Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

École et société en Espagne et en Amérique Latine (XVIIIe - XXe siècles)

 | 
Jean-René Aymes
, 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

II – Amérique

Réalités de l’éducation indigène au Pérou : le cas Salcedo

Ève-Marie Fell

Texte intégral

1On sait que la présidence de Leguía se présente comme un tournant dans la politique officielle de l’État péruvien vis-à-vis de la population indigène. Fondateur de la Section des Affaires Indigènes, et du Patronat de la Race Indigène, promoteur de l’enregistrement cadastral des Communautés d’Indigènes et des festivités du Jour de l’Indien, l’auguste mandataire n’hésitait pas à répéter qu’une des dimensions essentielles de sa politique était le « réveil » indien. Recevant le 18 janvier 1930 une délégation andine dans le palais présidentiel, c’est la même version qu’il présente aux intéressés, version qui sera d’ailleurs largement diffusée dans la sierra :

  • 1 « El Presidente Leguía habla directamente al alma de los cinco millones de indios que esperan ser (...)

« Ha sido necesario, señores, que mi voz, con la autoridad que le confieren la suprema investidura de la Nación y la magnitud de mi labor gubernativa, resonara insistentemente en todas las cumbres andinas para que el indio comenzara a darse cuenta de que no es ejemplar de un rebaño sino ciudadano de un país libre. Hasta que llegué al Poder, nuestros aborígenes sólo escucharon la corneta de los piquetes de reclutamiento y el pututo de las sangrientas represalias contra el gamonal. Ni una palabra de esperanza, ni un mensaje de redención. Yo les he dicho esa palabra, yo les he aportado ese mensaje... »1.

  • 2 Dans le rapport sur la population indigène qu’il rédige en 1938 pour le compte de l’O. Ι. Τ., Mois (...)
  • 3 Dans son panorama du Pérou des années 40, Gerbi développe longuement le thème des potentialités in (...)

2Ainsi tirés de leur léthargie par la parole miraculeuse, les indigènes de toutes régions n’hésitent pas, tout au long de l’oncenio à réclamer qu’une possibilité minimale d’enseignement soit offerte à leurs enfants. Cette revendication fleurit en particulier dans ces « Congrès Tahuantinsuyo », si peuplés d’agitateurs et d’extrémistes que Leguia se verra contraint de les interdire en 1927. Soucieux néanmoins de « civiliser l’indien », il entreprend un effort éducatif inusité en créant trois « Granjas-escuelas » et trois « Escuelas Normales Indígenas » en onze ans de pouvoir. Parmi ces créations, la plus célèbre est, en 1925, celle de la Granja de Salcedo (Puno), un important établissement confié à l’ordre de Saint François de Sales. Contrastant avec la misère des petites écoles primaires indigènes (là où elles existent...), cette magnifique construction en pierres massives, dotée des équipements techniques les plus modernes, est un véritable fleuron de l’indigénisme officiel de cette période. En croissance constante durant ses vingt premières années d’existence, Salcedo est le collège que l’on fait visiter aux étrangers, l’établissement modèle dont l’efficacité est renommée2, la preuve vivante des capacités de l’indien placé dans de bonnes conditions éducatives3.

  • 4 « Proclama que el Director de Agricultura y Ganadería, ingeniero agrónomo Casimiro Gutiérrez Madue (...)

« Es un acontecimiento de trascendencia para la Patria la inauguración de esta primera Granja Taller Escolar, concepción felicísima del gran Mandatario don Augusto B. Leguía. En ella encontrarán la senda luminosa de su redención y su purificación todos los peruanos autóctonos y todos los hijos de los aborígenes, que aletargados antes por una política centralista, mezquina, estrecha, vivieron por más dex cuatro siglos la dura vida del trabajo y del oscurantismo, sin sosiego para sus manos, sin alegría para sus almas y sin ninguna esperanza (...) Indios del Perú, vuestro redentor, el gran Presidente Leguía, está cumpliendo su obra y ya es un hecho vuestra redención, vuestra incorporación a la vida ciudadana y la educación y la instrucción, el fomento y la exaltación de vuestros hijos, carne de vuestra carne, sangre de vuestra sangre »4.

  • 5 Mensaje presentado al Congreso del Perú por el General de División don Oscar R. Benavides, Preside (...)
  • 6 Benavides annonce la création, le 14 septembre 1937, d’un collège parallèle pour les jeunes filles (...)

3Ces fortes paroles, prononcées le jour de l’inauguration de la Granja Taller, le 4 juillet 1929, par l’envoyé du Ministerio de Fomento, dont-fait significatif-l’établissement relève, montre bien le parti que l’État entend tirer de cette œuvre de prestige. Le discours, qui annonce la création de plusieurs fondations similaires dans un avenir proche, est d’ailleurs reproduit en version trilingue (espagnol-quechua-aymara) sur des tracts largement diffusés auprès de la population indigène du Département de Puno. On ne s’étonnera donc pas de voir, au cours des années qui suivent, un autre Président de la République, le Général Benavides, se poser en continuateur de Voncenio et recueillir les fruits de l’essor de Salcedo. Nous n’en voulons pour preuve que le message présidentiel de 1939, qui dresse le bilan officiel de six années de pouvoir. La Granja Salcedo, florissante, y occupe un espace exceptionnel, à la fois dans la partie consacrée au développement économique et au désenclavement routier des Départements du Sud et dans celle qui décrit les grandes étapes de la politique indigéniste de Benavides5. Agrandi, élargi à une école pratique annexe, l’établissement apparaît comme une pièce maîtresse de l’œuvre présidentielle, qui couvre désormais tous les fronts de l’éducation indigène : pour les jeunes de moins de seize ans, Salcedo, et, sur son modèle, de nouveaux établissements qui restent à créer6 ; pour les adultes analphabètes, une nouveauté pédagogique, les « Brigadas de Culturización Indígena », équipes mobiles d’alphabétisation élémentaire, créées en mai 1939. Et le Général-Président de conclure hardiment :

  • 7 Ibid., p. 170.

« Vincular al indio a la vida civilizada ha sido siempre una de mis más empeñosas preocupaciones de gobernante »7.

  • 8 « Señores, el problema indígena ya está resuelto y con resultados seguros. Una buena Granja Escola (...)

4Salcedo est-il donc un collège modèle qui témoigne de la profonde préoccupation des gouvernants successifs à l’égard de la jeunesse indigène ? Son organisation, ses résultats mirifiques permettent-ils d’espérer une solution définitive du « problème indien », ainsi que le premier Directeur du Collège n’hésitait pas à l’affirmer dès la fin de l’année scolaire 19318 ? Des intérêts privés, des groupes de pression n’interfèrent-ils pas dans le prodigieux essor d’un collège qui contraste inexplicablement avec la grande misère de l’enseignement public en général, de l’enseignement indigène en particulier ? Derrière les envolées officielles, nous avons cherché à savoir quelles étaient les circonstances réelles de la création de l’établissement, son organisation pédagogique, les modalités exactes de son développement. Les faits collectés jettent une tout autre lumière sur « l’indigénisme » de Salcedo.

  • 9 Cf. Manuel Burga y Wilson Reátegui, Lanas y capital mercantil en el Sur : La Casa Ricketts 1895-19 (...)

5En réalité tout commence à Arequipa, en 1922, dans un domaine bien étranger à la pédagogie, au creux de ces années terribles que connaissent les Départements du Sud entre 1920 et 1923. On sait que l’activité principale de la région Puno-Arequipa est la collecte, la commercialisation et l’exportation de laine de mouton et d’alpaga9. À côté de cette production intensive, l’agriculture, de très faible rendement, est négligée : quelles que soient les fluctuations du marché, la laine rapporte davantage que les denrées agricoles. Chacun, du petit producteur indépendant vivant en communauté aux propriétaires des grands fundos, s’accroche donc à une production qui reste très instable et presque totalement dépendante du marché international.

  • 10 Cf. ibid., pp. 49-50.

6En 1920, celui-ci s’effondre ; la demande est inexistante et les maisons d’export-import d’Arequipa suspendent tous leurs achats au cours du premier semestre 1921. La crise régionale est intense et affecte tous les maillons de la chaîne économique. En 1921, les grands domaines d’élevage se vendent au quart de leur valeur, tandis que le petit producteur andin voit son pouvoir d’achat amputé de 80 %10. La crise est aggravée par les hausses répétées des tarifs de transport ferroviaire de marchandises qu’impose la compagnie étrangère (Peruvian Corporation) qui assure la gestion des chemins de fer. De 1920 à 1923, où s’amorce une légère reprise, les départements concernés sont le théâtre d’innombrables manifestations et révoltes, souvent sanglantes : agitation urbaine des collecteurs et des commerçants ruinés, jacqueries des petits producteurs affamés par l’impossibilité d’écouler leur laine, rébellions du personnel des grands domaines contre les familles propriétaires. C’est surtout la population d’origine indigène qui se manifeste avec virulence : les communautés, dont le niveau de vie est en chute libre, revendiquent la restitution des terres qui ont pu leur être confisquées par les hacendados au cours des siècles ; quant aux colonos des grands domaines, ce sont aussi de petits producteurs qui élèvent leur bétail sur les terres concédées à titre précaire par le maître, mais c’est à celui-ci seul qu’ils ont le droit de vendre leur production lainière. En période de crise, celle-ci est évidemment refusée par l’hacendado, qui, lui, a les moyens de tenir bon pendant quelques saisons.

  • 11 Très fragiles, l’alpaga et le mérinos sont victimes de nombreuses épidémies dans la région entre 1 (...)
  • 12 Estatutos de la Liga de Hacendados. Aprobados por el Comité Ejecutivo en sesión de 15 de mayo de 1 (...)

7La crise aggrave donc les tensions sociales et modifie peu à peu les données du marché aux dépens des petits producteurs. Dans un contexte très déprimé, seule en effet la laine d’alpaga de très haute qualité trouve encore preneur et celle-ci n’est produite que par les patrons des grands domaines modernisés11. Face à la crise, à l’agitation grandissante, à une réelle insécurité, ces derniers décident en 1922 de former une association de défense de leurs intérêts, la « Liga de Hacendados »12, qui va être le véritable promoteur de notre Granja.

  • 13 Cf. Art. 43, ibid., pp. 18-19. En août 1931, la Ligue s’élargit et devient « Liga de Hacendados e (...)

8Les buts de la Liga, clairement définis dans ses statuts, sont ambitieux. Elle se propose de contribuer au développement de l’élevage et du commerce lainier de la région Arequipa-Cuzco-Puno ainsi qu’au maintien de la sécurité des biens et des personnes dans la même région ; elle se propose aussi de dresser un triple registre ; un registre cadastral permettant de couper court aux revendications agraires des communautés ; un registre généalogique des races et principaux exemplaires des troupeaux des grands fundos ; enfin un registre de tous les colonos des membres associés, « con tiempo de servicios, conducta observada y conocimientos en ganadería »13. Consciente des critiques dont la catégorie socioprofessionnelle qu’elle représente est l’objet, la Liga se propose également d’entreprendre une campagne d’explication publique lui permettant de diffuser à tous niveaux sa propre vision des problèmes sociaux et ethniques du Sud ; à cet effet, elle met en chantier une série de publications et décide de patronner un ou plusieurs candidats dans les prochaines élections au Congrès.

  • 14 Memorial relativo a la Cuestión Indígena que la Liga de Hacendados eleva al Supremo Gobierno, Areq (...)
  • 15 Liga de Hacendados, La verdad en la cuestión indígena. Apuntes, Arequipa, Tip. S. Quiroz, 1922. L’ (...)
  • 16 Pedro Yrigoyen, El conflicto y el problema indígenas, Lima, Sanmartí y Cia, 1922.
  • 17 Il le rappelle lui-même en diverses occasions. Présentant en 1925 la première mouture du projet Sa (...)
  • 18 Nous ne retenons de ces textes que les données qui vont déboucher sur la Création de Salcedo. Beau (...)
  • 19 « Para los hacendados seria más conveniente modificar el sistema de trabajopagando un salario fijo (...)

9L’année 1922 voit en effet la mise en place de ce programme. Sous l’égide de la Liga, trois opuscules sont édités : le premier est un memorandum sur la question indigène adressé par le Comité Exécutif au gouvernement en date du 10 juin14; le second se présente comme un dossier sur les exactions commises par la population indigène à l’encontre des grands propriétaires de leurs familles et de leurs biens15 ; en fin, Pedro Yrigoyen,, propriétaire de fundo Toroya et membre de la Liga, édite un petit livre de réflexions sur les mêmes questions à Lima16. Par ailleurs, un membre du Comité Exécutif, Pedro J. de Noriega, est élu Sénateur sous l’égide de la Liga et représente ouvertement dans les débats du Congrès la voix des intérêts des hacendados du Sud17. Un véritable groupe de pression, bien doté sur le plan financier, émerge donc et adopte une ligne de conduite économique et idéologique cohérente, bien définie dans les opuscules que nous venons de citer18. L’axe vers lequel la Liga tend de toutes ses forces est celui de lax modernisation des grands domaines : face à la crise, améliorer la qualité et le rendemment d’une production lainière de pointe est un objectif obsessionnel auquel s’opposent, selon elle, de nombreux facteurs : le poids socio-économique de communautés de petits producteurs arriérés et vindicatifs ; l’agitation révolutionnaire qu’entretiennent certains indigènes parmi les colonos19, les rendant inaptes à la collaboration avec la population occidentalisée ; le bas niveau d’équipement des fundos, aggravé par un nombre trop important de colonos et la promiscuité catastrophique des troupeaux des uns et des autres ; enfin et surtout, le manque de personnel qualifié indispensable à une production de haut niveau. Une solution radicale se dégage peu à peu de l’analyse : il faut éliminer rapidement le système du colonato, clôturer strictement les terres d’élevage, et faire appel à une main d’œuvre salariée, dûment formée aux techniques les plus modernes et présentant toutes garanties de moralité. Cette main-d’œuvre n’existe pas dans le pays et il faut la créer en fondant un nouveau type d’établissements scolaires dont le programme répondrait aux exigences des grandes unités de production lainière : ce sont les « Granjas Escolares ».

  • 20 Ibid., pp. 14-15.

« Insinuamos la idea de que el Estado establezca GRANJAS TALLERES ESCOLARES (sic) en lugares convenientes. Estas escuelas deben tener misión eminentemente educativa, de modo que la instrucción venga a ser un complemento de la educación. Los hacendados podrían contribuir por su parte, proporcionalmente, al sostenimiento de dichos planteles »20.

10Ces établissements feraient d’ailleurs d’une pierre deux coups ; formant de solides techniciens dans le domaine de la production lainière, ils seraient aussi un facteur d’apaisement social dans une région où les affrontements ethniques sont parfois d’une grande violence. La population indigène pourrait ainsi constater que les plus capables de ses enfants se voient désormais offrir une opportunité d’ascension inespérée.

11Quant à la gestion de ces futures Granjas, elle serait bien évidemment attribuée non à des maîtres de l’enseignement public mais à des congrégations catholiques, seules susceptibles de former à une morale rigide les jeunes indiens qui leur seraient confiés. Il est important de noter que les préoccupations de la Liga rejoignent ici celles de la hiérarchie ecclésiastique, ce qui explique sans doute la rapidité avec laquelle le projet aboutira. Les années 20 voient en effet l’essor considérable de l’implantation des évangélistes au Pérou, en particulier dans la zone de Puno. L’enquête effectuée dans la région en 1920 par les parlementaires Luna et Roca ne laisse aucun doute sur l’essor des écoles adventistes et leur rayonnement sur l’altiplano. À cette époque, sept centres de mission ont déjà formé deux mille élèves indiens et leur influence ne cesse de s’étendre, au grand dam de l’Église romaine et des propriétaires qui y voient de concert une vaste entreprise de sédition :

  • 21 « Informe presentado al Gobierno por Humberto Luna y Erasmo Roca, miembros de la Comisión en los D (...)

« Como el indio evangelista ya no se deja explotar, exige mayor salario por su trabajo y no cumple ningún cargo religioso, es mirado con desconfianza por los Curas y los mistis damnificados, quienes han emprendido una campaña cruda contra los Evangelistas »21,

  • 22 Cf. La verdad en la cuestión..., op. cit., pp. 24-30.
  • 23 L’institution est créée par Leguía le 29 mai 1922. Présidée par l’Archevêque de Lima, le Patronato (...)

12précise la commission parlementaire. Et on constate, en effet, que l’un des opuscules édités par la Liga accuse très précisément les adventistes d’être à l’origine de l’invasion de trois domaines de la région d’Azángaro, ainsi que de répandre systématiquement dans la région Puno-Chucuito certaines « ideas disolventes entre los indios »22. Evêques et grands propriétaires du Sud, qui se retrouvent déjà côte à côte dans l’institution charitable du Patronat de la Race Indigène23, ont des intérêts concomittants ; c’est pourquoi, tandis que les hacendados soutiennent la hiérarchie qui réclame à Leguia la fermeture autoritaire des missions évangélistes, celle-ci soutient la Liga dans son projet de créations de Granjas indigènes à vocation agricole, confiées à des congrégations. C’est dans ce contexte à la fois socio-économique et confessionnel bien précis que s’expliquent en réalité la fondation et le rapide développement de Salcedo.

  • 24 Cf : « Nada tengo que decir de la urgencia de emprender tan excelsa obra rápidamente. Razones de h (...)

13L’initiative de la création ne revient donc nullement à l’État péruvien. C’est sous les auspices de la Liga de Hacendados qu’à l’automne 1924 le Sénateur Noriega dépose un projet de loi portant création d’une Granja Taller Escolar à Puno. Le projet est d’abord examiné par deux commissions (Instruction et Finances) puis fait l’objet, en novembre 1925, d’un débat au Congrès. Noriega, qui est le rapporteur du texte, dégage de façon significative les intentions de ses promoteurs. Le Sénateur rappelle d’abord l’urgence qu’il y a à ne pas laisser à l’abandon plus de trois millions d’indigènes, de plus en plus revendicatifs et il insiste sur le danger qu’impliquerait toute tergiversation dans un contexte d’agitation permanente24. Il brosse ensuite le tableau de la nouvelle jeunesse indigène qui est appelée à sortir de ce tout nouveau moule éducatif :

  • 25 Ibid., p. 12.

« Quinientos jóvenes indígenas que vivan cinco años ininterrumpidos internados en un fundo rústico, sujetos a disciplina de tipo militar, dentro del marco de severa moral cristiana ; que dividan el tiempo entre el estudio, el trabajo, el aprendizaje de un oficio y los esparcimientos que recrean el espíritu, indudablemente que llegarán al final de ese plazo con hábitos y costumbres arraigados que habrán modificado sustancial mente su psicología racial, tornándola accesible a los estímulos de orden, de trabajo, de aspiración, que son las virtudes básicas de la civilización »25.

14Enfin, pour apaiser les inquiétudes de ceux de ses collègues qui pourraient trouver l’entreprise bien coûteuse, Noriega développe longuement les avantages économiques de son projet ; l’agriculture du Sud, si déficiente malgré un fort peuplement, pourra se développer grâce à ces jeunes gens formés à toutes les activités agricoles ; l’élevage, principale richesse de la région, connaîtra enfin un essor inusité avec l’arrivée de cette main-d’œuvre accoutumée aux techniques de production les plus sophistiquées. L’avenir s’ouvre sous les meilleurs auspices :

  • 26 Ibid, p. 14.

« Esta riqueza, para prosperar enormemente, y convertirse en verdadera industria, requiere del trabajo activo e inteligente del hombre, acomodado a los preceptos de la ciencia zootécnica ; y los ex-alumnos de la Granja le llevarán tan precioso contingente. En las haciendas, serán recibidos con los brazos abiertos (...). No sólo será un establecimiento educador y civilizador de indígenas ; será también escuela modelo de agricultura, de ganadería, de industrias y de trabajo, que propulsará el desarrollo de la riqueza puneña hasta límites insospechables »26.

  • 27 Le mot « escolar » compte. En effet, le Gouvernement avait fondé dans la même région, en octobre 1 (...)
  • 28 La Caisse des Dépôts et Consignations bloque depuis l’entrée en vigueur de la loi les sommes colle (...)

15Le Congrès adopte le 6 novembre le projet et la loi de création est promulguée sous le numéro 5257 le 11 novembre 1925. Le texte, beaucoup plus succinct que le projet initial, prévoit une Granja Taller Escolar destinée à des indigènes âgés de quatorze à seize ans, devant s’établir sur un grand domaine qui reste encore à trouver27. Les élèves seront internes et recevront gratuitement un enseignement qui se décompose en quatre branches : instruction élémentaire, enseignement agricole, technique d’élevage, apprentissage d’un autre métier manuel. À leur sortie, ils recevront un pécule correspondant au travail qu’ils auront fourni sur les terres du collège. Sur le plan financier, et en attendant qu’il assure sa propre rentabilité, l’établissement se voit attribuer une petite subvention sur le Budget Général de la République et une rente annuelle provenant d’un impôt régional sur la coca, ce qui revient en termes clairs à faire financer le collège par la population indigène elle-même. La Loi déclare l’établissement d’utilité publique mais ne précise pas à quels éducateurs il sera confié. Peu après, un contrat est signé entre l’autorité de tutelle, le Ministerio de Fomento, et l’ordre des Salésiens pour sa gestion28. Les faits parlent d’eux-mêmes : Salcedo n’est pas un véritable établissement scolaire créé à l’initiative de l’État, géré par des pédagogues et placé sous la tutelle du Ministère d’Instruction ; c’est une fondation dont l’initiative revient à un groupement d’intérêt socio-professionnel, et dont le but principal est de favoriser la modernisation agricole d’une région en crise.

16Non moins significativement, et sans qu’aucune mission officielle lui ait été confiée, c’est encore le Sénateur Noriega qui va se charger de dresser les plans de construction (28) et le projet éducatif du collège. Si nous ne pouvons garantir, faute de documents concernant la vie quotidienne des élèves, que chaque ligne de ses écrits fut appliquée à la lettre, la philosophie générale qui les inspire nous paraît particulièrement révélatrice. Pour notre Sénateur et représentant de la Liga, le premier objectif dans la formation de ces jeunes est de garantir le caractère catholique romain de leur éducation, ce qui justifie le recours à un ordre religieux :

  • 29 « Apuntes para el plan de ejecución y organización de la Granja Taller Escolar de Puno », in Norie (...)

« Hay que cristianizar y catolizar de verdad al indígena, hay que desterrar de su espíritu ese catolicismo degenerado en idolatría que embota su mentalidad ; hay que defenderlo de que caiga en las garras del sectarismo protestante, que trata de sentar sus reales en nuestras serranías y que las asedia ; hay en fin que restaurar en sus creencias la sana, la pura moral cristiana como base de educación perfecta. ¿ Y quiénes más obligados a emprender esta santa tarea que ellos, los hombres de esas asociaciones religiosas, los sembradores del bien, los propagadores de la verdad ? »29.

  • 30 Noriega n’exclut pas que cette séparation se fasse contre le gré des familles : « ... apelando en (...)

17Toute retombée dans le milieu familial, tout loisir propice à la rêverie ou au doute ne pourraient qu’entraver la difficile éducation d’êtres déjà marqués par l’arriération propre à leur race. Le règlement du collège s’inspire donc de la discipline militaire la plus rigide, et ne prévoit aucun contact entre l’adolescent et sa famille au cours de ses années d’étude ; les jeunes indigènes, choisis éventuellement contre leur gré parmi les familles méritantes de chaque district30, entrent à Salcedo comme internes à la Granja et n’en ressortent pour la première fois qu’au terme de leur scolarité, organisée comme un

  • 31 Ibid, p. 18.

« sistema de trabajo sujeto a disciplina bondadosa de tipo militar en ambiente de estricta moral cristiana »31.

18Si l’accent est mis sur la formation morale des élèves, en revanche le contenu des études théoriques est rapidement expédié. Le Sénateur développe à son tour les idées répétées dans les publications de la Liga : il est à la fois inutile et nocif d’inculquer aux indigènes des contenus culturels d’un niveau trop élevé. Cela contribue soit à leur déracinement, soit à leur perversion morale. Des connaissances élémentaires minimales sont largement suffisantes, la plus grande place devant être laissée à l’apprentissage du savoir technique.

  • 32 Ibid., pp. 18-19. Cet « oficio manual » qui apparaît en complément est considéré par Noriega comme (...)

« Son pues simples obreros civilizados (...). No es necesario para esto suministrarles la instrucción primaria en toda su amplitud ; bastará con que sea elemental (...). Cada alumno aprenderá, en resumen : instrucción primaria elemental, a labrar la tierra, a criar ganado, a servirse a sí mismo y un oficio »32.

  • 33 Signalons que chaque changement d’activité est marqué « a toque de corneta », et que tous les dima (...)
  • 34 Noriega prévoit plus de deux mille têtes de bétail sur les terres du collège et une production agr (...)

19Et en effet, dans l’horaire prévu par Noriega, il n’est imposé entre le lever (à cinq heures du matin) et le coucher (à neuf heures du soir) que quatre heures d’étude, l’essentiel des activités étant consacré au travail dans les champs et les ateliers33. C’est un très long développement que consacre le Sénateur à l’équipement du département agricole du collège : laiterie, fabrique de fromages, laboratoire d’analyses, station d’observation météorologique, silos perfectionnés, pharmacie, salle de chirurgie vétérinaire, étables modèles, ateliers de réparation de gros matériel... rien ne manque à cette ferme idéale, comparable aux meilleurs établissements étrangers. Elle pourra ainsi se rendre directement utile à la région, d’abord en s’autofinançant progressivement grâce à ses produits de haute qualité34, et également par des prestations de services qui ne peuvent que satisfaire les propriétaires des grands domaines d’élevage :

  • 35 Ibid., pp. 28-29.

« Será provista de animales machos reproductores de razas finas adecuadas a la región y a su clima, para la mejora del ganado criollo por medio del cruzamiento y de la selección. El objetivo de la Sección Ganadera será llegar a obtener tipos de las variedades de ganado aparente para la región, mejorados al máximo zootécicamente. Se establecerá un servicio de reproductores de todas las especies de animales que existan en la Granja para el público ganadero, debidamente reglamentado, a fin de que cualquier ganadero tenga la facilidad de hacer fecundar en la misma Granja animales hembras con sementales de razas finas o mejoradas, mediante una remuneración equitativa »35.

20Et notre homme de conclure sur les vertus ineffables d’une fondation qui, grâce à la « voluntad férrea » du Premier Mandataire de la Nation, parvient à concilier morale et profit. L’établissement permettra aux grands propriétaires de moderniser leur domaine et d’affiner leur cheptel pour un coût très modique (grâce à l’impôt sur la coca, ne l’oublions pas) ; en même temps, avant-garde de l’enseignement catholique, phare de l’instruction des masses, la Granja est le symbole éclatant d’une rédemption :

  • 36 Ibid., p. 37.

« Obra doblemente redentora : redentora del aborigen, del abandono y opresión en que yace ; redentora del Perú civilizado del pecado de haber mantenido a aquél en esa triste situación »36.

  • 37 « Esa propaganda es más nociva cuando actúa sobre la población escolar indígena que debe ser espec (...)
  • 38 Banquet... adapté aux convives, notons-le. El Heraldo (Puno) qui publie intégralement le décret de (...)

21L’inauguration officielle des bâtiments, construits sur un grand domaine (2.773 hectares) proche de Puno, se déroule le 4 juillet 1929, en présence de l’Evêque Cosio, du Préfet du Département, de diverses personnalités venues de Lima, des soixante premiers élèves recrutés et d’une foule nombreuse. Par un bienheureux hasard, dont le caractère quasiment miraculeux n’échappe à personne et surtout pas à la presse locale, c’est au même moment que Leguía s’est enfin décidé à promulguer le décret tant attendu (22 juin) : Considérant que les établissements confessionnels autres que catholiques constituent des centres de propagande qui nuisent à la paix sociale et à l’unité de la Nation, surtout lorsqu’ils visent la population indigène37, le Gouvernement interdit d’enseigner une autre religion que celle que professe la Nation dans sa Constitution. La conséquence est claire : « Las Escuelas Protestantees quedan Ipso Facto clausuradas ». L’Église romaine a – très momentanément – gagné une première manche, victoire qui transforme l’inauguration de la Granja (messe solennelle, discours fleuris et grand banquet38 en une véritable apothéose.

22Dès lors, le collège ne cessera de se développer ; et dans un sens qui ne plaide pas en faveur de son « indigénisme » officiel. En 1932, la première promotion sort de l’établissement : une soixantaine d’élèves (ils n’ont eu en fait que deux années de scolarité), qui ont largement contribué à l’édification de l’entreprise, puisque selon le rapport du Père Directeur, ils ont eux-mêmes construit tous les meubles, coupé et cousu tous les uniformes, forgé toutes les grilles qui agrémentent la façade de Salcedo et produit sur cinquante hectares de cultures vivrières leur propre nourriture ; ils ont également planté des milliers de saules et d’eucalyptus et monté un magnifique observatoire météorologique. En revanche, l’élevage reste encore à l’état de promesse. La presse locale, qui ne nous donne pas plus de renseignements que le Père Directeur lui-même sur les contenus pédagogiques et le moral des pensionnaires (dont le contrôle échappe au Ministère d’Éducation), ne tarit pas d’éloges sur

« la grandiosa magnificencia de la obra material, moral y pedagógica de los Salesianos »

23ainsi que sur le rôle éminent joué par le Sénateur Noriega,

  • 39 El Eco de Puno,, 3. 11.1932, pp. 16-17.

« caballero de acendrado prestigio y patriota de acrisolada virtud cívica »39.

  • 40 « Se han quedado asombrados los enemigos de la civilización y los torpes explotadores del decantad (...)

24Toutefois, certaines allusions venimeuses laissent supposer que des voix discordantes ont pu se mêler au concert40. Salcedo aurait-il déjà des détracteurs ?

  • 41 C. Acurio, M. J. Arias, « La Escuela-Hogar », Amauta, N’23, mayo de 1929, pp. 24-34, et N° 24, jun (...)
  • 42 « Resulta en primer término antipedagógico e inhumano aquello de arrancar bruscamente un niño de s (...)

25Quelques critiques timides apparaissent, en effet, dans le secteur - encore très limité - des pédagogues qui commencent à s’intéresser au problème indien et à la question complexe de l’alphabétisation des jeunes et des adultes monolingues. Par exemple, dans Amauta, deux enseignants, César Acurio et Maria Judith Arias présentent en 1929 un projet d’école indigène, la « Escuela-Hogar »41, qui se situe aux antipodes des principes de Salcedo : multiplication de petits centres modestes, peu coûteux à construire, bien intégrés à la vie communautaire, et où les enfants, externes, resteraient en contact quotidien avec leurs familles. Ces auteurs s’en prennent très vivement au principe qui fonde la Granja-Taller comme d’ailleurs tout établissement technique géré par les Salésiens, à savoir l’isolement total de l’adolescent pendant une longue période, politique que Leguía parle d’encourager en créant plusieurs autres Internats Indigènes. Pour Acurio et Arias, séparer les élèves de leur milieu familial et géographique est d’abord répréhensible sur le plan humain42 ; mais c’est aussi et surtout une entreprise de déculturation systématique que rien ne justifie.

  • 43 Ibid., p. 31.

« Se pretende transformar al niño indígena en sus costumbres, en sus ideas, en sus prácticas de vida, en una palabra, se pretende hacerle perder su personalidad de indio »43.

26Un peu plus tard, en 1931, un bon spécialiste de l’éducation indigène, issu lui-même de la région de Puno, Julián R. Palacios, écrit dans la revue Quipus que publie le Ministère d’Instruction un article de réflexion sur la politique à suivre en matière d’éducation indigène. Il insiste longuement sur la demande des communautés, prêtes à bâtir des écoles pour peu que le Ministère soit disposé à les pourvoir en maîtres. Il termine sur une péroraison très polémique, destinée à démasquer publiquement l’imposture (engaño) de Salcedo. Sa critique porte sur trois points :

  1. Les Salésiens ne font pas œuvre d’alphabétisation malgré l’urgence ; ils évitent tout problème en recrutant, après examen, des adolescents déjà alphabétisés.
  2. Les élèves sont utilisés systématiquement comme main-d’œuvre gratuite, aux dépens des études que l’on prétend leur faire accomplir44.
  3. Accoutumés à l’usage de tracteurs et autres outillages rares, ces jeunes gens ne rentreront jamais chez eux et ne feront en rien progresser leur région ; ils ne serviront que les intérêts de l’aristocratie foncière.
  • 45 « Constantemente se ha importado de Inglaterra y Chile magníficos ejemplares de pedigree, necesari (...)

27Ces critiques, bien confidentielles par rapport à la notoriété de Salcedo, ne modifieront pas l’orientation de la Granja, qui répondra de mieux en mieux à l’attente de ses premiers promoteurs. Dix ans après sa fondation, Salcedo abrite deux cents élèves et obtient une nouvelle subvention de l’État qui va lui permettre de s’agrandir et d’abriter trois cents élèves. Le contrat avec les Salésiens est renouvelé à la demande des deux parties. En 1939, il y a dix mille têtes de bétail sur les terres de la Granja, et surtout, comme le souhaitait la Liga de Hacendados, des spécimens d’importation permettant d’améliorer le cheptel régional45. Pour augmenter le rendement de l’établissement, qui n’arrive pas à fournir à la demande des propriétaires-éleveurs du Sud, le Gouvernement a fait ajouter au collège, depuis 1934, une école pratique annexe, dont le cycle d’enseignement agricole est plus court (six mois) et qui s’intègre aux dispositions du « Plan Sintético de Ganadería » lancé par Benavides en 1936. Les hacedados peuvent y envoyer ou y recruter un personnel qualifié, qui n’est pas nécessairement indigène, et dont la formation est des plus rapides. Le but assigné par le Gouvernement à cet établissement annexe est clair :

  • 46 Ibid., p. 30.

« Proporcionar enseñanza esencialmente práctica al elemento que interviene directamente en las explotaciones ganaderas, a fin de sacar el mayor provecho posible al reparto de reproductores que hace anualmente dicha Granja »46.

  • 47 Cf. Ε. M. Fell ; « Les Núcleos Escolares Campesinos, un échec révélateur » in L’enfant et l’adoles (...)

28Alors ? La race de Manco connaît-elle à Salcedo l’apothéose de sa rédemption définitive, ainsi que l’annonçait le plus sérieusement du monde l’évêque de Puno en 1929 ? Les faits parlent : Si les résultats économiques de la Granja intéressent directement certains secteurs, si la croissance éclatante d’un établissement catholique enchante la hiérarchie, qui, à cette époque, s’intéresse réellement aux jeunes indigènes de Salcedo ? Malgré tous nos efforts, nous n’avons pu trouver aucune publication pédagogique qui vienne nous éclairer sur le contenu et le résultat de l’enseignement dispensé dans la Granja. À vrai dire, les premiers efforts pédagogiques sincères et sérieux lancés en direction de la population indigène sont bien plus tardifs ; ce sont les « Núcleos Escolares Campesinos », un nouveau type d’école rurale créée en 1945 par le Ministre d’Éducation Luis E. Valcárcel47. Pour la première fois, une réflexion pédagogique en profondeur est entreprise ; pour la première fois, le Gouvernement s’intéresse non à des actions de prestige isolées mais à un système modeste, raisonnable dans ses coûts et adapté à la structure communautaire.

29Pour la première fois aussi, on s’avise de former spécialement des maîtres pour la tâche difficile de l’enseignement bilingue en milieu rural. En 1946, cinquante-six instituteurs volontaires, Péruviens et Boliviens, vont suivre un premier stage intensif de préparation pédagogique organisé à l’intention des futurs Directeurs des nouveaux Núcleos. Ironie du sort, l’organisation de ce stage est confiée à un pédagogue bilingue expérimenté, Julián Palacios, grand pourfendeur, nous l’avons vu, de la Granja Taller ; or, il lui faut trouver, pour abriter ce stage, un internat assez vaste, doté d’un minimum d’équipement pour initier les futurs responsables à l’enseignement technique et agricole, implanté dans la région où ces maîtres vont devoir travailler. Un seul établissement au Pérou répond à ces critères : c’est à Salcedo qu’ils devront être formés. On ne peut emprunter qu’aux riches...

Notes

1 « El Presidente Leguía habla directamente al alma de los cinco millones de indios que esperan ser redimidos por él », La Prensa, Lima, 19. 11.1930, p. 13. La traduction en quechua de ce discours est reproduite dans El Indio. Quincenario de propaganda indigenista, Ν° 5, 15. 11.1930, p. 2.

2 Dans le rapport sur la population indigène qu’il rédige en 1938 pour le compte de l’O. Ι. Τ., Moisés Poblete Troncoso souligne l’inefficacité quasi totale des écoles rurales en milieu indigène. Il conclut que deux établissements seulement font preuve d’un bon niveau de rentabilité éducative : Salcedo et le collège des adventistes de la même région. Cf. Condiciones de vida y de trabajo de la población indígena del Perú, O. I. T. Estudios y Documentos N° 28, Ginebra-Santiago de Chile, Impr. Universitaria, 1938, pp. 172-176.

3 Dans son panorama du Pérou des années 40, Gerbi développe longuement le thème des potentialités indigènes et deux exemples étayent son propos : celui des mineurs indiens de La Oroya et celui des élèves de Salcedo. Il signale cependant que les produits fabriqués à Salcedo sont sans doute « demasiado finos » pour la population locale. Cf. Antonello Gerbi, El Perú en marcha. Ensayo de geografía económica, Publ. del Banco de Crédito del Perú, Lima, 1943, pp. 74-75.

4 « Proclama que el Director de Agricultura y Ganadería, ingeniero agrónomo Casimiro Gutiérrez Madueño, dirige a los Indígenas del Departamento de Puno, en la inauguración de la Granja Taller Escolar », El Heraldo, Puno, 4. VII. 1929, p. 1, p. 4.

5 Mensaje presentado al Congreso del Perú por el General de División don Oscar R. Benavides, Presidente Constitucional de la República, 1939, Lima, Talleres Gráficos Carlos Vásquez, 1939. Cf. pp. 112-140 sur l’essor économique, et pp. 167-171 sur la question indigène.

6 Benavides annonce la création, le 14 septembre 1937, d’un collège parallèle pour les jeunes filles, destiné à la « enseñanza agrícola elemental de las niñas indígenas ». Cette « Granja Escuela Indígena de Mujeres », confiée à la congrégation des Auxiliatrices, se construit sur une propriété de l’État, la « Quinta Garcés ». D’autres projets, plus imprécis, sont évoqués, cf. ibid., pp. 130-131.

7 Ibid., p. 170.

8 « Señores, el problema indígena ya está resuelto y con resultados seguros. Una buena Granja Escolar en cada centro indígena, con una obra paralela también para la mujer, y entre pocos años, ya no habrá indios. Ayer estos jóvenes eran inconscientes de sus deberes, ahora ya tienen conocimientos suficientes para ganarse honradamente la vida, y mañana se presentarán en la sociedad transformados, como útiles ciudadanos, capaces de desarrollar su papel para el engrandecimiento de la patria. Sí, señores, el problema indígena está resuelto », Discours du R. P. Bernardo J. Landoni, Directeur, 31 janvier 1932, reprod. in Solemne actuación de clausura del año escolar y repartición de premios, Granja Taller Escolar de Puno-Salcedo, Lima, Escuela tipográfica salesiana, 1932, p. 9.

9 Cf. Manuel Burga y Wilson Reátegui, Lanas y capital mercantil en el Sur : La Casa Ricketts 1895-1935, Lima, Instituto de Estudios Pernanos, 1981.

10 Cf. ibid., pp. 49-50.

11 Très fragiles, l’alpaga et le mérinos sont victimes de nombreuses épidémies dans la région entre 1922 et 1929, d’où la préoccupation constante des grands propriétaires pour les recherches et les équipements permettant d’assurer une production plus stable.

12 Estatutos de la Liga de Hacendados. Aprobados por el Comité Ejecutivo en sesión de 15 de mayo de 1922 y sancionados por la Asamblea General del 10 de junio del mismo año, Arequipa, Tip. S. Quiroz, 1922.

13 Cf. Art. 43, ibid., pp. 18-19. En août 1931, la Ligue s’élargit et devient « Liga de Hacendados e Industriales del Sur del Perú », présidée par le promoteur de Salcedo, Pedro J. de Noriega.

14 Memorial relativo a la Cuestión Indígena que la Liga de Hacendados eleva al Supremo Gobierno, Arequipa, Tip. S. Quiroz, 1922.

15 Liga de Hacendados, La verdad en la cuestión indígena. Apuntes, Arequipa, Tip. S. Quiroz, 1922. L’ouvrage est signé à la fin J. E. Daprognie, et comporte, sous le titre « Relación de los disturbios indígenas » six pages de chronologie des troubles de la région.

16 Pedro Yrigoyen, El conflicto y el problema indígenas, Lima, Sanmartí y Cia, 1922.

17 Il le rappelle lui-même en diverses occasions. Présentant en 1925 la première mouture du projet Salcedo, le Sénateur Noriega affirmait : « Cumplo además al presentar el proyecto compromiso contraído con la Liga de Hacendados de Arequipa, de la que tengo el honor de ser miembro (...). La Liga, señores, me dispensó el honor de auspiciar mi candidatura a la Senaduría y yo, cumpliendo un deber, traigo a esta Cámara la expresión de uno de sus ideales », Pedro J. de Noriega, La Granja Taller Escolar de Puno. Algunas piezas del proceso parlamentario de la Ley que manda su creación y apuntes para el plan de su implantación y organización, Arequipa, Tip. S. Quiroz, 1926.

18 Nous ne retenons de ces textes que les données qui vont déboucher sur la Création de Salcedo. Beaucoup d’autres aspects restent à analyser dans le discours de l’aristocratie lainière du Sud à cette époque.

19 « Para los hacendados seria más conveniente modificar el sistema de trabajopagando un salario fijo, libertándose del gravamen que sufre la hacienda en beneficio de los pastores y colonos », Memorial relativo a la cuestión indígena..., op. cit., p. 14.

20 Ibid., pp. 14-15.

21 « Informe presentado al Gobierno por Humberto Luna y Erasmo Roca, miembros de la Comisión en los Departamentos del Sur de la República », reprod. in Ε. Roca, Por la classe indígena, Lima, Pedro Barrantes ed., 1935, p. 205.

22 Cf. La verdad en la cuestión..., op. cit., pp. 24-30.

23 L’institution est créée par Leguía le 29 mai 1922. Présidée par l’Archevêque de Lima, le Patronato est organisé en Juntas Departamentales présidées par l’Evêque du diocèse. Dès sa création la Liga de Hacendados « ofrece al Patronato su cooperación para la solución del problema indígena », et le Sénateur Noriega sera nommé à la Junte Centrale du Patronat à Lima. Cf. Boletín del Ministerio de Fomento. Sección de asuntos indígenas. Agosto 1922-1925, Lima, Impr. Torres Aguirre ; 1926, Vol. I, en part. pp. 241-243.

24 Cf : « Nada tengo que decir de la urgencia de emprender tan excelsa obra rápidamente. Razones de humanidad ; razones de solidaridad social, derivadas del peligro de que suene el pututo ; razones de decoro nacional ; de conveniencia material ; de patriotismo, en fin, obligan al Perú a incorporar lo más pronto a estos tres millones de seres humanos que permanecen apartados de ella y vegetan en estado de semi barbarie », Pedro J. de Noriega, La Granja Taller..., op. cit., pp. 11-12.

25 Ibid., p. 12.

26 Ibid, p. 14.

27 Le mot « escolar » compte. En effet, le Gouvernement avait fondé dans la même région, en octobre 1917, une « Granja Modelo » d’élevage. La Granja de Chuquibambilla, financée par un impôt spécial de 50 centavos sur le quintal de laine de brebis (donc en partie par les hacendados) avait été confiée à une personnalité étrangère, le colonel Stordy, qui la gère comme une entreprise privée. En 1922, Pedro Yrigoyen attaque violemment Chuquibambilla : « No hay acción docente, no hay profesores », clame-t-il, et surtout : « No se curan las enfermedades del ganado de fuera » (El conflicto y el problema..., op. cit., p. 49). Fréquemment accusée d’avoir partie liée avec la Peruvian Corporation, la Granja est critiquée par la Chambre de Commerce d’Arequipa, qui réclame un contrôle de l’Etat. « Debía constituir el foco experimental de donde también irradiasen corrientes experimentales en pro de la región que la sostiene con el impuesto a sus productos. La Granja debía ser una dependencia de la Asociación de Ganaderos y ésos debían sentirse socios de ella (...) Ahora bien, la Granja se ha manifestado como una propiedad particular y el Coronel Stordy personalmente ha actuado como uno de los agitadores favorables al Monopolio », La Verdad Sicuani, 8. III. 1930, cit. in Lanas y capital mercantil, op. cit., p. 59. Echaudés, les éleveurs veulent pour Salcedo un statut qui leur évite un nouveau faux pas : d’où le caractère « scolaire » du nouvel établissement, garanti par les Salésiens. Ils obtiendront d’ailleurs gain de cause pour Chuquibambilla, réformée et confiée en 1931 à un spécialiste de l’industrie lainière, Ingeniero Carlos A. Barreda.

28 La Caisse des Dépôts et Consignations bloque depuis l’entrée en vigueur de la loi les sommes collectées au titre de l’impôt sur la coca, soit environ 7. 000 livres péruviennes par an. Le pécule est suffisant, en 1928, pour couvrir la construction. Nous ne pouvons par contre préciser si les terres ont été achetées ou léguées.

29 « Apuntes para el plan de ejecución y organización de la Granja Taller Escolar de Puno », in Noriega, La Granja Taller..., op. cit., pp. 37-38.

30 Noriega n’exclut pas que cette séparation se fasse contre le gré des familles : « ... apelando en último caso a la conscripción forzosa, pero realizada en forma sagaz y bondadosa », ibid., p. 34.

31 Ibid, p. 18.

32 Ibid., pp. 18-19. Cet « oficio manual » qui apparaît en complément est considéré par Noriega comme « subsidiario ». L’objectif principal est de former une main-d’œuvre agricole.

33 Signalons que chaque changement d’activité est marqué « a toque de corneta », et que tous les dimanches, après la messe, les élèves ont deux heures obligatoires d’exercices militaires. Cf. ibid., pp 22-23.

34 Noriega prévoit plus de deux mille têtes de bétail sur les terres du collège et une production agricole suffisante pour assurer à brève échéance l’auto-financement de l’établissement.

35 Ibid., pp. 28-29.

36 Ibid., p. 37.

37 « Esa propaganda es más nociva cuando actúa sobre la población escolar indígena que debe ser especialmente pretegida por el Estado », troisième attendu du Décret Suprême du 22 juin 1929.

38 Banquet... adapté aux convives, notons-le. El Heraldo (Puno) qui publie intégralement le décret de fermeture des écoles adventistes et consacre plusieurs pages à l’inauguration, note discrètement : « Los Padres Salesianos agasajaron a la concurrencia oficial con pastas, champagne y un espléndido banquete ; y al pueblo con pachamanca » El Heraldo, 4. VII. 1929, p. 2.

39 El Eco de Puno,, 3. 11.1932, pp. 16-17.

40 « Se han quedado asombrados los enemigos de la civilización y los torpes explotadores del decantado indigenismo. Hemos visto numerosos elementos de izquierda, que hacen alarde de ser enemigos de la religión, que han estado contemplando asombrados todo lo que han hecho en Salcedo los religiosos salesianos en bien de la causa indígena », ibid., p. 16.

41 C. Acurio, M. J. Arias, « La Escuela-Hogar », Amauta, N’23, mayo de 1929, pp. 24-34, et N° 24, junio de 1929, pp. 65-74. Cette réflexion s’oppose aux propositions d’une autre pédagogue, Miguelina Acosta Cárdenas : « Escuelas rurales ambulantes para la educación de los niños indígenas », Amauta, Ν ° 12, febrero de 1928, pp. 38-39. La réflexion sur l’école indigène est encore embryonnaire.

42 « Resulta en primer término antipedagógico e inhumano aquello de arrancar bruscamente un niño de su hogar y de su medio para, de manera violenta, reducirlo al enclaustramiento del internado, diametralmente opuesto a la vida libre e indisciplinada que lleva. Eso no es educar, es en buena cuenta domesticar », ibid., p. 30.

43 Ibid., p. 31.

44 « Se les da media hora de estudio y clase en la mañana y una hora de lectura en la noche, mientras durante el día fabrican adobes de barro y los trasladan al lugar de trabajo... », Prof. Julián R. Palacios, « Organización de la escuela indígena », Quipus ; publ. de la Dirección de Educación Indígena del Ministerio de Instrucción Pública del Perú, N° 3, diciembre de 1931, p. 15.

45 « Constantemente se ha importado de Inglaterra y Chile magníficos ejemplares de pedigree, necesarios al refrescamiento de sangre de las razas existentes en la citada Granja y base del mejoramiento de los rebaños en el departamento de Puno », Benavides, Mensaje presentado al Congreso..., op. cit., pp. 137-138.

46 Ibid., p. 30.

47 Cf. Ε. M. Fell ; « Les Núcleos Escolares Campesinos, un échec révélateur » in L’enfant et l’adolescent dans les pays andins, Actes du VIe colloque A. F. E. R. P. A., Grenoble, Imprimerie de l’Université, 1984, pp. 102-117.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540