Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travaux de l'Institut d'études hispaniques et portugaises de l'Université de Tours

 | 
Augustin Redondo

Première partie

La longue marche : quatre mille lieues en soixante-dix millénaires

Michel Dessaint

Texte intégral

« J’ai vu sourire aux feux du large la grande chose fériée : la Mer en fête de nos songes, comme une Pâque d’herbe verte et comme fête que l’on fête... ».
Saint-John Perse Amers, Invocation.

1Absorbé par la rédaction d’une grammaire du guarani paraguayen contemporain, j’ai préféré abandonner un moment mon travail de linguiste, et poser ici, à tous les savants américanistes, une question qui n’est pas nouvelle, mais qui m’intrigue depuis longtemps et qui est celle du peuplement primitif du Nouveau Monde.

2L’Amérique précolombienne était une mosaïque de peuples, de cultures, de systèmes politiques et économiques : pêcheurs de saumons Salish, chasseurs de bisons Sioux des Grandes Plaines, communautés agraires des Pueblos, empire théocratique des Mexica, état féodal maya-quiché d’Utatlan, les quatre royaumes incaïques, les chasseurs-collecteurs de la Grande Forêt, les peuples tupi-guarani semi-nomades, les Alacaluf, nomades de la mer... D’où vient que la dénomination d’Indien n’est plus qu’un concept vague et flou, désignant sans distinction toutes les populations américaines pré- et non-européennes.

3La diversité linguistique n’est pas moins grande et tous les linguistes s’étonnent à dénombrer les huit cents langues indigènes des deux Amériques, langues aussi dissemblables entre elles que peuvent être l’arabe et le chinois, et qui ne sont pas réductibles, en l’état actuel de nos connaissances, à un petit nombre de familles linguistiques : on peut, tout au plus, envisager sérieusement quelques regroupements d’un point de vue généalogique (langues maya, langues tupi-guarani, langues uto-aztèques, par exemple).

4En outre il n’y a pas, en dehors de l’eskimo-aléoute, qui n’est que le prolongement en Amérique d’un domaine culturel et écologique asiatique, de langues américaines que l’on puisse rattacher, pour l’instant, à des familles linguistiques d’autres parties du monde ; à moins que l’on veuille encore se souvenir des tentatives pittoresques de rapprocher le guarani du basque, ou le maya du chinois (sans d’ailleurs préciser de quelle langue maya il s’agit, parmi la trentaine que l’on connaît), tentatives menées à partir de quelques ressemblances fortuites, en suivant une méthode qui n’a que de lointains rapports avec une linguistique comparative rigoureuse.

5Il faut ajouter que les linguistes comparatistes n’ont pas eu le temps, la tâche est immense, de procéder à toutes les confrontations possibles et nécessaires des langues amérindiennes, avec les langues asiatiques (en 1925, Edward Sapir avait entrevu des rapports entre l’athapascan et le sino-tibétain), avec les langues océaniennes (en 1926, Paul Rivet avait proposé des rapprochements entre langues hokasiou et mélanésiennes) ou même avec les langues africaines (ce qui n’a jamais été suggéré, à ma connaissance).

6Comment, à partir de cette diversité et de cette originalité amérindiennes, peut-on raisonnablement remonter à une communauté d’origine des Amérindiens et accepter, sans plus la discuter, cette idée maintenant communément reçue, que tous les premiers Américains sont, il y a quelques millénaires, venus d’Asie par le détroit de Béring et de là, sont allés peupler les deux continents du nord et du sud, de l’Alaska à la Terre de Feu ?

7En acceptant cette théorie, on élimine d’abord l’hypothèse d’une apparition de l’homme en Amérique même, et cela, en vertu de deux arguments. Le premier est d’ordre biologique et consiste à considérer comme infiniment peu probable que le processus d’évolution ait abouti par deux fois, en deux endroits et à deux époques, à l’homo sapiens. Le second, d’ordre paléontologique, insiste sur le fait que les moments de l’émergence des hominiens en Amérique et ailleurs se situent à des distances temporelles considérablement différentes : 70 000 ans au plus pour l’Amérique (c’est une estimation au vu de la datation à 40 000 ans des vestiges de Lewisville au Texas), en face des 600 000 ans de l’homo erectus chinois de Lan Tian et des deux millions d’années de l’homo habilis tanzanien d’Olduvai. Cet éloignement progressif dans les profondeurs du passé des hominiens américain, asiatique et africain confirmerait l’argument biologique.

8Au premier argument on peut toujours répondre qu’une probabilité, pour infime qu’elle soit, peut toujours se réaliser (et nous sommes sans doute quelques-uns de ces résultats hautement improbables !), et au second que l’appréciation chronologique des paléontologistes, pour scientifique qu’elle soit, ne peut porter que sur des objets effectivement dégagés et qu’elle ne peut évidemment pas préjuger de l’ancienneté de sites que le hasard n’a pas encore fait découvrir.

9Mais, une fois qu’on a admis que l’homme américain est venu d’ailleurs, peut-on être définitivement convaincu par les arguments qui le font arriver d’Asie par le détroit de Béring ? Ces arguments seraient encore au nombre de deux.

10Le premier est anthropologique et insiste sur les frappantes ressemblances physiques entre amérindiens et asiatiques de type mongoloïde. Il est certain que la fraternité anthropométrique des habitants des hauts plateaux andin et tibétain est assez confondante. Mais si on regarde la photographie du chef Joseph des Nez-Percés ou celle de Red Cloud, chef des Oglala Sioux (Smithsonian Institute National Anthropological Archives), la ressemblance avec Mao Tsé-Toung n’apparaît plus très évidente ! Il est vrai qu’il est très difficile d’évaluer la part de métissage des aborigènes américains, qui n’ont été examinés que récemment, trois siècles au plus tôt après l’arrivée des Européens et des Africains.

11Et par ailleurs, on sait bien que la plupart des biologistes hésitent actuellement à tracer une frontière nette et imperméable entre les caractéristiques innées dues à l’hérédité (génotype) et celles acquises dues à l’environnement (phénotype), sans parler de leur interaction, ce qui ne permet pas de déterminer si des ressemblances sont la conséquence d’un héritage ou bien d’une convergence. En outre ces mêmes biologistes découvrent peu à peu que les ressemblances externes peuvent cacher des différences génétiques considérables, notamment au niveau hémotypologique.

12Le second est un argument que l’on pourrait appeler de bon sens, à savoir que la seule route raisonnablement imaginable et praticable vers l’Amérique serait une route terrestre, et que le seul pont franchissable n’a pu être jeté qu’entre la péninsule des Tchouktches (Sibérie) et la péninsule de Seward (Alaska) par des glaciations intenses dont les géologues s’efforcent de déterminer les dates les plus probables.

13Mais cet argument n’est-il pas autre chose, au bout du compte, que l’impossibilité de penser qu’il pût y avoir un autre moyen que pédestre, de pénétrer dans le Nouveau Monde ? Et pourtant il n’est pas besoin de recourir aux extra-terrestres : les Polynésiens ont amplement démontré que l’on pouvait emprunter des routes transocéaniques, à l’aller comme au retour, et rien ne prouve qu’elles aient été plus meurtrières que celle de la banquise par cinquante degrés de froid, dans le clair-obscur polaire, toujours en quête d’un gibier bien rare. Et s’agit-il seulement de traverser l’océan ? Après tout le détroit de Béring n’est pas beaucoup plus large que la Manche (quatre-vingts kilomètres et les deux îles Diomède au milieu du passage), et personne ne songe à un pont de glace pour s’expliquer le peuplement des Iles Britanniques, de la Corse, du Japon, de Java, de l’Australie, de n’importe quelle île au monde !

14Tout ceci ne veut pas dire que je refuse l’idée de l’itinéraire du détroit de Béring, pas plus que je n’affirme que les Polynésiens ont atteint les Amériques. Je demande que l’on veuille bien se poser la question de savoir s’il n’y avait pas d’autres itinéraires possibles et examiner minutieusement tous les arguments en présence.

15Car enfin, la théorie du peuplement par le détroit laisse bien des questions dans l’ombre !

Une fois en Alaska, il reste à atteindre la Terre de Feu, à plus de 15 000 kilomètres à vol d’oiseau ! Oh, bien sûr, cela ne représente que 1 250 mètres par an en 12 000 ans (chronologie courte), ou 250 mètres l’an en 70 000 années (chronologie longue) ! Mais ce genre de calcul a-t-il un sens à l’échelle d’une vie humaine ? Et puis de nos jours, on met bien quatre journées, en autobus pullman, par la route panaméricaine asphaltée, pour aller de Guatemala à Panama, ou bien neuf en camion de Brasilia à Manaus...
Et que d’obstacles naturels, inconnus et imprévus : fleuves, crues, montagnes, neige, déserts, vents de sable, selvas, cyclones... Aujourd’hui encore, passer de la zone du Canal en Colombie, par la voie terrestre, au long de l’isthme de Darien, relève de l’exploit sportif suicidaire.
« On sait qu’à l’époque où il occupa le Nouveau Monde, l’homme de l’Ancien Continent avait déjà une longue expérience (d’au moins un million d’années) d’habitats et de systèmes écologiques différents... ». (Robert Clairborne, Les Premiers Américains, p. 9).
Que cette adaptation soit le fait de l’ensemble de l’espèce humaine, oui. Mais à l’échelon individuel ou même ethnique, non ! Un Parisien ne survivrait que quelques heures dans les milieux où évoluent les Esquimaux ou les Apaches, qui n’ont pu et su s’adapter qu’après un temps sans doute extrêmement long, et à quel prix ! La connaissance intime de la faune, de la flore, du climat, du terrain, nécessaire à la survie ne s’acquiert bien évidemment pas en quelques années. Et que dire du bouleversement mental provoqué par le passage de l’univers boréal à l’univers austral ?
Il resterait à expliquer aussi la progression systématique et continue vers l’extrême sud. Car une fois qu’un peuple s’est bien adapté à un éco-système, pourquoi irait-il ailleurs ? Du fait de la pression démographique, sorte de jeu de dominos où les peuples se bousculeraient les uns les autres jusqu’à repousser les plus faibles aux plus extrêmes confins des terres australes ? Cette pression n’a jamais été insoutenable car les estimations les plus amples de la population précolombienne (cent-vingts millions d’habitants pour une superficie de quarante-deux millions de kilomètres carrés) ne donnent qu’une densité moyenne de trois habitants aux cent hectares. Y aurait-il une raison politique, comme celle de l’obligation à l’exil qui semble être le moteur des migrations polynésiennes ? Ou une raison religieuse comme l’inlassable quête de la Terre sans Mal des Guaranis ? De bien fortes raisons en tout état de cause qui ont poussé certains Américains à se réfugier dans les enfers ventés et glacés de la Patagonie !
Et enfin, et surtout, comment expliquera-t-on la prodigieuse variété amérindienne ? En imaginant plusieurs vagues d’immigrants d’origines diverses qui auraient franchi le détroit à des époques différentes et qui se seraient dispersées et suffisamment diversifiées jusqu’à créer la situation du temps des Conquérants ? Alors qu’il est bien malaisé de faire la preuve des relations interaméricaines et que, ne serait-ce que d’un point de vue linguistique, on n’a pu établir que peu de rapports entre les Amériques du nord et du sud, entre les langues maya et l’uruchipaya du lac Titicaca peut-être ? Ne serait-il pas au fond plus sensé de concevoir une diversité de provenances sous la diversité ethnique, culturelle, linguistique, que nous connaissons ?

16Qu’elles soient transpacifiques ou transatlantiques, toutes les autres routes impliquent des périples maritimes au long cours. Il nous est difficile d’admettre que des peuples « primitifs » aient osé se lancer à travers des étendues océaniques que nous n’avons, nous autres occidentaux, commencé à explorer qu’à la fin du XVe siècle. Jusqu’à Christophe Colomb, pas un seul navigateur phénicien, grec ou chrétien n’avait commis la folie d’abandonner un mode de navigation très proche du cabotage. Mais les Polynésiens l’ont tenté et réussi, en des temps certainement très anciens, car seule une très longue période d’explorations géographiques et de tâtonnements technologiques leur a permis d’accumuler un savoir maritime considérable : localisation des îles, observation des étoiles, régime des vents et des courants, migrations des oiseaux et des bancs de poissons, charpenterie de marine, conservation des aliments... Si l’on songe qu’à partir de Tahiti, qui fut sans doute l’épicentre de leurs migrations, ils ont vogué jusqu’à Hawaï, à huit cents kilomètres des plus septentrionales Sporades polynésiennes (et le repère empanaché du volcan hawaïen Mauna Loa est en vue à seulement quarante lieues depuis la haute mer dans l’éventuelle transparence du ciel tropical !) et que par sauts successifs, d’île en île, ils ont cinglé vers un triangle de quatorze, seize et dix-huit kilomètres, l’île de Pâques, située à plus de huit cents mille nautiques à l’ouest de la plus occidentale des îles de la Polynésie, l’île Ducie, on reste confondu et l’on ne peut que leur accorder, avec Peter Buck, le nom de Vikings of the sunrise, bien piètre compliment européo-centriste.

17Il n’en reste pas moins que l’archipel des Hawaï est encore à 3 800 kilomètres de la Californie, que l’île de Pâques est à 3 000 kilomètres du Chili et que les escales intermédiaires de Sala y Gomez et de Juan Fernandez sont vierges de toute empreinte pré-européenne. Ainsi donc il n’y a aucune preuve tangible et irréfutable que les prodigieux navigateurs du Pacifique aient atteint les côtes américaines.

18Cependant Peter Buck estime que certains Polynésiens venus des Marquises ont accosté au Pérou : il en veut pour preuve l’introduction de la culture de la patate douce, plante indigène américaine, en Polynésie, et la similitude de l’appellation de ce tubercule en quechua (kumar) et en polynésien (kumara). D’autre part Pedro Bosch-Gimpera estime que les nombreuses similitudes de formes et de décors entre les productions de l’architecture, de la statuaire, de la céramique de l’Asie du sud-est et de l’Amérique des « hautes civilisations » nous obligent à croire à des contacts transpacifiques d’avant Magellan, multiples et constants, quoique limités et sporadiques.

19Est-il encore permis d’imaginer une voie d’accès par l’extrême-sud du Pacifique ? Non par l’intermédiaire du fantastique continent de Mu, mais par une glaciation antarctique si envahissante qu’elle aurait permis de passer d’Australasie en Terre de Feu ? Mendez Correa l’avait soutenu dans une communication au XXIIe Congrès Américaniste.

20A l’époque historique trois routes transatlantiques ont été ouvertes. Les Vikings ont presque sûrement atteint Terre-Neuve par l’Islande et le Groenland, vers la fin du premier millénaire de l’ère chrétienne. Christophe Colomb a été l’inventeur du Nouveau Monde en 1492. Ces deux routes avaient-elles été suivies auparavant ? Des marins des temps reculés seraient-ils partis d’Irlande ? Les conditions aventureuses de navigation, en Mer du Nord surtout, et l’absence d’allusions dans les récits mythiques nous laissent très sceptiques. Et les vestiges des vaisseaux perdus en mer sont des preuves archéologiques que nous ne savons pas atteindre...

21La troisième route atlantique est celle que prit par hasard Pedro Alvares Cabrai en 1500 et qui le mena des côtes africaines au Brésil. Il est ahurissant, à mon sens, que cet itinéraire vers l’Amérique, le plus court (mis à part celui du détroit de Béring) et l’un des plus favorables du fait du régime des alizés, n’ait que très peu retenu l’attention des américanistes. A peine deux mille kilomètres séparent Monrovia (Libéria) de Natal (Brésil). Il est certain que très peu d’arguments viennent étayer cette théorie afro-américaine : aucun trait ethnique commun, aucune preuve archéologique, pas de grands peuples navigateurs africains ; tout au plus peut-on invoquer l’aspect négroïde de certaines têtes monumentales olmèques de Las Ventas. Est-ce une raison suffisante pour refuser systématiquement cette hypothèse ? Peut-être en comparant les langues ? Mais quelles langues, car la diversité linguistique africaine est aussi démesurée et décourageante que l’américaine ?

22Je n’ose même pas évoquer l’hypothèse d’une route de l’Atlantique Sud, inverse de celle imaginée par Jules Verne dans Les enfants du capitaine Grant : Afrique du Sud, île de Tristan da Cunha, côtes de Patagonie !

23Ce court article, modeste contribution à la science américaniste qui prélude peut-être à une étude plus approfondie, est habité par la conviction, qu’en l’état actuel de la question, l’explication de la diversité américaine réside dans la multiplicité des voies de peuplement ; mais il reste à rechercher les preuves, favorables ou contraires. Et si je m’autorise le fol espoir de rassembler un bon nombre de lecteurs, ce n’est pas par vanité, mais par curiosité : il est sans doute temps de faire, collectivement, sereinement, rationnellement, la synthèse de nos connaissances et pour cela j’en appelle, entre autres,

aux anthropologues, biologistes, médecins, paléontologues : de la répartition des morphologies crâniennes et osseuses, des groupes sanguins, de la tache et de l’œil mongoliques, des sensibilités immunologiques et perceptives, etc..., peut-on tirer des conclusions précises et dénuées de préjugés raciaux sur la direction des migrations humaines ?
Aux botanistes et zoologistes : la présence de plantes et animaux non-indigènes en certaines contrées ne peut-elle s’expliquer que par l’intervention humaine : patate douce en Polynésie, cheval en Amérique du Nord, par exemple ?
Aux géologues, glaciologues, océanographes : quelles furent les périodes et l’extension maximale des grandes glaciations arctiques et antarctiques ? Peut-on sérieusement parler de continents ou même d’îles engloutis ?
Aux mathématiciens : les systèmes de numération maya et hindou, seuls à utiliser le zéro, sont-ils des innovations indépendantes ? Peut-on le démontrer par une étude épistémologique de leurs démarches théoriques et par une étude typologique de leurs numérations écrites ?
Aux archéologues terriens, aériens, sous-marins, de tous les domaines qui pourraient, par la comparaison systématique, apporter des preuves de contacts précolombiens entre Ancien et Nouveau Mondes. Qu’en est-il, par exemple, de cette chaussée cyclopéenne découverte aux abords des îles Bahamas qui a relancé le mythe de l’Atlantide ?
A tous les « textologues », historiens, mythologues, philologues : qu’ils scrutent et confrontent tous les textes oraux et écrits des cinq continents : mythes, épopées, rituels, légendes, récits de voyages... ! On aimerait bien entrevoir, par exemple, ce qui est caché sous le mythe de l’apparition d’un homme blanc et barbu, assez répandu en Méso-Amérique ?
Aux ethnologues et sociologues : à partir de la comparaison entre les organisations sociales et politiques, les ressemblances et les dissemblances culturelles, les techniques de subsistance et de transformation de la matière, ne sauraient-ils pas retracer les voies d’échange du monde primitif que nous estimons trop volontiers statique et immuable ?
Aux historiens et praticiens de la navigation : quelles ont été les meilleures routes maritimes vers les Amériques, compte tenu de la géographie, du régime des vents et des courants, des techniques de construction des bateaux ?
A mes confrères linguistes enfin : combien, parmi les trois mille langues du monde, sont suffisamment décrites ? C’est un travail colossal mais urgentissime : des ethnies et leurs parlers disparaissent sans cesse et trop vite, en Amérique et ailleurs ; un patrimoine humain considérable et précieux est sur le point de se perdre inexorablement. Ce travail descriptif est la première étape nécessaire à l’élaboration d’une linguistique comparative générale qui devra se poser la question de la nature et du rythme des changements linguistiques pour décider si on peut raisonnablement espérer encore déceler des traces du passé linguistique des Amérindiens et de leurs ancêtres. Peut-on aussi, comme certains l’ont fait, considérer comme résolu le problème de la communauté des origines (puisque tous les indigènes du Nouveau Continent sont les descendants de ce petit groupe de chasseurs qui a traversé le détroit de Béring !) et construire un proto-amérindien à partir des éléments communs aux langues américaines, sans plus se préoccuper de démontrer patiemment, progressivement, rigoureusement leur parenté ?

24Si j’ai oublié, au cours de ce questionnaire, quelque tribu de spécialistes, qu’elle veuille bien me pardonner mon ignorance et puisse-t-elle participer aussi au travail en commun, où une confrontation honnête et amicale des divers points de vue aboutira à un consensus des savants, seul garant d’une connaissance scientifique.

ROUTES VERS LES AMÉRIQUES

ROUTES VERS LES AMÉRIQUES

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Qu’elle ne soit pas exhaustive, on s’en rendra compte aisément !

Cette sélection n’est dictée que par le vagabondage de mes lectures et le hasard des trouvailles bibliophiles.

Bosch-Gimpera (Pedro) : L’Amérique avant Christophe Colomb, Paris, 1967, pp. 166-178.

Buck (Peter) : Les migrations des Polynésiens (Les Vikings du Soleil Levant), Paris, 1952.

Clairborne (Robert) : Les Premiers Américains (Time-Life), 1976.

Curtis (Edward S.) : Scènes de la vie indienne en Amérique du Nord, Paris, 1976.

Langlois (M. le Colonel) : L’Amérique pré-colombienne et la conquête européenne, Histoire du Monde, tome IX, Paris, 1928.

McNeish (Richard S.) : Les Premiers Américains, La Recherche, tome VIII, numéro 78, Paris, mai 1977, pp. 444-452.

Rivet (Paul) : Les Malayo-Polynésiens en Amérique, Journal de la Société des Américanistes, nouvelle série, tome 18, Paris, 1926, pp. 141-278.

Sapir (Edward) : The similarity of Chinese and Indian languages, Science, nouvelle série, tome 62, numéro 1607, 16 octobre 1925, supplément, p. XII.

Table des illustrations

Titre ROUTES VERS LES AMÉRIQUES
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5115/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k

© Presses universitaires François-Rabelais, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter