Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travaux de l'Institut d'études hispaniques et portugaises de l'Université de Tours

 | 
Augustin Redondo

Première partie

Contribution à l’étude du cuentecillo au XVIe siècle : le cas de fray Bernardino Palomo (alias de Flores)

Augustin Redondo

Texte intégral

  • 1 Sur le cuentecillo, cf. en particulier le livre de Maxime Chevalier : Cuentecillos tradicionales e (...)

1Le nom de fray Bernardino Palomo apparaît dans quelques recueils d’anecdotes du XVIe siècle (Liber facetiarum de Luis de Pinedo, Floresta española de Santa Cruz, Miscelánea de Zapata) mais, jusqu’à présent, on ne savait presque rien sur ce religieux. Nous sommes en mesure, aujourd’hui, de fournir un certain nombre de renseignements sur le moine en question, de montrer que plusieurs anecdotes dont il est le héros sont en liaison directe avec l’action et les caractéristiques du personnage et, au-delà, d’apporter diverses indications sur la formation et la transformation du cuentecillo traditionnel1.

***

  • 2 Cf. A. H. N., Inquisición, leg. 223/7 (Procès de Juan de Vergara), fol. XII r°.

2Disons d’emblée que fray Bernardino Palomo et fray Bernardino de Flores, le comunero, ne sont qu’une seule et même personne. C’est ainsi que notre religieux est amené à déposer contre l’érasmien Juan de Vergara, le 6 septembre 1530. Or, lors de la présentation du témoin, le greffier a inscrit « fray Bernardino Palomo ». Mais « Palomo » a ensuité été rayé et remplacé, au-dessus, par « de Flores ». Dans le reste de la déposition, il n’est plus fait mention que de « fray Bernardino de Flores »2. D’autre part, Pedro de Bazán, corregidor de Medina del Campo est appelé à témoigner, le 5 décembre 1531, sur les faits rapportés par le moine. Dans son témoignage, il se réfère, sans autre précision, à « fray Bernaldino ». Toutefois, au dos de sa déclaration, se trouve l’indication suivante :

Hase de poner esta deposiçión junto con la de fray Bernardino Palomo, rreligioso de la orden de Sant Agustín.

  • 3 Ibid., cf. la déposition de Pedro de Bazán entre les fol. XIII et XIV.
  • 4 8 t., Madrid, Imprenta del Asilo de Huérfanos et Imprenta del Monasterio de El Escorial, 1913-1931 (...)

3Et en effet, la déposition de Pedro de Bazán apparaît bien au milieu du témoignage du religieux3. Enfin, le P. Gregorio de Santiago Vela, dans son Ensayo de una biblioteca ibero-americana de la orden de fian Agustín, n’hésite pas (bien que paraissant ignorer les documents que nous avons cités) à identifier un moine avec l’autre4.

  • 5 Historia del convento de S. Augustin de Salamanca (Madrid, Gregorio Rodríguez, 1652) : B.N.M. : 3/ (...)
  • 6 A titre d’exemple, disons que dans les Relaciones topográficas on voit passer plusieurs fois le pa (...)
  • 7 Cf. Francisco Cantera Burgos et Pilar León, Judaizantes del arzobispado de Toledo habilitados por (...)
  • 8 Cf. Baltasar Cuartero y Huerta et Antonio Vargas Zúñiga y Montero de Espinosa, Índice de la colecc (...)

4Selon toute vraisemblance, fray Bernardino vit le jour à la fin du XVe siècle. D’après le P. Tomás de Herrera, il aurait été le fils de Juan Palomo et de Maria Flores et aurait professé au couvent augustin de Tolède le juin 15055. Cependant, la précision même de ces renseignements les rend d’autant plus sujets à caution que l’auteur n’indique pas sur quelles sources il s’appuie. Quoi qu’il en soit, il est fort possible que la filiation de fray Bernardino soit exacte et qu’il soit né dans la région tolédane où, au XVIe siècle, le patronyme Palomo est attesté, parallèlement à Palomino, Palomeque, Palomares, etc…6. Or, on a mis en évidence, depuis temps, que les nouveaux chrétiens d’origine juive portaient assez souvent des noms d’animaux. Et en effet, les documents montrent que dans l’archevêché de Tolède Palomino et Palomete (Palometa) étaient des patronymes de conversos7, ainsi vraisemblablement que Palomo (encore que certains paysans portent ce nom) et les autres dérivés déjà cités. D’ailleurs, une pièce d’archives du 9 septembre 1345 se réfère à « Mingardut, hijo de Palomo, judío de Huesca »8. Et nous verrons que fray Bernardino apparaît lié, à plusieurs reprises, à l’Aragon, lieu d’origine peut-être de sa famille.

  • 9 Nous ne savons pas si Palomo avait déjà, en argot, le sens que lui donnera Hidalgo dans son Vocabu (...)
  • 10 Autour de 1510, le général de l’ordre des augustins, Gilles de Viterbe, aux conversos d’entrer dan (...)

5Si notre religieux avait du sang juif dans les veines, on comprend qu’il ait abandonné le nom de son père9 pour un autre, Flores — le seul qu’on lui connaisse jusqu’après l’échec des Comunidades —, qui dissimulait la tache originelle et qui était, semble-t-il, celui de sa mère. C’est que vers l’époque où il devenait moine les préjugés au sujet de la pureté de sang s’étendaient de plus en plus cependant que l’ordre auquel il appartenait commençait à se fermer aux nouveaux chrétiens10.

  • 11 Sur fray Dionisio Vázquez, cf. l’introduction du p. Félix G. Olmedo à son édition des sermons du r (...)
  • 12 Cf. A. H. N., Inquisición, leg. 223/7, fol. XII v° : « ... este testigo le rreplicó le dixo que aq (...)
  • 13 Ibid., fol. XII r°.

6Il va de soi que si ses parents vivaient à Tolède ou dans la région tolédane, il est normal qu’il ait pris l’habit de Saint-Augustin dans la ville du Tage. Sans doute connut-il alors un autre religieux appartenant à la même congrégation que lui, qui avait professé dans le même couvent autour des mêmes années et qui allait acquérir une grande renommée : fray Dionisio Vázquez11. On ne sait pas où fray Bernardino fit ses études, mais il est possible qu’il ait fréquenté l’Université d’Alcalá créée depuis peu. En tout cas, postérieurement, il fera allusion à certains propos qu’il y avait entendu tenir par le maître Hernán Núñez, le commandeur grec12. Lui-même sera plus tard professeur de théologie dans un des estudios de son ordre, peut-être à Tolède, car lors de la déposition de 1530 à laquelle nous nous sommes référé, il sera qualifié de « maestro en sancta theología »13.

  • 14 Cf., par exemple, ce qu’indiqua le Floreto de anécdotas y noticias diversas recopiló un fraile dom (...)
  • 15 Cf. Joseph Pérez, La révolution des « Communidades » de Castille (1520-1521) (Bordeaux, Institut d (...)

7Il apprit l’art du sermon et il devint rapidement célèbre comme prédicateur14. Ce talent d’orateur, il devait l’utiliser lors des troubles des Comunidades. Il est bien connu, en effet, que de nombreux moines jouèrent un rôle actif en faveur des rebelles15. Le cardinal Adrien d’Utrecht, régent des royaumes espagnols en l’absence de Charles Quint, en était bien conscient puisque dans une lettre du 1er novembre 1520 adressée à l’empereur, il s’en prenait à :

  • 16 Cf. Manuel Danvila, Historia crítica y documentada de las Comunidades de Castilla (Madrid, Viuda e (...)

... estos frayles que andan seduciendo e incitando los pueblos con sermones16.

  • 17 Cf. les propos de Vergara : « ... e no ha muchos días que delante algunas personas se jactava de c (...)
  • 18 Varia lección (Miscelánea), II, p. 255. Rappelons que Zapata, né en 1532, a connu la Cour de Phili (...)
  • 19 Cf. la lettre adressée par fray Bernardino à la Junta au sujet de son action à Palencia, reçue par (...)

8Fray Bernardino — c’est ainsi qu’il est presque toujours désigné dans les documents de cette époque — fut un de ces propagandistes des comuneros. D’après Juan de Vergara (qui rapporte le fait le 6 mars 1534), il se serait vanté d’avoir poussé les partisans tolédans de la Comunidad à monter à l’assaut du château de San Servando — resté fidèle au souverain —, en s’appuyant sur cette phrase de l’Evangile : Ite in castellum quod contra vos est17. Il est bien sûr impossible de dire si l’anecdote exacte, mais il est incontestable qu’elle lui fut attribuée de son vivant puis que Luis Zapata s’en fait encore l’écho dans sa Miscelánea18. Ce qui est certain, c’est que la Junta utilisa ses capacités et l’envoya, par exemple, à Palencia pour inciter la ville à se rallier aux insurgés. Il arriva dans la cité le 25 octobre 1520 et prit contact avec les partisans des comuneros. Lorsqu’il jugea le moment propice, il exigea la convocation d’une assemblée générale de la population dans le but d’y faire adopter par acclamations le ralliement à la Junta. Mais don Diego de Castilla et le corregidor contrecarrèrent en partie ses projets et il n’obtint qu’un demi-succès, qui préparait néanmoins la voie à l’installation d’une municipalité révolutionnaire19. Alors qu’il s’en revenait de Palencia, il fut arrêté par les partisans des royalistes et conduit à Medina de Ríoseco auprès d’Adrien d’Utrecht, qui communiqua cette arrestation à Charles Quint :

  • 20 Danvila, Comunidades, II, p. 474.

... se ha prendido uno [fraile] que se dize fray Bernardino, de la orden de Sant Agostín, que casi es tan maligno como el fray Alonso [de Medina], pero yo le he hecho poner a buen recaudo y spero que habrá su castigo devido20.

  • 21 Cf. ce qu’il écrit à Charles Quint le 6 février 1521 : « ... me importunan en excambio de don Mart (...)
  • 22 Cf. le texte du pardon et la liste des exclus dans Danvila (Comunidades, V, p. 246). Dans presque (...)
  • 23 Pour l’incarcération à Villalba, cf. J. Pérez, La révolution des « Comunidades »..., p. 612. Pour (...)

9Les rebelles proposèrent alors d’échanger fray Bernardino contre quelques-uns de leurs adversaires faits prisonniers, mais le cardinal refusa la transaction car il craignait le mal que le moine, une fois libre, aurait pu occasionner à la cause royale21. Après l’échec des insurgés, l’de notre religieux en faveur des comuneros fut jugée si importante qu’il fut le seul chanoine de Saint-Augustin à être exclu du pardon accordé par l’empereur le 28 octobre 152222. Il demeura donc emprisonné : après l’avoir été au début à Villalba, peut-être le fut-il ensuite dans la forteresse de Monzón, en Aragon, comme l’indique le Liber facetiarum23.

10Libéré à une date indéterminée, il semble avoir repris ses occupations de prédicateur dans la région de Tolède, auxquelles est venu s’ajouter un travail de professeur de théologie. Il paraît alors, dans la plupart des cas, sous le nom de fray Bernardino Palomo, désirant sans doute faire oublier le Flores trop lié aux Comunidades.

  • 24 B..N.M., Ms. 3620, fol. 362 r°-425 v° (index aux fol. 426 r°-427 r°) : Loci communes F. Dionisii A (...)
  • 25 Il s’agit incontestablement de religieux augustins comme le prouvent les fréquentes références à « (...)

11Comme c’est souvent le cas pour les orateurs sacrés de cette époque, les sermons de fray Bernardino ne sont pas parvenus jusqu’à nous. Toutefois, un manuscrit du XVIe siècle, conservé à la Bibliothèque Nationale de Madrid, contient un certain nombre de lieux communs — thèmes et idées de prédication — attribués à fray Dionisio Vázquez, augmentés de compléments et de brefs commentaires dus, semble-t-il, à notre moine, ce qui revient à chaque religieux étant particularisé par l’adjonction au passage correspondant de la lettre D (Dionisio) ou de la lettre F (Flores) 24. Et tout permet de penser que l’attribution de ces textes aux deux prédicateurs augustins n’est pas erronée25.

  • 26 Pour l’art de la prédication au début du XVIe siècle, cf. le chap. TV (pp. 159 et suiv.) de notre (...)

12Or, ce qui frappe dans les ajouts de fray Bernardino, c’est la facilité avec laquelle il introduit les thèmes et utilise les comparaisons, en prenant toujours appui sur l’observation perspicace de la réalité. Ces ajouts révèlent des dons réels d’orateur et une grande pratique de la prédication de saveur populaire26. C’est ainsi que, « para una entrada de un sermón del sacramento », il note :

  • 27 Cf. fol. 392 r°.

... sería cosa desproporcionada en tiempo de ynvierno, quando haze gran yelo, vestirse uno de ropas muy delicadas de tafetán, o volante, siendo más conveniente de paño para andar abrigados. Assí agora, en este día que hemos de tractar del misterio del sacramento, es menester que vengáis vestidos de ropas abrigadas del calor de la charidad y esperança, y prinçipalmente de fee...27.

13Sous le chapeau Veritas, il indique :

  • 28 Cf. fol. 423 r°-v°.

La verdad es como el agua bendita, que todos quieren el agua, pero ponen la mano quando se la echan en el rostro. Assí la verdad, todos la aman, pero ninguno quiere que se la digan [...]. Pues porque la dezís, no os creen. Y assí, no ay verdad en el mundo, no paresçe en las plaças, ni en los scriptorios, ni en las audiençias ; si está en los conventos, no la cognosçen ; si está entre las capillas y los bonetes, está rebocada ; si entre las redes y los velos negros, no ay verdad y es muerta...28.

14A propos du thème Circumcisio, il écrit :

  • 29 Cf. fol. 389 v°-390 r°.

Viene Cristo al mundo a bever y a gustar el cáliz de los trabajos por el hombre y quiérele bever poco a poco para que en ello reciba más pena, porque para bever vos una purga y no sentir pena cerráis los ojos y tapáis las narices y bevéis de golpe. Pero Christo de tal manera quiere llevar este cáliz que por recibir más penas y trabajos quiérele bever y gustar...29.

15Le thème Tribulatio lui permet de faire la comparaison suivante :

  • 30 Cf. fol. 421 r°.

Como el manjar que se cueze si no se menea se pega a la olla y pierde el sabor y sazón y el color, assí el coraçón del hombre pegado a esta tierra por amor si no se menea contra bajos y tribulaçiones pierde el sabor de Dios30.

16On pourrait multiplier les exemples, mais les citations faites permettent de se rendre compte de la tonalité de la prédication de fray Bernardino et de voir tout ce qui différenciait ce type de sermon de celui que pouvait préconiser ou prononcer à l’occasion l’érasmien Juan de Vergara, le chanoine tolédan versé dans les langues anciennes, le savant habitué à l’analyse et à la critique des textes scripturaires et des Pères de l’Eglise. Le savoir théologique de l’un et de l’autre n’avait rien de comparable, même si fray Bernardino était « maître en sainte théologie ». On comprend qu’au cours d’un débat au sujet de la connaissance des langues classiques préconisée par saint Jérôme, Vergara se soit emporté contre le chanoine de Saint-Augustin :

  • 31 Cf. A. H. N., Inquisición, leg. 223/7, fol. CXLI v°. Selon la déclaration de Juan de Vergara faite (...)

... como el dicho frai Bernardino dixese [en esta materia] muchas sinplezas y muy apasionadas, este declarante se enojó con él y le dixo algunas palabras de cólera ; especialmente se acuerda que le llamó ydiota e que no devía hablar en aquello pues no lo sabía ni avía leído más de los sermones de Dormi secure y quando más los de san Viçente Ferrer. A lo qual, el dicho fray Bernaldino, visto cómo este declarante avía tanto loado a san Gerónimo a propósito de las lenguas, rrespondió que más provecho avía hecho en la Yglesia de Dios san Viçente Ferrer que san Gerónimo e esto dixo en despreçio e desdén de san Gerónimo, lo qual no pudiendo sufrir este declarante, le dixo con alteraçión que su Sant Agostín, por falta de las lenguas, espeçialmente de la hebrea en que fue escrito originalmente el Salterio, no avía açertado en muchas partes de sus Quinquagenas el verdadero sentido del profeta...31.

  • 32 Les Sermones Dormi secure dominicales et de sanctis, attribués à Jean de Verdena, datent de la fin (...)
  • 33 Dans un mémoire réfutant les accusations portées contre lui, remis aux inquisiteurs le 6 mars 1534 (...)
  • 34 Cf. : « Ay jugadores que dizen de ventaja, diestros que acá dezís fulleros, que traen el dado carg (...)
  • 35 Cf. : « Ay unos hombres que tienen sed y beven una taça de vino entera.ñor, con sed bevérsela, ess (...)
  • 36 Cf. : « Escóndese Dios para ver lo que tiene en nosotros, como el marido zeloso que finge que se v (...)
  • 37 Cf. : « ... están dos mançebos en el estudio y quiérense mucho : « O si me viesse obispo, ¡qué har (...)

17Ce passage met bien en évidence tout ce qui pouvait séparer l’érasmien érudit et à l’esprit ouvert du moine aux connaissances limitées, s’appuyant sur la tradition et pratiquant une prédication populaire, comme le prouve l’allusion aux sermons de Dormi secure ou de saint Vincent Ferrier32. Est-ce pour cela aussi que Vergara le qualifiera de chocarrero, se référant sans doute à cette manière de prêcher en langue vulgaire, qui utilisait proverbes, jeux de mots triviaux et bouffonneries33 ? Diverses anecdotes devaient alors courir sur le compte de fray Bernardino. En relation avec celles dont il est le héros, plusieurs traits qui figurent dans ses fragments de sermons méritent de retenir notre attention. Ainsi, par deux fois, il évoque les jeux de dés et de cartes en connaisseur34 ; ailleurs il peint les ivrognes en termes imagés35 ou l’attitude du mari jaloux36. Dans un autre passage, enfin, utilisant vraisemblablement des souvenirs personnels, il décrit les relations entre anciens condisciples dont l’un est devenu évêque37.

  • 38 C’est ce que note le greffier, lors de la déposition du moine, le 6 septembre 1530 : « fray Bernal (...)
  • 39 Cf. : « ... de mucho tiempo acá, este testigo [fray Bernardino] me tiene odio e mala voluntad porq (...)
  • 40 Cf. : « ... este testigo es persona infame e criminosa del crimen lese maiestatis por averse puest (...)
  • 41 Cf. : « el dicho testigo es perjuro e se ha perjurado no una sino muchas vezes y en una semana le (...)
  • 42 Cf. : « Mas la verdad es que aquella noche el padre avía cargado algo demasiado e assí la disputa (...)
  • 43 Cf. : « ... tiene por costunbre de jugar todo el día e la noche, hurtando los dineros en cantidad, (...)
  • 44 Le 16 juillet 1533, Juan de Vergara, après avoir mis l’accent sur le comportement répréhensible de (...)

18En 1530, notre prédicateur était curé de la petite ville de Pinto, dans la province de Madrid38. Si l’on en croit le témoignage de Vergara, fray Bernardino aurait déjà essayé d’obtenir ce bénéfice du temps du cardinal Cisneros, mais celui-ci se serait opposé avec force aux prétentions du religieux, tant et si bien que le chanoine de Saint-Augustin, effrayé, se serait enfui. Il aurait attribué l’attitude de l’archevêque de Tolède à l’influence de son secrétaire Vergara et depuis lors aurait voué une profonde inimitié à ce dernier39. Quoi qu’il en soit, les conceptions de fray Bernardino, opposées à celles du chanoine tolédan, le poussèrent à considérer scandaleux certains propos du secrétaire épiscopal, tenus dans un esprit érasmien, et le conduisirent à les dénoncer au Saint-Office. Vergara, quant à lui, pour donner plus de poids à la réfutation qu’il présente aux inquisiteurs, est amené à noircir le moine qu’il accuse du crime de lèse-majesté (allusion à son passé de comunero)40, qu’il traite de parjure41, d’ivrogne42, de joueur effréné43, de débauché44, sans compter les autres défauts déjà évoqués qu’il lui prête. Derrière ce tableau aux teintes sombres, c’est le portrait d’un moine bon vivant et haut en couleurs qui apparaît, plus près, par certains côtés, du rabelaisien frère Jean des Entommeures que d’un ascétique religieux. Et les caractéristiques principales du personnage doivent être véridiques puisque c’est une image en accord avec cette description que nous révèlent les documents et les anecdotes qui le mettent en scène.

  • 45 Le fray Bernardino qui apparaît comme auteur de ces coplas est un augustin. On peut donc affirmer (...)

19Cela n’empêcha pas fray Bernardino de publier à Medina del Campo, en 1534, des Coplas de la Asunción de nuestra señora45.

  • 46 A. H. N., Inquisición, libro 322, fol. 391 r°-391 v°, 401 v°-402 r°, 402 v°.
  • 47 Lettre du 17 juin 1545 (fol. 391 r°-391 v°).

20Ensuite, on perd toute trace de notre moine jusqu’en 1545, semble-til. Nous avons en effet découvert une correspondance du Conseil de l’Inquisition envoyée aux Inquisiteurs d’Aragon entre le 17 juin 1545 et le 19 septembre de la même année46. Il ressort de ces lettres que fraydino Palomo, moine augustin qui se trouvait alors dans la province aragonaise de son ordre, était poursuivi sous l’inculpation de sodomie, mais qu’il avait pu s’enfuir en France. Le Conseil, ayant appris qu’il était revenu dans le royaume de Castille, réclamait aux Inquisiteurs de Saragosse le procès du coupable afin de mener des poursuites contre lui47. Postérieurement, à la suite d’une missive adressée au Conseil par le provincial aragonais de l’ordre de Saint-Augustin, à qui avait été remis fray Bernardino, la Suprema demanda aux Inquisiteurs d’Aragon de ne pas faire exécuter la sentence rendue contre le religieux. C’était le supérieur du coupable qui devait se charger de le punir :

  • 48 Lettre du 11 septembre 1545 (fol. 402 r°). Le procès de fray Bernardino Palomo disparu.

se le ha encargado [al provincial] que se recoja y castigue por estar tan infamado deste delicto y que provea cómo no predique por ahora y le tenga en algún monesterio donde esté recluso sin escándalo de las personas que tienen notiçia deste negoçio, y él se offresçió de lo hazer assí y tener dello particular cuydado y se le ha dado traslado de la testificatión que contra él se reçibió, callados los nombres de los testigos, y de la carta que escribió de Françia y de su confession48.

  • 49 C’est non seulement ce qui apparaît dans le texte cité, mais encore dans une lettre complémentaire (...)
  • 50 D’après une correspondance qui apparaît dans les Adiciones y enmiendas à l’Ensayo de una bibliotec (...)
  • 51 Cf. supra, note 44.

21Tout permet de penser que ce fray Bernardino Palomo, chanoine de Saint-Augustin et prédicateur49, qui a des liens avec l’Aragon mais revient en Castille après sa fuite en France, ne fait qu’un avec le moine dont nous nous occupons50. D’ailleurs, le délit de pecado nefando, qu’il confesse, paraît bien être en accord avec les insinuations de Vergara51.

  • 52 Dans son Ensayo..., le P. Gregorio de Santiago Vela recopie une note du P. Herrera extraite des Re (...)

22Fray Bernardino dut rester reclus pendant un certain temps dans un couvent d’Aragon (royaume où avaient eu lieu les poursuites engagées contre lui) et c’est pourquoi, le 30 mars 1548, il demandait à ses supérieurs l’autorisation de revenir dans sa province d’origine, celle de Castille, pour y finir ses jours52.

23Nous ne savons plus rien sur notre religieux qui mourut, vraisemblablement, vers le milieu du XVIe siècle.

***

24Fray Bernardino devait cependant se survivre grâce aux anecdotes dont il est le héros et qui nous sont parvenues à travers trois recueils. Le plus ancien, le Liber facetiarum de Luis de Pinedo, fut composé en partie au milieu du XVIe siècle et le plus récent, la Miscelánea de Zapata, entre 1591 et 1595 ; le troisième, la Floresta de Santa Cruz, fut le seul à voir le jour avant le XIXe siècle et à connaître de nombreuses éditions depuis la première, parue en 1574 (cf. en appendice les cuentecillos des trois recueils et les abréviations que nous utilisons).

  • 53 Nous rejoignons sur ce point les pertinentes remarques de Maxime (cf. Cuentecillos tradicionales e (...)
  • 54 A tel point qu’on a l’impression, parfois, que la formulation de Zapata comme l’écho de celle de J (...)

25Il est incontestable que les anecdotes sur fray Bernardino Palomo appartenaient à la tradition orale car dans le seul cas où le même type de cuentecillo est rapporté (L. et M. 2), les différences qui existent entre les deux textes sont telles qu’elles excluent une source écrite commune ou l’utilisation — a priori très hypothétique — de L. par M.53. D’autre part, la Floresta, si répandue, n’a pas été mise à profit une seule fois par Zapata, à propos de notre moine : les anecdotes contenues dans les deux recueils sont totalement différentes. Par ailleurs, il faut souligner que dans la Floresta, sur les 20 cuentecillos qui appartiennent au chapitre De frailes, les 2/3 sont en relation avec deux chanoines de Saint-Augustin que nous connaissons bien : 8 avec fray Dionisio Vázquez, 4 avec fray Bernardino Palomo et 2 avec les deux personnages, ce qui montre combien devaient être nombreux les bons mots qui couraient sur leur compte. Nous pouvons remarquer également que c’est dans le texte le plus tardif, la Miscelánea, qu’apparaissent les anecdotes les plus significatives sur notre religieux, celles qui relèvent de la tradition la plus authentique car elles donnent de lui une image en accord avec le témoignage de Vergara54 et avec les quelques caractéristiques mises en évidence à travers l’étude des fragments de sermons écrits par Flores. C’est ainsi que si l’on regroupe les anecdotes par thèmes, on constate que cinq sont liées à l’activité de fray Bernardino pendant les Comunidades et à son emprisonnement postérieur (L., M. 1, M. 2, M. 3 et M. 4), deux à sa passion pour le jeu (M. 4 et M. 5), deux encore à son amour pour le vin (F. 3 et F. 4), une à sa paillardise et à la jalousie du mari trompé (M. 3), deux à son secret désir d’accéder à la dignité épiscopale (F. 1 et F. 2), une à sa possible origine conversa (F. 5), etc...

  • 55 Juan de Arguijo, Cuentos (in Sales españolas, B. A. E., t. 176), p. 236 a : « mismo Loaisa [fray G (...)
  • 56 Francisco de Espinosa, Refranero (1527-1547) (éd. de Eleanor S. O’Kane, Madrid, Real Academia Espa (...)

26Mais toutes, à un degré ou à un autre, mettent l’accent sur les jeux de mots et les traits d’esprit du moine chocarrero — ainsi le qualifiait Juan de Vergara —, comme on peut s’en rendre compte en les parcourant. De ce point de vue, le cuentecillo F. 2 nous semble particulièrement révélateur. Il est construit, selon un procédé assez courant, sur la quasi-similitude phonique existant entre deux termes de sens différent : prelado-pelado. Parallèlement, Juan de Arguijo rapporte une anecdote comparable bâtie de façon similaire sur Lugo-luego55. Cependant, dans F. 2, qui met scène fray Bernardino Palomo, un élément supplémentaire apparaît car un proverbe, noté dans le Refranero de Francisco de Espinosa, indique : « Yo le pelaré como palomino »56. Il y a donc dans F. 2 un jeu de mots plus élaboré, à deux niveaux.

27Par ailleurs, certaines anecdotes dont notre religieux est le héros en évoquent d’autres dans lesquelles il ne figure pas. Ainsi, dans M. 5, fray Bernardino, joueur invétéré, dialogue avec son adversaire de jeu, homme fort laid. Ce dernier, qui perd, s’écrie : « ¡Oh, dome al diablo ! » et le moine de rétorquer : « Sí llevará, si no es asqueroso ». Or, Garibay mentionne un cuentecillo semblable, construit sur la saleté du joueur (et non sur sa laideur), mais qui comporte une réponse finale analogue :

  • 57 Garibay, Cuentos (in Sales españolas, B. A. E., t. 176), p. 219 b.

Jugaba a los naipes un hombre muy sucio, y cuando perdía, ofrecíase al diablo. Díjole con quien jugaba : « Sí os llevará, sino que tiene asco »57.

  • 58 Cf. Fernando de la Granja, « Tres cuentos españoles de origen árabe » (in Al-Andalus, XXXIII, 1968 (...)

28De même, l’anecdote F. 6, dans laquelle le valet subtilise un des six chapons envoyés par son maître à notre moine n’est pas sans faire penser au conte des trois figues étudié par Fernando de la Granja, bien que le dénouement soit différent58.

  • 59 Les Diálogos de apacible entretenimiento de Gaspar Lucas Hidalgo parurent en 1605. Nous citons d’a (...)
  • 60 Cf. ce qu’écrit à ce propos Maxime Chevalier (Cuentecillos tradicionales…, p. 31).

29En outre, ce que nous savons de fray Bernardino, nous permet de dire que nombre d’anecdotes qui lui sont attribuées sont véridiques ou potentiellement véridiques. C’est pourquoi la mention du nom du héros ne correspond pas à un « appel de réalité », l’historiette prenant d’autant plus de sel, comme le fait remarquer Gaspar Lucas Hidalgo, que l’on peut particulariser la personne qu’elle met en scène59, mais bien à la nécessité intrinsèque d’un récit lié à une expérience humaine individualisée. D’autre part, la parenté de telle anecdote avec tel conte folklorique (conte des trois figues) permet de comprendre la facilité avec laquelle l’historiette « authentique » et personnalisée devient un cuentecillo traditionnel. D’ailleurs, le rapprochement entre M. 5 et l’anecdote rapportée par Garibay rend compte parfaitement de la transformation qui s’opère. Le récit primitif se schématise de plus en plus, perd tout ce qui l’unit trop directement à son origine, de sorte qu’un nouveau conteur peut lui donner une vie nouvelle en ajoutant des détails inventés et en l’attribuant à un autre personnage60.

***

30Ainsi, le cas de fray Bernardino Palomo apparaît comme exemplaire puisque la connaissance « historique » du personnage éclaire le processus de formation et de transformation du cuentecillo traditionnel. Ne serait-ce que pour cela, le moine augustin méritait que l’on s’intéressât à lui.

Annexes

APPENDICE

« Cuentecillos » sur fray Bernardino Palomo

I. Luis de Pinedo, Liber facetiarum (Libro de chistes, Β. Α. Ε., t. 176, p. 114 b) ; titre abrégé en L.

A Fray Bernardino Palomo tuviéronle preso en la fortaleza de Monzón por comunero, y un día estaba echado de pechos en una ventana, muy pensativo. Díjole el alcayde : « — Vos, fraile, alguna bellaquería estáis pensando ahora ». Respondió Fray Bernardino : « — A vos, alcayde, no os mandan guardar el pensamiento, sino el cuerpo ».

II. Melchor de Santa Cruz de Dueñas, Floresta española (Madrid, Sociedad de Bibliófilos Españoles, 1953) ; titre abrégé en F.

la parte, cap. VI : « De frailes »

F. 1

Diziéndole a fray Dionisio, burlando, que hauían hecho Obispo a fray Bernardino Palomo, respondió : « El es donoso, y si agora es obispo, donoso obispo será » (VIII, p. 32).

F. 2

Estando enfermo fray Bernardino Palomo, fuele a visitar un cauallero. Preguntándole cómo estaua, respondió : « Siéntame tan fatigado, que creo que no me tengo de leuantar desta cama ». Díxole el cauallero : « Esfuércese vuestra reuerencia, que yo espero en Dios que ha de morir perlado ». Respondió Palomo : « Otros morirán prelados, y yo, pelado » (IX, p. 32).

F. 3

Dezía fray Bernardino Palomo : « El vino tiene dos males. Si le echáis agua, echáisle a perder ; si no se la echáis, piérdeos a vos » (X, p. 33).

F. 4

Dezía el mismo que el comer se hizo para beuer y hablar. Y comiendo con grandes señores, el hablar es vergiiença, y el beuer, desuergiiença (XI, p. 33).

F. 5

Combidó fray Bernardino Palomo a comer a fray Dionisio, y alabóle mucho que lo hauía hecho como illustre. Y mandó salir al moço fuera de la celda, y díxole que se dezía dél que era hijo de un cauallero y que lo creía assí. Respondió fray Bernardino Palomo : « Si lo dixistes por afrentarme, hauéislo hecho mal ; si por honrarme, ¿para qué se salió mi moço ? » (XIIII, pp. 33-34).

la parte, cap. IIII : « De Obispos »

F. 6

El Obispo don Pedro del Campo embió a fray Bernaldino Palomo presentados seis capones. El moço que los lleuaua tomó uno deltas. Como los contó, dixo : « Dezid a su señoría que le beso la mano por tas cinco, y besádselas vos por el uno » (III, p. 25).

III. Luis Zapata de Chaves, Varia Historia (Miscelánea) (éd. Castilla) ; titre abrégé en M.

t. Il, n° 195 : « De dichos »

M. 1

[p. 255] Estaba preso por comunero en una fortaleza Fray Bernaldino Palomo, fraile agustino, gran predicador, que entre otras cosas, exhortando a los comuneros a destruir un pueblo de leales, les dijo : ¡te in castellum quod contra vos est,

M. 2

y el alcaide le hacía mil sinsabores por se hacer muy leal ; y un día, como milano, cosidos los ojos, estaba el fraile muy pensativo y muy cabizbajo, y le dijo el alcaide : « ¿En qué piensa agora el fraile ? ». El respondió : « Escudero, de mi persona os han dado cargo, y no de mis pensamientos ».

M. 3

Al cual le acaeció aquí en su prisión una extraña cosa, que el fraile era mozo y la mujer del alcaide hermosa, y el alcaide, muy celoso, y nunca salía de casa que no le dejasen debajo de llave, y una vez se le olvidó y fuese a caza. Volvió el alcaide del campo, y estando en conversación todos cuatro, el Abad y su manceba y el herrero y su mujer, un niño de cuatro años dijo al [p. 256] alcaide : « Padre, el fraile besó a mi madre ». Todos tres quedaron muertos, y ni uno ni otro sin poder en gran rato hablar ; el fraile de miedo de muerte, la mujer también, y el diablo del alcaide (que era desesperado) pensando cómo los había de matar, descoloridos y difuntos ya. Mas socorrió Dios en tan gran aprieto, que tornó el hijo, y dijo : « El negro también besó a mi madre ; el paje besó a mi madre ; y la negra besó a mi madre ». Ya con esto sosegóse el alcaide, y el fraile, desde que vió que había salido el triunfo, se metió con todos los de casa en la baraja.

M. 4

Jugaba con él al ajedrez, y sobre un lance, estuvo con él muy descomedido, y quísole el alcaide poner las manos, mas se refrenó diciendo : « Mirad otra vez cómo habláis con un soldado, que os diera un bofetón si no fuérades fraile ». « Así lo creo yo — dijo él —, que con los frailes seréis soldado, y con los soldados fraile ».

M. 5

Era este fraile muy tahur, hasta jugar los hábitos, y le acaeció jugar toda la noche, y del juego ir al púlpito a predicar, y jugando con uno muy feo, el otro, sobre un resto perdido, dijo : « ¡Oh, dome al diablo ! », y acudió Fray Bernaldino diciendo : « Sí llevará, si no es asqueroso ».

M. 6

[p. 259] Un acemilero de un señor muy guardoso quejóse a fray Bernardino Palomo de su amo, que habiéndole dado librea se la contaba en su partida, despidiéndole : « ¡Oh, señor ! ¿qué haré — decía él — a mal tan grande y a tan gran poquedad ? lo que me dio dado que sea agora por mi dinero. Deme su merced remedio, o como me vengue de él ». « ¿Contóosla en vuestro salario — - dijo el fraile — habiéndoosla dado una vez ? ». « Sí, señor, que me la contó — dijo él — ». « Pues si os la contó él a vos — dijo el fraile — contádselo vos a todo el mundo ».

Notes

1 Sur le cuentecillo, cf. en particulier le livre de Maxime Chevalier : Cuentecillos tradicionales en la España del Siglo de Oro (Madrid, Gredos, 1975).

2 Cf. A. H. N., Inquisición, leg. 223/7 (Procès de Juan de Vergara), fol. XII r°.

3 Ibid., cf. la déposition de Pedro de Bazán entre les fol. XIII et XIV.

4 8 t., Madrid, Imprenta del Asilo de Huérfanos et Imprenta del Monasterio de El Escorial, 1913-1931. Cf. II, pp. 501-502 et VI, p. 226.

5 Historia del convento de S. Augustin de Salamanca (Madrid, Gregorio Rodríguez, 1652) : B.N.M. : 3/15104-70. Cf. p. 194 a.

6 A titre d’exemple, disons que dans les Relaciones topográficas on voit passer plusieurs fois le patronyme Palomo : cf. Carmelo Viñas y Mey et Ramón Paz, Relaciones de los pueblos de España ordenadas por Felipe II — Provincia de Madrid (Madrid, C.S.I.C., 1949), p. 75 et id., ibid., Reino de Toledo (primera parte) (Madrid, C.S.I.C., 1951), pp. 127, 467, 468, 473. D’autre part, dans le recensement da la population de Tolède fait en 1561, figurent des tolédans qui portent les noms de Palomo, Palomeque, Palomares (cf. Linda Martz et Julio Porres, Toledo y los toledanos en 1561, Toledo, Publicaciones del Instituto Provincial de Investigaciones y Estudios Toledanos, 1974, p. 352). De même, selon d’autres documents, les patronymes Palomino et Palomeque existent dans la cité impériale au XVIe siècle (cf. José Gómez-Menor, Cristianos nuevos y mercaderes de Toledo, Toledo, Imprenta Gómez-Menor, 1970, pp. 25 et 38).

7 Cf. Francisco Cantera Burgos et Pilar León, Judaizantes del arzobispado de Toledo habilitados por la Inquisición en 1495 y 1497 (Madrid, Universidad de Madrid, 1969), pp. 52, 109-110, 128. Sur le patronyme Palomino, porté par des Juifs ou des conversos, au XVe siècle et plus tard, cf. Francisco Marquez Villanueva, Investigaciones sobre Juan Alvarez Gato (Madrid, 1960 ; Anejos del « Boletín de la Real Academia Española », IV), p. 47.

8 Cf. Baltasar Cuartero y Huerta et Antonio Vargas Zúñiga y Montero de Espinosa, Índice de la colección de Don Luis de Solazar y Castro, t. XXXV (Madrid, Real Academia de la Historia, 1965), n° 55, 349/30, p. 57 : « Escritura otorgada por Mingardut, hijo de Palomo, judío de Huesca, por la que confiesa haber recibido cierta cantidad de Fr. Marco Catabliada, Comendador de las Casas de Huesca, de la Orden de San Juan ».

9 Nous ne savons pas si Palomo avait déjà, en argot, le sens que lui donnera Hidalgo dans son Vocabulario de germanía (Madrid, Antonio de Sancha, 1779) : « el que es necio, o simple, como se suele decir es blanco por decir es ignorante ». De même, nous n’avons pas trouvé trace, dans le premier quart du XVIe siècle, du proverbe : « Juan Palomo : yo me lo guiso y yo me lo como », proverbe qui fait la satire de l’égoïste.

10 Autour de 1510, le général de l’ordre des augustins, Gilles de Viterbe, aux conversos d’entrer dans sa congrégation (cf. Eugenio Asensio, « El erasmismo y las corrientes espirituales afines » in Revista de Filología Española, XXXVI, 1952, p. 59).

11 Sur fray Dionisio Vázquez, cf. l’introduction du p. Félix G. Olmedo à son édition des sermons du religieux augustin : « Clásicos castellanos », n° 123 (Madrid,tion des Calpe, 1956).

12 Cf. A. H. N., Inquisición, leg. 223/7, fol. XII v° : « ... este testigo le rreplicó le dixo que aquella palabra no era del dicho doctor Vergara syno de un maestro suyo que se llamava el Comendador Hernán Núñez porque la misma palabra o la sustançia della avía oydo este testigo al Comendador Hernán Núñez en Alcalá y que del dicho Comendador la avía tomado el dicho doctor Vergara... ».

13 Ibid., fol. XII r°.

14 Cf., par exemple, ce qu’indiqua le Floreto de anécdotas y noticias diversas recopiló un fraile dominico residente en Sevilla, a mediados del siglo XVI (éd. de F. J. Sánchez Cantón, Madrid, Imprenta y Editorial Maestre, 1948 ; « Memorial Histórico Español », XLVIII), p. 94 : « El maestro Fray Alonso de Medina, natural de Medina del Campo, de la orden de los predicadores, fue comunero en Castilla, como Fray Bernardino Palomo, de la Orden de San Agustín, ambos grandes predicadores... ». De même, Luis Zapata de Chaves, dans sa Varia Historia (Miscelánea) (éd. de Isidoro Montiel, 2 t., Madrid, Ed. Castilla, 1949) écrit : « ... Fray Bernaldino Palomo, fraile agustino, gran predicador... » (II, p. 255).

15 Cf. Joseph Pérez, La révolution des « Communidades » de Castille (1520-1521) (Bordeaux, Institut d’Etudes Ibériques et Ibéro-Américaines, 1970), pp. 503-505 et, sur ce (1480 ?-1545) et point précis, ce que nous avons nous-même écrit : Antonio de Guevara l’Espagne de son temps — De la carrière officielle aux œuvres politico-morales (Genève, Droz, 1976 ; col. « Travaux d’Humanisme et Renaissance », CXLVIII), pp. 127-130.

16 Cf. Manuel Danvila, Historia crítica y documentada de las Comunidades de Castilla (Madrid, Viuda e hijos de M. Tello, 1897-1899 ; « Memorial Histórico Español », XXXV-XL), t. II, p. 474.

17 Cf. les propos de Vergara : « ... e no ha muchos días que delante algunas personas se jactava de cómo predicando en esta çibdad [Toledo] avía induzido a la Comunidad que fuessen a combatir al castillo de Sant Servand questava por el Rey, trayéndoles para ello aquella autoridad del Evangelio : Ite in castellum quod contra vos est » (Procès de Juan de Vergara, fol. CCLXXII r°-v°).

18 Varia lección (Miscelánea), II, p. 255. Rappelons que Zapata, né en 1532, a connu la Cour de Philippe II et qu’il a composé son œuvre à la fin de sa vie, entre 1591 et 1595. Il n’a pas pu, évidemment, avoir connaissance des pièces du procès de Vergara, mais en revanche, il rapporte fréquemment des anecdotes qui correspondent à la région de Tolède.

19 Cf. la lettre adressée par fray Bernardino à la Junta au sujet de son action à Palencia, reçue par le destinataire le 27 octobre 1520 (A. G. S., Patronato Real, leg. 2, fol. 2). Cf. aussi ce qu’écrit J. PÉREZ, La révolution des « Comunidades », p. 441.

20 Danvila, Comunidades, II, p. 474.

21 Cf. ce qu’il écrit à Charles Quint le 6 février 1521 : « ... me importunan en excambio de don Martín de Acuña que stá preso en Valladolid, o de dos o tres otros de los dichos procuradores, demos a fray Bernaldino, lo que cierto rehuso todo lo a mí posible porque en verdat este frayle me dizen que ha sydo muy maligno en estas rebelliones y levantamientos y creo que, viéndose en libertad, con sus malas persuasiones haría más daño y guerra que las mejores cien lanças que tienen los contrarios y rebelles... » (Danvila, Comunidades, III, p. 205). Puisque fray Bernardino ne fut pas libéré, il ne put se trouver à Alcalá en mars 1521 — comme le diront plus tard Cueto et Licona — et faire partie des colegiales qui, sous l’autorité du Recteur Hontañón, seraient allés accueillir l’évêque de Zamora, Antonio de Acuña (cf. Marcel Bataillon, Erasmo y España, México-Buenos Aires, Fondo de Cultura Económica, 1966, p. 439).

22 Cf. le texte du pardon et la liste des exclus dans Danvila (Comunidades, V, p. 246). Dans presque tous les cas, les châtiments à infliger éventuellement aux moines qui s’étaient compromis de façon trop voyante en faveur des comuneros furent laissés à l’appréciation du supérieur de leur ordre commis à cet effet.

23 Pour l’incarcération à Villalba, cf. J. Pérez, La révolution des « Comunidades »..., p. 612. Pour ce qui est de l’emprisonnement à Monzón, voici ce que mentionne le Liber facetiarum et similitudinem de Luis de Pinedo : « A Fray Bernardino Palomo tuviéronle preso en la fortaleza de Monzón por comunero... » (p. 114 b ; nous utilisons le texte du Liber... publié par Antonio Paz y Meliá sous le titre Libro de chistes, 2’ éd. de Ramón Paz, Madrid, Atlas, 1964, B. A. E., t. 176 : Sales españolas, pp. 99-117). Or, s’il existait bien un château à Monzón de Campos, dans la province de Palencia, il semble qu’au XVIe siècle il n’ait pas servi de prison et qu’en tout état de cause on n’ait pu le qualifier de forteresse. Le texte paraît bien se référer à la forteresse de Monzón, dans la province de Huesca et dans l’ancien royaume d’Aragon, forteresse encore bien conservée au XXe siècle. Il est possible, si le détail est exact, que Ton ait éloigné fray Bernardino du royaume de Castille où avaient eu lieu les Comunidades et qu’il ait réussi, peut-être, à obtenir d’être incarcéré à Monzón si, comme nous l’avons envisagé, sa famille était originaire de la région de Huesca (cf. supra, note 8).

24 B..N.M., Ms. 3620, fol. 362 r°-425 v° (index aux fol. 426 r°-427 r°) : Loci communes F. Dionisii Augustiniani quibus sunt addita et subtracta non nulla a Flores eiusdem ordinis, quae significant litterae subiectae D. et F., etc.

25 Il s’agit incontestablement de religieux augustins comme le prouvent les fréquentes références à « mi padre San Augustin ». Par ailleurs, ce que nous savons de fray Dionisio Vázquez et de fray Bernardino Palomo nous permet de dire que l’attribution de ces « lieux communs » aux deux moines est très probablement exacte. D’ailleurs, le P. Félix G. Olmedo, dans son édition des sermons de fray Dionisio Vázquez, n’a pas hésité à attribuer à ce dernier la partie du manuscrit qui lui revient (cf. pp. LXIII-LXIV et pp. 121-142).

26 Pour l’art de la prédication au début du XVIe siècle, cf. le chap. TV (pp. 159 et suiv.) de notre livre déjà cité : Antonio de Guevara (1480 ?-1545) et l’Espagne de son temps...

27 Cf. fol. 392 r°.

28 Cf. fol. 423 r°-v°.

29 Cf. fol. 389 v°-390 r°.

30 Cf. fol. 421 r°.

31 Cf. A. H. N., Inquisición, leg. 223/7, fol. CXLI v°. Selon la déclaration de Juan de Vergara faite le 16 juillet 1533, le débat en question eut lieu à Madrid, trois ans auparavant, en présence de l’archevêque de Tolède, du chanoine tolédan Rodrigo de Acevedo et du corregidor de Ségovie, Pedro de Bazán.

32 Les Sermones Dormi secure dominicales et de sanctis, attribués à Jean de Verdena, datent de la fin du XIVe siècle. Il s’agissait d’un manuel de sermons tout prêts qui fut imprimé de nombreuses fois. D’autre part, la prédication de saint Vincent Ferrier est de saveur nettement populaire.

33 Dans un mémoire réfutant les accusations portées contre lui, remis aux inquisiteurs le 6 mars 1534, Vergara revient sur la dispute dont nous venons de parler et indique : « le llamé [a fray Bernardino] chocarrero y le dixe que no devía hablar en lo que no sabía pues no avía leýdo sino en los sermones de Vademecum y Dormisecure o quando más en los de sant Vicent Ferrer » (Procès de Juan de Vergara, fol. CCLXXV v°). Pour ce qui est de la « retórica frairiega » que vilipende le chanoine tolédan, cf. notre livre Antonio de Guevara..., p. 171.

34 Cf. : « Ay jugadores que dizen de ventaja, diestros que acá dezís fulleros, que traen el dado cargado y siempre cae la suerte que el otro para, y el otro porque no alegue engaño, estotro dize : « pues tomad vos el dado y echallo » y cae siempre la suerte ! en su favor del otro » (fol. 401 r°). Cf. également : « ... querrían ser como los naipes que el nueve oros vale más que el rey de bastos quando sale de oros... » (fol. 399 v°).

35 Cf. : « Ay unos hombres que tienen sed y beven una taça de vino entera.ñor, con sed bevérsela, esso es de hombres. Pero ay otros que después de averia bevido están lamiendo la taça ; esso es de borrachos... » (fol. 412 r°).

36 Cf. : « Escóndese Dios para ver lo que tiene en nosotros, como el marido zeloso que finge que se va para ver lo que en su absençia tiene en su casa » (fol. 417 v°).

37 Cf. : « ... están dos mançebos en el estudio y quiérense mucho : « O si me viesse obispo, ¡qué haría por vos ! ». Quando se vee obispo, no se acuerda, ni sabe si nasçió en el mundo... » (fol. 376 r°).

38 C’est ce que note le greffier, lors de la déposition du moine, le 6 septembre 1530 : « fray Bernaldino de Flores, de la orden de Sancta Agustín, cura de Pinto » (Procès de Vergara, fol. XII r°).

39 Cf. : « ... de mucho tiempo acá, este testigo [fray Bernardino] me tiene odio e mala voluntad porque el cardenal mi señor, don Françisco Ximénez, sabiendo cómo se avían presentado en su Consejo çiertas bullas de renunçiaçión del benefiçio curado de Pinto en favor deste testigo, mandó que no se la diesse la possession e a mí me mandó detener muchos días las bullas y escrevir al papa una carta muy rezia en reprehensión de aquella provisión, la qual yo escreví y en este tiempo el padre diz que andava huido de miedo del cardenal y los que por él negoçiavan, sabiendo cómo estava la negoçiaçión en mi poder, devieron darle a entender que yo era en el embaraço de su possession e mal despacho de su negoçio, de donde concibió odio e rencor... » (ibid., fol. CCLXXII v°).

40 Cf. : « ... este testigo es persona infame e criminosa del crimen lese maiestatis por averse puesto, como se puso, con todas sus fuerças en levantar este Reyno, en deserviçio y rebellion del Emperador y Rey Nuestro Señor [...] ; es avido por reo e criminoso e como tal criminoso debet a testimonio repelli, espeçialmente no mostrándose arrepentido ni emendado de sus crimines, antes jactándose e alabándose cada día dellos... » (ibid., fol. CCLXXII r°).

41 Cf. : « el dicho testigo es perjuro e se ha perjurado no una sino muchas vezes y en una semana le ha aconteçido quebrantar libremente dos o tres juramentos solennes, liçitamente hechos ; y el uno dellos hecho sobre un missal con toda solennidad... » (ibid., fol. CCLXXII v°).

42 Cf. : « Mas la verdad es que aquella noche el padre avía cargado algo demasiado e assí la disputa acabó en otro buen taçón de vino, de que se rriyeron bien los çircunstantes... » (ibid., fol. CXLII r°).

43 Cf. : « ... tiene por costunbre de jugar todo el día e la noche, hurtando los dineros en cantidad, e levantarse de allí a dezir misa e esto muchos días e semanas arreo... » (ibid., fol. CXLII v°).

44 Le 16 juillet 1533, Juan de Vergara, après avoir mis l’accent sur le comportement répréhensible de fray Bernardino, ajoute : « demás de otras cosas que por acatamiento deste lugar se callan » (fol. CXLII v°). Le 6 mars 1534, il revient à la charge et après avoir tenu divers propos contre le moine, il indique : « Ε aunque avía otras acusaçiones no livianas contra la persona y crédito deste testigo, pero por acatamiento de la casa donde se llega, e porque su dicho [les déclarations de fray Bernardino] es ayre, se dissimulan por agora » (fol. CLXXII v°). Comme on peut le remarquer, Vergara, très habilement, ne formule pas d’accusation précise, mais sa façon de s’exprimer permet tous les sous-entendus. S’agit-il d’une allusion au pecado nefando ?

45 Le fray Bernardino qui apparaît comme auteur de ces coplas est un augustin. On peut donc affirmer qu’il s’agit de notre prédicateur. Cette publication n’est connue que grâce à l’Abecedarium de Fernando Colón (cf. Cristóbal Pérez Pastor, La imprenta en Medina del Campo, Madrid, Establecimiento tipográfico « Sucesores de Rivadeneyra », 1895, n° 4).

46 A. H. N., Inquisición, libro 322, fol. 391 r°-391 v°, 401 v°-402 r°, 402 v°.

47 Lettre du 17 juin 1545 (fol. 391 r°-391 v°).

48 Lettre du 11 septembre 1545 (fol. 402 r°). Le procès de fray Bernardino Palomo disparu.

49 C’est non seulement ce qui apparaît dans le texte cité, mais encore dans une lettre complémentaire, en date du 19 septembre 1545, adressée par le Conseil de l’Inquisition aux Inquisiteurs d’Aragon : « Habernos sido informados que al tiempo que se absentó y fue en Françia fray Bernardino Palomo, quedaron çiertos libros y cartapaçios de mano de sermones y hábitos y otras cosas desta qualidad... » (fol. 402 v°).

50 D’après une correspondance qui apparaît dans les Adiciones y enmiendas à l’Ensayo de una biblioteca ibero-americana de la orden de San Agustín du P. Gregorio de Santiago Vela (t. VIII, p. 575), il y aurait eu un autre fray Bernardino Palomo, aragonais, et prédicateur comme le castillan. Mais nous nous demandons s’il ne faut pas confondre les deux personnages...

51 Cf. supra, note 44.

52 Dans son Ensayo..., le P. Gregorio de Santiago Vela recopie une note du P. Herrera extraite des Registros generalicios et l’accompagne d’un commentaire : « Die 30 Martii, 1543. Rescripsimus Ven. Mag. Bernardino Palomo nobis gratissimum fore si, ut pollicebatur, in provinciam suam rediret, et inter fratres suos quod supererat vitae traduceret etc. ». Estaba en la provincia de Aragón y deseaba, según, parece, volver a la suya de Castilla para pasar en ella los últimos días de su vida » (t. VI, p. 226). Nous pensons que la date notée est erronée et qu’il faut lire 30 mars 1548 (et non 1543), d’autant plus que dans une lettre du 5 juillet 1548, adressée par le Conseil de l’Inquisition aux Inquisiteurs d’Aragon, est mentionné ce qui suit : « El processo de fray Bernardino Palomo se a dado a Joan Thomás para questé en el secreto dessa Inquisiçión como, señores, lo pedís » (A. H. N., Inquisición, libro 322, fol. 44 r° du dernier cahier). Cette façon de procéder paraît indiquer, comme dans d’autres cas, que l’affaire est classée, sans doute parce que fray Bernardino avait obtenu de ses supérieurs l’autorisation de quitter le royaume d’Aragon pour celui de Castille.

53 Nous rejoignons sur ce point les pertinentes remarques de Maxime (cf. Cuentecillos tradicionales en la España del Siglo de Oro, pp. 26-30).

54 A tel point qu’on a l’impression, parfois, que la formulation de Zapata comme l’écho de celle de Juan de Vergara. Cf. par exemple ce que note le premier : « Era este fraile muy tahur, hasta jugar los hábitos, y le acaeció jugar toda la noche, y del juego ir al púlpito a predicar... » (M. 5) et ce qu’avait dit le second : « ... tiene costunbre de jugar todo el día y la noche, hurtando los dineros en cantidad, y levantarse de allí a dezir misa... » (cf. supra, note 43). Remarquons en outre que Zapata est le seul à rapporter l’anecdote centrée sur la parole évangélique Ite in castellum quod contra vos est (M. 1), à laquelle s’était référé Vergara.

55 Juan de Arguijo, Cuentos (in Sales españolas, B. A. E., t. 176), p. 236 a : « mismo Loaisa [fray García de], siendo deán de Sigüenza, le dijeron que el Emperador le daría muy presto el obispado de Lugo, y respondió : « Mas lo quisiera de luego ».

56 Francisco de Espinosa, Refranero (1527-1547) (éd. de Eleanor S. O’Kane, Madrid, Real Academia Española, 1968), p. 185 (pelar).

57 Garibay, Cuentos (in Sales españolas, B. A. E., t. 176), p. 219 b.

58 Cf. Fernando de la Granja, « Tres cuentos españoles de origen árabe » (in Al-Andalus, XXXIII, 1968, pp. 123-141), pp. 124-131. Cf. aussi Maxime Chevalier, Cuentecillo tradicionales..., S type Β 8, p. 78.

59 Les Diálogos de apacible entretenimiento de Gaspar Lucas Hidalgo parurent en 1605. Nous citons d’après l’éd. de la B. A. E., t. 36 (in Curiosidades bibliográficas, pp. 280-316) ; cf. p. 283 : « ... toda la sal destas cosas consiste en conocer las personas de quien se hace mención... ».

60 Cf. ce qu’écrit à ce propos Maxime Chevalier (Cuentecillos tradicionales…, p. 31).

© Presses universitaires François-Rabelais, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter