Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'enseignement Primaire en Espagne et en Amérique Latine du XVIIIe siècle à nos jours

 | 
Jean-René Aymes
, 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

III. Initiatives d'éducation populaire (1868-1900)

Les clases populares organisées par l’Extension Universitaire d’Oviedo (début du XXe siècle)

Maryse Villapadierna

Texte intégral

  • 1 Leopoldo Palacios, Las universidades populares (Valencia F. Sempere y Cía Ed. (1908)), p. 125 sq. (...)
  • 2 Adolfo Buylla, «La Universidad de Oviedo en la actualidad», in: B.I.L.E. jul. 1902, n° 508, p. 206
  • 3 Federación socialista asturiana: 15 agrupaciones, soit «12 a 14 000 obreros interesados por el soc (...)
  • 4 L. Palacios, op. cit., pp. 147-148.
  • 5 Archivo Central del Ministerio de Educación y Ciencia, Alcalá de Henares, «Universidad de Barcelon (...)
  • 6 Archivo Central del Ministerio de Educación y Ciencia, Alcalá de Henares, «Universidad literaria d (...)
  • 7 L. Palacios, op. cit., p. 149.

1A la fin du XIXe siècle, longtemps après les Anglo-Saxons – les pionniers en la matière – et leurs nombreux émules étrangers, l’Espagne se décide à participer à son tour au mouvement universitaire en faveur de l’éducation populaire connu sous le nom d’University Extension1. La tentative la plus célèbre est celle que conduit le fameux groupe de professeurs institucionistas de l’Université d’Oviedo, très au fait des expériences anglaises en ce sens et de leur imitation et adaptation dans de nombreux pays, notamment en France. Cette exteriorización social2 de l’Université espagnole, en pleine crise, afin d’accomplir ce que Giner de los Ríos et ses disciples considèrent comme sa mission envers la société est l’une des formes – fondamentale et en préparation dès le XVIIIe siècle partout en Europe – que prend durant les années 1900 la double et urgente préoccupation de la régénération nationale et de la cuestión social. L’Extension Universitaire d’Oviedo débute à la fin de l’année 1898 – la date est significative – et fonctionne jusqu’en 1910. Trois ans après sa mise en marche, en octobre 1901, elle organise des clases populares expressément destinées au prolétariat urbain et qui constituent aux yeux de leurs promoteurs l’embryon d’une future Université Populaire ovetense ; le public au bénéfice duquel elles sont conçues ou, du moins, son porte-parole le plus autorisé en est conscient puisque l’Aurora Social, organe de la puissante federación socialista asturienne3 affirme dans son numéro du 2 novembre 1901 que les cursos populares sont la forma verdadera de la Extension et incite régulièrement et vigoureusement ses lecteurs à y assister. A la fin du XIXe siècle en Espagne interviennent de façon plus ou moins concrète dans le mouvement de l’extension les universités suivantes : Saragosse sous la forme, primitivement, de Cursos de conferencias universitarias (1893)4, Barcelone sous celle de Conferencias dominicales (curso 1897-1898), qui deviennent l’année suivante dominicales y semanales5, Séville (1899) où le recteur Moris y Fernández Vallín, ancien élève d’Oviedo projette des conférences et des excursions scientifiques (relevado de su cargo, son départ coupe court à la tentative), Valence avec un plan de réformes des universités (1899) dont la base 5a prévoit une «exteriorización de los trabajos universitarios a fin de que las Universidades contribuyan de otro modo a la cultura general»6 et Oviedo. Selon Leopoldo Palacios, c’est à Oviedo que «la obra de la Extension se reveló con más vitalidad y carácter, acaso por haber nacido después de otros ensayos»7. Il souligne l’esprit novateur et européen qui anime la minuscule université asturienne (une Faculté de Droit et une Faculté des Sciences) et son caractère inouï et porteur d’espoir dans une Espagne encore écrasée par le choc de 1898 :

  • 8 Ibid., pp. 149-150.

«Imbuida del espíritu moderno; alentada por los progresos de Alemania, Inglaterra y Francia, con cuyos principales centros de enseñanza se relacionan sus profesores, tiene esta Universidad participación ideal en la obra de la educación novísima. A ella, en el límite de sus recursos, procura atemperar sus procedimientes didácticos, acrecentando sus medios de enseñanza de día en día y ofreciendo a la juventud un hogar de estudio y de trabajo, donde cultivar esperanzas, en medio del desaliento general y del amortiguamiento del espíritu público»8.

***

  • 9 Adolfo Posada, Política y enseñanza (Madrid: Daniel Jorro, Ed., 1904), p. 225.
  • 10 Aniceto Sela, «Once años de Extension Universitaría en Oviedo. Memorias de Secretaría», dans La ed (...)

2Comment définir ce qu’il est convenu d’appeler l’extension universitaire ? Selon Aniceto Sela, l’un des membres du groupe d’Oviedo, chargé par ses compagnons de rédiger les Memorias de Secretaría concernant cette expansion de la Universidad9, «forma la Extensión parte de un movimiento general y muy complejo en pro de la educación post-escolar»10, mouvement qu’Adolfo Posada, membre également du claustro ovetense, définit plus précisément en évoquant à la fois le phénomène de l’Extension Universitaire et celui des Universités Populaires :

  • 11 A. Posada, op. cit., p. 215.

«el doble movimiento que va de la Universidad al pueblo – v.g. en ciertas manifestaciones de la Extensión Universitaria – y del pueblo o de las clases populares hacia de la enseñanza superior que las Universidades representan – en la organización espontánea de las llamadas Universidades Populares en Francia, por ejemplo»11.

  • 12 Ibid.
  • 13 A. Posada, op. cit., p. 222.
  • 14 Ibid., p. 213.
  • 15 A. Sela, Memorias de Secretaría, p. 277. Page 275: «Se ha comprendido que en las sociedades modern (...)
  • 16 Santiago Melón Fernández, Un capítulo en la historia de la Universidad de Oviedo (1883-1910) (Ovie (...)
  • 17 L. Palacios, op. cit., p. 125 sq. A. Posada, «La Extensión Universitaria», in: B.I.L.E., marzo 191 (...)

3Il s’agit donc de deux courants concomitants qu’il serait erroné d’opposer car, dans l’un comme dans l’autre, «obra con fuerza extraordinaria el resorte general de las necesidades de una democracia»12, de sorte «que ambos movimientos son, en rigor, uno solo, el de la Universidad y el pueblo que se buscan y se encuentran, impulsados por un mismo propósito e ideal»13, l’idéal démocratique qu’ont adopté les sociétés contemporaines civilisées14. Mouvement unique, pourrait-on dire avec Posada, mais à une différence près, essentielle : pour la minorité d’universitaires espagnols préoccupés par la crise nationale et la lutte des classes, instruction et culture sont des moyens pacifiques de réparer les injustices sociales, de combler le fossé existant entre «los pobres, los débiles, los ignorantes» et «los ricos, los poderosos, los instruídos»15 ; pour les tenants de l’université populaire stricto sensu – due à une initiative populaire, privée, et fonctionnant indépendamment de toute université d’Etat –, dont la France offrirait le modèle avec l’initiative de l’ouvrier Georges Deherme16, instruction et culture finissent par constituer des instruments au service de la lutte des classes, dans le but plus ou moins lointain de conquérir le pouvoir économique et politique ; d’un côté, donc, la culture-panacée utilisée dans un sens réformiste, de l’autre dans un sens révolutionnaire. D’autre part, si l’expression Extensión Universitaria, de même qu’en français Extension Universitaire, correspond littéralement à la dénomination anglaise University Extension, il est malaisé de définir très exactement le phénomène étant donné l’extrême diversité des formes qu’il a prises depuis son origine, en relation avec l’hétérogénéité du public auquel il s’adresse et les problèmes pédagogiques spécifiques que pose celui-ci17. Si l’on suit Leopoldo Palacios et Adolfo Posada, on retiendra un premier sens, ouvert :

  • 18 L. Palacios, op. cit., p. 126.

«todo movimiento popular de educación social superior con carácter privado o público»18.

4Un second sens, selon lequel la caractéristique de la Extensión est sa nature universitaire et scientifique, sens plus restreint :

  • 19 Ibid.

«la nueva extension de la enseñanza científica, en cierto modo, llevada por la Universidad, que sale de sus confines, al pueblo que trabaja y no puede acudir a ella»19.

5Enfin, une troisième acception, celle que propose personnellement Posada et qui va bien au-delà des tâches strictes de l’enseignement universitaire :

  • 20 A. Posada, op. cit., note 12, p. 70. C’est moi qui souligne.

«no sólo la acción que entraña toda labor expansiva de enseñanza realizada por la Universidad fuera de Su programa tradicional, sino también cualquier manifestación de las funciones de carácter educativo y social que las Universidades y las instituciones docentes, o los mismos grupos intelectuales cumplan, fuera de su esfera oficial aquéllas y recabando éstos el derecho de practicar con obras de propaganda cultural, esta nueva forma del deber social que supone el movimiento generoso y desinteresado»20.

6C’est dans cette optique que les professeurs ginerianos d’Oviedo, entraînant le reste du Claustro avec eux, pratiqueront l’extension universitaire.

***

  • 21 Juan Velarde Fuertes, «Primera aproximación al estudio de la Universidad de Oviedo como enlace ent (...)
  • 22 Je ne signale ici que les antécédents immédiats de la Extensíon à Oviedo, relevant exactement du m (...)
  • 23 F. Canella Secades, op. cit., p. 256. A. Posada et A. A. Buylla, «Sobre la Universidad de Oviedo, (...)

7Au sein de cette Université d’Oviedo, libérale et ayant acquis un caractère spécifique au cours du XIXe siècle21, la fondation de l’Extension Universitaire est directement précédée par deux faits annonciateurs22. En 1895, quelques professeurs, le doyen de la Faculté de Droit et le recteur créent une Escuela práctica de Estudios jurídicos y sociales en s’inspirant des séminaires allemands et de l’École Pratique des Hautes Études parisienne. Comprenant trois sections : Ciencias sociales y políticas, Economía, Historia, dirigées par Buylla, Posada, Sela et Altamira, elle se donne pour but d’inciter un petit groupe d’étudiants volontaires (une vingtaine) à l’initiative intellectuelle et aux travaux personnels, grâce notamment à l’élaboration de monographies sur les ouvriers (après enquêtes sur le terrain) selon les méthodes de Le Play et de Maroussem23.

  • 24 F. Canella Secades, op. cit., p. 257 sq.

8En 1895 également sont créées les Colonias escolares de vacaciones (dont Cossío avait été l’initiateur en 1886 en tant que directeur du Musée Pédagogique) pour les élèves du primaire pré-phtysiques, et qui devaient être applicables aux étudiants des autres enseignements. Il s’agit d’abord de colonies balnéaires à Salinas, près d’Avilés, avec le projet de les étendre à la montagne ; la direction était assurée par un ou deux professeurs. Les promoteurs de ces colonies sont Buylla, Posada et Sela, trois des membres les plus actifs de la future Extension. Le Claustro universitaire organise una junta de colonias escolares24, et l’initiative obtient le soutien, assorti d’une subvention, du Directeur Général de l’Instruction Publique, Eduardo Vincenti Reguera, et diverses aides financières, publiques et privées. Voici dans quels termes, caractéristiques de l’esprit extensionista à Oviedo, le vice-recteur Fermín Canella sollicite l’appui de ses concitoyens :

  • 25 Ibid., pp. 257 et 258.

«Encajan perfectamente en la función social de la moderna Universidad (...). Fuera de desear que a este obra de caridad y de regeneración contribuyeran y ayudaran todas las personas, amantes del engrandecimiento de la patria, que es madre de todos y le interesan mucho los pobres, los débiles y los ignorantes»25.

9Enfin, affirmation définitive et éclatante de leur volonté de servir le pays en rénovant et en étendant l’action de l’Université dans les domaines pédagogique et social, les membres institucionistas du Claustro ovetense décident de fonder la Extensión Universitaria le 11 octobre 1898,

  • 26 F. Canella Secades, op. cit., p. 258. A. Sela, Memorias de Secretaría (op. cit.), précise (p. 282) (...)

«para que la cátedra oficial no (fuera) patrimonio exclusivo de estudiantes matriculados, tomó cuerpo y surgió vigorosa en Oviedo la principal institución que divulga y dilata la enseñanza, antes intentada en otras formas y lugares muy principalmente por los ovetenses catedráticos»26.

  • 27 B.I.L.E., sept. 1898, n° 462, pp. 257-270 – oct. 1898, n° 463, pp. 291-296 et nov. 1898, n° 464, p (...)

10Dans son discours inaugural du 1er octobre 1898, «El patriotismo y la Universidad»27, Rafael Altamira avait proposé l’extension universitaire comme l’un des moyens susceptibles de régénérer le pays ; le 11 octobre, Leopoldo Alas, reprenant les arguments d’Altamira et signalant que partout ailleurs qu’en Espagne l’effort en faveur de l’éducation populaire s’était énormément accru, présente au Claustro un projet très élaboré qui emporte l’adhésion de tous. Je laisse maintenant la parole à Aniceto Sela, secrétaire de l’Extension :

  • 28 A. Sela, Memorias de Secretaría (op. cit.), p. 283, et apéndice I, in Universidad de Oviedo, Exten (...)

«un proyecto completo que obtuvo inmediatamente la adesión de muchas personas de dentro y fuera de la Universidad, y pudo desde el primer momento contar con el concurso activo de varios profesores de la Facultad de Ciencias y de la Facultad de Derecho, del Instituto, del Seminario, de la Escuela de Capataces de Mieres y de los Sres Alvargónzalez (don Victoriano), Buylla (D. Arturo), Clavería, Muñiz Miranda, Orueta, Zabaleta y otros que fueron particularmente invitados. Una celosa y activa comisión, cuya junta ejecutiva formaron los Sres Canella, Posada, Altamira e Izquierdo, puso manos a la obra y en los primeros días de Noviembre pudo publicarse el programa, conteniendo el cuadro de enseñanzas»28.

  • 29 L’installation de l’éclairage électrique dans les locaux universitaires fut un élément qui joua en (...)
  • 30 Seule l’assistance au cours de Redondo sur les antiquités asturiennes resta soumise à une inscript (...)
  • 31 C’est durant le curso 1898-1899 que Leopoldo Alas fit pour l’Extension son fameux cours sur la phi (...)
  • 32 A. Sela, Memorias de Secretaria (op. cit.), p. 348.
  • 33 Ibid., p. 355.
  • 34 Ibid., p. 356. Mieres eut son Universidad popular municipale fin 1907.
  • 35 A. Sela (op. cit.), p. 426 sq.
  • 36 J. Velarde Fuertes (op. cit.), p. 229.

11Les travaux de l’Extension débutèrent le 24 novembre 1898 à l’Université par un discours du vice-recteur sur le mouvement extensionista dans le monde, en particulier en Angleterre, qui fut suivi par le premier cours d’Altamira sur les Leyendas de la historia de España. L’enseignement était oral et chaque fois que la matière s’y prêtait, pratique et intuitif, selon les recommandations de la I.L.E. Le programme comportait primitivement quatre volets : des conférences de vulgarisation scientifique et des cursos de estudios superiores (dans les locaux universitaires)29, des excursions artistiques et archéologiques telles que les préconisaient et les pratiquaient les maîtres de la Institución libre, et des conférences et cursos breves hors d’Oviedo. Au début une inscription avait été prévue pour les cours d’études supérieures mais ils finirent par devenir publics comme les conférences et, d’après Sela, prirent également un caractère vulgarisateur30. Ainsi le plan d’études initial fut réduit en fait à trois sections. L’enseignement dispensé portait sur diverses matières : philosophie31, sociologie, économie, sciences naturelles, physique, littérature, art, géographie, histoire, découvertes et voyages, etc. Outre les excursions, il y avait des auditions musicales pour illustrer les cours d’initiation à l’histoire de la musique, et des lectures publiques commentées d’œuvres littéraires espagnoles et étrangères. Rapidement le champ d’action de l’Extension Universitaire s’étendit : diverses associations et organismes à vocation culturelle, professionnelle, éducative, firent appel à ses compétences. Ainsi, à Oviedo même, elle consacra d’emblée une part régulière de son activité au Centro de Sociedades Obreras, animé par les socialistes et dont la sección de enseñanza avait déjà organisé une escuela nocturna pour les ouvriers ; elle répondait aux demandes de la Escuela de Artes y Oficios et de la Cámara de Comercio dès 1899-1900. Hors de la ville, les premières localités à recevoir son enseignement furent le port d’Avilés et le centre minier de la Felguera sur l’invitation, respectivement, de la Sociedad Obrera Industrial et de l’Ateneo Casino Obrero (Langreo) ; au cours de l’année scolaire 1903-1904, une junta local de l’Extension fut constitué à Avilès32. Ensuite ce fut le tour de Gijón puis de Mieres et de Trubia. Gijón créa sa propre junta local en 1902 (la plupart des travaux de l’Extension eurent lieu à l’Instituto de Jovellanos), Mieres en décembre 1903 ; cette dernière s’intitula d’abord Extension de la Enseñanza33, puis Junta local de Extension Universitaria, « reorganizándose sobre las bases que habían servido para constituir la de Gijón »34. L’Extension ovetense poussa ses ramifications jusqu’à Bilbao dès 1899-1900 à l’appel de la Asociación de defensa y fomento del Comercio y de la Industria, et jusqu’à Santander, où le Centro Obrero socialiste prit l’initiative, en 190235, d’une Extension propre, calquée sur celle d’Oviedo ; fort active, celle-ci «acabó centrándose en el Instituto Carbajal desde el curso 1905-1906»36. Bref, on peut considérer que l’Extension Universitaire d’Oviedo exerça l’essentiel de ses activités dans les Asturies, dans une zone fortement industrialisée, avec ses valles mineros, délimitée au nord par Avilés et Gijón et au sud par Mieres et Langreo, avec des percées de part et d’autre des droites Avilés-Mieres, Gijón-Mieres ; ces poussées furent plus accusées à l’ouest, du côté de Trubia, c’est-à-dire dans le secteur échappant à l’influence de l’Extension de Santander.

  • 37 Voir par ex. A. Posada, «La educación del obrero», in B.I.L.E., oct. 1889, n° 305, pp. 305-309 (Il (...)

12Les socialistes asturiens, grâce notamment aux efforts des deux leaders Manuel Vigil et Manuel Llaneza, soutinrent activement l’Extension Universitaire d’Oviedo. Militants socialistes et professeurs extensionistas avaient la même conviction quant au rôle fondamental de l’éducation et de la lecture dans l’émancipation de la classe ouvrière37. La Aurora Social consacra une rubrique régulière à l’Extension, mais en s’attachant, par manque de place, presque exclusivement aux cours et conférences qu’elle donnait au Centro Obrero d’Oviedo.

  • 38 A. Sela, Memorias de Secretaría, op. cit., pp. 284, 294, 306 sq., 318, 335.

13La presse nationale et régionale autre qu’ouvrière fit également bon accueil à cette entreprise universitaire de réforme sociale en publiant gratuitement programmes, comptes rendus et résumés des travaux de l’Extension. Sela cite en particulier, dans ses Memorias de Secretaría, les journaux et revues de Madrid (El Heraldo, El Imparcial, La Epoca, El Correo, El Liberal, El Español, etc., et bien sûr le Boletín de la Institución libre de Enseñanza), de Barcelone, (La Vanguardia, La Publicidad, La Notaría), d’Oviedo, (El Carbayón, etc.), de Gijón (El Avance, El Noroeste), du Pays Basque (El Noticiero Bilbaíno, El Porvenir Vasco, Diario de Bilbao, etc.)38.

  • 39 «Apéndice I», p. 197 in: Universidad de Oviedo. Extensión Universitaria. Memorias... 1909, par A. (...)
  • 40 Archivo Central del Ministerio de Educación y Ciencia, Alcalá de Henares, «Universidad de Salamanc (...)

14Les pouvoirs publics, par le canal de la Direction Générale de l’Instruction Publique, firent connaître en décembre 1898 leur satisfaction devant l’initiative des professeurs d’Oviedo et leur espoir de la voir fructifier à l’avenir39, satisfaction renouvelée au fil des années mais sans que jamais le Ministère de l’Instruction Publique et des Beaux Arts pensât à l’assortir d’une subvention40.

  • 41 P. 266 sq. in: Universidad de Oviedo. Extensión Universitaria. Memorias de Secretaria, par A. Sela (...)
  • 42 A. Sela, Memorias de Secretaria, op. cit., p. 308.
  • 43 «Apéndice I» in: op. cit., p. 268.
  • 44 A. Sela, Memorias de Secretaría, op. cit., p. 317.
  • 45 Ibid., p. 350.
  • 46 Ibid., p. 386, et «Apéndice I», in op. cit., p. 272.
  • 47 F. Canella Secades, op. cit., p. 254.
  • 48 Ibid.

15Or, le budget de l’Extension fut toujours exigu. Il suffit d’un simple coup d’œil sur l’Apéndice VI des Memoriax de Secretaría41, consacré à la comptabilité, pour s’en rendre compte. Les professeurs étaient pourtant bénévoles et ne reçurent jamais que des indemnités de déplacement pour les conférences prononcées hors d’Oviedo, et ce à partir de 1902-1903. Les frais minimes correspondant à la première année de fonctionnement furent couverts par l’Université, la Escuela de Artes y Oficios et des enseignants. Sela évoque «la falta, la absoluta carencia de medios materiales (...), sin presupuesto de ingresos», qui font que l’Extension ne pouvait alors fonctionner que grâce aux bonnes volontés42. En 1899-1900, comme elle n’était toujours pas aidée par les personas acomodadas, les dépenses, montant à 95,40 ptas, furent à la charge de la Junta ; en 1900 un don de son Président, de 499,78 ptas, qui fut étiré sur deux cursos consécutifs, permit à la fois de combler le déficit antérieur et d’assurer les dépenses nouvelles ; parmi celles-ci 70 ptas avaient été consacrées aux «clases populares incluyendo el café para la reunión de clausura de abril de 1902»43. La modicité des frais engagés en 1900-1901 s’explique par le fait que les appareils et instruments nécessaires aux enseignements scientifiques avaient été prêtés par l’Escuela de Capataces de Mieres, le Colegio de Padres Jesuítas de Gijón, la Sociedad Popular ovetense, ainsi que d’autre matériel de classe (telle une collection de photos à projeter) par différentes personnes44. A partir de fin 1903, les conférences musicales à Oviedo furent accompagnées d’auditions qui coûtaient cher, et c’est à ce moment-là que l’Extension fit carrément appel «a la generosidad de las personas amantes de la cultura para sufragar los gastos»45. Cette première aide émanant d’individus ou d’entités étrangères à l’Université se montait à 875 ptas, offertes par le Banco Asturiano, le Casino d’Oviedo et sept particuliers dont le marquis de la Vega de Anzo. Il n’y eut rien de cette sorte en 1904-1905 ; si bien que l’année d’après, la Junta dut solliciter à nouveau des « souscriptions privées » ; répondirent le Centro Unión Asturiano de Buenos Aires (726 ptas), le Banco Asturiano, le Centro de Sociedades Obreras et le Círculo de Unión Republicana d’Oviedo, le marquis de la Vega de Anzo, Masaveu et Cie, et Policarpo Herrero (425 ptas). Cela devait permettre l’acquisition d’un bon appareil de projections, la location d’un harmonium pour les clases populares, et l’aménagement définitif de la salle de conférences46. Les donateurs sont en 1906-1907, la Fundación Roel, Sindicato de Oviedo et un certain Julián Godinez, avocat et notaire installé à Cuba, pour une somme de 500 ptas chacun ; en 1907-1908, la Fundación Roel (500 ptas), et l’année suivante, le Círculo Asturiano de Buenos Aires (1.199 ptas). Les Asturiens émigrés en Amérique Latine n’oubliaient pas la patria chica et son Université. Rappelons que le recteur Fermín Canella avait demandé aux Universités Latino-américaines d’aider matériellement celle d’Oviedo – «ya que no bastan los recursos de su propio presupuesto»47 – à assurer ses enseignements officiels et complémentaires grâce à l’achat de livres, d’instruments et d’appareils, de «cartes photographiées», grâce à l’installation de «gabinetes para investigaciones científicas»48, etc.

  • 49 A. Posada, Fragmentos de mis memorias (Universidad de Oviedo, Servicio de Publicaciones, 1983), p. (...)

16Quant à la bourgeoisie locale elle fut lente, on le voit, à réagir positivement face à l’Extension, et encore le soutien financier qu’elle lui apporta fut-il médiocre et très limité dans le temps. «Nuestro rebelde o distraído medio burgués», comme l’écrit Posada dans Fragmentos de mis memorias49, eut apparemment du mal à comprendre qu’il s’agissait là d’un moyen parmi d’autres, dans la stratégie réformiste mise au point par les classes dominantes dans le monde entier, afin de tenter de désarmorcer le problème social.

17Le public qui assistait aux différents travaux de l’Extension était tout à fait hétérogène sauf dans les Sociedades Obreras où il était composé en majorité de « travailleurs manuels » et dans les lieux réservés aux clases acomodades – tels la Cámara de Comercia d’Oviedo ou le Círculo de la Unión mercantil e industrial de Gijón – où dominait un «público distinguidísimo». Voici dans quels termes Sela évoque l’auditoire des cours et conférences à l’Université en 1898-1899 :

  • 50 A. Sela, Memorias de Secretaria, op. cit., p. 294.

«Concurrió casi siempre más auditorio del que podía contener el local. Lo formaban elementos heterogéneos: estudiantes de la Universidad, y de los últimos años del Instituto, bastantes señoras, comerciantes, empleados modestos, algunos magistrados, casi ningún maestro, alumnos del seminario, sacerdotes, catedráticos, pocos obreros, y algunos soldados. Sólo algunas de las conferencias, avanzada ya la estación, se vieron poco concurridas (...) Salvo contadas excepciones, se puede afirmar que el público siguió con atención e interés el trabajo de los profesores»50.

18Puis celui de 1900-1901, dans les locaux universitaires et en dehors d’eux :

  • 51 Ibid., p. 318.

«No temáis que olvide al público, nuestro principal colaborador. No ha variado mucho su composición desde el año precedente, salvo en los Centros obreros, donde, como es natural, predominaron los trabajadores manuales»51.

  • 52 Ibid., p. 346.
  • 53 Outre certains des ouvrages cités dans les notes précédentes, voir S. Melón Fernández, Un capítulo (...)

19La composition de ce(s) public(s) ne variera pas et Sela louera à maintes reprises sa courtoisie, son attention (même quand il lui arrivait d’atteindre trois cents personnes dans une même salle) et surtout « l’harmonie » sociale, «la simpatía con que en él se funden personas de distintas ideas y edades y de muy diversa posición social»52. En quelque sorte les cours et conférences de l’Extension préfiguraient cette société, non pas sans classes mais sans luttes des classes, dont rêvaient les néo-krausistes, et à l’avénement de laquelle ils œuvrèrent au nom de la régénération, ou modernisation, de l’Espagne53.

*

  • 54 A. Sela, La misión moral de la Universidad. Discurso de apertura del curso de 1892 a 1893 en la Un (...)

20Avant de passer à l’examen de ce que purent être les Clases populares organisées par l’Extension ovetense, je voudrais m’arrêter un instant sur les hommes qui en constituèrent le noyau. Rafael Altamira y Crevea, Leopoldo García Alas y Ureña (Clarín), Adolfo Alvarez Buylla, Adolfo González Posada y Biesca, et Aniceto Sela Sampil. Ils ont plusieurs traits en commun : libéraux, institucionistas, ce sont des amis de Giner de los Ríos et, parmi eux, seul Alas ne fut pas son disciple direct ; ils sont patriotes et ont un sens aigu de leur responsabilité dans la société, ou deber social, et de la « mission morale » de l’Université54 mais ils n’ont aucun engagement politique déterminé et veillent à préserver le caractère neutre, politiquement parlant, de l’Extension ; Sela exprimera d’ailleurs dans les Memorias de Secretaria (p. 343) le souhait « que no se la (l’Université Populaire fondée à Valence par Blasco Ibáñez fin 1902) ligue demasiado a determinados partidos políticos (republicains) para que pueda subsistir a través de todas las modificaciones que en este terreno son tan frecuentes entre nosotros ». Tous asturiens (Alas naquit à Zamora par hasard) à l’exception d’Altamira (Alicante) et ovetenses pour la plupart, ils enseignent à la Faculté de Droit d’Oviedo : Alas occupe la chaire d’Elementos de Derecho Natural, Buylla celle d’Economía Política y Elementos de Hacienda Pública (Estadística) depuis 1877, Posada celle de Derecho Político Español Comparado depuis 1883, Sela celle de Derecho Internacional Público y Privado depuis 1891 et Altamira celle d’Historia General del Derecho Español depuis 1897. Si l’on adopte la classification proposée par Santiago Melón, on peut dire que cette équipe de jeunes rénovateurs est assistée par deux autres groupes universitaires, celui des professeurs régionalistes, plus précisément soucieux de la régénération de la Principauté, – essentiellement Félix P. Aramburu et Fermín Canella Secades qui seront l’un et l’autre recteurs de leur Université – et celui des professeurs conservateurs, plus âgés, dont l’expérience et la modération, toujours selon S. Melón, feraient contrepoids à l’ardeur juvénile des deux autres ensembles ; parmi ces derniers se détachent Rogelio Jove, Justo Alvarez Amandi, Guillermo Estrada y Villaverde, V. Díaz Ordoñez. D’autre part, les extensionistas font appel, nous le savons, à toutes les bonnes volontés hors de l’Université pourvu qu’elles correspondent à une compétence assurée ; ils acceptent ainsi le concours de professeurs de lycée, de professeurs du Séminaire, de Julio Cejador, prêtre et linguiste-philologue réputé, d’ingénieurs, de médecins, d’avocats, de mélomanes, etc.

21Les idées directrices de ce noyau moteur peuvent être très brièvement synthétisées. Face à la crise de 1898 ils dressent un constat de carence sans complaisance et cherchent des solutions susceptibles d’ouvrir la voie à la modernisation du pays. A leurs yeux, la base de cette régénération réside dans l’éducation, et c’est là que doit intervenir l’Université ; devenue depuis des décennies une simple machine à fabriquer des diplômes sans réelle valeur professionnelle, elle est déconsidérée parce qu’inadaptée aux exigences des temps modernes ; certains demandent même qu’elle disparaisse au profit d’un accroissement des écoles techniques, qui doivent elles-mêmes être rénovées puisque les Escuelas de Artes y Oficios, vers 1900, péchaient autant par insuffisance quantitative que qualitative. L’Université espagnole doit retrouver son rôle social directeur pour ne pas disparaître et Sela systématise, dès 1892, cette conception dans son fameux discours La misión moral de la Universidad, prononcé à Oviedo lors de la rentrée universitaire :

«las Universidades distan mucho de hallarse a la altura de su misión (...) no concurren a la educación física, ni a la educación moral de sus alumnos, ni siquiera a su educación intelectual, porque una cosa es la instrucción y otra, bien diferente, el desarrollo de la inteligencia (...). La Universidad no se asocia a ninguna empresa viva del país; no hay entre ella y la patria esos lazos tan poderosos como invisibles que forman el espíritu de un pueblo. Podrían suprimirse los establecimientos de enseñanza superior, y España seguiría su camino sin advertirlo; apenas nadie lo notaría (...) ¿será demasiado pedir a la Universidad que, convirtiéndose en la verdadera alma mater de sus alumnos, y aun de sus profesores, ocupe el primer puesto en la honrosa campaña que es urgente emprender (...) contra todo, en suma, lo que nos separa de la sociedad civilizada y culta?» (p. 35 sq).

22Dans ce grand effort éducatif une attention particulière sera réservée, au nom de la justice sociale, à l’ouvrier en tant qu’homme et en tant que citoyen : l’éducation, considérée comme un facteur de la paix sociale, apparaît comme une solution aux tensions qui s’aiguisent fortement au début du XXe siècle avec la série des grandes grèves qui commence.

*

  • 55 A. Posada, «Enseñanza popular», in B.I.L.E., ene. 1902, n° 502, p. 8.

23Les responsables de l’Extension d’Oviedo attendirent trois ans avant d’organiser les clases ou cursos populares, qui représentaient pourtant à leurs yeux la forme la plus efficace de l’extension de l’Université dans sa triple fonction, à savoir répandre l’instruction auprès des couches populaires, exercer une action éducative sur ceux qui participeraient à ses travaux et, enfin – et surtout dirais-je – «provocar corrientes de simpatía social, suavizando las rivalidades de clase, mediante el establicimiento de contacto numerosos y repetidos entre los diferentes elementos de la sociedad»55. On peut s’interroger sur les raisons de ce délai. La réponse nous est donnée par Sela dans ses Memoriax de Secretaría, et par Posada dans un article intitulé Enseñanza popular, que publie le Boletín de la Institución libre de Enseñanza en janvier 1902. Les clases n’auraient pu être instaurées sans une étape préalable destinée à réduire les risques d’échec, et ce sont les Conférences organisées par l’Extension qui jouèrent ce rôle de préparation. En effet, les unes et les autres sont par nature fondamentalement différentes et les clases, qui ne pouvaient fonctionner selon les conceptions pédagogiques et éducatives des disciples ovetenses de Giner sans une certaine sélection naturelle, exigeaient beaucoup plus intellectuellement et psychologiquement que les conférences de la part d’adultes peu et très mal scolarisés, et qui avaient rompu avec l’école depuis longtemps dans la plupart des cas. Voici ce qu’écrit Posada :

«Pero, ¿qué es el curso? Es una cosa mucho más íntima y continua que la mera conferencia; supone reuniones periódicas, en día fijo; entraña un programa de trabajos predeterminados, lecciones, obra en común, auditorio especial, esto es, auditorio que se selecciona por sí mismo, en virtud de la afición en él provocada por el anuncio previo de la materia sobre que ha de versar el curso, y auditorio, que, por lo mismo que va a ser permanente, puede ser más homogéneo y dar lugar a la relación fundamental en la obra pedagógica del maestro y del discípulo, que es harto distinta de la relación ocasional y efímera del orador y del oyente de la simple conferencia» (p. 8).

  • 56 A. Sela, Memorias de Secretaria, op. cit., p. 319: «Se diferenciarán (las clases populares) de las (...)

24Voilà en quelques lignes une définition précise de ces classes populaires et des buts poursuivis par leurs promoteurs : il s’agit, en somme, d’organiser à l’usage d’un public homogène, motivé, ayant dépassé l’âge scolaire mais inculte, un enseignement en relation avec un programme déterminé et fondé sur une pédagogie incitatrice, non coercitive, basée sur la durée et ayant une fonction à la fois intellectuelle et éducative56. Une adaptation de la I/L/E/ au service du peuple ou, du moins, un pas dans ce sens, car les professeurs d’Oviedo avaient formé le projet de fonder une modeste Université Populaire dans la capitale asturienne. Mais jugeant la tentative prématurée au moment où ils créèrent l’Extension, ils se contentèrent d’abord des clases populares.

25Il va sans dire que les clases populares dont je m’occupe ici sont celles qui eurent lieu exclusivement à l’Université et furent annoncées comme telles. Même si les conferencias especiales que l’Extension organisa à partir de 1900-1901 à la demande du Centro Obrero d’Oviedo en constituent une préparation spécifique, même si Sela précise :

  • 57 A. Sela, Memorias de Secretaria, op. cit., p. 350.

«el mismo sentido hemos procurado llevar a todos los centros y localidades que han solicitado el concurso de la Extensión, y en todos se han obtenido resultados muy semejantes»57,

26l’examen des diverses conférences (sueltas ou non) et des séries de lecciones, cursillos ou clases populares (Sela emploie indifféremment les trois termes) faites dans les sociétés ouvrières, à Oviedo ou ailleurs, est exclu étant donné les limites de ce travail.

  • 58 Ibid., pp. 319, 329 et 349. La non discrimination sexuelle quant l’accès aux clases populares est (...)
  • 59 A. Posada, «Enseñanza popular», op. cit., p. 9.

27Les clases populares à l’Université étaient ouvertes à tous «sin distinción de clase, sexo ni posición social» mais c’était le prolétariat urbain qui était expressément visé et qui répondit d’ailleurs à ces sollicitations58. L’assistance au cours était soumise à une matrícula, gratuite, et l’accueil des ouvriers fut tel qu’il fallut clôre les inscriptions avant la date prévue, de façon à ne pas dépasser cinquante élèves par groupe. En 1901-1902 les cours durèrent d’octobre à la mi-mars, avec un programme comportant six matières, à raison d’une heure de classe hebdomadaire pour chacune d’elles, – «a la hora que más convenga a los alumnos matriculados»59 –, soit au total six heures par semaine pour l’ensemble de l’enseignement et quinze à vingt leçons annuelles par discipline. Les élèves pouvaient choisir une ou plusieurs matières.

28Les critères d’élaboration du programme furent simples : il s’agissait, dans un premier temps, de fournir aux ouvriers des notions élémentaires de culture générale sans faire double emploi avec les cours du soir pour adultes organisés par le lycée d’Oviedo (décret d’août 1901) et dispensés par certains de ses professeurs dans les locaux universitaires. Ainsi, la première année, les enseignements furent-ils les suivants : Droit usuel (professeur : Canella), Economie (Adolfo Buylla), Education civique ((Posada et Jove), Histoire de la Civilisation (Altamira), Notions de Cosmographie (Beltrán, étudiant de la Faculté des Sciences), Notions d’Histoire Naturelle (Benito Buylla, également étudiant en sciences).

29A l’enthousiasme initial succéda de la part des élèves une certaine désaffection après la coupure des vacances de Noël, qui s’accentua après le carnaval. La Aurora social, dans son éditorial du 18 janvier 1902, se fait l’écho pour le déplorer, de ce désintérêt progressif des ouvriers vis-à-vis non seulement des clases populares mais de toute forme d’enseignement pour adultes ; le phénomène est habituel et fort compréhensible (manque de préparation du public prolétaire au labeur intellectuel, pédagogie inadaptée pour certains, fatigue cérébrale qui s’ajoute à l’épuisement d’une journée de travail professionnel, pour engendrer lassitude, découragement puis renoncement à l’effort à accomplir pour s’instruire), mais le militant qui tient la plume n’en exhorte pas moins avec vigueur et insistance ses camarades à reprendre le chemin des cours du soir,

«porque de la Instrucción hemos de sacar el arma vencedora que trueque nuestra actual angustiosa situación por otra más feliz y próspera en la que respetados por nuestra cultura podremos vivir como hombres libres y dignos de nuestros ideales».

30Conviction qui n’a rien de surprenant si nous nous rappelons la coïncidence fondamentale entre professeurs ginerianos de l’Extension et socialistes quant à l’émancipation de la classe ouvrière par la culture.

  • 60 A. Sela, Memorias de Secretaría, op. cit., p. 331.

31La fin des cours fut clôturée par une modeste fête qui eut lieu le 23 mars 1902 dans l’après-midi à l’Université. S’y retrouvèrent autour d’une tasse de café une soixantaine d’élèves avec leurs professeurs (à l’exception de Benito Buylla), en présence du recteur Aramburu et accompagnés par Arturo Buylla et Aniceto Sela, Inocencio et Francisco Redondo, Quevedo, Marcelino Fernández et le marquis de Valero de Urria. Cette réunion amicale fut l’occasion d’un échange de vues entre enseignants et enseignés sur le travail réalisé en commun et leurs projets pour 1902-1903. Altamira en fit la synthèse au bout de deux heures d’entretien et les assistants se séparèrent après une allocution élogieuse et incitatrice du recteur à l’adresse des élèves, et quelques phrases par lesquelles Adolfo Buylla remerciait Aramburu et félicitait les ouvriers pour leur « conduite exemplaire » durant les cours60.

  • 61 Ibid., p. 330.

32Si donc, selon Sela, le bilan au bout d’un an était positif quant aux relations entre élèves et maîtres, par contre il était bien difficile d’évaluer avec précision les résultats strictement intellectuels car la cohabitation avait été trop courte entre les uns et les autres et «faltaba todavía la familiaridad que permite exigir un concurso activo y comprobar con frecuencia el aprovechamiento obtenido»61. D’autre part les enseignants, craignant le surmenage pour leur auditoire, avaient projeté de supprimer l’une des six matières enseignées, mais les étudiants s’y opposèrent et leur demandèrent au contraire d’en introduire une nouvelle : lengua y literatura castellana. Signe encourageant qui permet à Sela une vision optimiste et ambitieuse de l’avenir :

  • 62 Ibid., p. 333.

«nuestras Clases populares (...) pueden considerarse ya definitivamente establecidas y (...) son firme base sobre la cual se ha de asentar en breve plazo la verdadera Universidad del pueblo, con un ciclo completo de estudios, un profesorado normal, y quizá, también, con casa propia, si algún día se cuenta con recursos suficientes para ello»62.

33L’organisation du nouveau curso (1902-1903) subit également une modification de façon à grouper les cours sur un laps de temps plus court permettant « davantage de continuité dans le travail ». Le calendrier s’établit donc comme suit : trois périodes d’enseignement – du 20 octobre au 15 décembre, du 10 janvier au 21 février et du 26 février au 4 avril (les dates ne varieront guère) – avec trois matières étudiées durant chaque période à raison de deux leçons hebdomadaires par sujet traité, soit, comme précédemment, six heures de classe pour un étudiant suivant le cycle complet. Les cours avaient lieu après le travail, de 18 heures à 19 heures, dans la salle n° 7 de l’Université. Posada inaugura la reprise de l’enseignement pour adultes au Centro Obrero d’Oviedo par la conférence sur la Enseñanza popular (B.I.L.E., janvier 1902) à laquelle nous avons fait référence, où il expliqua en détail l’organisation des Clases populares, ce qui était encore le moyen le plus sûr d’informer le public pour lequel elles avaient été conçues.

34Malgré l’aménagement de l’année scolaire et de nouvelles adaptations du programme (cf. tableau) en relation avec les capacités et les besoins des élèves, Sela signale une grosse baisse des inscriptions durant deux années consécutives, 1903-1904 et 1904-1905 (phénomène identique à celui des cours du soir pour adultes dispensés par l’Instituto general y técnico d’Oviedo, qui sont réduits en 1905 à la seule classe de dessin), et dresse en octobre 1905 un premier bilan vraiement négatif des « classes populaires » :

  • 63 Ibid., p. 363.

«Pues en este punto (las clases populares) me parece escaso el éxito conseguido, a pesar de la gran suma de esfuerzos de todas clases realizados por todos»63.

  • 64 Ibid., p. 363.
  • 65 Ibid., p. 364.
  • 66 «Apéndice IV» in: Universidad de Oviedo, Extensíon Universitaria Memoria 1909; op. cit., pp. 237-2 (...)
  • 67 Ibid., p. 240, sq.
  • 68 Teodomiro Menéndez, membre de la Junta excursionista de l’Extensión, président du Comité organisat (...)
  • 69 A. Sela, Memorias de Secretaria, op. cit., p. 437, sq.
  • 70 Ibid., p. 439, sq.

35Il s’interroge sur les raisons d’un tel insuccès après l’afflux prometteur des inscriptions en octobre 1901 : s’agit-il de la crise que traversent les Universités Populaires partout dans le monde ? Sa réponse est négative car, à son avis, la situation à Oviedo est différente : les clases populares ne sont encore qu’un embryon d’Université Populaire ; leur neutralité – gage de tolérance, d’ouverture d’esprit et donc de longévité – a été scrupuleusement préservée ; les besoins intellectuels et culturels de l’ouvrier sont infiniment plus pressants en Espagne que dans les autres nations ; enfin, bien que réduit, il existe déjà à Oviedo un petit noyau – une élite ouvrière – «de personas laboriosas y perseverantes que han de ir influyendo sobre los demás obreros»64. Les explications doivent être cherchées ailleurs et ne peuvent qu’être spécifiques au cas d’Oviedo, lui-même représentatif de situations analogues dans d’autres villes d’Espagne ; Sela évoque alors à nouveau les motifs déjà avancés pour justifier le relâchement des élèves des clases populares après Noël et Carnaval, et se demande sans complaisance si la pédagogie utilisée convenait bien à ces adultes harassés et dépourvus de tout entraînement à l’effort intellectuel : «¿o será que los profesores no acertamos a hacernos entender y a presentar en forma agradable las cuestiones?»65. A lire le prospectus rédigé en octobre 1905 par Rafael Altamira au nom de l’Extension pour mieux informer le prolétariat d’Oviedo sur les « classes populaires », il est pourtant évident que les enseignants s’efforçaient d’y dispenser un enseignement qui fût à la fois élémentaire et pratique ; la notion d’utilité immédiate pour l’ouvrier en tant qu’homme, que citoyen et que professionnel revient de façon obsédante sous la plume d’Altamira : «con sentido práctico» (la grammaire), «de aplicación para la minería, agricultura, jardinería, ganadería, higiene, etc.» (sciences naturelles)», que sirven de base a importantes industrias y profesiones» (physique-chimie), «de carácter absolutamente práctico», con aplicación a problemas frecuentes en cada profesión» (arithmétique)», para que cada cual sepa qué es lo que debe hacer en cada caso » (droit usuel)», «aplicada a viajes y excursiones» (géographie), etc.66. On peut donc supposer à la suite de Sela, sans risquer de beaucoup se tromper, qu’il y eut toujours un décalage entre le niveau intellectuel et culturel de la plupart des élèves des « classes populaires » et celui de l’enseignement que leur dispensaient ces universitaires, si fondamental, clair et pratique fût-il. L’école primaire n’avait absolument pas rempli son rôle, or à en juger par l’exemple que nous fournit le programme de la «clase popular de Historia contemporánea de Europa. Profesor: Sr Altamira» (1907-1908)67, certains de ces cours correspondraient à une première année de Faculté aujourd’hui... Bien sûr, l’enseignement était rendu plus concret et plus amène par des excursions de toute sorte qui débutèrent dès le curso 1901-1902 ; les élèves – c’était une innovation véritable pour les ouvriers – visitèrent des sites et des musées archéologiques, des monuments artistiques (cathédrale d’Oviedo, églises, etc.), des usines, la centrale électrique de Puerto, parcoururent des endroits propices à des observations géographiques, géologiques, botaniques, etc. Le 12 mai 1907, pour clôturer l’année scolaire et à l’initiative de l’un des leurs, Teodomiro Menéndez y Fernández68, les élèves des clases populares organisèrent une grande excursion à Las Caldas (à une dizaine de kms d’Oviedo) ; ils y invitèrent tous les professeurs de l’Extension. Plus de cent élèves – la majorité d’entre eux d’après Sela – s’y rendirent à pied (les voyages pédestres étaient chers aux institucionistas), en compagnie d’un groupe d’enseignants dont Altamira, Ochoa, Francisco Redondo, Sela. A Las Caldas ils furent rejoints par un petit nombre d’ouvriers de Τrubia, sous la conduite de Martínez, et par Canella, Inocencio Redondo, Mur, Arturo Buylla et José Buylla venus en train ou en voiture. Cette excursion permit presque toutes les activités que je viens d’évoquer (en particulier la visite à la centrale de Puerto) et un banquet à l’établissement thermal, qui fut ouvert aux excursionistes ainsi que ses jardins. L’année suivante la décision fut prise de clôre dorénavant les travaux scolaires annuels par un voyage plus long qu’une simple excursion, comme celui que venaient d’effectuer à San Esteban de Pravia, en train, grâce à l’appui de la Sociedad de ferrocarriles vascoasturiana, cent quarante élèves des « classes populaires » et des cours du soir du Centro obrero d’Oviedo. Et c’est pour concrétiser ce projet que fut créé un grupo excursionista composé de deux élèves – Teodomoiro Menéndez et Carlos Alonso – et deux professeurs – Altamira et Sela –69. Le couronnement de ces activités fut l’excursion qui eut lieu à Santander du 30 mai au 1er juin 1909. La ville entière accueillit avec un enthousiasme confinant au délire les représentants enseignants et enseignés (dont 180 ouvriers presque tous ovetenses) de l’Extension d’Oviedo, auxquels s’étaient joints des étudiants de l’Université et d’anciens élèves extensionistas. Le compte rendu de Sela émeut par l’évocation de la chaleur dont toute la population fit preuve envers ces ambassadeurs d’un nouveau genre. Et cette chaleur me semble significative d’une très réelle demande populaire d’éducation de la part des gens de la Montaña, exaltée peut-être par l’apothéose qu’avait été l’année précédente le Tricentenaire de l’Université d’Oviedo (25 septembre 1908)70.

36Enfin, l’enseignement des clases populares (comme les autres activités de l’Extension d’ailleurs) était rendu plus agréable et plus accessible par les auditions accompagnant les cours de musique et par les « lectures populaires » dont l’initiative venait du Centro Obrero d’Oviedo.

  • 71 Ibid., p. 450.

37Ces séances de lectura en común, ouvertes à tous les élèves de l’Extension, débutèrent le 27 novembre 1908, sous la direction de Rafael Altamira et avec la participation de nombreux professeurs et étudiants. Après lecture par l’un d’eux d’un texte choisi, intervenaient un échange de questions, des commentaires du lecteur et des auditeurs, «aclarando lo que de primera intención no se entiende bien, explicando el sentido de las diversas obras y mostrando las bellezas del estilo»71. Il y eut sept séances cette année 1908-1909 consacrées successivement à Victor Hugo (le poème Religio), d’Annunzio (Cuentos), Alarcón (El sombrero de tres picos), Quevedo (El gran tacaño) et Ricardo León (Casta de Hidalgos), Sanz del Río (El ideal de la humanidad para la vida), Campoamor (Poesías), Querol (Poesías). Bref rien de bien neuf : une prédominance de la poésie nationale y compris la plus caduque, l’indispensable présence de Hugo, des contes, des romans représentatifs, l’un de la génération de 70, l’autre de celle de 1900, un échantillon de la littérature satirique du Siècle d’Or, et la bible des néo-krausistes... Un programme éclectique et bien rassurant. Mais ce qui prouvait chez les inventeurs – membres du Centro Obrero et enseignants réformistes – de ces lectures en commun qui rappellent la pratique ouvrière des lectures publiques et commentées de la presse, des novelas por entregas, etc., c’était la volonté et l’espoir de donner aux prolétaires le goût de la lecture. La lecture, comme les excursions, faisait partie de la panoplie destinée à arracher l’ouvrier à la taberna et à l’alcoolisme, à la fréquentation des prostituées, et à lui ouvrir les portes de la culture dominante.

  • 72 Ibid., p. 329.
  • 73 Ibid., p. 342.
  • 74 Ibid., p. 394.
  • 75 Ibid., p. 414.

38Revenons maintenant sur les variations de la participation ouvrière aux « classes populaires » en tant qu’indice significatif de leur impact réel sur le prolétariat d’Oviedo. Au début, nous le savons, les inscriptions furent closes «antes de tiempo (...) para que las clases no excedieran de 50 alumnos»72 ; il y avait six classes puisqu’on enseignait six matières ; mais quel était le nombre global des étudiants étant donné qu’un même individu pouvait assister à plusieurs cours différents ? Sela ne le dit pas ; la seule indication en ce sens est le chiffre de soixante élèves à la fête de mars 1902. Les possibilités se situent entre cinquante (minimum improbable) et trois cents élèves (maximum tout aussi improbable), mais même au cas où les clases populares auraient compté au début un maximum d’étudiants, le taux d’absentéisme croissant à partir de janvier 1902 aurait beaucoup limité leur influence. Et le seul indice tangible est ce nombre de soixante personnes sinon régulièrement présentes, du moins sensibles à l’esprit des « classes populaires », qui, d’après Sela, avait transformé «ya en una familia cariñosa a los miembros de la Universidad popular»73. Les inscriptions diminuent considérablement entre 1903 et 1905, sauf en arithmétique et en musique ; alors qu’à partir de fin 1902, les autres activités de l’Extension apparaissent définitivement établies, que son travail au Centro Obrero d’Oviedo est plus régulier et mieux suivi, et que les conférences à l’Université attirent tant de monde (1903-1904) qu’un problème de local se pose et que la pratique des compendios est généralisée. Toutefois, ailleurs qu’aux Asturies, l’establishment, par le truchement des universitaires eux-mêmes, s’interroge sur l’opportunité de l’Extension en Espagne au moment où l’Université, exsangue et routinière, peut à peine se suffire à elle-même. Certains, comme le professeur Simonena de Valladolid, considèrent qu’il s’agit d’un luxe prématuré auquel elle doit momentanément renoncer pour accorder la priorité à sa propre reconstitution interne. La réaction des extensionistas d’Oviedo face à la régression des inscriptions aux « classes populaires » prend une triple forme. Outre l’introduction de nouvelles matières d’enseignement tenant compte de l’utile et de l’agréable pour les enseignés, ils accroissent leur effort d’information en direction des prolétaires : le prospectus très détaillé dû à Altamira (octobre 1905) que nous avons déjà évoqué, est distribué dans les ateliers, les usines, les centres ouvriers d’Oviedo, et reproduit dans la presse. Enfin, pour concentrer les forces de l’Extension sur la mini-Université populaire, les conférences au Centro Obrero deviennent bi-mensuelles, ce qui entraîne une réduction de leur auditoire. Le résultat est immédiat : à la rentrée 1905-1906, les élèves augmentent considérablement. La reprise s’accentue l’année suivante et quelques ouvrières font même leur apparition. La liste d’élèves que Sela donne en appendice (IV) à ses Memorias de secretaría comporte soixante-dix sept noms masculins, mais, hélas, sans indication des professions. Les conférences au Centro Obrero redeviennent hebdomadaires. La propagande est encore accrue, le public continue à grossir et les professeurs se retrouvent devant «algunas clases (...) de cincuenta alumnos»74. Toutefois, l’absentéisme saisonnier persiste, surtout en mars et en avril ; ce qui n’empêche pas le succès de l’excursion-fête de Las Caldas à laquelle participent, nous le savons, une bonne centaine d’élèves des « classes populaires », soit la majorité d’entre eux. Ensuite la courbe se remet à décroître : en 1907-1908, Sela parle d’une «asistencia media de treinta alumnos, casi todos obreros»75 ; en 1908-1909 ; rien de changé quant aux adultes, mais une nouveauté : l’arrivée de nombreux enfants, ce qui oblige à dédoubler certains cours en deux sections. Ce qui semblerait signifier que si les ouvriers d’Oviedo ne sont pas en situation, pour les raisons que nous connaissons, de tirer profit des cours de l’Extension, ils n’ont pas cessé de les apprécier et désirent continuer à en bénéficier de façon détournée et à plus longue échéance, à travers leur progéniture ; ce qui confirme aussi l’existence d’une effective demande populaire d’éducation à Oviedo.

  • 76 David Ruiz, El movimiento obrero en Asturias: de la industrialización a la IIa República (Madrid: (...)
  • 77 Felix de Aramburu y Zuloaga, Monografía de Asturias (Oviedo: establecimiento tipográfico de Adolfo (...)
  • 78 D. Ruiz, op. cit., p. 54.
  • 79 A. Sela, Memorias de Secretaría, op. cit., p. 363.
  • 80 E. Ibarra y Rodríguez, Meditemos (cuestiones pedagógicas) (Zaragoza, 1908).

39Les statistiques concernant la population ouvrière avant 1900 manquent76, aussi est-il difficile de préciser quelle était celle d’Oviedo au crépuscule du XIXe siècle et à l’orée du XXe. J’utiliserai ici le chiffre qu’indique Aramburu dans une monographie sur la Principauté (1899) et que reprend le journaliste Salvador Canals dans un autre travail monographique (1900). Il y avait selon eux en 1896 à Oviedo (avec Trubia, Lugones, Manjoya) 2 669 ouvriers sur une population de 27 000 travailleurs asturiens – y compris femmes et enfants salariés – dans les mines, la métallurgie, les fabriques de canons, poudre, porcelaine, verrerie, etc.77. Combien d’entre eux suivirent les « classes populaires » ? Quelques centaines tout au plus, et de façon irrégulière, durant les neuf années où elles fonctionnèrent. C’est assez peu à première vue, mais il faut aussi prendre en compte le probable rayonnement de l’espíritu de las clases populares hors des salles de cours : plus ou moins diffus certes, et très difficile à évaluer, il apparaît cependant incontestable ; n’oublions pas non plus qu’entre 1900 et 1910, le nombre des ouvriers ovetenses ne devait pas dépasser – ou de très peu – les 3 000. Dernières remarques : le public visé par les « classes populaires » ovetenses était par définition urbain – prolétariat et artisanat – ; elles ne s’adressaient pas à l’obrero mixto des vallées minières, mi-ouvrier, mi-agriculteur, qui, malgré son appartenance partielle à la mine, restait prisonnier des structures mentales et des pesanteurs propres aux sociétés paysannes ; beaucoup plus lent que son frère des villes à réagir positivement au socialisme durant la période décisive – 1890-1902 – de son implantation dans les Asturies, longtemps «el escaso número de votos que pudo proporcionar (...) incrementaron en líneas generales, las urnas conservadoras»78. D’autre part, les animateurs de l’Extension avaient pour ambition non de toucher directement et tout de suite l’ensemble du prolétariat ovetense, mais de participer à la formation d’un noyau plus instruit, plus conscient et plus actif que le reste de ses camarades, et qui servirait de ferment auprès d’eux79. Ils tentaient ainsi de participer à l’émergence d’une élite prolétarienne espagnole, élite que le fondateur de l’Université Populaire parisienne, Deherme, ambitionnait également pour la France. Les « classes populaires » cessèrent avec l’Extension fin 1910. Si « l’apathie »80 ouvrière intervint dans cette disparition, l’élément décisif est sans doute le départ successif des professeurs institucionistas : Clarín était mort en 1901 ; en 1902 Buylla et Posada sont appelés à Madrid, le premier pour organiser l’Instituto del Trabajo, le second pour travailler à l’Instituto de Reformas Sociales ; en 1906 Aramburu est professeur à l’Université de Madrid, et en 1909 Altamira lui aussi part dans la capitale comme Directeur Général de l’Enseignement Primaire. Ajoutons à cela que l’exemple ovetense avait largement essaimé, non seulement dans les Asturies et les régions limitrophes mais au-delà y compris en Amérique latine (en particulier Argentine), d’où un possible essoufflement du centre moteur.

*

40Idéalisme et réformisme sont les clefs de l’action du groupe d’Oviedo à travers l’Extension. S’inspirant de l’idéalisme allemand par la médiation du krausisme, ses membres mettent en relief non les inégalités socioéconomiques mais les inégalités intellectuelles et morales entre riches et pauvres, capitalistes et prolétaires. Leur conception de l’homme ressortit au psychologisme et à l’éthique puisque, d’après eux, tout individu peut et doit trouver en lui-même équilibre et bonheur quelles que soient ses conditions d’existence, et tendre à l’harmonie du corps social. L’essentiel : l’homme intérieur et son perfectionnement. Aussi Posada pourra-t-il en 1889 dire à son auditoire de la Escuela de Artes y Oficios à Oviedo que la prospérité consiste d’abord dans la félicité interne et que parmi les différentes misères humaines, la pire n’est pas la pauvreté :

  • 81 A. Posada, «La educación del obrero», op. cit., p. 306.

«Por eso cuando los trabajadores gimen bajo el azote de una huelga forzosa, de una falta de medios, asoladora, acaso puede afirmarse que no es su miseria, con ser tan terrible, la más honda y profunda en la humanidad»81.

  • 82 Carlos Serrano, «Socialismo y reforma social» (a propósito de un libro de A. Posada, 1904), à para (...)

41Au moment où le prolétariat s’accroît et les conflits sociaux se font plus aigus, ils s’opposent aussi bien à la répression bourgeoise qu’à la révolution prolétarienne (le socialisme n’est à leurs yeux qu’une utopie grosse d’une terrible violence), et prêchent une évolution lente, une modernisation de la nation où instruction et culture populaires joueraient un rôle fondamental ; ceci permettrait de rendre plus harmonieuses les relations entre groupes sociaux antagonistes, en dépassant la lutte des classes, simple avatar de la lutte pour la vie universelle et naturelle82.

  • 83 Manuel Tuñón de Lara, Estudios sobre el siglo XIX español (Madrid: Siglo veintiuno, 1972), p. 183 (...)

42Le travail politiquement neutre de l’Extension d’Oviedo, qui emboîtait le pas à de multiples entreprises antérieures d’éducation populaire, joua un rôle objectif au service d’intérêt de classes, en particulier grâce aux « classes populaires » ; peu importe que leurs animateurs en aient eu une claire conscience ou pas. Le fait est que cette démarche correspondait à une situation d’urgence : nécessité à la fois de désarmorcer le problème social et de renforcer la qualification de la main-d’œuvre. Ces universitaires liés à la I.L.E. l’étaient aussi à ce que Tuñón de Lara appelle «la otra burguesía», – en l’occurrence la haute bourgeoisie minière et industrielle des Asturies – en rappelant que dans certains cas la « conjonction » entre capitalistes et intellectuels d’obédience institucionista allait jusqu’à l’identification à travers les mêmes familles et parfois les mêmes individus, par exemple dans les familles Pedregal, Sela, etc.83. Aniceto Sela fut le secrétaire de la Asociación Patronal de Mineros Asturianos, ainsi que de la Comisión mixta de obreros y mineros de Asturias. Réponse de classe à la lutte des classes : celle d’une minorité hétérodoxe de l’establishment – la otra Universidad – en marge de la Universidad instituida, mais à partir d’elle et en utilisant son infrastructure, sous les yeux bienveillants des autorités gouvernementales.

Notes

1 Leopoldo Palacios, Las universidades populares (Valencia F. Sempere y Cía Ed. (1908)), p. 125 sq. 1. «University Extension» apparaît en Angleterre dès 1850, à Oxford, puis à Cambridge et à Londres, où est organisée la fameuse expérience communautaire de Toynbee Hall ; en 1871 (1872 selon A. Posada) naissent les Universités Populaires anglaises, à Cambridge et à Oxford. Le modèle anglais essaime à travers le monde : aux Etats-Unis, ensuite en Allemagne, en France, en Belgique, etc., et enfin en Amérique latine.

2 Adolfo Buylla, «La Universidad de Oviedo en la actualidad», in: B.I.L.E. jul. 1902, n° 508, p. 206.

3 Federación socialista asturiana: 15 agrupaciones, soit «12 a 14 000 obreros interesados por el socialismo» en octobre 1901, selon l’article anonyme «El socialismo en Asturias» que publie El Socialista dans son n° du 18 oct. 1901 (n° 815, p. 2). La Aurora Social tire en décembre 1 900 à 4 000 exemplaires (ibid. in El Socialista, 14 dic. 1900, n° 771, p. 2).

4 L. Palacios, op. cit., pp. 147-148.

5 Archivo Central del Ministerio de Educación y Ciencia, Alcalá de Henares, «Universidad de Barcelona», legajo 5 977, n° 115 et 940.

6 Archivo Central del Ministerio de Educación y Ciencia, Alcalá de Henares, «Universidad literaria de Valencia», legajo 5 993.

7 L. Palacios, op. cit., p. 149.

8 Ibid., pp. 149-150.

9 Adolfo Posada, Política y enseñanza (Madrid: Daniel Jorro, Ed., 1904), p. 225.

10 Aniceto Sela, «Once años de Extension Universitaría en Oviedo. Memorias de Secretaría», dans La educación nacional (Madrid: Victoriano Suárez, 1910), p. 275. Dorénavant j’indiquerai ce texte comme Memorias de Secretaría.

11 A. Posada, op. cit., p. 215.

12 Ibid.

13 A. Posada, op. cit., p. 222.

14 Ibid., p. 213.

15 A. Sela, Memorias de Secretaría, p. 277. Page 275: «Se ha comprendido que en las sociedades modernas, en cuyo régimen tan poderosamente influye la opinión pública, soberana en definitiva cuando sabe hacer valer su voluntad, sería, sobre injusto, peligroso dejar abandonada a sus propias fuerzas, desde el momento de su salida de la escuela primaria, a una gran parte, la más numerosa, de la población. Los que no pueden cursar la segunda enseñanza, ni concurrir a las Universidades y escuelas especiales, tienen también derecho a participar de los beneficios y de los goces de la cultura intelectual, en la medida que lo consienten sus ocupaciones y su manera de vivir. Llamándolos a aprovecharse de los resultados de la labor científica, a contemplarla de cerca, a colaborar en ella, se borran diferencias y rivalidades odiosas, se estrechan los lazos que, por sobre todas las divisiones artificiales, deben unir a los hombres de buena voluntad, y se trabaja eficazmente por la paz del mundo y por el reinado de la fraternidad y de la justicia». Ces lignes, connues, montrent bien le sens de la justice sociale, la générosité des extensionistas d’Oviedo et, à la fois, les ambiguïtés et les limites de leur projet éducatif.

16 Santiago Melón Fernández, Un capítulo en la historia de la Universidad de Oviedo (1883-1910) (Oviedo: Diputación de Oviedo, Instituto de Estudios Asturianos, Impr. «La Cruz», 1963), p. 63 sq.

17 L. Palacios, op. cit., p. 125 sq. A. Posada, «La Extensión Universitaria», in: B.I.L.E., marzo 1911, n° 612, p. 70.

18 L. Palacios, op. cit., p. 126.

19 Ibid.

20 A. Posada, op. cit., note 12, p. 70. C’est moi qui souligne.

21 Juan Velarde Fuertes, «Primera aproximación al estudio de la Universidad de Oviedo como enlace entre la Institución libre de Enseñanza y el Instituto de Reformas Sociales», in Movimiento obrero, política y literatura en la España contemporánea, éd. a cargo de M. Tunón de Lara y Jean-François Botrel, Universidad de Pau, Centro de Investigaciones Hispánicas, IV Coloquio del Seminario de Estudios de los siglos XIX y XX (Madrid: Cuadernos para el diálogo, 1974), p. 223 sq.

22 Je ne signale ici que les antécédents immédiats de la Extensíon à Oviedo, relevant exactement du même esprit. Pour de plus amples informations, voir Fermín Canella Secades. Historia de la Universidad de Oviedo y noticias de los establecimientos de enseñanza de su distrito (Oviedo: Impr. de Florez, Gusano y Cija, 1903, 2a ed). pp. 204-205 (note 1), pp. 496 à 498, 575 sq., A. Sela, Memorias de Secretaría (op. cit.), p. 282.

23 F. Canella Secades, op. cit., p. 256. A. Posada et A. A. Buylla, «Sobre la Universidad de Oviedo, II.III», in B.I.L.E., sept. 1897, n° 450, pp. 258-260. Entre autres travaux, les étudiants de la Escuela Práctica réalisèrent une monographie sur la situation d’un artisan charpentier d’Oviedo.

24 F. Canella Secades, op. cit., p. 257 sq.

25 Ibid., pp. 257 et 258.

26 F. Canella Secades, op. cit., p. 258. A. Sela, Memorias de Secretaría (op. cit.), précise (p. 282) : «Esta obra de vulgarización no carece de precedentes, aunque de distinto carácter que lo que ahora se ha emprendido» : il s’agissait, d’une part, des Academias jurídicas animées dans le passé par des étudiants de droit, d’autre part de conférences de vulgarisation soit isolées, soit en série, prononcées hors des locaux universitaires par Alas, Posada et Estrada au Casino d’Oviedo, par Jove à l’Academia de Santo Tomás, par Melquíades Alvarez et Sela au Circulo republicano, etc., mais ces prestations n’avaient pas l’aspect systématique qui caractérise l’Extension.

27 B.I.L.E., sept. 1898, n° 462, pp. 257-270 – oct. 1898, n° 463, pp. 291-296 et nov. 1898, n° 464, pp. 323-327.

28 A. Sela, Memorias de Secretaría (op. cit.), p. 283, et apéndice I, in Universidad de Oviedo, Extensión Universitaria. Memoria correspondiente a los cursos de 1898 a 1909 (Madrid: Libreta general de Victoriano Suárez, 1910), p. 193 sq. R. Altamira, «La cátedra de Leopoldo Alas y la Extensión Universitaria» in: Homenaje a Rafael Altamira en su centenario (1866-1966) (Oviedo, 1967), p. 48.

29 L’installation de l’éclairage électrique dans les locaux universitaires fut un élément qui joua en faveur de la création de l’Extension : le claustro saisit l’occasion qui s’offrait d’utiliser les salles de cours le soir.

30 Seule l’assistance au cours de Redondo sur les antiquités asturiennes resta soumise à une inscription à cause de la nature particulière de cet enseignement : il comportait une préparation théorique et des excursions qui ne pouvaient être effectuées qu’avec un nombre déterminé et réduit d’étudiants.

31 C’est durant le curso 1898-1899 que Leopoldo Alas fit pour l’Extension son fameux cours sur la philosophie contemporaine, où il démontra que «a despecho de lo que una cultura atrasada y superficial supone, lo que hoy domina en el mundo de la ciencia no es el materialismo ni el positivismo, sino la tendencia acentuada y vigorosa hacia el idealismo y el robustecimiento de las grandes concepciones del amor, la caridad, la moralidad, la justicia, la religión, en suma» (A. Sela, Memorias de Secretaría, op. cit., p. 289).

32 A. Sela, Memorias de Secretaria (op. cit.), p. 348.

33 Ibid., p. 355.

34 Ibid., p. 356. Mieres eut son Universidad popular municipale fin 1907.

35 A. Sela (op. cit.), p. 426 sq.

36 J. Velarde Fuertes (op. cit.), p. 229.

37 Voir par ex. A. Posada, «La educación del obrero», in B.I.L.E., oct. 1889, n° 305, pp. 305-309 (Il s’agit du Discurso de apertura de la escuela de Artes y Oficios de Oviedo, dont le thème était le suivant : «la educación del obrero como base fundamental de su influencia política»), et la Aurora Social, 1899-1909.

38 A. Sela, Memorias de Secretaría, op. cit., pp. 284, 294, 306 sq., 318, 335.

39 «Apéndice I», p. 197 in: Universidad de Oviedo. Extensión Universitaria. Memorias... 1909, par A. Sela, op. cit.

40 Archivo Central del Ministerio de Educación y Ciencia, Alcalá de Henares, «Universidad de Salamanca», Legajo 5986, pliegos 1. VII. 4. 10 et J 8. 422.2. 901 (consacrés à l’Université d’Oviedo). A. Sela, Memorias de Secretaria, op. cit., pp. 321 et 323.

41 P. 266 sq. in: Universidad de Oviedo. Extensión Universitaria. Memorias de Secretaria, par A. Sela, op. cit.

42 A. Sela, Memorias de Secretaria, op. cit., p. 308.

43 «Apéndice I» in: op. cit., p. 268.

44 A. Sela, Memorias de Secretaría, op. cit., p. 317.

45 Ibid., p. 350.

46 Ibid., p. 386, et «Apéndice I», in op. cit., p. 272.

47 F. Canella Secades, op. cit., p. 254.

48 Ibid.

49 A. Posada, Fragmentos de mis memorias (Universidad de Oviedo, Servicio de Publicaciones, 1983), p. 184.

50 A. Sela, Memorias de Secretaria, op. cit., p. 294.

51 Ibid., p. 318.

52 Ibid., p. 346.

53 Outre certains des ouvrages cités dans les notes précédentes, voir S. Melón Fernández, Un capítulo en la historia de la Universidad de Oviedo (1883-1910) (Oviedo, Diputación de Oviedo, Instituto de Estudios Asturianos, Impr. « La Cruz », 1963) ; J. J. Gil Cremades, El reformisme español (Barcelona, Ariel, 1969), et María Dolores Gómez Molleda ; Eos reformadores de la España contemporánea (C.S.I.C., Escuela de Historia Moderna, Madrid, 1966).

54 A. Sela, La misión moral de la Universidad. Discurso de apertura del curso de 1892 a 1893 en la Universidad de Oviedo (Madrid, librería de V. Suárez, 1893, 105 p.).

55 A. Posada, «Enseñanza popular», in B.I.L.E., ene. 1902, n° 502, p. 8.

56 A. Sela, Memorias de Secretaria, op. cit., p. 319: «Se diferenciarán (las clases populares) de las actuales conferencias, por su carácter más familiar, y, por lo tanto, más educatico, y por la permanencia de su acción, que ha de prolongarse durante un curso entero sobre las mismos alumnos», p. 349: «(...) permiten llevar a cabo una obra de distinto carácter que la de las conferencias públicas. Hay en ellas mayor intimidad entre profesores y alumnos; pueden éstos tomar parte activa en la enseñanza; cabe emplear un material científico de difícil manejo ante reuniones numerosas, y se mantienen constantemente al nivel de los que a ellas asisten, en forma que todos puedan entender cuanto se diga».

57 A. Sela, Memorias de Secretaria, op. cit., p. 350.

58 Ibid., pp. 319, 329 et 349. La non discrimination sexuelle quant l’accès aux clases populares est cohérente avec l’intérêt que d’Oviedo porta constamment à l’éducation des femmes.

59 A. Posada, «Enseñanza popular», op. cit., p. 9.

60 A. Sela, Memorias de Secretaría, op. cit., p. 331.

61 Ibid., p. 330.

62 Ibid., p. 333.

63 Ibid., p. 363.

64 Ibid., p. 363.

65 Ibid., p. 364.

66 «Apéndice IV» in: Universidad de Oviedo, Extensíon Universitaria Memoria 1909; op. cit., pp. 237-239.

67 Ibid., p. 240, sq.

68 Teodomiro Menéndez, membre de la Junta excursionista de l’Extensión, président du Comité organisateur de l’excursion à Las Caldas, présentait les élèves des clases populares aux fêtes du Tricentenaire de l’Université d’Oviedo. Il devint l’un des militants socialistes les plus importants en Espagne.

69 A. Sela, Memorias de Secretaria, op. cit., p. 437, sq.

70 Ibid., p. 439, sq.

71 Ibid., p. 450.

72 Ibid., p. 329.

73 Ibid., p. 342.

74 Ibid., p. 394.

75 Ibid., p. 414.

76 David Ruiz, El movimiento obrero en Asturias: de la industrialización a la IIa República (Madrid: Júcar, 1979), p. 33.

77 Felix de Aramburu y Zuloaga, Monografía de Asturias (Oviedo: establecimiento tipográfico de Adolfo Bind, 1899), p. 326 – Salvador Canals, Asturias – Informe sobre su presente estado moral y material (Madrid: M. Romero impresor, 1900), pp. 118-119.

78 D. Ruiz, op. cit., p. 54.

79 A. Sela, Memorias de Secretaría, op. cit., p. 363.

80 E. Ibarra y Rodríguez, Meditemos (cuestiones pedagógicas) (Zaragoza, 1908).

81 A. Posada, «La educación del obrero», op. cit., p. 306.

82 Carlos Serrano, «Socialismo y reforma social» (a propósito de un libro de A. Posada, 1904), à paraître (consultation du manuscrit).

83 Manuel Tuñón de Lara, Estudios sobre el siglo XIX español (Madrid: Siglo veintiuno, 1972), p. 183 sq.

Auteur

Université de Paris III

© Presses universitaires François-Rabelais, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540