Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'enseignement Primaire en Espagne et en Amérique Latine du XVIIIe siècle à nos jours

 | 
Jean-René Aymes
, 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

II. Demande d'éducation et scolarisation au XIXe siècle (1833-1874)

Le Peuple et l’École. La demande populaire d’éducation au XIXe siècle

Jean-Louis Guereña

Texte intégral

  • 1 Nous avons brièvement exposé la configuration d’un système éducatif au travers des textes législati (...)

1Le XIXe siècle ne voit pas s’achever en Espagne le processus d’instruction populaire : à la fin du siècle, près des deux tiers de la population sont encore analphabètes. Le décalage entre prescriptions législatives et réalités scolaires est constant1. Cette sous-scolarisation des jeunes accompagne un « noyau dur » de près de douze millions d’espagnols analphabètes qui persiste tout au long de la deuxième moitié du siècle.

  • 2 Cf. pour le cas français, l’étude de Jacques Ozouf, « Le peuple et l’école : note sur la demande po (...)

2Toutefois, les avancées certaines du mouvement d’alphabétisation que l’on peut appréhender grâce aux données contenues dans les recensements de la population de 1860 à 1900, ainsi que les progrès de la scolarisation, témoignent globalement d’une demande sociale d’éducation, multiforme et inégale, dont il faut essayer de saisir la nature, l’importance et les motivations2. L’histoire de l’alphabétisation comme l’histoire de la scolarisation rendent compte de ces mutations culturelles du corps social, mais comment se fait la rencontre entre politiques éducatives et demande d’éducation ?

  • 3 Nous avons tenté une première approche dans « Associations culturelles pour ouvriers et artisans à (...)

3L’existence d’un véritable réseau d’éducation populaire, nocturne et dominical, complétant le réseau de l’enseignement primaire, insuffisant et inégalement développé, est un autre indicateur de cette pression difficile à contourner de la société civile en faveur de la scolarisation3. Par l’organisation de cours nocturnes pour adultes dans les écoles primaires, en subventionnant certaines institutions d’éducation populaire, l’État lui-même donne une impulsion à un mouvement divers et capillaire, dont il faut préciser stratégies éducatives et publics.

  • 4 Prologue à la seconde édition de l’Historia del Comunismo d’A. Sudre (Barcelona, 1860, p. XXI) : «E (...)
  • 5 Lettre du 2 octobre 1871 à F. Engels (Correspondance Friedrich Engels. Paul et Laura Lafargue, text (...)
  • 6 Cf. l’introduction de Renée Lamberet à l’ouvrage de Max Nettlau. La Première Internationale en Espa (...)

4Même si les obstacles à la scolarisation des milieux populaires persistent, l’utilité personnelle et sociale de l’éducation commence à être pleinement valorisée. Les témoignages de Juan Mañé y Flaquer en 18594 ou de Paul Lafargue en 18715 confirment cette volonté de savoir et de culture à travers les circuits de l’écrit présente dans un secteur de la classe ouvrière. Les renseignements fournis par les Actes de la Fédération espagnole de la Première Internationale vont dans le même sens6.

  • 7 La Instrucción del pueblo. Memoria premiada con accessit por la Real Academia de Ciencias Morales y (...)

5Bien sûr, chronologie et géographie de la demande d’éducation restent à préciser. A partir de quand et de quelle façon l’école est-elle ressentie comme besoin collectif ? Pour Concepción Arenal ce n’est pas encore le cas en 18787:

«Hay en España gran número de personas que más o menos abogan por la instrucción; pero son pocas las que se penetran bien de toda su importancia, y menos aún las que están dispuestas a contribuir eficazmente a que se generalice (...). La conveniencia de la instrucción empieza a comprenderse; la necesidad todavía no, por regla general».

6Vingt ans plus tard, après les événements de 1898, il semble qu’un mouvement d’opinion en faveur de l’éducation se fasse jour et dont la création d’un Ministère spécifique d’Instruction Publique en 1900 est l’un des effets les plus visibles :

  • 8 La Educación nacional. Hechos e ideas, Librería General de Victoriano Suárez (Biblioteca de Derecho (...)

«Hubo un tiempo, rappelle Aniceto Sela8, a raíz del desastre de 1898, en que pudo parecer lícito concebir alguna esperanza respecto de la reforma de los vicios tradicionales de nuestra política pedagógica, ante el despertar de las llamadas fuerzas vivas del país. Los Cavite y los Santiago de Cuba de la educación nacional fueron entonces observados por muchas gentes que antes jamás habían parado la atención en ellos. Convirtióse, por algún tiempo, la pedagogía en tópico de moda. Periódicos, Cámaras agrícolas y de Comercio, Parlamento, Ministros, cuantos por deber, por vocación o por oficio se preocuparon más o menos de la regeneración de la patria, colocaron a la cabeza de sus programas grandes mudanzas y mejoras en la instrucción pública».

  • 9 Cf. notre travail « La projection sociale de l’Université à la fin du XIXe siècle : l’Extension Uni (...)

7Pour son collègue de l’Université d’Oviedo, engagé lui-aussi dans le mouvement de l’« Extension Universitaire »9, Adolfo Posada, le problème éducatif n’est pas encore une véritable question nationale, « question posée dans la plupart, ou tout au moins une importante minorité des consciences espagnoles » :

  • 10 Política y enseñanza, Daniel Jorro, Editor (Biblioteca científico-filosófica), Madrid, 1904 (mais c (...)

«Hay en efecto, en España una masa enorme, verdadera losa de plomo que con su peso nos impide seguir el paso de los demás pueblos, la cual está en la ignorancia como en su atmósfera propia, por ser tal estado el más conforme con su manera de vivir, mezquina, sucia, pobre, y dominada por un fatalismo casi invencible»10.

8Mais cette « chape de plomb » de près de douze millions d’analphabètes n’empêche pas un mouvement, même lent, inégal et discontinu, en faveur de l’alphabétisation et de la scolarisation.

Le mouvement de l’alphabétisation

  • 11 Cf. François Furet et Jacques Ozouf. Lire et écrire, op. cit., vol. I, pp. 13-17. Sur la situation (...)
  • 12 Cf. Bennassar, op. cit., p. 126, et Marie-Christine Rodriguez et B. Bennassar, « Signatures et nive (...)
  • 13 Image dont les espagnols ont cherché à se débarrasser : cf. la brochure d’A. F. Vallin La instrucci (...)

9L’histoire de l’alphabétisation commence à être mieux connue. Pourtant de nombreuses inconnues persistent, en particulier pour les périodes antérieures aux recensements de population, l’Espagne n’ayant pas eu son Maggiolo11. Nous préférons d’ailleurs nous en tenir ici aux données contenues dans les recensements de population à partir de 1860 disposant ainsi d’une série relativement homogène pour la deuxième moitié du XIXe siècle (1860, 1877, 1887, 1900) : c’est en effet à partir du recensement de 1860 (en France, à partir de 1866) que les recensements de population ouvrent une rubrique culturelle distinguant trois niveaux (sait lire et écrire, sait lire seulement, ne sait ni lire ni écrire). Bien sûr une analyse critique de ces statistiques devrait être tentée, les recensements enregistrant les déclarations des intéressés, non vérifiées. En l’état actuel de la recherche, les données chiffrées des Censos de población permettent toutefois des analyses et conclusions significatives qui ne risquent pas, pensons-nous, d’être remises en cause. Bien entendu, nous passons du coup en silence la première moitié du XIXe siècle, période charnière essentielle entre un XVIIIe siècle relativement alphabétisé, en tout cas au niveau des autres pays européens, d’après les recherches actuellement effectuées12, et une deuxième moitié du XIXe siècle présentant un bilan désastreux en matière d’alphabétisation, très en dessous des grands pays européens13.

  • 14 J. Jimeno Agius par exemple compare les chiffres tirés des recensements de 1860 et 1877 dans La ins (...)

10Mais notre intention n’est pas ici de tenter une histoire de l’alphabétisation, simplement d’observer le mouvement de l’alphabétisation à partir des sources facilement disponibles des recensements dans sa distribution chronologique, spatiale et par sexes. Nous partons en effet du postulat selon lequel l’augmentation du nombre des alphabétisés implique l’existence d’une demande et que ses variations en dessinent les tendances. Les données des recensements ont déjà été analysées à plusieurs reprises, et ce dès le XIXe siècle14. Un certain nombre de comparaisons peut toutefois être tenté.

  • 15 Cf. les données rassemblées par Carlo M. Cipolla dans Educación y desarrollo en Occidente, Ed. Arie (...)
  • 16 Selon le directeur général de l’Institut Géographique et Statistique dans son Introduction au recen (...)
  • 17 Censo de la población de España (...) en 31 de diciembre de 1900, op. cit., p. XI («Población clasi (...)

11L’accroissement relatif du nombre des alphabétisés (ou, a contrario, la diminution des analphabètes) a souvent été mis en lumière : il importait de montrer que l’Espagne sortait progressivement d’une situation de sous-développement, de retard par rapport à ses voisins européens. En effet, de 1860 à 1900, le total de la population alphabétisée (sachant « lire et écrire » selon les statistiques, ce qui ne va d’ailleurs pas sans poser de problèmes) double (de 3,1 millions à 6,2) alors que la population totale n’augmente que de 18,8 %. De même, le pourcentage des alphabétisés dans la population totale augmente des deux tiers sur cette même période (passant de près de 20 % à 33,4 %). En chiffres absolus, l’augmentation du nombre d’alphabétisés d’un recensement à l’autre correspond peu ou prou à l’augmentation de la population totale pendant la même période : faudrait-il en conclure que les enfants arrivant en âge scolaire (donc 6 ans) seraient tous scolarisés ? Comme le taux de scolarisation est loin d’atteindre les 100 % de la population en âge scolaire, il faut en conclure qu’une alphabétisation importante se réalise hors de la période scolaire, outre bien entendu une augmentation certaine de la scolarisation. Rapporté à la population totale, le pourcentage des alphabétisés augmente fortement pendant la période envisagée, des 2/3 en 40 ans, passant de près de 20 % à 33,4 %. Bien entendu tous ces chiffres restent modestes, si on les compare à d’autres données européennes15, mais témoignent de cette demande que nous cherchons à mettre en lumière, démontrant « que la culture en Espagne depuis 1860 se développe de façon constante et progressive »16. Nous reproduisons à la suite ces données brutes d’après le tableau donné dans le recensement de population de 190017.

  • 18 Id., p. XIII («Estado general por provincias del número de analfabetos inscritos en los censos desd (...)

12Bien sûr cette évolution connaît de fortes inégalités géographiques et sexuelles. Le tableau suivant permet de comparer par province l’analphabétisme, tant au niveau absolu que relatif (par rapport à la population totale), les deux séries n’évoluant pas toujours dans le même sens18 :

(a) Van incluidos en este epígrafe los niños de todas las edades que no saben leer ni escribir.
(b) En las posesiones de Africa se hallan comprendidos en el Censo de 1 860 los españoles que se hallaban en Tetuán, y en los de 1 887 y 1 900 los habitantes peninsulares é indígenas de Río de Oro.
La población de Ceuta figura en la provincia de Cádiz, à que pertenece como ayuntamiento.

  • 19 Cf. par exemple J. Comorera, La trágica ignorancia española, op. cit., pp. 76-82.

13Sur la base de ces données peuvent être tentées classifications et cartographies, que nous ne reprendrons pas ici19. Revenons plutôt sur les inégalités selon le sexe, les réalités de l’analphabétisme masculin et féminin, les évolutions de l’alphabétisation selon le sexe. Mais ces comparaisons sont encore plus significatives si l’on n’opère qu’avec la population supérieure à l’âge de cinq ans. L’analyse des recensements de 1860 et 1887 peut nous fournir quelques indications significatives.

14Selon le recensement de 1860, plus des 3/4 de la population est analphabète, mais seulement 65 % des hommes et 86 % des femmes. Sur la population totale masculine, 35 % des hommes savent au moins lire (31 % lire et écrire), seulement 14 % des femmes sur la population féminine totale (9 % lire et écrire).

15Si l’on enlève du total de la population espagnole en 1860 (15 millions et demi) les 14 % de jeunes de moins de 6 ans (soit 2,2 millions), l’analphabétisme reste massif (71 %), mais 41 % des hommes savent au moins lire, et 16 % des femmes.

16De même, selon le recensement effectué plus de 25 ans après, l’analphabétisme masculin n’apparaît pas totalement ridicule. Rapporté à la population globale, l’analphabétisme recule bien entendu selon le mouvement décrit plus haut : 68 % de la population (59 % des hommes sont analphabètes contre 77 % de femmes). 41 % de la population masculine globale sait au moins lire (ce qui n’était le cas 27 ans auparavant que des plus de 5 ans), 24 % des femmes.

17Sur la population supérieure à l’âge de 5 ans, moins des 2/3 restent analphabètes (62,7 %). Sur les 5 millions d’espagnols de plus de 5 ans sachant lire et écrire, les 2/3 sont des hommes. Et, donnée encore plus révélatrice, près d’un homme sur deux de plus de 5 ans (un peu plus de 48 %) sait au moins lire (45 % lire et écrire), mais seulement une femme sur quatre (26,7 %). De l’âge de 17 ans à celui de 45 ans (nés entre 1842 et 1870), la population masculine sachant lire et écrire est toujours supérieure à celle ne sachant lire, alors que ce n’est jamais le cas dans la population féminine. Certes, c’est la population féminine qui, en chiffres relatifs, s’alphabétise le plus rapidement. Mais l’écart demeure important entre le pourcentage d’hommes et de femmes alphabétisés. Tous les chiffres que nous venons d’accumuler démontrent en tout cas le mouvement de la société espagnole vers l’alphabétisation. Qu’en 1887, au beau milieu dez la Restauration, la population masculine adulte (de 17 à 45 ans) soit majoritairement alphabétisée (à plus de 53 %) nous paraît amplement révélateur de la demande d’éducation et des résultats acquis.

L’offre scolaire

  • 20 L’Espagne au XXe siècle. Etude politique et économique, Librairie Armand Colin, Paris, 1913, p. 365 (...)
  • 21 Cf. Federico Sanz Díaz, «El proceso de institucionalización e implantación de la primera enseñanza (...)
  • 22 « La statistique de l’enseignement primaire », Bulletin de l’Institut International de Statistique,(...)

18« C’est presque un lieu commun de dire, rappelle Angel Marvaud20, que l’Espagne doit attendre son salut de la diffusion de l’instruction et aussi de la réforme complète de l’enseignement public ». La conscience de l’équation scolarisation/alphabétisation/développement est en effet largement partagés. Une volonté politique, une organisation administrative un peu cohérente, une législation stable, vont permettre des progrès sensibles dans la scolarisation dans l’enseignement primaire : multiplication du nombre d’écoles et surtout croissance des effectifs21. Nous reproduirons ici simplement les chiffres publiés par E. Levasseur lors de la 4e session de l’Institut International de Statistique en 189322 :

Nombre des écoles primaires publiques

Nombre des écoles primaires publiques

Nombre des écoles primaires privées

Nombre des écoles primaires privées

Nombre d’élèves des écoles primaires publiques

Nombre d’élèves des écoles primaires publiques

Nombre d’élèves des écoles primaires privées

Nombre d’élèves des écoles primaires privées
  • 23 Cf. par exemple la Reseña Geográfica y Estadística de España, Imprenta de la Dirección General del (...)
  • 24 Les statistiques distinguent progressivement les élèves inscrits (matriculados) et les élèves assid (...)
  • 25 A partir de la Estadística de la primera enseñanza correspondiente al decenio que terminó en 31 de (...)

19Ces données montrent bien l’établissement, certes lent, inégal et inachevé, d’un véritable réseau scolaire structurant la société espagnole, théorisé par la Loi de 1857. L’inaccomplissement de la Loi est toutefois patent. Toutes les statistiques insistent sur le déficit théorique d’écoles en partant de la relation écoles/habitants définie par la Loi de 185723, ainsi que sur le manque d’assiduité des élèves24. Les progrès de la scolarisation ne sont pourtant pas à négliger, que ce soit au niveau de l’augmentation des effectifs on à celui du taux de scolarisation. Une comparaison des données contenues dans l’Anuario Estadístico de 1860 et la Reseña Geográfica y Estadística de 1888 pour 188025 permet d’obtenir à 20 ans de distance des résultats chiffrés comparables à ceux que nous avons tenté d’établir pour l’analphabétisme.

  • 26 Cf. F. Sanz Díaz, art. cit., pp. 239-240, pour la période 1846-1870.
  • 27 Selon l’article 12 du Règlement de 1838 (Reglamento de las escuelas públicas de instrucción primari (...)

20De 1860 à 1880, la population scolarisée dans les écoles primaires, tant publiques que privées, augmente d’un peu plus de 40 %, passant d’1,2 million à 1,8 million d’élèves26. La progression est plus spectaculaire pour les filles (près des 3/4 en plus) que pour les garçons (près d’un quart seulement en plus). Il est vrai qu’en 1860, la population scolaire masculine (810.000) est presque le double de la féminine (440.000) ! Pour la période de la scolarité obligatoire (6-9 ans), les données sont comparables bien qu’inférieures en pourcentage. Les écoles primaires pouvaient en effet scolariser les enfants de l’âge de 6 à 13 ans27. En deça existaient les écoles maternelles (escuelas de párvulos).

  • 28 Cf. F. Sanz Díaz, art. cit., p. 241, et J. Jimeno Agiu, op. cit., pp. 32-33.
  • 29 Cf. F. Sanz Díaz, art. cit., p. 247. Le recensement de 1860 classe la population des jeunes par tra (...)
  • 30 En rapportant à la tranche d’âge 6-10 ans. F. Sanz Díaz a effectué des calculs pour aboutir aux moy (...)

21L’offre scolaire augmente donc, même si l’augmentation du nombre d’écoles ne suit pas celle du nombre d’élèves, provoquant une progression moyenne du nombre d’élèves par école28, mais révélant du coup la montée de la demande scolaire. Le taux moyen de scolarisation offre un autre indicateur pour mesurer la poussée de cette demande. En 1860, en tenant compte de la population de 4 à 13 ans, il n’y a qu’un peu plus du tiers d’enfants scolarisés (1,2 million sur 3,3)29. Pour la période de la scolarité obligatoire, près de 36 % des enfants sont scolarisés30, mais plus de 45 % des garçons et seulement 26 % des filles.

  • 31 Cf. Reseña Geográfica y Estadística de España, op. cit., pp. 344-345 («Estado comparativo entre el (...)
  • 32 Cf. Eduardo Navarro Salvador, «Los niños sin escuela», La Escuela Moderna, Madrid, XIII, n° 260, av (...)

22Vingt ans plus tard, le taux de scolarisation moyen pour la population de moins de 14 ans dépasse les 51 %-57 % pour les garçons et 45 % pour les filles31. Les progrès sont patents, encore plus pour la période de la scolarité obligatoire où plus des 3/4 des enfants sont scolarisés (près de 78 %). 87 % des garçons et 68 % des tilles. Là encore, la scolarisation féminine progresse plus rapidement, puisque partant de niveaux plus bas. Certes les villages sans école, voire les quartiers de grandes villes comme Madrid32, existent. Mais ces données montrent les progrès réalisés, et, nous semble-t-il, cette demande devenue incontournable en faveur de la scolarisation et dont il faut essayer de dégager les motivations.

Quelle demande pour quelle école ?

  • 33 Cf. I Congreso obrero español (Barcelona, 18-26 de junio de 1870), Zyx, Madrid, 1972, pp. 176-177.

23Du premier Congrès ouvrier de juin 1870 à Barcelone33 aux réponses à l’enquête de la Comisión de Reformas Sociales de 1884, l’importance accordée aux questions éducatives met à jour l’existence de la demande populaire d’éducation. Les obstacles sont mis en lumière mais surtout l’utilité de l’instruction, utilité morale, matérielle, voire politique.

  • 34 De la Instrucción pública en España, Madrid, 1835, t. I, pp. 252-253.

24L’indifférence face à l’instruction a été relevée, des parents, des autorités locales aussi. Antonio Gil de Zárate le notait en 185534 :

«Por lo general los padres que pertenecen a las clases pobres, ignorantes y sin haber recibido ellos mismos educación alguna, desconocen su utilidad, y suelen alegar que, asi como ellos han trabajado y vivido sin saber leer y escribir, asi podrán vivir y trabajar sus hijos; no faltando tampoco hombres preocupados que consideran como un mal el instruir el pueblo, y fortalecen con sus exhortaciones ese horror que el vulgo tiene a cuanto procura sacarle de las costumbres en que ha sido criado. Añádase a esto, que tanto los artesanos como los labradores, suelen sacar partido del trabajo de sus hijos; y el cebo de la ganancia es un poderoso obstáculo a los progresos de la ilustración; pues la codicia sirve entonces de pretexto y de apoyo a la natural indiferencia».

  • 35 Il est vrai que l’enseignement pouvait être dispensé dans le cadre familial («La primera enseñanza (...)
  • 36 Selon Jaime Poch y Garí, «Conversa Pedagógica en Tortosa», La Escuela Moderna, XVI, n° 184, juillet (...)

25Les articles 7 et 8 de la Loi de 185735 restaient en effet lettre morte, les autorités ayant apparemment d’autres chats à fouetter. En 1906, un maître d’école catalan s’insurge encore : « combien d’amendes ont-elles été données jusqu’à aujourd’hui ? Je ne connais aucun cas »36.

  • 37 Question n° 50 du VIIIe groupe (Condición moral de la clase obrera) : «Cultura intelectual: Número (...)

26Les réponses au questionnaire sur la « culture intellectuelle » de la Comisión de Reformas Sociales37 nous offrent quelques témoignages des facteurs et des obstacles à la scolarisation des enfants d’ouvriers. Ainsi pour Villegas, de la Société de carriers (canteros), il y a bien demande d’éducation, volonté d’apprendre et de savoir, mais ce sont les inégalités socio-culturelles qui sont source de nombreux obstacles à la réalisation de cette demande et expliquent les taux massifs d’analphabétisme. L’obligation scolaire ne prend pour lui de sens que rapportée aux conditions sociales :

  • 38 Reformas Sociales. Información oral y escrita practicada en virtud de la Real Orden de 5 de diciemb (...)

«Para hacer obligatoria la enseñanza hay que poner al obrero en condiciones de recibirla (...). Si yo trabajara únicamente ocho horas, no tendría necesidad de que el alcalde viniera a obligarme a ir a la escuela, que yo iría voluntariamente»38.

  • 39 Id., p. 175 (réponse de S. García, «Si se rebajaran las horas de trabajo hasta las seis y media en (...)
  • 40 Cf. notre présentation générale dans « Associations culturelles pour ouvriers et artisans à Madrid (...)
  • 41 Reformas Sociales, op. cit., t. II, pp. 368-369.

27Les conditions de travail, et plus particulièrement les lourds horaires, sont souvent mises en cause39. La réponse de Miguel Espin au nom du Fomento de las Artes, vieille société madrilène d’éducation populaire40, fournit quelques éléments de réponse sur l’utilité de l’instruction pour l’ouvrier41 :

«Nadie de vosotros ignora el importante lugar que le está reservado a la instrucción pública en el destino de las naciones. Hija predilecta de la libertad de los pueblos, y tomando un carácter eminentemente democrático, ha llegado a despertar en el obrero el noble deseo de mejorar su estado, haciendo comprender que el único medio y más eficaz de disipar las tinieblas de la ignorancia, sólo se adquiere por la educación y la instrucción. Con la primera se adquieren las virtudes y condiciones morales que más tarde se necesitan para peregrinar tranquila y pacíficamente por la tierra; con la segunda adquirimos la experiencia necesaria para imprimir a nuestras facultades la dirección más acertada, encaminándolas por el sendero del bien. Ambas constituyen la instrucción primaria, y unidas en estrecho consorcio, disponen al individuo para ser un ciudadano útil a la sociedad y a la familia».

  • 42 Isabel II : Historia de la Reina de España. Librería Española D. I. López Bernagosi Madrid-Barcelon (...)

28L’instruction n’est plus un luxe superflu, une perte de temps. Son utilité personnelle et sociale commence à être ressentie. Lire une lettre, le journal, un roman feuilleton... deviennent des gestes quotidiens à l’époque du développement des moyens de communication écrite et en particulier de la presse. Certes les politiques éducatives menées par l’État espagnol (en particulier sous le règne d’Isabelle II) voient dans l’École un instrument de socialisation populaire et de contrôle idéologique. La réponse de Miguel Espin rejoint en partie les analyses de Manuel Angelón biographe de la reine en 186042 :

«Nuestro pueblo se halla ávido de lectura: las clases trabajadoras devoran las obras que están al alcance de su comprensión y de su fortuna; la ilustración es ya para ellas una necesidad. La consecuencia inmediata de este nuevo estado ha sido una moralización que se echa de ver especialmente en los grandes centros fabriles (...). Los obreros españoles, especialmente los de la provincia de Cataluña, han renunciado en su inmensa generalidad a la taberna, al juego y a la vida disipada. El trabajo constituye su ocupación y patrimonio, la lectura y la música su delicia; y hoy día el obrero catalán puede ser citado en toda Europa como ejemplo de laboriosidad, honradez, moralidad y hasta ilustración».

  • 43 Cf. notre présentation « Les socialistes madrilènes et l’éducation au début du XXe siècle ». Matéri (...)

29A ces considérations moralisatrices et productivistes, Miguel Espín ajoute l’utilité matérielle personnelle de l’instruction (« le noble désir d’améliorer sa condition »). L’instruction peut laisser en arrière les difficultés du travail manuel ou permettre une meilleure insertion professionnelle. La conscience de l’utilité politique de l’instruction est particulièrement vive au sein du mouvement ouvrier. Plus l’ouvrier est instruit, plus il peut travailler pour son émancipation, répète sans cesse El Socialista par exemple, vers 1899-190043.

30Si une demande populaire multiforme se précise progressivement, quelles sont ses finalités ? Quelle est la nature de cette demande ? Il faudrait aussi tenter de reconstruire une périodisation de cette demande pour savoir quand elle devient majoritaire. Plusieurs niveaux de cette demande peuvent être repérés, distinguant autant d’écoles. Dans une de ses conférences au Centre ouvrier d’Oviedo dans le cadre de l’Extension Universitaire, Clarín classe la demande populaire d’éducation : éducation politique de parti, enseignement primaire et alphabétisation, formation professionnelle et culture générale :

  • 44 Dans sa première conférence sur « Histoire et Progrès » (La Aurora Social, Oviedo, n° 60, 24-XI-190 (...)

«Tres clases de enseñanza buscan estos honrados jornaleros; en sus periódicos de partido, en sus reuniones y en algunos libros de propaganda creen encontrar – hablo de los socialistas – la que les interesa como creyentes de sus doctrinas sociales y miembros de un partido militante. Además, buscan, los que la necesitan, que son los más, la enseñanza primaria, o por lo menos el mejoramiento de la escasa que tienen, y por añadidura la técnica rudimentaria que puede servirles en los respectivos oficios.
Pero hay más. Como ya son hombres, y ciudadanos, que con justicia pretenden influir en la vida pública, reconocen la necesidad de saber algo de tantas y tantas cosas como constituyen lo que se llama la cultura general, que a ellos no les ha explicado nadie»44.

  • 45 Augusto Jerez Perchet. La clase obrera y la instrucción popular. Imp. del Correo de Andalucía, Mala (...)
  • 46 «(...) A juzgar por lo que se ve, aunque con dificultades, son muchos los que desean y en parte lo (...)

31Tout émerveillé, Clarín découvre ce public ouvrier demandeur. En 1900 et dans le cadre des Asturies la demande populaire d’éducation paraît généralisée. Vingt-cinq ans plus tôt, et en Andalousie, un maître dans une école d’adultes relève une certaine indifférence pour apprendre, mais une indifférence qui n’est pas impossible à combattre selon lui45. En 1890 et dans la même province andalouse (Malaga), l’anarchiste Cristóbal Grima relève toutefois l’intérêt pour apprendre et savoir46. Ces quelques témoignages fragmentaires ne visent qu’à poser le problème en repérant quelques moments, quelques attitudes que l’étude de l’éducation populaire peut aider à reconstruire.

  • 47 Paris. 1887. t. I.
  • 48 Cf. Historia de la educación en España. Textos y documentos, op. cit., p. 154.
  • 49 Id., p. 268.

32En effet, après la période obligatoire, l’éducation des adultes emprunte une multiplicité de voies. Pour tenter de remédier aux différenciations socioculturelles, avec des finalités certes diverses, et répondre à la demande populaire, un véritable réseau d’éducation populaire, nocturne et dominical, se met progressivement en place pour compléter le réseau de l’enseignement primaire, insuffisamment et inégalement développé. L’État lui-même a conscience de ses carences puisque le principe de l’éducation des adultes est inscrit dans la loi. L’Espagne, souligne le Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire de Ferdinand Buisson47, « a été un des premiers (pays) à inscrire dans la loi le principe de l’enseignement des adultes ». En effet, la loi du 21 juillet 1838 prévoit dans son article 37 l’organisation d’écoles pour adultes48. Plus précise, la loi de 1857 expose en la matière les souhaits officiels dans ses articles 106 et 10749 :

«Igualmente fomentará (El Gobierno) el establecimiento de lecciones de noche o de domingo para los adultos cuya instrucción haya sido descuidada, o que quieran adelantar en conocimientos»;
«En los pueblos que lleguen a 10.000 almas habrá precisamente una de estas enseñanzas, y además una clase de Dibujo lineal y de adorno, con aplicación a las Artes mecánicas».

33Les lois et règlements de 1868 donnent de nouveaux encouragements aux écoles d’adultes des deux sexes (Loi du 2 juin et Décret du 21 octobre 1868) :

  • 50 Art. II de la Loi d’Instruction primaire du 2 juin 1868 (Id., p. 305).

«Las Autoridades de provincia estimularán asimismo la formación y aumento de Juntas de señoras que instituyan Escuelas dominicales para las jóvenes y casas de enseñanza para las niñas pobres»50.

  • 51 Cf. M. N. Cossío, article « Espagne » du Nouveau dictionnaire de pédagogie de Ferdinand Buisson. Pa (...)

34Dans toutes les localités où se trouve une école primaire, le maître a donc l’obligation-théorique, moyennant une modique rétribution, de tenir le soir une classe d’adultes. Début XXe siècle, la situation reste inchangée51.

  • 52 Anuario Estadistico. 1860, op. cit., pp. 328-331.
  • 53 Reseña Geográfica y Estadistica. 1880, op. cit., pp. 324-325.
  • 54 En 1881, 22. 133 cours d’adultes pour hommes avec 589.987 élèves, et 6.189 cours pour femmes avec 1 (...)

35La portée de ces mesures reste toutefois mesurée. L’assistance semble en effet limitée, d’après les statistiques disponibles : 844 écoles et 28.949 élèves en 186052, 2.333 écoles et 99.107 élèves en 188053, pour reprendre des dates que nous avions déjà analysées. Soit en 20 ans, une augmentation de 176 % du nombre d’écoles, et de 242 % du nombre d’élèves, mais seulement moins de 100.000 élèves en 1880, sans commune mesure avec d’autres pays dont la France54. N’oublions pas d’autre part que les élèves des cours pour adultes étaient comptabilisés dans les statistiques générales de l’enseignement primaire que nous avons commentées plus haut.

36Une partie importante de la scolarisation populaire et en particulier ouvrière passait donc par d’autres canaux. Nombreuses sont, dès la monarchie d’Isabelle II, les sociétés et mouvements qui se consacrent exclusivement ou pas à l’éducation populaire, et dont il importe de préciser formes, fonctions et publics, tout en construisant chronologie, géographie et typologie. Qu’elle vise un objectif de formation initiale ou continue, un public de jeunes ou d’adultes, cette œuvre d’éducation est le fait d’un réseau extrêmement capillaire et multiforme d’associations locales, aux stratégies variées. Que la demande populaire d’éducation trouve à s’exprimer dans ces associations nous paraît indubitable. Il s’agit là d’un gigantesque chantier et le regroupement des données sur ce mouvement associatif d’éducation populaire doit s’effectuer dans un cadre régional. Ce travail visait donc tant à exposer le résultat de premières enquêtes qu’à avancer un programme d’études en tentant de mettre en lumière la notion première de demande populaire d’éducation.

Notes

1 Nous avons brièvement exposé la configuration d’un système éducatif au travers des textes législatifs et de la construction d’une administration spécifique dans « L’État et l’École au XIXe siècle » (École et Société en Espagne et en Amérique latine (XVIIIe -XXe siècles), Publications de l’Université de Tours – Série « Études Hispaniques ». V), Tours, 1983 (1985). pp. 49-61), dont ce travail constitue la suite naturelle.

2 Cf. pour le cas français, l’étude de Jacques Ozouf, « Le peuple et l’école : note sur la demande populaire d’instruction en France au XIXe siècle » (Mélanges d’Histoire sociale offerts à Jean Maitron. Les Éditions Ouvrières, Paris, 1976, pp. 167-176. et Lire et écrire. L’alphabétisation des français de Calvin à Jules Ferry, Les Éditions de Minuit. Paris. 1977, pp. 137-153).

3 Nous avons tenté une première approche dans « Associations culturelles pour ouvriers et artisans à Madrid (1847-1872) » (Culture et Société en Espagne et en Amérique latine au XIXe siècle. Université de Lille III, Lille, 1980, pp. 77-91).

4 Prologue à la seconde édition de l’Historia del Comunismo d’A. Sudre (Barcelona, 1860, p. XXI) : «Es una verdad innegable que entre nosotros las clases proletarias son las que más leen, o quizás las únicas que leen». Josep Benet et Casimir Martí qui citent ce témoignage (Barcelona a mitjan del segle XIX. El moviment obrer durant el Bienni Progressista (1854-1856), Curial. Barcelone. 1976, t. I, p. 174) montrent la nécessité de le situer dans son contexte polémique.

5 Lettre du 2 octobre 1871 à F. Engels (Correspondance Friedrich Engels. Paul et Laura Lafargue, textes recueillis, annotés et présentés par Emile Bottigelli, Editions Sociales, Paris, t. I, 1956. pp. 9-10) : « Les hommes m’ont paru très supérieurs, je puis dire que jamais je n’avais rencontré une réunion d’ouvriers si intelligents et si instruits ; leur instruction contrastait grandement avec l’ignorance de la bourgeoisie espagnole ».

6 Cf. l’introduction de Renée Lamberet à l’ouvrage de Max Nettlau. La Première Internationale en Espagne (1868-1888) (D. Reidel. Dordrecht. 1969, p. XXII), et l’appendice, pp. 608-618.

7 La Instrucción del pueblo. Memoria premiada con accessit por la Real Academia de Ciencias Morales y Políticas en el concurso ordinario de 1878 sobre el tema «¿La primera enseñanza deberá ser obligatoria? ¿Deberá también ser gratuita? Medios más eficaces para obtener el cumplimiento de aquel deber por las familias», Tipografía Guttenberg, Madrid, 1881, p. 7.

8 La Educación nacional. Hechos e ideas, Librería General de Victoriano Suárez (Biblioteca de Derecho y de Ciencias Sociales), Madrid, 1910, pp. 7-8.

9 Cf. notre travail « La projection sociale de l’Université à la fin du XIXe siècle : l’Extension Universitaire en Espagne (Higher Education and Socoiety. Historical Perspectives, 7th International Standing Conference for the History of Education, Universidad de Salamanca, 1985, vol. I, pp. 208-218).

10 Política y enseñanza, Daniel Jorro, Editor (Biblioteca científico-filosófica), Madrid, 1904 (mais chapitre écrit en 1900, «en ocasión en que parecía que iba a pasar algo, en el momento que lógicamente se podía estimar más oportuno, para iniciar con fuerza, y con toda el alma, una política pedagógica»), p. 6. «Los españoles, remarque Posada, triste es decirlo, en su inmensa mayoría, ni sienten la necesidad de aprender más de lo que saben, ni aprecian en su justo valor los medios que una cultura general pone en manos de quien la posee». Nous pensons toutefois qu’existe un tel mouvement, même s’il n’est pas généralisé.

11 Cf. François Furet et Jacques Ozouf. Lire et écrire, op. cit., vol. I, pp. 13-17. Sur la situation espagnole, cf. les bilans de Bartolomé Bennassar (in Aux origines du retard économique de l’Espagne XVIe-XIXe siècles. Éditions du C. N. R. S., Paris, 1983. pp. 119-126) et Antonio Viñao Frago («Fuentes para el estudio de la alfabetización en períodos pre-censales», in Sisenes Jornades d’História de l’Educació als Pai’sos Catalans, Lleida, 1984, pp. 149-158).

12 Cf. Bennassar, op. cit., p. 126, et Marie-Christine Rodriguez et B. Bennassar, « Signatures et niveau culturel des témoins et accusés dans les procès d’inquisition du ressort du Tribunal de Tolède (125-1817) et du ressort du Tribunal de Cordoue (1595-1632) » (Caravelle, Toulouse, n° 31, 1978), p. 41.

13 Image dont les espagnols ont cherché à se débarrasser : cf. la brochure d’A. F. Vallin La instrucción popular en Europa. Rectificación del mapa de Mr. J. Manier (Imprenta y Estereotipia de Aribau y Ca, Madrid, 1878, 27 p.) publiée à l’occasion de l’Exposition Universelle de Paris de 1878 en réponse à la carte de J. Manier publiée lors de l’Exposition Universelle de 1867 et qui classait l’Espagne parmi les pays plus retardés d’Europe sur le plan culturel. Vallin, qui classe l’Espagne parmi les pays de deuxième catégorie («Países bastante adelantados donde una parte considerable del pueblo no sabe leer ni escribir») sur quatre, critique les données du recensement de 1860 : «(...) Nos consta, y se ha probado de un modo indudable, que en las pequeñas poblaciones del campo, que constituyen la mayoría en nuestro país, y donde las faenas de la agricultura no dejan un solo momento de descanso a la casi totalidad de sus habitantes, procuran éstos eximirse de ciertos servicios y cargos públicos, con el pretexto o excusa de que no saben leer ni escribir, no siendo así realmente, como lo prueban en sus asuntos privados. Tal fue la causa mayor de los datos que aparecieron en el Anuario de 1861 (...)» (p. 24).

14 J. Jimeno Agius par exemple compare les chiffres tirés des recensements de 1860 et 1877 dans La instrucción primaria en España. Estudio estadístico, Establecimiento tipográfico de El Correo, Madrid, 1885, pp. 11-30. Juan Comorera (La Trágica Ignorancia española. Estudio del cuerpo y del espíritu de nuestro pueblo, que puede servir de base para el análisis de nuestra psicología. Consecuencias, causas, responsabilidades, la cuestión previa, La Neotipia, Barcelone, 1919, pp. 69-82) et Lorenzo Luzuriaga (El Analfabetismo en España, J. Cosano, Madrid, 1919, 79 p.) ont de leur côté comparé et cartography les données des recensements de 1860 à 1910. Pour une présentation générale des recensements de population, cf. l’étude d’Amando Melón, «Los Censos de la población en España (1857-1940)», Estudios Geográficos, XII, n° 43, mai 1951, pp. 203-281.

15 Cf. les données rassemblées par Carlo M. Cipolla dans Educación y desarrollo en Occidente, Ed. Ariel, Barcelone, 1983 (trad. de Literacy and Development in the West, Penguin Books, 1969), pp. 157-158.

16 Selon le directeur général de l’Institut Géographique et Statistique dans son Introduction au recensement de 1900, Francisco Martín Sánchez (Ministerio de Instrucción Pública y Bellas Artes. Dirección General del Instituto Geográfico y Estadístico, Censo de la población de España según el empadronamiento hecho en la península e islas adyacentes en 31 de diciembre de 1900, Imprenta de la Dirección General del Instituto Geográfico y Estadístico, tome II, Madrid, 1903, p. XI).

17 Censo de la población de España (...) en 31 de diciembre de 1900, op. cit., p. XI («Población clasificada por instrucción elemental y relación de aquella con los que saben leer y escribir, según los censos de los años que a continuación se expresan»).

18 Id., p. XIII («Estado general por provincias del número de analfabetos inscritos en los censos desde 1860 hasta la fecha»).

19 Cf. par exemple J. Comorera, La trágica ignorancia española, op. cit., pp. 76-82.

20 L’Espagne au XXe siècle. Etude politique et économique, Librairie Armand Colin, Paris, 1913, p. 365. Cf. aussi du même La question sociale en Espagne, Félix Alcan, Editeur, Paris, 1910, pp. 352-355.

21 Cf. Federico Sanz Díaz, «El proceso de institucionalización e implantación de la primera enseñanza en España (1838-1870)», Cuadernos de Investigación Histórica, Madrid, n° 4, 1980, pp. 229-268, et pour une période antérieure Antonio Viñao Frago, «Fuentes estadísticas de ambito nacional-estatal para el estudio de la escolarización en el nivel elemental (1750-1832)», in Escolarización y Sociedad en la España contemporánea (1808-1970). Il Coloquio de Historia de la Educación, Valencia, 1983, pp. 881-892. Encore une fois, une analyse critique de ces matériaux disponibles est à faire.

22 « La statistique de l’enseignement primaire », Bulletin de l’Institut International de Statistique, Rome, Tome VIII, 2e livraison, 1895, pp. 20-21.

23 Cf. par exemple la Reseña Geográfica y Estadística de España, Imprenta de la Dirección General del Instituto Geográfico y Estadístico, Madrid, 1888, p. 308, et J. Jimeno Agius, op. cit., p. 43.

24 Les statistiques distinguent progressivement les élèves inscrits (matriculados) et les élèves assidus (asistentes). Cf. F. Sanz Diaz, art. cit., pp. 249 et 252.

25 A partir de la Estadística de la primera enseñanza correspondiente al decenio que terminó en 31 de diciembre de 1880 élaborée par la Direction Générale d’Instruction Publique, Madrid, 1883.

26 Cf. F. Sanz Díaz, art. cit., pp. 239-240, pour la période 1846-1870.

27 Selon l’article 12 du Règlement de 1838 (Reglamento de las escuelas públicas de instrucción primaria elemental de 26 de noviembre de 1838) : «Para ser admitido el niño deberá tener, por regla general, de seis a trece años» (Historia de la Educación en España. Textos y documentos, Ministerio de Educación, Madrid, tome II, p. 176).

28 Cf. F. Sanz Díaz, art. cit., p. 241, et J. Jimeno Agiu, op. cit., pp. 32-33.

29 Cf. F. Sanz Díaz, art. cit., p. 247. Le recensement de 1860 classe la population des jeunes par tranches d’âge (moins d’un an, de 1 à 5, de 6 à 10, de 11 à 15...) qui ne coïncident pas exactement avec celles que distingue la statistique scolaire (moins de 6 ans, de 6 à 9, plus de 9 ans) – Anuario Estadístico de España Publicado por la Junta General de Estadística 1860-1861, Imprenta Nacional, Madrid, 1862-1863, pp. 40-43 («Población de España según el censo de 1860, clasificada por edades»), et 328-331 («Alumnos concurrentes a las escuelas públicas y privadas de todas clases y grados en fin del año 1860»).

30 En rapportant à la tranche d’âge 6-10 ans. F. Sanz Díaz a effectué des calculs pour aboutir aux moyennes théoriques de population coïncidant avec la statistique scolaire (art. cit., p. 267, n. 70). Il arrive ainsi à un taux de scolarisation de 45 % pour la période de la scolarité obligatoire (57 % des garçons et 33 % des filles).

31 Cf. Reseña Geográfica y Estadística de España, op. cit., pp. 344-345 («Estado comparativo entre el número de habitantes de 4 a 14 años existentes, según cálculo, en 30 de octubre de 1880 y los alumnos inscritos en las escuelas públicas y privadas en aquella fecha, y relación por 100 de los inscritos con la población de dichas edades (o escolar)»).

32 Cf. Eduardo Navarro Salvador, «Los niños sin escuela», La Escuela Moderna, Madrid, XIII, n° 260, avril 1913, pp. 296-302.

33 Cf. I Congreso obrero español (Barcelona, 18-26 de junio de 1870), Zyx, Madrid, 1972, pp. 176-177.

34 De la Instrucción pública en España, Madrid, 1835, t. I, pp. 252-253.

35 Il est vrai que l’enseignement pouvait être dispensé dans le cadre familial («La primera enseñanza elemental es obligatoria para todos los españoles. Los padres o tutores encargados enviarán a las escuelas públicas a sus hijos y pupilos desde la edad de seis años hasta la de nueve; a no ser que les proporcionen suficientemente esta clase de instrucción en sus casas o en establecimiento particular», art. 7 – cf. École et Société, op. cit., p. 168). L’article 8 ne prévoit des amendes que pour les parents dont les enfants ont une école à proximité («habiendo escuela en el pueblo o a distancia tal que puedan los niños concurrir a ella cómodamente»).

36 Selon Jaime Poch y Garí, «Conversa Pedagógica en Tortosa», La Escuela Moderna, XVI, n° 184, juillet 1906, p. 511.

37 Question n° 50 du VIIIe groupe (Condición moral de la clase obrera) : «Cultura intelectual: Número de los que no saben leer ni escribir en cada comarca; asistencia de los obreros a los establecimientos de primera enseñanza, públicos y privados; ídem a los de enseñanza técnica o escuelas de artes y oficios; ídem a los centros de instrucción mercantil; si hay sociedades o instituciones que se consagren a la propagación de la cultura popular; si los patronos y compañías hacen algo para facilitar la instrucción de los obreros; naturaleza de los libros y periódicos que circulan entre los mismos» (in María del Carmen Iglesias y Antonio Elorza, Burgueses y Proletarios. Clase obrera y reforma social en la Restauración (1884-1889), Editorial Laia, Barcelone, 1973, p. 454).

38 Reformas Sociales. Información oral y escrita practicada en virtud de la Real Orden de 5 de diciembre de 1883, t. I, Imp. Minuesa de los Ríos, Madrid, 1889, pp. 103-104.

39 Id., p. 175 (réponse de S. García, «Si se rebajaran las horas de trabajo hasta las seis y media en verano y hasta las cinco en invierno, los obreros tendrían tiempo para acudir a estas escuelas») et 195 (réponse de T. P. Izquierdo, «Desgraciadamente son muy contados los que se instruyen, porque no todos tienen la fuerza de voluntad (...) para después del trabajo dedicar (se) al estudio»). Il s’agit bien sûr ici de l’éducation des adultes en cours du soir.

40 Cf. notre présentation générale dans « Associations culturelles pour ouvriers et artisans à Madrid (1847-1872) », op. cit.

41 Reformas Sociales, op. cit., t. II, pp. 368-369.

42 Isabel II : Historia de la Reina de España. Librería Española D. I. López Bernagosi Madrid-Barcelone, s. d. (1862). p. 535.

43 Cf. notre présentation « Les socialistes madrilènes et l’éducation au début du XXe siècle ». Matériaux pour l’histoire de notre temps. Paris, nos 3-4, juillet-décembre 1985, pp. 43-46.

44 Dans sa première conférence sur « Histoire et Progrès » (La Aurora Social, Oviedo, n° 60, 24-XI-1900, p. 3/111). Clarin en reprit le texte dans une de ses «revistas mínimas» publiées dans La Publicidad (n° 7965, 25-XI-1900) que nous reprenons ici (cf. Yvan Lissorgues, Clarín politico, Université de Toulouse, t. I, p. 273). Nous nous permettons de renvoyer le lecteur intéressé à notre communication « Clarin en la «Extension Universitaria» ovetense (1898-1901)», à paraître dans les Actes du Colloque Clarin y la Regenta en su tiempo (Oviedo novembre 1984).

45 Augusto Jerez Perchet. La clase obrera y la instrucción popular. Imp. del Correo de Andalucía, Malaga, 1876, p. 13.

46 «(...) A juzgar por lo que se ve, aunque con dificultades, son muchos los que desean y en parte lo consiguen, el cultivar su inteligencia, embotada por el exceso de fatiga» (lettre de C. Grima a La Unión Mercantil de Malaga du 21-IV-1890 reproduite par Antonio Nadal, « Polémica Anarquista-Socialista. I° mayo 1890 », Jábega. Malaga, n° 16, 4e trimestre 1976, p. 57).

47 Paris. 1887. t. I.

48 Cf. Historia de la educación en España. Textos y documentos, op. cit., p. 154.

49 Id., p. 268.

50 Art. II de la Loi d’Instruction primaire du 2 juin 1868 (Id., p. 305).

51 Cf. M. N. Cossío, article « Espagne » du Nouveau dictionnaire de pédagogie de Ferdinand Buisson. Paris, 1911, pp. 568 et 570. Signalons d’autre part que l’État subventionne modestement quelques associations d’éducation populaire, en particulier sur la base du décret du 5 octobre 1883 (Gaceta de Madrid, CCXXII, n° 280, 7-X-1883, pp. 61-62), assurant ainsi une reconnaissance officielle de ces associations.

52 Anuario Estadistico. 1860, op. cit., pp. 328-331.

53 Reseña Geográfica y Estadistica. 1880, op. cit., pp. 324-325.

54 En 1881, 22. 133 cours d’adultes pour hommes avec 589.987 élèves, et 6.189 cours pour femmes avec 106.335 élèves (cf. Henri Boiraud, « Les instituteurs et l’évolution des cours d’adultes au XIXe siècle », Education permanente, Paris, nos 62-63, 1982, p. 30).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5188/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende (a) Van incluidos en este epígrafe los niños de todas las edades que no saben leer ni escribir.(b) En las posesiones de Africa se hallan comprendidos en el Censo de 1 860 los españoles que se hallaban en Tetuán, y en los de 1 887 y 1 900 los habitantes peninsulares é indígenas de Río de Oro.La población de Ceuta figura en la provincia de Cádiz, à que pertenece como ayuntamiento.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5188/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Nombre des écoles primaires publiques
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5188/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Nombre des écoles primaires privées
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5188/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Nombre d’élèves des écoles primaires publiques
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5188/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Nombre d’élèves des écoles primaires privées
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5188/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 112k

Auteur

Université François Rabelais, Tours
Casa de Velázquez, Madrid

© Presses universitaires François-Rabelais, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable