Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travaux de l'Institut d'études hispaniques et portugaises de l'Université de Tours

 | 
Augustin Redondo

Première partie

Un socialiste espagnol en France : José Mesa et l’Égalité de Jules Guesde

Jean-Louis Guereña

Texte intégral

  • 1 Il n’existe pas encore de biographie de José Mesa. A part les notices rapides plus ou moins exacte (...)
  • 2 Archives municipales de Saint-Macaire, registres de l’Etat-civil, 1904, acte n° 4.
  • 3 20e année, nouvelle série, n° 68, 31 janvier-7 février 1904, p. 2/IV. Le Socialiste est alors de F (...)
  • 4 « La parte, aunque mínima, que he tomado en la fundación de aquel partido (« Galería Socialista In (...)
  • 5 La marque qu’impose Pablo Iglesias au P. S. O. E. est tellement forte qu’il faut bien créer ce ter (...)
  • 6 La première série comprend 33 numéros (du 18-XI-1877 au 14-VII-1878), la deuxième également 33 (du (...)
  • 7 Si Pablo Iglesias figure comme correspondant pour l’Espagne dans la première série du Socialiste ( (...)
  • 8 Gabriel Deville affirme dans une lettre à M. Dommanget du 7-I-1937 (Institut Français d’Histoire S (...)

1A la suite du décès le 22 janvier 1904 de José Mesa1 à Saint-Macaire (Gironde) où il s’était retiré2, Le Socialiste3 pouvait que « membre de l’Internationale, Mesa avait pris une grande part, en France, à la fondation du Parti ouvrier et avait, depuis, été toujours l’intermédiaire entre les socialistes français et le Parti ouvrier espagnol ». Cette aide à la fondation du P. O. F. que Mesa évoque dans El Socialista4 et ce rôle d’« intermédiaire » entre socialistes français guesdistes et socialistes espagnols iglésistes5 sont précisés tout particulièrement dans la collaboration de Mesa à l’organe guesdiste L’Egalité durant ses trois séries hebdomadaires6, collaboration qui se poursuivra dans Le Socialiste7 et les journaux contrôlés par les guesdistes8.

2L’histoire de l’introduction du marxisme tant en Espagne qu’en France passe en effet par José Mesa. Dans l’histoire des importations d’idéologies et de leurs effets dans le mouvement ouvrier du XIXe siècle, les contacts personnels jouent un rôle important. L’étude biographique trouve ainsi un intérêt indéniable. L’épisode français de la vie de Mesa nous permet de mieux comprendre les retombées de ces contacts personnels.

  • 9 Cf. le récit d’Anselmo Lorenzo dans son Proletariado militante, éd. de J. Alvarez Junco, Alianza E (...)
  • 10 Le dernier témoignage de son activité républicaine est une Guía del elector pour les élections de (...)
  • 11 Pour l’activité de Mesa dans ce journal et l’Internationale nous nous permettons de renvoyer à not (...)
  • 12 La Emancipación publie ainsi Le Capital (deuxième section, lettre-préface à l’édition française, p (...)
  • 13 Dans sa lettre à Sorge du 12 (-17) septembre 1874, Engels annonce que Mesa lui a « écrit de Madrid (...)
  • 14 Le manuscrit du rapport daté du 24-VIII-1873 est de la main de Mesa (Internationaal Instituut voor (...)

3Né en 1831, venu du républicanisme-fédéral, Mesa adhère après la Commune à la Première Internationale9 où il va très vite occuper un rôle de premier plan10. Membre du deuxième Conseil fédéral, animateur de La Emancipación11, traducteur de Marx et d’Engels12, correspondant avec ce dernier, ami de Paul Lafargue passé en Espagne après la Commune, Mesa tente d’inscrire la Fédération espagnole aux côtés du Conseil général au cours de la lutte idéologique qui déchire l’Internationale. L’un des fondateurs de la Nouvelle Fédération Madrilène, le premier noyau « marxiste » espagnol, isolé, persécuté semble-t-il13, il quitte l’Espagne après la fin de la Ire République. Sa dernière contribution à l’A. I. T. semble être le rapport de la N. F. M. au congrès de Genève du 7 septembre 187314.

  • 15 Ses adresses successives seront : 178, route de Versailles, Billancourt ; 52, avenue de Versailles (...)
  • 16 Mesa travaille pour l’entreprise de presse qui publie La Ilustración Española y Americana et La Mo (...)
  • 17 Cf. la lettre d’Engels au Conseil général new-yorkais du 13-VIII-1875 (Correspondance, op. cit., t (...)
  • 18 La correspondance saisie lors de l’arrestation de Hirsch pour participation au Congrès socialiste (...)
  • 19 Cf. la biographie de Justinien Raymond dans le Dictionnaire Biographique du Mouvement ouvrier fran (...)

4Fixé à Paris15, en relations constantes avec l’Espagne de par ses activités professionnelles16, Mesa garde le contact avec le noyau socialiste madrilène héritier de la N. F. M.17, tout en entrant en rapport avec Karl Hirsch, journaliste allemand ami de Marx réfugié à Paris18, et Jules Guesde rentré en France en septembre 187619 qui sera bientôt l’animateur du « premier journal marxiste français », L’Egalité.

  • 20 Mesa se réfugia une première fois en France à la suite des événements madrilènes de 1866 jusqu’à l (...)
  • 21 Une mise au point récente par Madeleine Rebérioux, « Le socialisme français de 1871 à 1914 », in H (...)
  • 22 Les récits de Morato restent encore pour une bonne part une source essentielle sur les débuts du P (...)
  • 23 Cf. la description des collections par M. Perrot, art. cit., pp. 25-6. L’Egalité occupe les volume (...)
  • 24 Dans sa lettre à Dommanget du 2-VI-1935 (I. F. H. S., 14 AS 330, n° 145), Deville écrit que Mesa « (...)
  • 25 Cf. l’avertissement « A nos lecteurs », n° 1, 18-XI-1877, p. 1/II. Toutefois la de Proudhon », L’E (...)
  • 26 Art. cit., pp. 117-21. Morato rencontra Mesa à deux reprises, lors de de ce dernier à Madrid (cf. (...)
  • 27 Op. cit. Dommanget attirait déjà l’attention sur Mesa dans son article « Autour de Proudhon », L’E (...)
  • 28 La correspondance Deville/Dommanget de 1935-37 utilisée par ce dernier est déposée à l’I. F. H. S. (...)
  • 29 Cf. C. Willard, op. cit., p. 13. Ce n’est qu’à partir de l’étude de Dommanget que l’historiographi (...)
  • 30 Art. cit. S. Castillo a publié d’autre part, en traduction espagnole, les lettres de Pablo Iglesia (...)

5Le séjour de Mesa en France20 et sa collaboration à L’Egalité donc à envisager, à la suite des relations entre Mesa, Guesde et Iglesias, sous une double optique, par rapport au mouvement socialiste français, le guesdisme face aux autres courants21, et par rapport au mouvement socialiste espagnol, l’iglésisme face à l’encore puissante Fédération Régionale Espagnole devenue, la légalité retrouvée, la Federación de los Trabajadores de la Región Española22. La réédition en fac-similé de L’Egalité, dont aucune bibliothèque ne possède la collection complète23, nous a facilité les recherches sur cette collaboration journalistique mal connue. La volonté de Mesa de passer inaperçu24, l’anonymat de règle dans deux premières séries de L’Egalité25, y ont contribué. Dans son esquisse biographique, Juan José Morato26 souligna bien la trajectoire française de Mesa après sa participation à l’Internationale espagnole, mais c’est à Maurice Dommanget que nous devons les premières précisions sur le rôle de Mesa dans le socialisme français27. Alerté par un témoin direct, Gabriel Deville28, Dommanget insiste sur l’influence de Mesa sur Guesde, supérieure, selon Deville, à celle de Hirsch, que l’historiographie du socialisme français considérait pourtant comme vecteur essentiel dans la formation marxiste de Guesde29. Depuis, Santiago et Juan José ont examiné quelques aspects de l’activité de Mesa en France et attiré l’attention du public espagnol sur sa collaboration à L’Egalité en traduisant la presque totalité de ses « correspondances d’Espagne »30. Mais bien des points restent encore à préciser sur la personnalité et l’influence de Mesa dans les mouvements socialistes français et espagnol.

  • 31 Lettre de Mesa à Engels du 18-III-1873 (I. I. S. G., Fonds Marx-Engels, L 4944) citée par Max Nett (...)
  • 32 Cf. le rapport de la N. F. M. du 24-VIII-1873 in Freymond, op. cit., t. TV, p. 187.
  • 33 I. I. S. G., L 4945 (cf. M. Nettlau, op. cit., pp. 193-5). Ce rapport n’a pas été présenté au cong (...)
  • 34 « Même silence dans l’Internationale pour de vrai. De Mesa, à qui j’ai écrit septembre, je suis en (...)
  • 35 Rapport du Conseil général de l’Association internationale des travailleurs sur la situation en Es (...)
  • 36 I. I. S. G., L 4946 (non citée par M. Nettlau, op. cit.).
  • 37 Lettre du 12-IX-1874 (citée n. 11). Cf. aussi la lettre d’Engels à Marx du 5-IX-1874 (M. E. W., t. (...)
  • 38 Rien n’autorise à croire à un voyage de Mesa à Londres en 1873 ou 1874 comme lui-même semble le su (...)
  • 39 I. I. S. G., L 4947. Mesa habite alors Billancourt. Nous n’avons pu cette correspondance Mesa/Enge (...)
  • 40 Cf. lettre d’Engels au Conseil général new-yorkais du 13-VIII-1875 (Correspondance, op. cit., t. I (...)
  • 41 Cf. l’introduction de Jacques Girault à son édition des Textes choisis de Lafargue, Ed. Sociales, (...)
  • 42 Cf. la lettre du 26-X-1875 de Lafargue à Engels (in Friedrich Engels, Paul et Laura Lafargue, Corr (...)
  • 43 Cf. C. Willard. op. cit., p. 12. Dans ses lettres à Dommanget, G. Deville n’évoque malheureusement (...)
  • 44 Dans une lettre à Hirsch du 31-I-1875 (soit avant le voyage à Londres) Marx demande à Hirsch « s’i (...)
  • 45 Lettre citée d’Engels au Conseil général du 13-VIII-1875. Les expositions universelles sont alors (...)

6Quand Mesa arrive-t-il à Paris ? Le dernier numéro de La Emancipación est du 12 avril 1873, et Mesa essaie de créer un nouveau journal31. Du 19 au 21 mai a lieu le congrès de Tolède animé par Mesa et les partisans du Conseil général32. Le 27 août, Mesa écrit à Engels pour lui communiquer le rapport de la N. F. M. au congrès de Genève33. Mais le 25 novembre, Engels écrit à Sorge, alors secrétaire de l’Α.Ι.Τ., qu’il est sans nouvelles de Mesa34, alors qualifié par lui comme « l’homme le plus supérieur que nous ayons en Espagne, tant en caractère qu’en talent, et vraiment un des meilleurs hommes que nous ayons où que ce soit »35 Et ce n’est qu’à la suite d’une lettre de Mesa du 24 août 1874, encore écrite de Madrid36, qu’Engels peut annoncer à Sorge la prochaine arrivée de Mesa à Paris37. Mesa est donc resté à Madrid un an sans donner signe de vie à Engels38 et sans activités publiques connues. Les persécutions des débuts de la Restauration, le temps de préparer son départ pour Paris, où il arrive donc fin août-début septembre 1874 ? La première lettre de Mesa à Engels postée de Paris est du 2 mai 187539. Deux autres lettres suivront avant le voyage de Mesa à Londres en juin 187540. Il y rencontrera Marx et Engels, mais aussi Laura et Paul Lafargue, alors réfugiés à Londres41. Il est en effet à cette époque en correspondance avec son camarade de combat dans l’Internationale espagnole42. Le projet qu’soumet alors à Lafargue semble montrer que Mesa n’est pas en 1875 en relations avec les jeunes du café Soufflet43. Mais il l’est avec Karl Hirsch44, et, à cette date, il connaît « des membres du Comité qui organise à Paris les souscriptions pour l’envoi d’ouvriers à Philadelphie »45.

  • 46 Le premier numéro est du 12-III-1886 (cf. la fiche de V. M. Arbeloa, « La prensa obrera en España (...)
  • 47 « El que traduce estas líneas (il s’agit du livre de Mermeix, La France socialiste. Notes d’histoi (...)
  • 48 « Autour du Ier congrès ouvrier de Paris », Les Droits de l’Homme, 15-X-1876, n° 247, p. I/V-VI-2/ (...)
  • 49 Manifeste en particulier lors de la préparation du congrès international de 1878, de la défense co (...)
  • 50 La traduction de Jules Roy, entièrement revue par Marx, fut publiée par l’éditeur Maurice Lachâtre (...)
  • 51 Cf. la réponse de Marx à Deville du 23-I-1877 (M. E. W., t. 34, pp. 248-9).
  • 52 Le Capital, de Karl Marx, résumé et accompagné d’un Aperçu sur le socialisme p. scientifique par G (...)
  • 53 En réponse à une lettre de Marx qui n’a pas été retrouvée Guesde peut fin 1878-début 1879 que « to (...)
  • 54 Cf. la lettre de Guesde à Marx de fin 1878-début 1879 : « Je me suis attaché depuis mon retour à c (...)
  • 55 Cf. le dernier numéro de cette série (n° 33, 14-VII-1878, p. 8) : « Organe des pauvres, fondé avec (...)
  • 56 Cf. L’Egalité, n° 3, 16-XII-1877, p. 1/I ; n° 18, 31-IIΙ-1878, p. 1/I-II ; n° 30 ; 23-VI-1878, p. (...)
  • 57 Quatre extraits du Capital furent alors publiés : « La production capitaliste » (Livre I, 3e secti (...)

7Mesa suit donc le renouveau du mouvement ouvrier français après la Commune où Guesde allait jouer un rôle essentiel. Dans la biographie de Guesde qu’il rédige pour El Socialista qui vient d’être fondé à Madrid46, Mesa précise que c’est à la suite de la lecture des articles Guesde dans Les Droits de l’Homme47 qu’il entra en contact avec lui Ayant bénéficié de la prescription de cinq ans, dès son retour en France en septembre 1876, Guesde collabore aux Droits de l’Homme puis au Radical qui avait suivi. Son premier article, paru le 15 octobre 1876, commente le congrès ouvrier qui vient de se tenir à Paris en mettant en valeur ses limites mais aussi son importance48. Cet article et l’activité de Guesde pour détacher les masses ouvrières du parti radical et de la coopération49 ont dû attirer l’attention de Mesa. Les écrits de Guesde sont toutefois plus radicaux que véritablement socialistes. C’est alors qu’il entre en contact avec le cercle du café Soufflet où de jeunes intellectuels, coupés du mouvement ouvrier, connaissent les théories de Marx, dont le premier livre du Capital vient d’être traduit en français50. Dès 1876 Gabriel Deville demande à Marx la permission d’en éditer un résumé51 qui ne sera qu’en 188352. Le cheminement de Guesde vers le marxisme est le de ces contacts personnels où Hirsch, Mesa et Deville ont leur part53. Son prestige personnel (l’un des premiers proscrits retour d’émigration), son activité le font vite reconnaître comme le chef de ceux qui appellent la classe ouvrière à l’organisation et à l’action révolutionnaire. Sa tâche principale semble être de créer ce parti ouvrier qui connaît tant de succès en Allemagne54. Pour ce faire l’importance d’un journal ne lui échappe pas. Ce sera L’Egalité dont le premier numéro paraît le 18 novembre 1877. Cette première série n’aura que 33 numéros : les difficultés financières55 et les persécutions policières56 auront raison du journal. Le sous-titre, « Journal républicain socialiste », indique assez l’éclectisme qui préside à cette première série. Comme l’avoue G. Deville l’équipe de L’Egalité de 1877 n’est pas pleinement marxiste, même si elle tente de faire connaître Marx57 :

  • 58 Post-scriptum du 4-VI-1897 à la préface de son résumé du Capital pour sa 3e édition (E. Flammarion (...)

« Même en 1877, quand je fus un de ceux qui commencèrent à propager par le journal la théorie collectiviste et marxiste, j’en connaissais à peine quelques rudiments : (...) nous apprenions le socialisme en même temps que nous l’apprenions à nos lecteurs, et il est incontestable que nous nous sommes parfois trompés »58.

  • 59 Cf. sa lettre publiée dans La Emancipación (n° 83, 18-I-1873, p. 3/III) en réponse à Cuestión de l (...)
  • 60 Selon un registre trouvé lors des perquisitions faites au domicile de J. Chabry en septembre 1878 (...)
  • 61 Selon une lettre de Mesa à Hirsch du 8-I-1878, c’est par ce dernier que Mesa s’abonne à L’Egalité  (...)
  • 62 Compère-Morel l’y fait toutefois figurer (op. cit., p. 113).
  • 63 L’Egalité, n° 1, 18-XI-1877, p. 1/III-2/I, « A nos lecteurs » : « Nos lettres d’Espagne nous seron (...)
  • 64 Cf. Mermeix, op. cit., p. 78.
  • 65 23-XII-1877, p. 7/I : il s’agit d’annoncer la publication de La Révolution populaire. L’Egalité pu (...)
  • 66 Bien qu’elle annonce « une correspondance hebdomadaire par laquelle vos lecteurs (de L’Egalité) se (...)
  • 67 Cf. « L’influence » (n° 2, 25-XI-1877, p. 1/II) : « Si nous n’avions plus à craindre des 16 mai de (...)
  • 68 Manuel Tuñón de Lara, El movimiento obrero en la historia de España, Taurus, Madrid, 1972, p. 274, (...)

8Sans problèmes financiers59, Mesa soutient L’Egalité, dont il serait l’un des souscripteurs60, dès le début61. Mais il ne figure pas, même avec des initiales comme ce sera le cas pour les séries suivantes, parmi la liste des collaborateurs62. Le correspondant en titre pour l’Espagne sera Emile Digeon63 qui ne semble pas avoir écrit64. Pourtant, dès le n° 4, l’Espagne figure dans la rubrique « mouvement social »65, et le 28 avril 1878 paraît la première « correspondance » d’Espagne, la seule de cette série66. Ces écrits sont-ils de Mesa ? Quelques petits signes permettent de l’affirmer. Bien que nous n’ayons pu attribuer avec certitude un ou plusieurs articles de la première série de L’Egalité comme étant de Mesa — comme nous l’avons fait pour deux articles de la troisième série, il nous a semblé retrouver son influence dans quelques articles de cette première série67. Mais Mesa apparaît à cette époque plus préoccupé par l’Espagne où il songe peut-être à revenir : les contacts avec Ruiz Zorrilla, réfugié à Paris, en seraient une preuve68.

  • 69 Hirsch est arrêté le 6-IX-1878, par manque de précautions semble-t-il puisque d’après Mesa il aura (...)
  • 70 Cf. Raymonde Joucla, « Renaissance du mouvement ouvrier français après la Commune. Le Congrès Ouvr (...)
  • 71 « El compañero Iglesias (...) propone la conveniencia de que el Grupo (le groupe socialiste madril (...)
  • 72 Cf. « Acta » du 20-VII-1879, op. cit., pp. 67-8 : « El compañero Iglesias da lectura a dos cartas, (...)

9Les mois qui suivent la fin de la première série de L’Egalité sont riches d’événements pour le mouvement ouvrier français. Le Congrès international socialiste prévu à Paris en septembre 1878 est interdit : Guesde et les principaux organisateurs qui avaient voulu passer outre (dont Deville) sont arrêtés et Hirsch expulsé69 Mais en octobre 1879, lors du congrès de Marseille, la majorité des délégués se prononce pour le collectivisme70. Mesa sera d’ailleurs chargé de saluer le congrès au nom du groupe socialiste madrilène71. A partir de la fondation du P. S. O. E. Mesa sera la liaison principale entre le socialisme espagnol et le socialisme étranger : la formation idéologique du groupe madrilène est assurée par lui72.

  • 73 Cf. sa lettre de fin 1878-début 1879 citée n. 53. Le 6-II-1878, Hirsch écrit à Marx pour l’informe (...)
  • 74 Le premier contact épistolaire connu entre Guesde et Lafargue est de juin mais il y a dû en avoir (...)

10En 1879 Guesde a enfin pris contact avec Marx73 et Lafargue74. Et il n’est pas interdit de penser que Mesa a joué à cette occasion un rôle d’intermédiaire. Lorsque Guesde demande à Lafargue de venir en France, ce dernier l’encourage à créer un journal et à s’adresser à Mesa :

  • 75 I. M. L., Ν 40, n° 6 (nous avons consulté le microfilm de l’Institut Maurice-Thorez, Paris-I. M. T (...)

« Demandez à l’ami Mesa ce que lui et le C(onseil) Fed.(eral) de l’A.I.T. ont fait en Espagne avec une feuille grande comme la main, qui ne tirait qu’à mille exemplaires »75.

11La deuxième Egalité, devenue « Organe collectiviste révolutionnaire », paraîtra le 21 janvier 1880. Ecrivant à Sorge le 5 novembre 1880, Marx pouvait écrire :

  • 76 Correspondance, op. cit., p. 253. Le passage souligné est écrit en français.

« Tu as probablement remarqué que L’Egalité (grâce en première instance à ce que Guesde est passé à nous et aux travaux de mon gendre Lafargue) a fait voir pour la première fois en France un « journal ouvrier » au plein sens du mot »76.

  • 77 Cf. lettre à Guesde de février 1880 (I. M. T., 17060) : « Envoyez-moi les épreuves pour que je les (...)
  • 78 L’Egalité, n° 1, 21-I-1880, p. 8 et n° 30, 11-VIII-1880, p. 7 : « Principaux collaborateurs : (... (...)
  • 79 Lettres n° 2 à 9 (cf. annexe).
  • 80 Seule sa correspondance parue dans la rubrique « Le 18 mars à l’étranger » (n° 6) est signée « M »
  • 81 L’Egailité, n° 3, 4-II-1880, p. 7/III ; n° 5, 18-II-1880, p. 7/III ; n° 28 ; 28-VII-1880, p. 6/III (...)
  • 82 « Aux socialistes réunis au Salon des Familles, pour célébrer le 9e anniversaire de la proclamatio (...)

12Lafargue fait en effet partie du comité de rédaction où il joue un rôle important77. Mesa est indiqué comme correspondant pour l’Espagne78 et il publie huit lettres dans cette 2 e série datées du 16-I-1880 au 4-VI-188079 et non signées80. Quelques nouvelles d’Espagne paraissent aussi dans la rubrique « mouvement social » (81). Et, à l’occasion du banquet commémoratif de la proclamation de la Commune organisé par L’Egalité, le groupe socialiste madrilène envoie une communication, vraisemblablement lue par Mesa82.

  • 83 Cf. la lettre d’Engels à Bernstein du 25-X-1881 (M. E. W., t. 35, pp. 228-34).
  • 84 Marx à Sorge le 30-VIII-1880 (Correspondance, op. cit., p. 250).
  • 85 Le dernier numéro (n° 32, 25-VIII-1880) annonce que « comme organe de lutte L’Egalité hebdomadaire (...)

13Parallèlement, le Parti ouvrier s’organise : Guesde se rend à Londres en mai 1880 et, avec le concours de Marx, Engels et Lafargue, rédige le « Programme électoral des Travailleurs socialistes »83 qui sera adopté au congrès du Havre en novembre 1880, non sans difficultés. Mais L’Egalité « a cessé de paraître, faute de 3 000 francs »84 après 33 numéros85.

  • 86 Cf. David Stafford, From Anarchism to Reformism : a study of the political activities of Paul Brou (...)
  • 87 Cf. la lettre de Deville à Dommanget du 21-V-1935 (I. F. H. S., 14 AS 283) : « C’est à Mesa qu’est (...)
  • 88 Dans sa lettre à Guesde du 2-I-1882 (in Compère-Morel, op. cit., p. 231), Lafargue demande de lui (...)
  • 89 Lettres n° 10 à 23, non signées. La lettre n° 21 est signée « L... » (Leompart ?).
  • 90 « Pan-latins, pan-germains et pan-Compagnie », L’Egalité, n° 22, 7-V-1882, p. 2/I-III ; « La théor (...)
  • 91 Vers le 13 et le 15 février avant le départ de Marx pour l’Algérie (cf. lettre de Marx à Engels du (...)
  • 92 Nous avons retrouvé un billet, malheureusement sans date mais vraisemblablement de cette époque, o (...)

14Les difficultés financières s’ajoutent aux problèmes politiques : la lutte pour le programme de 1880 est le combat pour se débarrasser des influences anti-marxistes à l’intérieur du Parti, en particulier celle de Brousse86. Dans ce combat, aux côtés de ses amis français, Mesa va prendre part en dénonçant le « possibilisme » dont il importe le terme en France87 L’Egalité enfin reparue le 11-XII-1881, comme « organe du Parti ouvrier », Mesa y collabore activement. Il est au courant de l’administration du journal88. 1882 est d’ailleurs l’année la plus fertile pour la collaboration de Mesa à L’Egalité : il y publie 14 lettres sur les 23 que contient L’Egalité de 1877 à 188289 ainsi que deux articles théoriques90 C’est l’année aussi où, en compagnie de Guesde, Lafargue et Deville, il rencontre Marx à Paris, à trois reprises au moins91. Mesa est donc pleinement engagé aux côtés de ses amis français92.

  • 93 Cf. M. Perrot, art. cit., pp. 9-11 et C. Willard, « L’Egalité et Le Socialiste jusqu’en 1905 », in(...)
  • 94 Si l’on considère uniquement les « correspondances internationales » la répartition est la suivant (...)
  • 95 Une note de la Direction de la presse du 25-V-1880 (Archives Nationales, Paris, F/18 343) indique (...)
  • 96 Il y a bien sûr le cas de El Obrero. Cf. Antonio Elorza, « El socialismo oportunista en España : l (...)

15La collaboration de Mesa à L’Egalité s’exprime principalement dans ses lettres périodiques « d’Espagne ». M. Perrot et C. Willard93 insisté sur la volonté d’internationalisme qui anime les rédacteurs de L’Egalité. L’Espagne occupe une place importante94. Au fil de ces correspondances, les lecteurs de L’Egalité, qui ne furent jamais très nombreux95, étaient mis au courant de la situation politique espagnole et des activités des socialistes espagnols. De 1878 à 1882 Mesa est en effet un des rares socialistes espagnols à pouvoir disposer d’une rubrique de presse régulière, mais en France96.

  • 97 Cf. lettre n° 2, p. 6/II. Les tables du journal Le Temps préparées par l’Institut Français de Pres (...)

16Partant de la méconnaissance française de la situation espagnole (et, en particulier, du mouvement ouvrier) que révèle la presse (97), Mesa justifie ainsi ses lettres pour les lecteurs de L’Egalité et nous en donne le plan :

« Je crois donc utile pour les lecteurs de L’Egalité d’entrer dans un examen quelque peu approfondi des partis politiques espagnols, surtout de ceux qui, sous des rubriques plus ou moins démocratiques et révolutionnaires, aspirent à escalader le pouvoir en s’appuyant sur les épaules des travailleurs. J’examinerai après l’état actuel du mouvement socialiste-ouvrier en Espagne, son histoire, ses tendances, son avenir, l’organisation de ses forces (...) ».

  • 98 Cf. la lettre n° 1, p. 4/III : « Aujourd’hui ces éléments révolutionnaires s’organisent sous les p (...)
  • 99 Lettre n° 2, p. 6/II. C’est Mesa qui souligne. Remarquons son optimisme en se référant à des group (...)
  • 100 Dans sa lettre n° 10, p. 5/II-III, Mesa rappelle la publication du dans la lettre n° 2 et ses ress (...)
  • 101 Parmi lesquels vraisemblablement Pedro Eriz qui devait représenter la F.R.E. au Congrès interdit d (...)
  • 102 Cf. la documentation reproduite par A. Lorenzo, op. cit.

17Ce plan sera suivi dans ses premières lettres de 1880 qui évoquent ainsi la vie politique sous la Restauration et les premiers signes d’existence du P. S. O. E.98. Le point de vue de Mesa est donc celui d’un militant qui prend parti. Sa première lettre de 1880 est d’ailleurs consacrée à « rendre compte de la constitution de deux groupes socialistes importants, l’un à Madrid et l’autre à Barcelone, qui doivent servir de bases à l’organisation du parti socialiste ouvrier espagnol »99. Il s’agit là d’une des tâches plus importantes que s’assigne Mesa : contribuer à la publicité de ce nouveau parti ouvrier en gestation100. Il va par-là raviver la vieille querelle idéologique de la Première Internationale en affirmant in fine que ce programme, qui « doit servir de base à l’organisation du parti socialiste ouvrier espagnol, et sera le drapeau que lèveront les vrais révolutionnaires le jour, peut-être prochain, du renversement de la monarchie replâtrée de D. Alphonse », « doit être considéré comme le fait le plus important du mouvement ouvrier en Espagne, depuis la désorganisation de l’Internationale ». Cette dernière expression allait mettre le feu aux poudres. Alertée par ses correspondants parisiens101, la Commission fédérale de la F. R. E., toujours en place102, écrivait le 4-III-1880 à L’Egalité pour nier toute « désorganisation » de l’Internationale en Espagne :

  • 103 A. Lorenzo se rendit en effet à Paris (op. cit., pp. 405 et 409, et A. P. P., Ba 28, pièces 369, 3 (...)
  • 104 In Le Révolté, n° 2, 3-IV-1880, p. 3/I-II (cf. Francisco Mora, Historia del socialismo obrero espa (...)

« La Fédération régionale espagnole de cette Association, après la chute de la République et la restauration monarchique, a été représentée aux Congrès internationaux de Berne et de Verviers et au Congrès socialiste de Gand, ainsi qu’au Congrès socialiste international de Paris, interdit par l’autorité103 Cette Fédération régionale n’a pas cessé un moment de fonctionner depuis sa constitution lors du premier Congrès ouvrier de cette région tenu à Barcelone en juin 1870 (...) »104.

  • 105 Précédée de quelques lignes exaltant l’organisation espagnole. La F. R. E., dans cette lettre, con (...)
  • 106 Ainsi Le Mirabeau de Verviers (Belgique), n° 551, 27-III-1880, p. 1/III-2/I-II. Cf. aussi La Revue (...)
  • 107 Lettre n° 7. Un entrefilet paru dans le n° 14 (21-IV-1880, p. 4/I) signale cette correspondance a (...)

18L’Egalité refusa de publier la lettre. En revanche, Le Révolté de Genève la publiera le 3-IV-1880105, ainsi que d’autres publications, comme les y invitaient le post-scriptum de la lettre du 4 mars106. A la suite de cette publication, Mesa et L’Egalité ne pouvaient plus ignorer la lettre qui leur avait été adressée. Dans sa correspondance du 8-IV-1880107, Mesa reconnaît d’ailleurs qu’il ne se serait « point occupé factum adressé aux rédacteurs de L’Egalité par une soi-disant Commission fédérale de la F. R. E. de la A. I. des T. — on ne répond pas à des écrits anonymes — si ledit factum n’avait été publié par différents journaux socialistes, faisant ainsi juges de la question tous nos compagnons, les travailleurs socialistes ». Le ton est ainsi lancé dès le début, la lutte idéologique autorisant sans doute tous les coups. La polémique de 1872 est au cœur des débats avec toujours la « question de l’Alliance ». La lutte contre les « bakouninistes » reprend de plus belle. Pour Mesa :

« Ils sont toujours les mêmes : implacables dans leur haine et tenaces dans leur plan de diriger les travailleurs au moyen d’agissements ténébreux, n’aboutissant jamais qu’à des mots creux et à des phrases ronflantes, car ils sont trop... prudents pour mettre d’accord leurs actes avec leurs paroles ».

19Et il nous donne sa version de l’histoire de l’Internationale espagnole « désorganisée » « depuis que quelques agents de Bakounine (...) s’avisèrent d’annuler les résolutions du Congrès général de La Haye ». Pour Mesa la majorité de la fédération espagnole après la scission de 1872 a failli à sa mission révolutionnaire :

« Depuis que les anarchistes se sont emparés de cette organisation ouvrière, la plus puissante qu’on ait jamais vue dans notre pays, ils n’ont pas produit un seul acte digne de socialistes révolutionnaires ».

  • 108 Art. cit., pp. 410-2.

20Les événements d’Alcoy, le cantonalisme, en sont autant de preuves à ses yeux. On retrouve ces arguments dans l’historique du mouvement ouvrier espagnol qu’il rédige pour le Jahrbuch für Sozialwissenschaft und Sozialpolitik d’Höchberg108.

  • 109 N° 15, 28-IV-1880, p. 5/I : « A l’occasion d’une nouvelle lettre adressée à la rédaction de L’Egal (...)
  • 110 N° 5, l-V-1880, p. 3/II-ΙΙΙ-4/Ι-ΙΙ. La lettre à L’Egalité est accompagnée du procès-verbal (cf. M.(...)

21La polémique allait rebondir à la suite de cette correspondance de Mesa. Prenant le relais des Espagnols, mais en liaison avec eux, l’Italien Errico Malatesta demande réparation à Guesde « s’étant trouvé offensé » par la lettre de Mesa. Il demande alors à Guesde soit l’insertion de la lettre de la Commission fédérale espagnole du 4 mars, soit celle d’une réponse à la lettre de Mesa, soit un duel. Un « procès-verbal » établi le 17-IV-1880 à Paris entre les représentants de Malatesta (P. Eriz et J. Vallverda) et de Guesde (J. Labusquière et V. Marouck) consigne les demandes de la partie Malatesta et les réponses de la partie Guesde qui promet qu’une lettre de réponse de Malatesta serait publiée par L’Egalité. Celle-ci est donc engagée, en la personne de son rédacteur en chef, dans les polémiques entre socialistes et anarchistes espagnols allumées par la petite phrase de Mesa. L’Egalité préfèrera en arrêter là et taiera la lettre de Malatesta du 18-IV-1880109 qui la publiera dans Le Révolté le 1er-V-1880110.

  • 111 Lettre n° 10.
  • 112 Id. Cf. aussi la lettre n° 11. Dans cette lettre Mesa publie une lettre du groupe socialiste madri (...)

22Mesa de son côté poursuit la lutte contre l’anarchisme aux côtés de ses amis madrilènes. Il fait ainsi allusion au congrès de Barcelone du 3-IX-1881 d’où Iglesias et ses camarades furent exclus111, et au Manifeste adressé par le congrès « aux ouvriers de la Région espagnole »112 :

« Les auteurs du Manifeste, qui ont une sainte horreur de la politique, surtout de la politique ouvrière, se proposent, comme de juste, d’abolir l’infâme Etat, pour établir à la place une libre fédération de libres associations de producteurs libres ».

23Mesa s’oppose d’ailleurs au fédéralisme, ou plus exactement aux partisans de l’autonomie, en particulier de la Catalogne :

« Les ferments de sécession jetés dans les masses par les théoriciens bourgeois du fédéralisme et par les anarchistes et autonomistes soi-disant ouvriers, ont préparé les esprits à l’idée de l’Etat catalan, en surexcitant les rivalités, en envenimant les haines provinciales, que l’ancien parti démocratique d’abord et l’Internationale plus tard avaient cherché à effacer ».

  • 113 Cf. en particulier la lettre n° 19.
  • 114 Cités n. 90.

24Mesa tente de montrer que cette autonomie profiterait surtout à la grande bourgeoisie catalane113. « Ce n’est pas dans le cantonalisme l’autonomie des bourgeois, poursuit-il, mais dans la centralisation et la solidarité ouvrière » que la classe ouvrière s’émancipera. Mesa reprendra cette question dans ses deux articles de 1882114 en réaction à la théorie de « l’union des races latines » dont il montre l’absurdité car « le parti ouvrier ne connaît pas de races mais des classes ».

25L’affirmation du parti ouvrier suppose aussi bien la lutte contre les anarchistes que la différenciation avec les républicains :

  • 115 Lettre n° 8.

« Malgré les efforts de leurs chefs les plus capables et les plus honnêtes (et Mesa inclue surtout Pí y Margall), les partis bourgeois, même les plus avancés, manquent de solutions concrètes aux problèmes du travail et de la production, et il était temps de constituer en Espagne un parti socialiste ouvrier, qui proclamât bien haut nos solutions collectivistes »115.

  • 116 Cf. lettre n° 2 (Castelar et Ruiz Zorrilla). Sur la vie politique de Restauration, cf. aussi les l (...)
  • 117 En particulier dans sa lettre n° 4 où il analyse le « socialisme » de Pi à la lumière de l’ouvrage (...)

26Ce sera l’objet de ses premières lettres où, en revenant constamment sur l’expérience du sexenio, il montre le comportement politique de la minorité parlementaire et le jeu politique de la Restauration116, et surtout les impuissances du parti républicain-fédéral dont il est originaire117.

  • 118 Cf. les lettres nos 14, 15, 16, 17, 21.
  • 119 Lettre n° 9.

27Mais les luttes sociales ne laissent pas Mesa indifférent. Il s’intéresse particulièrement aux actions de la Asociación del Arte de Imprimir118 que mènent ses amis madrilènes, mais il se réfère aussi aux grèves barcelonaises dans les usines Morell et Murillo119.

  • 120 Cf. lettres n° 1 (« L’état économique ne peut être plus terrible et plus désastreux qu’il ne l’est (...)

28En liaison avec ces luttes sociales Mesa envisage la situation économique et plus particulièrement la grave crise économique qui sévit tant en Catalogne qu’en Andalousie120.

  • 121 N’oublions pas que Mesa travaille pour une entreprise de presse. Dans sa lettre n° 23 il cite quel (...)
  • 122 Lettre n° 3 : « La bourgeoisie française a fait sa dernière révolution en elle n’en fera plus d’au (...)

29Comme le montre ce rapide inventaire les correspondances que publie Mesa dans L’Egalité en 1878-1882 permettent une approche de la réalité espagnole, tant sous ses aspects économiques et sociaux que politiques. Les sources d’information sont la presse française et espagnole (121) mais surtout sa connaissance de l’Espagne et ses fréquents contacts avec ses camarades madrilènes. Dans ses lettres Mesa a retenu la leçon marxiste selon laquelle penser politiquement une formation sociale c’est la penser historiquement. Journaliste, commentateur politique, militant socialiste, Mesa est aussi, et pour cela même, historien. Partant d’un fait précis, une anecdote récente, Mesa parvient, par des développements historiques et politiques, à nous donner une analyse globale de l’Espagne contemporaine, en partant de la fin de la « révolution bourgeoise » en Espagne après 1868122, ce qui rejoint les analyses actuelles.

  • 123 Cf. M. Tuñón de Lara, « Sobre la historia del pensamiento socialista entre 1900 y 1931 », in Teorí (...)
  • 124 Lettre à Dommanget du 30-IV-1935 (I. F. H. S., 14 AS 330, n° 143).

30Dans le cadre d’une histoire des idées socialistes en Espagne à la fin du XIXe et au début du XXe siècles123 Mesa occupe une place insuffisamment mise en valeur. Ce « premier marxiste au courant de la théorie » selon Deville124 montre dans ses lettres de L’Egalité une volonté de penser historiquement l’Espagne en analysant politiquement son temps tout en prenant parti :

  • 125 Lettre n° 8.

« Nous établissons une base, nous proclamons une vérité incontestable aujourd’hui pour tout homme qui veut se donner la peine d’étudier les lois qui régissent la production capitaliste, — le droit de la Société à rentrer en possession absolue de tous les capitaux, sous n’importe quelle forme, et la nécessité de réaliser cette appropriation sociale ou nationale, comme le seul et unique moyen de faire que le travailleur perçoive le produit intégral de son travail ; ce qui paraît être le but de toutes les éco les socialistes »125.

  • 126 Cf. C. Willard, Les guesdistes, op. cit.
  • 127 Lettre de Mesa à Deville du 28-IV-1896 (I. F. H. S., 14 AS 330, n° 146). Cf. aussi ses « Apuntes » (...)

31Certes politiquement, Mesa est en grande partie responsable de la matrice guesdiste du socialisme espagnol dont on a pu montrer les insuffisances mais aussi les mérites126. Mais c’est à lui que l’on doit l’importation du marxisme en Espagne, tant à l’époque de la Première Internationale avec La Emancipación que postérieurement, même si sa rencontre organique avec le mouvement ouvrier n’eut lieu que beaucoup plus tard. Il nous paraît possible de considérer Mesa comme un intellectuel marxiste lié au mouvement ouvrier et partageant ses combats idéologiques et politiques (avec bonheur en France, dans l’isolement en Espagne), lui qui rappelle ce que lui disait Marx sur la théorie127 :

« Peu de temps après la dissolution de l’Internationale, Marx me disait : « Puisque la période d’action est finie pour moi, je n’ai dorénavant qu’à m’occuper de donner à la classe ouvrière la théorie d’où elle doit retirer les éléments nécessaires pour son organisation et pour sa lutte contre la bourgeoisie ».

32Décembre 1978.

ANNEXE

TABLE DES LETTRES DE MESA PARUES DANS L’EGALITE

N° Date

Références

1 20-IV-1878

1re série, n° 22, 28-IV-1878, p. 4/III-5/I

2 16-I-1880

2° série, n° 1, 21-I-1880, p. 6/II-III

3 30-I-1880

n° 3, 4-II-1880, p. 6/II-III-7/I

4 12-II-1880

n° 5, 18-II-1880, p. 5/II-III-6/I-II

524-II-18803-III-1880(fin de la lettre)

n° 8, 10-III-1880, p. 3/III-4/I-II

6 s. d.(« Le 18 mars à l’étranger »)

n° 9, 18-III-1880, p. 5/III-6/I-II

7 8-IV-1880

n° 13, 14-IV-1880, p. 4/II-III-5/I-II

8 1l-V-1880

n° 18, 19-V-1880, p. 4/I-5/I-II

9 4-VI-1880

n° 21, 9-VI-1880, p. 5/II-III-6/I

10 3-XII-1881

3e série, n° 1, 11-XII-1881, p. 5/II-III-6/I

11 21-XII-1881

n° 3, 25-XII-1881, p. 6/III-7/I-II

12 11-I-188217-I-1882 (fin de la lettre)

n° 8, 29-I-1882, p. 6/II-III-7/I

13 1-II-1882

n° 9, 5-II-1882, p. 6/II-III

14 12-II-1882

n° 11, 19-II-1882, p. 5/II-III-6/I

15 18-II-1882

n° 12, 26-II-1882, p. 4/II-III

16 28-II-1882

n° 13, 5-III-1882, p. 4/I-II

17 19-III-1882

n° 16, 26-III-1882, p. 5/I-II

18 s. d.

n° 18, 9-IV-1882, p. 2/I-II

19 11-IV-1882

n° 19, 16-IV-1882, p. 2/III-3/I-II

20 s. d.

n° 20, 23-IV-1882, p. 3/I-II

21 20-V-1882

n° 27, 1 1-VI-1882, p. 2/III-3/I

22 s. d.

n° 31, 9-VII-1882, p. 2/III-3/I

23 8-IX-1882

n° 41, 17-IX-1882, p. 2/III-3/I

Notes

1 Il n’existe pas encore de biographie de José Mesa. A part les notices rapides plus ou moins exactes de quelques encyclopédies (Diccionario Salvat, t. 15, p. 117 ; Enciclopedia Larousse, t. 7, p. 183 ; Great Soviet Encyclopedia, t. 16, p. 144) et les esquisses de Juan José Morato (en particulier la biographie publiée dans sa série « Los redentores del obrero » dans le quotidien madrilène La Libertad, 9-X-1927, p. 3, et 16-X-1927, p. 5, et rééditée et annotée par V. M. Arbeloa dans sa sélection de biographies de Morato, Líderes del 1868-1921, Edicusa, Madrid, pp. deux contribu movimiento obrero español 1972, 107-22),tions récentes sont à noter, celles de Maurice Dommanget (L’introduction du marxisme en France, Ed. Rencontre, Lausanne, 1969, pp. 133-45) et de Santiago et Juan José Castillo (« José Mesa y Leompart (1831-1904), y el Socialismo español. Notas para una biografía », « nota bio Revista de Estudios Sociales, Madrid, 1975, n° 14-15, pp. 77-126). Dans unegráfica » précédant l’ouvrage posthume de Mesa (mais publié de son vivant sous forme de feuilleton sans nom d’auteur dans El Socialista) La « Commune » de Paris de 1871 (Estudio histórico), Ed. Gráfica Socialista, Madrid, s. d. (1931), pp. 7-8. (Il s’agit en fait d’une adaptation de l’ouvrage célèbre de Lissagaray, Histoire de la Commune de 1871, dont la première édition de 1876 — H. Kistemaeckers, Bruxelles, 516-XXX p. — a dû être connue de Mesa — cf. S. et J. J. Castillo, art. cit., pp. 88-89, n. 57), il est indiqué que Mesa « es poco conocido de la mayoría de los actuales camaradas españoles, por haber vivido muchos años hasta su muerte, acaecida en 1904, en París » (cette note anonyme est vraisemblablement l’œuvre de Morato). Nos recherches sur La Emancipación et l’Internationale nous ont amené à nous intéresser à Mesa dont nous nous proposons de dresser une biographie.

2 Archives municipales de Saint-Macaire, registres de l’Etat-civil, 1904, acte n° 4.

3 20e année, nouvelle série, n° 68, 31 janvier-7 février 1904, p. 2/IV. Le Socialiste est alors de France » l’« organe central du Parti socialiste de France (U. S. R.)  » (cf Claude Willard, Le mouvement socialiste en France (1893-1905). Les guesdistes, Ed. Sociales, Paris, 1965, 770 p.).

4 « La parte, aunque mínima, que he tomado en la fundación de aquel partido (« Galería Socialista Internacional : Julio Guesde », El Socialista, n° 36, 12-XI-1886, pp. 3-4). Sur les origines du P. O. F., cf. C. Willard, op. cit., et I. D. Belkine, Joul Ged i borba za rabotchouiou partiou vo Franzii, Moscou, 1952, 248 p.

5 La marque qu’impose Pablo Iglesias au P. S. O. E. est tellement forte qu’il faut bien créer ce terme parallèle au guesdisme français qui l’inspire tellement. Dans un article de 1928, Joaquín Maurín se réfère au « pabloiglesismo » (« Pablo Iglesias y el pabloiglesismo », L’Opinió, Barcelone, n° 45, 22-X-1928, article reproduit dans l’anthologie d’Albert Balcells, El arraigo del anarquismo en Cataluña (Textos de 1926/1932), Ed. Redondo, Barcelone, 1973, pp. 155-61).

6 La première série comprend 33 numéros (du 18-XI-1877 au 14-VII-1878), la deuxième également 33 (du 21-1-1880 au 25-VIII-1880), et la troisième 47 (du 11-XII-1881 au 5-XII-1882). Il existe ensuite deux séries quotidiennes (46 numéros en 1882, 10 en 1883) plus un numéro unique en 1886. Mais ces trois séries n’ont pas la même signification que les trois premières. Sur le journal, cf. Michelle Perrot, « Le premier journal marxiste français : L’Egalité de Jules Guesde (1877-1883), L’Actualité de l’Histoire, Paris, n° 28, juillet-septembre 1959, p. 1-26.

7 Si Pablo Iglesias figure comme correspondant pour l’Espagne dans la première série du Socialiste (n° 4, 19-IX-1885, p. 4), Mesa et Iglesias sont indiqués pour la seconde et la troisième (s. n., 11-VI-1887, p. 4, et n° 1, 21-IX-1890, p. 4). Les correspondances de Mesa dans Le Socialiste datent surtout de 1887 et 1888 (huit lettres signées « M. »). bien que l’on en trouve encore en 1892. D’autre part Le Socialiste (n° 66, 2-1-1892, p. 3/III-IV) publiera la lettre d’Engels à Mesa du 24-III-1891 qui figure dans la traduction espagnole de Misère de la philosophie (Carlos Marx, Miseria de la Filosofía. Contestación de la Miseria de Proudhon. Version española, precedida de una carta de F. Engels y unos apuntes sobre las teorías, carácter y obras del autor por J. Mesa, Gráfica Socialista, Madrid, s. d. (1891), p. VI).

8 Gabriel Deville affirme dans une lettre à M. Dommanget du 7-I-1937 (Institut Français d’Histoire Sociale, Paris — I. F. H. S. —, 14 AS 283) pouvoir « donner la certitude que toutes les lettres « d’Espagne », signées M ou non signées, dans les journaux dirigés par Guesde, ont été de Mesa ». Nous mettons au point l’inventaire de ces correspondances.

9 Cf. le récit d’Anselmo Lorenzo dans son Proletariado militante, éd. de J. Alvarez Junco, Alianza Ed., Madrid, 1974, pp. 172-3 : « Sin saber cómo, durante las conferencias de San Isidro y en los preparativos de lo del 2 de mayo me encontré a Mesa que alternaba con los que podría llamar de primera fila, siendo así recluta con honores de veterano. Su carácter, su talento y sus relaciones le daban derecho a ello, y si no le facilitaban el acceso. Quizá de todos los primitivos era yo el único que le conocía, y nunca me paré a averiguar si se introdujo, le presentaron o si se apareció providencialmente ; lo que sí diré es que al principio allanó dificultades, tomó laudables iniciativas, y los que después fueron sus enemigos celebraron su intervención en la Conferencia de Valencia y aplaudieron durante mucho tiempo su campaña en La Emancipación ».

10 Le dernier témoignage de son activité républicaine est une Guía del elector pour les élections de mars 1871 (El sufragio universal. Guía del elector, que contiene la ley electoral de 23 de junio de 1870, anotada, la de division de distritos y las instrucciones del Directorio del partido republicano federal, con una breve introducción, por J. Mesa y Leompart, J. García y Cía, Madrid, 1871, 93 p. — Le texte de Mesa, daté du 14-II-1871, p. III-XVI). Sur ce texte, Mesa explique dans une lettre à La Emancipación (n° 83, 18-I-1873, p. 4/I) que, publié avant son adhésion à l’A. I. T., il « contient une série de solutions les plus radicales qui peuvent entrer dans un programme républicain ». Dès le 2 mai 1871, Mesa intervient au nom de l’A. I. T. (cf. A. Lorenzo, op. cit., p. 158).

11 Pour l’activité de Mesa dans ce journal et l’Internationale nous nous permettons de renvoyer à notre étude sur La Emancipación (1871-1873), Univ. de Besançon, 1977, 2 vol., XXII-347 p. et 392 p. (texte et index). Cf. aussi notre « Contribución a la biografía de José Mesa, de La Emancipación à L’Egalité (1873-1877) », à paraître dans Estudios de Historia social, Madrid.

12 La Emancipación publie ainsi Le Capital (deuxième section, lettre-préface à l’édition française, préface à la Ire édition allemande), La Guerre civile en France, le Manifeste Communiste, Misère de la Philosophie (2e chapitre, 7e observation), l’Adresse inaugurale de l’A. I. T., divers articles d’Engels tirés du Volkstaat et des documents du Conseil général et d’Engels, alors secrétaire pour l’Espagne (cf. J. L. Guereña, op. cit., vol. I, pp. 264-76).

13 Dans sa lettre à Sorge du 12 (-17) septembre 1874, Engels annonce que Mesa lui a « écrit de Madrid qu’il était obligé de s’en aller à Paris, que le gouvernement le persécutait trop » (Correspondance Fr. Engels-K. Marx et divers publiée par F. A. Sorge, tr. par Bracke (A. M. Desrousseaux), A. Costes Ed., Paris, 1950, t. I, p. 205).

14 Le manuscrit du rapport daté du 24-VIII-1873 est de la main de Mesa (Internationaal Instituut voor Sociale Geschiedenis, Amsterdam, I. I. S. G., Fonds Jung, 79, 13 p.). Une traduction française en a été publiée dans le recueil de documents présenté sous la direction de J. Freymond, La Première Internationale, Pub. de l’I. U. H. E. I., Genève, t. IV, 1971, pp. 185-90.

15 Ses adresses successives seront : 178, route de Versailles, Billancourt ; 52, avenue de Versailles, Neuilly ; 36, rue du Bac, Paris ; 154, rue de Rivoli, Paris.

16 Mesa travaille pour l’entreprise de presse qui publie La Ilustración Española y Americana et La Moda Elegante (cf. la lettre de Mesa dans le n° 83 de La Emancipación, art. cit., p. 3/III).

17 Cf. la lettre d’Engels au Conseil général new-yorkais du 13-VIII-1875 (Correspondance, op. cit., t. I, p. 215) : « Il (Mesa) envoie aussi la circulaire (circulaire confidentielle du Conseil général) en Espagne ». La correspondance Mesa/Iglesias n’a pas été retrouvée.

18 La correspondance saisie lors de l’arrestation de Hirsch pour participation au Congrès socialiste international interdit de 1878 (cf. Archives de la Préfecture de Police, Paris-A. P. P., Ba 29, scellés Hirsch, et Karl Marx, Friedrich Engels, Werke, Dietz, Verlag, Berlin, t. 34, 1966, pp. 503-4 — M. E. W.) montre qu’Hirsch correspond avec Marx depuis au moins 1875 (cf. aussi la correspondance d’Eleanor Marx avec Hirsch in M. E. W., t. 34 et celle citée par Yvonne KAPP, Eleanor Marx, Pantheon Books, Ν. York, vol. I, 1972, p. 200-1, n. 99). Mais dès 1872 il est cité par Engels (lettre du 4-VIII-1872 à Adolf Hepner, M. E. W., t. 33, 1973, p. 509).

19 Cf. la biographie de Justinien Raymond dans le Dictionnaire Biographique du Mouvement ouvrier français, sous la direction de Jean Maitron, Ed. Ouvrières, Paris, L 12, 1974, pp. 347-58.

20 Mesa se réfugia une première fois en France à la suite des événements madrilènes de 1866 jusqu’à la Révolution de 1868. Les fruits de ce premier séjour, sur lequel nous n’avons pas retrouvé de documents, peuvent se repérer dans ses articles de La Justicia Social, Madrid (« La diplomacia del segundo imperio », n° 57, 28-IX-1870, pp. 3-4 et n° 58 — le numéro manque dans la collection de la Bibliothèque Nationale de Madrid ; « Antecedentes de la última revolución francesa », n° 60, 21-X-1870, pp. 4-7, et n° 62, 7-XI-1870, pp. 5-7), ainsi que dans la publication à Paris de son Compendio de la Historia de América desde su descubrimiento hasta nuestros días, Rosa y Bouret, Paris, 1870, 2 vol., VII-624 p. et 624 p. (il existe des éditions postérieures).

21 Une mise au point récente par Madeleine Rebérioux, « Le socialisme français de 1871 à 1914 », in Histoire Générale du Socialisme, sous la direction de Jacques Droz, P. U. F., Paris, t. II, 1974, pp. 133-236.

22 Les récits de Morato restent encore pour une bonne part une source essentielle sur les débuts du P. S. O. E. (cf. en particulier El Partido Socialista Obrero, Ed. Biblioteca Nueva, Madrid, s. d. (1918), 320 p.). Cf. aussi les documents rassemblés par V. M. Arbeloa, Orígenes del Partido Socialista Obrero Español (I) (1873-1880), Zyx, Madrid, 1972, 144 p. Pour la F. R. E. et la F. T. R. E., cf. le résumé commode de Jacques Maurice, L’anarchisme espagnol, Bordas, 1973, pp. 21-8.

23 Cf. la description des collections par M. Perrot, art. cit., pp. 25-6. L’Egalité occupe les volumes 1 et 2 de la réédition des Ed. Hier et Demain, Paris, de L’Egalité et du Socialiste, 1973-74. Cette réédition très commode comporte une table des matières par volume établie par André Rossel.

24 Dans sa lettre à Dommanget du 2-VI-1935 (I. F. H. S., 14 AS 330, n° 145), Deville écrit que Mesa « a agi sans bruit — désir respecté par nous et motivé par les nécessités de son existence » (cf. aussi sa lettre du 21-V-1935 — I. F. H. S., 14 AS 283 — où Deville écrit qu’avant 1891 « son nom n’était jamais publié, on évitait même de le faire, ses traductions ne portaient pas son nom »). L’examen de L’Egalité et du Socialiste confirme cette volonté de passer inaperçu. A notre connaissance le nom de Mesa n’apparaît en toutes lettres dans la presse socialiste française qu’à l’occasion d’une souscription lancée par Le Socialiste en 1886 (n° 64, 13-XI-1886, p. 4/II) : « Souscription permanente en faveur du Socialiste : (...) J. Mésa 20 fr. », mais il semble que ce fut une erreur puisque lors des souscriptions suivantes (comme les antérieures) n’apparaissent plus que des initiales (« J. M. » ou « M. »). Ce n’est qu’à partir de la publication de la traduction espagnole de Misère de la philosophie (cf. n. 7) que le nom de Mesa sera vraiment indiqué de son vivant : la lettre d’Engels à Mesa du 24-III-1891 est ainsi précédée dans Le Socialiste : « Nous sommes heureux d’avoir à annoncer la traduction espagnole de la Misère de la Philosophie de Karl Marx. C’est à notre ami Mesa que le Parti ouvrier d’au-delà des Pyrénées sera redevable de cette nouvelle et puissante arme de propagande ajoutée à son arsenal ». D’autre part, dans les indications qui figurent dans L’Egalité pour les correspondants étrangers, le nom de Mesa n’apparaît toujours que par ses initiales, ce qui n’est pas le cas pour las autres correspondants.

25 Cf. l’avertissement « A nos lecteurs », n° 1, 18-XI-1877, p. 1/II. Toutefois la de Proudhon », L’Ecole Libératrice, n° 14, 11-XII-1959, p. 777.

26 Art. cit., pp. 117-21. Morato rencontra Mesa à deux reprises, lors de de ce dernier à Madrid (cf. p. 107).

27 Op. cit. Dommanget attirait déjà l’attention sur Mesa dans son article « Autour de Proudhon », L’Ecole Libératrice, n° 14, 11-XII-1959.

28 La correspondance Deville/Dommanget de 1935-37 utilisée par ce dernier est déposée à l’I. F. H. S. où nous avons pu la consulter. Sur Deville, cf. la biographie de Georges Tanesse dans le Dictionnaire Biographique, op. cit., t. 12, pp. 46-9.

29 Cf. C. Willard, op. cit., p. 13. Ce n’est qu’à partir de l’étude de Dommanget que l’historiographie française, muette jusqu’alors sur l’influence de Mesa (Zévaès, De l’introduction du Marxisme en France, Lib. M. Rivière, Paris, 1947, 216 p., n’en parle pas, pas plus que C. Willard, op. cit., ou M. Perrot, art. cit. et « Les guesdistes controverse sur l’introduction du marxisme en France », Annales E. S. C., Paris, 22e année, n° 3, mai-juin 1967, pp. 701-10), y met l’accent (cf. M. Rebérioux, op. cit., pp. 143 et 153, et J. Bruhat, Karl Marx-Friedrich Angels, Essai biographique, Le Club Français du Livre, col. 10/18, Paris, 1971, p. 273). Dans sa lettre à Dommanget du 18-IV-1935 (I. F. H. S., 14 AS 330, n° 142), Deville souligne : « Nous avons souvent ri de voir les adversaires mettre tant de choses au compte de Hirsch qui ne devait pas en être mécontent, et ne jamais parler de Mesa : ils avaient un étranger, cela suffisait ».

30 Art. cit. S. Castillo a publié d’autre part, en traduction espagnole, les lettres de Pablo Iglesias parues dans Le Socialiste en 1885-86 (in Pablo Iglesias, Escritos, t. I. Reformismo social y lucha de clases y otros textos, Ed. Ayuso, Madrid, 1975, pp. 39-52).

31 Lettre de Mesa à Engels du 18-III-1873 (I. I. S. G., Fonds Marx-Engels, L 4944) citée par Max Nettlau (Documentos inéditos sobre la Internacional y la Alianza en España, Ed. La Protesta, Buenos Aires, 1930, p. 192). Cf. aussi la lettre d’Engels au Conseil général de New York du 15-IV-1873 (Correspondance, op. cit., t. I, p. 147).

32 Cf. le rapport de la N. F. M. du 24-VIII-1873 in Freymond, op. cit., t. TV, p. 187.

33 I. I. S. G., L 4945 (cf. M. Nettlau, op. cit., pp. 193-5). Ce rapport n’a pas été présenté au congrès et est resté inédit. Seul Engels en a reproduit quelques passages dans son célèbre mémoire Les Bakouninistes au travail (Die Bakunisten an der Arbeit. Denkschrift über den Aufstand in Spanien im Sommer 1873, publié d’abord dans le Volkstaat en octobre-novembre 1873, puis dans la brochure d’Engels, Internationales aus dem Volkstaat (1871-75), Verlag der Expedition des « Vorwärts », Berlin, 1894, pp. 17-33).

34 « Même silence dans l’Internationale pour de vrai. De Mesa, à qui j’ai écrit septembre, je suis encore sans réponse » (Correspondance, op. cit., t. I, p. 189).

35 Rapport du Conseil général de l’Association internationale des travailleurs sur la situation en Espagne, Portugal et Italie du 31-X-1872 (Correspondance, op. cit., p. 104).

36 I. I. S. G., L 4946 (non citée par M. Nettlau, op. cit.).

37 Lettre du 12-IX-1874 (citée n. 11). Cf. aussi la lettre d’Engels à Marx du 5-IX-1874 (M. E. W., t. 33, p. 114).

38 Rien n’autorise à croire à un voyage de Mesa à Londres en 1873 ou 1874 comme lui-même semble le suggérer en 1891 (cf. n. 40 et S. et J. J. Castillo, art. cit., p. 81, n. 21).

39 I. I. S. G., L 4947. Mesa habite alors Billancourt. Nous n’avons pu cette correspondance Mesa/Engels qui pourrait apporter de nouveaux aperçus.

40 Cf. lettre d’Engels au Conseil général new-yorkais du 13-VIII-1875 (Correspondance, op. cit., t. I, p. 215). Dans ses « Apuntes », introduction à sa traduction de Misère de la philosophie (op. cit., p. XLII), Mesa se réfère à une rencontre avec Marx « un año después de celebrado el Congreso del Haya », mais comme il date le congrès de la Haye de septembre 1873 (id., p. XXXVI) il est permis de penser qu’il s’agit en fait du voyage de 1875 qui, à notre avis, est le premier. Morato glose sur cette visite à Londres supposée en 1875 (art. cit., pp. 115-6). Les deux lettres de 1875, toujours de Billancourt, sont des 15-VI et 4-VII, (I. I. S. G., L 4948 et 4949). I. D. Belkine (op. cit., p. 333) cite la lettre du 4-VII (Institut du Marxisme-Léninisme, Moscou-I. M. L., Fonds I, n° 8853).

41 Cf. l’introduction de Jacques Girault à son édition des Textes choisis de Lafargue, Ed. Sociales, Paris, 1970, pp. 42-9.

42 Cf. la lettre du 26-X-1875 de Lafargue à Engels (in Friedrich Engels, Paul et Laura Lafargue, Correspondance, textes recueillis, annotés et présentés par Emile Bottigelli, Ed. Sociales, Paris, t. I, 1956, p. 40) : « Ci-inclus une lettre de Mesa que j’ai reçue ce matin. Ce qu’il me propose à propos de l’Espagne est très important, parce que La Moda de Don Carlos est lue dans toute l’Espagne et dans toute l’Amérique espagnole ». Cette référence est la seule que nous ayons trouvée sur cette correspondance Mesa/Lafargue. Sur les retombées de l’épisode espagnol de Lafargue dans le mouvement ouvrier français cf. notre contribution à l’Hommage de la S. H. F. au regretté Noël Salomon, « Paul Lafargue en España : una polémica en 1908 », Ed. Laia, 1979, pp. 365-75.

43 Cf. C. Willard. op. cit., p. 12. Dans ses lettres à Dommanget, G. Deville n’évoque malheureusement pas la date de sa rencontre avec Mesa. Mesa dédicace sa traduction de Misère de la philosophie de 1891, op. cit., « à Gabriel Deville son vieux camarade » (I. F. H. S., Β 5850). Font partie du cercle du café Soufflet, outre Deville, J. Labusquière, V. Marouck, Calvinhac, E. Massard, E. Gautier, Crié.

44 Dans une lettre à Hirsch du 31-I-1875 (soit avant le voyage à Londres) Marx demande à Hirsch « s’il y a longtemps qu’il n’a plus vu Freund et Messa (sic) » (A. P. P., Ba 29, pièce 76. Cf. M. E. W., t. 34, p. 503). Mesa figure dans le carnet d’adresses de Hirsch saisi en septembre 1878 (A. P. P., Ba 29, 48). Nous avons également trouvé mention souhaits de nouvel an. d’une lettre sans date de Mesa à Hirsch : « Mes amitiés et mes P. S. vous devez être bien fâché contre moi et avec raison. Venez déjeuner un de ces jours avec moi (etc.) » (A. P. P., Ba 29, 58).

45 Lettre citée d’Engels au Conseil général du 13-VIII-1875. Les expositions universelles sont alors l’occasion de rencontres entre ouvriers. Après l’exposition de Vienne en 1873 une exposition et une nouvelle rencontre eut lieu à Philadelphie en 1876. C’est d’ailleurs en profitant de la tenue à Paris d’une exposition universelle en 1878 qu’il fut décidé au congrès de Lyon de tenir un congrès international socialiste à Paris (cf. A. P. P., Ba 28 et 29).

46 Le premier numéro est du 12-III-1886 (cf. la fiche de V. M. Arbeloa, « La prensa obrera en España (1869-1899) », Revista de Trabajo, Madrid, n° 30, 2e trimestre 1970, pp. 181-5).

47 « El que traduce estas líneas (il s’agit du livre de Mermeix, La France socialiste. Notes d’histoire contemporaine, F. Fetscherin et Chuit, Paris, 1886, VIII-348 p.) no conocía a Guesde ni le había oído nombrar siquiera cuando leyó sus primeros artículos de Les Droits de l’Homme. Desde entonces la más estrecha solidaridad de ideas y de sentimientos no han cesado de reinar entre nosotros » (El Socialista, n° 36, art. cit.). Toutefois la correspondance Mesa/Guesde conservée à 1’I. I. S. G. ne débute qu’en 1879 (Fonds Guesde, 81/1, 83/1, 169/2).

48 « Autour du Ier congrès ouvrier de Paris », Les Droits de l’Homme, 15-X-1876, n° 247, p. I/V-VI-2/I-II (article reproduit dans l’anthologie d’articles de Guesde, Çà et là, M. Rivière, Paris, 1914, pp. 107-43, et en partie dans l’édition des Textes choisis de Guesde préparée par C. Willard, Ed. Sociales, Paris, 1959, pp. 62-6). Le premier numéro des Droits de l’Homme est du 9-II-1876. Y collaborent Sigismond Lacroix et Yves Guyot.

49 Manifeste en particulier lors de la préparation du congrès international de 1878, de la défense collective qu’il assure lors du procès pour participation à ce congrès interdit (Le Collectivisme devant la 10e chambre, Paris, 1878, 34 p.) et du programme et adresse des socialistes révolutionnaires français qu’il rédige en prison.

50 La traduction de Jules Roy, entièrement revue par Marx, fut publiée par l’éditeur Maurice Lachâtre de 1872 à 1875 en livraisons à dix centimes (cf. Anna Uroéva, Une œuvre éternelle. Les pionniers de l’édition du Capital, Ed. du Progrès, Moscou, 1969, pp. 122-76, et E. Bottigelli, « La première édition française du Capital », Cahiers de l’Institut Maurice Thorez, Paris, 6e année, n° 28, septembre-octobre 1972, pp. 12-31). Hirsch fit paraître une note sur Le Capital dans Les Droits de l’Homme (lettre d’Hirsch à Marx après le 10-II-1876, I. M. L., fonds I, dossier 5, feuille 3632, citée par A. Uroéva, op. cit., p. 166).

51 Cf. la réponse de Marx à Deville du 23-I-1877 (M. E. W., t. 34, pp. 248-9).

52 Le Capital, de Karl Marx, résumé et accompagné d’un Aperçu sur le socialisme p. scientifique par Gabriel Deville, H. Oriol, Paris, 1883, 324

53 En réponse à une lettre de Marx qui n’a pas été retrouvée Guesde peut fin 1878-début 1879 que « tout ce que vous exprimez dans votre lettre, je le pense aussi et je l’ai toujours pensé » (Le Combat marxiste, Paris, n° 59, mai 1935, reproduit par Roger Dangeville dans son anthologie Karl Marx, Friedrich Engels, Le mouvement ouvrier français, II. Pour le parti de classe, Maspéro, Paris, 1974, p. 83). Dans sa biographie de Guesde, Compère-Morel raconte que « pendant une soirée passée chez Lafargue à Draveil, en février 1907, il me dira que ce qui l’avait le plus frappé dans ces « révélations », c’était que les passages de la Sainte-Famille (...) lus et commentés devant lui rejoignaient ses propres pensées et corroboraient les opinions qu’il avait affirmées, avec quelque hésitation il est vrai, dès 1872, sur l’Histoire de la Civilisation » (Jules Guesde le socialisme fait homme, A. Quillet, Paris, 1937, p. 122).

54 Cf. la lettre de Guesde à Marx de fin 1878-début 1879 : « Je me suis attaché depuis mon retour à créer ce « parti ouvrier indépendant et militant » qui — comme vous le proclamez si justement — est « de la plus haute importance » face aux événements qui se préparent » (Marx-Engels, Le mouvement ouvrier français, op. cit., p. 84).

55 Cf. le dernier numéro de cette série (n° 33, 14-VII-1878, p. 8) : « Organe des pauvres, fondé avec les gros sous du pauvre, sans bailleurs de fonds qui l’assurent contre les pirateries légales mais d’autant plus libre dans sa campagne contre les nouveaux Seigneurs du Capital, nous ne sommes pas assez riches pour verser au fisc dans « les cinq jours de l’exécution provisoire nonobstant appel » les treize cents francs qu’il en coûte à communier par le souvenir avec nos frères de juin 1848 ».

56 Cf. L’Egalité, n° 3, 16-XII-1877, p. 1/I ; n° 18, 31-IIΙ-1878, p. 1/I-II ; n° 30 ; 23-VI-1878, p. 1/I-II. Le 26 mars en particulier une perquisition a lieu dans les bureaux de L’Egalité et chez plusieurs étrangers, dont certains collaborateurs de L’Egalité : Tito Zanardelli, A. Costa, Koulichoff, Pedousseau. Tito Zanardelli, correspondant pour l’Italie de L’Egalité mais résidant à Paris comme Mesa, sera expulsé de France. (Il enverra le 3-V-1878 une lettre à L’Egalité qui sera publiée dans le n° 24, 12-V-1873, p. 3/II-III-4/I. Il ne semble pas que Mesa ait été inquiété. Nous n’avons rien trouvé le concernant personnellement aux A.P.P.

57 Quatre extraits du Capital furent alors publiés : « La production capitaliste » (Livre I, 3e section, chapitre X, parr. V), n° 5, 30-XII-1877 ; p. 3/II-III-4/I-II ; « l’accumulation capitaliste » (8e section, ch. XXXII), n° 8, 20-I-1878, p. 1/III-2/I-III ; « l’accumulation primitive » (8e section, ch. XXVI), n° 10, 3-II-1878, p. 2/II-III-3/I-II ; « Une prétendue compensation » (4e section, ch. XV, parr. VI), n° 21, 21-V-1878, p. 4/II-III-5/I. Deville suppose que c’est Mesa « sans doute qui est cause que Guesde a publié dans la Ire Egalité plusieurs chapitres du Capital » (lettre à Dommanget du 30-IV-1935, I. F. H. S., 14 AS 330, n° 143). Toujours selon Deville (lettre du 21-V-1935, I. F. H. S., 14 AS 283), Guesde « n’a certainement connu un peu le Capital qu’à la fin de 1877 : à mesure qu’il le connaissait, il donnait les chapitres à reproduire dans L’Egalité ; par les dates où ceux-ci ont paru, on peut préciser à une semaine près, l’époque où il les a lus. Je me rappelle l’enthousiasme avec lequel il remettait la partie à composer, c’était comme La Fontaine avec : Avez-vous lu Barouch ».

58 Post-scriptum du 4-VI-1897 à la préface de son résumé du Capital pour sa 3e édition (E. Flammarion, Paris, 1897, pp. 7-8). Dans une lettre à Deville du 28-IV-1896 pour le féliciter de la parution de ses Principes Socialistes (V. Giard et E. Brière, Paris, 1896, XXXVIII-276 p.) Mesa écrit que « lorsque Guesde écrivit ses célèbres brochures, l’idée socialiste n’était pas arrivée au degré de développement où elle est arrivée aujourd’hui et la critique n’avait pas encore mûri le corps de doctrine qui constitue actuellement le programme de notre parti » (I. F. H. S., 14 AS 330, n° 146).

59 Cf. sa lettre publiée dans La Emancipación (n° 83, 18-I-1873, p. 3/III) en réponse à Cuestión de la Alianza (Imp. de J. Oliveres, Barcelone, s. d., 1873, 6 p.) : « Dicen que gano por este trabajo (« ajustar los grabados y patronos, traducir el texto alemán y francés y corregir las pruebas » de La Moda Elegante) 50 duros mensuales ; no son 50 sino 60, o sea 40 rs. diarios de jornal ». Mesa soutiendra activement la presse socialiste française et espagnole et sera souvent sollicité (cf. la lettre de Laura Lafargue à Engels du 21-XII-1882, in Correspondance P. et L. Lafargue-Ettgels, op. cit., t. I, pp. 103-4 : « je sais qu’il — Mesa — reçoit en ce moment plus de demandes qu’il n’en peut satisfaire »).

60 Selon un registre trouvé lors des perquisitions faites au domicile de J. Chabry en septembre 1878 (A. P. P., Ba 29, pièce 13). 500 actions de 50 francs furent émises (L’Egalité, n° 20, 14-IV-1878, p. 4/III-5/I). Par l’intermédiaire de Hirsch, Karl Hochberg fournit la caution de 4 000 F à l’imprimeur de L’Egalité (I. I. S. G., Fonds Liebknecht, Da 25, lettre de Deville à Liebknecht du 12-XI-1889).

61 Selon une lettre de Mesa à Hirsch du 8-I-1878, c’est par ce dernier que Mesa s’abonne à L’Egalité : « Un né J. Messe (sic) à Auteuil, 52, av. Versailles envoie une lettre le 8 janvier 1878 le traitant de cher ami et le priant de l’abonner au journal L’Egalité » (A. P. P., Ba 29, p. 65).

62 Compère-Morel l’y fait toutefois figurer (op. cit., p. 113).

63 L’Egalité, n° 1, 18-XI-1877, p. 1/III-2/I, « A nos lecteurs » : « Nos lettres d’Espagne nous seront fournies par le citoyen Digeon, le proscrit de Décembre, qui, à la suite du mouvement communaliste de Narbonne, fut en 1872 acquitté, par la cour d’assises de Rhodez, après avoir prononcé une si courageuse défense ». Digeon reparaîtra dans L’Egalité en 1880 présidant la conférence contradictoire Talandier/Guesde (L’Egalité, n° 24, 30-VI-1880, p. 3/1, « Socialisme révolutionnaire et socialisme pacifique »).

64 Cf. Mermeix, op. cit., p. 78.

65 23-XII-1877, p. 7/I : il s’agit d’annoncer la publication de La Révolution populaire. L’Egalité publie ensuite des nouvelles d’Espagne, dans cette rubrique « mouvement social », dans les nos 5 (30-XII-1877, p. 8/I), 9 (27-I-1878, p. 7/I), 11 (10-II-1878 ; p. 7/I), 13 (24-II-1878, p. 7/III), 14 (2-III-1878, p. 5/III), 22 (28-IV-1878, p. 7/I), 24 (12-V-1878, p. 4/ΙI), 26 (26-V-1878, p. 7/III), 27 (2-VI-1878, p. 8/ΙI), 31 (3-VI-1878 ; p. 7/ΠΙ) et 32 (7-VII-1878, p. 7/I-II).

66 Bien qu’elle annonce « une correspondance hebdomadaire par laquelle vos lecteurs (de L’Egalité) seront tenus au courant du mouvement politique-socialiste de cette péninsule qui, malgré son calme apparent, se prépare à de grandes luttes sociales » (L’Egalité, n° 22, 28-IV-1878, p. 4/III. La correspondance est datée du 20 avril).

67 Cf. « L’influence » (n° 2, 25-XI-1877, p. 1/II) : « Si nous n’avions plus à craindre des 16 mai de camarilla (...) » ; « Grande culture et grande propriété » (n° 6, 6-I-1878, p. 2/II-III) : « On en pourrait dire autant de l’Andalousie et des Castilles » ; « L’obéissance passive » (n° 5, 30-XII-1877, p. 1/I) : « En se mettant au travers d’un pronunciamiento à la Pavia (...) ».

68 Manuel Tuñón de Lara, El movimiento obrero en la historia de España, Taurus, Madrid, 1972, p. 274, n. 11. Cf. l’introduction de la lettre du 20 avril 1878, citée n. 66.

69 Hirsch est arrêté le 6-IX-1878, par manque de précautions semble-t-il puisque d’après Mesa il aurait été intouchable à Paris (cf. lettre d’Engels à Marx du 21-IX-1878, M. E. W., t. 34, p. 86 : « Hirsch scheint dem Mesa aufs Wort geglaubt zu haben, er sei als Deutscher in Paris unverletzlich. Jetz kann er dafür brummen, sie werden ihm die Untersuchungshaft so lang wie möglich machen »). En revanche Mesa ne semble pas avoir pris part aux préparatifs du congrès.

70 Cf. Raymonde Joucla, « Renaissance du mouvement ouvrier français après la Commune. Le Congrès Ouvrier Socialiste de Marseille (octobre 1879) », Cahiers internationaux, Paris, n° 65, avril 1955, pp. 51-62. Cf. lettre de Marx à Songe du 14-XI-1879 (M. E. W., t. 34, p. 422).

71 « El compañero Iglesias (...) propone la conveniencia de que el Grupo (le groupe socialiste madrilène) envíe una comunicación a los compañeros que se han de reunir en un Congreso obrero en Marsella en el mes de septiembre, dirigiéndose para ello a un amigo de confianza y encargándoles no la den publicidad para evitarnos contratiempos » (« Acta de la sesión celebrada por el grupo madrileño el día 20 de julio de 1879 », El Socialista, 12-III-1910, document reproduit par J. J. Castillo dans son anthologie de Jaime Vera, Ciencia y proletariado, Edicusa, Madrid, 1973, p. 68).

72 Cf. « Acta » du 20-VII-1879, op. cit., pp. 67-8 : « El compañero Iglesias da lectura a dos cartas, una de Francia (= Mesa) y otra de Inglaterra, tratando la cuestión sociale incluyendo la primera el manifiesto de los socialistas de este país (...). Propone la suscripción por cuenta del Grupo de cuatro ejemplares de cada folleto que publique la « Biblioteca Socialista » de París ». Cf. S. Castillo, « De El Socialista a El Capital (Las publicaciones socialistas, 1886-1900) », Negaciones, Madrid, n° 5, juin 1978 ; pp. 41-66.

73 Cf. sa lettre de fin 1878-début 1879 citée n. 53. Le 6-II-1878, Hirsch écrit à Marx pour l’informer de la parution de L’Egalité et de l’activité de Guesde (cf. Karl Marx Chronik seines Lebens in Einzeldaten, zusammengestellt vom Marx-Engels-Lenin-Instituut Moskau, reprint Detlev Auvermann, Glashütten im Taunus, 1971 (la Ire éd. est de 1934), p. 336). Cf. aussi la lettre de Marx à Engels du 18-IX-1878 (M. E. W., t. 34, p. 82). Notons également que J. Labusquière, collaborateur de L’Egalité, correspond avec Marx en 1978 (Chronik, op. cit., p. 367).

74 Le premier contact épistolaire connu entre Guesde et Lafargue est de juin mais il y a dû en avoir auparavant (cf. J. Girault, op. cit., p. 45).

75 I. M. L., Ν 40, n° 6 (nous avons consulté le microfilm de l’Institut Maurice-Thorez, Paris-I. M. T., 17061). Le journal en question est bien sûr La Emancipación.

76 Correspondance, op. cit., p. 253. Le passage souligné est écrit en français.

77 Cf. lettre à Guesde de février 1880 (I. M. T., 17060) : « Envoyez-moi les épreuves pour que je les corrige ».

78 L’Egalité, n° 1, 21-I-1880, p. 8 et n° 30, 11-VIII-1880, p. 7 : « Principaux collaborateurs : (...) Espagne ; J. M. ».

79 Lettres n° 2 à 9 (cf. annexe).

80 Seule sa correspondance parue dans la rubrique « Le 18 mars à l’étranger » (n° 6) est signée « M ».

81 L’Egailité, n° 3, 4-II-1880, p. 7/III ; n° 5, 18-II-1880, p. 7/III ; n° 28 ; 28-VII-1880, p. 6/III ; n° 31, 18-VIII-1880, p. 5/III ; n° 32, 25-VIII-1880, p. 7/I.

82 « Aux socialistes réunis au Salon des Familles, pour célébrer le 9e anniversaire de la proclamation Commune » (Madrid, le 15-III-1880), L’Egalité, n° 10, 24-III-1880, p. 3/I : « Le même jour où vous recevrez ces lignes, le Groupe socialiste de Madrid, animé du même sentiment qui vous réunit et qui anime à cette heure les socialistes de tous les pays, célèbre, de la façon que lui permettent les circonstances politiques de l’Espagne, le 9’ anniversaire de la proclamation de la Commune de Paris (...) ». Sur la Commune, cf. la lettre n° 6 que cite La Emancipación (cf. J. L. Guereña, La Emancipación, op. cit., t. I, pp. 200-8).

83 Cf. la lettre d’Engels à Bernstein du 25-X-1881 (M. E. W., t. 35, pp. 228-34).

84 Marx à Sorge le 30-VIII-1880 (Correspondance, op. cit., p. 250).

85 Le dernier numéro (n° 32, 25-VIII-1880) annonce que « comme organe de lutte L’Egalité hebdomadaire fait place à L’Emancipation quotidienne qui lui prend toute sa rédaction » (p. 1/I). Mesa est annoncé comme correspondant pour l’Espagne du quotidien lyonnais (publié du 31 octobre au 24 novembre 1880) ; une correspondance (du 25-X-1880) sera publiée (n° 3, 2-XI-1880, p. 2 — cf. S. et J. J. Castillo, art. cit., pp. 114-5).

86 Cf. David Stafford, From Anarchism to Reformism : a study of the political activities of Paul Brousse within the First International and the French Socialist Movement, 1870-1890, Weidenfeld and Nicolson, Londres, 1971, pp. 176-91.

87 Cf. la lettre de Deville à Dommanget du 21-V-1935 (I. F. H. S., 14 AS 283) : « C’est à Mesa qu’est dû le mot possibilisme appliqué au broussisme. C’était un mot courant dans la langue politique espagnole pour les partisans de Castelar ; Mesa le transféra en France et Guesde l’utilisa avec succès ». Dans sa lettre n° 13 Mesa publiera une lettre de Castelar « à M. Paul Brousse, introducteur ou traducteur du possibilisme en France » que Le Prolétaire (n° 176, 11-II-1882, p. 2/1) dénoncera comme « fausse » (cf. L’Egalité, n° 11, 19-II-1882, p. 8/I). Dans sa lettre à Deville du 28-IV-1896 (I. F. H. S., 14 AS 330, n° 146), Mesa applaudit à l’« exécution de Malon et des malonistes » effectuée par Deville dans ses Principes socialistes, et lui propose « des renseignements plus amples sur la période héroïque de la vie de ce nouveau Falstaff, doublé de Loyola ».

88 Dans sa lettre à Guesde du 2-I-1882 (in Compère-Morel, op. cit., p. 231), Lafargue demande de lui « faire envoyer par l’administrateur de L’Egalité une petite note sur sa situation matérielle (...). Mera (sic) me dit qu’il est un bon administrateur ».

89 Lettres n° 10 à 23, non signées. La lettre n° 21 est signée « L... » (Leompart ?).

90 « Pan-latins, pan-germains et pan-Compagnie », L’Egalité, n° 22, 7-V-1882, p. 2/I-III ; « La théorie des races », n° 23, 14-V-1882, p. 2/I-III (ce numéro contient une réponse sans titre et non signée à des lettres critiquant son premier article). Les deux articles sont signés « J. M. ». Les références à l’Espagne et les points d’accord avec certaines de ses correspondances les attribuent indiscutablement à Mesa. Il est vraisemblable d’ailleurs que ces articles ne soient pas isolés.

91 Vers le 13 et le 15 février avant le départ de Marx pour l’Algérie (cf. lettre de Marx à Engels du 17-II-1882, M. E. W., t. 35, pp. 40-1), et le 2 août, à son retour (cf. lettre de Laura Lafargue à Engels in Correspondance, P. et L. Lafargue, Engels, op. cit., t. I, p. 74).

92 Nous avons retrouvé un billet, malheureusement sans date mais vraisemblablement de cette époque, où Guesde invite Deville (I. F. H. S., 14 AS 283) : « Venez me voir, ou mieux venez déjeuner avec nous vendredi à 11 heures et demie. Il y aura Mesa ».

93 Cf. M. Perrot, art. cit., pp. 9-11 et C. Willard, « L’Egalité et Le Socialiste jusqu’en 1905 », in réédition de L’Egalité et du Socialiste, op. cit., t. I. Dans son premier une place de premier ordre à l’étude du numéro L’Egalité affirme son souci de « donner mouvement social à l’étranger » (« A nos lecteurs », n° 1, 18-XI-1877, p. 1/III).

94 Si l’on considère uniquement les « correspondances internationales » la répartition est la suivante : Ire série : Allemagne et Angleterre, 17, Russie, 11, Italie, 8, Amérique, 4, Autriche-Hongrie, 3, Danemark, Espagne et Grèce, 1 ; 2e série : Angleterre ; 16 ; Espagne et Italie, 8, Autriche-Hongrie et Belgique, 7, Russie, 5 ; Allemagne, 4 ; Hollande et Norvège, 2, Danemark, Etats-Unis, Pologne, Portugal et Roumanie ; 1 ; 3e série : Espagne ·, 14, Angleterre, 3, Etats-Unis et Irlande, 2, Belgique et Portugal, 1.

95 Une note de la Direction de la presse du 25-V-1880 (Archives Nationales, Paris, F/18 343) indique que L’Egalité du 1-V-1880 tire à 5 320 exemplaires (cf. M. Perrot, art. cit., p. 7).

96 Il y a bien sûr le cas de El Obrero. Cf. Antonio Elorza, « El socialismo oportunista en España : la ideología de El Obrero (1880-1891) », Estudios de Historia Social, Madrid, n° 1, avril-juin 1977, pp. 263-370.

97 Cf. lettre n° 2, p. 6/II. Les tables du journal Le Temps préparées par l’Institut Français de Presse (Ed. du C. N. R. S., Paris, vol. IV, 1876-1880, 1969 et vol. V, 1881-1885, 1972) permettent de se rendre compte de la quantité et de la nature des informations diffusées par la presse française sur l’Espagne.

98 Cf. la lettre n° 1, p. 4/III : « Aujourd’hui ces éléments révolutionnaires s’organisent sous les plis d’un drapeau commun pour rentrer dans la mêlée sociale et résoudre demain, par des moyens efficaces, les problèmes économiques à la faveur des libertés municipales et d’un régime collectiviste ». Le Précurseur de Genève reproduit dans son n° 27 (6-VI-1878, p. 4/I-II) cette lettre n° 1 sous le titre « La situation en Espagne ».

99 Lettre n° 2, p. 6/II. C’est Mesa qui souligne. Remarquons son optimisme en se référant à des groupes « importants » ! A la suite Mesa reproduit la première partie du premier programme du P. S. O. E. (cf. l’anthologie de Vera de S. Castillo, op. cit., pp. 64-5) avec quelques adaptations mineures.

100 Dans sa lettre n° 10, p. 5/II-III, Mesa rappelle la publication du dans la lettre n° 2 et ses ressemblances avec le Programme du P. O. F. Dans son n° 19 (23-26-V-1880, p. 4/ΙΙ-ΙΙI) L’Egalité reproduit la deuxième partie du Programme de 1879 aux côtés de divers programmes socialistes : la traduction est bien sûr l’œuvre de Mesa. Dans son article « Spanien » paru dans la rubrique « Berich über den Fortgang der sozialistischen Bewegung » du Jahrbuch fiir Sozialwissenschaft und Sozialpolitik de Zürich (1880, p. 413), Mesa (sous ses initiales) publie la première partie du programme de 1879.

101 Parmi lesquels vraisemblablement Pedro Eriz qui devait représenter la F.R.E. au Congrès interdit de Paris de 1878 (cf. A. Lorenzo, op. cit., p. 409).

102 Cf. la documentation reproduite par A. Lorenzo, op. cit.

103 A. Lorenzo se rendit en effet à Paris (op. cit., pp. 405 et 409, et A. P. P., Ba 28, pièces 369, 372 et 374 — rapports du 4-IX-1878 — où Lorenzo est écrit tantôt « Laurent Fort », tantôt « Lorenzo »). Mesa était-il au courant de la présence de Lorenzo à Paris et l’aurait-il rencontré volontiers ?

104 In Le Révolté, n° 2, 3-IV-1880, p. 3/I-II (cf. Francisco Mora, Historia del socialismo obrero español desde sus primeras manifestaciones hasta nuestros días, I. Calleja, Madrid, 1902, pp. 212-4). Lors du congrès international de Londres de juillet 1881 la F. R. E. s’opposa à l’ordre du jour portant sur la « reconstitution de l’A. I. T. » estimant que cette dernière n’avait pas été dissoute (cf. J. Maitron, Histoire du mouvement anarchiste en France (1880-1914), Sudel, Paris, 1955, p. 109).

105 Précédée de quelques lignes exaltant l’organisation espagnole. La F. R. E., dans cette lettre, considère les tentatives pour créer un parti ouvrier en Espagne comme des « menées dissolvantes de l’union des travailleurs (qui) ont leur origine dans les raisons avancées dans cette Fédération régionale par quelques individus placés sur la liste des collaborateurs » (de L’Egalité).

106 Ainsi Le Mirabeau de Verviers (Belgique), n° 551, 27-III-1880, p. 1/III-2/I-II. Cf. aussi La Revue Socialiste, 20-IV-1880, pp. 253-4.

107 Lettre n° 7. Un entrefilet paru dans le n° 14 (21-IV-1880, p. 4/I) signale cette correspondance a entraîné « un certain nombre de réclamations » et poursuit : « Ce n’est pas L’Egalité qui a rouvert une division intestine qu’elle a toujours déplorée, et qu’elle devait croire complètement enterrée. La correspondance en question n’était qu’une simple riposte à une attaque dénuée de tout prétexte, parue dans Le Révolté et Le Mirabeau ».

108 Art. cit., pp. 410-2.

109 N° 15, 28-IV-1880, p. 5/I : « A l’occasion d’une nouvelle lettre adressée à la rédaction de L’Egalité à propos de la dernière correspondance d’Espagne, la rédaction, pour mettre fin à une discussion qu’elle juge tout ou moins inutile, a décidé à l’unanimité qu’elle considérait l’incident comme clos et qu’elle ne publierait plus rien à ce sujet ni pour ni contre ».

110 N° 5, l-V-1880, p. 3/II-ΙΙΙ-4/Ι-ΙΙ. La lettre à L’Egalité est accompagnée du procès-verbal (cf. M. Nettlau, La Première Internationale en Espagne (1868-1888), éd. par R. Lamberet, D. Reidel, Dordrecht, 1969, p. 339) et d’une lettre au Révolté. Mesa est accusé violemment sans être nommé directement : « Votre « correspondant de Madrid » — qui n’habite pas l’Espagne et qui rédige ses correspondances à Paris — publie une lettre dans laquelle les mensonges les plus éhontés sont unis aux assertions les plus stupides et aux insinuations les plus lâches (...). Pour ceux qui ne le savent pas (...) il est bien de constater que votre correspondant, le nommé J. M., est un de ceux qui jadis dénoncèrent l’organisation secrète de l’Alliance socialiste espagnole (...) ».

111 Lettre n° 10.

112 Id. Cf. aussi la lettre n° 11. Dans cette lettre Mesa publie une lettre du groupe socialiste madrilène en réponse à ce Manifeste. La lettre, contenant le programme de 1879, fut adressée à La Revista Social mais publiée par El Obrero. Dans sa lettre n° 12 Mesa se réfère cette fois au manifeste du comité barcelonnais du P. S. O. E. en réponse à celui des anarchistes. Et dans sa lettre n° 23 Mesa évoque le congrès de Barcelone de 1882.

113 Cf. en particulier la lettre n° 19.

114 Cités n. 90.

115 Lettre n° 8.

116 Cf. lettre n° 2 (Castelar et Ruiz Zorrilla). Sur la vie politique de Restauration, cf. aussi les lettres nos 1 et 5.

117 En particulier dans sa lettre n° 4 où il analyse le « socialisme » de Pi à la lumière de l’ouvrage de Pí y Margall, La República de 1873, apuntes para escribir su historia, publié en 1874. (Il existe une édition récente, préfacée par A. Jutglar, Seminarios y Ed., Madrid, 1970, pp. 111-225).

118 Cf. les lettres nos 14, 15, 16, 17, 21.

119 Lettre n° 9.

120 Cf. lettres n° 1 (« L’état économique ne peut être plus terrible et plus désastreux qu’il ne l’est aujourd’hui »), n°" 5, 8, 21, 23. Mesa se réfère aussi à la question du protectionnisme et des tarifs douaniers (cf. nos 18, 19, 20).

121 N’oublions pas que Mesa travaille pour une entreprise de presse. Dans sa lettre n° 23 il cite quelques journaux.

122 Lettre n° 3 : « La bourgeoisie française a fait sa dernière révolution en elle n’en fera plus d’autres. La bourgeoisie espagnole voudrait bien que celle de 1868 fût sa dernière ».

123 Cf. M. Tuñón de Lara, « Sobre la historia del pensamiento socialista entre 1900 y 1931 », in Teoría y práctica del movimiento obrero en España (1900-1936) — collectif, F. Torres, Valence, 1977, pp. 13-53, et M. Pérez Ledesma ; introduction à son anthologie de La Nueva Era sous le titre de Pensamiento socialista español a comienzos de siglo, Ed. del Centro, Madrid, 1974, pp. 9-54. Dans son ouvrage Sur le marxisme occidental, Maspéro, Paris, 1977, pp. 44-5, P. Anderson s’interroge sur le « cas espagnol » : « Pourquoi l’Espagne ne produisit-elle jamais un Labriola ou un Gramsci — malgré la combativité extraordinaire de son prolétariat et de sa paysannerie, supérieure à celle de l’Italie, et malgré un héritage culturel lui venant du XIXe siècle qui, bien que moins considérable que celui de l’Italie, était loin d’être négligeable ? ».

124 Lettre à Dommanget du 30-IV-1935 (I. F. H. S., 14 AS 330, n° 143).

125 Lettre n° 8.

126 Cf. C. Willard, Les guesdistes, op. cit.

127 Lettre de Mesa à Deville du 28-IV-1896 (I. F. H. S., 14 AS 330, n° 146). Cf. aussi ses « Apuntes » à sa traduction de Misère de la philosophie, op. cit., p. XLII.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter