Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

École et société en Espagne et en Amérique Latine (XVIIIe - XXe siècles)

 | 
Jean-René Aymes
, 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

Avant-propos

Jean-René Aymes, Ève-Marie Fell et Jean-Louis Guereña

Texte intégral

1Après la publication du volume IV de la série Études Hispaniques consacré aux Voyages et séjours d’Espagnols et d’Hispano-Américains en France, thème relativement inédit, l’équipe de recherches hispaniques de l’Université de Tours (« Mentalités et comportement collectifs dans le monde ibérique et ibéro-américain ») présente les premiers travaux correspondant au programme qu’elle s’est fixé pour les prochaines années.

2En effet ; un certain nombre d’hispanistes et d’américanistes se proposent de réfléchir à l’enseignement et à l’éducation en Espagne et en Amérique Latine à travers les siècles. Plus précisément, l’école primaire et pré-professionnelle a été retenue de préférence à l’enseignement universitaire ou secondaire mieux connus.

3Afin d’élargir et d’accélérer l’étude de l’école, trois initiatives ont été prises : la première consiste en l’organisation d’un colloque à l’automne 1985, ayant pour thème « Apprendre et enseigner » ; la deuxième vise à publier successivement au cours de plusieurs années, pour pallier une carence dans ce domaine, des documents divers relatifs à l’enseignement en Espagne et en Amérique Latine (lois et règlements, extraits de manuels scolaires, textes de pédagogues,...) ; enfin, la troisième a pour but de mieux structurer et rendre plus efficace le groupe de recherches tourangeau par l’adjonction de membres (hispanistes, américanistes, historiens, littéraires, linguistes,...) n’appartenant pas au département d’Études Hispaniques local, et que leurs recherches antérieures ou leur désir de participer régulièrement aux activités tourangelles conduiront à proposer leur concours.

4Le colloque de cet automne pourra être l’occasion des premières prises de contact, de même qu’il servira, grâce aux textes des communications qui seront présentées, à constituer la matière du volume II, suite naturelle de cette École et Société en Espagne et Amérique Latine (XVIIIe - XXe siècles).

5Les études réunies dans ce premier volume reprennent plusieurs des communications exposées devant l’équipe de recherches. Il s’agissait, pour cette première étape, de nous centrer sur l’époque contemporaine, moment où l’État commence à prendre en charge le secteur éducatif et où le corps social exprime, dans son ensemble, une demande d’éducation non prise en compte antérieurement.

6Le petit nombre d’articles apportés par les tourangeaux et une ex-tourangelle ne permettait pas de couvrir tous les champs de recherche ouverts et pas davantage les siècles antérieurs au XVIIIe. Il est envisageable, en particulier, que soit étudiée l’image littéraire et artistique de l’enseignement (de l’école, des maîtres, des élèves) dans les récits autobiographiques, les romans, les utopies pédagogiques, ou encore dans son expression graphique (gravures, illustrations de journaux et revues,...).

7Cela dit, le présent volume donne une idée des questions dominantes vers lesquelles nous orientons notre réflexion. Sans que les considérations suivantes prétendent à l’exhaustivité ou enferment dans quelque cadre normatif, voici sur quels grands axes s’inscrivent les articles qui constituent ce premier volume sur l’école :

La demande sociale d’éducation

8Que ce soit en Espagne ou en Amérique Latine, l’importance de l’analphabétisme est une réalité incontournable, à la fois cause et effet d’un sous-développement mesuré par toute une série d’indicateurs. Partout émerge progressivement la notion de l’utilité personnelle et sociale de l’éducation, faisant transparaître ainsi une demande d’éducation en liaison avec le développement économique.

9L’histoire de l’alphabétisation constitue une des préoccupations majeures de l’historiographie française, à l’inverse de ce qui se passe en Espagne et en Amérique Latine. Et si les instruments statistiques disponibles à partir de 1857 permettent de reconstruire le rythme de l’alphabétisation, les données se rapportant à l’analphabétisme « brut » sont à nuancer. La constitution progressive, à travers ses insuffisances, d’un réseau scolaire permet d’établir des corrélations entre l’alphabétisation et, d’autre part, la géographie et la répartition par sexes. Si cette scolarisation est, pour l’époque contemporaine, le fait essentiel des initiatives étatiques en matière d’éducation, il ne faut pas oublier les initiatives privées, aux finalités diverses.

Formation des élites ou éducation des masses

10La période étudiée permet d’approcher, sous l’angle de l’éducation, la ligne de partage entre l’ancien et le nouveau régime. Ainsi, pour l’Espagne, la Constitution de 1812 qui fait entrer le pays dans l’ère constitutionnelle et parlementaire établit-elle, pour la première fois, la nécessité de l’éducation des masses. Le cas des « ilustrados » fournit, de ce point de vue, un utile point de comparaison et permet d’étudier cette période de transition qu’est la fin du XVIIIe siècle.

11La scolarisation des masses apparaît, au XIVe siècle, comme un clair enjeu politique et social. La législation établit ainsi progressivement un organigramme à trois niveaux dont, seul, le premier est accessible à l’ensemble de la jeunesse.

12La prise en compte d’une réalité ethno-linguistique propre à l’Amérique Latine est également étudiée.

Les politiques éducatives

13Pour faire face à cette demande d’éducation se mettent en place des stratégies et des politiques éducatives.

14Même si les résultats ne sont pas toujours à la hauteur des espoirs, le grand promoteur de l’école, à l’époque contemporaine, est l’État qui essaie de pénétrer dans le secteur éducatif. Toutefois, la lenteur à se doter d’un ministère spécifique est éclairante des luttes idéologiques qui secouent l’Espagne. L’interventionnisme de l’État permet finalement quelques avancées importantes en matière de densification et d’uniformisation du niveau scolaire, ainsi que la mise sur pied d’une législation spécifique. Mais la question des moyens, thème commun à plusieurs articles, relativise fortement l’ampleur des réformes proposées et marque les limites des politiques éducatives conduites.

15Certes, les finalités de ces politiques éducatives sont diverses : modernisation et centralisation de l’État, homogénéisation du corps social, encadrement de la jeunesse, mais aussi bénéfices économiques pour la nation ou pour des sociétés privées. L’école finit par apparaître comme le meilleur antidote à la lutte des classes.

La pédagogie

16L’étude des manuels scolaires, telle celle proposée ici pour le cas du Mexique d’aujourd’hui, des méthodes d’enseignement dont discutent par exemple les « ilustrados » espagnols du XVIIIe siècle, de la nature des maîtres (laïques, ecclésiastiques, appartenant au « secteur privé »,...) offre un vaste champ de recherche, encore qu’il ne s’agisse pas, pour nous, de refaire une histoire de la pédagogie.

17Ces rapides considérations suffisent à dire combien notre projet est ample, et la problématique, complexe ; mais l’énormité des lacunes que découvrent les chercheurs hispanistes et américanistes abordant le thème de l’école malgré le récent développement de l’histoire de l’éducation en Espagne, suffit aussi à expliquer la dimension de cette ambition.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540