Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyages et séjours d'Espagnols et d'Hispano-Américains en France

 | 
Jean-René Aymes
, 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

Paris et la patrie : reflexions d’un métis peruvien

Ève-Marie Fell

Texte intégral

  • 1 “Washington ¿una ciudad imperial?”, article inédit, Arch. Sybila de Arguedas, 4 feuillets dactylo., (...)

1“He comprendido, casi siempre, inmediatamente a las ciudades”1 écrit José María Arguedas en 1965 lorsqu’il visite, à l’occasion d’une tournée de conférences dans les universités nordaméricaines, la ville de Washington. Car cet écrivain, hâtivement classé parmi les provinciaux “ruralistes” est en réalité un vovageur impénitent, incapable de rester plus de deux années consécutives enfermé dans les frontières nationales, avide surtout de découvrir les grandes cites étrangères. Le hasard des colloques et des rencontres internationales fait bien les choses : invité tantôt comme romancier, tantôt comme anthropologue, tantôt comme haut responsable culturel. il arpente souvent, à partir des années 50. les artères des principales villes étrangères et ne manque jamais de faire parvenir à la grande presse nationale le compte rendu de ses méditations lointaines. Ces nombreux articles, juges trop circonstanciels pour mériter d’être reproduits ou commentés, constituent pourtant un ensemble cohérent, d’une grande profondeur de réflexion, sans rapport avec les chroniques très “carte postale” que fait parvenir, à la même époque et dans des circonstances comparables, Ciro Alegría à Expreso.

  • 2 Nous ne citerons qu’un exemple parmi bien d’autres de cette profession de foi : “Ella, el Perú, cua (...)

2Que recherche Arguedas dans ces visites bien peu touristiques ? Deux finalités se dégagent clairement sans s’opposer. Il s’efforce d’abord de pénétrer, par la contemplation attentive des monuments, des rues et des comportements collectifs, l’histoire du peuple qui a édifié, de façon si originale, chacune de ces cités. Portant toujours en lui ce qu’il appelle la “puissante palpitation”2 de la patrie, il tente ensuite de comparer ce peuple au sien afin de dégager ressemblances et dissonances et de mieux cerner, avec le recul de l’éloignement géographique, la spécificité de la peruanidad. Ainsi ces chroniques constituent-elles moins un carnet de bord intelligent qu’une réflexion, de plus en plus sophistiquée à mesure que les voyages se multiplient, sur le devenir de la patrie et les liens bénéfiques qui pourraient l’unir à telle ou telle nation étrangère. Prendre de la distance non pour s’évader mais au contraire pour se dépouiller de préjugés étriqués et parvenir à mieux se connaître, soi et les autres, tel paraît être le propos de l’écrivain-voyageur.

  • 3 “Somos un país poco evolucionado”, telle est la conclusion abrupte qu’il tire dans “Perú y Argentin (...)
  • 4 “No están los chilenos abrumados por muy antiguas tradiciones, que inspiran pero que constituyen o (...)
  • 5 “Santiago nos pareció una urbe, una ciudad de nivel cívico comparable con el de las ciudades europe (...)

3Le résultat de ces confrontations n’est ni complaisant ni convenu. Divers séjours en Argentine révèlent, par exemple, à Arguedas une cruelle inégalité des cultures et des niveaux de vie ; il ne mâchera pas ses mots lorsqu’il s’agira, au retour, de rappeler, à ses concitoyens, le dénuement universitaire péruvien et l’immense retard pris dans le domaine des techniques et des arts3. La comparaison avec le Chili, plus proche du Pérou dans ses virtualités essentielles, est tout aussi audacieuse ; oubliant, volontairement, la longue rivalité qui oppose les deux nations, le romancier souligne l’avance prise par les Chiliens dans le domaine de la culture et met en relief leur exceptionnelle ouverture aux apports étrangers, européens en particulier. Réfléchissant sur cette disparité qui ne doit rien aux données économiques, il n’hésite pas à mettre en cause le dualisme ethno-sociologique qui grève la société péruvienne et dont le voisin chilien est heureusement exempté4. A une nation cloisonnée, “congelée” pour reprendre une de ses expressions favorites, Arguedas propose un autre idéal : la sagesse industrieuse et fraternelle qui caractérise, à ses yeux, Santiago de Chile5.

  • 6 Cf. en particulier les analyses d’Arguedas dans “La cultura : un patrimonio difícil de colonizar”, (...)
  • 7 “Su aterradora abundancia”, souligne Arguedas avec humour... in “New York y Quito”, El Comercio. Su (...)

4Son approche de l’univers nordaméricain n’est pas plus conventionnelle. Nous sommes pourtant en présence d’un des deux ou trois intellectuels péruviens qui ont dénoncé, avec la plus grande persévérance, l’emprise grandissante de la première puissance mondiale sur cette nation-satellite que devient le Pérou. La grande originalité d’Arguedas, dans ce combat plutôt solitaire, est l’accent qu’il met sur la colonisation culturelle qui dérive des investissements économiques. Ainsi qu’il le montre, la standardisation des couches populaires nécessaires à la vente massive de produits étrangers se met en place grâce aux médias et s’appuie sur de nouveaux mythes d’importation : réussite individuelle et modernité6. Ces modèles n’ont rien à voir avec la tradition locale et ils ne s’implantent que grâce aux méthodes éprouvées de l’“inondation “culturelle et publicitaire. C’est pourtant sans préjugé, et avec une absence totale d’agressivité, que notre écrivain aborde les grandes villes américaines qui l’enchantent par leur immensité, leur agitation, leur “terrifiante” abondance7.

  • 8 Id., ibid., p. 19.

“Entre ese orden de lo desmesurado, entre los monstruos felices que son los puentes, las prodigiosas carreteras, los rascacielos iluminados o quietos, el hombre camina apurado, y yo también caminaba contagiado, al ritmo que los otros, pero contemplando todo ese artificio descomunal con un entusiasmo casi infantil... ¡ Obra del hombre, ese monstruo que debía asustarme sólo estimulaba mi fe, lo que hay de poderoso en la médula y en la mente humanas! Y buscaba cómo, en qué parte podía depositar mi mano para acariciar la ciudad.”8.

  • 9 Cf. “Creo que en el Imperio Incaico se trabajó tanto como trabaja el ciudadano norteamericano. Y ah (...)
  • 10 “New York y Quito” op. cit., p. 19.

5Au-delà de confondantes disparités dans le domaine du niveau de vie et dans celui de la production artistique et technique, Arguedas est frappé par un trait commun à la peruanidad et à la civilisation nordaméricaine : l’activité laborieuse et créatrice, l’énergie constructrice des deux peuples. Le thème lui est cher en ce qui concerne la masse indigène et métisse de ses concitoyens : tout au long de son existence il ne cessera de rappeler que seules les entraves de la misère et d’une injuste répartition des sols, empêchent les couches populaires péruviennes de déployer une énergie multiséculaire dont les effets s’étaient épanouis sous l’Empire. Face au géant nord-américain, c’est cette parenté laborieuse que le romancier met, sans complexe aucun, en évidence. Les gratte-ciels newyorkais, les masses imposantes des monuments officiels de Washington évoquent, irrésistiblement pour lui, les grandes constructions incaïques9, fruit d’un effort collectif qui ne demanderait aujourd’hui qu’à se redéployer. “Necesitados, fraternos e inmortales”10, les héritiers de l’Empire, ignorants, accablés, contraints à une douloureuse inactivité, parviendront tôt ou tard, Arguedas n’en doute pas, à redevenir des bâtisseurs prospères, sans pour autant perdre cette humanité qui lui parait faire cruellement défaut au pragmatisme nordaméricain.

  • 11 Ibid., p. 19.

“Nosotros hacemos arder el oro para que su luz ilumine, no para que ciegue y mate la ternura. El hierro y el oro para inspirar, para lanzarse al infinito, no para convertirlo en amo rígido e implacable.”11.

***

  • 12 Par exemple au retour de son voyage à Cuba en janvier-février 1968 (il participait alors au jury du (...)
  • 13 Ainsi y passe-t-il plusieurs jours en octobre 1965 à l’occasion du colloque qu’organise le C.N.R.S. (...)
  • 14 A cette époque, Arguedas, en tant qu’ethnologue diplomé de l’U.N.M.S.M., était fonctionnaire en pos (...)
  • 15 “París y la Patria”, El Comercio. Suplemento Dominical, 7. XII. 1958, p. 2.

6Comme on l’imagine, Paris est en bonne place parmi les grandes cités qui accueillent Arguedas et lui inspirent de pénétrantes réflexions. Il y fait plusieurs séjours rapides, soit à l’occasion de voyages plus lointains12, soit dans le cadre de rencontres à caractère scientifique auxquelles il participe en qualité d’anthropologue13. C’est à l’automne 1958 qu’il y séjourne un peu plus longtemps à la faveur d’un long détachement administratif : il obtient en effet, à partir de janvier 1958, une bourse de l’UNESCO lui permettant de résider pour plusieurs mois en Europe et plus particulièrement en Espagne ; afin d’effectuer les recherches de terrain indispensables à l’achèvement de sa thèse de Doctorat14. A l’issue d’un long séjour en Castille, Arguedas s’arrête plusieurs jours à Paris pour effectuer quelques consultations au Musée de l’Homme et assister, en tant que spécialiste, à divers spectacles folkloriques organisés par le Théâtre du Monde. Il rapporte de cette expérience une longue chronique intitulée “París y la Patria”15 qui nous paraît être un texte essentiel à la compréhension de sa démarche de citoyen et de responsable culturel.

  • 16 Il verra même dans l’influence tragique de ce paysage si peu favorable à l’homme une des sources de (...)

7Paris le conquiert très vite et, pourrait-on dire, malgré lui. De toutes ses forces Arguedas s’identifie, depuis l’enfance, aux grands espaces tourmentés de la sierra : pentes vertigineuses, vallées noyées d’ombre, fleuves tourbillonnants qui creusent le roc comme une blessure16. Il n’éprouve à l’avance aucune attirance à l’égard des paysages limités et remodelés de la vieille Europe. La première révélation de Paris est le charme d’une nature domestiquée, apprivoisée, recréée comme une œuvre d’art en fonction de la lumière ou de la perspective. Enchanté par “l’univers musical” des grands jardins parisiens, le romancier découvre une autre forme de beauté naturelle, sans spontanéité certes, mais plus douce à l’homme que l’immensité andine. Ce que les grands arbres intelligemment taillés des jardins de l’Observatoire lui montrent, c’est la possibilité d’un contact serein, denue d’agressivité, entre l’homme et son environnement ; pour Arguedas, c’est une révélation.

  • 17 “París y la Patria”, op. cit., p. 2.

“Estos vigilantes arboles acicalados de la avenida cumplen con igual generosidad su misión de acompañar al ciudadano, de calmarlo y de recordarle cuán bello es este mundo en que habitamos, y más bello aún — y no al revés como creíamos — cuando la mano del hombre lo sabe modificar, reúne las cosas que se han criado dispersas, las junta y acomoda para regocijarse y estar cerca de los seres de los que viene la vida.”17.

8Cette absence d’agressivité se retrouve aussi, selon lui, dans le brassage des civilisations qui s’opère au sein de la capitale française. Assis à la terrasse d’un café du Boulevard Saint Michel, Arguedas observe, avec étonnement, la variété des peuples qui se côtoient et semblent satisfaits de cette coexistence sereine. Se sentant lui-même parfaitement intégré à la foule, il voit, dans ce cosmopolitisme original, le reflet de l’œcuménismes qu’il appelle de ses voeux en tant que Péruvien. Né dans un pays où la ségrégation raciale imprègne fortement les moeurs au-delà des régimes politiques, il considère que cette libre acceptation des différences et des apports étrangers constitue une espèce de confirmation de son propre projet démocratique : la réconciliation de tous les Péruviens sur une base égalitaire et fraternelle à l’image des rues parisiennes.

  • 18 Ibid., Arguedas n’est évidemment pas étranger aux soubresauts politiques que connaît la France à l (...)

“Quizá en ninguna parte sea posible sentir con mayor objetividad que en París la unidad del espíritu humano.”18.

  • 19 Arguedas en cite un exemple : “He seguido los pasos de un poeta sudamericano, astroso, esforzado y (...)

9La vision n’est toutefois pas idyllique. Si Paris accueille généreusement l’étranger, lui ouvre ses musées, ses bibliothèques et ses jardins, il peut aussi se refermer, comme un piège, sur l’immigré. Notre écrivain, qui se mêle à la communauté latino-américaine implantée dans la capitale, ne peut s’empêcher de méditer sur le destin de ceux qui perdent tout contact avec leur propre peuple et se laissent, progressivement, capter par une atmosphère délétère où le snobisme risque de déboucher sur l’impuissance créatrice. Convaincu qu’une part importante de ses compatriotes se dégrade inexorablement à Paris, Arguedas s’interroge comme écrivain : A quelles conditions l’artiste émigré peut-il rester créateur, alors qu’il se trouve très vite coupé de son contexte familier et confronté à d’imposantes traditions étrangères ? La réponse est simple : il faut porter en soi la patrie, préserver à toute force les racines profondes de la nationalité qui nourrissent l’être, s’adapter sans s’assimiler tout à fait à un peuple qui n’est pas le sien19.

  • 20 Ibid., p. 2. Paraphrasant un vers célèbre de Whitman, il estime qu’il faut porter en soi une auror (...)

“Hay que llevar sólidamente a la patria dentro para no ser desintegrado en París.”20,

10précise Arguedas, qui considère qu’à ce prix, l’étranger donne autant à la France qu’il en reçoit. Car, n’en doutons pas, la gratitude et l’admiration que lui inspire la capitale — entre autres raisons parce qu’il voit, en elle, le centre des études les plus compétentes sur le plan mondial en ce qui concerne l’Amérique Latine — ne font naître en lui aucun complexe. Très lucide sur la disproportion des niveaux de vie et de culture, il est tout aussi conscient du déplacement de la créativité vers les hommes du Tiers-Monde. Les déshérités de la culture qui affluent vers les terrains d’activités et d’échanges qu’offre Paris apportent à la ville un sang neuf, de nouvelles sources d’inspiration dont la vieille Europe ne saurait se passer. C’est le cadeau du “barbare” à qui l’accueille et lui permet de se faire connaître.

  • 21 Ibid., p. 2.

“Nosotros los bárbaros, los imperfectos, los mestizos, quienes nos resistimos, como Machado o Vallejo, aquellos que pueden vivir intensamente su patria en París, más fecunda y tenazmente que en sus patrias tanto más duras y crueles cuanto más hermosas : nosotros le hemos dado jugo siempre a esta Capital de Occidente.”21.

***

  • 22 Il en tirera d’ailleurs des conclusions fort inattendues sur la situation de la société provinciale (...)

11A ces considérations circonstancielles sur les relations qui peuvent s’établir entre un grand centre intellectuel occidental et les créateurs étrangers, vient s’ajouter une réflexion plus en profondeur sur la peruanidad. Arguedas, qui vient de passer plusieurs mois en Espagne dans le but de comparer certaines traditions européennes à celles de son pays22, et qui partage, pour quelques jours, la vie parisienne de la colonie latino-américaine, s’interroge sur la place que peut tenir l’Europe dans la tradition et la sensibilité nationales. De la même manière qu’il a pu récuser le “mirage” parisien auquel succombent ceux dont les racines ne sont pas suffisamment solides, il n’hésite pas à pourfendre ceux qui tentent de renier l’apport européen dans leur propre civilisation. On sera sans doute surpris de voir cet écrivain réputé “indigéniste” critiquer, avec véhémence, ceux de ses concitoyens qui tournent le dos à l’Europe sous l’empire de ce qui n’est à ses yeux que :

  • 23 “París y la Patria”, op. cit., p. 2.

“una especie de embriaguez nacionalista o indigenista.”23.

  • 24 “Se siente cuán infundada y casi ridicula es la aparatosa furia antieuropea de muchos de nuestros a (...)
  • 25 “Hay una tendencia romántica en el Peru de suponer que bien podemos desarrollar virtualidades susta (...)

12Certes, reconnaît Arguedas, il existe, dans les pays comme le Mexique ou les pays andins, où subsistent de nombreux groupes indigènes, une plus grande originalité de la culture locale ; mais il serait tout à fait absurde24 d’en déduire la nécessité du rejet de l’Occident. Un certain “romantisme” péruvien25 voudrait croire qu’une tradition, purement précolombienne, pourrait alimenter le progrès et la créativité du Pérou contemporain à la condition que le pays se ferme à tout apport occidental jugé néfaste à la “personnalité indigène”, perspective dangereusement erronée selon Arguedas. Il n’est pas inutile de rappeler que lui-même s’exprime sur ce sujet depuis exactement vingt ans et lutte, sans relâche, contre cette forme perverse de protectionnisme culturel. Précisément parce que le monde indigène est un monde qu’il connaît bien pour l’avoir partagé, il n’hésite pas à rappeler le poids de l’histoire commune qui a, inextricablement, mêlé les traditions, les coutumes et les sensibilités. Que cela plaise ou non, l’écrivain rappelle que l’intrusion des Espagnols sur le continent a fait de tout indien un métis culturel.

  • 26 Ibid., p. 2.

“Pienso en las aldeas indígenas de las regiones más aisladas del Perú y pienso en el conjunto de nuestra patria. Estamos mezclados hasta la raíz ; lo hispánico penetró hasta lo más profundo, sin destruir lo indígena, sin convertir la médula de lo indígena, pero comprometiéndolo, revolucionándolo, en unos segmentos más gravemente que en otros, en unos estratos más que en otros.”26.

13Faut-il déplorer cette miscégénation ? Arguedas, qui s’interroge sur ce poit, n’hésite pas à répondre par la négative. Il rappelle que les plus grands créateurs andins, des peintres anonymes de la période coloniale aux grandes figures des lettres comme Garcilaso ou Vallejo, ont toujours puisé aux deux sources. Il faut donc assumer sans crainte le double héritage, le revendiquer même dans une nouvelle affirmation de la nationalité libre de tout préjugé et de toute nostalgie. Le Pérou n’est ni une nation relevant de la civilisation occidentale ni un territoire où se perpétueraient d’immuables traditions préhispaniques. L’évidence est autre, si claire dans sa trajectoire historique et pourtant scandaleuse aux yeux de ceux — hispanistes ou indigénistes — qui cherchent à exclure l’autre :

  • 27 Ibid., p. 2. Rappelons qu’Arguedas est un des rares Péruviens, parmi les écrivains ou les hommes d (...)

“Somos un país mestizo.”27.

14Pourtant, note Arguedas, cette réalité qui s’inscrit sur la majorité des visages péruviens et qui imprègne toute la vie nationale est profondément rejetée ; sujet tabou, elle ne fait même l’objet d’aucune réflexion, d’aucune étude. La science elle aussi, frappée d’une troublante cécité, s’obstine à observer des groupes-témoins réduits qui sont supposés relever d’une tradition univoque. Elle laisse délibérément de côté l’immense majorité populaire qui présente une variété captivante de degrés et de formes diverses de métissage et dont l’évolution culturelle, entre un fonds séculaire et la nouvelle percée des modèles occidentaux, est plus que jamais à suivre. Arguedas, depuis des années, revendique, pour lui-même, l’appartenance à cette majorité mêlée en pleine évolution ; dans un Paris qu’il voit idéalement cosmopolite, c’est l’occasion de réaffirmer son identité et sa foi dans le nouvel homme issu des deux mondes.

  • 28 Ibid., p. 2.

“El mestizo es una personalidad que ha sido más debatida que estudiada. ¿Cómo no he de creer en él si yo mismo soy un mestizo tan firmemente convencido de su valer? ¿Cómo no he de creer si todo lo tomado de la cultura occidental no ha sido sino para mejor afirmar y desarrollar lo que en esta mezcla hay de definido ya, de permanente y hecho? Y en ninguna parte como París se respeta y se admira lo que de nuevo puedan traer los hombres venidos de todos los pueblos de la tierra.”28.

  • 29 17-25 août 1959.

15A la vérité, le spectacle du brassage ethnique des rues parisiennes ne fait que ranimer une conviction de longue date que le romancier tente, avec bien des difficultés, de faire partager à ses concitoyens, beaucoup plus séduits par les idiens “pittoresques” de ses narrations. Il cherche aussi à sensibiliser au problème du métissage ses collègues des sciences humaines, assez peu attirés par cette forme spécifiquement péruvienne de miscegenation que l’on commence à appeler à cette époque la cholificación. Quelques mois plus tard, organisateur d’une table ronde29 à laquelle participent des chercheurs de diverses nationalités, Arguedas s’efforcera d’attirer l’attention générale sur le métissage à grande échelle que connaît la société péruvienne. Loin de Paris et de son œcuménisme, c’est avec une fierté et une confiance bien moins vibrantes qu’il appellera ses confrères à se pencher sur le nouveau visage culturel du pays. L’occidentalisation avance à grands pas et chaque tradition ne se contente plus de quelques emprunts à l’autre : l’inégalité des forces en présence, le mirage moderniste entretenu par les marchands fondent un métissage simplificateur et incohérent qui n’a rien de commun avec l’univers complexe et savant d’un Garcilaso. A l’inverse de ce brassage positif des cultures, dont il voyait — a tort ou à raison — un éloquent symbole dans la capitale française, le phénomène présente des aspects nettement dégradés : à une déculturation évidente du point de vue de la tradition indigène s’ajoute une conversion hâtive à des modèles standardisés que l’on peut difficilement qualifier d’occidentalisation réelle. Ce type de “métissage” peut-il avoir quelque vertu ? Pour Arguedas, que cette évolution préoccupe d’autant plus que nul ne s’y intéresse, il est urgent d’admettre les faits et d’en entreprendre l’étude.

  • 30 Arguedas, “Mesa Redonda y Seminario de Ciencias Sociales”, Etnología y Arqueología, n° 1, U.N.M.S. (...)

“Los otros grupos humanos, los desplazados, que inundan las ciudades, tratan de modernizarse apresuradamente, disfrazando sus hábitos indígenas, renegando de su pasado, despreciando sus antiguos valores, y formando en conjunto una masa amorfa de oscuras perspectivas. Se recomendó que las ciencias sociales estudien estos procesos y sus antecedentes antes que nada.30.

16On peut se demander si, au fond, ce n’est pas la notion d’“occident” si favorablement valorisée par Arguedas dans sa chronique parisienne, qui est à remettre en cause. Le long séjour qu’il effectue en Europe, en 1958, et tout particulièrement les journées qu’il passe dans notre capitale le conduisent à réaffirmer dans la peruanidad une double et longue tradition, la rencontre de deux peuples très dissemblables mais également chargés d’histoire et de capacité créatrice. L’occident dont il revendique la filiation dans son propre être métis a le visage d’une des plus vieilles nations européennes. Le retour au Pérou le ramène à une tout autre réalité : ce n’est pas vers la vénérable tradition hispanique qu’évoluent les masses qui s’alphabétisent et se “désindianisent”, mais vers un autre “occident” fondé sur une agressive modernité et tout entier tourné vers la consommation et le profit. Le nouveau projet qui s’offre au métis péruvien n’a plus rien à voir avec l’Europe : c’est ce qu’Arguedas appellera un peu plus tard, avec autant d’appréhension que d’humour, la nouvelle civilisation de l’asphalte et du coca-cola. Paris est loin.

Notes

1 “Washington ¿una ciudad imperial?”, article inédit, Arch. Sybila de Arguedas, 4 feuillets dactylo., 1er feuillet.

2 Nous ne citerons qu’un exemple parmi bien d’autres de cette profession de foi : “Ella, el Perú, cuando se la ha sufrido, cuando se ha alcanzado a sentir en lo más profundo del pecho su palpitación poderosa, el río brillante cargado de esencias nutricias y de belleza que es su historia, su actualidad prometedora de hazañas, de prodigios seguros, la Patria...”, “La Patria”, Expreso, 24. IV. 1964, p. 12.

3 “Somos un país poco evolucionado”, telle est la conclusion abrupte qu’il tire dans “Perú y Argentina”, Ideas, Artes y Letras, n° 43, 1960, p. 4.

4 “No están los chilenos abrumados por muy antiguas tradiciones, que inspiran pero que constituyen o pueden constituir crueles fuerzas de contención. Las jerarquías sociales no son tantas ni quienes pertenecen a ellas se empeñan en imponer las distinciones en formalismos a veces brutales que hieren y causan amargura...”, “Pedro Lastra y Santiago de Chile”, Expreso, 9. XII. 1964, p. 13.

5 “Santiago nos pareció una urbe, una ciudad de nivel cívico comparable con el de las ciudades europeas, pero donde el hombre no ha sido congelado por el individualismo (...) Lo mejor de Chile : su sabiduría, la sabiduría fortaleciendo la fraternidad humana y no aislando al hombre”, Id., ibid., p. 13.

6 Cf. en particulier les analyses d’Arguedas dans “La cultura : un patrimonio difícil de colonizar”, in Varios, Notas sobre la cultura latinoamericana, Lima, Talleres Industrial Gráfica, 1966, pp. 21-26.

7 “Su aterradora abundancia”, souligne Arguedas avec humour... in “New York y Quito”, El Comercio. Suplemento Dominical, 17. X. 1965, p. 19, soul, dans le texte.

8 Id., ibid., p. 19.

9 Cf. “Creo que en el Imperio Incaico se trabajó tanto como trabaja el ciudadano norteamericano. Y ahora, delante de nuestros ojos, están presentes las moles de piedra de Ollantaytambo y Sacsayhuaman, también grises. Esta capital de los Estados Unidos se convierte en progresión imprevisible a los ojos del visitante que llega en avión de una amplia ciudad de aspecto rural humilde en una capital que tiene aire de cabeza de imperio : la sensacion del poder acumulado por un pueblo que trabaja con orden y con la seguridad de que es una de las cabezas del mundo” Washington ¿una ciudad imperial? op. cit., 4e feuillet.

10 “New York y Quito” op. cit., p. 19.

11 Ibid., p. 19.

12 Par exemple au retour de son voyage à Cuba en janvier-février 1968 (il participait alors au jury du prix “Casa de las Américas”).

13 Ainsi y passe-t-il plusieurs jours en octobre 1965 à l’occasion du colloque qu’organise le C.N.R.S. sur les problèmes agraires des Amériques Latines. Argue das présente, en collaboration avec Alejandro Ortiz Rescaniere, une communication sur les mythes posthispaniques des masses rurales quechuas. Π fait le compte rendu de ce colloque et celui d’une table ronde consacrée à l’histoire péruvienne à Santiago de Chile quelques jours plus tôt dans un long article intitulé “Dos importantes coloquios internacionales sobre problemas históricos y sociales del Perú y América” El Comercio. Suplemento Dominical, 7. XI. 1965, p. 5.

14 A cette époque, Arguedas, en tant qu’ethnologue diplomé de l’U.N.M.S.M., était fonctionnaire en poste au Musée de la Culture Péruvienne de Lima, où il dirigeait un petit Institut de Recherches Ethnologiques, l’établissement étant placé sous la direction générale de Luis E. Valcárcel. Il est détaché, à partir de janvier 1958, pour une durée de sept mois, à laquelle il ajoute ses congés annuels. Sa thèse, qui est une étude comparative des structures rurales communautaires en Castille et dans le Haut-Pérou, montre l’origine hispanique de la communauté indigène en Amérique Latine. Soutenue en 1963, elle sera publiée en 1968 sous le titre Las Comunidades de España y del Perú (Lima, Departamento de Publicaciones de la UNMSH, 1968, 354 pp.).

15 “París y la Patria”, El Comercio. Suplemento Dominical, 7. XII. 1958, p. 2.

16 Il verra même dans l’influence tragique de ce paysage si peu favorable à l’homme une des sources de sa névrose. En pleine crise, il écrit au psychiatre qui le suit en 1968 : “De la sombra de la propia muerte puedo hacer un buen libro sobre este país descomunal en que los hombres siguen sufriendo y luchando bastante como semi-dioses desterrados en su propio lar nativo. ¿ Recuerda algo el Cuzco y el paisaje de la casi monstruosa orografía que hay entre el Cuzco y Lima? Yo he vivido esos paisajes en la niñez, en una niñez muy atormentada. Tengo esos cerros metidos en la médula, a medias como muerte y como vida”, Lettre inédite au Dr. M.V., datée 11. 1.1968, Arch. Sybila de Arguedas, 2 feuillets dactylo., 2e feuillet.

17 “París y la Patria”, op. cit., p. 2.

18 Ibid., Arguedas n’est évidemment pas étranger aux soubresauts politiques que connaît la France à l’heure de la décolonisation. Il rappelle à ce propos que la démocratie est le seul fondement de la coexistence pacifique des ethnies et décerne un discret hommage au Général de Gaulle qui a su s’opposer avec efficacité, selon lui, aux tentatives putschistes de quelques “caudillos” de l’armée française.

19 Arguedas en cite un exemple : “He seguido los pasos de un poeta sudamericano, astroso, esforzado y que se considera triunfante. No volverá de París. No tenía vínculos fuertes con nuestra tierra ; quizá muera bellamente en París, pero no le dará nada nuevo a la ciudad ni a su patria”, Ibid., p. 2. Cette question de l’émigration, si importante pour les artistes latino-américains d’aujourd’hui, ressurgira onze ans plus tard dans la très vive polémique qui opposera, comme l’on sait, Cortázar et Arguedas.

20 Ibid., p. 2. Paraphrasant un vers célèbre de Whitman, il estime qu’il faut porter en soi une aurore spécifique pour affronter l’aurore étrangère

21 Ibid., p. 2.

22 Il en tirera d’ailleurs des conclusions fort inattendues sur la situation de la société provinciale espagnole par rapport à son équivalent péruvien. Les villages castillans qu’il observe, fortement hiérarchisés, dépouillés de leur folklore traditionnel et emprisonnés dans un mutisme qui n’est pas sans lien avec le franquisme, lui paraissent - quoique moins miserables — infiniment plus figés que les bouillonnantes campagnes andines. La pauvreté péruvienne ne parvient pas à étouffer un désir de changement, de mobilité géographique et sociale, une créativité folklorique qui, selon lui, sont inexistants du côte espagnol en 1958.

23 “París y la Patria”, op. cit., p. 2.

24 “Se siente cuán infundada y casi ridicula es la aparatosa furia antieuropea de muchos de nuestros amigos dedicados al cultivo de las artes”, Ibid., p. 2.,

25 “Hay una tendencia romántica en el Peru de suponer que bien podemos desarrollar virtualidades sustancialmente diferentes de lo europeo, caracteres que nos vienen intocados de nuestro pasado prehispánico”, Ibid., p. 2.

26 Ibid., p. 2.

27 Ibid., p. 2. Rappelons qu’Arguedas est un des rares Péruviens, parmi les écrivains ou les hommes de science, à oser utiliser et revendiquer ce vocable depuis de longues années. “Mestizo” : le mot, chargé de connotations défavorables, est inconsciemment éliminé de la plupart des analyses et des commentaires, surtout lorsqu’il s’agit de chercher une définition de la nationalité. Depuis les observations pessimistes de Mariátegui sur les ambiguïtés du métis, on peut dire que l’idée même du métissage ethnique ou culturel est généralement repoussée ou contournée en dépit de l’évidence. Une des originalités du futur Président Belaúnde, au cours de ses premières campagnes électorales, sera de proclamer comme Arguedas la réalité métisse de la nation et de faire de la miscégénation dans tous les domaines un véritable projet politique.

28 Ibid., p. 2.

29 17-25 août 1959.

30 Arguedas, “Mesa Redonda y Seminario de Ciencias Sociales”, Etnología y Arqueología, n° 1, U.N.M.S. M., 1960, p. 283 ; soul, dans le texte.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter