Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume 2

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

V. Milieux physiques, ambiances urbaines et technologies

Spécifications pour un système d’aide verbale au déplacement pour des piétons aveugles dans des environnements urbains complexes

Michel Denis

Texte intégral

  • 1 Directeur de recherche au CNRS.

1Note portant sur l’auteur1

OBJET DE LA RECHERCHE

2Un objectif important pour les institutions en charge des villes est non seulement d’organiser leur infrastructure, mais aussi de veiller à la manière dont s’opèrent les flux de déplacements au sein de celles-ci.

3La situation examinée dans cette recherche est celle où des individus, au sein d’une ville, ont besoin d’exécuter des déplacements, mais ne disposent pas des connaissances préalables qui leur permettraient de planifier le trajet en question. Plus spécifiquement, nous avons concentré notre projet sur un type de demande très spécifique, celle qu’expriment les personnes aveugles ou souffrant de handicaps visuels sévères.

4L’objectif des personnes handicapées visuelles dans leur vie de travail et leur vie sociale est d’atteindre le maximum d’autonomie. Pour l’exécution de ces déplacements, l’absence de vision engendre un grand nombre de difficultés.

5La première difficulté concerne le niveau sensori-moteur, c’est-à-dire le contrôle de la direction de la trajectoire par rapport à la représentation interne du trajet à suivre. La seconde difficulté résulte de la réduction considérable d’indices utilisables par l’individu pour repérer sa position et son orientation dans l’espace. En effet, les handicapés visuels ne peuvent pas utiliser les repères visuels, mais disposent de repères auditifs et tactiles au sol. Les repères auditifs ne spécifient pas une région bien définie, mais une direction de précision variable. Les repères au sol ne sont pas toujours accessibles ou le sont indirectement, par une canne. Les actions à effectuer par rapport à des repères sont donc particulièrement difficiles à mettre en œuvre.

6Aucun des systèmes existants d’aide au déplacement dans les villes n’est spécialement tourné vers les handicapés visuels sévères. Aussi est-il justifié de veiller à ce que les systèmes et les services d’aide au déplacement incluent des modules qui prennent en compte les spécificités de cette population.

7Par exemple, alors qu’il est établi que la qualité d’une description d’itinéraire est tributaire de sa richesse en repères visuels, il s’agira de faire des références pertinentes à des aspects non visuels, comme les ambiances sonores ou la texture du revêtement des voies sur lesquelles s’effectue le déplacement.

8La recherche menée dans le cadre du présent projet est partie du postulat suivant. Avant de s’engager dans la mise en œuvre d’une technologie spécifique (imposant un choix parmi une pluralité de médias envisageables), il nous est apparu indispensable de mener une étude amont des processus d’aide verbale au déplacement.

9Pour résumer, l’étude que nous avons menée a permis de spécifier le contenu et la structure optimale de messages linguistiques destinés à aider le déplacement de personnes handicapées visuelles dans des environnements urbains. À terme, les données fournies par ce type d’étude sont de nature à aider à la conception et ultérieurement à la mise en place de services avancés, consultables à distance et capables de délivrer des instructions de déplacement adaptées aux limitations dont souffrent les personnes aveugles dans l’appréhension de l’environnement urbain.

MÉTHODOLOGIE DU PROJET

10Notre projet a été construit de manière à tirer profit de la conjonction de plusieurs types de données comportementales.

11Tout d’abord, afin de rendre compte des opérations cognitives qui président à la production des descriptions spatiales, des expérimentations ont été mises en place en vue de recueillir, de la part des participants, des descriptions destinées à aider le déplacement d’un aveugle sur un trajet urbain soigneusement sélectionné.

12Nous avons ensuite fait effectuer des opérations d’évaluation de ces descriptions, avec la perspective d’abstraire d’un ensemble complexe de données des descriptions optimales supposées aider les déplacements de personnes aveugles.

13Enfin, nous avons examiné des participants dans des contextes d’utilisation des descriptions spatiales, en analysant les déplacements de personnes exposées à ces descriptions.

DÉROULEMENT DE L’ÉTUDE

14En résumé, les trois phases d’étude qui se sont enchaînées dans le projet ont été les suivantes : étude des verbalisations produites par des personnes aveugles et par des personnes voyantes ; étude des jugements portés par des utilisateurs sur ces descriptions verbales ; étude des déplacements effectués par des personnes aveugles et des personnes voyantes à partir de ces descriptions.

15Dans la première phase de l’étude, les descriptions orales d’un itinéraire nouvellement appris ont été recueillies auprès de participants voyants et non-voyants (de naissance et tardifs).

16L’analyse a fait apparaître la variété interindividuelle des descriptions d’itinéraires. Mais dans l’ensemble, chez les non-voyants, les descriptions tendent à devenir essentiellement procédurales, en alternant les prescriptions de progression et de réorientation, avec une référence aux seuls éléments de l’environnement qui sont perceptibles par ces personnes.

17La seconde phase expérimentale a permis d’établir des descriptions dites squelettes contenant l’essentiel des instructions de déplacement issues de l’analyse du corpus.

18Quant à la troisième phase de l’étude, elle a consisté en une étape de validation, permettant d’évaluer la capacité de nouveaux participants à utiliser les descriptions squelettes pour se déplacer efficacement le long de l’itinéraire.

19En particulier, nous avons recueilli des signes du fait que la description squelette composée avec les ingrédients attendus par les non-voyants est mieux utilisée par ceux-ci que par les voyants. L’absence de repères visuels dans la description squelette est l’explication la plus plausible de la faible performance de ces derniers.

RÉSULTATS

20Au total, notre étude fournit une validation objective de la qualité des descriptions procédurales construites pour les non-voyants et atteste du caractère inadapté de ces descriptions aux besoins cognitifs des personnes voyantes.

21Elle conforte notre intuition de la nécessité d’ajuster à leurs utilisateurs le contenu des instructions spatiales qui seraient fournies par un système d’aide au déplacement conçu pour les personnes non voyantes en environnement urbain.

22Enfin, les conclusions auxquelles nous aboutissons sont valides pour les personnes aveugles en général, bien que certains traits spécifiques différencient les non-voyants de naissance et les non-voyants tardifs.

23Notre étude apporte une information nouvelle sur la manière dont la ville est perçue par les personnes privées de la modalité visuelle. Elle permet d’introduire des préconisations sur la manière dont le discours descriptif doit s’agencer pour apporter une aide authentique au déplacement des personnes aveugles et contribuer à leur intégration dans les structures sociales de la ville.

Notes

1 Directeur de recherche au CNRS.

Auteur

Responsable scientifique

Équipe : F. Gaunet, E. Manghi, M.C. Bonneville.


mailto:denis@limsi.fr
Groupe Cognition Humaine
LIMSI-CNRS
BP 133
91403 Orsay Cedex
Tél. : 01 69 85 80 08

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable