Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'autre

 | 
Janine Dove-Rumé
, 
Michel Naumann
, 
Tri Tran

Résumés/Abstracts

Texte intégral

1BARDET FLAVIEN

2D’un « autre » à l’autre dans le débat stratégique britannique : Mahan contre Fisher, ou des justifications civilisationnelles des des budgets navals, 1900-1914.

3Cet article s’inscrit de manière très restrictive dans le contexte de rivalité navale anglo-allemande des années 1900-1914, et tentera de mettre en lumière le rôle et la place d’un « autre » sous les plumes des premiers théoriciens de la science géopolitique anglo-saxonne. L’« autre » depuis Edward Said ou Samuel Huntington étant conçu comme un « inférieur » sur les plans moraux ou matériels par rapport au formidable instrument de contrôle territorial britannique, se pourrait-il que celui-ci prenne un jour sa revanche ? L’« autre », armé et volontaire, peut-il à son tour imposer au conquérant sa vision de la géopolitique ? A travers la transformation des « autres » de la Grande-Bretagne, l’ambivalence de la position de l’Allemagne et de la Turquie révélait un conflit larvé au sein de l’appareil de domination impériale britannique. Si l’Amirauté craignait le développement d’une flotte militaire allemande à quelques encablures des premiers ports anglais, le Foreign Office, désireux de voir se poursuivre les coûteuses politiques maritimes appuyées par la présence de la Royal Navy entre Port Saïd et Aden, fit fort de démontrer qu’Allemagne et Grande-Bretagne avaient en commun des idéaux politiques, tout autant que des intérêts stratégiques. De même, si la Turquie, propriétaire nominal de l’ensemble du Proche-Orient, pouvait selon l’Amirauté avoir un rôle à jouer pour affaiblir l’influence allemande en Méditerranée, le Foreign Office, à l’inverse, prévoyait que seule une alliance informelle des nations « teutonnes » pourrait un jour mettre un terme aux menaces que l’Islam politique faisait peser sur les démocraties occidentales. De Fisher, 1st Sea Lord de l’Amirauté de 1904 à 1910, à Mahan, « l’évangéliste de la puissance maritime », l’« autre », tour à tour allemand et turc, dut assumer une dimension stratégique et/ou culturelle au gré des besoins stratégiques de la Couronne entre Londres et Bombay.

4BARDET OTILIA

5Le regard de l’Autre sur l’Autre : V. S. Naipaul et l’altérité dans Half a Life

6La triple appartenance de V. S. Naipaul (à l’Inde - pays des ancêtres –, à Trinidad – pays natal –, et à l’Angleterre – pays d’accueil, où il a passé la plus grande partie de sa vie et où il s’est affirmé en tant qu’écrivain) et le sentiment d’un éternel déracinement se traduisent dans ses romans par des personnages qui ne trouvent pas leur place dans la société et pour qui les mondes qu’ils croisent à différentes époques de leur vie restent à jamais étrangers. Cet article tentera de mettre en lumière le rôle de l’Autre dans l’avant-dernier roman de V. S. Naipaul, Haifa Life.

7Trois formes d’altérité se distinguent essentiellement, avec trois acceptions différentes de la notion. La première catégorie, désignée en tant qu’altérité externe (car identifiée à une terre étrangère), sera premièrement associée à un pays africain non-identifié (où le protagoniste du roman passe dix-huit ans de sa vie et intègre le monde du colonisateur portugais) au crépuscule de la colonisation. Le personnage naipaulien devient un défenseur de l’idéologie impérialiste, décrivant cette terre africaine comme un pays sous-développé et sans avenir : l’Autre inférieur.

8La seconde forme d’altérité externe sera identifiée à l’Angleterre, vue, elle aussi, comme un pays étranger, culturellement et socialement inconnu au personnage qui y cherche vainement un centre et un endroit qu’il pourrait considérer comme sien. Si l’Afrique est perçue dans son ensemble comme l’Autre inférieur, aux yeux du protagoniste d’origine indienne l’Angleterre est le symbole de « la » civilisation (image illusoire, crée par la politique de l’empire et selon laquelle les Britanniques représenteraient la meilleure des nations) que, néanmoins, il ne parvient pas à assimiler : l’Autre supérieur.

9La deuxième forme d’altérité sera définie comme interne, car elle se retrouve dans le regard que le personnage pose sur ses origines. La critique et le rejet représentent les seuls moyens à la portée du protagoniste pour se détacher de son passé, pour s’assurer et se rassurer sur sa différence, donnant ainsi à son pays natal de statut d’Autre inférieur.

10La troisième forme d’altérité identifie l’Autre à une partie de soi, destinée à être cachée ou supprimée. Ce dernier type d’altérité, qui prendra le nom de personnelle, mène à une définition négative de l’identité (une définition à travers la négation de ce que l’on est). Quel que soit le pays qu’il tente d’adopter, le personnage naipaulien demeure pour toujours un inadapté et un éternel étranger : un étranger à soi et à jamais un Autre dans les yeux des autres.

11BEN ZAHRA MUSTAPHA

12Why “the Other” in Two Thousand Seasons ?

13Two Thousand Seasons’ reconstruction of African history allows Africans to explore the atrocities of “the Other”, and it adopts corrective measures to the economic, cultural and political oppression of postcolonial Africa. The work demonstrates that the Arabs and the Europeans are responsible for the destruction of the continent and its values. They inflicted physical and mental damage on Africans with the help of their religions. They enslaved the natives and created masters and slaves. Using violence, the revolutionaries could end slavery and the European exploitation. Armah’s strategy for a true independence and a free society from Western domination lies in the restoration of “the way”, the revolution against oppression, the abolition of kingship and Pan-Africanism. To some extent, the recreation of African history has allowed Armah to dismantle some Western myths about Africa and Africans. Hence, Armah destroys to construct. The destruction of “the Other” in his fictionalized account of the attack on Africa is the construction of the African identity and the African society. In other words, he tries to make Africans understand themselves and their mission through understanding what exactly happened to them in history by the foreign forces. It is an understanding of the self through “the Other” and his colonialist ideology.

14CAMARD CHRISTOPHE

15L’Italien sur la scène élisabéthaine : quelle altérité ?

16Dans le théâtre de Shakespeare comme dans celui de Ben Jonson, L’Italie fait souvent figure de cadre scénique privilégié, d’ailleurs exotique à la fois différent et éloigné mais aussi proche et semblable, tel un miroir déformant dans lequel peut se contempler le spectateur anglais. Or, cette tension entre l’altérité de l’Italien et sa proximité est essentielle pour comprendre quelles sont la portée et la signification de l’Italie sur la scène élisabéthaine. Cette communication s’efforcera de mettre en évidence tous les réseaux d’images sur lesquelles est fondée l’Italie des dramaturges mais aussi toutes les tensions, tous les mouvements que l’on trouve entre l’Autre et le Même, entre l’Italie et l’Angleterre. Le but sera donc de tenter de définir l’altérité italienne pour le dramaturge, mais aussi sa fonction et surtout ses ambiguïtés, à une époque où le concept d’identité nationale commence à peine à apparaître dans les esprits.

17CHAÏB LINDA

18Does residence imply local voting rights ? The current debates about residence citizenship of new migrants in New York City

19How should foreign residents - the others-be politically incorporated, at local level, when they settle in receiving countries ? Foreign residents have several ways to participate in local politics through immigrant or neighborhood organizations, for instance. But do they have the power to elect local political representatives ? In the United States, local political membership of foreign residents through the vote is possible, even though rare, which is not the case of other traditional Western countries of immigration. Advocates of the residence citizenship concept, which refers to some aspects of the original definition of citizenship of pre-emergent nation-states, introduce a distinction between national and local elections, by granting local voting rights to foreign residents without asking them to naturalize. According to this proposition, nationality and citizenship are separated, concerning local elections, by underlying residence duration as a major criterion to validate voting rights. In this paper, I seek to analyze the debates that are taking place in New York City. Opponents of local voting rights for foreign residents think that there is a risk of losing the value of American citizenship by getting around loyalty oaths, whereas supporters of residence citizenship consider that it is a relevant means to include all residents in local democracy.

20CLAYTON SUSAN

21From Foreign Pasts, Queer Presents ? - Can a genealogy of queer be traced to etymologies of terms for same-sex sexuality ?

22Our historical look at terminology for same-sex sexuality reveals that heteronormativity has depicted it as « other » by linking it with foreignness, and as from the nineteenth century and the coining of neologisms such as inversion, with contrariness. The minority has retaliated, both by making affirmative declarations addressing foreignness and contrariness but also by creating and or promoting terminology, including the recent promotion of queer.

23DARDENNE EMILIE

24Les nouvelles frontières de l’altérité ? Peter Singer contre le « spécisme »

25La question des limites du paradigme et du caractère compréhensible des cultures différentes tend aujourd’hui à dépasser les confins mêmes de la communauté humaine alors que certains philosophes anglo-saxons se prononcent contre le « spécisme », le différentialisme d’espèce. C’est le cas de l’utilitariste Peter Singer, auteur de La libération animale (1975), qui a lancé le mouvement éponyme dans les années 1970.

26Peut-on parler là de nouvelles frontières de l’éthique ? Cette théorisation, qui saisi les animaux non-humains dans leur sensibilité, dans leur proximité avec les humains et qui repousse les frontières de l’altérité pour inclure dans notre cercle de considération morale les animaux, est-elle recevable ? Quelle portée a-t-elle en ce début de xxie siècle ? Nous tenterons de répondre à ces questions en nous penchant sur quelques-uns des travaux de Peter Singer.

27DESSET FABIEN

28L’autre mythologie d’Odin chez P. B. Shelley et les Romantiques : le sens de l’absence

29Peu de critiques ont cherché à étudier les mythes Scandinaves et germaniques dans la littérature romantique britannique, et pour cause, puisqu’ils sont quasi inexistants. Mais le non-dit des modernistes a appris à la critique à se méfier de l’absence, qui est parfois plus éloquente que ce qui est clamé haut et fort. Pourquoi les romantiques britanniques ne se sont-ils pas ou très peu intéressés à cette autre mythologie, à cette mythologie de l’autre - voire aussi à l’autre celte -, alors que les traces de la Scandinavie sont nombreuses en Grande Bretagne (toponymie, noms propres, vestiges, jours de la semaine) et alors que certains romantiques allemands, comme F. G. Klopstock, ont préféré remplacer l’héritage classique par celui, plus national et plus populaire, de Woden (Odin) et Siegfried (Sigurdr) ? Quelle est leur perception de cette autre mythologie, et qu’est-ce qui la différentie de la mythologie gréco-romaine ? L’absence est-elle totale ou existe-t-il des allusions aux dieux nordiques et aux héros germaniques, et lorsqu’il y a allusion, quel est le traitement de ces mythes ?

30Cette étude replacera la poésie et la prose de P. B. Shelley dans son contexte romantique, afin de mieux cerner son attitude face à cette autre mythologie. Si le poète ne mentionne aucun dieu ou héro précis, il finit par donner son point de vue sur les bardes Scandinaves, les scaldes. Il est en outre possible d’identifier certains motifs partagés par la mythologie classique et la mythologie nordique, plus alternative, des motifs et des thèmes qui seront analysés plus en détail dans une étude ultérieure.

31DOKOU CHRISTINA

32“Southern Discomfort : Otherness On-caged in Migdalia Cruz’s Fur”

33Based on Gloria Anzaldúa’s concept of the borderline (frontera) and its resulting mixture of cultures (mestizaje), as well as on Edward Said’s conceptualization of the Other in his 1978 Orientalism, the phenomenon called here “Southern Discomfort” explores the representation of the Latina as monstrous “Other” vis-à-vis U. S. culture in Migdalia Cruz’s play, Fur. The paper shows, initially, how its protagonist, the animal-like intellectual Citrona serves as a critical though clandestine metaphor for popular American fears and stereotypes of borderline latinidad. However, Cruz’s downplaying of the ethnic elements in Fur suggests a further dimension of difference in the play, its allusion to Death as the ultimate cultural signifier/Other. Citrona is read as a Freudian Death-Goddess, and her final release as a loaded gesture of Western cultural malaise and the playwright’s own grappling with issues of hybridity and the burden of the mother-culture, claiming for the Latina Other the complex and conflicted position of a sovereign Self.

34DOUAY CATHERINE - ROULLAND DANIEL

35L’Autre dans la langue : de la co-énonciation à l’interlocution

36L’idée que c’est l’interaction, plutôt que le monologue, qui est au coeur du fonctionnement des langues naturelles tend à se développer depuis ces dix dernières années. Pourtant, on est loin d’avoir tiré toutes les conséquences de l’introduction de l’interaction en grammaire. La thèse que nous soutenons ici est que la grammaire doit être construite en rapport avec les schèmes interactionnels, et non sur des bases référentielles. La forme be + v-ing en anglais est un bon exemple d’une marque de relation comparative ou oppositive entre l’émetteur et le récepteur de la proposition. Cette analyse se situe dans le cadre général de notre étude des conditions formelles de l’interlocution (Théorie de la Relation Interlocutive).

37FOUASSIER FRÉDÉRIQUE

38L’impossible construction de l’altérité de la prostituée dans le théâtre anglais de la Renaissance

39Grâce à la définition négative mise en place par les porte-parole du discours dominant dans les pièces anglaises de la Renaissance, la prostituée est constituée comme différente en termes d’espace, de religion, de statut social et de non-appartenance au genre humain. Si les pièces participent parfois à la construction de cette altérité et se font le relais du discours dominant, des auteurs comme Ben Jonson et Thomas Middleton prennent leurs distances d’avec ce discours et le parodient, voire le dénoncent dans leurs comédies urbaines, genre florissant au tournant des seizième et dix-septième siècles qui s’attache à tourner en dérision la sottise de la société urbaine mercantile. La prostituée constitue un symbole commode des relations humaines dans cette société. Jonson et Middleton mettent en avant l’hypocrisie de la construction de l’altérité de la prostituée, et ils posent son identité avec l’épouse, représentant la norme respectable. La définition de la prostituée est mise à mal et toutes les catégories de femmes sont englobées sous le terme générique de « whore ».

40HARDING WENDY – MARTIN JACKY

41The Bartleby Experience : Literary Alterity or the Expression of the Inexpressible

42Most available conceptualizations of otherness bring us back to the already known, even if, by definition, alterity cannot be expressed in language. In this essay we explore the problem of identifying and addressing literary alterity, using as examples Melville’s enigmatic short story, “Bartleby the Scrivener,” and its sequel, Jack Gilbert’s poem, “Bartleby at the Wall.” Our critical approach is inspired by (rather than modeled on) the work of Emmanuel Lévinas, who defines alterity in terms not of a concept but of a relation between the self and the other discernible only through its effects. Since alterity cannot be represented per se, it can only be pointed to in and through a specific complex that we call the othering situation. This involves a triangular relation of three correlated terms : the sense of something unknown, the exposure of the subject, and the trace. This critical paradigm allows critics both to elucidate the named of their culture and to explore the unnamable.

43HOURDRY CAROLINE

44Le Chien Blanc et le refus viscéral de l’altérité : réflexions fullériennes sur l’éducation de l’esprit raciste

45Le film du réalisateur controversé Samuel Fuller White Dog, inspiré du roman semi-autobiographique de Romain Gary, aborde frontalement la question de l’enracinement du préjugé racial aux Etats-Unis, à travers la métaphore du chien blanc, animal dressé à des fins criminelles pour attaquer l’homme Noir, tel un taureau réagissant à la couleur rouge. L’Autre est ainsi réduit à une couleur, plus précisément à un signal engendrant la violence la plus gratuite.

46Ce racisme primaire que le chien blanc incarne à l’écran rend compte d’un conditionnement depuis l’enfance que Fuller cherche à démontrer mais aussi à problématiser, en se demandant si un dressage à rebours peut, par un long processus éducatif, modifier la relation à l’autre qu’entretiennent le chien blanc et par là-même la société américaine toute entière.

47Au delà du rejet automatique de l’homme noir éprouvé par le chien, une autre relation à l’autre s’élabore entre le chien blanc et son dresseur, un Africain américain optimiste qui voit dans sa mission une opportunité unique de stopper la machine infernale du racisme, véritable « ghost in the machine » que le dresseur cherche à éradiquer à jamais. Mais est-ce seulement possible ?

48Le film de Fuller tente de répondre à cette question, oscillant en permanence entre un rejet du Noir comme altérité physique à détruire (le dressage se révèle ainsi inefficace), et une acceptation imposée de cette altérité (dressage efficace). Le dénouement offrira une réponse inattendue à cette tentative - dangereuse selon Fuller - de vouloir à tous prix altérer la relation à l’autre sur le mode de la force.

49KUPISZ PAULINA

50The Other and Otherness in A. S. Byatt’s The Matisse Stories.

51This paper seeks to explore the concept of the other and otherness in A. S. Byatt’s The Matisse Stories, endeavouring to offer yet another level of reading and interpreting the collection. The idea of the other and otherness is considered here on the basis of the key philosophical, psychological, cultural and linguistic standpoints concerning the two notions. The discussion opens with the Other regarded as the unconscious, repressed part of the human psyche and proceeds to consider otherness in terms of the juxtaposition of different - often only apparently, people and attitudes as well as the relationship between men and women. The final part of the paper concerns the art of Henri Matisse being yet another prominent Other in the stories.

52LANGLOIS LAETITIA

53Edward Heath : l’Autre de la famille conservatrice

54Poser Heath en autre de la famille conservatrice est aujourd’hui devenu une sorte de truisme. Ses relations conflictuelles avec les membres du parti (et notamment avec Margaret Thatcher), ses positions politiques ambiguës et son caractère solitaire et distant ont contribué à la construction d’une image de Heath en tant que problème du Parti Conservateur. L’altérité de Heath donc constatée, répétée, acquise comme une sorte de vérité indiscutable mais elle est rarement analysée et encore moins contestée. Pourtant en se penchant de plus près sur son expérience de l’altérité et en en disséquant les mécanismes, on peut se rendre compte combien celle-ci est plus complexe et plus ambiguë qu’il n’y paraît à première vue. L’altérité caractérise toutes les étapes de sa carrière et pas uniquement la période 1975-1990 (période pendant laquelle il fut totalement rejeté par ses confrères du parti et pendant laquelle il s’opposa avec véhémence à Margaret Thatcher) comme il est souvent avancé. Dès le début de sa carrière, alors même qu’il venait d’être élu Chef du Parti Conservateur, Heath fut marqué du sceau de l’autre. Pourquoi fut-il toujours considéré comme l’autre du Parti Conservateur ? Comment cette altérité s’est elle manifestée ? Comment a-t-elle évolué ? En étudiant les rapports de Heath à l’altérité sous un angle plus global, il sera possible de mettre en lumière les paradoxes qui caractérisent son expérience d’autre.

55MCCABE JAMES

56Paddywhacking and mick-taking : Of being on first-name terms with the Irish Other

57Paddy and Mick, the two quintessential Irish first names, have given rise to numerous words and expressions in the English language. As such, they are fine examples of antonomasia, but the extent and nature of their reuse set them apart within this stylistic figure. Indeed, Irish names have been targeted much more often than names denoting individuals from comparable minority cultures. Over many generations, in Britain and America notably, these two first names were liberally coined to designate and denigrate the hapless or strategic Other. Negative racial stereotyping, inspired principally by British colonial discourse and American republican idealism, constituted the main driving force, but anti-Irish prejudice was successfully exported to other English-speaking countries as well (Australia, Canada and New Zealand). All of the major Irish heterostereotypes have been inscribed into these lexicalised names. This paper traces the Othering of Paddy and Mick through their numerous linguistic modulations and examines the particular reasons for such consistent onomastic abuse.

58MEREL MARIE-CLAIRE

59Anamorphoses in A. S. Byatt’s novels.

60This essay studies examples of transpositions from the visual arts to the literary text in A. S. Byatt’s Frederica quartet, focusing on two characters' visions, the heroine’s younger brother Marcus and the religious community leader Josh. The descriptions of their visual games and hallucinations may be analysed as 'verbal anamorphoses' : the first part of the study is devoted to optical anamorphoses, while the second dwells on examples of catoptric anamorphoses.

61NDONG N’NA YGOR JUSTE

62« Le barbare intellectuel face à l’oppresseur civilisateur » dans A Grain of Wheat de Ngugi Wa Thiong’o

63A travers l’article « Le Barbare Intellectuel Face à l’Oppresseur Civilisateur », le conférencier tente d’étudier les perceptions dans l’altérité en confrontant les regards croisés entre les pôles constitués de part et d’autre de la lutte pour l’Indépendance au Kenya à travers le Roman A Grain of Wheat de Ngugi Wa Thiong’o. Cette recherche facilitée par un récit en flashs back, nous révèle le caractère raciste du commissaire John Thompson motivé par un état psychique pathologique conditionné par l’idéologie civilisatrice. Alors que son principal opposant Kihika, en tête du mouvement de libération, délivre un message démagogique, qui laisse entrevoir une insensibilité face au meurtre et qui ne peut être qu’un signe de folie. Le personnage de Mugo trahit Kihika malgré lui, en souhaitant éviter toute implication à la lutte. A la veille de l’indépendance les tensions psychiques persistent à cause d’un sentiment de culpabilité communautaire, dont Mugo va apporter la thérapie en avouant sa trahison, qui aura la forme d’un sacrifice, conduisant à une régénération du peuple.

64N’GUESSAN KOUADIO GERMAIN

65From Creation to Re-creation : Gender Metamorphosis in Audre Lorde’s Ζam

66The problematic of this study is to show how Audre Lorde’s Zami (1982) deconstructs the politics of heterosexuality. It depicts how from a biological created Audre Lorde, the writer re-creates a transformed one (the lesbian) to posit homosexuality as a quest for sexual identity. In this gender metamorphosis, the novelist inspects otherness as essentially evolving from women’s struggle for the recognition of their sexual freedom. Finally, she portrays lesbianism as a forum where women can achieve sexual identity and free themselves from male domination.

67RICHOMME OLIVIER

68La construction politique de l’Autre : le cas des statistiques « ethno-raciales » aux Etats-Unis

69Les politiques de classification « ethno-raciales » participent activement à la construction identitaire aux Etats-Unis. De par le passé, cette « ethno-racisation » visait au maintien de la ségrégation et de la pureté de la « race blanche ». Aujourd’hui, ce même discours statistico-centré s’est étendu et sert à lutter contre les discriminations. Nous nous proposons d’étudier cette constante de l’histoire américaine, à savoir que de la naissance à la mort, les américains se classent, et sont classés, suivant des critères « ethno-raciaux » dans tous les domaines de la statistique. Cette omniprésence de l’identification « ethno-raciale » a comme conséquence de recentrer la conscience de soi et de l’Autre, qui sont indissociables, autour du paradigme de la classification « ethno-raciale ».

70RIVIÈRE-DE FRANCO KARINE

71La figure de l’Autre en politique, de M. Thatcher à T. Blair

72Cet article se propose d’analyser la manière dont les partis politiques se réfèrent à leurs concurrents, dont ils incluent l’Autre dans leur rhétorique et dans leurs campagnes électorales, à travers l’étude de divers supports de communication comme les programmes électoraux, les discours, les spots télévisés ou les publicités. Un double angle d’analyse permet à la fois de comparer l’utilisation de cette notion par les deux principaux partis politiques britanniques, ainsi que d’évaluer son évolution de 1979, date de l’arrivée au pouvoir de Margaret Thatcher et de l’instauration d’une politique de confrontation, à 2005, date de la dernière campagne de Tony Blair. L’image de l’Autre que les partis cherchent à donner aux électeurs s’avère basée sur la déconstruction de l’image même que l’Autre essaie de donner de lui-même. Les partis utilisent les arguments traditionnels de l’Autre pour les détourner et démontrer que l’Autre n’est pas ce qu’il prétend être.

73ROUX MAGALI

74Le devenir-autre de D. H. Lawrence en terre mexicaine.

75A partir du concept deleuzien de « devenir », cet article se propose de montrer en quoi l’expérience mexicaine de Lawrence est une étape majeure dans le parcours d’un écrivain voyageur qui interroge sans cesse les modalités et la possibilité-même d’une rencontre avec l’autre, figure aux multiples visages. Au travers d’une analyse croisée des œuvres fictionnelles et non fictionnelles de la période, on verra que cette expérience établit une tension nécessairement non résolue entre, d’une part, un constat d’altérité absolue, choc des cultures, barrière infranchissable qui empêche tout échange, et, d’autre part, un élan de reconnaissance, dynamique d’un flux désirant souterrain qui permet une communication d’un ordre différent. La notion de devenir-autre se déclinera sur les modes du devenir-indien, devenir-femme, devenir-animal, mais aussi devenir-chant de l’écriture et on montrera que cette expérience d’un devenir-autre de Lawrence en terre mexicaine s’inscrit dans une dynamique de création.

76SCHMITT ARNAUD

77Lunar Park de Bret Easton Ellis : l’autobiographie autrement

78Bret Easton Ellis s’engage de manière candide dans Lunar Park à nous révéler les détails de sa vie privée. Les choses sont claires paratextuellement, la quatrième de couverture stipulant que tout ce qui figure dans ce texte est véridique. Pourtant, cette volonté de signer un contrat de lecture autobiographique univoque avec son lecteur contraste avec le contenu du texte produit. Le lecteur se rend vite compte de la fragilité du pacte puisque l’auteur décrit dans Lunar Park est victime d’hallucinations et de phénomènes paranormaux. Les fantômes qui viennent le hanter sont issus de son œuvre et de son passé. Que ce soit par le biais de son père, ou bien celui de Patrick Bateman, le psychopathe d’American Psycho, l’autobiographie à la Ellis s’écrit autre ment, monstrueusement, de manière hyperbolique ; elle reste ancrée dans une œuvre de fiction qui a fait la part belle à la violence et à l’outrance, mais cette référence thématique aux romans d’Ellis n’empêche pas ce dernier de se dire avec une certaine sincérité.

79THIAM CHEIKH

80Now is the time to think blackness beyond fixity : Leopold Sedar Senghor and the Concept of Negritude

81Beyond the anti-colonial manifestations to which major critics of Negritude frequently limit it, Senghor’s study of prehistory, the Negro’s shared-experience-of-suffering, and Senghor’s childhood experience in Joal and Djiloor make possible a new understanding of his concept of Negritude as a theory which, at the same time, acknowledges the particularity of the Negro subject and defines races as fundamentally mixed. The study of prehistory enables Senghor to develop the theory of métissage as constitutive of human races ; the Negro’s shared-experience-of-suffering enables him to present Negritude as a relation to the world and a position within the power structure ; Senghor’s traditional African cultural background, his experience in Joal and Djiloor, influences his definition of Negritude as a being Negro. Each of the sources of Senghor’s philosophy gives a particular meaning to the concept of Negritude without silencing its other possible manifestations and enable Senghor to present blackness as a concept that is always becoming.

82TRANMER JEREMY

83The Other as a Home-grown Foreigner : British Anti-fascists and the Extreme Right

84Although the extreme right in Britain has never been a major political force, anti-fascist organisations had over 40,000 members in the late 1970s and again in the early 1990s. Given that anti-fascists define themselves solely in relation to the extreme right, the manner in which they construct it is intrinsically linked to their own identity. Not only do British activists see the extreme right as ‘fascist’, but they also view it as ‘Nazi’. The term ‘Nazi’ has thus been used systemically, leading to the main anti-fascists organisation being called the Anti-Nazi League, for example. This article aims to look in detail at how and why the extreme right has been constructed in this way. Going beyond debates about the precise nature of the far right, it will suggest that the reference to Nazism reactivates popular memories of the Second World War and appeals to patriotic instincts. In an interesting reversal, the extreme right, whose propaganda aims to whip up hatred against foreigners, is itself presented as being foreign to British politics.

85VENTURA HÉLIANE

86Mothering Alter-Narratives : Jack Hodgins’s the Drover’s Wife

87This paper examines the alterations undergone by an Australian icon who is made to transmigrate to Canada. From a traditional attitude of feminine disempowerment and resignation, the drover’s wife has moved to a masculine, robust and conquering position which operates according to the principle of the full inversion of her original status : Jack Hodgins has performed a reversal which hinges on a photograph to develop Hazel Bailey’s life in Canada as a passage from subaltern to dominant, from silenced reification to loud claims of responsibility. But the photograph which mediates her alteration is a middle-brow art, it is on the second front page of a local newspaper, and it only displays the owner of the third largest private timber company in the remote province of B. C.. The drover’s wife’s achievement must be qualified accordingly and envisaged as an example of the fecundity and ambivalence of story telling in the postcolonial age. It might also be considered as a (m) othering of alterna(rra)tives destined to interrogate fiction and its duplicates or “the relationship of the self with the self which is nevertheless other.”

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540