Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'enseignement Primaire en Espagne et en Amérique Latine du XVIIIe siècle à nos jours

 | 
Jean-René Aymes
, 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

VI. École et idéologies sous le franquisme

L'alphabétisation des adultes dans le projet éducatif de la Section féminine de la Phalange

Marie-Aline Barrachina

Texte intégral

1Le 28 décembre 1939, un décret-loi confie à la Section Féminine de la Phalange unifiée l'exclusivité de la « formation politique et sociale des femmes espagnoles ». Dès lors, outre la charge d'encadrer et de former ses affiliées, la Section Féminine aura le monopole de la « formation politique et professionnelle des femmes appartenant aux autres organismes du Mouvement » et de la « formation pour la vie familiale » de toutes les femmes encadrées dans les « centres de travail et d'éducation » du pays. De plus, le Service Social de la Femme, ainsi que toutes les institutions qui lui sont rattachées, passe sous la dépendance directe de la Délégation Nationale de la Section Féminine.

2De ces dispositions du décret-loi du 28-12-1939, il ressort que :

  • Toutes les femmes espagnoles sont en principe concernées (militantes, mais aussi femmes au foyer par le biais du Service Social, et travailleuses).

  • En revanche, la population féminine enfantine ne semble pas devoir être touchée, le décret ne la mentionnant en aucune façon.

  • Enfin, les attributions de la Section Féminine sont assez précisément délimitées : formation politique, sociale, domestique.

  • 1 Cette loi stipule que « le maître doit coopérer avec le Front de Jeunesses et avec la Section Fémin (...)

3En principe, donc, la « formation générale » des femmes (leur formation culturelle, leur alphabétisation) ne concerne en rien la Section Féminine de la Phalange. La loi du 6 décembre 1940 qui institue le Front de Jeunesses et qui, respectueuse du principe d'une non-mixité intransigeante, confie à la seule responsabilité de la Section Féminine la formation politique, sociale et domestique des fillettes et des adolescentes, garde le même silence sur l'enseignement général. La Section Féminine n'a donc aucun mandat officiel en matière d'instruction élémentaire pure et simple. Pourtant, et dès la Guerre Civile et jusqu'à sa disparition, l'Organisation Féminine du Mouvement fera peser ses directives dans l'école et hors l'école. Elle veillera, avec zèle, à la diffusion et à l'application des ordonnances ministérielles et des instructions aux institutrices (collaboratrices obligées du Mouvement depuis la loi sur l'éducation du 4 juillet 1945)1 et tentera d'imposer, justifications théoriques à l'appui, le projet éducatif élaboré pour la population féminine espagnole.

  • 2 Le décret de création du Service Social (7-10-1937) ne prévoyait qu'un service de « prestation ». L (...)
  • 3 Cette Délégation Nationale dépendante de la Section Féminine, créée pendant la guerre, a pour fonct (...)

4A l'école, la Section Féminine aura droit de regard sur les activités des institutrices. Hors l'école, c'est la Section Féminine qui assumera la totalité des enseignements donnés dans la partie « formation » du Service Social2 et qui aura le monopole de la formation des travailleuses, dans le cadre de l'Organisation Syndicale comme dans le cadre de la Fraternité Villes/Campagnes3. Or, parmi les enseignements fournis figurent un enseignement de « culture générale » et un enseignement de la lecture et de l'écriture pour les analphabètes.

5Engagée dans ce double rôle d'éducatrice d'adultes et d'« inspectrice » des centres d'enseignement féminins, la Section Féminine se doit de faire appel à un projet d'éducation et d'enseignement qui soit en accord avec sa conception de la « mission » de la femme. C'est en fonction de ce projet, valable pour les fillettes comme pour les femmes adultes, que la Section Féminine mettra en place des institutions où l'alphabétisation devra nécessairement trouver sa place, aussi exiguë soit-elle.

1. Le projet éducatif de la Section Féminine

  • 4 Consigna paraît pour la première fois en décembre 1940 et ne disparaîtra qu'avec la Section Féminin (...)

6Précisons tout d'abord que ce projet n'est pas systématisé en un texte unique, mais qu'il émaille pratiquement tous les écrits ou discours de la Déléguée Nationale de la Section Féminine, Pilar Primo de Rivera, dès 1937. On le retrouve dans la plupart des instructions ministérielles adressées aux institutrices, et il est explicité et théorisé dans de nombreux articles publiés par la revue pédagogique mensuelle Consigna à laquelle sont obligatoirement abonnées les écoles de filles4. Précisons aussi que ce projet s'élabore entre 1937 et 1946, et que la Section Féminine y sera fidèle pour l'essentiel jusqu'à sa disparition, en dépit des modernisations superficielles introduites dans son discours et dans sa pratique.

  • 5 Consigna n° 30, 1943. « ¿Educación integral de la mujer en España ? », par Francisca Bohigas.

7Les pédagogues de la Section Féminine partent du présupposé suivant : la femme a « une fin naturelle, en tant que fille, en tant qu'épouse, en tant que mère ». A cette « fin naturelle » s'ajoute une « fin économique : celle d'administrer les biens domestiques »5. Il faut donc éduquer la fillette ou l'adulte de telle sorte qu'elle réponde au mieux à cette double finalité « naturelle » et « économique ». Ce sera ce que Francisca Bohigas appelle « l'éducation intégrale de la femme » (5). La loi sur l'éducation du 4 juillet 1945 donne son aval à cette conception en stipulant (art. 11) :

« L'éducation primaire féminine préparera tout spécialement à la vie au foyer, à l'artisanat et aux industries domestiques ».

8Ainsi, puisque le rôle de la femme est exclusivement familial, c'est une formation minimale qui doit lui être donnée. Francisca Bohigas en a donné la raison :

  • 6 Consigna n° 29, 1943. « Orientación pedagógica » par F. Bohigas.

« L'instruction peut être aussi vaste que l'on voudra, car le savoir ne gêne pas quand la personne qui l'acquiert a une solide formation religieuse et morale. Le risque, avec l'instruction, c'est que celle-ci ne corresponde pas aux besoins de qui la reçoit (...). Compte tenu des exigences de la vie actuelle et de l'extrême accélération de notre rythme de vie, il convient de ne pas perdre le temps – très court – dont nous disposons pour la formation de la femme (...). La fillette et l'adolescente, en raison de leur sexe, ne disposent pas d'autant de temps que les garçons pour leur formation. L'instruction qu'elles recevront portera sur des questions fondamentales, et tout particulièrement sur des questions en rapport avec le foyer, les soins des enfants et de la famille. On ne pourra pas utiliser les mêmes questionnaires que ceux utilisés pour les garçons du même âge (...), car les garçons ont à accomplir leur finalité historique dans des tâches d'un tout autre ordre »6.

9La question est entendue : les femmes n'ont nullement besoin d'une instruction qui pourrait même parfois leur être néfaste, car elle les détournerait de leur « finalité naturelle » ou en ferait des insatisfaites. La séparation des sexes à l'école n'a donc pas qu'une fonction morale ou religieuse traditionnelle. Elle a aussi et surtout pour but d'assurer la spécialisation des sexes, qui implique pour les filles le mépris de l'instruction et la valorisation des fonctions domestiques et morales.

10Or, si la femme est fille et épouse, et en ce sens n'a besoin que de « savoirs » domestiques, elle est aussi (surtout) mère et donc éducatrice, « éducatrice naturelle de l'homme » (5).

« Ce sont elles (les mères) qui ont l'influence la plus forte sur la formation de l'homme, puisque dès les premiers jours, par leurs propos et par leur exemple, elles inclinent la volonté des enfants vers ce qui leur paraît, à elles, plus juste ».

11C'est en ces termes que s'exprime Pilar Primo de Rivera lors du 5e Conseil National de la Section Féminine, en janvier 1941. Convaincue de ce pouvoir de persuasion des mères, elle en souligne l'intérêt politique lors du Congrès International des Sections Féminines (Berlin, octobre 1941) :

« Nous, les femmes, nous le savons toutes, le pouvoir de diffusion d'une doctrine par l'intermédiaire d'une femme dans son foyer est démesuré ».

12Ce pouvoir, il faut en tirer profit, et donc éduquer les mères et les futures mères en vue d'un contrôle plus efficace de l'ensemble de la population.

« Il serait absurde de prétendre à des enfants bien éduqués (...), si, auparavant, nous n'éduquons pas les mères afin qu'elles puissent être un exemple stimulant et permanent pour leurs enfants » (5).

13C'est sur ce point fondamental du rôle d'éducatrices des mères qu'achoppe la rigide et simpliste théorie d'une instruction à finalité exclusivement pratique et domestique. La contradiction, qui n'a pas été relevée par les pédagogues de la Section Féminine, apparaît clairement dans ces propos de Pilar Primo de Rivera :

  • 7 Pilar Primo de Rivera, article paru dans Arriba, Buenos Aires, 10 septembre 1938.

« Pour former des conquérants d'empires, pour former des fils de l'Espagne qui connaissent, qui aiment leur Patrie, nous devons la connaître et l'aimer nous mêmes d'abord »7.

14Il s'agit, certes, d'insister sur la nécessité d'une « formation de l'Esprit National » des femmes espagnoles. Mais cette formation passe, nécessairement, par des connaissances historiques, aussi dogmatiques et falsifiées soient-elles, qui ne sont pas directement opérationnelles dans les activités quotidiennes du foyer. Pourtant, un peu plus loin dans le même article, Pilar Primo de Rivera n'hésite pas à stigmatiser :

« la très moderne petite jeune fille du Lycée, jeune intellectuelle qui, avec un sérieux de nouveau Caton, savait censurer les « erreurs », les « défauts », les « vices » d'un Philippe II, et qui ne connaissait la grande œuvre de notre colonisation en Amérique qu'à travers la critique de Fray Bartolomé... » (7).

15Ainsi, tout en refusant avec véhémence l'« intellectualisme féminin », la Déléguée Nationale de la Section Féminine réclame un minimum de connaissances qu'il nous faut bien considérer comme relevant de l'instruction.

16L'École et le Front de Jeunesses se chargeront d'inculquer ces connaissances aux plus jeunes. Mais la Section Féminine est soucieuse de « récupérer » aussi les femmes qui, du fait de leur âge ou de leur état civil, n'ont pas pu bénéficier des bienfaits de l'École ou des enseignements du Service Social (les femmes mariées ne sont pas astreintes à ce service).

2. La Section Féminine devant l'analphabétisme féminin

17En 1954, dans une brochure destinée à une large diffusion, Pilar Primo de Rivera écrivait :

  • 8 La Sección Femenina : Historia y Organización, par P. Primo de Rivera, Madrid 1951, p. 39.

« nous entendons par formation non pas instruire – informer – mais former – donner forme – (...) puisque les femmes auprès desquelles la Section Féminine doit réaliser sa mission sont déjà instruites dans le sens courant du terme »8.

  • 9 Les diverses statistiques officielles sur l'analphabétisme étant souvent contradictoires, il m'a se (...)

18Outre un naïf dévoilement du caractère coercitif des méthodes préconisées, on notera dans ce propos une affirmation qui mérite d'être relevée. Pilar Primo de Rivera laisse entendre qu'il n'y a pas, au moment où elle écrit, de problème d'analphabétisme féminin, alors que celui-ci est écrasant9. Elle laisse entendre aussi que la Section Féminine n'est pas concernée par l'instruction élémentaire, ce qui est vrai d'après la loi de décembre 1939, mais qui est faux dans la pratique, tout particulièrement en ce qui concerne l'instruction élémentaire des adultes.

  • 10 Alcance y acción de la Sección Femenina. Madrid, 1953.

19En effet, dès 1938, la Section Féminine a pris conscience de la nécessité d'alphabétiser les mères et les futures mères afin de préparer le terrain en vue d'une formation « politique, morale et domestique » plus solide. Si l'on en juge par ses propres chiffres, la Section Féminine aurait créé pendant la guerre civile une centaine d'écoles pour femmes zanalphabètes, et environ 87.000 femmes adultes auraient été alphabétisées entre 1938 et 1940 par des institutrices accomplissant le Service Social10. On n'en sait pas davantage sur le contenu des enseignements et sur les critères d'appréciation des résultats obtenus. Mais quand on songe que les cours de formation destinés aux cadres mêmes de la Section Féminine ne duraient à l'époque pas plus de trois mois, on est en droit de penser que les cours d'alphabétisation n'étaient pas très poussés.

20Quoi qu'il en soit, en 1940, plus de 3 millions de femmes âgées de plus de 10 ans sont encore analphabètes (9). Consciente de la gravité de la situation, la revue Consigna inscrivait en caractère gras en page éditoriale de son premier numéro (décembre 1940) :

« aveuglement spirituel que celui du village qui ne sait pas lire : La Section Féminine le combat dans ses Écoles de Formation ».

21Cet anathème souligne, une fois de plus, la motivation qui pousse la Section Féminine à entreprendre des campagnes d'alphabétisation. Pour la Section Féminine, l'analphabétisme signifie la déficience morale, politique et sociale, l'ignorance des principes de base du Mouvement. Et, en ce qui concerne les femmes, la marginalisation par rapport au projet éducatif global. C'est sur ces bases, et pour inculquer ces principes, que la Section Féminine montera ses premières écoles pour analphabètes et prétendra être la pionnière de l'alphabétisation des femmes espagnoles.

22Les Écoles de Formation, réservées en principe aux plus défavorisées culturellement parmi les recrues du Service Social, les inscrites volontaires, les productrices, et les affiliées de la Section Féminine, doivent être distinguées des Écoles Ménagères. On y dispense :

  • 11 La Sección Femenina, historia y organización, par P. Primo de Rivera, p. 84.

« des cours spéciaux pour adultes, l'un des objectifs étant la lutte contre l'analphabétisme que la Section Féminine a entreprise en 1940, obtenant qu'au cours des dix années écoulées 36.454 femmes aient cessé d'être analphabètes »11.

23Il semble important de considérer comment ces écoles ont été créées dans leurs débuts, et par qui.

  • 12 Le décompte du nombre d'écoles existantes sjgnalées dans Consigna de 1941 à 1942 permet d'établir l (...)

24Nous aurons de nouveau recours à la revue Consigna pour cela, car les documents officiels de la Section Féminine sont assez évasifs à ce sujet. Au cours des deux premières années de son existence, la revue considérée publie, chaque mois, un « palmarès » des Écoles de Formation. La lecture de ce « palmarès » montre clairement que la création des Écoles de Formation dépend exclusivement du bénévolat et de l'initiative individuelle plus ou moins spontanée des institutrices. L'absence de planification semble être la norme, et quand en mars 1941 Consigna annonce que toutes les provinces sont pourvues de ces centres, c'est en se gardant bien d'en préciser davantage l'implantation, ce qui soulignerait leur répartition fantaisiste12. Par ailleurs, on notera que pour la Section Féminine la responsabilité de ces centres incombait tout naturellement aux institutrices affiliées ou non à la Section Féminine :

  • 13 Consigna n° 3 (janvier 1941). Commentaire du 5e Conseil National de la Section Féminine.

« car c'est à elles que l'on a confié les Écoles de Formation auxquelles accourent tant de milliers de femmes auxquelles il faut enseigner les normes et les connaissances morales et culturelles qui leur sont nécessaires pour remplir parfaitement la mission de former leurs enfants »13.

25Or ces institutrices prêtent leur concours bénévole en sus de leur temps de travail, et n'aurant jusqu'en 1963 aucune formation spécifique pour cette pédagogie particulière. Certes, la Section Féminine leur fait suivre un stage de formation à partir de 1945-1946, mais il s'agit d'un stage de trois semaines où sont survolés tous les enseignements que ces institutrices doivent fournir à leurs élèves adultes. Et il ne s'agit pas que d'alphabétisation : En effet, dans ces Écoles de Formation les femmes inscrites devaient recevoir aussi (et surtout) des enseignements de travaux manuels et de morale religieuse et civique, le tout en horaires extra-scolaires, à raison d'une ou deux heures par jour, pendant trois mois en moyenne. On peut, dès lors, se demander quelle était la place réelle de l'alphabétisation dans ces enseignements.

  • 14 La Sección Femenina. Historia y organización, p. 131.

26Quand le décret du 26 novembre 1946 sur l'extension du Service Social aménage un Service Social spécial pour les ouvrières, il impose à celles-ci des cours de formation à raison de deux heures quotidiennes. Cette disposition donnera lieu à l'ouverture de 5. 800 centres de Formation14 dont certains seront implantés dans les entreprises mêmes. Plus de 670.000 femmes auraient reçu un enseignement dans ce nouveau cadre pendant l'année suivant la promulgation du décret. Mais il est difficile de trouver des chiffres concernant les enseignantes. Naît alors le soupçon que ces chiffres correspondent davantage à ceux des listes d'inscription qu'à des effectifs réellement pris en charge et alphabétisés.

  • 15 María Teresa Gallego relève justement dans son ouvrage Mujer, Falange y Franquismo (Taurus, Madrid, (...)

27En principe, donc, et dès 1946, la Section Féminine serait en mesure de compenser les carences de l'enseignement primaire grâce à ses Écoles de Formation implantées dans les villages tout d'abord, puis dans le cadre du Service Social ordinaire, et enfin parmi les ouvrières. Mais dans les faits, on constate tout d'abord des chiffres contradictoires15 et surtout une faible régression de l'analphabétisme (9) qui infirme largement l'optimisme encore triomphant en 1970 :

  • 16 Servicio Social. Informe 1970, document dactylographié à usage interne émanant de la Délégation Nat (...)

« nous devons consigner une baisse notable du nombre des femmes analphabètes qui, quand elles accomplissent leur Service Social, reçoivent des cours élémentaires qui les sortent de cette condition »16.

  • 17 Dans La Enseñanza en España Colección Ebro, Librairie du Globe, Paris, 1970, les auteurs anonymes r (...)

28Or, en 1970 il reste encore 12 % de femmes analphabètes, alors que le taux d'analphabétisme masculin est passé à 5 %. Il semble bien, comme nous l'avons suggéré plus haut, que la Section Féminine ne comptabilise pas les résultats, mais plutôt les inscriptions, car elle est plus soucieuse de mettre en avant sa capacité d'encadrement que l'efficacité de ses campagnes. D'autre part, on peut avancer que ses critères d'évaluation de l'analphabétisme féminin étaient encore moins exigeants que ceux des fonctionnaires du recensement17.

3. Les « Cátedras » ambulantes et fixes et la Campagne Nationale d'Alphabétisation

  • 18 Consigna n° 4, mars 1941, « Escuelas de Formación ».

« Cette culture générale est orientée dans nos écoles selon trois axes différents : rural, ouvrier et urbain, afin que toutes les femmes reçoivent un enseignement adéquat dans le milieu où elles vivent »18.

29Cette déclaration de principes, révélatrice d'une conception de caste de la culture, n'avait trouvé qu'une application embryonnaire quand Consigna la publiait en mars 1941. On a vu qu'elle prenait forme sans planification dans les villages dès cette époque avec le concours bénévole des institutrices rurales et qu'elle s'étendait au milieu ouvrier urbain avec l'extension du Service Social en 1946. Cette même année est mise en fonctionnement la première Cátedra Ambulante chargée d'apporter la bonne parole nationalesyndicaliste jusque dans les villages les plus déshérités. Ces Cátedras seront plus tard utilisées lors de la Campagne Nationale d'Alphabétisation de 1963.

30C'est dans les termes suivants qu'une brochure adressée au Chef de l'État résume la vocation et l'organisation de la Cátedra Ambulante Francisco Franco, encore unique en 1953 :

  • 19 Alcance y Acción de la Sección Femenina, Madrid, 1953.

« La Cátedra Ambulante Francisco Franco représente un autre moyen pour parvenir à des secteurs non intégrés dans le Mouvement ; elle va de village en village, apportant, avec la formation religieuse et politique, une assistance sanitaire, un enseignement rural et domestique, la culture générale et des distractions pour les hommes et pour les enfants. Montée sur 4 camions, elle comporte un dispensaire équipé de rayons X, une École Rurale, une École Ménagère, une bibliothèque et un camion d'habitation pour les camarades, ainsi qu'une salle de spectacles avec cinéma et radio. L'équipe est composée d'un chef de Cátedra, d'un médecinpuéricultrice, d'instructrices de travaux ménagers, d'artisanat rural, et du Front de Jeunesses »19.

31Il va sans dire que le personnel est entièrement féminin. Quant au Chef de Cátedra, c'est une institutrice.

  • 20 La Sección Femenina, Historia y organización, p. 34.

32Tout au début de son existence, cette Cátedra est utilisée essentiellement dans le cadre d'une campagne de vaccination antituberculeuse et antidiphtérique et de lutte contre la mortalité infantile. Elle parcourt en moyenne une province par an entre la fin 1946 et la fin 1952. A titre d'exemple, notons que du 20 novembre 1946 au 17 mai 1948 elle a résidé dans 9 villages de la province de Guadalajara, à partir desquels son équipement sanitaire s'est déplacé dans 55 autres villages. 1.900 enfants en bas âge furent examinés ; des cours de religion, d'« esprit national » et de travaux ménagers ont été dispensés. Mais il n'est pas question d'alphabétisation (19). Il est vrai que la durée du séjour n'était que d'un mois en moyenne. Pourtant, en 1951, Pilar Primo de Rivera insistait sur le rôle de la Cátedra dans la lutte contre l'analphabétisme féminin20.

  • 21 La rémunération quotidienne pour la manutention des membres de l'équipe s'élève à 40 pesetas par jo (...)

33A partir de 1954, où un crédit de plus de 8.750.000 pesetas est débloqué pour la création d'une deuxième Cátedra Ambulante Francisco Franco, ce système d'intervention va commencer à s'affiner et à diversifier ses activités. A la même époque en effet des Cátedras provinciales vont commencer à se monter. D'abord non motorisées, elles sont toutes enfin motorisées en 1958. Désormais, les séjours dans les villages seront plus longs (de 45 à 60 jours) et des enseignements seront ouverts aux hommes et aux enfants. C'est dans le cadre de ces activités mixtes que l'alphabétisation va trouver sa place, tout particulièrement à partir de 1966. Grâce au 1er Plan de Développement, la Section Féminine reçoit 40 remorques d'habitation et 27 remorques équipées en dispensaires. En échange, les Cátedras sont associées à la Campagne Nationale d'Alphabétisation lancée en 1963. Chacune des 50 Cátedras provinciale est alors dotée d'une institutrice préalablement formée pour l'alphabétisation des adultes par le Ministère de l'Éducation Nationale et nommée par lui. Ces 50 Cátedras reçoivent une mission pédagogique officielle dont le coût financier est supporté conjointement par le budget du 1er Plan de Développement et par la Section Féminine21.

34Dès lors, la Section Féminine tient à rappeler :

  • 22 Cátedras Ambulantes, brochure publicitaire, Madrid, 1970.

« Le premier pas à faire est l'alphabétisation. Cette tâche qui était déjà traditionnelle dans les Cátedras acquiert un caractère que l'on pourrait qualifier d'officiel à partir de 1966, quand nous commençons à prêter notre collaboration à la Campagne d'Alphabétisation et de Promotion Culturelle des Adultes... »22.

  • 23 Evolution du nombre des Cátedras Ambulantes et de leurs activités :
    Cátedra Francisco Franco n° 1 (C (...)

35Et à la fin de la Campagne d'Alphabétisation, la Section Féminine se flatte d'avoir alphabétisé dans le cadre des Cátedras, et au cours de la seule année 1968, un total de 70.000 adultes des deux sexes23.

  • 24 En 1975, le manuel Iniciación a la vida cívica y política destiné aux cours de formation politique (...)

36Le succès relatif des Cátedras Ambulantes, mais surtout l'accélération de l'émigration rurale et la Campagne Nationale d'Alphabétisation ont donné lieu à la création d'un autre type de Cátedras. Les Cátedras José Antonio. La première de ces Cátedras est créée en 1965, avec l'accord de l'Instituto Nacional de la Vivienda. Localisées dans les U. V. A. (Unidades Vecindarias de Absorbciónfl) elles sont permanentes. Elles aussi fonctionnent en collaboration avec la Campagne Nationale d'Alphabétisation, et créent des stages d'alphabétisation baptisés « petites universités ». Chacune de ces Cátedras permanentes est dotée de 2 ou 3 instituteurs et/ou institutrices « éducateurs d'adultes » chargés de l'alphabétisation des garçons et des filles âgés de plus de 14 ans. Cependant ces institutions ne vont pas proliférer comme les Cátedras à vocation rurale : en 1970 il y en a 6 à Madrid, une dans chaque U. V. A., mais il ne semble pas que les autres grandes villes en aient créé. De toutes façons, la Section Féminine ne fournit aucune statistique sur ses activités dans ces centres, qui, très rapidement, sont devenus des centres d'accueil ou de loisir. Une visite effectuée en 1976 dans la Cátedra José Antonio de Fuencarral m'avait permis de voir des femmes occupées à de la couture, des vieillards jouant aux cartes et des enfants en étude surveillée. D'alphabétisation d'adultes, point. Il est vrai que la Campagne Nationale d'Alphabétisation était déjà donnée pour terminée depuis 7 ans. Cependant la Section Féminine continuait à enseigner qu'elle luttait en permanence contre l'analphabétisme24.

37Reste à envisager maintenant quels étaient les moyens réels en enseignants qualifiés de la Section Féminine.

38Vers 1960, l'alphabétisation organisée sous la tutelle de la Section Féminine cesse d'être exclusivement confiée sans autre forme de procès aux seules institutrices. Il y a des Écoles de Formation dans les campagnes, autour des entreprises, dans les ateliers. Les femmes étant de plus en plus nombreuses à travailler, la Section Féminine s'est vue conduite à créer des cours de formation professionnelle dans ses divers centres d'encadrement dès 1958, et même à proposer le projet de loi sur les droits professionnels des femmes accepté le 15 juin 1961. L'alphabétisation ne pouvait plus être un simple moyen de diffusion de la doctrine. La Section Féminine envisage alors d'utiliser la main-d'œuvre gratuite que représentaient les recrues du Service Social. Avec l'ouverture de la Campagne d'Alphabétisation, elle entre en compétition avec les autres organismes participants. Aussi dans une brochure de 1965, rappellera-t-elle que le Service Social est un cadre qui, non seulement, permet à certaines recrues d'apprendre à lire et à écrire, mais qui aussi permet à d'autres recrues de faire profiter le pays de leurs compétences en la matière, pendant la partie « prestation » de leur Service. Malheureusement, aucun chiffre ne permet pour l'instant d'évaluer le nombre des recrues employées pour l'alphabétisation. On sait seulement qu'il s'agit « d'universitaires », étudiantes ou élèves d'écoles supérieures. Quoi qu'il en soit, il ne fait pas de doute qu'aux 50 institutrices nommées par le Ministère de l'Éducation se sont jointes chaque année des jeunes filles non préparées et certainement peu motivées. Si c'est par ce supplément d'effectifs que l'on peut expliquer les 70.000 adultes « alphabétisés » en 1968 par exemple, on est en droit de se demander dans quelles conditions l'enseignement leur a été dispensé, et dans quelle mesure leur alphabétisation a été vraiment réalisée.

*

  • 25 La educación en España, bases para una política educativa, Ministerio de Educación y Ciencia, Madri (...)
  • 26 Ibidem, pp. 121 et 122. Des deux tableaux proposés ont peut déduire après calculs que 11 % des femm (...)

39En 1969, le Ministère de l'Éducation publiait un bilan sous le titre : La educación en España, bases para una política educativa. Si le bilan de la Campagne Nationale d'Alphabétisation qu'il propose est globalement peu satisfaisant25, il est encore plus décourageant dans le chapitre consacré à l'éducation des femmes : actives ou non, leur niveau culturel se révèle déplorable26. Que conclure, sinon que la Section Féminine a passé plus de trente ans à monter des écoles, à circuler en camions, à se déclarer la dépositaire d'une haute mission : « l'élévation culturelle des femmes espagnoles », pour aboutir à un résultat dérisoire ? Il est assez révélateur de constater d'ailleurs que ce rapport se garde bien de mentionner la Section Féminine dans ce chapitre. Il n'y fait allusion que dans la liste des diverses institutions impliquées dans le domaine éducatif et qui précède l'énumération des carences en matière d'enseignement des adultes : manque de personnel spécialisé, de méthodes, absence d'une politique d'alphabétisation cohérente. Or, nous l'avons vu, toutes ces carences sont caractéristiques des méthodes et de la pratique de la Section Féminine. Mais le projet élaboré en 1938-1946 était, quant à lui, très cohérent, et visait clairement à une aculturation féminine. N'en peut-on pas aussi conclure que l'incohérence de la pratique d'alphabétisation de la Section Féminine retrouve toute sa cohérence à la lumière de ce projet ancien ?

Notes

1 Cette loi stipule que « le maître doit coopérer avec le Front de Jeunesses et avec la Section Féminine, en prêtant une collaboration efficace à l'œuvre que réalisent ces institutions ».

2 Le décret de création du Service Social (7-10-1937) ne prévoyait qu'un service de « prestation ». Le décret du 31-5-1940 divise le Service Social en 2 périodes, l'une de « formation », l'autre de « prestation ». Enfin, le décret du 26-11-1946 institue le Service Social obligatoire pour les ouvrières, qui sont dispensées de la partie « prestation ».

3 Cette Délégation Nationale dépendante de la Section Féminine, créée pendant la guerre, a pour fonction d'encadrer les femmes dans les campagnes. Elle se confondra très vite avec l'ONS et la Obra de Artesanía Rural.

4 Consigna paraît pour la première fois en décembre 1940 et ne disparaîtra qu'avec la Section Féminine. Il faut toutefois lui rendre cette justice que ses propos pédagogiques évolueront sensiblement dans les 10 dernières années.

5 Consigna n° 30, 1943. « ¿Educación integral de la mujer en España ? », par Francisca Bohigas.

6 Consigna n° 29, 1943. « Orientación pedagógica » par F. Bohigas.

7 Pilar Primo de Rivera, article paru dans Arriba, Buenos Aires, 10 septembre 1938.

8 La Sección Femenina : Historia y Organización, par P. Primo de Rivera, Madrid 1951, p. 39.

9 Les diverses statistiques officielles sur l'analphabétisme étant souvent contradictoires, il m'a semblé plus simple de recourir à une seule source, les recensements des années 1940, 1950, 1960 et 1970, quitte à effectuer des calculs. En considérant les populations masculines et féminines âgées de 10 ans et plus, on arrive au résultat approximatif suivant :
Image 10000000000002D60000012AF52E39CC.jpg
(*) Pour 1950, le recensement ne permettait pas d'effectuer le calcul ; en revanche, il fournissait directement le pourcentage qui figure ici.
(**) Pour 1960, le recensement consulté se présentait de telle sorte qu'on ne pouvait calculer le nombre d'analphabètes âgés de 10 ans et plus, mais seulement le nombre total d'analphabètes, tous âges confondus.
Image 100000000000023B0000002678EEAD05.jpg
C'est cet écart qui figure dans le tableau, et qu'il faut sans doute considérer comme inférieur d'au moins un point à l'écart réel.
Après trente ans, il y a toujours un nombre de femmes analphabètes plus de deux fois supérieur à celui des hommes analphabètes.

10 Alcance y acción de la Sección Femenina. Madrid, 1953.

11 La Sección Femenina, historia y organización, par P. Primo de Rivera, p. 84.

12 Le décompte du nombre d'écoles existantes sjgnalées dans Consigna de 1941 à 1942 permet d'établir le tableau suivant de la répartition des Écoles de Formation en 1942 (si toutefois elles ont toutes continué à fonctionner après que Consigna les ait signalées).
Image 10000000000002D2000002B27A3A8552.jpg
Remarques :
1) 29 provinces seulement sont répertoriées, alors que dans son n° de mars 1941, Consigna affirme que toutes les provinces sont pourvues d'Écoles de Formation à cette date.
2) Plusieurs provinces sont citées sans aucun chiffre à l'appui.
3) Le quart seulement des provinces citées possèdent des Écoles de Formation dans 10 villages ou plus.

13 Consigna n° 3 (janvier 1941). Commentaire du 5e Conseil National de la Section Féminine.

14 La Sección Femenina. Historia y organización, p. 131.

15 María Teresa Gallego relève justement dans son ouvrage Mujer, Falange y Franquismo (Taurus, Madrid, 1983, p. 78) que les statistiques de la Section Féminine sont « déconcertantes » et elle donne comme exemple ces chiffres extraits de la Crónica de los Consejos Nacionales, vol. 1, page 180 : 448.856 élèves des Écoles de Formation et 36.454 alphabétisées au cours des 10 premières années.
Par ailleurs, après comparaison des diverses statistiques, généralement très partielles, fournies par la Section Féminine on arrive au résultat suivant :
Image 100000000000026A000000DBF2ADF660.jpg
Manifestement, ces chiffres sont assez incohérents pour que l'on puisse douter de leur exactitude, et surtout de l'efficacité de l'encadrement qu'ils prétendent souligner.

16 Servicio Social. Informe 1970, document dactylographié à usage interne émanant de la Délégation Nationale du Service Social.

17 Dans La Enseñanza en España Colección Ebro, Librairie du Globe, Paris, 1970, les auteurs anonymes rappellent que c'est en ne comptabilisant ni les enfants de moins de 15 ans, normes de l'UNESCO, ni les femmes de plus de 50 ans, ni les hommes de 60 ans que les autorités ont pu, à la fin de la Campagne Nationale d'Alphabétisation, affirmer qu'il ne restait en Espagne que 640.000 analphabètes (La Enseñanza en España, p. 20).

18 Consigna n° 4, mars 1941, « Escuelas de Formación ».

19 Alcance y Acción de la Sección Femenina, Madrid, 1953.

20 La Sección Femenina, Historia y organización, p. 34.

21 La rémunération quotidienne pour la manutention des membres de l'équipe s'élève à 40 pesetas par jour. La Sección Femenina del Movimiento, informe, 12-02-1969.

22 Cátedras Ambulantes, brochure publicitaire, Madrid, 1970.

23 Evolution du nombre des Cátedras Ambulantes et de leurs activités :
Cátedra Francisco Franco n° 1 (Cátedra nacional)
1946-1961 : 96 stages de formation
29.573 élèves
Cátedra Francisco Franco n° 2 (Cátedra nacional)
1959-1961 : 14 stages de formation
3.710 élèves
Cátedras Ambulantes provinciales
1958 : 50 Cátedras
de 1955 à 1961 : 1.410 stages de formation
100.086 élèves des deux sexes
Cátedras Nacionales & Provinciales
1963 : 62 équipes
238 stages de formation
118.000 élèves des deux sexes
1968 : 72 équipes
287 stages de formation
593 villages parcourus
70.000 élèves des deux sexes
1975 : 82 Cátedras Ambulantes
(sources : documentations diverses émanant de la Délégation Nationale de la Section Féminine).

24 En 1975, le manuel Iniciación a la vida cívica y política destiné aux cours de formation politique des recrues du Service Social indique (page 114) que les Cátedras sont devenues un moyen de promotion culturelle important, et précise que 5.127 villages ont été parcourus et 1.779.873 personnes ont été enseignées grâce aux Cátedras depuis leur création.

25 La educación en España, bases para una política educativa, Ministerio de Educación y Ciencia, Madrid, 1969, pp. 41 et 42.

26 Ibidem, pp. 121 et 122. Des deux tableaux proposés ont peut déduire après calculs que 11 % des femmes actives et 17 % des femmes non actives sont analphabètes en 1968. Quoi qu'il en soit, la question des critères de définition de l'analphabétisme ainsi que de l'âge à partir duquel on peut considérer qu'une personne est ou n'est pas analphabète se pose. Elle se pose d'abord pour la manipulation des statistiques qui n'utilisent pas toujours les mêmes critères suivant les années (de 1930 à 1970 en l'occurrence). Elle se pose aussi peut être quand on utilise les mêmes critères quelle que soit la région du monde considérée. L'âge minimum de 15 ans défini par l'UNESCO se justifie-t-il pleinement pour le calcul de l'analphabétisme dans un pays comme l'Espagne par exemple ?

Auteur

Université de Poitiers

© Presses universitaires François-Rabelais, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540