Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'enseignement Primaire en Espagne et en Amérique Latine du XVIIIe siècle à nos jours

 | 
Jean-René Aymes
, 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

III. Initiatives d'éducation populaire (1868-1900)

L’enseignement populaire non officiel en Galice urbaine jusqu’en 1911

Gérard Brey

Texte intégral

  • 1 Rapport de l’Athénée de La Corogne, Información oral y escrita practicada en virtud de la Real Ord (...)
  • 2 Ibidem, p. 55 et rapport de la Commission locale de El Ferrol, p. 123.
  • 3 Ibidem, p. 42 (Information orale).
  • 4 Ibidem, p. 123.

1Lorsqu’en 1883 la Commission de Réformes Sociales, constituée à l’initiative du gouvernement espagnol, lança une enquête nationale sur la condition ouvrière, les rapporteurs de La Corogne et de El Ferrol, abordant le chapitre de la « culture ouvrière », répondirent que les quatre provinces de Galice « figurent parmi celles qui présentent le plus grand nombre d’habitants sachant lire et écrire ». Ce jugement était sans doute excessivement optimiste, et les auteurs eux-mêmes éprouvèrent le besoin de le nuancer en reconnaissant que (comme cela était de mise ailleurs) beaucoup de familles ouvrières « n’envoyent pas leurs enfants à l’École »1. Quant aux travailleurs eux-mêmes, il était précisé que ceux de La Corogne suivaient volontiers les cours de géométrie et de dessin linéaire de l’École des Beaux-Arts et que ceux de El Ferrol, dont beaucoup étaient employés dans les chantiers navals de l’État, manifestaient de l’intérêt et de l’aptitude pour les beaux-arts et la mécanique2. Toutefois, les possibilités d’accueil étaient loin de pouvoir donner satisfaction à tous. C’est ainsi qu’à La Corogne « la présence d’ouvriers à l’École des Beaux-Arts, seul établissement professionnel dont ils peuvent disposer, dépasse de deux tiers le nombre d’élèves qu’elle peut accueillir »3. A El Ferrol, « il existe seulement, et depuis peu, une École des Arts et Métiers, dont le nombre d’inscrits est limité et dont la plupart des places sont occupées par des jeunes gens qui, dans leur majorité, ne sont pas ouvriers ». De plus, ajoutaient les rapporteurs, « il n’existe aucune autre société se consacrant à la culture populaire, ni un patronat susceptible de les inciter à se la procurer »4. Une telle situation devait se prolonger encore pas mal d’années : jusqu’à ce qu’une nouvelle génération d’ouvriers, bénéficiaires de modestes mais réelles diminutions d’horaire obtenues, surtout à partir de 1890, par la grève, multiplie les initiatives dans ce domaine.

  • 5 La Voz de Galicia, quotidien de La Corogne, 22 mai 1900.
  • 6 La Voz de Galicia, 14 février 1900.
  • 7 La Voz de Galicia, 24 mai 1900.
  • 8 La Voz de Galicia, 22, 26 ; 30 mai et 12 juin 1900. Après quelques polémiques et tergiversations, (...)
  • 9 La Voz de Galicia du 25 octobre 1902.
  • 10 Celui que publie Tierra y Libertad, journal anarchiste de Madrid, 25 mai 1905.

2C’est en effet au début du vingtième siècle que les ouvriers de La Corogne s’inquiètent en plusieurs occasions de la nécessité d’assurer aux générations à venir et à eux-mêmes un enseignement leur permettant de faire face aux transformations qui sont en train de s’opérer dans le domaine technique, conscients qu’ils sont qu’une étape s’achève et que les progrès du machinisme risquement d’accélérer leur déqualification professionnelle. On le constate en 1900 : une requête presse alors le Conseil général (Diputación provincial) de donner une extension nouvelle et des moyens supplémentaires à l’École des Arts et de l’Industrie, afin que l’ouvrier puisse y acquérir la compétence qu’exigera sa tâche et y élever « son niveau culturel ». La démarche émanait non seulement de la Société des Entrepreneurs du Bâtiment de la ville, mais également de la société locale de Libre Pensée, contrôlée par les travailleurs, et des sociétés ouvrières de tailleurs de pierre, de menuisiers-charpentiers et de typographes, ainsi que de la Coopérative Ouvrière5. Leur intervention faisait suite à un article paru dans le même journal quelque temps auparavant, selon lequel les petites entreprises de la ville (fonderie, serrurerie, travail du bronze, textiles, mobilier, orfèvrerie, céramique) employaient des techniques dépassées et rudimentaires ; seuls des investissements audacieux « et, en premier lieu, l’indispensable formation technique des ouvriers » permettraient de surmonter ce handicap6. La séance du Conseil général où devait être discutée cette question fut boudée par la plupart des conseillers, et la majorité des présents rejetèrent la suggestion qui leur était faite7. Attitude révélatrice de la part des élus locaux, à un moment où les militants des sociétés ouvrières, qui se sentaient dans leur manière de travailler, sinon dans leur situation sociale, plus proches de l’artisan que du prolétaire, manifestaient, eux, leur préoccupation de rester à jour et une curiosité avide : ne revendiquaient-ils pas, au même moment, que certains d’entre eux puissent figurer dans la délégation ouvrière que l’État se proposait d’envoyer à ses frais à l’Exposition Universelle de Paris, qui s’ouvrait cette année-là8 ? Le syndicat des charpentiers n’exigeait-il pas de ses membres encore apprentis qu’ils assistent aux cours du soir pour y apprendre à lire et écrire9 ? N’est-ce pas, enfin, à la demande des syndicats corognais que fut discutée une nouvelle fois et approuvée, lors du Ve Congrès de la Federación de Sociedades de Resistencia de la Región Española (Madrid, 16-19 mai 1905) « la création du plus grand nombre possible d’écoles rationnalistes mixtes », comme le stipule un compte rendu de cette assemblée10 ?

1. Écoles laïques en Galice jusqu’en 1911

  • 11 Xoan Moreno González, « La Primera Internacional en Galicia (1868-1874) », article inédit amicalem (...)

3Pour manifeste qu’il soit au début du siècle, ce souci d’un enseignement destiné aux classes populaires n’était pas nouveau chez les travailleurs galiciens ou du moins chez ceux qui avaient l’ambition de les conduire à « l’émancipation ». C’est ainsi que les associations mutualistes nées entre 1870 et 1873 à l’initiative des républicains fédéraux s’étaient engagées statutairement à consacrer une petite partie des bénéfices de leurs économats à « l’instruction populaire ». C’était le cas de la coopérative La Economía, à El Ferrol, qui prévoyait que cette part serait de 2,5 %, ou de la Sociedad Cooperativa de Obreros de Saint Jacques de Compostelle11. Malheureusement, ou bien la documentation qui nous en livrerait davantage sur ces antécédents fait défaut, ou bien les événements contraignirent les mutualites à remettre à plus tard ou à abréger leurs projets éducatifs.

  • 12 J’ai évoqué cette relance du mouvement syndical en Galice à partir de l’arrivée des libéraux de Sa (...)
  • 13 Copie des statuts du 7 décembre 1887 déposés aux Archives Municipales de El Ferrol et cités par Je (...)
  • 14 Ibidem et El Productor, hebdomadaire anarchiste de Barcelone, du 23 mars 1888.
  • 15 Mentionné par José Antonio Ferrer Benimeli, dans son prologue à l’ouvrage de Alberto Valín Fernánd (...)

4Il fallut attendre la restauration de la liberté d’association et la réorganisation du mouvement ouvrier, à partir de 1881, pour que soient prises quelques initiatives dans le domaine de l’éducation populaire12. C’est alors que l’on relève quelques indices de ce qui fut peut-être la première école laïque galicienne, sous l’égide d’une Sociedad anticlerical de Librepensadores Martín Lutero, elle-même fondée en décembre 1887. Outre ses finalités mutualites, cette association prévoyait la « création et le financement d’une ou plusieurs écoles destinées à éduquer et à instruire ses membres et leurs familles, en leur donnant une éducation solide et scientifique, exempte de tout préjugé inspiré par un esprit de secte religieuse »13. L’allusion à la figure de Luther ne supposait donc pas une quelconque obédience protestante, mais bien une démarche contestataire par rapport à l’éducation à contenu religieux dispensé à l’époque. Le 1er février 1888 effectivement, s’ouvrait une école laïque « sous la direction de B. Gabará, le professeur, Antonio Gaso, étant un catalan », signale sans plus de détails un journal ouvrier de l’époque14. Nous ignorons tout pour l’instant du fonctionnement de cette école et de sa longévité. Remarquons toutefois que, outre une modeste « Section de métiers divers », survivance de la Fédération Locale affiliée à la Fédération des Travailleurs de la Région Espagnole à partir de février 1884, il existait alors à El Ferrol un courant républicain suffisamment implanté pour éditer, depuis 1886, un quotidien (La Democracia), et pour disposer d’un groupe fourni de conseillers municipaux. Mais il faut sans doute relier également la création d’une telle école à l’existence d’une loge maçonnique (Luz de Finisterre N° 4) qui fonctionna entre 1886 et 189215.

5Comme à El Ferrol, comme ailleurs en Espagne (en Catalogne en particulier), l’influence stable du courant républicain, l’existence de loges franc-maçonnes et de sociétés ouvrières (aspects sur lesquels je ne peux m’étendre ici) rendirent possibles la mise sur pied d’expériences d’instruction laïque à La Corogne-même.

  • 16 El Corsario, La Corogne, 2. VIII. 1891.

6La première expérience de ce type, mise en place par la Sociedad benéfica Miguel Servet, peut laisser cependant perplexe. En effet, le journaliste de La Voz de Galicia qui assiste aux examens de fin d’année écrit à propos de l’épreuve d’instruction civique : « Les élèves de l’École laïque connaissent parfaitement les devoirs de l’homme envers Dieu, la famille et ses semblables ; et ils ont une parfaite conscience de tout le respect qu’ils doivent aux pouvoirs constitués et aux personnes investies de l’autorité, depuis le Roi jusqu’au dernier des alguazils, et depuis le Pape jusqu’au plus humble membre du clergé » (21. VII. 1891). Certes, les élèves faisaient également preuve d’un niveau supérieur à celui des autres écoles de la ville dans le domaine de la lecture, de l’écriture, de la grammaire, de la géométrie, de l’arithmétique, de la géographie et de la gymnastique. Mais un tel respect de l’institution monarchique et de la religion avait de quoi surprendre, et explique (peut-être) pourquoi la majorité républicaine du Conseil municipal se refusait à accorder une subvention à cette école, dont, par ailleurs, l’organe des sociétés ouvrières vantait les mérites, tout en incitant les parents à y inscrire leurs enfants16. Un peu plus tard, ce même hebdomadaire, de tendance libertaire, nous apprenait que la Sociedad benéfica Miguel Servet avait décidé d’organiser des cours pour ouvriers tous les soirs de la semaine pendant la saison d’hiver (1er octobre - 31 mars), où, il convient de le préciser, l’horaire de travail sur les chantiers ou à l’atelier était moins long qu’en été. Des cours de lecture, écriture, arithmétique et géométrie y seraient dispensés bénévolement par le maître de l’école laïque, Ventura León Enciso (N° du 27. IX. 1891). Ces cours du soir ont-ils réellement fonctionné ? Qui contrôlait au juste cette école, dont la laïcité semblait encore timide, pour ne pas dire prudemment inexistante ? La presse locale de l’époque consultable ne répond pas à ces questions, pas plus qu’elle ne précise la date de dissolution de la Société M. Servet.

  • 17 Nicolás Díaz y Pérez, « Las escuelas laicas II », El Pueblo, hebdomadaire républicain de Cadix, du (...)

7Une statistique nationale et officieuse, dressée par l’un des plus ardents partisans de l’École laïque en Espagne, Nicolás Díaz y Pérez, met en évidence le relatif développement de l’enseignement « libre » à Madrid (4 600 élèves, y compris ceux de la Institución Libre de Enseñanza), à Barcelone (13 établissements et 1 427 élèves, dont 84 adultes... seulement) ou dans le reste de la Catalogne (26 centres, répartis dans 16 localités et accueillant 4 033 enfants). La Galice pouvait donner l’impression de faire piètre figure, avec les cent-dix élèves d’une école Fröbel (en hommage au pédagogue allemand) à Pontevedra et les quatre-vingt quatre de l’école laïque de La Corogne. On aura une idée plus juste des choses si l’on précise qu’en dehors de Madrid et de la Catalogne, le nombre de villes où existait une ou plusieurs écoles laïques restait limité : Castellón de la Plana, Valence, Alicante, Denis pour le Levant valencien ; Séville, Cadix, Xérès de la Frontera pour l’Andalousie ; et puis Mérida, Santander, Valladolid, Saragosse et Mahón. Le nombre d’élèves restait modeste : 1 786, dont 560 à Séville, répartis dans dix-neuf établissements17.

  • 18 Reglamento de la Sociedad La Antorcha Galaica de La Coruña, La Coruña, 1897, cité par Anton Costa (...)
  • 19 Reglamento de la Sociedad de estudios filosóficos, científicos, literarios, económicos y sociológi (...)

8C’est précisément quelques mois avant la publication de ce tableau détaillé que se constitue (décembre 1896 - janvier 1897) une Sociedad de actos civiles, La Antorcha Galaica del Librepensamiento, dont l’un des objectifs était le suivant : « développer l’enseignement laïc en créant des établissements qui aient ce caractère, soutenir ceux qui existeraient déjà, en nous servant des moyens que la loi nous donne pour cela et en nous efforçant d’inciter les fonctionnaires de l’État à modifier les lois sur l’Instruction primaire, dans le but d’obliger toutes les écoles officielles à se départir de tout caractère religieux (...)18. Quatre ans plus tard, les militants libertaires organisent un centre de culture ouvrière, Germinal, afin de « propager par tous les moyens légaux, l’instruction dans tous les domaines du savoir, en s’inspirant de la philosophie et de la pensée économique modernes ». Parmi les tâches envisagées : la « création d’écoles libres où les enfants du peuple puissent recevoir un enseignement scientifique moderne »19. La société ne reçut une existence légale qu’en juin 1902, se dota d’un bimensuel en 1904-1905 et multiplia les veillées littéraires grâce à son « groupe de déclamation », laissant finalement à La Antorcha Galaica la promotion de l’enseignement laïc.

  • 20 La Voz de Galicia du 9 juillet 1899. Biographie de ce personnage dans El Combate du 11 février 190 (...)
  • 21 La Voz de Galicia du 28 avril 1900.

9De fait, c’est La Antorcha qui avait, peut-être à la suite de quelque interruption, pris le relais de la Sociedad Miguel Servet pour gérer l’école laïque, dont les examens furent placés en 1899 sous la présidence du directeur de l’École de Commerce, par ailleurs personnalité locale du parti républicain fédéral depuis sa création, Segundo Moreno Barcia20. Dorénavant l’école ne cessera de fonctionner grâce aux adhérents de La Antorcha Galaica, dont le nombre s’élevait à deux cents en 1900, pour cent-vingt élèves inscrits21.

  • 22 Germinal, bimensuel libertaire, La Corogne, 4 février 1905 ; La Voz de Galicia des 25 août, 14 et (...)
  • 23 Germinal, 18 février 1905.
  • 24 Germinal, 21 janvier 1905.

10L’école vivait également de dons réguliers provenant des sociétés ouvrières : La Emancipación, par exemple, décida en 1905 de lui verser dix pesetas par mois. Cette aide pouvait revêtir aussi un caractère ponctuel : en 1907 les syndicats de tailleurs de pierre, de typographes, de dockers, de marins pêcheurs contribuèrent au financement des travaux d’aménagement de l’école22. Les républicains, de même, assuraient une part des dépenses. Ainsi en 1905, où « le Cercle Républicain de la ville, pour fêter le 11 Février, jour anniversaire de la proclamation de la Première République (...) décida d’octroyer à La Antorcha Galaica del Librepensamiento la somme de 250 pesetas pour financer l’école et de lui verser chaque mois 15 pesetas à une fin identique »23. Majoritaire au conseil municipal, ils votèrent également un important crédit de 500 pesetas, mais le préfet, qui supervisait les budgets des communes, s’y opposa24. Je dois ajouter que je n’ai retrouvé aucun indice à propos d’une éventuelle participation des familles aux frais de scolarité.

  • 25 Le Registro de Asociaciones de la province de La Corogne dressé à partir de 1909 et conservé aux A (...)

11Le bureau est alors composé de militants appartenant aux sociétés ouvrières. En 1902, il est présidé par le tailleur anarchiste José Sanjurjo, l’un des fondateurs de La Antorcha Galaica et son premier président25 ; collaborateur de la presse ouvrière galicienne depuis plusieurs années, animateur du cercle Germinal, plus tard auteur de quelques nouvelles parues dans la collection « La novela ideal » éditée à Barcelone par La Revista Blanca, il donna l’exemple en confiant ses propres filles aux maîtres de l’école laïque qu’il avait contribué à fonder, comme cela m’a été indiqué par deux de ses petits-enfants au printemps 1985.

  • 26 El Combate, 27 octobre 1901.
  • 27 El Combate, 19 octobre 1902.

12En 1901, des cours du soir furent mis en place et l’hebdomaidaire républicain local, fervent adversaire de l’enseignement « clérical » estime alors « qu’ils promettent d’être très suivis à en juger par le nombre de travailleurs qui viennent s’y inscrire »26. La participation, dans ce cas, était laissée à l’appréciation de chacun27.

  • 28 A. Costa Rico, art. cité, p. 29 et 31.

13En 1906, l’école de La Antorcha Galaica est légalisée ; en 1907-1908 elle compte cent quarante-huit élèves et l’année suivante cent seize, âgés de 5 à 14 ans. Ce sera la seule école laïque de la ville à fonctionner véritablement dans la première décennie du XXe siècle, mais elle n’était pas unique en son genre en Galice. D’autres existaient, en effet, à Pontevedra sous le contrôle des républicains, à Orense sous l’impulsion de l’association locale des librespenseurs. En 1909, La Antorcha Galaica ouvrira même un Colegio Laico Fröbel28.

  • 29 Ibidem, p. 30.
  • 30 El Productor, Barcelone, 12 septembre 1903.
  • 31 D’après la présentation succincte que fait El Productor des 12 septembre 1903 et 15 avril 1905 des (...)
  • 32 Archivo Histórico de la Universidad de Santiago de Compostela, dossier 461, témoignage retrouvé et (...)

14Les matières enseignées par les maîtres des écoles de La Antorcha et de La Luz, créée en 1915, étaient les suivantes : grammaire, arithmétique, géographie, morale et courtoisie (urbanidad), géométrie, physique, agriculture, industrie et commerce, lecture et écriture, travaux manuels, rudiments de droit et de sciences naturelles, dessin linéaire et français29. Aujourd’hui les petits-enfants de José Sanjurjo conservent avec vénération et fierté un livre de lectures utilisé alors : il s’agit d’un manuel de Jean Grave intitulé Las aventuras de Nono, traduit par Anselmo Lorenzo et édité en 1902 par La Escuela Moderna de Barcelone, racontant les aventures d’un petit garçon de neuf ans. C’était, écrivait un journal anarchiste de l’époque un manuel « destiné à fortifier le sens commun premier dans l’intelligence des enfants et à les rendre imperméables à toute attitude immobiliste »30. On pourrait être tenté de déduire de cet exemple que les responsables de l’école laïque de La Corogne avaient recours également aux autres ouvrages proposés par La Escuela Moderna, qui prétendaient éclairer les jeunes esprits sur les causes réelles de la misère, les mettre en garde contre ces « idées reçues » que sont le patriotisme et la colonisation, ou encore leur inculquer des rudiments de géographie universelle et les préserver des « sophismes religieux et sociaux »31. On est effectivement en droit de le supposer. Mais un autre témoignage incite à la prudence, voire au doute. C’est celui de l’inspecteur primaire de la province de La Corogne, qui note dans un rapport de 1909 sur cette école : « Le matériel d’enseignement, assez abondant, est celui utilisé dans les écoles publiques, de même que la totalité des manuels, à l’exception d’un ouvrage intitulé Método de lectura graduada, édité par les soins de la Sociedad La Antorcha, dont le texte répond aux principes de la laïcité »32. Etait-ce là le signe d’un conformisme de fait, ou le résultat de concessions indispensables à la reconnaissance officielle de l’école, deux ans auparavant ?

  • 33 Cité par La Voz de Galicia du 14 octobre 1901.

15Si nous sommes encore peu renseignés sur le contenu des manuels et de l’enseignement laïc galicien, il nous est possible de dresser la silhouette de deux des instituteurs de l’école. Ils ont en commun d’avoir joué un rôle dynamique au sein du mouvement ouvrier local et c’est d’ailleurs en raison de cela, beaucoup plus que pour leur travail pédagogique quotidien, que la presse en vient à nous parler d’eux. Le premier s’appelle Juan José Cebrián García. Autour de 1900, il impulse la création de plusieurs sociétés ouvrières et lorsqu’éclate la grève générale qui, les 30 et 31 mai 1901, fait suite à une multiplication incessante des conflits lors des mois précédents et à une grève des gardiens de l’octroi, c’est lui que les autorités désignent comme l’un des principaux responsables des tragiques événements, dont le bilan sera de sept morts. Il est condamné à douze ans de prison, « avant tout autre chose, parce qu’il est professeur à l’école laïque », affirme un militant ouvrier lors d’une réunion publique demandant sa mise en liberté33. La confirmation du verdict est l’occasion pour La Voz de Galicia de livrer quelques indications biographiques supplémentaires sur le personnage. Il naît à La Corogne en 1877 ; grâce à la situation de son père (« un conocido industrial »), il parvient à faire des études et à devenir bachelier ; puis il donne des cours au lycée de la ville et dans des établissements privés « comme auxiliaire de rhétorique et autres matières ». Devenu membre du bureau de La Antorcha Galaica, il « réorganise » l’école laïque de la ville (celle créée par la Société Miguel Servet désormais dissoute), en même temps qu’il prend part à la fondation de la Sociedad Cooperativa de Obreros qui, entre 1898 et 1903, produira du pain à bon marché. Jusqu’ici militant du parti républicain, il s’en écarte désormais : « Nommé professeur de l’école laïque, il se consacre à la propagande syndicale, abandonnant ce parti et la profession de voyageur de commerce qu’il exerçait, et peu après il adhéra à la Société des métiers divers, au sein de laquelle il occupa diverses fonctions (...). Il coopéra activement à la formation de sociétés d’agriculteurs et soutiendra les revendications des ouvriers dans leurs différents avec les patrons ». Il prend la parole lors des réunions publiques, devient un actif propagandiste libertaire et collabore à La Emancipación, journal ouvrier local (aujourd’hui introuvable) édité entre le 1er mai 1900 et 1903.

  • 34 La Voz de Galicia du 18 août 1901.
  • 35 El Productor, Barcelone, des 9 et 23 mai 1903 et La Voz de Galicia du 28 octobre 1904.

16« En tant que secrétaire des Métiers divers, il signa les lettres adressées en mai à l’administrateur de l’octroi pour lui faire part de la grève » qui devait aboutir aux événements tragiques des 30 et 3134. Grâcié avec les trois autres condamnés de cette affaire à l’occasion de l’avénement d’Alphonse XIII en 1902, il reste ensuite à l’écart de tout militantisme syndical et meurt de tuberculose en 190435. Il fut remplacé pendant son emprisonnement par le journaliste républicain de El Ferrol, Abelardo Vila, nouveau signe de la collaboration entre républicains et anarchistes sur le terrain de la laïcité « par le fait ».

  • 36 La Voz de Galicia, 14 et 15 avril, et 3 mai 1906. C. Romeo improvisa quelques vers lors d’une veil (...)
  • 37 La Voz de Galicia du 14 juin 1907 et Solidaridad Gallega, La Corogne, du 1er juin 1909.
  • 38 La Voz de Galicia des 29 octobre et 3 novembre 1907.
  • 39 Sébastien Faure, Enciclopedia Anarquista, México, Ed. Tierra y Libertad, article « Anarquismo », p (...)

17Un peu plus tard c’est un autre anarchiste qui devint l’animateur de l’école laïque, Constancio Romeo Lasarte. Né à Saragosse, il se rend à La Corogne lors du 1er mai 1906 en compagnie de l’anarchiste andalou, José Sánchez Rosa. La Voz de Galicia le présente alors comme « professeur de l’école rationnaliste d’Alicante », et nous savons par ailleurs qu’il avait été l’auteur de quelques poèmes publiés dans la presse libertaire sous l’anagramme de Oemor36. A la rentrée de 1906, La Voz annonce que C. Romeo « a pris ses fonctions de directeur de l’école laïque, patronnée par La Antorcha Galaica » (4. IX. 1906). Il ne fait pas de doute qu’il se pose dès lors, lui aussi, comme un des inspirateurs du mouvement ouvrier local et que ses qualités d’orateur font de lui le porte-parole inévitable des anarchistes lors de réunions publiques à caractère unitaire tenues avec les républicains et les socialistes. On le voit ainsi se solidariser publiquement avec José Najens, personnalité anticléricale, poursuivi avec d’autres après l’attentat contre le roi en 1906, ou encore dénoncer le caractère arbitraire des lois anti-terroristes de 190937. Dans la perspective d’un débat contradictoire, les anarchistes le désignent en 1907 pour polémiquer avec Pablo Iglesias (dont la venue est finalement annulée) à propos des « moyens les mieux adaptés à la rédemption des travailleurs ». A cette occasion, on apprend qu’il a déjà affronté le dirigeant national du Parti Socialiste Ouvrier Espagnol lors d’une réunion à Játiva (province de Valence) en 189238. Par la suite, il jouera un rôle actif dans le déroulement du Congrès International contre la guerre qui se réunit à El Ferrol en 1915. On le retrouve encore prenant la parole en 1917 lors d’une réunion anticléricale unitaire, au cours de laquelle sa compagne, Luisa Elizalde, également institutrice laïque, se plaint du faible soutien apporté aux écoles privées échappant à l’emprise du clergé39.

  • 40 Max Nettlau, La Première Internationale en Espagne (1868-1888), Dordrecht-Hollande, D. Reidel Publ (...)
  • 41 Jacques Maurice, Recherches sur l’anarchisme rural en Andalousie de 1868 à 1936, Thèse de Doctorat (...)
  • 42 Cité par José Alvarez Junco, La ideología política del anarquismo español (1868-1910), Madrid, Sig (...)
  • 43 Ibidem, p. 527.

18Le maître d’école anarchiste était donc ici non seulement le divulgateur d’un enseignement parallèle destiné aux enfants des classes populaires, mais également (et c’est ce que nous connaissons le mieux de lui) un animateur actif des sociétés ouvrières et un orateur apprécié. Dans ce militantisme ambivalent, il était difficile de discerner si l’une des deux vocations l’emportait sur l’autre et laquelle, ou si les deux tâches (celle du maître, celle du militant) étaient accomplies avec la même conviction et le même savoir-faire. De telles personnalités existaient de même en Catalogne, mais aussi dans les gros bourgs d’Andalousie. Que l’on se souvienne de Juan Ruiz y Ruiz, secrétaire de la Commission d’Andalousie occidentale de la Fédération des Travailleurs de la Région Espagnole, condamné lors d’un des procès de la Mano Negra et exécuté avec d’autres militants à Xérès de la Frontera en juin 188440. Ou encore de José Sánchez Rosa, animateur de l’école laïque d’Aznalcollar au début du siècle et fondateur, en 1919, de la Fédération Régionale andalouse41. Tant il est vrai que les anarchistes étaient convaincus que, selon le mot de Francisco Ferrer, il était prioritaire de « démontrer aux enfants que tant qu’un homme dépendrait d’un autre homme, on commettrait des abus et la tyrannie et l’esclavage continueraient d’exister »42. De plus, de la même façon que l’organisation syndicale des travailleurs, conformément aux principes anarchistes, préfigurait l’organisation sociale future, de même, « l’enseignement rationnel était comme une anticipation de la société future », ainsi que le déclarait, vers 1909, le dirigeant et penseur anarchiste Anselmo Lorenzo43.

2. Les débuts de La Universidad Popular de La Corogne (1906-1911)

19Si les anarchistes déployaient une grande activité à La Corogne pour assurer une éducation d’un type nouveau aux « enfants du peuple », dans un climat de bonne entente avec les républicains, ces derniers n’en entendaient pas moins abandonner le terrain à ceux qui restaient malgré tout leurs adversaires politiques. Leur hebdomadaire El Combate ne cesse de se préoccuper de cette question et de préconiser le développement de l’enseignement populaire. Ainsi pouvait-on lire, dans un article intitulé justement « La cultura popular », le 18 mai 1902 : « Bien qu’il faille reconnaître que ces derniers temps le niveau culturel des classes populaires se soit sensiblement élevé, il ne l’est pas suffisamment pour qu’elles puissent exercer la prépondérance qui, dans le domaine politique et social, leur revient ». Certes, la divulgation des connaissances artistiques et scientifiques avait progressé grâce à l’effort bénévole d’orateurs instruits, mais, ajoutait-on, « les livres ne sont pas lus, ou lus par très peu de personnes », et encore s’agit-il davantage de « romans à bon marché et pornographiques » (sic), que de « livres utiles (...) destinés à améliorer la situation sociale » des lecteurs. C’est pourquoi, concluait El Combate, il fallait entreprendre une croisade contre l’ignorance sinon « la liberté » et les « institutions démocratiques si durement conquises » s’en trouveraient menacées ; on ne précisait pas au profit de quoi.

  • 44 Compte rendu de cette conférence dans El Combate du 1er février 1903.

20Quelques mois plus tard, un médecin de la ville et candidat républicain aux élections législatives de 1903, José Rodríguez Martínez, prononçait une conférence dans le cadre d’un cycle organisé par La Emancipación, syndicat des menuisiers-charpentiers. Ce fut l’occasion pour lui de suggérer la création d’une « extension universitaire ou d’une université populaire, comme cela existe à l’étranger et commence à se développer en Catalogne et dans les Asturies ». Il suffisait, selon lui, de s’appuyer sur les associations déjà existantes à La Corogne (La Reunión Recreativa e Instiva de Artesanos, La Antorcha Galaica, le centre Germinal) à El Ferrol (le Casino Republicano, promoteur de cours), à Saint Jacques de Compostelle (El Ateneo Escolar), afin d’attirer les ouvriers à des conférences éducatives et distrayantes à la fois et de les détourner de ce fait « de la taverne et des mauvaises mœurs »44. Il s’agissait donc de limiter le nombre des victimes de l’alcoolisme (c’est un médecin qui parlait) et d’occuper sainement les heures de loisir conquises grâces aux luttes revendicatives depuis 1890, en particulier dans le bâtiment (charpentiers, tailleurs de pierre, maçons, peintres).

  • 45 L’acte de naissance de L’Université Populaire figure dans La Voz de Galicia du 6 septembre 1906.

21Ce n’est que trois ans et demi plus tard que l’idée se concrétise. En septembre 1906, quelques jeunes gens issus de la petite et moyenne bourgeoisie locale donnaient naissance à La Universidad Popular de La Corogne, dont le but était de « tenter d’améliorer le niveau intellectuel du peuple, convaincus des avantages matériels qu’une telle amélioration entraînera ». La structure prévue était d’une grande souplesse : « L’Université Populaire n’a ni chef, ni bureau, ni domicile. Elle est absolument autonome, et chacun de ses membres peut exprimer, avec une entière liberté, les théories qui lui plaisent, bien que par décision spontanée ils aient convenu de se tenir complètement à l’écart de la politique ». Indépendante de l’État au point de ne pas se donner de statuts, « L’Université Populaire n’exige ni inscription préalable, ni droits. Ses élèves sont tous ceux qui souhaitent écouter ses interventions ». Se réclamant des expériences de Madrid et de Barcelone, elle souhaitait attirer un public ouvrier de tous âges, de toutes professions, et des deux sexes45.

  • 46 El Combate du 12 avril 1903 évoque la création de cette société et en donne la liste du premier bu (...)
  • 47 Leur appartenance à la franc-maçonnerie est signalée par Alberto Valín Fernández, op. cit., p. 199 (...)
  • 48 Pedro de LLano López, Wenceslao Fernández Flórez : El escritor y su obra, Public, del Ayuntamiento (...)

22Il peut paraître paradoxal que l’initiative de la création d’une Université Populaire ait été prise à La Corogne plutôt qu’à Saint Jacques de Compostelle, siège de l’Université tout court. En fait, c’est l’existence d’une petite bourgeoisie de professions libérales, où le parti républicain recrutait ses cadres à l’échelon local qui permit une telle initiative à La Corogne. Parmi les promoteurs figuraient en effet le médecin Enrique Hervada, Arturo Senra et Fernando Martínez Morás, dirigeants de La Unión Escolar Republicana constituée en 190346, Gerardo Abad Conde et Santiago Casares Quiroga, tous deux avocats républicains et futurs membres de la franc-maçonnerie corognaise, de même que Joaquín Martín Martínez47. Parmi les quatorze autres signataires de l’acte de naissance de L’Université Populaire, un nom plus tard célèbre : celui de Wenceslao Fernández Flórez (1885-1964). Journaliste, puis romancier, il avait fait ses débuts à La Mañana, quotidien conservateur local, avant de diriger El Diario Ferrolano, monarchiste également, entre 1901 et 1908, et d’entrer à la rédaction de El Noroeste de La Corogne. Naturellement, il appartenait à l’Association de la Presse Corognaise créée en 190548. Il n’eut pas un rôle très visible, semble-t-il, au sein de L’Université Populaire, qui fut surtout l’affaire, donc, de la jeunesse républicaine de la ville.

  • 49 La Voz de Galicia du 2 mai 1907.

23Comme l’avait souhaité José Rodríguez Martínez quelques années auparavant, les initiateurs de L’Université Populaire allaient pouvoir s’appuyer sur les sociétés ouvrières à caractère syndical ou culturel, en particulier sur celles, les plus nombreuses, contrôlées par les anarchistes. Les premières conférences eurent en effet lieu au local de La Emancipación ou de Germinal et lors du meeting du 1er Mai de l’année suivante, Constancio Romeo, qui venait de prendre ses fonctions comme instituteur de l’école laïque, se félicita de l’initiative de la petite bourgeoisie, et « cita la fondation des Universités Populaires, comme celle qui existe maintenant à La Corogne, comme l’exemple démontrant qu’il peut y avoir des organismes utiles hors de la tutelle de l’État »49.

  • 50 Angel Marvaud, La Question sociale en Espagne, Paris, 1910, pp. 122-123. Le numéro 9 du 30 août 19 (...)

24Cette collaboration se poursuivit au moins jusqu’en 1911 (date limite de cette recherche) et, sauf exception, les conférences eurent lieu aux deux endroits précédemment cités. Il serait fastidieux d’énumérer ici la liste de toutes les interventions effectuées au cours de ces cinq premières années d’existence, telle que j’ai pu l’établir grâce à un relevé systématique des présentations très succinctes qu’en fait La Voz de Galicia. Il en ressort qu’elles avaient un double but : instruire et distraire. Il est significatif que la première eut comme thème « L’alcoolisme », et que bien d’autres portèrent sur l’anatomie ou la biologie, les médecins de L’Université Populaire, en contact quotidien avec la misère physique, voulant inculquer quelques notions d’hygiène à un public mal logé et mal nourri. De cette inquiétude des médecins corognais pour la santé de l’ouvrier était d’ailleurs née au printemps 1905 une Revista médico-social qui, d’après Angel Marvaud, publia dans un de ses numéros une enquête sur la condition du prolétariat de la ville50. D’autres conférences concernèrent la géographie (rarement l’histoire : craignait-on de glisser vers le terrain politique ?), l’arithmétique, la géométrie et surtout leurs applications professionnelles directes, ainsi que l’art à travers les âges. En 1908, on invita même Gonzalo Brañas, l’un des animateurs de l’Extension Universitaria d’Oviedo, pour parler de spectre solaire et de la théorie des couleurs, devant un public comme à l’accoutumée composé en majorité d’ouvriers.

  • 51 La Voz de Galicia du 13 mars 1907.
  • 52 La Voz de Galicia du 10 juillet 1910.
  • 53 La Voz de Galicia du 3 février 1911.
  • 54 La Voz de Galicia des 10 et 11 février 1911.

25Les promoteurs de L’Université Populaire de La Corogne s’inspirèrent aussi des innovations pédagogiques mises en œuvre depuis quelque temps déjà par l’Institution Libre d’Enseignement ou par d’autres. C’est ainsi qu’en 1911, des conférences sur « Les styles architecturaux » et « La météorologie » sont agrémentées de projections photographiques. Un autre conférencier, dissertant sur « Le bruit, le son et la musique », illustre de façon sonore son propos à l’aide d’appareils et d’instruments appropriés. L’Université Populaire organise enfin d’autres activités moins conventionnelles que des conférences. En mars 1907, par exemple, a lieu une excursion à Betanzos « d’environ vingt personnes, universitaires ou ouvriers, ayant pour objet d’admirer différents monuments artistiques qui se trouvent dans cette cité historique ». Un membre de L’Université en profita aussi pour prononcer une conférence sur « L’alcoolisme » devant les membres du Centro Obrero de la localité51. En juillet 1910, fut également organisée une excursion de deux jours à El Ferrol, afin de visiter les chantiers navals et l’Arsenal, ainsi que la fabrique de tissus de Jubia, localité voisine. Cinquante à soixante personnes y participèrent, en majorité des ouvriers52. En septembre de la même année, un autre voyage eut lieu à Puentedeume, où soixante-dix ouvriers, accompagnés de plusieurs membres de L’Université Populaire (dont Lugris Freire, Casares Quiroga, Carré Aldao), visitèrent le château médiéval et les églises romanes du lieu. On proposa aux participants de faire un compte rendu de ces visites et l’on remit aux auteurs des deux meilleurs récits une Historia de la arquitectura cristiana, et les Cartas a un obrero de Concepción Arenal53. Une autre excursion eut lieu à El Ferrol en février 1911, afin de faire connaissance avec les bateaux de l’escadre anglaise qui mouillait alors dans ce port54.

  • 55 La Voz de Galicia du 20 janvier 1911.

26Enfin, en janvier 1911 (et peut-être déjà plus tôt) L’Université Populaire parrainait des cours du soir pour les travailleurs : d’arithmétique le lundi, le mercredi et le vendredi dans les locaux du Centre Socialiste ; d’orthographe et de rédaction le mardi au même endroit ; de français et d’anglais le mardi, le jeudi et le samedi au siège de La Emancipación. Il existait aussi des cours de calligraphie et de dessin géométrique55.

3. Contre-offensive catholique en milieu ouvrier

27Si L’Université Populaire de La Corogne ne s’affichait pas ouvertement anticléricale (et de fait elle s’abstiendra d’organiser des conférences sur ce sujet ou de s’associer en tant que telle aux réunions publiques anticléricales qui se multiplient dans la ville à partir de 1901), les activités de La Antorcha Galaica, en revanche, représentaient une petite brèche dans la mainmise de l’Église sur l’enseignement. Or, de même que les autorités religieuses cherchèrent à fomenter l’apparition de Círculos Católicos de Obreros dans les villes de Galice où s’étaient constitués des syndicats combatifs (1893 : Pontevedra, 1894 : El Ferrol, 1896 : Santiago, 1897 : La Corogne, 1901 : Orense, 1904 : Vigo, etc.), de même elles s’efforcèrent de prendre des initiatives plus spécifiquement orientées vers l’enseignement aux ouvriers lorsqu’elles jugèrent nécessaire de concurrencer celles des libres penseurs, qu’ils fussent anarchistes ou républicains.

  • 56 Reglamento del Circulo Católico de Obreros de Santiago, Santiago de Compostela, 1896, p. 9.

28A l’image de celui de Saint Jacques de Compostelle, ces Círculos Católicos prévoyaient en effet dans leurs statuts la création de « cours du soir d’enseignement élémentaire, spécialement pour adultes » et l’organisation d’« un enseignement technique des arts et métiers, en fonction du caractère et des activités professionnelles des adhérents, de nature éminemment pratique, qui sera dispensé le dimanche et les jours fériés par des personnes à la compétence et à l’orthodoxie reconnues »56. Ces ambitions se concrétisèrent parfois.

  • 57 Préambule de la Memoria relativa a la Escuela de Obreros del Círculo Católico por el director de l (...)
  • 58 Ibidem, p. 7.
  • 59 Ibidem, pp. 8-16.
  • 60 La Voz de Galicia du 6 janvier 1900 fait allusion à cette dissolution sans en préciser la date.
  • 61 D’après les informations fournies par le Boletín del Patronato Católico de Obreros de La Coruña, n (...)
  • 62 Registro General de Asociaciones, province de La Corogne, tenu à jour à partir de 1909 avec mentio (...)

29A La Corogne, c’est justement peu de temps après la création de La Antorcha Galaica que les responsables du Círculo Católico constatèrent que « sous prétexte d’instruire convenablement les fils du travail, on s’efforce d’arracher de leur cœur tout sentiment religieux » ; ils décidèrent donc de « ne pas rester impassibles devant l’imminence du danger » et de créer une Escuela Nocturna para Adultos57. Malgré la campagne menée contre cette initiative, vraisemblablement par les syndicats et le parti républicain, trente-trois élèves s’inscrirent d’abord à ces cours, dont le programme incluait en principe l’arithmétique théorique et pratique, la grammaire espagnole, la géométrie plane et dans l’espace, l’écriture et l’orthographe, l’histoire et la géographie de l’Espagne et, bien sûr, la doctrine chrétienne58. La première année, la plupart de ces ouvriers, qui appartenaient à tous les corps de métier, ne furent pas d’une assiduité exemplaire, loin de là : sur les cent-trois inscrits finalement, seuls cinquante-huit suivirent avec régularité et jusqu’au bout un enseignement dispensé sur quatre niveaux. Seuls sept d’entre eux n’avaient jamais été à l’école et ne savaient donc ni lire ni écrire, mais, en raison du « retard de la majorité des élèves », préférence fut donnée presque exclusivement à la lecture, l’arithmétique, l’écriture et l’orthographe élémentaire. L’année suivante, cent-trente travailleurs suivirent à nouveau les cours de ceux qui voulaient relever le défi des libres penseurs au nom du « plus bel idéal » : Religion et Patrie »59. L’expérience dut toutefois être prématurément interrompue, car le Patronato de Obreros Católicos de San José de la ville ferma ses portes60. Il se reconstitua en février 1903 et tenta d’occuper à nouveau le terrain idéologique avec les mêmes armes culturelles que les organisations ouvrières : veillées théâtrales et poétiques, cours du soir, conférences « scientifiques », concours de dessin et de peinture, confection d’objets d’art, indépendamment des activités plus spécifiquement « caritatives » (assistance médicale gratuite ou presque, crédit, mont-de-piété). Il semble toutefois que l’enseignement proprement dit n’ait pas constitué une activité essentielle du nouveau Patronato, qui se contenta d’ouvrir des cours du soir de dessin et d’orthographe uniquement61. Parallèlement fonctionnaient une Escuela Popular Gratuita de garçons, et une autre de filles, qui dispensaient aux enfants des ouvriers, depuis 1887 et 1911 respectivement, « une éducation et une instruction chrétienne »62.

30A l’issue de cette tentative de reconstitution, encore partielle, des initiatives d’enseignement non officiel en Galice jusqu’en 1911, plusieurs observations peuvent être faites.

  • 63 Tierra y Libertad, Madrid, des 27 novembre 1902 et 30. VIII. 1905.

31Dans une première phrase, qui va de 1870 à la fin du siècle, les sociétés ouvrières se montrent relativement incapables de susciter des expériences alternatives dans le domaine de l’instruction ; soit que celles-ci avortent prématurément, soit qu’elles émanent des milieux libres penseurs liés davantage au républicanisme qu’aux deux courants syndicaux. Il est vrai que les sociétés de résistance ont déjà fort à faire pour imposer leur existence légale et pour libérer, par leurs luttes pour l’abaissement du temps de travail, quelques heures qui pourraient éventuellement être consacrées chaque semaine à l’étude. Mais autour de 1900, non seulement les sociétés ouvrières traditionnelles (bâtiment, typographes) se renforcent, mais de nombreux autres corps de métier s’organisent syndicalement ; le cas corognais est caractéristique à cet égard, puisque leur nombre quadruple entre 1897 (cinq) et 1907 (vingt-et-une). Les ouvriers les plus « conscients » sont alors en mesure de créer des organisations à vocation plus strictement culturelle, comme La Antorcha Galaica ou Germinal. Ailleurs se multiplient ce qu’on appelait à l’époque les Centros de Estudios Sociales : c’est le cas à Vigo en 1902 ou à El Ferrol en 190563. La situation devient donc plus propice à l’intervention de ces militants sur le terrain de l’enseignement destiné à leurs compagnons de travail ou à leurs enfants, surtout lorsque, en particulier à partir de 1906 dans le cas de la Galice, la journée de travail tombe à neuf, voire huit heures.

  • 64 El Combate, 5 octobre 1902.

32L’autre secteur de la libre pensée, celui qui recrute dans la petite bourgeoisie des professions libérales et fournit ses cadres locaux au républicanisme, n’en renonce pas pour autant à « aller au peuple ». On constate, à la lumière de ce qui se passe à La Corogne ou à El Ferrol, que cela aboutit non pas à des rivalités mais plutôt à une coopération, aussi bien pour instruire les ouvriers en les distrayant grâce aux conférences ou aux excursions de L’Université Populaire, que pour assurer un enseignement laïc suivi : en 1902, c’est un journaliste républicain de El Ferrol, Abelardo Vila, qui vient remplacer Juan José Cebrián à l’école de La Corogne lorsque celui-ci est condamné64. Alors que les divergences subsistent dans le domaine politique et syndical, la coexistence l’emporte donc lorsqu’il s’agit de combattre le cléricalisme, ce qui expliquerait la relative continuité de ces expériences. Et en 1911, même les socialites corognais, jusqu’ici en retrait, finissent eux aussi par s’intéresser à la question et prêter leurs locaux (... et leurs militants) aux intervenants de L’Université Populaire.

  • 65 Le n° 1 de mai 1907 du Boletín del Patronato de Obreros Católicos de La Coruña spécifie en effet q (...)

33Cela dit, il convient de prendre la mesure du phénomène. Le nombre d’enfants touchés par cet enseignement non clérical reste limité : quatre-vingt quatre en 1897, cent-vingt en 1900, alors que, d’après El Combate du 27 septembre 1901, 1 388 enfants étaient alors inscrits dans les écoles municipales de la ville. Le nombre d’ouvriers qui viennent écouter un maître, qu’il soit laïc ou catholique, après une journée de travail, reste faible : à peine un adhérent du Patronato sur cinq65 ; et le pourcentage est encore plus bas pour les conférences de L’Université Populaire par rapport au nombre de travailleurs alors syndiqués. Mais cela n’était pas propre aux seuls ouvriers. Déjà en mai 1897, Nicolás Pérez y Díaz se plaignait, dans sa série d’articles publiés par El Pueblo de Cadix, du nombre restreint d’écoles laïques dans toute l’Espagne étant donné l’importance réelle des courants républicains et des associations de libre pensée dans les grandes villes. Se pose alors une question, peut-être liée à la question des « frais de scolarité » à propos desquels nous manquons d’information : pourquoi cette relative désaffection ?

Notes

1 Rapport de l’Athénée de La Corogne, Información oral y escrita practicada en virtud de la Real Orden de 5 de diciembre de 1883, tome V, Madrid, 1893, p. 55 ; confirmé par le rapport de la Commission locale de La Corogne, p. 31.

2 Ibidem, p. 55 et rapport de la Commission locale de El Ferrol, p. 123.

3 Ibidem, p. 42 (Information orale).

4 Ibidem, p. 123.

5 La Voz de Galicia, quotidien de La Corogne, 22 mai 1900.

6 La Voz de Galicia, 14 février 1900.

7 La Voz de Galicia, 24 mai 1900.

8 La Voz de Galicia, 22, 26 ; 30 mai et 12 juin 1900. Après quelques polémiques et tergiversations, il fut décidé par le préfet (gobernador civil) que la délégation corognaise se composerait de deux élèves de l’Ecole des Arts et de l’Industrie, de deux militants du syndicat des charpentiers La Emancipación, et de deux membres de la Reunión Recreativa e Instructiva de Artesanos, créée en 1847 et devenue au fil des ans le groupe de pression de la petite bourgeoisie locale (La Voz de Galicia, 14 et 25 juillet 1900).

9 La Voz de Galicia du 25 octobre 1902.

10 Celui que publie Tierra y Libertad, journal anarchiste de Madrid, 25 mai 1905.

11 Xoan Moreno González, « La Primera Internacional en Galicia (1868-1874) », article inédit amicalement communiqué par son auteur, folios 15 et 16.

12 J’ai évoqué cette relance du mouvement syndical en Galice à partir de l’arrivée des libéraux de Sagasta au pouvoir dans « El movimiento obrero en la Coruña entre 1881 y 1889 », Cuadernos de Estudios Gallegos, Madrid/C. S. I. C. – Santiago de Compostela/Instituto P. Sarmiento, tome XXXIII, n° 98, 1982, pp. 345-372.

13 Copie des statuts du 7 décembre 1887 déposés aux Archives Municipales de El Ferrol et cités par Jesús Ma Palomares Ibáñez et Ma del Carmen Fernández Casanova dans La Comisión de Reformas Sociales y la cuestión social en Ferrol (1884-1903), Public, de l’Université de Santiago, 1984, p. 58.

14 Ibidem et El Productor, hebdomadaire anarchiste de Barcelone, du 23 mars 1888.

15 Mentionné par José Antonio Ferrer Benimeli, dans son prologue à l’ouvrage de Alberto Valín Fernández, La masonería y La Coruña. Introducción a la historia de la masonería gallega, Vigo, Ed. Xerais de Galicia, 1984, p. 18.

16 El Corsario, La Corogne, 2. VIII. 1891.

17 Nicolás Díaz y Pérez, « Las escuelas laicas II », El Pueblo, hebdomadaire républicain de Cadix, du 20 mai 1897. Biographie détaillée de cet apôtre de l’école laïque dans El Combate, hebdomadaire républicain de La Corogne, du 6 juillet 1902.

18 Reglamento de la Sociedad La Antorcha Galaica de La Coruña, La Coruña, 1897, cité par Anton Costa Rico dans son article «O laicismo escolar en Galicia (1892-1936)» Man Comun, mensuel en langue galicienne aujourd’hui disparu, La Corogne, n° 3, octobre 1980, pp. 26-31 ; p. 29.

19 Reglamento de la Sociedad de estudios filosóficos, científicos, literarios, económicos y sociológicos, Germinal, copie manuscrite, 1902, pp. 1 et 2 (Archives de la Préfecture de La Corogne).

20 La Voz de Galicia du 9 juillet 1899. Biographie de ce personnage dans El Combate du 11 février 1903, où il est précisé qu’il représenta les sociétés de El Ferrol et de La Corogne au Congrès International des Libres penseurs de Madrid, en 1892.

21 La Voz de Galicia du 28 avril 1900.

22 Germinal, bimensuel libertaire, La Corogne, 4 février 1905 ; La Voz de Galicia des 25 août, 14 et 26 septembre, 4 et 5 octobre 1907.

23 Germinal, 18 février 1905.

24 Germinal, 21 janvier 1905.

25 Le Registro de Asociaciones de la province de La Corogne dressé à partir de 1909 et conservé aux Archives de la Préfecture signale que J. Sanjurjo préside La Antorcha en 1897 ; El Combate du 26 janvier 1902 donne la liste des membres du bureau pour l’année qui commence.

26 El Combate, 27 octobre 1901.

27 El Combate, 19 octobre 1902.

28 A. Costa Rico, art. cité, p. 29 et 31.

29 Ibidem, p. 30.

30 El Productor, Barcelone, 12 septembre 1903.

31 D’après la présentation succincte que fait El Productor des 12 septembre 1903 et 15 avril 1905 des ouvrages pédagogiques édités par La Escuela Moderna de Barcelone.

32 Archivo Histórico de la Universidad de Santiago de Compostela, dossier 461, témoignage retrouvé et cité par A. Costa Rico, art. cité, p. 30.

33 Cité par La Voz de Galicia du 14 octobre 1901.

34 La Voz de Galicia du 18 août 1901.

35 El Productor, Barcelone, des 9 et 23 mai 1903 et La Voz de Galicia du 28 octobre 1904.

36 La Voz de Galicia, 14 et 15 avril, et 3 mai 1906. C. Romeo improvisa quelques vers lors d’une veillée organisée en l’honneur des « martyrs de Chicago » par le Círculo instructivo recreativo «El Progreso» de Sans (Barcelone) ; il écrivit également un long poème sur la Commune de Paris. Ces deux compositions furent publiées dans Tierra y Libertad, Periódico Anárquico-Comunista de Barcelone, les 15 décembre 1888 et 25 mai 1889 respectivement

37 La Voz de Galicia du 14 juin 1907 et Solidaridad Gallega, La Corogne, du 1er juin 1909.

38 La Voz de Galicia des 29 octobre et 3 novembre 1907.

39 Sébastien Faure, Enciclopedia Anarquista, México, Ed. Tierra y Libertad, article « Anarquismo », pp. 285-286, pour 1915 ; compte rendu de police du 23 mai 1917, dossier Germinal, Archives de la Préfecture de La Corogne.
Je dois à l’amitié de Dionisio Pereira, historien corognais, les renseignements référenciés dans les notes 36, 37 et 38.

40 Max Nettlau, La Première Internationale en Espagne (1868-1888), Dordrecht-Hollande, D. Reidel Publishing Company, 1969, édition aux soins de Renée Lamberet, tome 1, pp. 410-411.

41 Jacques Maurice, Recherches sur l’anarchisme rural en Andalousie de 1868 à 1936, Thèse de Doctorat d’État, Besançon, 1985, volume II, p. 454.

42 Cité par José Alvarez Junco, La ideología política del anarquismo español (1868-1910), Madrid, Siglo XXI, p. 534.

43 Ibidem, p. 527.

44 Compte rendu de cette conférence dans El Combate du 1er février 1903.

45 L’acte de naissance de L’Université Populaire figure dans La Voz de Galicia du 6 septembre 1906.

46 El Combate du 12 avril 1903 évoque la création de cette société et en donne la liste du premier bureau.

47 Leur appartenance à la franc-maçonnerie est signalée par Alberto Valín Fernández, op. cit., p. 199, 275 et 278 respectivement.

48 Pedro de LLano López, Wenceslao Fernández Flórez : El escritor y su obra, Public, del Ayuntamiento de La Coruña, 1985, pp. 7-13.

49 La Voz de Galicia du 2 mai 1907.

50 Angel Marvaud, La Question sociale en Espagne, Paris, 1910, pp. 122-123. Le numéro 9 du 30 août 1905, conservé à l’Hémérothèque Municipale de Madrid, n’est pas celui auquel fait allusion Marvaud, qui reste introuvable.

51 La Voz de Galicia du 13 mars 1907.

52 La Voz de Galicia du 10 juillet 1910.

53 La Voz de Galicia du 3 février 1911.

54 La Voz de Galicia des 10 et 11 février 1911.

55 La Voz de Galicia du 20 janvier 1911.

56 Reglamento del Circulo Católico de Obreros de Santiago, Santiago de Compostela, 1896, p. 9.

57 Préambule de la Memoria relativa a la Escuela de Obreros del Círculo Católico por el director de la misma Don Marcial Miguel de la Iglesia y Vázquez, La Coruña, 1898, p. 5.

58 Ibidem, p. 7.

59 Ibidem, pp. 8-16.

60 La Voz de Galicia du 6 janvier 1900 fait allusion à cette dissolution sans en préciser la date.

61 D’après les informations fournies par le Boletín del Patronato Católico de Obreros de La Coruña, n° 1 (mai 1907) à 9 (décembre 1907), qui insère aussi les rapports annuels d’activité de 1903 à 1907.

62 Registro General de Asociaciones, province de La Corogne, tenu à jour à partir de 1909 avec mentions rétroactives, « conservé » à la Préfecture de La Corogne, p. 120 et 158.

63 Tierra y Libertad, Madrid, des 27 novembre 1902 et 30. VIII. 1905.

64 El Combate, 5 octobre 1902.

65 Le n° 1 de mai 1907 du Boletín del Patronato de Obreros Católicos de La Coruña spécifie en effet que sur 568 adhérents ouvriers, 96 étaient inscrits « aux cours d’enseignement élémentaire et à ceux concernant les questions sociales ».

Auteur

Lycée Montchapet de Dijon.
Membre de l’Équipe B60 (« Pratiques culturelles des groupes sociaux dominés dans l’Espagne des XIXe et XXe siècles ») de l’Université de Paris VIII

© Presses universitaires François-Rabelais, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540