y, si bien modestas, de reales experiencias eróticas16.

25Les années d'école sont ressenties comme une longue pénitence infligée par un système religieux – moral et intellectuel – étroit et asphyxiant qui est à l'origine d'une frustration collective au lieu d'une formation exemplaire. Curés, fascistes, phalangistes et parents participent à cette œuvre de répression.

  • 17 In Suplemento Culturas de Diasio 16 (17/12/1985).
  • 18 Jean Ricardou : Le Nouveau Roman. Ecrivains de Toujours/Seuil. 1973.

26Dans les deux cas l'autobiographie est directe, sans l'écran de l'invention romanesque. Goytisolo cite, à plusieurs reprises, des épisodes et signale comment et où il les a utilisés dans son œuvre de fiction. A la différence d'un Jules Vallès avec Jacques Vingtras ou d'un Alphonse Daudet avec le Petit Chose, Barrai et Goytisolo ne tirent pas de personnage de leur autobiographie, mais se présentent à nu. Leur témoignage sur l'école qu'ils ont connue est donc fondamental. Reste que, comme dit Borgès « el olvido es una de las formas de la memoria ». Ils nous présentent ainsi des fragments de souvenirs. Comme disait récemment le critique Emir Rodriguez Monegal à propos de ses souvenirs : « yo cuento lo que recuerdo, hago el libro de lo que me acuerdo, no el libro de lo que paso »17, de même Goytisolo et Barrai livrent au lecteur leur mémoire d'un passé commun, sans aucune « illusion littéraire » pour reprendre l'expression de Jean Ricardou18. Au fond, peu importe leur sélection et le problème de sa valeur. Ce qui compte, en définitive, c'est que leur vie réelle semble avoir commencé à la sortie de l'École, mais chargée par toute une série de traumatismes que la rédaction d'une œuvre paraît à grand peine exorciser trente ans après. Ce jugement de deux écrivains et hommes de lettres est, sans aucun doute, à verser au dossier, très fourni, de l'image de l'école dans la littérature contemporaine.

Notes

1 Philippe Lejeune : Le Pacte Autobiographique. Éditions du Seuil. Paris. 1975.

2 Juan Goytisolo : Coto vedado. Seix Barral. Biblioteca Breve. 1985.

3 Carlos Barral : Años de penitencia. Alianza Tres. Cuarta Edición. 1982.

4 Juan Goytisolo : op. cit., p. 78.

5 Ibid., pp. 86-87.

6 Ibid., p. 92.

7 Ibid., p. 120.

8 Ibid., p. 121.

9 Ibid., p. 121.

10 Carlos Barral. op. cit., p. 13.

11 Ibid., pp. 16-17.

12 Ibid., p. 15.

13 Ibid., p. 98.

14 Ibid., p. 23.

15 Ibid., p. 110.

16 Ibid., p. 121.

17 In Suplemento Culturas de Diasio 16 (17/12/1985).

18 Jean Ricardou : Le Nouveau Roman. Ecrivains de Toujours/Seuil. 1973.

Auteur

Université François Rabelais, Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable