Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'enseignement Primaire en Espagne et en Amérique Latine du XVIIIe siècle à nos jours

 | 
Jean-René Aymes
, 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

VI. École et idéologies sous le franquisme

L'Éducation dans l'Espagne Nouvelle (1936-1940)

L'ouvrage du jésuite Enrique Herrera Oria : « Histoire de l'éducation espagnole »

Pilar Martinez-Vasseur

Texte intégral

INTRODUCTION

1« Parmi toutes les réformes réalisées par l'Espagne de Franco, peut-être la plus importante est-elle celle de l'enseignement. Nous la considérons si fondamentale que nous n'hésitons pas à affirmer que si la guerre, avec toutes ses erreurs, avait été le prix de cette Réforme, ce prix aurait dû être payé ».

2Ce texte, qui constitue l'éditorial de la première revue publiée après la Guerre civile par le Collège Areneros de Madrid, permettra de situer notre propos : l'enseignement et sa socialisation politique seront au centre de cette guerre qui divisera le pays en deux pendant 3 ans.

3Ainsi, l'enseignement et l'école deviendront-ils une autre « Croisade » inséparable de la Croisade des armes.

4C'est dans ce contexte que doit être analysé l'ouvrage du Jésuite E. Herrera Oria.

5« L'Histoire de l'Éducation Espagnole » paraît en mai 1941, elle est dédicacée « à la mémoire des éducateurs martyrs pendant la Grande Croisade espagnole » et dans son court prologue l'auteur situe son propos comme « une exposition des lignes fondamentales de l'Histoire de l'Éducation espagnole ».

6Au cours de cette exposition, l'éducation dans l'Espagne nouvelle se présente comme une éducation de combat, une sorte de prolongation de la guerre des tranchées contre un ennemi bien défini : la Deuxième République et sa philosophie éducative.

7Une fois la victoire obtenue par les armes, il fallait convaincre et c'est dans ce but que sera construite la deuxième partie de l'ouvrage.

8Ainsi il nous a semblé nécessaire, pour une meilleure compréhension de cette « Histoire de l'Éducation Espagnole », d'exposer tout d'abord quelles étaient les principales lignes de la politique éducative de la 11e République espagnole, à laquelle E. Herrera Oria s'affronte dans chacune des pages de son livre, et ensuite de présenter l'auteur et la famille dont il est issu, car leur rôle dans la vie espagnole de 1931 à 1960 fut fondamental.

1. L'Éducation sous la 11e République : « la guerre scolaire »

  • 1 El Sol, 20 mai 1931.

9L'instruction publique, comme le déclare le premier ministre de l'Éducation de la République Marcelino Domingo : « est notre problème fondamental... Une démocratie ne peut pas subsister sans une citoyenneté et une aristocratie spirituelle »1.

10Héritière d'une tradition de pensée rationaliste et de l'Illustration, cette nouvelle République va s'appuyer sur une croyance aveugle dans le pouvoir illimité de l'éducation comme instrument de régénération et de progrès des hommes et des peuples.

11Fortement influencé par les données pédagogiques du krausisme et de La Institución Libre de Enseñanza, le nouveau Régime prend ses distances par rapport à la politique éducative de la période de la Restauration.

12S'il fallait détacher un principe essentiel de cette nouvelle philosophie ce serait : faire de l'enseignement l'instrument le plus important et décisif de la régénération et de la modernisation de l'Espagne.

13Cet enseignement, à travers son pouvoir de socialisation sur les individus, devait se constituer en bastion de la Démocratie et de la République, en faisant des « sujets » espagnols des « citoyens » conscients, formés et tolérants.

14L'éducation, pour les Républicains, serait un moyen « d'insuffler » aux individus les vertus du parlementarisme, de la tolérance, de la convivialité, de la Démocratie enfin. Et pour cela, la séparation de l'Église et de l'État sera le premier jalon posé.

15Avant la promulgation même de la Constitution, une série de dispositions émanant du Ministère de l'Instruction Publique allaient imposer le principe du caractère laïque de l'enseignement à tous les niveaux et le caractère volontaire de l'enseignement de la religion autant pour les professeurs que pour les élèves.

16La Constitution de 1931 affichait en conséquence comme un des principes essentiels le caractère non confessionnel de l'État Espagnol et la liberté religieuse. En vertu de l'article 48, l'éducation devenait laïque, remplaçant l'omniprésente « morale religieuse » de l'appareil éducatif, héritée du Concordat de 1851, par le principe d'une éducation basée dans les « idéaux de solidarité humaine ». Mais ce fut l'article 26 qui entraînera ce que l'on a appelé « la guerre scolaire ».

  • 2 Ramos Oliveira, Historia de España, Tomo III. Compañía General de Ediciones, S.A. México, p. 149.

17Pour l'historien Ramos Oliveira, « ce qui inquiétait le plus l'Église, ce n'était pas la séparation de l'Église et de l'État, mais l'interdiction pour les ordres religieux d'enseigner et l'interdiction des manifestations religieuses sur la voie publique. Ce sont ces deux points qui l'ont touchée au vif »2.

18Il ne faut pas oublier que cet article contenait également la dissolution de l'ordre des Jésuites, dont on connaissait la grande influence éducative dans tout le territoire national et sur une clientèle bien particulière : les couches les plus élevées de la classe moyenne, la bourgeoisie et l'aristocratie.

19Les débats parlementaires autour de cet article se dérouleront dans une ambiance de grande tension. Les suites sont connues :

20– Première crise politique de la République avec la démission du Président du Gouvernement M. Alcala Zamora et du Ministre de l'Intérieur M. Maura, tous les deux libéraux et catholiques.

  • 3 Ramirez-Jimenez, Manuel, Los grupos de presión en la Segunda República española. Tecnos, Madrid 19 (...)

21– Réaction des minorités de droite à l'Assemblée proclamant que « cette Constitution n'est pas la « leur ». L'opinion catholique, qui est majoritaire dans le pays, la rejette »3.

22– La Constitution promulguée le 9 décembre 1931, entraîna un mois après, la publication d'une pastorale collective dans laquelle l'Épiscopat espagnol dénonçait ce qu'il considérait comme des attaques inacceptables pour l'Église sur l'Enseignement. On pouvait lire dans ce document :

  • 4 Arraras, Joaquín, Historia de la 11 República, Editora Nacional, 1956, Tomo I, p. 272.

« Face au monopole de l'enseignement exercé par l'État et à la déchristianisation de la jeunesse, nous ne pouvons qu'être fermes dans la défense des droits de la famille, de l'Église et du pouvoir civil qu'exigent la raison, le sens juridique et le bien commun »4.

23A partir de ce moment, l'affrontement entre les secteurs catholiques et le gouvernement ne cesse de s'accroître.

24Dans ce contexte pourrait se situer la circulaire adressée le 12 janvier 1931 aux inspecteurs de l'Enseignement primaire et aux présidents des conseils locaux, provinciaux et universitaires.

25Dans cette circulaire des ordres stricts sont donnés pour que la laïcité soit observée à l'école :

  • 5 Arraras, Joaquín, op. cit., Tomo I, pp. 273-274.

« L'école doit être laïque, elle doit respecter la conscience de l'enfant. Toute propagande politique, sociale, philosophique et religieuse y reste définitivement interdite... L'école n'affichera aucun signe qui implique la confessionalité. L'enseignement et les pratiques religieuses seront supprimés de l'horaire et des programmes... »5.

26Un degré de plus dans cette guerre scolaire sera atteint par la promulgation en 1933 de la Loi des Confessions et Congrégations religieuses (qui n'est que la mise en vigueur de l'article 26 de la Constitution) :

« Les ordres religieux, stipulera cette Loi, ne pourront pas exercer l'enseignement... L'inspection de l'État veillera à ce que ces ordres religieux ne puissent pas créer d'écoles ni directement ni par l'intermédiaire d'autres personnes séculières »(5).

27Les Évêques espagnols réagissent contre « la tyrannie de l'État qui exclut l'Église de l'enseignement », mais de plus des instructions seront données aux catholiques pour qu'ils envoient leurs enfants seulement dans les écoles religieuses, interdisant l'assistance aux écoles « non catholiques, neutres ou mixtes ». On les met en garde contre les livres, les doctrines inculquées, les ambiances fréquentées et, de plus, la hiérarchie catholique invite les parents à s'organiser pour revendiquer la liberté de l'enseignement et la création d'écoles catholiques.

  • 6 Arraras, Joaquín, op. cit., pp. 124-125.

28Le Pape Pie XI, lui-même, intervient, non seulement en dénonçant les préjudices et les offenses causés à la religion et à l'Église mais également en publiant l'encyclique « Dilectissima nobis » contre cette volonté « d'arracher des âmes jeunes les traditionnels sentiments catholiques si profondément enracinés dans le bon peuple espagnol »6.

29Cette intervention du Pape donnera un fort appui aux différents partis de droite dont la C. E. D. A., mais aussi aux différents groupes de catholiques. C'est dans ce contexte que l'auteur de l'ouvrage que nous allons étudier, Enrique Herrera Oria, se détache, ainsi d'ailleurs que ses frères Angel, directeur du journal El Debate, et Francisco, membre de l’A.C.N.P. (Action Catholique Nationale de Propagandistes).

30C'est à la suite de la promulgation de la Loi sur les Confessions et Congrégations religieuses en 1933 que Enrique Herrera Oria en tant que Président de la Fédération des Amis de l'Enseignement (F. A. E.) lancera un appel aux catholiques pour qu'ils resserrent leurs rangs, organisent leurs revendications et appuient la fondation et le maintien des écoles catholiques.

  • 7 C'est nous qui soulignons.
  • 8 Herrera Oria, Enrique, Educación de una España nueva. Ediciones Fox, Madrid, 1934, pp. 252, 255.

« La guerre scolaire, dira-t-il, est un fait lamentable, mais vrai. Six cent mille enfants, de centaines de milliers de familles, sont impliqués dans cette guerre civile de la culture7. Ils se disputent le prix convoité des enfants. II s'agit pour nous d'élucider qui va s'emparer d'eux, des loges qui ont dit « les enfants nous appartiennent » ou du Christ qui nous répète ces mots : « Laissez les enfants s'approcher de moi »8.

31E. Herrera Oria conclut en identifiant les responsables de la persécution :

« Qui dirige cette épouvantable guerre scolaire de l'Espagne, ces attaques contre la culture catholique : le judaïsme, la franc-maçonnerie, le socialisme, le communisme ? Le moment venu, nous démontrerons que tous les quatre sont satisfaits de la marche de la campagne ; mais l'Etat-Major, les techniciens de la guerre scolaire ne se trouvent pas dans la synagogue, ni dans la loge de la Rue du Prince, mais il faut peut-être les chercher dans la rue de Giner de los Rios » (8).

32Chacun des thèmes évoqués dans cet appel écrit dès 1934 à l'adresse des catholiques espagnols constituera le pilier du futur ouvrage L'Histoire de l'Éducation Espagnole, ouvrage qui se situera au cœur de ce que l'auteur appelle « La Guerre Civile de la Culture ».

2. Les Herrera Oria : une famille vouée à la défense des principes de la Catholicité

33Evoquer dans les années 30 le nom de Herrera Oria c'était évoquer la partie militante de l'Église Catholique espagnole.

34Que ce soit à travers le journal de droite « El Debate » (comme c'est le cas pour Angel) ou à travers l’A.C.N.P. (c'est le cas du Cardinal Francisco) ou encore à l'intérieur de l'ordre des jésuites, auquel appartient Enrique Herrera Oria, cette famille représentera, dès 1931, le courant le plus actif dans la défense des principes et idées de l'Institution religieuse à l'intérieur d'un Régime qui se définit comme laïque.

35Mais c'est surtout Enrique Herrera Oria qui sera au centre de notre étude. Tout d'abord, il appartient à l'ordre des jésuites et nul n'ignore l'influence particulière et longtemps dominante exercée en Espagne par les jésuites qui se sont faits, à partir du début de ce siècle, les propagateurs d'une nouvelle conception élitiste de la participation des catholiques à la gestion des affaires publiques.

36Les jésuites agiront, essentiellement, en Espagne dans les milieux bourgeois en tant que maîtres à penser et, au sens propre du terme, comme directeurs de conscience des jeunes universitaires parmi lesquels ils s'efforcent de découvrir de brillants sujets d'une nouvelle classe dirigeante dotée du « sens religieux » de ses responsabilités politiques, mais dégagée des préjugés trop réactionnaires de l'école traditionaliste.

37La charge d'élaborer l'idéologie de cette élite revient pourtant à un groupe restreint et spécialisé, rassemblé autour du Père Angel Ayala puis de son disciple, Angel Herrera Oria. Ce groupe va œuvrer comme une sorte d'éminence grise collective au sein du catholicisme politique de l'Espagne des années 1931-1936.

38Les conceptions de ce que l'on pourrait appeler l'école « jésuitico-politique » représentée de façon éminente par l’A.C.N.P. reflètent en réalité plutôt une attitude devant le pouvoir qu'un véritable projet de société.

39Les fondateurs de ce courant sont, outre le P. Ayala et son disciple Angel Herrera Oria, les deux autres frères, Francisco et Enrique. Leur objectif est de réintroduire dans le débat politique de l'Espagne une élite représentative des intérêts et des principes catholiques.

40Le message de l'A.C.N.P. s'adresse de façon exclusive aux élites et il se fonde uniquement sur la considération des intérêts de l'Église ou des principes qu'elle se charge de définir. D'où la faible place qu'y occupe ce qui pourrait ressembler à un programme politique strictu sensu.

  • 9 Bulletin de l'A.C.N.P. n° 208, Décembre 1935, p. 3.

41Le groupe investi de cette charge est la jeunesse universitaire, bourgeoise et croyante qui représente une large fraction de la population étudiante de l'avant-guerre civile et des vingt-cinq ou trente années qui la suivent. « Celui qui, dans une société donnée, parvient à prendre le contrôle de son sommet, se rend maître de l'ensemble de cette société. Que l'on nous donne l'Université et tout le reste viendra par surcroît »9, déclare E. Herrera Oria pour signifier que la conquête des leviers du pouvoir culturel, économique et politique passe par la domination préalable de l'enseignement supérieur.

42L'aire politique, en fait, dans laquelle se situent Ayala et les Herrera Oria est loin de coïncider avec les frontières du parlementarisme. Obéissant à la proposition du Pape Léon XIII, selon laquelle aucun type d'organisation de l'État ne doit être condamné a priori, sauf en cas d'incompatibilité manifeste avec la doctrine catholique, les « propagandistes » de l'A.C.N.P. professent l'indifférence quant à la forme juridique et institutionnelle des régimes. Leur appui bienveillant, et si possible leur collaboration, sont acquis par avance aux gouvernants disposés, selon eux, à servir le « bien commun » dont ils font le leitmotiv et leur credo politique.

43Ce credo se concilie parfaitement, dans l'esprit des membres de l'Action Catholique, avec des régimes d'ordre aussi divers que les monarchies absolues ou constitutionnelles, ou même les dictatures respectueuses des exigences du « droit naturel » défini par l'Église. Ce qui explique pourquoi ils ont pu reconnaître successivement, avec le même confort psychologique, la légitimité de la monarchie d'Alphonse XIII, puis celle de la Dictature de Primo de Rivera et finalement celle de l'État Franquiste.

3. L'Histoire de l'Éducation Espagnole : de la guerre scolaire à la Croisade

44Enseignement et problème religieux apparaissent fortement imbriqués pendant toute la période que nous venons d'étudier.

45Cette imbrication s'inscrit en une complexe problématique autour de l'affrontement de deux conceptions de l'école définies et inspirées par deux univers idéologiques opposés : celui de la République (que nous venons de présenter très sommairement) et celui constitué par les diverses forces politiques qui composeront ce qu'on va appeler le Bando nacional.

46Comme le pensent bon nombre d'historiens, à l'intérieur du camp nationaliste, le véritable vainqueur de la guerre aura été l'Église Catholique. Elle deviendra dès le début des affrontements, et la Lettre collective des évêques espagnols de 1937 le prouve bien, la puissance légitimatrice par excellence du Régime Franquiste.

47Son rôle politique ne va pas se limiter, bien entendu, à ces seules données idéologiques. Il est aussi structurel et psychologique. Dans cette perspective il convient de cerner brièvement les composantes institutionnelles et de comportement du catholicisme dans l'Espagne des années 36 à 40.

48Le poids institutionnel du catholicisme ne se fait pas sentir uniquement au niveau des rapports entre les dirigeants hiérarchiques de l'Église et le gouvernement. Grâce aux multiples organisations rattachées de façon plus ou moins étroite à l'appareil ecclésiastique, l'élément catholique représentera, au-delà du simple dialogue Église-État, une force complexe qui reposera notamment sur toute une série d'institutions assurant ainsi l'encadrement et la socialisation des fidèles. L'enseignement, dont l'Église aura le monopole à partir de 1936, constituera un de ces cadres de socialisation dont l'influence politique directe nous apparaît de façon évidente.

49Ainsi l'école deviendra-t-elle, selon la phrase célèbre, « la guerre par d'autres moyens ».

50L'expérience acquise dans ce qu'il est convenu d'appeler le conflit scolaire de 1931-1936, a montré aux différents courants nationalistes l'importance du contrôle politique de l'éducation.

51Le jésuite Herrera Oria concevra, en conséquence, son Histoire de l'Éducation Espagnole comme un ouvrage de combat destiné à collaborer à la « Reconquête » de l'Enseignement par l'Église catholique en vue de la construction d'un nouvel État.

52Mais cette Histoire de l'Éducation Espagnole se présentera aussi comme un rapport actif au passé. Ce passé qui servira en l'occurrence non seulement à justifier, voire à légitimer le présent mais également à mieux comprendre cette « nouvelle » Espagne, et surtout à savoir quoi défendre et préserver, mais encore quoi renverser et détruire.

53Car si l'Histoire est, comme le disait Lucien Febvre, « Le besoin qu'éprouve chaque groupe humain, à chaque moment de son évolution, de chercher et de mettre en valeur dans le passé, les faits, les événements, les tendances qui préparent le temps présent et qui permettent de le comprendre, qui aident à le vivre », alors l'Histoire de l'Éducation Espagnole est, dès les premières pages, une vaste machine sélective, capable de « retenir » ou « d'oublier » les gens, les dates, les faits ; elle aurait même, pourrions-nous dire ses poubelles.

54Avant de l'étudier dans son ensemble, remarquons que l'ouvrage est composé de trois parties, inégales à tous égards.

55– la Première, consacrée à l'Éducation dans l'Espagne Impériale s'étend sur 241 pages et constitue l'étude la plus approfondie et importante de l'ensemble ;

56– la Deuxième « Effondrement de l'Éducation impériale » (202 p.) nous apparaît comme une sorte de transition ou plutôt d'introduction ;

57– à ce que l'auteur appelle le Livre III et qui traitera de l'Éducation dans l'Espagne nouvelle. Ce troisième volet, de 154 pages, se présentera comme le tenant et aboutissant du projet éducatif de Enrique Herrera Oria.

58Notre analyse portera sur l'ensemble de l'œuvre en respectant l'ordre voulu par l'auteur car l'Histoire de l'Éducation Espagnole nous paraît donner, et cela constituerait sa spécificité, une vision synchroniqiue et diachronique à la fois de l'Enseignement en Espagne depuis la Renaissance.

a) Un passé à récupérer

59Le Régime Franquiste né de la Guerre Civile va chercher dans le retour à un passé mythique l'âge d'or qui lui permettrait d'asseoir un « nouveau » système de valeurs en opposition avec celui en vigueur pendant le Régime Républicain.

60Ce sont les XVIe et XVIIe siècles qui vont constituer cet âge d'or sur lequel se construira l'Espagne de 1939 et dont l'ouvrage d'E. Herrera Oria se fait le chantre.

61Ce qui distingue cette époque, nous dira l'auteur, « ce ne sont pas les conquêtes ou l'étendue des territoires espagnols, mais bien plutôt, les conquêtes spirituelles, l'œuvre qui consiste à répandre la civilisation chrétienne au-delà de nos frontières ».

62La raison du succès de cette conquête de l'Amérique que Herrera Oria qualifie de « nouvelle épopée au même titre que l'Iliade » c'est bien le système éducatif que les Rois Catholiques avaient imposé à leurs nouveaux territoires. Et l'axe de cette éducation, ne cessera pas d'affirmer Herrera Oria au long de son œuvre, était l'éducation religieuse.

63Ainsi pourra-t-on déduire que l'Espagne était GRANDE, lorsque l'Église assurait les tâches de l'enseignement, mais essentiellement, et c'est bien le but principal de cette première partie, lorsque ces tâches incombaient à la Compagnie de Jésus. On y arrivera tout naturellement après un court chapitre sur l'éducation populaire en Amérique et ses réussites face à l'échec ; d'autres puissances colonisatrices comme la France et l'Angleterre.

64La raison de ce succès c'est bien évidemment le rôle joué par l'Église, sans préciser pour autant quels sont les ordres qui étaient chargés de ce rôle éducatif.

65Ce n'est là qu'un moyen, pour souligner, après un bref parcours à travers la Conquête de l'Amérique et ses bienfaits, le rôle primordial joué par les Jésuites.

66Les Jésuites se consacraient essentiellement à la « formation des classes dirigeantes » écrit Herrera Oria. Leur but : « la formation du chevalier espagnol chrétien à l'image de Saint Ignace qui développa dans ses « Exercices spirituels » sa conception d'une éducation où la volonté tient le premier rôle.

67Dans ce voyage entre le passé et le présent que constitue l'Histoire de l'Éducation Espagnole, l'auteur – non satisfait du décret du 3 mai 1938 autorisant la rentrée des Jésuites, après leur expulsion par la République–, tâchera d'asseoir l'avenir de son ordre.

68Tout d'abord en montrant leur participation irremplaçable à la grande « épopée » américaine, ensuite en mettant en évidence leurs compétences pour jouer un rôle moteur dans l'appareil éducatif dans l'Espagne de la Victoire.

69La Compagnie de Jésus, écrit Herrera Oria, « qui sait que la vie est milice, tâche d'imposer ces vertus de lutte dans l'âme de l'enfant, raison de plus s'il est espagnol ».

70Cette conception de la vie comme milice, ne peut qu'être du goût de la classe militaire qui, en tant que classe combattante, s'est taillée la première place dans l'État pendant et après la guerre civile.

71L'armée qui essaiera de faire adopter, pendant toute la première partie du Régime, « le modèle » militaire comme modèle éthique et social, ne peut que regarder d'un bon œil le retour des Jésuites dans l'endoctrinement des nouvelles générations d'Espagnols.

  • 10 J. Pemartin, ¿ Qué es lo nuevo? Sevilla, 1937, pp. 15-17.

72La victoire de 1939 sera considérée comme étant essentiellement la victoire de l'armée. Une fois la lutte finie, l'objectif politique va être d'imposer les vertus militaires espagnoles, de les étendre à la totalité des citoyens, « prolongeant, comme l'écrivait J. Pemartin, le commandement militaire tout le temps nécessaire pour purifier et élever la vie politique espagnole par l'infusion de ces hautes vertus militaires et le déracinement des vices politiques contraires »10.

73Au-delà du rôle que les Jésuites peuvent jouer dans l'encadrement de la jeunesse espagnole. Herrera Oria, conscient que le destinataire principal de son ouvrage n'est autre que le Ministère de l'Éducation, donc le Gouvernement, rappelle à leur bon souvenir le rôle joué autrefois par les Jésuites en Espagne dans la formation des classes dirigeantes.

74C'est ainsi qu'à plusieurs reprises l'auteur rappelle qu'une des raisons du succès de la politique des Rois Catholiques fut le fait qu'ils surent s'entourer de très bons conseillers. En revanche, regrette Herrera Oria « aujourd'hui les gouvernants affrontent une très grande difficulté : le manque d'hommes bien formés à qui pouvoir confier les tâches de gouvernement... car les capacités ne s'improvisent pas ».

75L'appel sera entendu et on verra, dans les premiers gouvernements franquistes, un bon nombre de ministres appartenant aux trois coteries catholiques : l'A.C.N.P., l'Action Espagnole et quelques temps après l'OPUS DEI.

76Ce rapport actif au passé ne serait pas complet si l'Histoire de l'Éducation ne présentait pas ce fond de pensée traditionnelle espagnole dans lequel pourront puiser les nouvelles générations de pédagogues.

77C'est ainsi que le système éducatif dans son ensemble, mais aussi l'histoire, la philosophie et la politique devront s'inspirer, selon Herrera Oria, de ces auteurs espagnols qui sont à la base de la GRANDEUR de l'Espagne.

78C'est Donoso Cortes, Balmes, S. José de Calasanz, le Père Majon et Menendez Pelayo qui feront l'originalité de la pensée espagnole face aux courants idéologiques dominants en Europe.

79Mais le grand inspirateur et le modèle par excellence de notre auteur sera sans aucun doute Menendez Pelayo. Ses paroles irrigueront toute l'œuvre et essentiellement ses conceptions sur l'École :

  • 11 Menendez y Pelayo, Lettre écrite le 1/01/1910, publiée dans l'ouvrage Menéndez Pelayo y la Educaci (...)

« L'École sans Dieu, nous dit Menendez Pelayo, est une indigne mutilation de l'entendement humain... ce que peuvent devenir des générations éduquées dans le fiel du blasphème sur les lèvres, sans notion de Dieu, ni sentiment de Patrie a été démontré par des événements récents, devant lesquels le silence semblerait complicité ou du moins couardise »11.

80Ce texte écrit en 1910, fait allusion aux événements de 1909 à Barcelone et nous est présenté comme un antécédent, un avertissement de l'Hécatombe qui se prépare...

b) L'effondrement de l'Éducation Impériale

« Quel phénomène est arrivé à notre Patrie ? »
« Pourquoi cette décadence verticale ? »

81C'est par ces deux questions que commence la deuxième partie de l'ouvrage que nous étudions.

82La réponse ne se fait pas attendre, mais il s'agit en fait d'un bilan dressé sous la forme de l'Histoire se répétant.

83Dans cette Histoire de l'Éducation Espagnole la connaissance du passé va se jouer entre la nostalgie et la colère. Voilà arrivé le temps de la colère.

84La décadence espagnole qui commence au XVIIIe siècle cristallisera au XIXe siècle par l'indépendance de l'Amérique, la Desamortización, les incendies des couvents et les tueries des moines...

85Voilà les quatre « événements » historiques choisis par Herrera Oria pour signifier à eux seuls ce qui dans son esprit sera le signe de l'effondrement de l'Espagne.

86« En Amérique, comme dans la Péninsule, pouvons-nous lire, le terrain était préparé. Ce fut le manque de Collèges religieux qui le prépara. Il ne restait plus qu'à organiser la Révolution ».

87Les ennemis responsables de l'hécatombe sont désignés sans complaisance et sont dans l'ordre :

88– La philosophie des Lumières – Voltaire et D'Alembert sont les seuls cités – et bien sûr la France « source de toutes les Révolutions ». Mais au fond de cette époque révolutionnaire, nous dira Herrera Oria, « nous voyons se développer un peuple éparpillé à travers le monde après que tombe sur lui la malédiction de Dieu. Ce peuple c'est bien le peuple Juif ». Mais les attaques contre ce que l'auteur nomme « la Race juive » sont parmi les plus virulentes qu'on puisse trouver dans des textes espagnols de l'époque.

89Car s'il est difficile de qualifier le Régime Franquiste de raciste par rapport à ses homologues allemand, italien ou français, par contre l'ouvrage que nous sommes en train d'étudier doit être situé dans ces courants idéologiques xénophobes où l'exclusion des nuisibles est justifiée.

90C'est ainsi que l'on trouve, page 245 :

« Certains peuples se sont vus obligés d'expulser les juifs, car ils constituent un état conspirateur contre l'État qui les a accueillis ».

91et de conclure :

« Les gouvernements ont ainsi démontré par leur attitude, trop dure à première vue, que la politique antijuive des Rois Catholiques était justifiée ».

92Mais c'est surtout la franc-maçonnerie qui constituera la grande obsession non seulement du jésuite Herrera Oria – comme en témoigne son ouvrage mais également du Général Franco.

93Pour le Caudillo les franc-maçons resteront jusqu'à la fin de son règne parmi ses ennemis désignés. Ainsi dans son dernier discours du 1er octobre 1975, il dénoncera « Una conspiración masónica izquierdista en la clase política en contubernio con la subversión comunista-terrorista en lo social ».

94Dans les pages de l'Histoire de l'Éducation Espagnole le terme de franc-maçonnerie est le plus employé, une analyse lexicométrique en témoignerait.

95Ennemie de l'Église et des Monarchies, la Franc-maçonnerie sera à l'origine de tous les maux survenus au pays :

  • sa décadence ;
  • la destruction de la Compagnie de Jésus ;
  • le libéralisme du XIXe siècle « avec ses Constitutions » ;
  • l'indépendance des Colonies ;
  • la vague révolutionnaire et destructrice de l'Enseignement religieux visant à « empoisonner » l'âme de la jeunesse ;
  • la Institución Libre de Enseñanza et son œuvre.

96C'est à la Institución Libre de Enseñanza qu'Herrera Oria consacrera le plus grand nombre de pages dans cette deuxième partie.

97Elle est présentée comme « le préambule » de la grande catastrophe politico-sociale que fut la guerre.

98Sa mission consistait, d'après ce qu'on peut lire dans les pages de l'ouvrage que nous étudions, « à placer dans les postes d'enseignement des éducateurs impies, qui transforment l'âme de la jeunesse en la formant d'après les maximes impies d'encyclopédistes et franc-maçons ».

99Face au prototype de l'éducateur impérial « culte, pieux, noble et patriotique » se dresse le pendant de l'intellectuel à l'origine de « la déformation subversive » de notre jeunesse.

100Parmi ces intellectuels mis en accusation on trouve aussi bien Unamuno et Ortega y Gasset que Giner de Los Rios, Fernando de Los Rios et Azcarate. Ils sont présentés de façon fort péjorative par des termes tels que :

«Maestrillo empalagoso lleno de melosidades seudomísticas y teatrales... pandilla de incrédulos, ou encore «gárrulos parlanchines».

101La Institución apparaît en conséquence comme un grand ennemi de l'Éducation catholique et surtout comme « un vaste dessein des loges maçonniques pour corrompre les cœurs des jeunes, surtout de la femme pilier de la famille chrétienne ».

102Comme pour le cas du Général Franco, l'obsession à l'égard de la francmaçonnerie est devenue pour Herrera Oria une sorte de seconde nature. Il cristallise et simplifie autour de cette idéologie toutes les raisons de la décadence historique, de la dégénérescence de l'Espagne et de la guerre civile.

103Son ouvrage est en quelque sorte une Croisade anti-maçonnique.

  • 12 Ricardo de la Cierva, Historia del Franquismo. Ed. Planeta, Barcelona, 1975, pp. 102-104.

104Comme l'écrit l'historien philo-franquiste Ricardo de la Cierva à l'égard de Franco : « Il était arrivé à affirmer publiquement que la Croisade se fit contre l'Encyclopédie et les Franc-maçons »12.

c) La construction du présent

105Lorsqu'en mai 1937 est constitué à Salamanque le Secrétariat politique de F. E. T. y de las Jons à la suite du Décret d'unification du 19 avril 1937, va se créer sous son autorité la Délégation Nationale de l'Éducation dont l'objectif est de centraliser les missions éducatives du parti et canaliser de surcroît son intervention dans les institutions consacrées à l'enseignement.

106Dans le programme de la Phalange unifiée, on avait incorporé l'aspiration à un État intégral, totalitaire, qui réclamait l'hégémonie en matière d'éducation, d'une éducation national-syndicaliste. Le Parti allait revendiquer également le contrôle de toutes les matières sauf celles à caractère moral ou religieux.

107Dans ce même programme, plus comme un avertissement que comme un présage, le parti légifère sur une question épineuse : les relations Église-Etat. Consciente de la concurrence qui allait s'établir avec l'Église pour jouer le rôle prééminent en matière d'éducation, la Phalange note dans son point 25 :

«Nuestro Movimiento incorpora el sentido católico – de gloriosa tradición y predominante en España – a la reconstrucción nacional. La Iglesia y el Estado concordarán sus facultades respectivas, sin que se admita intromisión o actividad alguna que menoscabe la dignidad del Estado o la integridad nacional».

108La Phalange tâchera d'aller plus loin en encadrant l'ensemble du corps professoral dans le Parti pour former ce qu'elle appelle « une authentique milice de culture » capable d'entreprendre un parfait endoctrinement politique des futures générations dans les valeurs national-syndicalistes :

  • 13 « La Falange en la Educación Nacional », R.N.E. n° 2, février 1941, pp. 91-92.

« La Phalange comprend que dans le conquête et la sélection des professeurs et des maîtres réside une des bases essentielles de la grande révolution nationale... Sans un corps professoral organisé avec discipline de milice, la Phalange ne pourra pas pénétrer dans toutes les Écoles, Lycées et Universités »13.

109En 1937 sera organisé et adapté à la nouvelle situation le Syndicat d'Étudiants Universitaires (S.E.U.). Un des buts les plus recherchés par la Phalange dès sa création fut de s'assurer le contrôle de l'Université afin de pourvoir sélectionner une élite de jeunes bien préparés et capables de renouveler politiquement le Régime dans un sens phalangiste.

110Le 6 décembre 1940 allait se créer le Front de la Jeunesse – « œuvre privilégiée du Régime » aux dires de Franco – selon le modèle allemand et italien.

111Le jésuite Herrera Oria et son Histoire de l'Éducation espagnole se voudront une réplique face aux prétentions du Parti d'imposer son hégémonie dans le système éducatif espagnol.

112De plus, E. Herrera Oria va s'ériger en une sorte de conseiller du Ministère de l'Éducation Nationale. C'est ainsi qu'il écrit à son adresse :

« Si le principal problème est de résoudre le retour réel et efficace à notre École traditionnelle, profondément religieuse, il ne suffit pas de légiférer depuis le Ministère ».

113Développant une fois de plus le thème selon lequel la responsabilité de l'enseignement en Espagne incombe uniquement à l'Église, il insiste pour que soient effacées les traces laissées dans l'Éducation par la francmaçonnerie et par la Institución Libre de Enseñanza.

114Tout au long de cette Histoire de l'Éducation Espagnole son auteur tient non seulement à renverser et à détruire ses principaux ennemis, mais également à défendre le modèle d'école catholique face à ses « amis » ; ceux qui se trouvent dans le camp des vainqueurs.

115C'est ainsi qu'il va renouveler ses attaques contre le Ministère dans lequel, selon lui, « persiste encore la mentalité étatique de type libéral héritée par tradition du XIXe siècle ». Et de donner comme exemple l'usage qui est fait de l'adjectif NATIONAL à tort et à travers. C'est le cas « intolérable », nous dira-t-il, du Collège du Sacré Cœur ou des Escolapios qui sont maintenant appelés Collèges NATIONAUX.

116Cette question avait déjà était soulevée dans la première partie de cette Histoire en prenant comme excuse une discussion entre Herrera Oria et des jeunes phalangistes pendant un séjour dans une prison de Bilbao au cours de la guerre civile.

117Si le terme NATIONAL semble inacceptable à Herrera, en tant que synonyme d'étatique, par contre il préconise que l'on puisse l'utiliser dans le sens de catholique et espagnol :

« L'Espagne sera grande lorsqu'elle organise bien son éducation nationale, en reconnaissant comme national tout ce qui est catholique et espagnol ».

118Ainsi nous assistons à la confrontation de deux thèses en matière d'enseignement :

  • D'un côté la conception phalangiste qui essaie de « nationaliser » l'éducation et de la transformer en un procès d'endoctrinement disciplinaire par l'État à travers le Parti.
  • De l'autre, la thèse catholique, défendue par Herrera Oria entre autres, qui essaie de récupérer le terrain perdu pendant la période laïque républicaine et tâche d'obtenir le plus grand pouvoir pour l'Église en matière d'éducation.

119Il ne s'agirait pas, bien entendu, uniquement d'un problème d'appellation (entre National ou Privée), mais des compétences à partager ou non en matière d'éducation.

120En premier lieu, il faut restaurer l'éducation catholique en Espagne ; ensuite il faut lui accorder des subventions ce qui pour l'auteur « multiplierait rapidement les centres d'Éducation » et ; pour finir, il faut permettre que « le maître payé par l'État sans perdre son traitement ni aucun avantage économique enseigne dans une école catholique ».

121L'Église s'assurerait ainsi l'encadrement et la socialisation la plus complète de l'enfance et de la jeunesse par la « catholicisation » des enseignants qui, par ce biais, « intensifieraient leur vie religieuse ».

122Dans ce troisième Livre consacré à l'Éducation dans la Nouvelle Espagne, Enrique Herrera Oria dresse à l'intention du Ministère un projet éducatif destiné à modifier dès la fin de la guerre civile celui qui pourrit être éventuellement conçu par la Phalange ou d'autres groupes catholiques.

123Ce projet qui surgit au fil de pages est celui de la Compagnie de Jésus en vigueur dans l'Espagne Impériale et qui essaie de s'imposer dès 1936.

124Rien ne sera négligé.

125Après la Catholicité de l'école et de ses maîtres suivra une nouvelle proposition, celle du remplacement de ceux-ci, dans les « petits villages uniquement », par des prêtres.

« Quel inconvénient, peut-il y avoir, se demande Herrera Oria, à ce que des milliers de prêtres prennent en charge des écoles dans de petits villages ? ».

126L'État y trouverait un avantage supplémentaire aux dires de l'auteur, car de ce fait il pourrait épargner beaucoup de millions de pesetas par an.

127Pour calmer, éventuellement, les inquiétudes des maîtres espagnols face à ces propositions, Herrera Oria les rassure : « à condition qu'ils soient des fervents catholiques et espagnols » ; dans le cas contraire, il est normal pense le jésuite « que la Nouvelle Espagne ne paie pas des éducateurs qui ne sont pas en accord avec le Mouvement National ».

128Le Ministère de l'Éducation, composé entre 1936 et 1940 de personnalités très proches du groupe Action Espagnole se montrera très sensible au projet éducatif présenté par E. Herrera Oria.

129Car, si d'un côté on accorde une attention prioritaire aux intérêts de l'Eglise en matière d'enseignement, de l'autre on va éloigner l'appareil phalangiste des tâches éducatives. C'est ainsi que J. Pemartín, sans doute le personnage le plus influent du Ministère, expliquera le rôle secondaire accordé au Parti :

  • 14 J. Pemartin, ¿Qué es lo nuevo? op. cit., p. 163.

«De nada servirán las formaciones, las organizaciones, los brazos en alto, la disciplina de la militarización civil, más o menos coactiva y aparatosa, característica exterior del Régimen Fascista que preconizamos, si no se ha llegado al mismo tiempo a una comunidad religioso-espiritual-católica, basada en lo que tienen de más intimo y común los españoles»14.

130Mais c'est la création le 6 décembre 1940 du Front de la Jeunesse avec deux branches différenciées et séparées : la masculine et la féminine, qui soulevera un tollé de protestations de la part de l'Église. A tel point que Herrera Oria décide, avant de conclure cette Histoire de l'Éducation d'ajouter un chapitre, le dernier, consacré aux « Organisations de Jeunesse ».

131Il ne faut pas nier que la création de ces organisations pouvait constituer pour l'Église espagnole une sérieuse concurrence en matière d'éducation, car le but de l'O.J.E. était bien d'encadrer toute la jeunesse espagnole depuis l'école primaire jusqu'à l'Université où le S.E.U. prendrait le relais.

132C'est donc dans ce contexte que Herrera Oria, à travers son ouvrage, mais aussi à travers la revue « Atenas » dont il est le directeur, entreprend d'effectuer un « recentrage » des compétences qui doivent être attrivuées à ces organisations.

133De façon très intelligente, l'auteur commence le chapitre en faisant une analyse détaillée des diverses cimposantes du Mouvement National qui ont conduit l'Espagne à la victoire :

« En premier lieu, écrit-il, ce fut l'élément militaire constitué par le Généralissime avec les chefs et officiers de l'Armée espagnole. En second il y a eu une classe militaire créée rapidement, mais qui a eu une influence décisive dans le triomphe. Ce sont les ALFERECES PROVISIONALES ».

134Ce n'est pas la première fois que dans cette Histoire de l'Éducation, le jésuite Herrera Oria revendique la prééminence de l'Église dans l'État franquiste en s'appuyant sur le rapport étroit entre le rôle des Alfereces Provisionales et leur formation religieuse.

135L'imbrication du religieux et du militaire dans la formation sociale espagnole qui a été une constante tout au long de l'histoire de ce pays, reviendra en force à partir de 1936.

136Pour Herrera Oria ce qui expliquerait le courage de cette nouvelle classe militaire les Alfereces Provisionales, c'est, sans aucun doute, « qu'ils ont été tous formés dans des Collèges catholiques ».

137Il est curieux de constater que parmi les composantes du Mouvement National la Phalange n'occupera sous la plume de l'auteur qu'un rôle fort secondaire, à la fin du paragraphe et par ces mots :

«En el espíritu público y en la fuerza del Movimiento Nacional, ha tenido un influjo notable el Movimiento Falangista».

138Pour conclure ce bilan dressé de la plus ou moins grande participation des divers courants idéologiques à la Croisade, Herrera Oria nous rappelle qu'ils ont tous quand même un commun dénominateur ; à savoir « la Religion et les essences spirituelles ».

139Après avoir démontré une fois de plus, si besoin était, le droit inaliénable de l'Église en matière d'Éducation, droit légitimé par sa participation « presque exclusive » à la Victoire, Herrera Oria demande une grande prudence et des précautions avant d'incorporer F.E.T. y de las Jons à l'éducation espagnole :

« Il faut procéder avec décision, mais aussi avec prudence en réfléchissant à ce qu'on fait... Il ne faudrait pas que nous soyons broyés... N'oublions pas que certaines nations modernes parmi les plus importantes d'Europe ont dû reconnaître leurs erreurs parce qu'elles ont procédé avec précipitation ».

140Pour conclure, l'auteur après nous avoir mis face aux dangers de ce type d'organisation en rappelant par exemple que : « Les défilés militaires sont une chose très belle... mais qui peuvent masquer le manque d'esprit religieux », tout naturellement nous sommes amenés à nous poser la question de la nécessité ou non de l'existence de la O.J.E.

141Herrera Oria donne une réponse double :

  • D'un côté, « Dans les centres religieux peuvent se former de magnifiques unités de jeunesse » donc les organisations de Jeunesse ne s'avèreraient pas nécessaires.
  • Par ailleurs, puisque l'auteur devait accepter leur existence comme un fait acquis, il s'agit pour lui, de tâcher « d'incorporer l'opposant pour le contrôler », comme l'écrit Ruiz Rico15 et de procéder ainsi soit à modifier les contenus de la O.J.E., soit encore à les contrôler.

142Dans cette même direction s'exprimera Monseigneur Eijo y Garay – Assesseur National de Religion et Morale du Front de la Jeunesse – :

« Toute la masse des jeunes espagnols... devra apprendre dans la O. J. E. que la doctrine de la Phalange, pour ne pas contredire son fondateur ni le Caudillo, doit être toujours fidèle à la vérité catholique ».

143L'Histoire de l'Éducation Espagnole publiée le 31 mai 1941 dans un contexte politique international dramatique – la deuxième guerre mondiale était encore dans sa première phase – paraît dans une Espagne de profonde crispation politique.

144Herrera Oria, et son œuvre le prouve bien, nous montre que l'UNITÉ est un mythe fort difficile à atteindre une fois que l'ennemi commun a été vaincu.

145Cette UNANIMITÉ que les discours officiels ne se lassaient pas de répéter pendant toute cette période 1936-1940, masquait à peine les tiraillements entre les différentes familles politiques présentes au pouvoir.

146Le Général Franco utilisera ces affrontements, au sein de la coupole, pour mieux asseoir son pouvoir et la durée de son mandat.

147En 1941, il semblait cependant confirmé et l'Histoire de l'Éducation Espagnole nous en fournirait une preuve supplémentaire, que dans cette « guerre » pour la direction des destins culturels et éducatifs de la Nouvelle Espagne, l'Église serait victorieuse.

148C'est également l'avis de deux personnalités fort différentes, ayant vécu en Espagne pendant ces années de l'après-guerre.

149Pour le journaliste anglais E. J. Hughes :

  • 16 E. J. Hughes, L'Espagne de Franco, Ed. du Temps Présent, Paris, 1948. p. 90.

« L'Église a gagné, écrit-il en 1944. Elle a pratiquement conquis le contrôle de la Phalange. Elle continuera à s'en servir (dans les limites qu'elle fixera elle-même) tant que le Parti lui sera utile, après elle le laissera tomber, comme elle rejettera Franco, lorsqu'il ne lui servira plus. Avec sa sagesse... l'Église a manœuvré la Phalange de la même façon qu'elle avait manœuvré les mouvements de « salut public » antérieurs : elle a d'abord observée, puis s'est placée à ses côtés, l'a entourée, et finalement absorbée »16.

150L'écrivain Luis Goytisolo, mais aussi son frère Juan Goytisolo, Francisco Umbral et d'autres écrivains, témoins directs de cette socialisation politique opérée par l'Éducation pendant les années que nous étudions, pourraient souscrire à ce que Luis Goytisolo écrit :

  • 17 Luis Goytisolo, Un recuerdo triste, in la Revue Cuadernos de Pedagogía. Suplemento n° 3, p. 45.

«La patina propiamente falangista al menos en un colegio religioso de Barcelona de 1945, era sólo eso : patina. Un monitor o instructor o lo que sea, pronunciaba, eso si, al finalizar los recreos los gritos de ritual : aquello de por el Imperio hacia Dios... pero eso era todo. Yo no recuerdo por ejemplo una sola clase de Formación Política, teóricamente obligatoria, si no me equivoco»17.

Notes

1 El Sol, 20 mai 1931.

2 Ramos Oliveira, Historia de España, Tomo III. Compañía General de Ediciones, S.A. México, p. 149.

3 Ramirez-Jimenez, Manuel, Los grupos de presión en la Segunda República española. Tecnos, Madrid 1969, pp. 231-232.

4 Arraras, Joaquín, Historia de la 11 República, Editora Nacional, 1956, Tomo I, p. 272.

5 Arraras, Joaquín, op. cit., Tomo I, pp. 273-274.

6 Arraras, Joaquín, op. cit., pp. 124-125.

7 C'est nous qui soulignons.

8 Herrera Oria, Enrique, Educación de una España nueva. Ediciones Fox, Madrid, 1934, pp. 252, 255.

9 Bulletin de l'A.C.N.P. n° 208, Décembre 1935, p. 3.

10 J. Pemartin, ¿ Qué es lo nuevo? Sevilla, 1937, pp. 15-17.

11 Menendez y Pelayo, Lettre écrite le 1/01/1910, publiée dans l'ouvrage Menéndez Pelayo y la Educación Nacional, p. 9.

12 Ricardo de la Cierva, Historia del Franquismo. Ed. Planeta, Barcelona, 1975, pp. 102-104.

13 « La Falange en la Educación Nacional », R.N.E. n° 2, février 1941, pp. 91-92.

14 J. Pemartin, ¿Qué es lo nuevo? op. cit., p. 163.

15 Ruiz Rico, El papel político de la Iglesia Católica, Tecnos. Madrid, 1977, p. 94.

16 E. J. Hughes, L'Espagne de Franco, Ed. du Temps Présent, Paris, 1948. p. 90.

17 Luis Goytisolo, Un recuerdo triste, in la Revue Cuadernos de Pedagogía. Suplemento n° 3, p. 45.

Auteur

Université de Nantes

© Presses universitaires François-Rabelais, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540