Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'enseignement Primaire en Espagne et en Amérique Latine du XVIIIe siècle à nos jours

 | 
Jean-René Aymes
, 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

VI. École et idéologies sous le franquisme

Le Général Franco dans les livres scolaires franquistes et postfranquistes

Yao Nguetta

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 1 En 1970, le système éducatif espagnol connaît des transformations. Au niveau primaire, l'enseignem (...)

1Comment apparaît le général Franco dans les livres scolaires d'enseignement primaire – Éducation Générale de Base (E.G.B.), depuis la réforme éducative de 19701 – sous le franquisme, et dans la période démocratique actuelle ? C'est à cette question que nous tentons de répondre dans l'étude que nous exposons ici.

2Le personnage de Franco présente un intérêt tout à fait particulier. Général victorieux de la guerre civile 1936-1939 et chef de l'État espagnol (1936-1975), il domine toute une période de l'histoire récente de l'Espagne contemporaine : à travers la guerre civile, et notamment le régime autoritaire auquel il soumet le pays.

3La lutte ppour la domination du pays s'est prolongée, on le sait, hors du cadre militaire par une tentative de conquête des esprits. La victoire militaire sur le gouvernement du Front populaire s'est accompagnée d'une propagande plus ou moins permanente en faveur du régime exclusif dont le général Franco reste le chef incontesté et la pièce maîtresse.

  • 2 Medina (Esteban), « La lucha por la educación en España, 1770-1970 », Madrid, Editorial Ayuso (« E (...)

4Parmi les divers moyens utilisés dans la conquête idéologique, figure en bonne place l'école. Désormais aux mains des vainqueurs (Eglise, Phalange et autres instances idéologiques ayant des affinités avec les deux premières, associées au « Mouvement National »)2, l'école est réadaptée aux exigences politico-idéologiques du système franquiste.

  • 3 Selon la terminologie franquiste.

5Dans le cadre de cette conquête idéologique, un des centres d'intérêt du discours franquiste consiste en une représentation spéciale du « Généralissime » et « Caudillo d'Espagne »3. Dans les livres scolaires, Franco le « libérateur et régénérateur de la patrie », bénéficie ainsi de la meilleure appréciation possible. Il fait l'objet d'une admiration sans réserve, d'une véritable dévotion de la part des auteurs, énonciateurs d'un discours unique, souvent manichéen et enclin à la mystification, à une certaine falsification de la vérité historique.

  • 4 Maingueneau (Dominique), « Les livres d'école de la République 1870-1914. Discours et idéologie », (...)
  • 5 Ministerio de Educacion y Ciencia, Dirección general de educación básica, subdirección de ordenaci (...)

6Mais l'école, comme l'écrit Maigueneau (D.)4, et comme nous le voyons, reste toujours soumise à l'histoire ; son discours ne peut que dépendre des contextes. Aussi, au moment où, après la mort de Franco, la démocratie s'installe en Espagne, que des changements interviennent dans la vie socio-politique ; que, par exemple les dictatures en général apparaissent dans leurs aspects les plus dramatiques et anachroniques, que devient le personnage dans les livres scolaires postfranquistes ? Etant entendu que l'école est désormais considérée comme un facteur indispensable dans le changement, et la construction d'une société démocratique ;5 qu'au niveau des manuels, un autre regard relativement plus objectif se porte sur l'Espagne franquiste, donc sur Franco.

7En fait, comme nous le verrons, le profil de Franco est fonction de la lecture particulière de l'histoire qui l'implique mais une lecture dont on peut dire qu'elle est, en elle-même, aussi historiquement située.

1. Présence de Franco dans les livres ou programmes (cf tableau)

8Pour le présent travail, nous utilisons principalement quatorze livres, dont le lecteur trouvera la liste dans notre bibliographie. Ces livres se répartissent comme suit :

9Dix livres franquistes (de l'époque franquiste), dont 8 antérieurs à 1970 ; le reste nous situant dans les années 70. Ils sont en général peu longs sur le personnage de Franco, hormis le livre de 1974 (voir tableau) qui, déjà, relève du même programme en vigueur dans des livres postfranquistes, du fait de la réforme éducative de 1970. On peut évaluer le total du nombre de pages que chaque livre consacre au personnage (cf tableau). Comme nous le verrons, la teneur idéologique du peu qu'ils en disent, dans les programmes d'enseignement religieux, d'histoire, de géographie, ou de formation politique du jeune garçon et de la jeune fille, d'instruction civique, est encore plus élevée que dans les livres postfranquistes, d'une façon générale.

10Quatre livres (postfranquistes) servent de support à notre analyse du discours sur le général Franco. Contrairement aux premiers livres, ils consacrent plus de pages au personnage. La longueur étant plutôt liée au fait du programme qu'à une volonté d'endoctrinement idéologique, qui se fait le plus discret possible (On peut évaluer le nombre de pages sur le tableau).

11Deux livres (postfranquistes) interviennent comme en supplément, servant de support aux allusions pouvant être faites sur le discours sur le roi Juan Carlos, en comparaison avec celui sur Franco. Ce sont « Descubre tu mundo » 4° (1982) et « España y sus hombres » 5° (1979) figurant dans la colonne « Autres » du tableau.

12Tous ces livres ayant été autorisés par les instances éducatives ou idéologiques en vigueur dans leur contexte, nous pouvons croire en leur représentativité.

13D'un autre point de vue, les livres correspondant aux niveaux scolaires dans lesquels Franco apparaît, on peut facilement apprécier la place qu'occupe le personnage suivant le contexte, indépendamment même du fait que les livres ne lui consacrent pas le même nombre de pages.

14On remarque son omniprésence dans les livres de l'époque franquiste, notamment antérieurs à la réforme de 1970 qui apporte des changements dans la structure des programmes du primaire. La présence de Franco à tous les niveaux est certes due à l'intensité générale du discours idéologique, mais elle est due aussi à un certain manque de progression dans les programmes. Ce qui a comme conséquence, entre autres, une répétition du programme d'histoire par exemple, dans ses grands chapitres plus ou moins approfondis vers les niveaux supérieurs. Et comme il est toujours question de la guerre civile, de l'ère de Franco, des grandes figures du « Mouvement national », il est également question du Général.

15De plus, un traitement de l'histoire particulièrement centré sur les hommes, plutôt que sur les faits et leur compréhension ou leur explication objective, donne aux personnages historiques dont on fait les éloges, une présence considérable. Franco, qui est un des sommets du discours idéologique, occupe ainsi une place de choix, apparaissant non seulement dans les chapitres d'histoire, mais aussi dans les programmes de religion, d'instruction civique.

  • 6 Les programmes étant divisés en « aires éducatives ». Celles-ci regroupent souvent plus d'une disc (...)

16Avec les transformations dues à la réforme de 1970, Franco apparaît à partir des livres de E.G.B. 4°, dans le cadre par exemple d'une connaissance des institutions, et des personnalités locales, provinciales, régionales et nationales du pays. Il est plus présent dans les livres de E.G.B. 8°, ou le programme d'histoire ouvre sur le XIXe et le XXe siècles, finissant sur la guerre civile espagnole et l'ère de Franco. Dans tous les cas, le discours paraît relativement plus serein, et se consacre moins à des biographies d'hommes historiques. L'histoire, intégrée dans l'« Aire des Sciences sociales »6, connaît un certain élargissement de son champ à des considérations d'ordre économique, sociologique, culturel, cet aspect des choses se continuant dans les livres postfranquistes.

  • 7 Alvarez (Antonio) & al., « Sociedad E. G. Β. 8° », Valladolid, Editorial Miñón, 1981, 342 p. ; p. (...)
  • 8 Cano-Manuel (José Luis), García (Pedro) & al. « Mundo y Sociedad » « 8° E. G. Β. », Madrid, Sm Edi (...)

17Dans les manuels postfranquistes, Franco n'apparaît que dans les programmes de E.G.B. 8°, la connaissance des autorités locales provinciales, régionales et nationales, lui substituant le roi Juan Carlos, l'actuel chef de l'Etat espagnol. Celui-ci, sans faire l'objet d'une vénération du type franquiste, bénéficie d'une bonne image de marque : il est par exemple le garant de l'unité nationale et la Constitution espagnole ; il est le moteur du changement démocratique exemplaire7, qui donne au pays une nouvelle respectabilité internationale, et dans le cadre de l'Europe occidentale, assure son intégration à la communauté économique européenne8.

18En considérant les niveaux scolaires où apparaît Franco, on perçoit ainsi un premier aspect de l'évolution dans la place qu'il occupe dans les livres. Mais l'altération la plus intéressante à considérer se situe surtout au plan du discours idéologique fondant ses représentations selon le contexte.

2. Franco dans les livres franquistes

19Nous pouvons construire notre analyse du discours, autour d'un certain nombre de clichés constitutifs de la représentation grandiose, hyperbolique de Franco d'après les livres franquistes.

20Prodige militaire, Franco est l'archétype du soldat. Il est censé porter en lui, à la perfection, des qualités militaires telles qu'elles sont souhaitées pour les enfants.

  • 9 Compañía de Santa Teresa de Jesús (S. T. J.), « Quiero Aprender » ler curso del periodo elemental, (...)

21Des livres comme « Quiero Aprender » (1963), Alvarez LIII (1965) ou Alvarez LII (1966) parlent de ses dons militaires exceptionnels, et, en retraçant sa très brillante carrière insistent sur son héroïsme particulier ; héroïsme et courage qui le poussent à aller servir l'Espagne, là où il y a le plus de dangers : au Maroc, dans la légion, dont il devient d'ailleurs très vite le chef9.

  • 10 Tous les livres qui relèvent ce détail ont pratiquement la même formule. Cf. Alvarez (Antonio), « (...)
  • 11 Ramirez (Luis), « Francisco Franco, historia de un mesianismo », Paris, Ruedo Ibérico (Biografía/1 (...)
  • 12 Onieva (Antonio J.) « Enciclopedia española ». Grado primero (cours 1 et 2). Madrid, Editora nacio (...)
  • 13 Bourdieu (Pierre) & Passeron (Jean-Claude), « Les héritiers. Les étudiants et la culture », Paris, (...)
  • 14 « Quiero aprender » (1963), p. 116. On pourrait ainsi traduire ce texte :
    Je suis tout petit,
    Je sui (...)

22En fait la valeur de Franco n'attendit pas le nombre des années, et « à 33 ans, il était déjà général »10. Certes, à 33 ans (34, selon Max Gallo ou Luis Ramirez)11, Franco était général ; mais cette information souvent reproduite dans la plupart des livres antérieurs à 1970, a une signification idéologique tout à fait évidente : elle ne sert qu'à magnifier le personnage, dans le cadre précis de son exaltation. Franco n'est qu'un militaire supérieur, élevé au monde idéal auquel tout espagnol est censé aspirer. Tout espagnol étant soldat... de Dieu et la Patrie12, la personnalité de Franco constitue un modèle, certes inaccessible – parce que étant l'idéal même que seul Franco peut atteindre – mais vers lequel doit tendre l'effort des autres, mûs par un désir plus ou moins suscité d'être de grandes figures militaires. Franco, pôle d'identification au plan militaire, constitue un support dans la réalisation de l'enfant futur citoyen-soldat adulte, comme projet d'être13. D'où le sens du texte suivant que « Quiero Aprender »14, à la fin de son portrait du « Caudillo d'Espagne », demande à l'enfant de réciter avec enthousiasme :

Recita con entusiasmo:
Soy pequeñito,
soy chiquitito,
pero si empuño mi espada así
parezco fiero como un león
y el enemigo huye a mi grito
¡tarí! ¡tarí!,
lleno de espanto su corazón.
Pronto, muy pronto, seré ya hombre
y con mi gente más decidida
altas empresas defenderé
y si es preciso, ¡nadie se asombre!,
daré mi vida
por Dios, mi Patria, mi honor, mi Fe.

23Franco, prodige militaire est aussi le patriote par excellence. Il n'est pas homme à gaspiller ses dons militaires, encore moins à les utiliser contre sa patrie. Au contraire, il les mettra à profit pour sauver l'Espagne, en patriote majeur, et accomplissant ses devoirs au plan militaire.

  • 15 « Alvarez LIII », p. 816 ; « Alvarez LII » (1966), p. 490.
  • 16 Selon la perception franquiste de la guerre civile 1936-1939.
  • 17 Editorial Hijos de Santiago Rodríguez (H. S. R.), « Nueva enciclopedia escolar ». Grado segundo (c (...)

24En patriote majeur, il porte en lui la patrie au plus haut point. Aussi est-il tout simplement l'« initiateur »15 de la « guerre de libération nationale »16. Il se met ainsi à la tête de l'armée et des patriotes, dont il porte les aspirations, et qui, mûs par le même idéal d'une Espagne « Une, Grande et Libre », le suivront et le seconderont dans la reconquête du pays17. C'est en ce sens qu'il a l'exclusivité du protagonisme dans le conflit : comme héros et patriote supérieurs, il réduit les autres participants à l'état de figurants ou de personnages de second ordre. Sa grande ombre les cache.

  • 18 « Alvarez LIII », p. 817 ; « Alvarez LII », p. 490.

25Les livres expriment cette idée de diverses façons : par l'omission ou la falsification de certains éléments d'information ou des détails nécessaires à une appréciation objective de ceux-ci. Ainsi, les préparatifs du soulèvement militaire sont passés sous silence. Ce qui permet à Franco d'être à la tête de tout le mouvement, tout à fait spontanément, et en toute logique, puisqu'étant le patriote ayant senti le premier la nécessité de sauver la patrie. En toute logique aussi, sa nomination comme Généralissime des armées et Chef d'État, ainsi que l'unification des mouvements politiques combattant du côté des militaires, apparaissent dans l'ordre normal des choses. Il n'est question ni de lutte d'influence, avant que Franco ne s'impose, ni de dissension à propos du décret d'unification de 1937. Puisque d'une part les qualités militaires et les dons exceptionnels du gouvernement18 prédisposaient Franco à la nomination ; d'autre part, tous les mouvements politiques, ainsi que le général lui-même, avaient le même idéal. Choix de bon sens donc.

  • 19 « Alvarez LIII », p. 816 ; « Alvarez LII », p. 490.
  • 20 « HSR » (1942), p. 495 ; « Alvarez LIII », p. 814.

26Le « personnalisme » du discours rendant compte de la guerre civile grandit la figure de Franco, « l'initiateur et triomphateur du Glorieux Mouvement National »19. Lui seul a l'initiative de la guerre du début à la fin. Les autres généraux ne sont cités qu'« en plus de Franco »20. Toutes leurs actions convergent vers lui, le sommet des aspirations. Mola et ses troupes combattent ainsi. Le Généralissime apparaît représenté par chaque général ou soldat qui combat ; il est potentiellement présent sur tous les fronts.

  • 21 « Alvarez LII », p. 622 ; « Alvarez LIII », p. 1002.
  • 22 « Quiero aprender » (1963), p. 115 ; « HSR » (1942), p. 495.
  • 23 Idée courante dans la plupart des livres antérieurs à 1970. Cf. par exemple « Onieva » (1952), p. (...)

27Identifié à l'armée sous son commandement unique, Franco est posé comme sujet principal du discours. Cela parce qu'il est le stratège génial21 qui domine ennemis et partisans ; qui domine toutes les opérations. C'est sous son épée invaincue que la guerre fut gagnée22. On peut relever ici l'idée de « héros parfait », celui qui ne perd pas de bataille. On comprend alors le sens du terme de « caudillo invaincu »23 qui lui est appliqué. La guerre civile fut le lieu de l'expression des dons militaires extraordinaires du héros.

  • 24 Comme l'écrit en l'occurrence Arrarás (Joaquín) dans une des toutes premières biographies de Franc (...)
  • 25 « Alvarez LI », p. 231.

28D'un autre point de vue, il est le sujet principal parce qu'étant le premier élan. Il est identifié, comme caudillo, au destin de l'Espagne qu'il est censé porter – mieux que quiconque – dans le cœur et l'esprit24. Ainsi, par exemple, interpeler Franco, c'est interpeler l'Espagne gagnante, comme cela apparaît dans les vers suivants tirés d'Alvarez Li (1962)25 :

« Mais, ne t'inquiète pas mère.
Toute la Castille est en armes !
Madrid est très proche.
N'entends-tu pas ? Franco ! Arriba España ! »

29¡Arriba España !, comme on dirait ¡Arriba Franco ! Franco étant l'âme du soulèvement : la guerre civile est le lieu aussi de l'expression de son patriotisme exceptionnel. Patriotisme que nous remarquerons dans son action de gouvernant providentiel, exceptionnel.

  • 26 « Onieva » (1952), 128.

30La notion de patriotisme majeur se double de celle d'un « rédempteurisme ». Le tout étant lié à la perception franquiste de la guerre civile, qui fait de celle-ci une guerre de « libération nationale ». Le Mouvement National est dit en ce sens « mouvement rédempteur »26 qui sauve la patrie et la régénère sous la direction du caudillo invaincu.

  • 27 Idem, Ibid.
  • 28 « Alvarez LI » (1962), p. 189 ; « Alvarez LII », pp. 485, 487 ; « Alvarez LIII », pp. 813 et 384 ; (...)

31Franco exprime ce messianisme d'abord au plan militaire. Personnage providentiel, il est l'incarnation du Mouvement rédempteur27. L'argument de la nécessité extrême de son intervention constitue en gros la justification du soulèvement et de la guerre : L'Espagne était en très piteux état (couvents, églises brûlées, assassinats, non gouvernement...), le pays était en outre en danger de tomber dans les bras du communisme international ; il allait perdre la ligne de son destin éternel, sa vocation spirituelle, son idéal impérial28 :

Et, « pour en finir avec tant de maux, Franco se mit à la tête de l'Armée et des patriotes, et le 18 juillet 1936 commença ce que l'on appelle la Guerre de Libération Nationale » (28).

  • 29 « Alvarez 8° » (1974), p. 279.

32Le même schéma est reproduit même dans Alvarez 8° (1974)29, à la seule différence qu'ici l'on ne nomme pas directement Franco. On parle de « l'élément militaire ». Ce qui ne change rien au messianisme du personnage, étant donné qu'il apparaît identifié à l'armée.

  • 30 Editorial Bruño, « Tizona » (cours 4), Madrid, 1966, 160 p. ; pp. 106-107 ; « Alvarez 8° » (1974), (...)

33Le processus de la mythification de Franco atteint un degré de plus, lorsque les livres essaient d'expliquer – par le mythe – certains épisodes particuliers de la guerre. Ainsi, les récits sur le transfert des troupes du Maroc sont d'authentiques tentatives de mystification, donc celles aussi de la « déshumanisation » de Franco. Selon « Tizona » (1966) et « Alvarez 8° » (1974), qui en parlent dans ces termes, c'est grâce à la Providence, et précisément, à la bienveillance de la Vierge Notre Dame d'Afrique invoquée par Franco, que le transfert a pu se faire30. Car seule la Providence est capable de miracle, et ainsi l'homme qu'elle a élu pour accomplir ses desseins. La traversée des troupes de Franco relève du miracle :

  • 31 « Alvarez 8° » (1974), p. 291.

« Le passage du détroit par l'armée d'Afrique, écrit-on dans « Alvarez 8° », est un de ces exploits inexplicables qui n'ont de précédents que dans la conquête de l'Amérique au XVIe siècle »31.

  • 32 Bolloten (Burnett) donne des informations qui révèlent l'importance de la falsification de la véri (...)

34Et il est à l'actif du général Franco. Le facteur providentiel élève Franco vers le mythe, en même temps qu'elle exclut toute explication objective, et de fait, la participation de l'aviation allemande et italienne est expurgée du récit de cet épisode de la guerre civile32.

  • 33 D'après Raimundo Fernández Cuesta, ancien ministre et secrétaire de la Phalange, cité par Georgel (...)

35D'autre part, par la grâce de la Providence, Franco se met à la hauteur des hommes de l'Espagne conquérante. Dans tous les cas, il a ici une dimension du caudillo tel que l'entendent les théoriciens du régime franquiste : le caudillo étant « l'homme donné par la Providence pour sauver son peuple »33. La guerre civile permet au caudillo d'accomplir son dessein, qui est aussi celui de sa patrie.

  • 34 « Alvarez LIII » (1965), p. 144 (Chapitre d'enseignement religieux).

36Par extension, le messianisme militaire de Franco s'attribue une portée européenne et mondiale. Identifié au destin de l'Espagne héroïque et salvatrice, il est le sauveur de la patrie, mais aussi de l'Occident chrétien (en « caudillo très chrétien »)34, et dans un sens plus large encore, de l'Humanité. La guerre civile, où il s'illustre, étant l'accomplissement du destin messianique de l'Espagne qui fait un avec son caudillo. Ainsi, le communisme international qui allait envahir l'Espagne et le monde entier, trouva Franco sur son chemin :

  • 35 Ediciones Bruno, « Horizontes ». Segunda parte (Vida social), (cours 4), Madrid, 1966, 157 p. ; p. (...)
  • 36 « Alvarez LIII », p. 683.

« Dans une longue et douloureuse guerre, 1936-1939, écriton dans « Horizontes) (1966), elle bat sur son propre sol le communisme international, le grand danger de l'Europe moderne »35.
Grâce à l'Espagne, dit-on par ailleurs, « aujourd'hui le communisme ne domine pas dans une bonne partie du monde »36.

  • 37 « HSR » (1942), p. 496.

37Franco ou l'Espagne, c'est la même chose. Son destin est mêlé à celui de la patrie, dont il assume le messianisme. Il est le dernier messie de l'Espagne éternelle, dont la vocation est de sauver le monde en se sauvant37.

38Le grand patriotisme et le messianisme de Franco s'expriment également à travers la signification que les livres donnent à son rôle vis-à-vis de l'Espagne, en tant que dirigeant.

  • 38 « Quiero aprender » (1963), p. 115.

39Ayant libéré le pays militairement, le « caudillo de tous les espagnols »38, magnanime et très chrétien, le gouverne dans la paix et avec sagesse, régénérant ses valeurs traditionnelles et éternelles. Comme patriote majeur, c'est avec enthousiasme qu'il se met

  • 39 « Alvarez LIII », p. 1002. Cf. aussi « Alvarez LI » (1962), pp. 232-233.

« à la reconstruction de la patrie et à la noble tâche d'unir et de pousser les espagnols vers de grands idéaux. Son admirable labeur, ajoute Alvarez LIII, s'est vu entravé par des difficultés extérieures et intérieures, mais, ferme dans ses projets, Franco poursuit le chemin devant remettre l'Espagne à la hauteur de sa grandeur passée »39.

40Son ambition c'est la patrie ; son enthousiasme n'est qu'une marque glorifiante de son patriotisme exemplaire. Il honore le mieux le rapport à la patrie. Son exemple est à suivre, puisque son œuvre est admirable.

  • 40 Cf. « Alvarez 8° » (1974), pp. 328-340. Cf. image hors texte.

41Tout le regard porté sur l'Espagne franquiste n'est qu'un hommage au sauveur de la patrie. Franco apporte la paix et l'harmonie sociales : les livres ne parlent à aucun moment des répressions consécutives à la guerre ; il n'y a aucun trouble social. Il n'y a aucune approche un tant soit peu critique de l'ère de Franco, dont ils ne se contentent que d'énumérer et justifier les différentes institutions et lois ; d'énumérer les différentes réalisations économiques, exaltant le gouvernement et ses divers plans de développement ; d'énumérer enfin tous les organismes internationaux auxquels l'Espagne appartient, comme preuve de la respectabilité et de la représentativité internationales du pays et de son caudillo40. A son actif aussi, l'institution de l'Espagne en monarchie, avec le choix de Juan Carlos comme successeur, dans le cadre même de son caudillat (d'où le sens de l'image les présentant côte à côte) (40).

42En un mot, Franco personnalité providentielle ne se contenta pas que de faire la guerre. Il mit à profit aussi ses exceptionnels dons de gouvernement au service des espagnols, pour le bien et la grandeur de la patrie commune ; et tout ne fut que réussites.

  • 41 Cf. Carr (Raymond) & Fusi (Juan Pablo) « España, de la dictadura a la democracia », Madrid, Planet (...)

43Tout ceci contribue non seulement à fonder pour Franco une image hyperbolique et tout à fait « positive », mais aussi à lui assurer sa légitimité et celle de son régime. Cette légitimité se base sur la signification particulière donnée à la guerre civile (elle est une « guerre de libération nationale »), sur l'appréciation avantageuse du Franco chef d'État aussi efficace et providentiel que le chef militaire. Franco est le sauveur dans les livres franquistes comme il se proclame dans la réalité41. Le fait de la monarchie donne un caractère traditionnel à cette légitimité.

  • 42 Cf. « Alvarez LI », p. 233. « Alvarez LUI », qui écrit notamment ceci à l'intention des élèves :
    «  (...)
  • 43 Ediciones Anaya, « La vida del hombre ». Area social E. G. Β. 4°, Salamanca, 1972, 159 p. ; p. 143

44Cet état de fait impose l'exigence d'une reconnaissance de la patrie, ainsi que des compatriotes, vis-à-vis de Franco. Le rapport au caudillo fait partie de la formation politique et civique de l'enfant, qui doit lui formuler des vœux au jour anniversaire de sa nomination comme Généralissime et Chef d'État42. « L'obligation à la fidélité et à la loyauté vis-à-vis du Chef de l'Etat », l'obligation de collaboration sont énoncées parmi les « Devoirs envers la Patrie »43. Obligations qui, dûment accomplies comme les autres devoirs du citoyen, permettront aux enfants d'être « de bons espagnols, et d'aider à l'agrandissement de la Patrie » (43).

  • 44 Ramírez (Luis), op. cit., p. 261. L'auteur écrit en l'occurrence que « attaquer Franco, ou simplem (...)

45L'indissociabilité de Franco et la patrie n'est qu'une autre marque de son caudillat. Cette indissociabilité rend coupable de trahison ou de non amour de l'Espagne, le non accomplissement du devoir de collaboration, de dévotion44. Les livres invitent donc à éduquer les enfants à la vénération du caudillo. On peut en conclure que de la part des auteurs, l'acte d'allégeance est d'autant mieux accompli qu'ils exaltent le personnage. Cet acte est aussi du patriotisme, puisque Franco est l'essence-même de la patrie (44) ; il est également une preuve ou un fondement de la légitimité du caudillo. Le discours des livres franquistes n'est en gros qu'une hagiographie dont Franco, personnage d'identification, est le sujet sémantique.

3. Franco dans les livres postfranquistes

46Le discours postfranquiste, malgré une certaine variété qui le nuance, apparaît, dans un sens général, comme une remise en cause du précédent. Certes, Franco est toujours un personnage important ; mais important ne veut pas dire « exclusivement positif ». Au contraire, il y a une relativisation notable de son profil, de son rôle vis-à-vis de l'Espagne. Cette altération est liée à l'évolution d'un certain nombre d'éléments d'appréciation en fonction desquels le discours postfranquiste éprouve la représentation grandiose de Franco conçue par les livres antérieurs.

47D'abord la conception de l'histoire privilégie plus les faits et la tentative de leur explication que les biographies de personnages. Franco ne peut apparaître qu'à travers le récit, du reste relativement plus proche de la réalité, des événements ou situations historiques où il est impliqué. Par conséquent, il n'y a plus d'éloges, d'exaltations directes, à travers ces formules plutôt dogmatiques qui restent propres aux livres franquistes.

48D'autre part, le passage à un contexte nouveau et contradictoire, semble avoir libéré les auteurs du contexte franquiste et de Franco. Sans doute aussi est-ce une obligation à l'objectivité, ce qui explique la distance qu'ils prennent par rapport au personnage et sa période. Il n'y a plus de dévotion, de vénération particulière. Franco n'étant plus qu'une personnalité mêlée à une tranche importante de l'histoire qu'ils essaient de raconter avec plus de sérénité mais moins de complaisance.

  • 45 Lavara Gros (Elíseo) & al., « Historia » E. G. Β. 8°, Burgos, Editorial Hijos de Santiago Rodrígue (...)
  • 46 « Sm 8° », Ibid.

49Le rapport à la dictature ayant changé, celle-ci apparaît sous un angle plutôt dramatique. Les livres mettent en relief tout ce que le régime personnel de Franco avait de privatif45 – donc de négatif – pour l'Espagne et les espagnols : contrôle rigoureux des droits d'expression, de réunion, d'association ; exclusion des partis politiques, absence de libertés syndicales : au lieu d'une pluralité de syndicats horizontaux, libres, il y avait un syndicat vertical. Plutôt qu'une démocratie pluraliste où le droit de vote est étendu à tous les citoyens, il y avait une démocratie organique, un parti unique en dehors duquel aucune activité politique n'était autorisée : « les formes de participation au gouvernement dans les démocraties libérales – élections au suffrage universel – ne sont à aucun moment rétablies »46.

  • 47 « Alvarez 8° » (1981), p. 252. Cf. « Santillana 8° », p. 333. « Sm 8° » (1984) offre même une phot (...)

50Tout l'aspect privatif du régime va de pair avec une « accumulation de pouvoirs exceptionnels entre les mains d'un seul homme »47 : Franco, à cet effet, est comparé souvent au « Duce » (Mussolini) ou au « Fürher » (Hitler) ; ce qui n'a qu'un sens péjoratif dans les livres postfranquistes (47). Alvarez 8° (1981) résume mieux cette idée d'accumulation de pouvoirs.

  • 48 « Alvarez 8° » (1981), p. 253.

« Malgré la concentration entre ses mains de si vastes pouvoirs, il n'était obligé de répondre de ses actes devant personne ; seulement devant Dieu et l'histoire »48.

  • 49 Ramírez (Luis), op. cit., p. 248.

51Ce qui revient au même, puisque, comme l'écrit Luis Ramirez, « Dieu et l'histoire sont un jugement trop lointain, même en étant exact »49.

52En fait, le terme de « libération » – de la patrie – apparaît ici comme relevant de la pure démagogie. A travers les livres postfranquistes, il semble que Franco « libéra » le pays pour l'emprisonner, confisquant les droits et libertés des citoyens d'une Espagne qu'il prétend avoir libérée. Les idées de rédempteur ou dirigeant modèle s'écroulent, au plan politique. La dramatisation de son régime altère l'image de Franco, en même temps qu'elle permet de valoriser la démocratie. Franco et son régime apparaissent désormais anachroniques et inadaptés ; ils n'impliquent pas un progrès politique pour l'Espagne. Le caudillat n'est que remis en cause.

  • 50 Selon « HSR 8° » (1980), ce fut « une véritable campagne militaire (p. 186) ; « Santillana 8° » (1 (...)

53D'un autre point de vue, Franco n'est plus le personnage magnanime respectueux de vie de la Créature privilégiée de Dieu. Les répressions dont les nouveaux livres font état le montrent assez bien. Celles de 1917, et surtout celles de 1934, aux Asturies, que les auteurs décrivent avec des termes assez forts50, tout en désignant nommément le général Franco, qui dirigea personnellement les opérations militaires. Ces événements ne font pas du tout partie de la vie ou de la carrière exemplaire de Franco, d'après les livres franquistes, qui ont expurgé de l'histoire tout ce qui pouvait entacher son image : y compris aussi les répressions consécutives à la guerre civile 1936-1939. Ce dont les livres postfranquistes font également état, et qui rend moins immaculée que ne le font accroire les autres, l'image de Franco.

54Au plan socio-économique, il y a également une appréciation contradictoire du personnage, à travers la vision de l'« ère de Franco ». D'une part, la répression et l'opposition au régime ici révélées montrent bien qu'il n'y avait ni paix sociale ni consensus réel, sinon un certain climat de pacification et d'exclusion, plus ou moins atténué.

  • 51 « Sm 8° » (1984), p. 267.
  • 52 Idem., p. 248.

55La prospérité économique est d'autre part aussi relativisée. Tout ne fut pas que des réussites. Les livres reconnaissent certes que sous Franco, l'Espagne enregistre un essor économique sans précédent (le pays accède au 10e rang parmi les puissances mondiales, le niveau de vie a beaucoup augmenté...) ; mais ils relèvent que ce développement n'est pas harmonieux, qu'il ne profite pas à tous. Le fossé entre riches et pauvres s'est creusé, au niveau des citoyens, et aussi au niveau des régions, ou entre villes et campagnes. Enfin, selon un livre comme Sm. 8° (1984), il faut « analyser les problèmes économiques de l'Espagne actuelle en recherchant leurs racines dans le passé immédiat »51. Pour lui notamment, le facteur essentiel de l'essor économique, ce ne fut pas les divers plans de développement (célébrés par ailleurs dans les livres franquistes) mais l'apport des émigrés, du tourisme et l'investissement étranger52.

56Dans tous les cas toutes ces appréciations critiques, même fondées ou non mettent en cause sinon relativisent l'« ère de Franco » ; l'image du personnage en pâlit.

  • 53 « HSR 8° » (1980), p. 205.

57Il en de même du « rédempteurisme » militaire et patriotisme majeur de Franco, exprimés dans les livres franquistes. A l'origine de la nouvelle attitude, on peut citer le changement intervenu dans la vision de la guerre civile 1936-1939. Dans les livres postfranquistes, il ne s'agit plus d'une guerre de « libération nationale », mais d'une guerre fratricide, et qui, plus que toute autre, n'a rien d'une aventure héroïque53. Conséquences, plus de héroïsme ni rédempteurisme militaires ; plus de patriotisme glorifiant. Le héros mythique des livres antérieurs redevient un homme, un personnage militaire, qui a certes dominé la guerre, mais pas sous les ailes de la Providence.

58La traversée des troupes du Maroc ne relève d'aucun miracle. Sur ce point, certains livres mettent l'accent sur le génie de Franco. Ainsi, par exemple, HSR 8° (1980) qui écrit ceci :

  • 54 Idem., p. 190.

« Franco réussit à organiser une série d'expéditions qui, trompant la vigilance de la flotte républicaine, purent arriver à la péninsule dans les premiers jours du mois d'août 1936 »54.

  • 55 « Santillana 8° » (1977), p. 319.

59On ignore comment on parvint à tromper la vigilance de l'ennemi. Seul son génie militaire ici sous-jacent pourrait expliquer sa réussite. Santillana 8° (1977) relève de son côté le coup de génie de Franco, qui réalisa durant cet épisode, « le premier pont aérien de l'histoire militaire du monde »55. Ce qui, sans aller jusqu'à invoquer l'intervention de la Providence, continue d'exclure la participation allemande et italienne dans la traversée des troupes.

60Au contraire des livres ci-dessus cités, Alvarez 8° (1981) donne une autre explication. Selon lui,

  • 56 « Alvarez 8° » (1981), p. 248.

« les troupes du Maroc arrivèrent par mer et par air en Andalousie au début d'août, grâce à l'aide de l'aviation allemande et italienne »56.

  • 57 Cf. Supra. p. 10, note 32.

61Détail confirmé du reste par des auteurs non scolaires57. Dans tous les cas, le profil providentiel de Franco s'estompe dans les livres postfranquistes.

  • 58 « Alvarez 8° » (1981), p. 244. Cf. aussi Ramírez (L.), op. cit., p. 196.

62L'idée de patriote majeur, et de protagonisme exclusif aussi est remise en cause. Mais le discours des livres n'est pas non plus unique sur ce plan. HSR 8° comme Santillana ont tendance à associer Franco au tout début de la conspiration, et à l'instituer en sujet principal, avant même qu'il n'ait le commandement unique des armées. Alvarez 8° (1981) relève par contre que Franco ne s'associa aux préparatifs du soulèvement que tardivement58. D'autre part, les livres sont d'accord pour dire qu'il n'en était pas le chef désigné. Le chef étant le général Sanjurjo, alors exilé au Portugal ; la direction de la conspiration incombait au général Mola. Le général Franco n'était pas non plus le président de la Junte de Défense organisée par Mola – une fois Sanjurjo mort – et que le général Cabanellas présidait.

  • 59 « Santillana 8° » (1977), p. 331.

63Ceci dit, l'identification de Franco au camp nationaliste est vite faite, et l'institution du personnage en sujet principal va de soi. Santillana 8° (1977) est un exemple intéressant en ce sens. Le livre cite 30 fois le nom de Franco en 12 pages de récit de la guerre (Mola n'a droit qu'à 5 lignes). Il est cité moins ailleurs, en tant que sujet absolu de toutes les actions de guerre : Sm 8° (1984) en 5 pages de récit le cite nommément 3 fois. Alors que pour Santillana l'initiative des opérations revient à Franco dès le début, Sm 8° et Alvarez 8° porte quelque attention à Mola. Dans tous les cas, il y a une certaine admiration de Franco en tant que militaire. Admiration notamment exprimée chez Santillana qui termine son chapitre sur la guerre civile en demandant aux enfants de « faire un portrait du général Franco en relevant ses dons militaires »59. La différence avec les livres franquistes ici, c'est qu'il faut retrouver ce portrait entre les lignes, n'étant pas donné d'emblée à travers des formules dogmatiques.

  • 60 « Sm 8° » (1984), p. 234.
  • 61 « Santillana 8° », p. 327.

64Même en instituant Franco en sujet unique ou principal, l'on n'évoque pas son grand patriotisme qui lui vaudrait d'avoir le commandement unique des armées, d'être élu Chef de l'État. Ce que l'on retrouve malgré tout, c'est l'image du général qui domine la guerre. Les luttes d'influence paraissent exclues ; mais cela ne relève pas d'un consensus qui se serait formé dès le départ autour du seul personnage de Franco. Sm 8° (1984)60 parle de la mort de Sanjurjo, puis de Mola comme étant un des facteurs ayant contribué au triomphe de Franco comme généralissime et Chef de l'État. Santillana61 relève pour sa part que le décret d'unification (1937) des forces politiques ne manqua pas de susciter quelques oppositions.

  • 62 Cet auteur précise que Franco n'obtient le poste de Généralissime des armées et Chef de l'État que (...)

65Sans retomber dans les mêmes extrapolations, les nouveaux livres, peu clairs sur certains points, laissent des détails dans l'ombre ; ce qui rend leur discours plus ambigu, moins tranchée leur attitude vis-à-vis du personnage, dans le cadre précis du récit de la guerre civile. Par exemple les circonstances de la nomination de Franco, telles que les décrit Luis Ramirez, ne sont nulle part indiquées62. D'un autre point de vue, les livres ne relèvent pas les mêmes détails. Leur discours ne peut donc être unique, d'autant plus que certains détails ont l'air de se contredire plutôt que de se compléter (en passant d'un livre à l'autre).

66Ceci étant, ce qui reste presque intact de l'image de Franco, c'est son profil de grand militaire dominant les opérations de la guerre. A part cela, plus d'idée de premier patriote, ni de rédempteur. Franco ne peut représenter dans les livres postfranquistes qu'une partie de l'Espagne qui a vaincu l'autre. Les termes de « patriote » et « espagnol » appliqués exclusivement au camp franquiste dans les livres antérieurs, ne sont nulle part attribués à aucun des deux camps. Le regard plus critique porté sur le régime (dramatisation de la dictature), sur l'Espagne franquiste, contribue également à relativiser son image.

67Bilan

68On peut faire un bilan du discours sur Franco à partir de la récapitulation des termes ou idées généraux, ainsi que les diverses désignations intervenant dans la construction de l'image du personnage, selon le contexte.

A) Tableau récapitulatif des termes ou idées appliqués à Franco

A) Tableau récapitulatif des termes ou idées appliqués à Franco

Β) Tableau des différentes désignations de Franco

Β) Tableau des différentes désignations de Franco

(*) Il s'agit de la moyenne des livres. En multipliant cette moyenne par 10 on trouve le nombre de fois où apparaît chaque nom ou surnom, dans l'ensemble des livres franquistes. En la multipliant par 4 on trouve le nombre de fois où apparaît chaque nom ou surnom, dans l'ensemble des 4 livres postfranquistes
Les textes sur Franco n'ont ni la même longueur, ni la même structure, selon les livres et selon le contexte, et derrière ces moyennes globales, il y a une diversité de chiffres : par exemple le nom « Franco » – qui reste le plus généralement utilisé dans les deux contextes – apparaît 10 fois dans Alvarez LIII (1965), 9 fois dans Alvarez LI (1962) et Alvarez LII (1966), 5 fois dans Tizono (1966), 2 fois dans HSR (1942) et Quiero aprender (1963), 1 fois dans Onieva (1952), et 14 dans Alvarez 8° (1974) ; il apparaît 54 fois dans Alvarez 8° (1981), 37 dans Santillana 8° (1977), 21 dans Sm 8° (1984), et 17 fois dans HSR 8° (1980).
Ceci dit il y a une plus grande variété dans la désignation du personnage, dans les livres franquistes (19 noms ou surnoms différents, dont 7 construits à partir de « caudillo » ; ce qui est significatif de la dévotion particulière des auteurs) que dans les livres postfranquistes (10 noms ou surnoms différents). Les désignations les plus descriptives – élogieuses – sont plus nombreuses dans les livres franquistes, où il y a en plus des titres, un certain nombre de surnoms (l'illustre Général Franco, l'invaincu Général Franco, le Caudillo invaincu...) qui sont une voie d'exaltation directe. On peut remarquer aussi l'effet affectif recherché dans l'utilisation du prénom du personnage : « Francisco ». Dans les livres postfranquistes, une distance est prise vis-à-vis du personnage ; ils utilisent moins les surnoms que les noms et titres, dont le caractère descriptif est moins exprimé. Même s'ils utilisent « caudillo » par exemple, ils n'exaltent pas particulièrement le caudillat de Franco. Au contraire, ce terme apparaît dans la comparaison avec « duce » ou « führer », ce qui le rend plutôt péjoratif, dans le contexte démocratique. Il est synonime de totalitarisme, de concentration de pouvoirs, de régime privatif ; il est utilisé aussi dans la référence à l'idée que le « Caudillo », seul maître du jeu, choisit son successeur, en l'occurrence, Juan Carlos.

69En fait, ce qui sépare les livres franquistes des postfranquistes, c'est surtout la volonté idéologique explicite dans les premiers d'une exaltation sans réserve du personnage de Franco. Exaltation qui prend le caractère d'une mythification d'autant plus accentuée qu'elle s'appuie sur la valorisation d'un profil providentiel. Cela n'est le fait que d'une adhésion inconditionnelle des auteurs au personnage ; adhésion ou dévotion qui s'imposent également au destinataire de leur discours plutôt hagiographique que simplement historique.

70Dans les livres postfranquistes, il y a une remise en cause sinon une relativisation de l'image de Franco. Se trouvent exclues des composantes particulièrement importantes comme ces idées ou clichés de patriotisme exceptionnel, de « rédempteurisme », de gouvernant dont le régime n'aurait apporté que du bien à l'Espagne et aux espagnols.

71Ces altérations sortent Franco du cadre de la légitimité historique ou fondée sur la dévotion construite par les livres franquistes. Cette légitimité étant liée à une appréciation partisane de la guerre civile, à la mythification du personnage ; à une appréciation exclusivement avantageuse de son régime, toute remise en cause sinon relativisation y porte atteinte. Dans un contexte où l'on éduque les enfants à la démocratie, une dramatisation – sinon juste appréciation – de la dictature, de la figure du « Caudillo », constitue un faire valoir pour le nouveau système socio-politique.

  • 63 Franco voulait que la monarchie fût née de son régime (cf. : HSR 8° (1980), p. 200 ; Alvarez 8° (1 (...)
  • 64 Cf. Alvarez 8° (1981), p. 281 ; Sm 8° (1984), p. 259.
  • 65 Calleja Guijarro (Thomas) & Gutiérrez Ruiz (Ma Carmen), « España y sus hombres » E. G. Β. 5° (Soci (...)

72On comprend alors que le roi Juan Carlos apparaisse dans toute sa légitimité dans les livres postfranquistes. Instauré par le Général Franco dans le cadre de son caudillat63, le roi a une légitimité fondée sur sa naissance comme prince (d'où la présence dans les livres de reproduction de son arbre généalogique, ou de références à son ascendance64 ; sur la monarchie donc, et sa mise à jour comme système traditionnel et convenant le mieux à l'Espagne65.

  • 66 HSR 8°, p. 193.
  • 67 Alvarez 8° (1981), pp. 281-282 ; Santillana 8° (1977), p. 340.
  • 68 HSR 8°, p. 245 ; Alvarez 8° (1981), p. 282.

73Le roi a d'autre part une légitimité historique, en sa qualité de celui qui réussit le réajustement politique pacifique, exemplaire de l'Espagne aux autres démocraties libérales occidentales66. Il est le symbole et le garant de l'unité nationale et surtout de la Constitution de 1978. Il est le moteur du changement historique67, et de la nouvelle respectabilité ou représentativité de l'Espagne dans le monde, et surtout en Europe occidentale, où les portes de la C. E. E. restent plus ouvertes que jamais : puisque grâce à lui, l'Espagne devient un pays attaché aux droits de l'homme, et que d'autre part, son système socio-politique est désormais « homologable »68.

  • 69 Martínez (Angel) & al., « Descubre tu mundo » Ε. G. Β. 4° (Sociedad), Madrid, Editorial Magisterio (...)

74Tout ceci constitue le fondement principal de sa légitimité différente de celle de Franco. Une légitimité qui fait moins intervenir la dévotion ou la mythification. Sans vouloir développer davantage le discours sur le roi, disons simplement qu'il y a moins de mythification. Au contraire, l'on essaie de « ramener » le roi au niveau du commun des espagnols. Il est le roi et le chef de l'État sans qu'il en soit « déshumanisé ». Il est un père de famille comme tout autre, comme l'insinue en l'occurrence « Descubre tu mundo » E.G.B. 4° (1982)69 ; c'est un homme qui travaille comme tous les citoyens espagnols, avec ses fonctions spécifiques. Cette tendance n'a jamais existé concernant Franco, dans les livres de son époque.

75Ceci étant, on peut finalement conclure que le discours scolaire reste fondamentalement pareil à tout autre : un discours toujours en situation. Le cas de Franco nous offre un exemple de ce qu'implique la dépendance du discours vis-à-vis de son environnement socio-politique, idéologique. L'image des hommes dont il rend compte est aussi historiquement située. Ainsi, les livres franquistes exaltent Franco ; ceux de l'Espagne démocratique donnent une bonne image de Juan Carlos. C'est dans tous les cas le présent qui semble compter le plus, et sans doute soumis à un autre contexte, à une autre réalité historique contradictoire, le discours scolaire ferait-il perdre au roi son image de marque, comme Franco a perdu la sienne, notamment au profit de son successeur.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

A – Livres scolaires

a) Période franquiste

1 – Editorial Hijos de Santiago Rodríguez (H. S. R.), « Nueva enciclopedia escolar ». Grado segundo, 1942, 585 pages. Avec l'autorisation ecclésiastique, approbation du Ministère de l'Éducation.

2 – Onieva (Antonio J.) « Enciclopedia española ». Grado primero, Madrid, Editora nacional, 1952, 204 pages.

3 – Alvarez (Antonio) « Enciclopedia intuitiva, sintética, práctica », Grado primero, Valladolid, Miñón, 1962, 254 pages. Approbation ecclésiastique et du Ministère de l'Éducation, 1955.

4 – Compañía de Santa Teresa de Jesús (S. T. J.), « Quiero Aprender ». 1er curso del periodo elemental, Barcelone, 1963, 156 pages. Avec autorisation ecclésiastique.

5 – Alvarez (A.) « Enciclopedia intuitiva, sintética, práctica ». Tercer grado, Valladolid, Miñón, 1966, 636 pages. Approbation ecclésiastique et du Ministère de l'Éducation, 1964.

6 – Alvarez (A.) « Enciclopedia intuitiva, sintética, práctica ». Grado de iniciación profesional, Valladolid, Miñón, 1965, 1027 pages. Approbation ecclésiastique, 1956 ; du Ministère de l'Éducation, 1960.

7 – Ediciones Bruno « Horizontes ». Segunda parte (Vida social), curso 4°, Madrid, 1966, 157 pages. Approbation du Ministère de l'Éducation.

8 – Editorial Bruno « Tizona », curso 4°, Madrid, 1966, 160 pages. Approbation du Ministère de l'Éducation.

9 – Ediciones Anaya, « La vida del hombre ». Area social E.G.B. 4°, Salamanca, 1972, 159 pages. Approbation du Ministère de l'Éducation.

10 – Alvarez (A.) & al., « Nuestro mundo ». Sociedad 8° E. G. Β., Valladolid, Miñón, 1974, 333 pages. Approbation du Ministère de l'Éducation.

b) Période postfranquiste

11 – Editorial Santillana, « Ciencias Sociales 8° », Madrid, 1977, 352 pages. Approbation du Ministère de l'Éducation.

12 – Calleja Guijarro (Thomas) & Gutiérrez Ruiz (Ma. Carmen) « España y sus hombres » E.G.B. 5° (Sociedad), Zaragoza, Éditorial Luis Vives, 1979, 256 pages. Approbation du Ministère de l'Éducation, 1976.

13 – Lavara Gros (Elíseo) & al., « Historia E.G.B. 8° », Burgos, Editorial, Hijos de Santiago Rodríguez, 1980, 252 pages. Approbation du Ministère de l'Éducation, 1978.

14 – Alvarez (A.) & al., « Sociedad E.G.B. 8° », Valladolid, Miñón, 1981, 342 pages. Approbation du Ministère de l'Éducation.

15 – Martínez (Angel) & al., « Descubre tu mundo » E.G.B. 4° (Sociedad), Madrid, Editorial Magisterio Español, 1982, 143 pages. Approbation du Ministère de l'Éducation.

16 – Cano-Manuel (José Luís), García (Pedro) & al. « Mundo y Sociedad ». 8° E.G.B., Madrid, Sm. Ediciones, 1984, 334 pages. Approbation du Ministère de l'Éducation, 1980.

Β – Ouvrages généraux

a) Ouvrages sur l'éducation

1 – Medina (Esteban), « La lucha por la educación en España, 1770-1970 », Madrid, Editorial, Ayuso (- « Educación y Sociedad/1), 1977, 140 pages.

2 – Maingueneau (Dominique), « Les livres d'école de la République 1887-1914. Discours et idéologie », Paris, Editions le Sycomore, 1979, XV p. (Avant-propos) + 343 pages.

3 – Ministerio de Educación y Ciencia, Dirección general de educación básica, subdirección de ordenación educativa. Gabinete de medios didácticos, « Libros de texto y material didáctico autorizados para los niveles de Educación preescolar y Educación General Básica », Madrid, Servicio de publicaciones del Ministerio de Educación, 1979, 183 pages.

4 – Bourdieu (Pierre) & Passeron (Jean-Claude), « Les héritiers. Les étudiants et la culture », Paris, Editions de Minuit (Le sens commun), 1964, 189 pages.

b) Ouvrages sur la guerre civile, Franco ou l'Espagne franquiste

5 – Ramírez (Luis), « Francisco Franco, historia de un mesianismo », Paris, Ruedo Ibérico (Biografía/1), 1964, 282 pages.

6 – Arrarás (Joaquín), « Franco », Burgos, Imprenta Aldecoa, 1938, 315 pages.

7 – Gallo (Max), « Historia de la España franquista », Paris, Ruedo Ibérico (España contemporánea), 1971, 453 pages.

8 – Georgel (Jacques), « El franquismo. Historia y balance, 1939-1969 », Paris, Ruedo Ibérico (España contemporánea), 1971, 321 pages.

9 – Carr (Raymond) & Fusi (Juan Pablo), « España, de la dictadura a la democracia », Madrid, Planeta, 1979, 317 pages.

10 – Bolloten (Burnett), « La révolution espagnole. La gauche et la lutte pour le pouvoir », Paris, Ruedo Ibérico, 1977 ; 564 pages.

Notes

1 En 1970, le système éducatif espagnol connaît des transformations. Au niveau primaire, l'enseignement primaire traditionnel est reconverti en un cycle d'« Éducation Générale de Base ». Ces transformations concernent aussi les livres et programmes scolaires.

2 Medina (Esteban), « La lucha por la educación en España, 1770-1970 », Madrid, Editorial Ayuso (« Educación y Sociedad/1), 1977, 140 p. ; p. 115 (cf. Bozal V.) & al., « La enseñanza en España », Madrid, Alberto Corazon (Comunicación, Serie Hoy), 1975.

3 Selon la terminologie franquiste.

4 Maingueneau (Dominique), « Les livres d'école de la République 1870-1914. Discours et idéologie », Paris, Editions Le Sycomore, 1979, XV p. (Avant-propos) + 343 p. ; p. X.

5 Ministerio de Educacion y Ciencia, Dirección general de educación básica, subdirección de ordenación educativa. Gabinete de medios didácticos, « Libros de texto y material didáctico autorizados para los niveles de Educación preescolar y Educación General Básica », Madrid, Servicio de publicaciones del Ministerio de Educación, 1979, 183 p. ; p. 174 (Ordre ministériel du 6 Octobre 1978).

6 Les programmes étant divisés en « aires éducatives ». Celles-ci regroupent souvent plus d'une discipline ; ainsi l'« aire de Sciences sociales » – appelée aussi « Société » ou « Aire sociale » – intègre également la Géographie, Educacion civique et éthique...

7 Alvarez (Antonio) & al., « Sociedad E. G. Β. 8° », Valladolid, Editorial Miñón, 1981, 342 p. ; p. 281. Livre que nous désignerons par : Alvarez 8° (1981).

8 Cano-Manuel (José Luis), García (Pedro) & al. « Mundo y Sociedad » « 8° E. G. Β. », Madrid, Sm Ediciones, 1984, 334 p. ; p. 254. Livre que nous désignons par : Sm 8° (1984).

9 Compañía de Santa Teresa de Jesús (S. T. J.), « Quiero Aprender » ler curso del periodo elemental, Barcelone, 1963, 156 p. ; p. 115. Cf Alvarez (Antonio) « Enciclopedia intuitiva, sintética, práctica » Grado de iniciación profesional (soit les cours 7 et 8 de la période élémentaire), Valladolid, Miñón, 1965, 1027 p. ; p. 1002. Livre que nous désignons par : « Alvarez LIII » (1965).
Alvarez (Antonio) « Enciclopedia intuitiva, sintética, práctica ». Grado tercero (cours 5 et 6), Valladolid, Miñón, 1966, 636 p. ; 622. Nous désignons ce livre par : « Alvarez LII » (1966).

10 Tous les livres qui relèvent ce détail ont pratiquement la même formule. Cf. Alvarez (Antonio), « Enciclopedia intuitiva, sintética, práctica ». Grado primero (cours 1 et 2). Livre que nous désignons par : Alvarez LI, Valladolid, Miñón, 1962, 254 p. ; p. 232. Alvarez LII, p. 622 ; Alvarez LIII, p. 1002 ; « Quiero aprender », p. 115.

11 Ramirez (Luis), « Francisco Franco, historia de un mesianismo », Paris, Ruedo Ibérico (Biografía/1), 1964, 282 p. ; p. 92 ; Gallo (Max), « Historia de la España franquista », Paris, Ruedo Ibérico (España contemporánea), 1971, 453 p. ; p. 26.

12 Onieva (Antonio J.) « Enciclopedia española ». Grado primero (cours 1 et 2). Madrid, Editora nacional, 1952, 2° 4 p. ; p. 50. Livre que nous désignons par : Onieva (1952).

13 Bourdieu (Pierre) & Passeron (Jean-Claude), « Les héritiers. Les étudiants et la culture », Paris, Editions de Minuit (Le sens commun), 1964, 189 p.

14 « Quiero aprender » (1963), p. 116. On pourrait ainsi traduire ce texte :
Je suis tout petit,
Je suis si petit,
mais si j'empoigne mon épée comme cela
je parais furieux comme un lion
et l'ennemi fuit à mon cri
tari ! tari !
plein d'épouvante le cœur.
Bientôt, très bientôt, je serai déjà un homme
et avec les plus décidés des miens
de hautes entreprises je mènerai
et si cela est nécessaire, que personne ne s'en étonne !
je donnerai ma vie
pour Dieu, ma Patrie, mon honneur, ma Foi.

15 « Alvarez LIII », p. 816 ; « Alvarez LII » (1966), p. 490.

16 Selon la perception franquiste de la guerre civile 1936-1939.

17 Editorial Hijos de Santiago Rodríguez (H. S. R.), « Nueva enciclopedia escolar ». Grado segundo (cours 3 et 4), Burgos, 1942, 585 p. ; p. 495. Livre que nous désignerons par : HSR (1942).

18 « Alvarez LIII », p. 817 ; « Alvarez LII », p. 490.

19 « Alvarez LIII », p. 816 ; « Alvarez LII », p. 490.

20 « HSR » (1942), p. 495 ; « Alvarez LIII », p. 814.

21 « Alvarez LII », p. 622 ; « Alvarez LIII », p. 1002.

22 « Quiero aprender » (1963), p. 115 ; « HSR » (1942), p. 495.

23 Idée courante dans la plupart des livres antérieurs à 1970. Cf. par exemple « Onieva » (1952), p. 128, « Alvarez LI » (1962), p. 189. « Alvarez LIII », p. 816 ; HSR (1942), p. 495.

24 Comme l'écrit en l'occurrence Arrarás (Joaquín) dans une des toutes premières biographies de Franco. « Franco », Burgos, Imprenta Aldecoa, 1938, 315 p. ; p. 311.

25 « Alvarez LI », p. 231.

26 « Onieva » (1952), 128.

27 Idem, Ibid.

28 « Alvarez LI » (1962), p. 189 ; « Alvarez LII », pp. 485, 487 ; « Alvarez LIII », pp. 813 et 384 ; « HSR » (1942), p. 494 ; Alvarez (Antonio) & al., « Nuestro mundo. Sociedad » 8° E. G. Β., Valladolid, Miñón, 1974, 333 p. ; p. 274. Nous désignerons ce livre par : Alvarez 8° (1974).

29 « Alvarez 8° » (1974), p. 279.

30 Editorial Bruño, « Tizona » (cours 4), Madrid, 1966, 160 p. ; pp. 106-107 ; « Alvarez 8° » (1974), pp. 290-291.

31 « Alvarez 8° » (1974), p. 291.

32 Bolloten (Burnett) donne des informations qui révèlent l'importance de la falsification de la vérité historique, ou celle de la mythification, que seul peut expliquer la volonté explicite de mythifier le personnage de Franco :
« De source nazie, écrit-il, l'aviation allemande participa au combat aux côtés des franquistes dès les premières semaines de la guerre, transportant des troupes marocaines et des légionnaires du Maroc espagnol en Espagne ou effectuant des « bombardements » (p. 125, note 1) ».
(Sources de l'auteur : Werner Beumelburg, « Kampf um Spanien », p. 299 ; Wulf Bley, « Das Buch der Spanienflieger », pp. 23-7, 31-2 ; Max Graf Hoyos, « Pedros y Pablos », pp. 15-22 ; Otto Schempp, « Das autoritäre Spanien », pp. 69-71 ; Rud Stache, « Armee mit geheimen Auftrag », pp. 10-26 ; Hannes Trautloft, « Als Jagdflleger in Spanien », p. 29. Rapport officiel de l'intervention allemande publié dans la presse allemande et reproduit dans le « Dailey Telegraph », 31 mai 1939, numéro spécial de « Die Wehrmacht » intitulé « Wir kämpften in Spanien », publié en mai 1939 par le haut commandement allemand).
L'auteur cite même une déclaration de Hermann Goering, chef de l'armée de l'air hitlérienne ; déclaration faite au procès de Nuremberg (1946) :
« Quand la guerre civile éclata en Espagne, Franco sollicita l'aide de l'Allemagne, lui demandant des renforts surtout aériens. Il ne faut pas oublier que Franco et ses troupes stationnaient en Afrique et qu'il ne pouvait les rapatrier, car la flotte aérienne était aux mains des communistes... » (p. 125, note 1).
Cf. Bolloten (Burnett), « La révolution espagnole. La gauche et la lutte pour la pouvoir », (traduit de l'anglais (The Grand Camouflage » par Elisabeth Scheidel-Buchet, Paris, Ruedo Ibérico, 1977, 564 p.

33 D'après Raimundo Fernández Cuesta, ancien ministre et secrétaire de la Phalange, cité par Georgel (Jacques) « El franquismo. Historia y balance, 1939-1969 », Paris, Ruedo Ibérico (España contemporánea), 1971 ; édition originale : « Le franquisme. Histoire et bilan », Paris, Editions du Seuil, 1970. 321 p. ; p. 56.

34 « Alvarez LIII » (1965), p. 144 (Chapitre d'enseignement religieux).

35 Ediciones Bruno, « Horizontes ». Segunda parte (Vida social), (cours 4), Madrid, 1966, 157 p. ; p. 86.

36 « Alvarez LIII », p. 683.

37 « HSR » (1942), p. 496.

38 « Quiero aprender » (1963), p. 115.

39 « Alvarez LIII », p. 1002. Cf. aussi « Alvarez LI » (1962), pp. 232-233.

40 Cf. « Alvarez 8° » (1974), pp. 328-340. Cf. image hors texte.

41 Cf. Carr (Raymond) & Fusi (Juan Pablo) « España, de la dictadura a la democracia », Madrid, Planeta, 1979, 317 p. : « Sa victoire contre l'anti-Espagne était ce qui légitimait son gouvernement ». Elle investit Franco de sa qualité de « celui qui a sauvé une société » (pp. 29-30). Lorsqu'il devait ratifier la Loi Organique (1966), ce fut en sa qualité de « providentiel sauveur de l'Espagne ». Fonction que, selon les auteurs, Franco s'attribuait souvent (p. 28).

42 Cf. « Alvarez LI », p. 233. « Alvarez LUI », qui écrit notamment ceci à l'intention des élèves :
« A l'occasion de l'anniversaire de son accession au caudillat, remercions Franco pour les nombreuses choses qu'il a faites pour la Patrie et offrons-lui notre collaboration pour la meilleure réussite de ce qu'il lui reste encore à faire ».

43 Ediciones Anaya, « La vida del hombre ». Area social E. G. Β. 4°, Salamanca, 1972, 159 p. ; p. 143.

44 Ramírez (Luis), op. cit., p. 261. L'auteur écrit en l'occurrence que « attaquer Franco, ou simplement s'en méfier, mérite l'accusation d'« antiespagnolisme », car l'identification finale s'est réalisée ; Franco est déjà l'Espagne même, l'essence même de l'Espagne ».

45 Lavara Gros (Elíseo) & al., « Historia » E. G. Β. 8°, Burgos, Editorial Hijos de Santiago Rodríguez, 1980, 252 p. ; pp. 198-199. Livre que nous désignerons par : « HSR » (1980).
Editorial Santillana, « Ciencias Sociales 8 » (E. G. Β. 8°), Madrid, 1977, 352 p. ; pp. 3333-334. Nous désignerons ce livre par : « HSR » (1980).
Editorial Santillana, « Ciencias Sociales 8 » (E. G. Β. 8°), Madrid, 1977, 352 p. ; pp. 333-334. Nous désignerons ce livre par : « Santillana 8° » (1977).
Cf. également « Sm 8° » (1984), pp. 241-242 ; « Alvarez 8° » (1981), pp. 252-253-254.

46 « Sm 8° », Ibid.

47 « Alvarez 8° » (1981), p. 252. Cf. « Santillana 8° », p. 333. « Sm 8° » (1984) offre même une photo de Franco et Hitler, qui va dans le sens de la comparaison (p. 237) (Cf. Franco en images).

48 « Alvarez 8° » (1981), p. 253.

49 Ramírez (Luis), op. cit., p. 248.

50 Selon « HSR 8° » (1980), ce fut « une véritable campagne militaire (p. 186) ; « Santillana 8° » (1977) parle d'une « authentique guerre ». Il donne même des chiffres sur le nombre de morts (1335) et de blessés (2951) (p. 314).

51 « Sm 8° » (1984), p. 267.

52 Idem., p. 248.

53 « HSR 8° » (1980), p. 205.

54 Idem., p. 190.

55 « Santillana 8° » (1977), p. 319.

56 « Alvarez 8° » (1981), p. 248.

57 Cf. Supra. p. 10, note 32.

58 « Alvarez 8° » (1981), p. 244. Cf. aussi Ramírez (L.), op. cit., p. 196.

59 « Santillana 8° » (1977), p. 331.

60 « Sm 8° » (1984), p. 234.

61 « Santillana 8° », p. 327.

62 Cet auteur précise que Franco n'obtient le poste de Généralissime des armées et Chef de l'État que grâce à l'habilité de son frère Nicolás Franco. Celui-ci réussit d'abord à lui obtenir un poste au sein de la Junte de Défense Nationale pour l'organisation de laquelle il n'avait même pas été consulté. Ensuite, Nicolás Franco et certains généraux tels Kindelán, Orgaz permirent la nomination de Francisco Franco comme chef militaire et chef de gouvernement, par la junte réunie à Salamanque. Au dernier moment, alors que le décret arrive à l'imprimerie, Nicolás Franco envoie quelqu'un pour apporter une légère mais importante rectification au document. Et, « quand le 1er octobre on lit à Burgos le décret (...), Franco est déjà chef de l'État espagnol et de ses armées ».
(Voir Ramírez (L.), op. cit., p. 215 ; pp. 229-230.
Cf. aussi Gallo (Max), op. cit., pp. 40-41 ; Georgel (Jacques), op. cit., pp. 59-60.

63 Franco voulait que la monarchie fût née de son régime (cf. : HSR 8° (1980), p. 200 ; Alvarez 8° (1981), p. 282 ; Sm 8° (1984), 252).

64 Cf. Alvarez 8° (1981), p. 281 ; Sm 8° (1984), p. 259.

65 Calleja Guijarro (Thomas) & Gutiérrez Ruiz (Ma Carmen), « España y sus hombres » E. G. Β. 5° (Sociedad), Zaragoza, Editorial Luis Vives, 1979, 256 p., p. 205.

66 HSR 8°, p. 193.

67 Alvarez 8° (1981), pp. 281-282 ; Santillana 8° (1977), p. 340.

68 HSR 8°, p. 245 ; Alvarez 8° (1981), p. 282.

69 Martínez (Angel) & al., « Descubre tu mundo » Ε. G. Β. 4° (Sociedad), Madrid, Editorial Magisterio Español, 1982, 143 p., pp. 126-127. Cf. l'image du roi : en famille.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5229/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5229/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre A) Tableau récapitulatif des termes ou idées appliqués à Franco
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5229/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Titre Β) Tableau des différentes désignations de Franco
Légende (*) Il s'agit de la moyenne des livres. En multipliant cette moyenne par 10 on trouve le nombre de fois où apparaît chaque nom ou surnom, dans l'ensemble des livres franquistes. En la multipliant par 4 on trouve le nombre de fois où apparaît chaque nom ou surnom, dans l'ensemble des 4 livres postfranquistesLes textes sur Franco n'ont ni la même longueur, ni la même structure, selon les livres et selon le contexte, et derrière ces moyennes globales, il y a une diversité de chiffres : par exemple le nom « Franco » – qui reste le plus généralement utilisé dans les deux contextes – apparaît 10 fois dans Alvarez LIII (1965), 9 fois dans Alvarez LI (1962) et Alvarez LII (1966), 5 fois dans Tizono (1966), 2 fois dans HSR (1942) et Quiero aprender (1963), 1 fois dans Onieva (1952), et 14 dans Alvarez 8° (1974) ; il apparaît 54 fois dans Alvarez 8° (1981), 37 dans Santillana 8° (1977), 21 dans Sm 8° (1984), et 17 fois dans HSR 8° (1980).Ceci dit il y a une plus grande variété dans la désignation du personnage, dans les livres franquistes (19 noms ou surnoms différents, dont 7 construits à partir de « caudillo » ; ce qui est significatif de la dévotion particulière des auteurs) que dans les livres postfranquistes (10 noms ou surnoms différents). Les désignations les plus descriptives – élogieuses – sont plus nombreuses dans les livres franquistes, où il y a en plus des titres, un certain nombre de surnoms (l'illustre Général Franco, l'invaincu Général Franco, le Caudillo invaincu...) qui sont une voie d'exaltation directe. On peut remarquer aussi l'effet affectif recherché dans l'utilisation du prénom du personnage : « Francisco ». Dans les livres postfranquistes, une distance est prise vis-à-vis du personnage ; ils utilisent moins les surnoms que les noms et titres, dont le caractère descriptif est moins exprimé. Même s'ils utilisent « caudillo » par exemple, ils n'exaltent pas particulièrement le caudillat de Franco. Au contraire, ce terme apparaît dans la comparaison avec « duce » ou « führer », ce qui le rend plutôt péjoratif, dans le contexte démocratique. Il est synonime de totalitarisme, de concentration de pouvoirs, de régime privatif ; il est utilisé aussi dans la référence à l'idée que le « Caudillo », seul maître du jeu, choisit son successeur, en l'occurrence, Juan Carlos.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5229/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 165k

Auteur

Université de Rennes

© Presses universitaires François-Rabelais, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540