Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travaux de l'Institut d'études hispaniques et portugaises de l'Université de Tours

 | 
Augustin Redondo

Première partie

Sur la mort du marquis de Santillane et la renaissance d’un texte grec

Franck Meyrat

A la mémoire du professeur Révah.

Texte intégral

  • 1 Dans le cadre d’une thèse de 3e cycle, entreprise sous la direction du regretté I.S. Révah, et pou (...)
  • 2 Pour la description de ce manuscrit, voir A. Morel-Fatio, « Notice sur trois manuscrits de la bibl (...)
  • 3 Il suffit, pour s’en convaincre, d’examiner les très nombreux signes qui dans les marges et qui ét (...)
  • 4 Voir, pour cette appréciation, Morel-Fatio, Etudes sur l’Espagne, éd. cit. p. 59.

1Depuis plusieurs années déjà, je travaille à l’édition, avec introduction et notes, d’un intéressant manuscrit inédit de la Bibliothèque Nationale de Paris1. Intéressant à plus d’un titre. En premier lieu, il a appartenu marquis de Santillane, dont il porte les armes2. Nous savons, d’autre part, que ce manuscrit a été assidûment lu et consulté par son propriétaire3. Les trois textes, enfin, qu’il comporte, sont tous importants pour l’étude des débuts de l’Humanisme en Castille4.

  • 5 Cet inventaire géographique, érudit et encyclopédique, fut rédigé de 1355 à 1374. Il n’en existe p (...)

2Le premier est la traduction castillane, unique à ma connaissance, et anonyme, de l’ouvrage latin de Boccace intitulé : « Liber de montibus, silvis, fontibus, lacubus, fluminibus, stagnis seu paludibus, et de nominibus marium »5, répertoire mythologique, historique, géographique assez indigeste, mais qui fut d’une grande utilité au marquis pour développer ses connaissances sur l’Antiquité classique.

  • 6 « Magni Basilii liber, de graeco in latinum translatas, ad juvenes religiosos,bus studiis opera da (...)

3Le second texte est la traduction castillane d’une homélie très célèbre de saint Basile sur l’éducation des jeunes gens6.

  • 7 Voir Platon Œuvres, Belles lettres, t. XIII, 3e partie, pp. 117-149 : « Axiochos » ; traduction Jo (...)

4Le troisième, qui sera le centre de la présente étude, est la traduction castillane d’un dialogue longtemps attribué à Platon, mais considéré aujourd’hui comme apocryphe : l’« Axiochos »7.

  • 8 « Yntroducçion al libro de Platon llamado Fedron, en que se tracta de commo la muerte no es de tem (...)
  • 9 Vide Mario Schiff, op. cit. Voir aussi l’ouvrage très éclairant du quatrième duc de l’Infantado, M (...)
  • 10 Menéndez y Pelayo, Historia de la poesía castellana en la Edad Media, Madrid, 1914, t. II, p. 80. (...)

5Cette fois, la traduction castillane, entreprise, comme les deux précédentes, pour Iñigo López de Mendoza, n’est pas anonyme. Elle est précédée d’une rubrique où le traducteur se nomme : il s’agit de Pero Díaz de Toledo, chapelain du marquis8. C’est, malgré cela, une traduction mal connue de Pero Díaz, très savant pour son temps, et travailleur infatigable au service du marquis de Santillane, qui était toujours à l’affût des nouveautés littéraires expédiées d’Italie par ses agents, principalement les traductions d’auteurs anciens9. On connaît mieux, généralement, sa traduction du « Phédon » de Platon10.

  • 11 Confer note 6. Il faut signaler ici que Marcello Aurigemma, op. cit., place la traduction latine d (...)
  • 12 Notamment par H. Baron, Lipsia, 1928.
  • 13 Il s’agit de Lat. 6582, manuscrit du XVe siècle, assez incorrect, d’après Morel-Fatio lui-même. Je (...)

6Pour l’« Axiochos », comme pour le « Phédon », Pero Díaz de Toledo ne traduit pas directement du grec, il en aurait été bien incapable, mais utilise une version latine effectuée par un des humanistes italiens les plus fameux du moment : Leonardo Bruni d’Arezzo11. Bien que cette traduction de l’« Axiochos » ne figure pas parmi les textes de Leonardo Bruni qui ont été édités12, Morel Fatio pense l’avoir retrouvée dans un manuscrit de la Bibliothèque Nationale de Paris13.

  • 14 José Amador de los Ríos : Vida y obras del marqués de Santillana, Madrid, 1852, et l’édition sépar (...)
  • 15 Ce dialogue, œuvre du « doctor Pero Dias, oydor et refrendario del rey, nuestro señor, et del su c (...)

7Je parlerai de tout cela plus en détail dans l’édition que je prépare du manuscrit ESP. 458. Qu’il me suffise ici de développer un point que les prestigieux érudits qui m’ont précédé dans l’étude de ces questions14 n’ont pas, à ma connaissance, assez mis en lumière. Je veux parler des rapports étroits, des ressemblances textuelles même, qui existent entre l’« Axioco » castillan de Pero Díaz de Toledo, et le petit ouvrage du même auteur intitulé « Diálogo e raçonamiento en la muerte del marqués de Santillana »15.

  • 16 Le marquis de Santillane est mort le 25 mars 1458, à Guadalajara.

8Les deux grands historiens de la littérature espagnole, José Amador de los Ríos et son successeur à la Universidad Central Marcelino Menéndez y Pelayo, ont senti toute la valeur historique et humaine de ce « Diálogo e raçonamiento » de Pero Díaz de Toledo. C’est, en effet, à travers ce poignant témoignage, que nous pouvons nous faire une idée de ce que furent les dernières pensées et les dernières paroles du célèbre poète, dans les derniers jours de mars 145816. Pero Díaz de Toledo, témoin oculaire de l’agonie du marquis, et son ultime interlocuteur, affirme respecter scrupuleusement, dans son petit livre, la vérité historique, et ne rapporter que les paroles effectivement prononcées par les trois personnes en présence.

  • 17 Edition Paz y Meliá, page 247.
  • 18 Voir, par exemple, l’article « Diálogo » dans le « Breve diccionario etimológico » de Joan Coramin (...)

9Le « Diálogo e raçonamiento » commence17 par une curieuse explication du mot « diálogo » lui-même : Pero Díaz de Toledo le fait dériver des mots grecs « dia » : dos, et « logos » : fabla. Ces considérations étymologiques ne satisferaient pas, de nos jours, les philologues18. Mais elles montrent que le chapelain du marquis a le sentiment de proposer à ses lecteurs une nouveauté littéraire, une façon d’exposer un sujet connue, alors, de très peu de gens, puisqu’une explication lui semble nécessaire.

  • 19 Op. cit., p. 17 : « el doctor Pedro Díaz de Toledo, que dilató sus estudios Platón, y conserva rem (...)
  • 20 Ibidem, p. 106 : « un diálogo filosófico que compuso (imitando de lejos el « Phedon » platónico, q (...)

10L’opuscule de Pero Díaz de Toledo est, en effet, une imitation, la première sans doute en Castille, des dialogues de Platon. M. Menéndez y Pelayo avait noté cela, mais en passant peut-être un peu vite sur la question19. Il voit, notamment, dans le « Diálogo e raçonamiento » de Pero Díaz, une imitation lointaine du « Phédon » de Platon20. J’y vois plutôt, pour ma part, des souvenirs nombreux et précis de l’« Axioco » du manuscrit ESP. 458.

  • 21 On peut dater assez précisément ce texte. En effet, la rubrique initiale, fol. 70 r°, qualifie Iñi (...)
  • 22 « Retraydo, por pocos dias, a reposar la fiesta a mj casa, pensé en qué e a quién darja essas poca (...)
  • 23 « Resçebid aqueste libello de Platon, pequeño en uolumen e grande en auctoridat, el qual, entre lo (...)

11Cette traduction de l’« Axiochos » avait été effectuée par Pero Díaz plusieurs années auparavant21, pour occuper les loisirs de quelques de vacances22. Manifestement, le sujet même du dialogue pseudo-platonicien : la sérénité du sage devant la mort, lui avait beaucoup plu, comme il avait plu, avant lui, à Leonardo Bruni23. Et il est permis de qu’il a essayé, par sa traduction, de communiquer son enthousiasme au marquis de Santillane, et qu’il y est parvenu.

12Quand, en effet, il vient, à la fin de mars 1458, une quinzaine d’années après son travail de traducteur, assister le marquis au cours de sa dernière maladie, il joue un rôle, au sens théâtral du mot, celui de Socrate. Et il fait jouer au marquis (lequel devait s’y prêter bien volontiers), le rôle d’Axiochos ; réservant, dans cette distribution, au comte d’Albe le rôle de Clinias. C’est la similitude entre la situation du personnage d’Axiochos, moribond, dans le dialogue pseudo-platonicien, et celle du marquis, mourant, à Guadalajara, qui a sans doute amené cette surprenante osmose entre la vie réelle et la littérature.

13Le texte de l’« Axioco » castillan est, pour le préambule, le suivant :

  • 24 Fol. 70 v° et 71 r°. Je respecte intégralement l’orthographe du manuscrit dans les passages que je (...)

« Socrates : Commo partiesse de Athenas, e estouiesse çerca de las sepulturas, de un lugar, que se llamaua Yliso, salló una boz que dixo : « Socrates, Socrates » ; yo bolui por uer dónde uenja la boz, e uy uenir a Clinias, fijo de Anxioco, con Damon, musico, e Carmjdon, fijo de Claucon, que uenjan çerca de una decorriente fuente. El uno era su maestro de musica ; el otro, de grant conpañja que auian auido, era amador de aquél e amado suyo. Paresçiame que yo dexaua de yr por camjno derecho, e que me yua por algund atajo, por encontrar con aquéllos más presta mente. Clinias, commo me vio, dixo llorando : « Socrates, agora es tienpo que muestres el amor tuyo mucho loado : sabe que mj padre se siente mucho flaco e enfermo de enfermedat subita que le ha uenido, tanto, que está çercano de muerte, lo qual le causa grand tristeza e dolor, commo, en el tienpo passado, se riesse e burlasse de los que temjan la muerte, comouiendolos tenprada mente, por razones, que non la deuian temer. Por ende, mueuete, e, commo acostunbras fazer, ve a él e consuelalo, por que él pague el deudo de la naturaleza sin lagrimas, e yo le pague e muestre la piedat que le deuo assi commo a padre, con los otros seruiçios que le faguo ». Socrates : Non saldrás uazio de tu esperança, O Clinias, en ninguna cosa que me demandes ; mayor mente en aquesta santa obra a que me prouocas. Aquexemonos a yr, ca, si tu padre está en tal estado commo dizes, la tardança traherja peligro. Clinias : Commo te uiere mj padre, O Socrates, luego se esforçará, que ya de semeiante enfermedat, ueyendo a ti, conualesçió muchas uezes. Andemos presto, que él morra çerca de los muros Adiconjos, que son a las puertas de la colupna de las Amazonas »24.

14Le texte du « Diálogo e raçonamiento » est très semblable : Pero Díaz a placé, avant le premier des seize chapitres de son petit livre, une introduction dans laquelle le comte d’Albe vient supplier le docteur Pero Díaz de Toledo d’accourir au chevet du marquis de Santillane mourant, « para que syn dolor e lagrimas pague la debda que a natura deve ». Le docteur répond :

« non fallescerás, señor, de la esperança de aquesta piadosa e santa obra a que me provocades »,

15et le comte reprend, un peu plus loin :

  • 25 Edition Paz y Meliá, pp. 249-250.

« yo cuido veyendovos e oyendovos fablar convalescerá, ca otros tienpos que enfermó, azi dizen que lo fizo »25.

  • 26 Il a pour titre : « Quál es la razon por que onbre non deue temer la muerte, e quáles son las cosa (...)

16Mais les souvenirs, très vivaces, de l’« Axioco » ne s’arrêtent pas là. L’un des principaux arguments employés par Socrate pour convaincre Axiochos du fait que la mort n’est pas, après tout, un si grand mal qu’il le croit, se retrouve textuellement dans le premier chapitre du « Diálogo e raçonamiento »26.

  • 27 Fol. 71 r° et 71 v°.

17Donnons d’abord le texte de l’« Axioco » castillan27 :

« Socrates : ya nos ha uisto el enfermo, el qual recogió e recobró fuerça corporal ; e el coraçon suyo tiene flaco, e ha menester consolaçion ; prueuasse poder leuantar de la cama donde está ; llora, derramando lagrimas de sus ojos, retuerçe sus manos. Commo le uy dixele : « O Axiocho, ¿esto, por qué ? ¿do tus fablas antiguas ? ¿do los continuos loores de tus uirtudes e la gran confiança tuya ? ¿commo el guerrero temeroso se muestra generoso en el canpo, assi fallesçes en el medio del trabajo de la guerra, e non consideras con diligençia e cuydado, uaron de tanta hedat, e que ha aprendido de muchos, la condiçion de nuestra naturaleza ? Ε, si otra cosa non te mouiesse a non temer la muerte, si non el prouerbio uulgar de Athenas, conujene a saber : « nuestra uida ser un ujaje », aquesto solo te deuria mouer. Aquellos que biuieron mansa e mesurada mente, e murieron con fuerte coraçon, assi, cantando dulçes cantares, pagaron el deudo de la naturaleza. Non conuiene a onbre de graue e madura hedat auerse en aqueste fecho a manera de moço, mugeril mente. Axiocho : Çierta mente, Socrates, bien me paresçe que dizes ; mas, non sé por quál manera, commo soy çercano a aqueste terror e mjedo, reffuyen de mj las grandes e abondosas razones, congoxame un terror, si quiera temor, que perturba mucho mj entendimjento. ¿Cómmo ? ¿por causa de la muerte seré priuado de aquesta luz ? ¿seré priuado de los bienes de aqueste mundo ? Do quier que estouiere sepultado, estaré difforme e sin sentido, e conuertido en diuersas espeçies de animales. Socrates : O Axiocho, atribuyes e das sentido al que non siente, por consideraçion agena de toda razon. Tu dizes e obras cosas contrarjas a ti mesmo, non vsas, çierta mente, de razon : sienteste de cosa que caresçe de sentido, dueleste por que te corronperás e caresçerás de los bienes, assi commo si de aquesta uida ouiesses de ser trasladado en otra ujda, e non oujesses de ser mudado e perder todo sentido. Assi commo antes que fuesses engendrado, en prinçipio, antes de tu engendramjento, tu non eras cosa çerca de la qual ouiesse ningund mal nin passion, nin serás despues de la muerte. Desecha de ti aqueste poco saber e entender. Sólo aquesto considera : que suelta e desatada la conjunçion e conpañja que el anima tiene con el cuerpo, e reduzida el anjma en su propio lugar, el cuerpo que queda, terrenal e falto e menguado de toda razon, çierta mente non se puede llamar onbre. Nos, sin dubda, somos un animo, inmortal animal detenido en carçel mortal. Aqueste cuerpo nuestro la natura lo conpuso por causa de mal, al qual los deleytes suyos, flacos e poco duraderos, son mezclados con grandes dolores ; los trabaios son muchos e continuos, e quitos de todo deleyte ; grandes enfermedades, grandes fiebres, muchos males e enfermedades encubiertas. A lo qual todo el anima, por todo el cuerpo diffusa e derramada, auiendo conpasion, dessea su çelestial morada e cobdiçia estar ende, en las danças çelestiales. Assi que ser libre de aquesta ujda non es si non una trasladaçion de mal en bien ».

18Dans le « Diálogo e raçonamiento », Pero Díaz exhorte le mourant en ces termes :

« Señor, tenet en memoria cómo en los trabajos e enfermedades esforçastes a muchos e las manos lassas e cansadas ayudastes leuantar a los que estauan vaçillando e temiendo, e confirmaron e consolaron vuestras palabras. Agora que nuestro señor vos quiere visitar, non fallesca vuestra virtud et esfuerço : que la virtud, segund dise el Apóstol, en las enfermedades es fecha por perfecta. Redusid a memoria aquel dicho del Apóstol, que en tanto que vevimos somos fechos peregrinos de nuestro señor ; ca, segund él dise, nuestra conversaçión e morada en los çielos es. Ε muchas veçes, señor, leystes aquel comund e vulgar proverbio de Athenas, nuestra vida ser una peregrinaçión e viage ; e los que han vevido mansa e moderadamente passan de aquesta vida con fuerte coraçón, e dando loores e façiendo graçias a Dios, pagan sin tristeça la debda que deven a natura. Pues, señor, mirad a las antiguas consolaçiones vuestras e continuos loores de virtud, e inefable esfuerço vuestro mostrés, esforçado e generoso, segund que siempre mostrastes, e vuestra clara virtud non fallesca en el rigor del trabajo ».

19Et le marquis lui répond :

  • 28 On peut remarquer ici que Pero Díaz avait commencé son épître dédicatoire par ces mots : « Segund (...)

« Yo non esperava, dottor, de vos otras palabras de las que fablades, e non soy tanto decaydo de mi sentido que non tenga en memoria aquel dicho de Job que la vida del onbre sobre la tierra es como acto militar e de guerra, e sus días son como días de jornalero, e como sombra que passa nuestros días sobre la tierra... Mas non sé por quál manera, como me veo çercano a la muerte, la qual es, segund sabéys, lo postrimero de las cosas espantables,28 aquestas tan graves e abondosas rasones quieren refoyr e apartarse de mi sentido. Represéntaseme que muriendo seré privado desta luz de los bienes deste mundo e de la vista e partiçipaçión de tan gloriosa prosapia e conpañía de fijos e nietos, e yaseré en el sepulcro deforme e syn sentido, convertido con diversos animales ».

20Il promet ensuite d’être plus courageux :

  • 29 Tous ces passages sont cités par Amador dE los Ríos, in Vida del marqués, éd. cit., pp. 77-78.

« Yo me esfuerço a pagar esta debda de natura. Mas yo vos ruego por aliviaçión de aquesta agonía e trabajo en que estó, en tanto que me es dado tiempo de vida, me digades las rasones que vos ocurrirán para satisfaçer a las cosas dichas, que me conturban, e a otras semejantes si me ocurriesen »29.

  • 30 Ed. Paz y Meliá, p. 253.

21La réponse de Pero Díaz de Toledo ne se fait pas attendre, et elle est tout imprégnée de l’« Axiochos »30 :

  • 31 Il aurait pu le nommer !

« Por consyderaçion agena de la razon, me paresçe que vos atrebuys sentido al tiempo que non ternés sentido, lo qual trae contradiccion... Segunt dixo un filósofo31, nos somos ánima inmortal detenida en carçel mortal, e la natura nos vistió deste cuerpo para padesçer dolores e trabajos, mesclados con los deleytes corporales que non son estables, mas peresçederos, e las enfermedades e anxias e tristezas ».

22Et il conclut :

« El anima desea su çelestial morada ».

  • 32 Le titre de ce deuxième chapitre est : « En que se prueua que esta nuestra uida tiene más parte de (...)
  • 33 « Algunas de las quales fueron conpradas por una onça, algunas por dos, por tres (ca aqueste onbre (...)

23Le deuxième chapitre du « Diálogo e raçonamiento » de Pero Díaz de Toledo n’est pas moins rempli de souvenirs de l’« Axiochos »32. Pour rassurer définitivement Axiochos, Socrate fait appel à ce qu’il a retenu des leçons, plutôt chères33, du sophiste Prodicos. Et Socrate cite le sophiste :

  • 34 Fol. 71 v°, 72 r°.

« ¿Quál parte de nuestra hedat non está llena de dolores ? Ca, commo el niño nasçe, lueguo llora e comjença su uida en trabajo e dolor, o por que non tiene las cosas que ha menester, o por que ha frio o calor ; o, con resçelo de los açotes que despues le han de dar, llora, esprimiendo sólo aquesta boz de tristeza e dolor. Despues que el niño uiene a los siete años, non le fallesçen muchos trabajos, ca los maestros, los amos, los otros so cuya disçiplina está, nunca çessan de lo castigar. Despues que más entra en la hedat, los juezes, los ordenadores de las batallas, la grant multitud de los señores lo perturban. Despues que es mançebo, todo su tienpo está a mandamiento de mayores e juezes, e non le fallesçen congoxas e anxias. Despues que salle de aquesta hedat, siguenle grandes cuydados de cómmo ha de ordenar su manera de beuir, en tanto que los primeros cuydados paresçen de niños, conparados e reduzidos a los postrimeros. Despues entra la uejez, secreta mente, a la qual aconpaña toda la flaqueza de nuestra naturaleza, e todos los tristes dolores, e si alguno non acaba su uida, assi commo quien paga debda aquexosa mente, la natura, assi commo creedor poderoso, a unos priua de oyr, a otros de ueer, a otros de amos sentidos ; e, si mucho en la uejez durare, tornarse a paralitico e tollido de sus mjenbros. Otros, biuiendo largo tienpo en vejez, tornanse a manera de njños. Por tanto los dioses, que han çiençia de las cosas humanas, a los que mucho aman libran de aquesta uida »34.

  • 35 Ed. Paz y Meliá, p. 255.

24Il n’est pas nécessaire d’en citer davantage, bien que le passage suivant soit, lui aussi, très intéressant. Revenons plutôt au « Diálogo e raçonamiento », dans son chapitre II35. Pero Díaz s’adresse au marquis en ces termes :

« ¿Por uentura luego que nasçe el hombre non comiença la uida en lloro ? » ;

25puis il poursuit son propos en reprenant tout le passage de l’« Axioco » que nous venons de transcrire, consacré aux souffrances des enfants, des adolescents, des adultes et, pour finir, des vieillards, dont la vie s’achève en :

« Falleçimiento de vista, de oir, de entender ».

26Le chapelain du marquis conclut ensuite :

  • 36 Ibidem, p. 258.

« E libre el anima de la carçel del cuerpo, sy linpia e santa mente pasó acá en esta uida, yrá aquel (sic) logar donde todas las cosas son syn trabajo e syn lloro e dolor »36.

27Il serait facile de faire d’autres comparaisons, tout aussi éloquentes que les précédentes, entre le texte de l’« Axioco » castillan de Pero Díaz de Toledo et les quatorze derniers chapitres de son « Diálogo e raçonamiento ». Mais je préfère, brevitatis gratia, passer aux conclusions que m’inspirent les surprenantes similitudes qui existent entre les deux textes.

  • 37 Cf. note 8. Sur les traducteurs du marquis, voir aussi l’important article de Jules PICCUS : « El (...)

28Il ne fait, à mes yeux, aucun doute que Pero Díaz de Toledo était un homme passionné par les études classiques, et c’est probablement pour cela que le marquis de Santillane se l’est attaché, et qu’une profonde et durable amitié est née entre les deux hommes37.

29Emerveillé par sa découverte des dialogues platoniciens, Pero Díaz de Toledo, plusieurs aimées après sa traduction de l’« Axiochos », l’avait encore assez présent en mémoire pour le citer textuellement, et en faire la trame de son « Diálogo e raçonamiento ». Et le marquis de Santillane également, puisque lui aussi reprend littéralement, sur son lit de mort, et pour son ultime dialogue, des passages de l’œuvre attribuée à Platon. Et il n’est pas jusqu’au comte d’Albe qui ne prononce quelques répliques inspirées de celles de Clinias.

  • 38 Dans l’épître dédicatoire qui précède sa traduction de l’« Axiochos », Díaz parle de « aquesta mag (...)

30Les trois personnages du « Diálogo e raçonamiento » semblent avoir voulu, en ces heures solennelles, donner plus de grandeur, plus d’élévation à leurs propos, en ressuscitant, en faisant revivre, ou renaître, le dialogue qu’ils admiraient tant, et qu’ils croyaient être de Platon, le divin Platon38. Peut-on rêver plus ardent amour de l’Antiquité, que celui qui brûlait chez ces trois hommes, quand, un jour de mars 1458, ils ont, de façon un peu grandiloquente et apprêtée, certes, mais combien touchante, mis en scène des passages d’un texte qui les fascinait ? Un texte qui n’était pas pour eux lettre morte, puisqu’ils se l’assimilaient, au point de l’incorporer à leur vie même, et à leur mort.

Notes

1 Dans le cadre d’une thèse de 3e cycle, entreprise sous la direction du regretté I.S. Révah, et poursuivie sous celle d’A. Redondo. Il s’agit de ESP 458.

2 Pour la description de ce manuscrit, voir A. Morel-Fatio, « Notice sur trois manuscrits de la bibliothèque d’Osuna », in Romania, t. 14, 1885, pp. 94-108 ; article repris dans Etude sur l’Espagne, 4e série, éd. Champion, 1925, pp. 59-87. Voir aussi le beau livre de Mario Schiff : La bibliothèque du marquis de Santillane, Paris, éd. Bouillon, 1905, pp. 327-351.

3 Il suffit, pour s’en convaincre, d’examiner les très nombreux signes qui dans les marges et qui étaient, pour le marquis, une façon habituelle de noter les passages les plus significatifs à ses yeux. Schiff, p. 285 et p. 421 de son livre, a retrouvé ces mêmes signes autographes du marquis sur d’autres manuscrits : la traduction castillane de la Divina Commedia de Dante, par Enrique de Villena ; et la version castillane des Alabanças de España, par Gil de Çamora. Tous deux se trouvent à la Biblioteca Nacional de Madrid.

4 Voir, pour cette appréciation, Morel-Fatio, Etudes sur l’Espagne, éd. cit. p. 59.

5 Cet inventaire géographique, érudit et encyclopédique, fut rédigé de 1355 à 1374. Il n’en existe pas d’édition moderne. Manuscrits figurant à la Bibliothèque Nationale de Paris : Lat. 8946, Lat. 14627, Lat. 133 N. Acq., Lat. 345 N. Acq., Lat. 905 N. Acq. J’ai consulté plusieurs éditions anciennes de la même bibliothèque : Reggio 1481, Venise 1473, 1494, 1511, Paris 1511, Bâles 1532. J’ai surtout travaillé avec l’édition de Venise 1497, « per Manfredum de Streuo de Monteferrato », qui figure à la bibliothèque de l’Ecole Normale Supérieure. Le texte castillan s’intitule : « De los montes e rios e seluas », et occupe les folios 1 r° à 64 v° du manuscrit Esp. 458.

6 « Magni Basilii liber, de graeco in latinum translatas, ad juvenes religiosos,bus studiis opera danda sit ». Cette version latine du texte grec est de l’humaniste italien Leonardo Bruni d’Arezzo (1370-1444), dont c’est d’ailleurs la première version grecque, antérieure à 1403 (voir Marcello Aurigemma : Letteratura italiana, 1 Minori, éd. Marzorati, Milano, 1956, pp. 405 et suivantes). Cette version, souvent copiée, figure dans plusieurs manuscrits de la Bibliothèque Nationale de Paris : Lat. 1676, Lat. 1703, Lat. 2662, mais les éditions en sont rares et anciennes, par exemple Milan 1474. Voir l’intéressante étude de l’abbé Fernand Boulenger sur le texte grec de saint Basile, éd. Les belles lettres, 1952.
Le titre, maladroit, dans le manuscrit espagnol est : Basilio, de la refformaçion de la anjma, fol. 65 r° à 69 v°. Le traducteur, qui ne se nomme pas, pourrait être Pero Díaz de Toledo, selon Morel-Fatio, op. cit., p. 65.

7 Voir Platon Œuvres, Belles lettres, t. XIII, 3e partie, pp. 117-149 : « Axiochos » ; traduction Joseph Souilhé. C’est, Voir Platon selon Thrasylle, une médiocre dissertation de rhéteur. Voir aussi P. Couvreur, « Revue critique », XLI, p. 76 : « Il n’est pas une page où le lecteur ne soit dix fois choqué par quelqu’un de ces mots barbares, par quelque tournure qui frise l’incorrection ». Ce texte est aussi très accessible dans la bibliothèque de la Pléiade : Platon, Œuvres complètes, 1950, tome II, pp. 1322-1334 (traduction et notes de Léon Robin).
Dans le manuscrit Esp. 458, le titre en est : Tractado de la inmortalidat de la anima, fol. 70 r° à 74 r°.

8 « Yntroducçion al libro de Platon llamado Fedron, en que se tracta de commo la muerte no es de temer ; romançado por el doctor Pero Díaz de Toledo, para el muy generoso e uirtuoso señor singular suyo, señor Yñigo Lopez de Mendoça, señor de la Uega » (fol. 70 r°). Sur la confusion entre « Axioco » et « Fedon », et sur la forme barbare « Fedron », voir Morel-fatio, in Romania, t. 14, 1885, p. 97, n. 2. Voir aussi Menéndez Y Pelayo : « De las vicisitudes de la filosofía platónica en España », in Ensayos de crítica filosófica, Madrid, 1892.
Pero Díaz de Toledo, né, peut-être, à Séville, était le fils de Fernando Díaz de Toledo, lui-même « oydor, relator, referendario, escribano de cámara y del consejo » de Juan II de Castille. Entré en religion, il se fit une spécialité de la traduction d’œuvres classiques pour le roi de Castille, et pour les nobles du temps. Protégé par le marquis de Santillane, puis par le cardinal de Mendoza, il mourut évêque de Málaga en 1499. Durant les années où il fut chapelain du marquis de Santillane, il vécut tout à fait dans l’intimité de son maître et de ses fils.

9 Vide Mario Schiff, op. cit. Voir aussi l’ouvrage très éclairant du quatrième duc de l’Infantado, Memorial de cosas notables, Guadalajara, 1564. Ε nous parle notamment du soin que prenait le marquis de Santillane pour enrichir sa bibliothèque, en réunissant « especialmente las interpretaciones o translaciones de muchas obras que de una lengua en otra por su mandado se traduzian por varones señalados a quien largamente se remunerava su trabajo ».

10 Menéndez y Pelayo, Historia de la poesía castellana en la Edad Media, Madrid, 1914, t. II, p. 80. Voir aussi Schiff. op. cit., p. 11.

11 Confer note 6. Il faut signaler ici que Marcello Aurigemma, op. cit., place la traduction latine de l’« Axiochos » parmi les « scritti dubbi o erroneamente a lui attribuiti » de Leonardo Bruni. Mais Morel-Fatio était persuadé que Bruni avait effectivement traduit l’« Axiochos » en latin (in Romania, art. cit.).

12 Notamment par H. Baron, Lipsia, 1928.

13 Il s’agit de Lat. 6582, manuscrit du XVe siècle, assez incorrect, d’après Morel-Fatio lui-même. Je peux attester de la difficulté de sa lecture, les trous dans les pages étant nombreux. Morel-Fatio (Etudes sur l’Espagne, IVe série, p. 67), transcrit les deux lettres de Bruni qui précèdent la traduction : Tune à un certain Vellus (fol. 60 r°), l’autre au cardinal Jourdain des Ursins (fol. 61 r°).

14 José Amador de los Ríos : Vida y obras del marqués de Santillana, Madrid, 1852, et l’édition séparée de la « Vida », dans la collection Austral, n° 693, Buenos Aires, 1947. Voir aussi Menéndez y Pelayo (confer n. 10), ainsi que Morel-Fatio et Schiff, déjà cités.

15 Ce dialogue, œuvre du « doctor Pero Dias, oydor et refrendario del rey, nuestro señor, et del su consejo, et su alcalde mayor de las alçadas », réunit trois personnages : le marquis de Santillane ; Fernando Alvarez de Toledo, premier comte d’Albe et le docteur Pero Díaz de Toledo. C’est à la demande du comte d’Albe, cousin du marquis, que cet ouvrage a été écrit, peu après la mort d’íñigo López de Mendoza, entre 1458 et 1460. Amador de los Ríos l’a découvert dans la Biblioteca de Osuna (« Vida del marqués de Santillana », Austral, 693, p. 130, n. 226). Menéndez y Pelayo en possédait une « buena copia del siglo XVI » (opus cité, p. 106, note 1). La première, et unique, édition est celle d’Antonio Paz y Meliá, dans Opúsculos literarios de los siglos XIV a XVI, Sociedad de Bibliófilos Españoles, n° 29, Madrid, 1892, pp. 247-360.

16 Le marquis de Santillane est mort le 25 mars 1458, à Guadalajara.

17 Edition Paz y Meliá, page 247.

18 Voir, par exemple, l’article « Diálogo » dans le « Breve diccionario etimológico » de Joan Coraminas, Gredos, 1961.

19 Op. cit., p. 17 : « el doctor Pedro Díaz de Toledo, que dilató sus estudios Platón, y conserva reminiscencias de sus diálogos en su propio « Razonamiento sobre la muerte del marqués de Santillana » ».

20 Ibidem, p. 106 : « un diálogo filosófico que compuso (imitando de lejos el « Phedon » platónico, que antes había traducido) con el título de « Diálogo, o razonamiento sobre la muerte del marqués de Santillana » ».

21 On peut dater assez précisément ce texte. En effet, la rubrique initiale, fol. 70 r°, qualifie Iñigo López de Mendoza de « Señor de la Uega ». La traduction se situe donc avant le 8 août 1445, date de l’attribution à l’intéressé du titre de marqués de Santillana y conde del Real de Manzanares (cf. Amador de los Ríos, Vida, Austral, n° 693, apéndice I, pp. 141-144).
D’autre part, Pero Díaz, dans son épître dédicatoire, mentionne plusieurs dangers qu’a courus son maître : « el conbate de Peñafiel », « la escaramuça de Lorca », « el recuentro de Torote ». Le dernier des trois est le plus récent : il s’agit d’un combat de 1441, près du Torote, petite rivière qui se jette dans l’Henares. (Vide Amador de los Ríos, Vida, éd. cit. p. 60 et n. 158). L’« Axioco » castillan a donc été rédigé entre 1441 et 1445.

22 « Retraydo, por pocos dias, a reposar la fiesta a mj casa, pensé en qué e a quién darja essas pocas oras que en aquellos dias para mj reposo tomaua » (fol. 70 r°). C’est là, déjà, un lieu commun humaniste. Mais Morel-fatio, art. cit., y voit aussi, peut-être, une fidélité servile de Pero Díaz au modèle latin de Leonardo Bruni. Qu’on en juge : « Redii itaque ad veteres annos, id est, ut Cicero ait, ad libros, in quibus tanquam in portu ex variorum casuum fluctuatione agitatus, parumper acquievi. Cum autem magna apud me multitudo eorum presertim librorum esset, quorum lectione recreari possem, inter ceteros Platonis sermonem de contempnenda morte avide arripui » (Manuscrit Lat. 6582, fol. 60 r°, Bibliothèque Nationale de Paris).

23 « Resçebid aqueste libello de Platon, pequeño en uolumen e grande en auctoridat, el qual, entre los otros que él conpuso en lengua griega, es en tanto resplendor de eloquençia que, en la manera de fablar, commo dize Plutarco, non deue cosa al dios Jupiter » (fol. 70 v°). Les spécialistes de Platon sont, de nos jours, moins enthousiastes (confer note 7).

24 Fol. 70 v° et 71 r°. Je respecte intégralement l’orthographe du manuscrit dans les passages que je cite ; je n’ajoute que la ponctuation et les quelques accents qui me semblent indispensables pour une bonne lecture du texte.

25 Edition Paz y Meliá, pp. 249-250.

26 Il a pour titre : « Quál es la razon por que onbre non deue temer la muerte, e quáles son las cosas que conturban a onbre queriendose morir ».

27 Fol. 71 r° et 71 v°.

28 On peut remarquer ici que Pero Díaz avait commencé son épître dédicatoire par ces mots : « Segund dize Aristotiles en el terçero libro de sus « Ethicas » : lo postrimero de las cosas temerosas e espantables es la muerte » (fol. 70 r°).

29 Tous ces passages sont cités par Amador dE los Ríos, in Vida del marqués, éd. cit., pp. 77-78.

30 Ed. Paz y Meliá, p. 253.

31 Il aurait pu le nommer !

32 Le titre de ce deuxième chapitre est : « En que se prueua que esta nuestra uida tiene más parte de mal e trabajo, que non de bien nin de reposo ».

33 « Algunas de las quales fueron conpradas por una onça, algunas por dos, por tres (ca aqueste onbre non enseña a ninguno syn preçio). Sienpre en su boca non tracta otra cosa si non aquel dezir de Picanjo poeta : « la una mano laua a la otra », da alguo e toma alguo », fol. 71 v°. Picanjo, c’est Epicharme...

34 Fol. 71 v°, 72 r°.

35 Ed. Paz y Meliá, p. 255.

36 Ibidem, p. 258.

37 Cf. note 8. Sur les traducteurs du marquis, voir aussi l’important article de Jules PICCUS : « El traductor español de « De genealogía deorum » in Homenaje a Rodríguez Moñino, tome II, p. 59.

38 Dans l’épître dédicatoire qui précède sa traduction de l’« Axiochos », Díaz parle de « aquesta magestad de diuinal eloquençia » (fol. 70 v°) ; expression qu’il a aussi employée dans l’introduction à sa traduction du « Phédon » : « la magestad de la fabla que el dicho Plato touo en el griego » (Schiff, op. cit., p. 11).

Auteur

© Presses universitaires François-Rabelais, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable