Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travaux de l'Institut d'études hispaniques et portugaises de l'Université de Tours

 | 
Augustin Redondo

Première partie

Alexandre Dumas, le Mexique et les Nègres

Jacqueline Covo

Texte intégral

  • 1 Bruxelles et Leipzig, Kiessling, Schnée et Cie, 1855-1856, 4 vols, in 32°.
  • 2 Taïti, Marquises, Californie. Journal de Madame Giovanni, rédigé et publié par Alexandre Dumas. Pa (...)
  • 3 Impressions de voyage. Journal de Madame Giovanni, Paris, imp. de Voisvenel, gd fol. s. d. Journal (...)

1A partir du 31 mars 1855, le journal Le Siècle publie en feuilleton : Impressions de voyage — Journal de Marie Giovanni en Australie, aux îles Marquises, à Τaïti, à la Nouvelle-Calédonie, en Californie et au Mexique, rédigé et publié par Alexandre Dumas. L’œuvre paraît en volume à Bruxelles la même année, sous le titre : Marie Giovanni, journal de voyage d’une parisienne1, et l’année suivante à Paris, sous un titre encore modifié2. Malgré la gloire de son auteur, elle ne connaîtra plus que deux éditions jusqu’à aujourd’hui3. C’est donc d’un ouvrage bien oublié du romancier prolifique que nous nous occupons ici.

***

  • 4 Nous citons l’édition de 1959. Sur de Raousset-Boulbon on peut consulter : Margo Glantz, La aventu (...)

2On connaît le goût de l’auteur des Impressions de voyage, et celui de son temps, pour l’exotisme. Goût quelque peu intéressé, peut-être ; ce n’est sans doute pas un hasard si Marie Giovanni visite les îles Marquises et Tahiti peu après que Dupetit-Thouars en ait fait des protectorats, en 1842, la Californie quelques années après la découverte de l’or. Quant au Mexique qui nous intéresse ici, l’héroïne de Dumas le traverse alors que le pitoyable aventurier français Gaston de Raousset-Boulbon — qu’elle a bien connu, dit-elle (p. 367)4 — tente de s’emparer de la province septentrionale du Sonora, entreprise où il laisse sa vie, et quelques armées avant l’Intervention française. Dumas lui-même, adressant « Un mot au lecteur », souligne ce fait comme digne d’intérêt :

« Il m’a semblé qu’au moment où tous les regards de l’avenir se tournent vers l’ouest, cherchant, non plus le fameux royaume de Cathay de Marco Polo (ce royaume Christophe Colomb l’a trouvé), mais les points de repère du commerce présent et de la civilisation future, il m’a semblé, dis-je, que les pérégrinations d’une femme (...) ne seraient pas lues sans un vif intérêt » (pp. XI-XII).

***

3Mais, Alexandre Dumas, qui a beaucoup voyagé, comme tant de romantiques, qui connaît la France, l’Italie, l’Espagne, l’Afrique du nord, la Belgique et même la Russie, Alexandre Dumas n’est jamais allé au Mexique, non plus que dans les autres contrées visitées par son héroïne. Or, et là est pour nous l’intérêt de ce journal, quel que soit le voyageur qui se cache sous le nom de Marie Giovanni, il est incontestable qu’il a connu de très près le Mexique de 1854. Les références aux événements contemporains, historiques ou mineurs, que la presse du temps nous permet de vérifier, prouvent même qu’il a parcouru l’itinéraire décrit, aux dates indiquées, c’est-à-dire que, venant de San Francisco, il débarque à Acapulco le 11 mars 1854, en repart le 13, pour arriver à Mexico le 25 du même mois.

4L’arrivée de la jeune parisienne se fait dans le fracas du tambour et le tumulte d’un « pronunciamiento » : le Général Alvarez (francisé en Alvares) s’est soulevé contre le Général-président-dictateur Santa-Anna ; à vrai dire, notre compatriote n’accorde pas à ce fait une grande attention car, dit-elle ironiquement, depuis vingt-cinq ans la moyenne des « pronunciamientos » a été de un et demi par an. Elle n’a pas tort, tout comme il est exact que, le 11 mars 1854, a été signé à Acapulco, une deuxième version du Plan d’Ayutla, antérieur de quelques jours, plan qui, un an plus tard, amènera au gouvernement les libéraux de la « Reforma ».

  • 5 « El comandante del departamento de Guerrero al presidente del Consejo de Ministros », in Fernando(...)
  • 6 Archives des Affaires Etrangères, Mexique, 1854, vol. 42, correspondance du 5 mars 1854, fol. 139. (...)

5Marie Giovanni ne s’en doute guère, et, bien que ses marivaudages avec ses compagnons de voyage l’occupent plus que l’analyse politique, elle envisage la possibilité que les Etats-Unis, quelque jour prochain, ne s’emparent du Mexique, comme ils l’ont fait du Texas et de la Californie (p. 359), éventualité qui est alors dans l’esprit des plus lucides des Mexicains. Dans l’immédiat, seule la préoccupe l’impossibilité de voyager dans l’état de Guerrero, en proie à l’insurrection ; les rapports officiels confirment que les chemins, barrés par des « gavillas de facciosos », étaient inaccessibles, même aux courriers5, depuis que le Général Alvarez, comme nous le dit Madame Giovanni, s’était retranché sur le mont Peregrino (qu’elle écrit « Pelegrino ») (p. 361). La situation est grave, dans l’état, écrit alors à son Ministre Alphonse Dano, attaché de la légation française de Mexico6. Pourtant, l’obstination et la séduction de Marie Giovanni ont raison des obstacles administratifs et matériels, et lui permettent d’obtenir, pour elle et quelques compagnons de voyage, un sauf-conduit. Il paraît invraisemblable que, dans ces circonstances révolutionnaires, l’informateur de Dumas ait pu, comme le fait Madame Giovanni, visiter le campement d’Alvarez. Mais l’histoire du temps confirme de nombreux points de son récit ; passons sur l’âge du vieux « cacique », qu’elle apprécie correctement, sur la participation à l’insurrection de son fils Diego (p. 376). Surtout, son attention est attirée par les soldats d’Alvarez, les fameux « Pintos » qui effrayeront tant les habitants de la capitale quand ils entreront à Mexico le 14 novembre 1855 ; elle explique leur surnom par les taches bleutées, roses et orangées de leur peau, et coïncide ainsi avec les descriptions d’alors ; c’est ainsi que Niceto de Zamacois, commentant en 1855 une gravure du recueil México y sus alrededores, intitulée : « Trajes mexicanos — Soldados del sur », écrit :

  • 7 Castro y otros : México y sus alrededores, México, Decaen éd., 1855-1856, ed. facsimilar editorial (...)

« ... abundan los pintos, llamados así porque en su rostro y en todo su cuerpo, se ven manchas amarillas, negras, rojas, azu les, blancas y verdes, que les dan un aspecto repugnante »7.

6Mieux encore, Madame Giovanni nous livre des hypothèses sur l’origine pathologique de cette particularité, hypothèses dues « à mon savant ami le docteur Jourdanet » et à « un autre ami » (pp. 413 et 415) et qui, sous la forme d’une longue note, constituent la plus grande partie du chapitre XVI. Il y est dit que les « Pintos » sont la preuve de l’unité de la création humaine, sans que cette idée soit développée, car il ne convient pas qu’une dame ignorante se mêle de questions scientifiques. Pourtant, affirme Marie Giovanni, citant son savant ami, les particularités des « Pintos » se transmettent à leurs descendants, et l’on peut craindre qu’à la longue il ne se forme une contrée de « Pintos », de même qu’il existe une « Nigricia » ; cette éventualité est redoutable, car :

« ... chez le Pinto comme chez l’Albinos, l’intelligence s’altère à la longue, et il serait à craindre qu’une nation de Pintos ne devînt insensiblement une race de crétins ! » (p. 416).

7Quelle que soit l’absurdité de ces hypothèses, nous sommes frappée par l’information de l’auteur ; en effet, nous avons trouvé dans la presse mexicaine un article, intitulé « De las diferentes razas de hombres », article publié dans El Republicano du 23 novembre 1855 (n° 72, p. 2), c’est-à-dire au moment même où les « Pintos » scandalisaient la capitale ; son contenu offre tant de points communs avec la note du Docteur Jourdanet qu’il ne peut s’agir d’un hasard : son auteur, qui signe « Jiriena », affirme pour commencer, comme le fait la Française, l’unité du genre humain ; mais lui s’en explique : s’il en est ainsi, dit-il, les Noirs aussi sont fils d’Adam ; mais il faut supposer qu’une maladie, la « nigricia », a attaqué leur épiderme, provoquant des modifications de couleur semblables à celles que l’on peut observer chez les soldats d’Alvarez qui occupent la capitale, ou chez les albinos. Et comme l’ami de Marie Giovanni, l’auteur de cet article prétend que ce genre de maladie, à la longue, a des effets sur l’intelligence, effets héréditaires, et que, pour s’en protéger, l’homme blanc sain a expulsé les malades en des régions lointaines.

  • 8 Dr Denis Jourdanet, L’air raréfié dans ses rapports avec l’homme sain et l’homme malade, Paris, Ba (...)
  • 9 Ernest Vigneaux, Souvenirs d’un prisonnier de guerre au Mexique (1854-1855), Paris, Hachette, 1863 (...)

8Comment expliquer les ressemblances entre la note du Docteur Jourdanet et l’article du Republicano, publié quelques mois après le passage de Madame Giovanni à Acapulco ? Ont-ils tous deux la même source ? « Jiriena » est-il l’« autre ami » de la Française, ou le docteur Jourdanet lui-même ? En tout cas, le Docteur Denis Jourdanet a existé, et la Bibliothèque Nationale de Paris conserve de lui diverses œuvres médicales, particulièrement sur l’air raréfié de l’altitude et son influence sur l’homme, sur le climat, l’hygiène et les maladies au Mexique, ainsi que des traductions françaises de Bernai Díaz del Castillo et Sahagùn, œuvres publiées à Paris entre 1862 et 18808. En outre, nous savons que le Docteur exerçait à cette époque à Mexico, car Ernest Vigneaux, ex-secrétaire de l’aventurier Gaston de Rousset-Boulbon, lors d’une indisposition, en février 1855, put le connaître et l’apprécier9. De sorte que, encore une fois, nous pouvons observer que l’auteur du journal était fort bien informé de ce qui se passait et se disait au Mexique en 1854.

  • 10 Díaz y Díaz, op. cit., p. 97, et Archives des Affaires Etrangères, op. cit., fol. 169 (L. Díaz, op (...)

9Nous en trouvons d’autres preuves à mesure que Madame Giovanni poursuit son voyage. Elle visite le camp d’Alvarez le 15 mars 1854 ; le Général, après lui avoir courtoisement interdit d’aller plus avant, l’y autorise, en exigeant simplement de son compagnon, le Docteur D... sa parole d’honneur qu’il ne révélerait pas à Santa-Anna la position de son camp. Voilà donc nos voyageurs repartis, pour arriver, après diverses péripéties qui font le charme du récit, à Chilpancingo (écrit « Chilpansilgo ») occupé, comme il l’était en effet, par les troupes gouvernementales du Général Bravo (p. 396), qui venait de faire prisonnier le Général Torres, partisan d’Alvarez, fait également exact10. Passant par des villages abandonnés notre Française et ses amis parviennent, le 21 mars, près d’Iguala, où se trouve le Général Santa-Anna. En effet, « Su Alteza Serenísima » avait quitté Mexico le 16 mars, avec une division de 5 000 hommes,

  • 11 Anselmo de La Portilla : Historia de la revolución de Mexico contra la del general Santa-Anna (185 (...)

« el aparato de un rey y la pompa de un conquistador »11,

  • 12 Il s’agit de la guerre dite « des pâtissiers » de 1838 au cours de laquelle lace, pour appuyer les (...)

10pour aller réduire les troupes rebelles, et la presse aux ordres ne manque pas de décrire longuement et emphatiquement les fêtes qui ponctuent le passage du dictateur en marche vers Acapulco qui, pourtant, ne se rendit pas. C’est donc alors que Madame Giovanni put connaître Santa-Anna et son ministre de la guerre, Santiago Blanco. Si l’informateur de Dumas était un étranger illustre, l’entrevue d’Iguala semble plus vraisemblable que la rencontre avec Alvarez. Il est probable que l’autocrate mégalomane, qui voyait décliner son étoile, acceptait volontiers de se faire voir et admirer. Quoi qu’il en soit, l’intérêt de Marie Giovanni est grand pour « cette espèce de planteur » (p. 440), pourtant « gros et maladif », que sa jambe de bois, perdue en combattant les Français12 faisait continuellement souffrir (p. 442). Marie Giovanni aime en lui l’homme en place, — plus pour longtemps — au point d’oublier les promesses faites au Général Alvarez et de révéler au président les positions du révolutionnaire, à l’aide de son éventail. La conversation porte également sur Gaston de Raousset-Boulbon, « ce brave et aventureux jeune homme », qui a chargé le Docteur D..., son compagnon de voyage, de lettres pour Santa-Anna, et que celui-ci semble croire beaucoup plus redoutable que le Général Alvarez (p. 441).

  • 13 Sous-prolétariat urbain, plus ou moins délinquant.

11A peine arrivée à Mexico, l’intrépide amazone qui, sur les routes, a dormi dans des hamacs et s’est nourrie de perroquets — avec répugnance —, se transforme en une dame élégante. Elle descend dans le très célèbre Hôtel de la Grande Société et s’informe de ce qui l’entoure en lisant Le Trait d’Union (p. 458) qui était alors, en effet, le journal de la colonie française, dirigé par le républicain émigré René Masson. Puis, comme pour confirmer la réputation de frivolité des Françaises, elle va faire des emplettes dans les luxueux magasins, presque tous français, de la rue Plateros (aujourd’hui Madero), et se plaint du prix des marchandises importées, affectées de très forts droits de douane (p. 469) ; elle va voir et se faire voir au Paseo (p. 471), aux messes élégantes (p. 510), à l’Opéra, où le grand nombre de fumeurs l’étonne, détail confirmé par la presse du temps (p. 493). Mais elle ne prête que fort peu d’attention à ce qui n’est pas luxe et bon ton, s’écarte avec répulsion des haillons des « léperos »13 et n’que mépris pour l’idolâtrie populaire (p. 524).

  • 14 Vigneaux, op. cit., p. 46.
  • 15 Manuel Escandon, Breve exposición al publico sobre el negocio del camino de hierro entre Veracruz (...)

12Elle n’a d’yeux que pour la meilleure société, ce qui nous permet, une fois de plus, d’apprécier la véracité de ses dires : elle change ses traites sur la maison « Jucker » (Jecker) et Torres (p. 459), elle est reçue par Alphonse Dano, attaché à la légation française (pp. 457 et 459), dont le Quai d’Orsay conserve les correspondances diplomatiques ; elle retrouve un ami de Californie, Joseph-Ives « Leinantour » (Limantour), breton d’origine, et qui n’est autre que le père du futur ministre des Finances de Porfirio Díaz, et consacre un chapitre entier, et fort curieux (p. 461), à l’origine de sa fortune. Ernest Vigneaux confirme que Limantour fit grand bruit par ses prétentions sur d’immenses terrains en Californie, terrains sur lesquels se trouvaient rien moins que la ville et le port de San Francisco, alors humbles bourgades, et nous apprend que la justice nord-américaine le débouta, après de longs procès, en 186014. Marie Giovanni est également l’hôte de don Manoel (sic) Escandón (p. 472), riche propriétaire, négociant, industriel, l’un des plus importants des « capitalistas », entrepreneurs et spéculateurs de son temps, et qui fut à l’origine, entre autres, de la première ligne de chemin de fer mexicaine, reliant Mexico et Vera-Cruz15. Une fois de plus nous remarquons l’intérêt de la voyageuse pour la haute société, intérêt que dut partager le très snob Alexandre Dumas ; car elle prend grand soin de défendre le spéculateur contre les nombreuses attaques qui le prenaient pour cible, en relevant l’utilité des agioteurs pour les gouvernements (pp. 473-474), même si elle proteste de l’ignorance de son sexe pour ce genre d’affaires.

  • 16 Rappelons que « Chapultepec » signifie en nàhuatl « la colline des sauterelles ».

13Elle va se promener au parc de Chapultepec, dont elle apprécie les arbres vénérables, les souvenirs historiques et l’étymologie de fantaisie qu’elle lui prête : « la montagne des grenouilles »16 ; elle visite les maisons de jeu et toutes les promenades — Bucareli, La Viga, Las Cadenas — immortalisées par les gravures et par la littérature « costumbrista » du temps ; certains détails, curieux encore aujourd’hui pour le voyageur, ne lui échappent pas, comme la nature volcanique de la pierre de certains édifices (p. 522), mais sans doute ignore-t-elle son nom : « tezontle ». On la conduit au Musée des Antiquités Aztèques, mais elle n’apprécie guère le spectacle :

« ... tout cela est peut-être très précieux, mais à coup sûr c’est fort laid et inférieur à ce que l’Orient offre de plus grossier » (p. 515).

  • 17 « Ascension au Popocatepetl », L’Illustration : 21-10-54, pp. 283-284.

14Et bien qu’elle cite la pierre, dite « des sacrifices » (piedra de Tizoc) et le grand calendrier aztèque, découvert depuis peu dans une paroi de la cathédrale, c’est sans grand intérêt, et elle refuse même d’aller visiter les pyramides de Teotihuacàn. Elle préfère les beautés naturelles, les volcans, par exemple. En voyageuse téméraire, elle regrette que l’ascension du Popocatepetl soit au-dessus des forces d’une femme ; pour s’en consoler, elle reproduit dans son journal le récit d’un certain Monsieur de R..., « un Français de distinction qui habite le Mexique depuis une dizaine d’années... ». Ce récit dut intéresser les Français qui avaient pu lire, en octobre 1854, une relation semblable, signée du peintre français Monsieur de Pingret dans l’Illustration17. Mais, parmi les nombreux épisodes du séjour de neuf mois que fit Marie Giovanni à Mexico, nous en relèverons encore un, remarquable à la fois pour son exactitude et son intérêt historique très relatif, que seul put connaître quelqu’un séjournant alors à Mexico. Peu après son arrivée dans la capitale — qui date, rappelons-le, du 25 mars —, Marie Giovanni se rend au théâtre Santa-Anna pour applaudir Madame Sontag, dans La Somnambule de Bellini :

« Elle chanta comme si elle eût voulu laisser un regret mortel à ceux qui, un mois après, devaient suivre son convoi » (p. 494).

  • 18 El Siglo XIX : 7-4-54, n° 1929, p. 4.

15Elle rapporte aussi comment, peu après, éclata une épidémie de choléra, dont la Sontag, comtesse de Rossi, fut l’une des premières victimes, en même temps que plusieurs membres des légations de France, d’Angleterre et d’Espagne (pp. 505-506). Or, la presse de l’époque, si elle ne donna pas un très grand écho à l’épidémie, afin de ne pas inquiéter la population, n’en confirme pas moins tous les points de ce récit, car l’opéra passionnait alors la bonne société et tenait une place de choix dans les colonnes des journaux ; la compagnie, engagée précisément par René Masson, directeur du Trait d’Union, arrive à Vera-Cruz, venant de la Havane le 5 avril 1854, comptant parmi ses membres Mesdames Sontag et Fiorentini et Monsieur Pozzolino, tous cités par Marie Giovanni. Le 21 avril la compagnie débuta et la Sontag remporta un triomphe dans La Somnambule, au théâtre Santa-Anna, triomphe longuement commenté par la presse du lendemain :18

  • 19 Ibid., 23-4-54, n° 1945, p. 2.

« ... la encarnación de la música (...) después de haber asombrado a la Europa ha atravesado el inmenso océano, que tal vez encantó y adormeció como sirena, y ha venido a derramar sus armonías sobre nuestro hemisferio, a impregnar nuestros vientos de melodía, a dejar en estas regiones la huella luminosa del astro que más ha brillado en el mundo musical »19

  • 20 Ibid. : « Hôpital municipal de San Pablo », 29-4-54, n° 1951, p. 3.
  • 21 Ibid., nos 1982, 1993, 1995, 2001, 2002, 2004, 2005, 2007, 2008.

16Mais dès le 29 avril le journal El Siglo XIX annonce un cas de léra20 puis publie quelques avis nécrologiques et, le 30 mai, un article sur le choléra et son traitement. Le 10 juin on annonce l’indisposition de quelques artistes et, le 12, « la grave indisposition de Madame Sontag ». Enfin, le 18 juin, le même journal publie le faire-part de décès de Madame Sontag, comtesse de Rossi, décès que déplorent, dans les jours suivants, d’innombrables compositions poétiques21.

17Répétons que seule une personne qui avait vécu, à Mexico, ces événements à la fois menus et importants pouvait informer Alexandre Dumas, l’auteur avoué du Journal de voyage d’une parisienne.

***

18Ce journal, « rédigé et publié par Alexandre Dumas », pose donc un petit problème de source irritant. Notre parisienne commence son récit en révélant que « Giovanni » n’est pas son véritable nom ; elle précise également :

« Je donne à un ami les notes de mon journal de voyage » (pp. XIII-XIV).

19D’autre part, Dumas, lui-même, commente, dans sa note d’introduction :

« Dans son récit, dont la forme seule m’appartient, j’ai respecté scrupuleusement, quant aux faits, aux jugements, aux réflexions, et souvent même aux traits d’esprit, le sens des notes et des documents que m’a fournis l’intrépide voyageuse... » (pp. XI-XII).

  • 22 Paris, A. Cadot, 1852, 2 vols.

20Dumas, qui n’est pas allé au Mexique, dut en effet utiliser les services d’un informateur, sinon d’un « nègre », comme il le fit pour beaucoup de ses œuvres. Le cas de Madame Giovanni n’est pas unique : en 1852, par exemple, Alexandre Dumas publie Un Gil Blas en Californie, « Impressions de voyages rédigées sur les récits d’un émigrant »22. Ce livre est précédé d’une lettre à l’éditeur dans laquelle l’auteur raconte, avec sa vivacité coutumière, comment, dans une auberge de Montmorency où il s’était égaré, on lui présenta un jeune aventurier :

« ... un garçon arrivé d’hier, avec un journal tout fait, un véritable Gil Blas, qui a tour à tour été portefaix, chercheur d’or, chasseur de daim (...) c’est ce journal que je vous envoie, très peu revu, très peu corrigé et pas du tout augmenté par moi » (pp. 35-37).

  • 23 BN. Fonds : Nouvelles acquisitions françaises, n° 15 888, 90 77.
  • 24 Paris, Maisonneuve et Larose, 1964, 4 vols.
  • 25 Voir Grand Larousse du XIXe siècle, Dictionnaire de biographie française, Paris, Lib. Letouzey, 19 (...)

21D’autre part, il existe, dans les archives concernant Alexandre Dumas de la Bibliothèque Nationale de Paris un manuscrit, rédigé par Madame Anna Drancey, née Lemaire : Souvenirs d’une Française captive de Chamyl (juillet 1854-mars 1855), que Dumas a utilisé dans ses souvenirs de voyage en Russie23. Ce manuscrit fournit la preuve que Dumas put acheter, pour les utiliser sous son nom, des manuscrits auxquels sa signature prêtait une valeur qu’ils n’avaient pas à l’origine ; il semble bien qu’il se soit servi de cet artifice pour Madame Giovanni. Mais, qui se cache sous ce pseudonyme ? Avant tout, disons qu’il existe une attribution : le fameux livre de Quérard : Les supercheries littéraires dévoilées24, à l’article « Madame Giovanni » (sic), donne le nom de la Comtesse Dash ou d’Ash, pseudonyme littéraire de la vicomtesse de Saint-Mars, Gabrielle-Anne de Cisternes de Courtiras, marquise de Poilow (ou Poilloüe), et le catalogue général de la Bibliothèque Nationale, à l’article « Poilloüe » indique l’ouvre qui nous intéresse, dans l’édition de Bruxelles de 1855, laquelle, cependant, porte la signature de Dumas à l’exclusion de toute autre. La Comtesse Dash était née en 1805 d’une famille de vieille noblesse ; elle épousa le marquis de Poilow avec qui elle mena, pendant quelques années, une vie aristocratique, avant de s’en séparer en 1835 ; elle entra alors dans le monde des lettres, protégée par Alexandre Dumas, collabora à La Revue de Paris et au Mousquetaire et, jusqu’à sa mort, en 1872, écrivit 118 romans, d’une plume distinguée et facile, où semblent prédominer l’évocation de la bonne société et la psychologie amoureuse à la limite du libertinage : Le jeu de la Reine (1839), Madame de la Sablière (1840), Les amours de Bussy-Rabutin (1850), La nuit de noces (1870)...25. Aucun catalogue, pendant, ne lui attribue le roman qui nous intéresse sous son nom de lettres, et si ses biographes signalent une fugue amoureuse en Roumanie, elle ne semble pas avoir jamais passé l’Atlantique, ce que paraît empêcher, d’ailleurs, son abondante production littéraire l’année qui nous intéresse. Il faut donc chercher ailleurs.

22Il semble évident que le narrateur est Français ; Marie Giovanni rencontre et signale de nombreux Français, à Mexico, et lit le journal de la colonie française ; l’orthographe des mots empruntés au castillan est celle d’un étranger qui domine mal la langue : les « tortillas » deviennent des « tartelles », par exemple (p. 431), et les noms propres sont tous écorchés ; la Conquête est attribuée à Pizarro et Cortés ! (p. 476).

  • 26 Auguste Génin, Les Français au Mexique du XVIe siècle à nos jours, Paris Imp. F. Chantenay, Nouvel (...)
  • 27 Vigneaux, op. cit., p. 201.

23On pouvait, bien sûr, fouiller du côté des nombreux émigrés de 184826 ; on pouvait imaginer que l’entrepreneur Manuel Escandón, qui fit, à l’époque qui nous intéresse, un voyage à Londres pour y rechercher des capitaux, put rencontrer Dumas dans la bonne société parisienne, et lui servir de documentaliste ; mais la fréquence de l’apparition, dans le récit de Marie Giovanni, de membres du corps diplomatique, nous incita à chercher de ce côté ; l’itinéraire insolite, pour un Français, de la voyageuse — San Francisco-Acapulco-Mexico — nous fit penser d’abord que le narrateur pouvait avoir quelque rapport avec Gaston de Raousset-Boulbon, plusieurs fois cité, qui était établi en Californie ; on se souvient que le compagnon de notre parisienne, le Docteur D... était porteur de lettres de l’aventurier pour Santa-Anna. Le narrateur pouvait être ce même émissaire, ce qui expliquait alors la rencontre avec Santa-Anna, la conversation portant sur de Raousset-Boulbon, ainsi que les notes incluses dans le roman sur la Californie (p. 563). D’après Ernest Vigneaux, ex-secrétaire du Français, en effet un émissaire, Monsieur de Sainte-Marie, fut envoyé au Mexique, afin d’y contacter discrètement l’ambassadeur de France et Santa-Anna, et de sonder les intentions à son égard. Mais, selon Vigneaux, il ne devait s’embarquer que le 5 juin à San Francisco, c’est-à-dire plus de deux mois après l’arrivée de Marie Giovanni à Mexico27. Cette n’était pas non plus la bonne.

24Cependant, ce sont bien les rapports diplomatiques qui devaient nous fournir la clé de l’énigme, sous la forme d’une lettre d’Alphonse Dano — cité par Marie Giovanni —, attaché à la légation de France à Mexico, à son ministre, Drouyn de Lhuys ; cette lettre, datée du 1er avril 1854, au mépris de la vraisemblance confirme en tous points le récit de Marie Giovanni, et même son sexe, et nous donne son véritable nom :

  • 28 Archives des Affaires Etrangères, op. cit., fol. 167-168 (L. Díaz, op. cit., p. 105).

« Deux Français, le Docteur Dalliez et une dame Callégari, venant de San Francisco (...) sont récemment arrivés à Mexico. Munis d’une lettre d’un des amis du Général Alvarez, ils ont pu franchir le camp des insurgés et par eux j’ai eu des nouvelles assez exactes des deux partis. Ces deux voyageurs ont été retenus trois jours au milieu des prononcés. Le Général Alvarez hésita d’abord à les laisser passer et voulut les faire retourner sur leurs pas ; mais le Docteur Dalliez ayant donné sa parole d’honneur de se taire sur tout ce qu’il aurait vu, le chef des rebelles consentit à se départir de sa rigueur et leur permit de continuer leur voyage. Le jour suivant ils tombèrent dans le camp de Santa-Anna. Celui-ci les fit arrêter pour leur adresser des questions sur la position des insurgés. Le Docteur Dalliez, chargé d’une mission du consul mexicain à San Francisco oublia naturellement la promesse qu’il avait faite à Alvarez et s’empressa de donner tous les renseignements qu’on lui demandait et raconta tout ce qu’il avait vu, ou plutôt tout ce qu’on avait voulu lui laisser voir. Par eux le Président apprit que le Général Alvarez était retranché sur les hauteurs du volcan le Pelegrino (sic) qu’il avait fortifié et d’où il paraissait ne pas vouloir bouger pour le moment, se contentant de fermer le chemin d’Acapulco aux troupes du gouvernement et d’attendre que la mauvaise saison et le climat eussent décimé l’armée de son adversaire, avant de commencer l’attaque. Il n’avait alors avec lui que 5 ou 600 Indiens mal équipés. Suivant le Docteur Dalliez la position des prononcés est inexpugnable pour les soldats mexicains ; suivant Madame Callégari, qui donne volontiers son opinion sur les questions stratégiques, un bataillon de tirailleurs français s’en emparerait dans 24 heures. Cette dernière opinion est, je pense, la plus juste, mais le Général Santa-Anna est loin de commander à des hommes qui puissent être comparés à nos braves tirailleurs d’Afrique... »28.

25Dano confirme l’opinion flatteuse que le lecteur s’était faite de Madame Giovanni en précisant que :

« Madame Callégari est beaucoup plus intelligente que Monsieur Dalliez... ».

26Enfin c’est elle qui communique à la légation le Plan d’Acapulco, également inclus dans le rapport.

  • 29 Nos recherches aux archives de la Préfecture de Police de Paris et aux archives d’Etat Civil de Pa (...)

27Nous ignorons qui était Madame Callégari29. Mais si l’épisode mexicain de son voyage est exact, pourquoi les autres ne le seraient-ils pas ? Madame Callégari serait alors, comme elle le raconte, l’épouse d’un négociant et spéculateur italien cherchant fortune de par les mers — ce que son intérêt constant pour les questions d’argent ne contredit pas —. Elle resta au Mexique jusqu’à la fin de 1854, puisqu’elle dit y avoir passé neuf mois (p. 468) et dut rentrer en France au début de 1855 ou, comme elle le dit, confier son manuscrit à un ami vers la même date, pour le vendre, comme la captive de Chamyl, à Alexandre Dumas. L’écrivain n’eut, sans doute, pas grand loisir de le corriger (avec l’aide de la Comtesse Dash ?) avant qu’il ne paraisse dans Le Siècle à partir du 31 mars 1855.

28Une autre supercherie littéraire qui peut être ajoutée aux nombreuses déjà connues, mais qui n’ôte rien au charme de la découverte du Mexique par une parisienne, en 1854.

Notes

1 Bruxelles et Leipzig, Kiessling, Schnée et Cie, 1855-1856, 4 vols, in 32°.

2 Taïti, Marquises, Californie. Journal de Madame Giovanni, rédigé et publié par Alexandre Dumas. Paris, A. Cadot, 1856, 4 vols, in 8°.

3 Impressions de voyage. Journal de Madame Giovanni, Paris, imp. de Voisvenel, gd fol. s. d. Journal d’une parisienne en voyage. Marie Giovanni, Paris, Le Livre Club du Libraire, 1959, 555 p.

4 Nous citons l’édition de 1959. Sur de Raousset-Boulbon on peut consulter : Margo Glantz, La aventura del Conde de Raousset-Boulbon, México, Sepsetentas, 1973, 172 p. et Rufus Kay Wyllys, Los franceses en Sonora (1850-1854), México, Porrúa, 1971, 276 p.

5 « El comandante del departamento de Guerrero al presidente del Consejo de Ministros », in Fernando Díaz y Díaz, Caudillos y Caciques, México, El Colegio de México, 1972, 354 p., p. 264, note 106.

6 Archives des Affaires Etrangères, Mexique, 1854, vol. 42, correspondance du 5 mars 1854, fol. 139. On trouve ces documents en traduction dans : Lilia DÍAZ, Version francesa de México, México, El Colegio de México, vol. 1, 1963, 471 p. (p. 102).

7 Castro y otros : México y sus alrededores, México, Decaen éd., 1855-1856, ed. facsimilar editorial del Valle de México, s. d. 37 p. et gravures, p. 28.

8 Dr Denis Jourdanet, L’air raréfié dans ses rapports avec l’homme sain et l’homme malade, Paris, Baillière, 1862, 80 p. ; Etudes médicales sur la chronique de Bernai Díaz del Castillo, Paris, Masson, 1877, 60 p. ; Le Mexique et l’Amérique tropicale : climats, hygiène et maladies, Paris, Baillière, 1864, 460 p., etc... Nous avons consulté ce dernier ouvrage sans y trouver mention des « pintos ».

9 Ernest Vigneaux, Souvenirs d’un prisonnier de guerre au Mexique (1854-1855), Paris, Hachette, 1863, 565 p., p. 517.

10 Díaz y Díaz, op. cit., p. 97, et Archives des Affaires Etrangères, op. cit., fol. 169 (L. Díaz, op. cit., pp. 106-107).

11 Anselmo de La Portilla : Historia de la revolución de Mexico contra la del general Santa-Anna (1853-1855), México, imp. de García Torres, 1856, p. 67.

12 Il s’agit de la guerre dite « des pâtissiers » de 1838 au cours de laquelle lace, pour appuyer les réclamations de ses nationaux, tenta vainement de prendre Vera-Cruz.

13 Sous-prolétariat urbain, plus ou moins délinquant.

14 Vigneaux, op. cit., p. 46.

15 Manuel Escandon, Breve exposición al publico sobre el negocio del camino de hierro entre Veracruz y México, Méx., Imp. de Andrade y Escalante, 1858, 15 p.

16 Rappelons que « Chapultepec » signifie en nàhuatl « la colline des sauterelles ».

17 « Ascension au Popocatepetl », L’Illustration : 21-10-54, pp. 283-284.

18 El Siglo XIX : 7-4-54, n° 1929, p. 4.

19 Ibid., 23-4-54, n° 1945, p. 2.

20 Ibid. : « Hôpital municipal de San Pablo », 29-4-54, n° 1951, p. 3.

21 Ibid., nos 1982, 1993, 1995, 2001, 2002, 2004, 2005, 2007, 2008.

22 Paris, A. Cadot, 1852, 2 vols.

23 BN. Fonds : Nouvelles acquisitions françaises, n° 15 888, 90 77.

24 Paris, Maisonneuve et Larose, 1964, 4 vols.

25 Voir Grand Larousse du XIXe siècle, Dictionnaire de biographie française, Paris, Lib. Letouzey, 1965, et le catalogue général de la Bibliothèque Nationale.

26 Auguste Génin, Les Français au Mexique du XVIe siècle à nos jours, Paris Imp. F. Chantenay, Nouvelles Editions Argo, 1933, 547 p.

27 Vigneaux, op. cit., p. 201.

28 Archives des Affaires Etrangères, op. cit., fol. 167-168 (L. Díaz, op. cit., p. 105).

29 Nos recherches aux archives de la Préfecture de Police de Paris et aux archives d’Etat Civil de Paris n’ont pas abouti ; cette « parisienne » ne s’est sans doute pas mariée à Paris.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter