Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume 2

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

V. Milieux physiques, ambiances urbaines et technologies

Nouveaux outils de représentation d’environnements urbains. Les maquettes virtuelles : quels développements ? Quels usages ?1

Philippe Dard

Texte intégral

  • 1 Rapport de recherche en deux volumes : Dard, Butler, 2002 ; Dard et al., 2001.
  • 2 Sociologue, responsable du Laboratoire Mutations Techniques et Sociales, département Économie et S (...)

1Note portant sur l’auteur2

2Utilisant les ressources de l’informatique, de la représentation 3D et des technologies de la Réalité Virtuelle, les « Maquettes Virtuelles » (MV) annoncent une nouvelle génération d’outils qui permet une représentation anticipée d’un projet architectural ou urbain, une simulation de sa réalité à venir, en liant les options constructives (composition, formes, matériaux) et des effets de fonctionnement qui en découlerait. Nous avons considéré cette technologie émergente pour en analyser les conditions sociales et professionnelles de développement et la signification des intentions qui s’y greffent ; avec en vue d’ouvrir une réflexion sur le sens des transformations à l’œuvre dans la production urbaine.

QU’ENTENDONS-NOUS PAR MAQUETTE VIRTUELLE ?

3La notion de « maquette virtuelle » gagne en usage commun. Désigne-t-elle pour autant un objet précis ? MV combine deux mots, « maquette » qui fait écho aux maquettes en dur d’architecture et d’urbanisme (carton, bois, plastique, etc.) et « virtuelle » qui hésite entre caractériser ce qu’il y a de non matériel dans l’image de synthèse (la maquette est virtuelle) et le recours aux technologies de la « réalité virtuelle » pour donner au sujet l’illusion de percevoir « comme en vrai » (monde virtuel).

4Nous avons identifié :

  • Des développements qui mettent l’accent sur la construction et les contenus de l’image de synthèse en 3 D (figuration, formes, géométrie, textures, etc.) ; elles traitent surtout de la nature de l’information que l’on veut communiquer.
  • D’autres qui travaillent la stimulation perceptive, la communication sensorielle (immersion, interaction) ; elles traitent surtout de la nature de la communication qu’on veut établir.

5Cette différenciation classique entre nature de l’» information » et forme de la « communication » est toujours spécieuse. Elle l’est plus encore lorsqu’il s’agit de différencier image de synthèse et réalité virtuelle, tant les effets de contamination entre ces deux développements s’alimentent l’un l’autre.

6Plus décisifs comme critères de différenciation sont les attributs recherchés pour caractériser la nature de l’information que les MV visent à supporter.

7La tendance actuelle est que :

  • L’information sur un projet doit être la plus « exacte » possible. Elle doit montrer ce que la réalité formelle, géométrique et technique, sera.
  • La communication doit être la plus « réaliste » possible. Elle doit mettre le sujet en situation simulée de la façon la plus proche possible de ce qu’il en serait en situation réelle.

8Ces deux attributs se renforcent l’un l’autre. Ils nous ont servi à sélectionner nos supports empiriques d’enquête :

  • des MV de formes architecturales et urbaines4. Elles permettent de visiter des espaces et des lieux à des fins de conception et/ou de communication ;
  • des MV d’expertises techniques5. Elles permettent d’apprécier des phénomènes physiques ou des événements liés à l’usage des espaces : bruits, éclairage, pollution, circulation, microclimat, vieillissement, salissures, etc.

9Ces développements présentent des caractéristiques d’expérimentation. Ils prennent place dans un contexte riche de « virtualités » où des potentialités techniques et des incertitudes professionnelles se croisent et parfois se rencontrent.

10Nous avons organisé notre analyse autour de trois axes :

  1. Les éléments moteurs du développement des MV.
  2. La position des maquettes virtuelles dans le champ du développement informatique pour la construction et l’urbanisme.
  3. Les modes et les contenus informationnels et communicationnels portés par les MV.

ÉLÉMENTS MOTEURS DU DÉVELOPPEMENT DES MV

11À la charnière d’innovations techniques, professionnelles, organisationnelles et sociales, le développement des MV s’inscrit dans un contexte où se croisent plusieurs types d’évolutions.

12Le processus continu d’informatisation des métiers de la construction et de la gestion des villes (informatique spécialisée et télématique) est enrichi par le développement des outils de simulation. Parmi ces outils, les MV occupent une place singulière en se positionnant à la croisée des pratiques d’expertise et de celles de communication, en revendiquant de soutenir une ingénierie « collaborative » par l’aval, inspirée du modèle de rationalité industrielle, et de faciliter un marketing public (gestion locale des conflits et/ou participation/concertation citoyenne) inspiré du modèle de séduction ludique des jeux vidéo.

POSITION DES MV DANS LE CHAMP DU DÉVELOPPEMENT INFORMATIQUE POUR LA CONSTRUCTION ET L’URBANISME

13Comment caractériser les MV parmi les principales familles d’outils informatiques en développement dans le champ de la fabrication de la ville ?

14Comme nous avons voulu le figurer dans le schéma suivant, la « Maquette Virtuelle » n’a pas une existence qui la mettrait clairement en relation avec l’une ou l’autre des familles d’outils informatiques ou télématiques identifiant une profession ou un acteur. À considérer ses processus d’émergence et ses premiers développements, elle apparaît un peu partout, dans le prolongement des outils informatiques/métiers.

Fig. 1 – Les maquettes virtuelles dans le champ informatique.

15Idéalement chaque profession pourrait se doter de ce média, pour représenter les phénomènes qu’elle travaille et les rendre intelligibles aux autres. En fait, derrière chaque développement technique nous retrouvons des imaginaires et des stratégies d’acteurs.

16Deux types de logiques se croisent :

  • des logiques professionnelles où chaque acteur cherche à renforcer sa propre identité et à gagner en emprise sur les autres, entre partenaires et de façon interne à chaque structure ;
  • des logiques d’ingénieur portées par les spécialistes en informatique, internes et externes à la maîtrise d’œuvre et la maîtrise d’ouvrage, qui visent autant à alimenter des stratégies particulières qu’à créer des alliances entre eux pour développer et valoriser leur discipline commune.

17Cette double dynamique contribue à poser le développement d’outils de production et de traitement d’informations comme phénomène à la fois global (fait culturel) et spécifique (identités différentielles d’acteurs) activant des enjeux professionnels médiatisés par la maîtrise des outils informatiques.

MODES ET CONTENUS INFORMATIONNELS ET COMMUNICATIONNELS PORTÉS PAR LES MV

18Concernant les modes de communication recherchés, nous avons analysé comment la confusion introduite par les deux intentions d’usage, concertation professionnelle et/ou marketing public, est alimentée par une autre confusion, celle opérée entre le réalisme de la figuration de l’objet représenté (3D) et le réalisme de la mise en perception sensorielle immersive du sujet (réalité virtuelle). L’analyse de cette confusion nous a conduit à poser l’hypothèse de la recherche d’une représentation universelle des phénomènes constructifs, combinée à celle de la promotion d’un langage universel appuyé sur le sensoriel.

19Le postulat explicite par lequel le sensoriel pourrait être un vecteur universel de communication transdisciplinaire et transculturel, et qu’il pourrait favoriser une approche cognitive des objets par leur perception « intuitive » n’est pas établi. En particulier, les travaux du LEMA de l’université de Liège le contrediraient [Dupagne, Tellier, 1998, 1999].

20Concernant les contenus informationnels, nous avons analysé comment les contenus des maquettes virtuelles croisent trois catégories d’expertise (esthétiques, techniques et d’usage) qui visent à construire des articulations entre les sciences physiques, la physiologie, la psychologie comportementale et l’ergonomie, pour caractériser le cadre bâti comme un milieu de vie défini par ses « ambiances » [Amphoux, 1993]. Ce faisant, l’évacuation/substitution du social et du politique dans la représentation partagée contribue à conforter des approches environnementalistes en place de projet urbain.

EN GUISE DE CONCLUSION : SIMULATIONS TECHNIQUES ET DISSIMULATIONS SOCIALES

21Les grandeurs mesurables en jeu dans les maquettes virtuelles caractérisent pour l’essentiel des « ambiances », elles-mêmes définies comme phénomènes mesurables relevant de l’expérience sensorielle et donc particulièrement bien adaptées à alimenter des interfaces de « réalité virtuelle ». La boucle est bouclée : par effets de surdétermination entre l’outil scientifique, son objet et sa mise en communication, s’engage un processus qui s’autoalimente rendant très difficile la construction du jugement critique.

22Ce kaléidoscope de la représentation sur fond de simulation permet sans doute de fortifier l’appréciation de phénomènes géométriques ou calculés, mais aussi d’assurer la dissimulation de ceux qui n’ont pas ces propriétés.

23Qu’en est-il de la réflexion anticipée sur les usages et les pratiques des espaces et des lieux projetés ? Qu’en est-il des expertises relatives à l’inscription des rites du quotidien et de l’événementiel, des conduites individuelles et des dynamiques collectives ? Qu’en est-il des anticipations relatives aux interactions sociales entre usagers futurs des lieux ? Qu’en est-il au fond du projet urbain ?

24En conclusion, cette recherche ouvre sur la nécessité de repenser profondément les relations entre sciences de l’ingénieur, sciences sociales et professionnels dans la fabrication des objets intermédiaires [Jeantet, 1998] d’aide à la fabrication de la ville.

VALORISATION

25Activités scientifiques et communications

26Dard Ph., (2001-2002), Comité de pilotage du programme « RD3-Environnements Virtuels Enrichis » du CSTB.

27Dard Ph., (2001), Expert auprès du comité de pilotage de l’ACIV du programme Nouvelles technologies de l’information et de la communication et services urbains.

28Dard P., (2001-2002), Contributions au séminaire de recherche UTC-Compiègne/ACIV conduit par Jean-Jacques TERRIN, Simulation des ambiances, nouveaux outils/nouveaux métiers.

29Dard Ph., (2002-2003), Séminaire de recherche du PUCA animé par Michel Bonnet et Jean Carassus sur le thème Conception, réalisation et gestion de la ville : Quelles perspectives en Europe ?, PUCA, Paris.

30Publications

31Dard Ph., (2004), « Entre les acteurs de la fabrication de la ville : les maquettes virtuelles », dans Bonnet Michel (dir.), Conception, réalisation et gestion de la ville : Quelles perspectives en Europe ?, Éditions PUCA, 27 p.

32Rapports

33Dard Ph., Butler R., (2002), Nouveaux outils de représentation d’environnements urbains. Les Maquettes Virtuelles : Quels développements ? Quels usages ?, Rapport CSTB, vol. 1, 127 p.

34Dard Ph., Froger J., Laumonier Ch., Mallein Ph., Cayuela C., Giraud N., (2001), Nouveaux outils de représentation d’environnements urbains. Les Maquettes Virtuelles d’expertise technique éclairage et acoustique du CSTB, Rapport CSTB, vol. 2, 49 p. + annexes 88 p.

35Laumonier Ch., Froger J., (2002), Analyse du discours et de la terminologie des objets liés à la représentation virtuelle d’environnements urbains, Rapport de recherche CSTB, 44 p.

36Laumonier Ch., Froger J., (2002), La maquette virtuelle de simulation et de représentation des ambiances climatiques, Rapport de recherche CSTB, 79 p.

37Souami T., (2003), Des TIC pour le développement durable urbain ?, Rapport de recherche CSTB, Programme RD3, 35 p.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Amphoux P., (1993), « La valse des ambiances », dans Évolution des modes de vie et architecture du logement, Paris, Éditions PUCA, n° 42, pp. 83-88.

Chancel M., Savignat J.-M., (1990), « Les figures de l’incertain, à propos du concours de Melun Sénart », Ville et Architecture, pp. 72-87.

Coiffet Ph., (1995), Mondes imaginaires, Thermes.

Dard Ph., Weiller D., Weckstein M., Pellegrin F., Terrin J.-J., (1996),

Gestion de la qualité et communication entre PME de conception et de réalisation, PCA/CSTB, Rapport de recherche, 59 p.

Dodge M., Doyle S, Smith A., Fleetwood S., (2000), « Réalité virtuelle et SIG Internet pour la planification urbaine », Cahiers du numérique, sous la direction de Victor Sandoval, Hermès, vol. 1, n° 1, pp. 59-73.

Dupagne A., Tellier J., (1998), « Spherical projections as a communication instrument for morphological decision-making in urban design », CE-DG XII, COST-UCE-C4, International workshop on Groupware for urban planning, Lyon, 4-6 février 1998.

Dupagne A., Tellier J., (1999), « La place Saint-Lambert et l’œil liégois », Annales du Bâtiment et des Travaux Publics, février 1999, pp. 33-44.

Gwenola Th., (2000), « Piétons synthétiques », Cahiers du numérique, sous la direction de Victor Sandoval, Hermès, volume 1, n° 1.

Huriet Cl. (Sénateur), (1997-1998), Images de synthèse et monde virtuel : techniques et enjeux de société, Rapport Assemblée Nationale n° 526, Sénat n° 169.

http://brahama.imag.fr/Multimedia/DESSGI/Realite-Virtuelle/html

http://www.ulg.ac.be/lema/

Jeantet A., (1998), « Les objets intermédiaires dans la conception. Éléments pour une sociologie des processus de conception », Sociologie du travail, n° 3, pp. 291-316.

Recherche et Développement du service Informatique et Bâtiment, collection « Cahiers du CSTB », n° 3225, juin 2000.

Notes

1 Rapport de recherche en deux volumes : Dard, Butler, 2002 ; Dard et al., 2001.

2 Sociologue, responsable du Laboratoire Mutations Techniques et Sociales, département Économie et Sciences Humaines, CSTB.

4 Ce type de développement est bien représenté par les démarches soutenues depuis 1998 par la ville de Rennes autour des projets successifs « Cité Vision » et « Real City ».

5 Ce type de développement est bien représenté par le projet RD3 du CSTB EVE – « Environnement Virtuel Enrichi ».

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Les maquettes virtuelles dans le champ informatique.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/516/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 214k

Auteur

Responsable scientifique

Chercheurs ayant collaboré à la recherche : Jacqueline Froger, Chantal Laumonier (Laboratoire Mutations Techniques et Sociales) ; Rémy Butler (architecte, professeur des Écoles d’Architecture), Philippe Mallein, Catherine Cayuela, Nicole Giraud (SARL AD-VALOR).


mailto:dard@cstb.fr
Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB)
4, avenue du Recteur Poincaré
75782 Paris Cedex 16
Tél. : 01 40 50 29 97

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540