Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'autre

 | 
Janine Dove-Rumé
, 
Michel Naumann
, 
Tri Tran

V. Civilisation

La Figure de l’autre en politique de M. Thatcher à T. Blair

Karine Rivière-De Franco

Résumé

Cet article se propose d’analyser la manière dont les partis politiques se réfèrent à leurs concurrents, dont ils incluent l’Autre dans leur rhétorique et dans leurs campagnes électorales, à travers l’étude de divers supports de communication comme les programmes électoraux, les discours, les spots télévisés ou les publicités. Un double angle d’analyse permet à la fois de comparer l’utilisation de cette notion par les deux principaux partis politiques britanniques, ainsi que d’évaluer son évolution de 1979, date de l’arrivée au pouvoir de Margaret Thatcher et de l’instauration d’une politique de confrontation, à 2005, date de la dernière campagne de Tony Blair. L’image de l’Autre que les partis cherchent à donner aux électeurs s’avère basée sur la déconstruction de l’image même que l’Autre essaie de donner de lui-même. Les partis utilisent les arguments traditionnels de l’Autre pour les détourner et démontrer que l’Autre n’est pas ce qu’il prétend être.

Texte intégral

  • 1 En Grande-Bretagne, l’appellation d’opposition renvoie habituellement au second parti majoritaire q (...)
  • 2 Les trois autres groupes sont les leviers d’adhésion (associer des personnes ou des choses avec des (...)

1Qui est l’Autre en politique ? Ce terme peut renvoyer à la population, à des sous-groupes de population (électeurs, minorités ethniques, sexuelles ou générationnelles), aux médias, aux instituts de sondages, aux conseillers ou aux agences de publicité ; au sein même d’un parti, l’Autre peut s’entendre soit comme les adhérents et les militants, soit comme les autres partis, les adversaires politiques. C’est cette dernière acception qui sera privilégiée ici comme objet d’étude : l’autre comme adversaire politique. Le mode de scrutin britannique, le scrutin uninominal à un tour, le First-Past-The-Post, favorise le bipartisme, qui conduit à l’alternance au pouvoir de deux partis, les conservateurs et les libéraux au XIXème siècle et jusque dans les années 1920 et les conservateurs et les travaillistes depuis, ce qui amène l’analyse à se concentrer essentiellement sur ces deux derniers1, à l’exclusion des libéraux et des petits partis minoritaires. En période électorale, la rhétorique politique est basée sur deux types d’arguments principaux, l’affirmation de soi et le dénigrement de l’autre ; l’étude de la figure de l’Autre en politique va donc s’attacher à la représentation de l’adversaire dans la communication publique (et non pas interne) de ces deux partis. En effet, un parti se définit à la fois par ce qu’il est, mais également par ce qu’il n’est pas, par rapport aux autres, l’identité se créant alors à travers l’altérité. Isoler l’adversaire permet l’identification des électeurs à un parti et à son leader et le rejet de l’autre. Il s’agit de faire fonctionner chez les électeurs ce que Serge Tchakhotine dans son ouvrage sur la propagande politique appelle « les leviers de rejet », qui consistent à associer des personnes ou des choses avec des mots ou des symboles considérés comme mauvais2.

  • 3 Tony Blair a publiquement et officiellement annoncé en septembre 2006 ce qui était soupçonné depuis (...)
  • 4 Jean-Jacques Wunenburger, Imaginaires du politique, Paris, Ellipses, 2001, p. 56.

2Cet article se propose d’analyser la manière dont les conservateurs et les travaillistes se réfèrent les uns aux autres, dont ils s incluent dans leur rhétorique et dans leurs campagnes électorales, à travers l’étude de divers supports de communication : littérature électorale (manifestes, professions de foi, autre littérature, cartes de porte-à-porte, tracts), discours, spots télévisés ainsi que publicités et affiches électorales. Un double angle d’analyse permet à la fois de comparer l’utilisation de cette notion par les partis, ainsi que d’évaluer son évolution depuis 1979, date de l’arrivée au pouvoir des conservateurs avec Margaret Thatcher, de la fin du consensus de l’après-guerre et de la polarisation des partis avec l’instauration d’une politique de confrontation. L’étude portera donc sur sept campagnes électorales pour se terminer en 2005, avec la dernière campagne de Tony Blair3. Ce quart de siècle offre la possibilité d’examiner, parmi d’autres, l’image de deux leaders emblématiques et initiateurs de rupture : Margaret Thatcher qui instaura une politique de confrontation, face au Parti travailliste mais également face à certains groupes corporatistes comme les syndicats, et Tony Blair qui introduisit des réformes internes au sein du Parti travailliste, avec la « troisième voie » et des politiques de centre gauche. Comment ces deux fortes personnalités, qui attachent beaucoup d’importance à l’image et à l’aspect formel de leur communication, sont-elles représentées par le parti adverse ? Les autres leaders conservateurs et travaillistes de la période, James Callaghan, Michael Foot, Neil Kinnock, John Major, William Hague et Michael Howard, feront naturellement également l’objet d’analyse. Cette représentation s’avère d’autant plus importante que, comme le note très justement Jean-Jacques Wunenburger, « les relations entre les hommes ne se limitent pas à leurs représentations rationnelles, ni à leurs motifs conscients, mais reposent sur des affects, des images et des jeux d’images »4.

  • 5 En effet, chaque parti mobilise des militants pour aller rendre visite aux habitants de la circonsc (...)

3Il convient, au préalable, de mentionner une pratique relativement peu fréquente, qui consiste à ignorer l’Autre, à se concentrer uniquement sur son propre parti, son leader et son programme sans mentionner l’adversaire politique, comme c’est le cas dans un tiers des spots télévisés. Lorsque les hommes politiques optent pour cette stratégie, qualifiée de positive, ils cherchent d’abord à se faire connaître, comme à travers les professions de foi, rédigées en fonction des caractéristiques de chaque circonscription, ou à montrer qu’ils sont actifs et présents sur le terrain. A cet effet, leurs équipes de campagne déposent des cartes de porte-à-porte dans les boîtes aux lettres des Britanniques lors du démarchage à domicile5 ; ces dernières contiennent très peu d’informations et servent uniquement à signaler le passage du candidat. L’objectif principal qui sous-tend la négation de l’existence de l’adversaire reste d’exposer ses propres idées et de chercher à convaincre les Britanniques du bien-fondé de ses ambitions et de ses projets et de ses capacités à les mettre en œuvre. Le leader du parti est également mis en valeur, comme dans certains spots télévisés qui se concentrent sur le candidat et le parti, notamment à travers les procédés du discours, dans lequel le chef de parti expose clairement ses idées (spots des conservateurs en 1979, 1983 et 1987) ou dans les émissions de type biographie qui retracent sa vie et sa carrière, dévoilant au public une personnalité et cherchant à le rendre plus familier aux électeurs, plus proche d’eux (spot dédié à John Major en 1992, à Neil Kinnock en 1987, à Tony Blair en 1997). Dans ces exemples, l’existence de l’Autre semble niée, comme s’il ne comptait pas dans la compétition électorale, comme si les campagnes électorales ne représentaient pas l’occasion pour les électeurs de comparer les programmes et les idées des différents partis. Cette absence, très significative, peut s’interpréter comme de l’indifférence, du mépris ou du dédain, l’adversaire n’étant pas considéré comme suffisamment digne, important ou dangereux pour en parler. Toutefois, l’absence de l’Autre ne représente pas la stratégie politique la plus couramment adoptée par les partis. Le plus souvent, l’Autre occupe une place centrale au cœur de la stratégie politique du parti adverse, sous les traits d’une figure protéiforme, qu’il soit comparé pour affirmer sa propre supériorité ou dénigré pour l’exclure du jeu politique.

4Comment les hommes politiques mentionnent-ils leurs adversaires ? Quelle place leur accordent-ils ? Comment les présentent-ils ? L’image de l’Autre que les partis cherchent à donner aux électeurs est basée sur la déconstruction de l’image même que l’Autre essaie de donner de lui-même. Les partis utilisent les arguments traditionnels de l’Autre pour les détourner et démontrer que l’Autre n’est pas ce qu’il prétend être. Traditionnellement, les principaux arguments avancés par un parti et son leader ont trait à son statut dans la compétition électorale ; le gouvernement sortant souhaite se donner l’image d’un parti compétent et digne d’un nouveau mandat en mettant en avant le bilan positif de son action et en engageant les électeurs à le ré-élire afin de poursuivre le travail entrepris, tout en mettant en garde contre le danger de porter au pouvoir un parti d’opposition inconnu. L’opposition, quant à elle, cherche à projeter une image d’alternative crédible et innovante en critiquant le bilan du gouvernement et en lançant un appel au changement et à la nouveauté. Ainsi, lorsque l’Autre se vante de son programme et se déclare fier de ses politiques, les partis établissent une comparaison avec leurs propres programmes afin de démontrer son infériorité ; lorsque l’Autre affiche fièrement son bilan gouvernemental, les partis soulignent son incompétence, les promesses qu’il n’a pas tenues et concluent qu’il ne serait pas raisonnable de le ré-élire. Enfin, lorsque l’Autre s’érige en porteur de changement, les partis mettent les électeurs en garde contre le danger que cela représente pour le pays.

I-LA COMPARAISON POUR DÉMONTRER L’INFÉRIORITÉ DE L’AUTRE

  • 6 La communication politique comprend trois types d’argumentaires : positifs, négatifs et mixtes ou c (...)

5Lors des campagnes électorales, chaque parti expose son programme pour permettre aux électeurs de se déterminer et d’effectuer leur choix. Non seulement, les programmes sont détaillés dans les manifestes publiés par les partis, mais tous les supports de communication sont utilisés afin d’informer les électeurs des mesures que le parti prendrait s’il était élu (professions de foi, discours ou spots télévisés). Si les partis cherchent à démontrer le bien-fondé et la pertinence de leurs idées, l’image qu’ils entendent donner d’eux-mêmes à la population britannique se trouve déformée par la manière dont l’autre parti les représente. Chacun des deux principaux partis se compare à l’Autre pour arriver à la conclusion que l’Autre s’avère finalement bien inférieur à soi, l’Autre étant relégué à la catégorie d’un adversaire qui n’est pas à la hauteur pour relever les défis qui attendent le pays. La comparaison, qui combine une présentation négative de l’adversaire et une présentation positive de son parti, est développée de façon à faire croire à une technique objective, et non à un argumentaire totalement subjectif et orienté afin de présenter son parti sous l’angle le plus favorable possible. Cette méthode permet de convaincre les électeurs que, selon des critères qui se veulent objectifs et logiques, le parti est le mieux à même de diriger le pays, en faisant appel à la raison des électeurs, et non à leurs sentiments. Il s’agit d’une manière de reconnaître officiellement l’existence de l’Autre, mais pour le rabaisser. Souligner l’infériorité de l’Autre recouvre l’aspect mixte de la communication politique6.

6Cette comparaison des politiques ne peut être générale et vague, et porte, pour l’essentiel, sur les principaux enjeux politiques qui intéressent la population, comme l’économie (notamment l’inflation), les problèmes sociaux, l’éducation, le logement ou la défense, mais également, de manière plus personnelle, sur le leader et les qualités requises pour diriger le pays. Différents procédés sont utilisés en ce sens par les partis afin d’établir la comparaison : des procédés linguistiques (emploi de formes comparatives et superlatives ou d’oppositions), ainsi que des techniques visuelles (dans les publicités et les spots télévisés).

  • 7 Marc Auge, Le Sens des autres. Actualité de l’anthropologie, Paris, Fayard, 1994, p. 26.
  • 8 Neil Kinnock, 1987, Darlington, Neil Kinnock, 1992, Birmingham et Barry, Tony Blair, 1997, Southamp (...)
  • 9 “Labour isn’t working”, “5 years hard labour”, “This is a recession”.
  • 10 Margaret Thatcher, 1979, Gravesend, 1983, Birmingham, Harrogate, Neil Kinnock, 1987, Bristol, John (...)
  • 11 “the destroyers and the deprivers”, Neil Kinnock, 1987, Darlington, “the recession government”, “th (...)

7Pour être en mesure de se comparer, les partis doivent sélectionner la terminologie à employer pour mentionner l’Autre ; ce choix de l’appellation participe du « jeu sur les frontières qui tend (...) à l’expulser (l’Autre) pour marquer les limites de l’identité »7. Les partis déclinent toute la gamme de la partialité, allant de l’objectif et de l’impartial au subjectif très critique. L’Autre peut ainsi apparaître de manière très neutre, de la simple mention de son nom ou autre formulation sans connotation relevant de sa fonction ou de son statut (« gouvernement » ou « Premier ministre » dans les discours de Neil Kinnock en 1987 et 1992 et Tony Blair en 1997)8, au renvoi implicite à travers l’utilisation de pronoms sans référent (« ils » sur une publicité des conservateurs en 1979, « elle » pour désigner Margaret Thatcher dans une publicité travailliste de 1987), à des appellations beaucoup moins anodines, jeux de mots sur les noms (polysémie de « labour » sur des publicités des conservateurs de 1979 et de 1992 qui associent le nom du parti adverse aux notions de travail et de travaux forcés, polysémie de « Major » sur une publicité travailliste de 1992 qui redonne la signification du nom commun au nom propre du leader adverse)9, aux termes négatifs (« adversaire » dans les discours de Margaret Thatcher en 1979 et 1983, Neil Kinnock en 1987, John Major en 1992 et 1997)10 et périphrases qui décrivent ses erreurs (Neil Kinnock parle de « ceux qui détruisent et ceux qui dépossèdent », du « gouvernement de récession » et « des architectes du chômage », tandis que Tony Blair décrit les conservateurs comme « le parti du passé » ou « le parti d’une minorité »)11.

  • 12 “Political campaigns are veritable marathons of political pledges of future performances when each (...)
  • 13 The Labour Way is the Better Way, manifeste travailliste, 1979, It’s Time to Gel Britain Working Ag (...)
  • 14 Au total, 148 formes de comparatifs et 50 formes de superlatifs pour le document travailliste, 162 (...)

8Les campagnes électorales étant, comme le soulignent D. Nimmo et K. Sanders, « de véritables marathons d’engagements politiques sur les performances futures dans lesquels chaque candidat tente de renchérir sur ses adversaires »12, les formes comparatives et superlatives représentent le moyen le plus clair et évident de mettre en parallèle deux idées, deux idéologies ou deux programmes. A noter que bien souvent, le comparatif suffit aux partis politiques pour construire leur image et démolir celle de leur adversaire, le bipartisme entraînant une focalisation des deux principaux partis l’un sur l’autre, seulement deux éléments se trouvant alors à évaluer et à classer. L’ensemble de la communication du Parti conservateur et du Parti travailliste a recours à ce procédé, qui apparaît très clairement dans les titres des manifestes, dans lesquels chaque parti défend son programme et explique que ses mesures constitueraient une amélioration pour le pays, la comparaison étant fréquemment implicite (« La voie travailliste est la meilleure voie », manifeste travailliste de 1979, « L’heure est venue de remettre le pays en marche » en 1992 et « La Grande-Bretagne mérite mieux » en 1997, « Le meilleur avenir pour la Grande-Bretagne », manifeste conservateur de 1992)13. L’opposition à l’Autre, à travers ces formes grammaticales, se retrouve dans le texte des manifestes eux-mêmes, qui suivent ce modèle en insérant quantité de comparatifs et de superlatifs (5 occurrences par page dans le document travailliste de 1997 et 4 dans le document conservateur, par exemple)14. Cette caractéristique reflète la compétition, le duel, qui se déroule durant les campagnes électorales, chaque parti essayant de prouver que l’Autre est moins qualifié que soi.

  • 15 “You can choose between low inflation with the Conservatives, high inflation with the Liberals and (...)
  • 16 “In education as in so many spheres, today’s Tories want to reintroduce the past whilst we are dete (...)
  • 17 “Britain deserves better leadership and I believe the choice is now clear : strong united leadershi (...)

9Les oppositions permettent d’atteindre le même but, de mettre en parallèle les propositions d’un parti ou d’un leader et celles de son adversaire, de vanter les mérites de l’un tout en soulignant les faiblesses de l’autre, quel que soit le parti ou le sujet mentionné ; elles résument en une phrase courte deux positions antagonistes et sont fréquemment reprises par les médias. Notamment dans les discours, elles représentent également un moyen de rendre l’allocution plus vivante, en faisant réagir le public, l’incitant à alterner applaudissements (pour exprimer son soutien au programme de son parti) et huées (pour désapprouver le programme des adversaires). A travers des oppositions, les conservateurs mettent, par exemple, en lumière la supériorité de leurs politiques en matière d’inflation ou de logement (discours de Margaret Thatcher en 1983, discours de John Major en 1992)15, tandis que les travaillistes emploient le même raisonnement en ce qui concerne l’éducation pour arriver à la conclusion opposée (discours de Neil Kinnock en 1987)16 ou le parti adverse en général (discours de Tony Blair en 1997 : « Le choix entre un parti d’avenir et un parti du passé. Entre le parti d’une majorité et le parti d’une minorité. Entre un parti qui propose une direction forte et un parti mené avec faiblesse qui propose la dérive »)17

  • 18 Emission du 19 mai 1987.
  • 19 Emission du 15 avril 1997.

10Les images, photographies ou dessins, permettent aux partis d’illustrer, de façon visuelle et marquante pour les électeurs, l’infériorité de l’Autre en matière de programmes et de compétences gouvernementales. Cette technique est essentiellement utilisée dans les publicités et les spots télévisés. Le Parti conservateur met en images l’infériorité des travaillistes, en soulignant son inaptitude à gérer les troubles sociaux de l’hiver 1979, mise en parallèle avec la manière dont les conservateurs ont su redresser la situation à partir de leur élection la même année (images d’archives de l’époque insérées dans un spot télévisé de 1987)18 ou en démontrant le caractère inadapté de leur politique de défense (dessin de deux hérissons dotés de plus ou moins de pics symbolisant la force ou la faiblesse du pays dans une publicité de 1992). Le Parti travailliste oppose à plusieurs reprises, de manière picturale, la notion de retour en arrière, incarnée par les conservateurs, à celle d’aller de l’avant, incarnée par son propre parti ; l’avenir, plein d’espoirs, l’emporte sur le passé, jugé de manière négative (deux flèches aux couleurs des partis, rouge et bleue, symbolisent ces directions sur une publicité de 2005, un bulldog enchaîné au début d’un spot de 1997 sous un gouvernement conservateur finit par se libérer à l’annonce des propositions des travaillistes pour l’avenir)19. Il établit également des comparaisons basées sur des politiques précises, comme l’économie (un texte divisé en deux colonnes détaille les politiques des deux partis concernant l’inflation pour conclure à la supériorité du programme travailliste dans une publicité de 1979).

  • 20 “Me ? Or the Labour leader ?”, John Major, 1997, Plymouth. “The Prime Minister will be me. Or the L (...)

11Enfin, l’Autre, le leader adverse fait également l’objet de comparaisons ; son aptitude à devenir le prochain Premier ministre est mise en question, il est présenté comme le candidat le moins adapté. Les qualités personnelles respectives des deux leaders sont exposées aux électeurs, de manière à influencer la conclusion qu’ils vont tirer de cette comparaison de personnalités. Chaque parti tente d’influencer la vision que les électeurs ont du leader adverse, l’importance du leader n’étant plus à démontrer dans les démocraties modernes comme la Grande-Bretagne, qui, sans parler de présidentialisation au sens propre, connaît une très forte personnalisation de la politique, d’autant plus que le leader du parti majoritaire au parlement devient automatiquement le Premier ministre ; les leaders occupent une place très importante dans le système politique britannique et la communication d’un parti se trouve donc désormais essentiellement centrée sur son leader, l’autre parti reprenant l’image du leader pour la détourner à son avantage. John Major place les électeurs devant ce duel de leaders dans plusieurs discours de 1997 (« Moi ? Ou le chef travailliste ? », « Le Premier ministre, ce sera moi. Ou le chef travailliste »)20.

II-LA DÉMYSTIFICATION DE L’IMAGE DU GOUVERNEMENT SORTANT : UN PARTI INCOMPÉTENT, MALHONNÊTE ET DANGEREUX

12Lors des campagnes électorales, le gouvernement sortant dispose d’un avantage sur l’opposition ; fort de son mandat à la tête du pays, il s’appuie sur son bilan afin de souligner les effets bénéfiques de son action et solliciter une ré-élection. Toutefois, l’image du gouvernement sortant projetée dans la communication de l’opposition s’avère fort éloignée de cette description très positive. L’opposition se sert de ce bilan pour démonter l’incompétence de l’Autre, sa malhonnêteté et les conséquences néfastes d’une éventuelle ré-élection. La force de l’expérience est transformée en handicap. Cela recouvre l’aspect négatif de la communication politique, qui vise à se concentrer sur la critique de l’Autre pour lui enlever toute crédibilité. L’opposition représente l’Autre comme incompétent, incapable de diriger correctement le pays, de prendre les mesures qui s’imposent, accumulant les mauvais résultats mais se refusant à admettre l’échec de ses politiques et à en changer. Les deux partis adoptent le même comportement lorsqu’ils se trouvent dans la même position politique. Le grand nombre de références au passé s’avère déjà un indice du degré de négativité de la communication, l’opposition émettant de nombreuses critiques à l’encontre du gouvernement sortant, comme le révèlent, par exemple, les manifestes (avec en moyenne une référence au passé par page dans les manifestes de 1997).

  • 21 Emission du 19 avril 1979.
  • 22 “Labour isn’t working”, “A government wich has got the worts record on prince rises of any Europe c (...)
  • 23 Emission du 19 mai 1987, “The “British disease” of trade union militancy, strikes, headlong decline (...)

13Lorsque les conservateurs sont dans l’opposition, avant 1979 et depuis 1997, ils contestent les bons résultats avancés par le gouvernement travailliste, que ce soit leur politique en général (image des sportifs essoufflés dans un spot télévisé de 1979)21 ou des domaines particuliers comme l’économie (le nombre élevé de chômeurs est dénoncé dans une publicité de 1979 qui représente une file de demandeurs d’emploi qui occupe toute la largeur de l’affiche et qui joue sur la polysémie du terme « labour » ; le fort taux d’inflation est mentionné dans un discours de Margaret Thatcher en 1979 ; l’image de la maladie est utilisée par John Major dans un discours de 1992 pour dénoncer la place des syndicats sous les gouvernements travaillistes)22 ou les questions sociales (les troubles et les grèves de l’hiver 1979 ne cessent d’être repris dans la communication du Parti conservateur, non seulement lors de la campagne de 1979, mais lors de toutes les campagnes suivantes, même lorsque le Parti est au gouvernement, comme dans un spot télévisé de 1987 ou dans un discours de John Major en 1992 qui utilise également l’image de la maladie, afin de remémorer cette époque aux électeurs ou d’informer les jeunes qui ne l’auraient pas connue)23. L’utilisation de données chiffrées rend les critiques plus crédibles ; servant de preuves indiscutables, elles visent à impressionner les électeurs en faisant autorité.

  • 24 “She who has no experience of the NHS at all insists that all is well”, Neil Kinnock, 1987, Darling (...)
  • 25 “Britain deserves better leadership and I believe the choice is now clear : strong and united leade (...)

14Lorsque les travaillistes se trouvent à leur tour dans opposition, l’Autre, conservateur, tient le rôle de l’incompétent. La gestion des enjeux de santé et d’emploi représente fréquemment la cible des attaques émises par les travaillistes, que ce soit dans leurs manifestes (manifeste de 1992) ou dans les discours prononcés par les leaders (en 1987, 1992 ou 1997)24. Par ailleurs, des images et des photo-montages sont utilisés afin de rendre les critiques plus percutantes, de frapper les électeurs, de les faire rire en ridiculisant l’Autre, afin que le message du parti soit plus facilement mémorisé dans l’espoir qu’il influence les Britanniques dans leurs choix. Les travaillistes assimilent ainsi l’Autre à un lemming, afin de démontrer son incapacité générale à gouverner (discours de Tony Blair en 1997)25. Ils retouchent des photographies des leaders conservateurs pour souligner leurs piètres résultats économiques ; le chancelier de l’Echiquier, Norman Lamont, se retrouve sous les traits de Vatman, une adaptation du héros bien connu qui joue sur les mots (taxe de la TVA qui a été augmentée par le gouvernement, publicité de 1992). Le Premier ministre et le Chancelier sont également représentés en Laurel et Hardy, personnages populaires et sympathiques, mais qui ne correspondent guère à l’image de sérieux et de compétence requise pour de telles fonctions (publicité de 1997). Enfin, une caricature de Margaret Thatcher est reproduite sur un tract, la tête semblant exploser, tel un champignon atomique, le seul moyen de réduire le chômage, selon les travaillistes, étant de la faire disparaître. L’éviction de la scène politique est ici représentée comme la disparition physique, au sens propre, du Premier ministre sortant (tract de 1983).

15L’Autre apparaît ainsi comme peu qualifié pour diriger à nouveau le pays. D’ailleurs, le meilleur argument pour démontrer son incompétence consiste à reprendre les promesses qu’il a faites afin d’être élu et de montrer qu’il ne les a pas tenues ; non seulement l’Autre s’est avéré incompétent, mais, en outre, il est malhonnête, n’hésitant pas à promettre aux Britanniques ce qu’il ne pourra pas tenir une fois au gouvernement. En effet, si les promesses électorales représentent un passage obligé de la rhétorique politique, une manière percutante d’exposer les principales propositions politiques du parti, elles se retournent également contre le parti en étant ultérieurement réutilisées par l’adversaire, qui cherche à souligner le décalage entre ce qui a été promis lors de la campagne et ce qui s’est réellement passé une fois que le parti était au gouvernement. La banalisation des promesses électorales sans lendemain et l’inconstance de l’Autre sont dénoncées. L’Autre est tout simplement accusé de mentir, que l’insulte soit implicite ou explicite. Dès lors, après avoir démontré la supercherie de l’Autre, comment les électeurs pourraient-ils encore lui accorder leur confiance ? Il n’apparaît plus crédible.

  • 26 “the Conservatives' broken promises taint all politics”, New Labour Because Britain Deserves Better (...)
  • 27 “If lie s prepared to lie to take us to war, he’s prepared to lie to win an election”.
  • 28 “Before the 1979 General Election, Mrs Thatcher said our great assets from North Sea Oil would be u (...)
  • 29 “If unemployment is not below three million in five years, then I’m not worth electing”.
  • 30 “tax cuts year on year”, “22 tax rises since 1992”. Cette technique permet de modifier la perceptio (...)

16Le Premier ministre lui-même se voit accusé, en général, de ne pas tenir ses promesses, de manière linguistique (le manifeste travailliste de 1997 accuse ainsi John Major : « les promesses que les conservateurs n’ont pas tenues souillent l’ensemble du monde politique »)26, ou de manière picturale (la photographie de Tony Blair apparaît sur une publicité de 2005 qui met en doute l’intégrité et l’honnêteté du Premier ministre, en l’accusant d’avoir « menti » au sujet de la guerre en Irak)27. Des promesses précises sont rappelées, afin de gagner en crédibilité ; ces éléments, tout à la fois preuves et propos rapportés, servent à marquer l’écart entre ce qui a été promis et une réalité qui ne semble pas contestable (Michael Foot relève la contradiction de la politique des conservateurs en matière de politique industrielle dans un discours de 1983)28. Les promesses précises, pour gagner encore en pouvoir de persuasion, sont étayées de citations des propos de l’Autre ; deux paroles sont ainsi opposées : celle de l’Autre à l’époque de l’engagement et celle du parti plusieurs années après (les travaillistes citent Norman Tebbit et son engagement en matière de chômage dans une publicité de 1983)29. Dans la tendance à la plus grande personnalisation de la politique, associer l’image du leader (sa photographie) avec ses propos (citation) crée une association, dans l’esprit de la population, entre le mensonge et celui qui l’a prononcé (les travaillistes reproduisent la photographie de John Major qu’ils retouchent afin de le faire apparaître comme un monstre bicéphale, une tête tournée vers l’arrière, accompagnée de sa promesse « des réductions d’impôts année après année », l’autre vers l’avant avec l’accusation de mensonge « 22 augmentations d’impôts depuis 1992 » dans une publicité de 1997)30.

17Après avoir présenté l’Autre comme une figure d’incompétence et de malhonnêteté, l’opposition, de manière très logique, conclut à la menace que présente la ré-élection de ce parti. L’Autre est donc présenté comme la figure du danger, ne pouvant mener le pays que vers davantage de désastres. Il s’agit de forcer le trait, de le caricaturer, de dépeindre l’Autre sous un aspect très négatif afin d’effrayer les électeurs. L’évocation catastrophique de l’avenir du pays doit mener les électeurs, par un mélange de raisons, de sentiments et de peurs, à prendre conscience que continuer ainsi ne serait pas possible.

  • 31 “The Manifesto is more of a threat than a promise, and should carry a national health warning”, New (...)
  • 32 “They will be forced to destroy the welfare state”, Michael Foot, 1983, Birmingham.
  • 33 “But one thing you can’t say is that the Health Service is safe in their hands”, Neil Kinnock, 1987 (...)
  • 34 Max Atkinson, Our Masters' Voices. The Language and Body Language of Politics, London, Methuen, 198 (...)

18Certaines menaces restent générales, imprécises ou globales (sur le candidat et sa politique) ; lors de la sortie du manifeste conservateur de 1987, Bryan Gould, le coordinateur de la campagne travailliste, dénonça le document conservateur comme « une menace plus qu’une promesse » et déclara qu’il devrait comporter la mention « nuisible pour la santé nationale »31. D’autres menaces se font plus précises, ciblant un aspect de la vie des Britanniques qui serait en péril, le système d’Etat providence dans son ensemble (danger dénoncé par Michael Foot dans un discours de 1983)32, le système de santé en particulier (menace lancée par Neil Kinnock dans un discours de 1987 ou Tony Blair en 1997 : « Et je vous mets en garde : si les conservateurs reviennent au pouvoir, d’ici cinq ans, il n’y aura plus de service public de santé digne de ce nom »)33 ou l’emploi (Michael Foot met en garde les travailleurs dans un discours de 1983, grâce au procédé rhétorique de la structure en trois parties, qui joue un rôle dans le rythme du discours, en créant une attente chez le public, grâce à l’intonation montante dans l’énoncé des deux premières parties et l’intonation descendante à la fin de la troisième)34.

III-LA DÉMYSTIFICATION DE L’IMAGE DE L’OPPOSITION : UN PARTI DANGEREUX PLUS QUE NOVATEUR

  • 35 “the best ad (...) follow the principle of not attempting to create, but rather capitalizing on moo (...)
  • 36 Max Atkinson, Our Masters' Voices, op. cit., p. 10.
  • 37 Jean-Jacques Wunenburger, Imaginaires du politique, Paris, Ellipses, 2001, p. 23.

19L’opposition, qui ne dispose d’aucun bilan à présenter aux électeurs, développe au contraire les notions de changements, de réformes, de nouveautés ; elle entend se poser en alternative gouvernementale, se donner l’image d’un gouvernement potentiel crédible, qui remettra le pays en route, résoudra les problèmes et améliorera la vie des Britanniques. Toutefois, la communication politique du gouvernement sortant transforme totalement cet argumentaire : l’attrait de la nouveauté est transformé en danger de l’inconnu. Alors que les électeurs connaissent le gouvernement sortant, ses ministres et ses politiques, ils ignorent comment l’Autre se comportera une fois au pouvoir. Le gouvernement sortant joue, lui aussi, sur la peur (de quoi le lendemain serait fait pour la population), mais avec en argument implicite l’idée, qu’à tout prendre, le ré-élire représente peut-être un moindre mal, une solution plus sûre. Les hypothétiques politiques de l’opposition sont décrites comme pouvant avoir des conséquences apocalyptiques pour le pays, d’autant plus qu’elles sont bien souvent présentées comme extrêmes voire extrémistes. Ce raisonnement s’adresse particulièrement aux électeurs indécis, qui ne ressentent aucune identification partisane envers l’un des deux partis. Non seulement l’Autre représente l’inconnu, mais il risque également de remettre en question tout le travail accompli jusqu’à présent par le gouvernement sortant, qui s’évertue donc à le présenter comme un destructeur. Voter pour l’Autre signifie mettre un terme à l’action du gouvernement sortant mais aussi effacer les résultats positifs qu’il a pu obtenir. L’Autre apparaît comme le danger contre lequel le gouvernement sortant met la population en garde, notamment dans les publicités, qui permettent d’exploiter les doutes que les Britanniques peuvent déjà entretenir, puisque, selon les consultants politiques : « la meilleure publicité (...) a pour principe de ne pas essayer de créer, mais plutôt d’exploiter des humeurs, des croyances ou des préjugés qui existent déjà chez les électeurs »35, ainsi que dans les discours particulièrement adaptés pour jouer sur la peur, les chefs de parti faisant prendre conscience au public de ce qu’il pourra souffrir et cherchant à imprégner son esprit d’images catastrophiques quant à la présence éventuelle d’un autre parti au pouvoir. Dans les discours, les leaders peuvent mobiliser le public contre l’Autre, en suscitant des applaudissements, des acclamations, des rires et des huées, toutes activités collectives qui sont des modes de réponse de substitution et qui permettent de renforcer la solidarité du groupe36 (l’exclusion de l’Autre permet de souder le groupe, le « nous »)37.

  • 38 “threat”, James Callaghan, 1979, Southampton, John Major, 1992, London. “danger”, John Major, 1997, (...)
  • 39 Georges Molinie, Dictionnaire de rhétorique, Paris, Librairie générale française, Le Livre de poche (...)

20Le gouvernement sortant se montre très explicite dans sa dénonciation du danger présenté par l’Autre, comme l’indique la terminologie employée par les Premiers ministres (mot « menace » dans les discours de James Callaghan en 1979 et de John Major en 1992, « danger » dans un discours de John Major en 1997 et dans la lettre de Margaret Thatcher aux électeurs en 1987, « peur », « cauchemar » et « désastre » dans un discours de John Major en 1992, « catastrophe nationale » dans la lettre aux électeurs de Margaret Thatcher en 1987)38. Les partis entendent mettre les électeurs en garde contre le péril présenté par l’adversaire politique. Ces mises en garde contre l’Autre sont utilisées pour inspirer la crainte chez les Britanniques, c’est-à-dire, d’après George Molinié auteur d’un dictionnaire de rhétorique, « une peine ou un trouble qui vient de l’imagination d’un mal capable d’entraîner destruction ou chagrin »39.

  • 40 “Labour would threaten our achievements, undo our reforms and hamstring Britain”, The Best Future f (...)
  • 41 “How long do you think it would take Labour to destroy our success ? Just as a tree that has taken (...)
  • 42 “Compared to them, a chameleon is consistent”, John Major, 1997, Plymouth.
  • 43 “Do we want a strife-torn, strike-ridden, divided society; or have we the determination to create a (...)
  • 44 “Four Left uppercuts to bring the influence and independence of the United Kingdom crashing to the (...)
  • 45 John Major débute huit phrases d’un de ses discours de 1992 par « Je vous mets en garde », “I warn (...)
  • 46 “the abuses of left-wing Labour councils have shocked the nation”, The Next Moves Forward, manifest (...)
  • 47 “hyperbole is the stuff of political debate and there is nothing new in presenting one’s opponents (...)
  • 48 Toutefois, en ce qui concerne cette publicité, les conservateurs se sont vus contraints de la retir (...)

21Au gouvernement, le Parti conservateur commence par dénoncer le danger du retour en arrière (manifeste de 1992 : « Les travaillistes menaceraient nos réussites, annuleraient nos réformes et paralyseraient la Grande-Bretagne »)40, parfois à l’aide d’images ou de métaphores (Margaret Thatcher et John Major utilisent l’image de l’arbre dans leurs discours en 1987 et 1992, auquel ils comparent leurs réussites et qui serait détruit par les travaillistes : « Comme un arbre, à qui il a fallu des centaines d’années pour atteindre la maturité, peut être abattu en quelques minutes, la prospérité que nous avons mis huit années à bâtir pourrait être détruite par les travaillistes en quelques petites semaines »)41, puis il précise ses mises en garde. L’Autre n’a pas de réel programme, il est confus et ne cesse de changer d’idées (image du caméléon employée par John Major dans un discours en 1992)42 ; quand il a un réel programme, chacune de ses propositions se révèleraient désastreuses, sa politique économique (dénoncée dans des discours conservateurs de 1987 ainsi que dans une publicité de 1992 sur laquelle apparaissent trois boulets, conséquences du programme travaillistes)43, sa politique internationale avec la place de la Grande-Bretagne dans le monde (John Major a recours à une image sportive, la boxe, pour expliquer comment l’influence du pays s’amoindrirait sous un gouvernement travailliste dans un discours de 1997 : « Quatre uppercuts gauches pour mettre au tapis l’influence et l’indépendance du Royaume-Uni »)44. Le danger est d’autant plus grand lorsque plusieurs politiques sont mentionnées en même temps (John Major utilise la figure de la répétition dans un discours de 1992 pour dénoncer plusieurs aspects du programme travailliste et Margaret Thatcher emploie une image footbalistique dans le même but dans un discours de 1983)45. Les conservateurs n’hésitent pas à brandir la menace de l’extrémisme, cherchant à créer dans l’esprit des électeurs une association entre socialisme et communisme, extrême gauche, dictatures et anciens pays de l’Est, en soulignant les excès de l’aile gauche du Parti, notamment à travers son soutien à des projets contestables au niveau local (manifestes de 1987 et 1992, discours de Margaret Thatcher en 1987 qui accuse les travaillistes de ne pas afficher leurs réelles convictions politiques, leur socialisme : « Ils l’ont emballé de cellophane et de roses. Parfumé l’espace d’une journée mais au combien transparent »)46. Ils souhaitent convaincre les électeurs que l’Autre ne mérite pas sa place dans la compétition électorale, puisque son idéologie et son programme ne se situent pas dans la norme de ce qui est acceptable pour un pays démocratique comme la Grande-Bretagne. D’ailleurs les intentions nuisibles, voire maléfiques de l’Autre apparaissent d’une manière visuelle très forte lorsque le leader adverse est dépeint sous les traits du diable ; si la diabolisation de l’adversaire fait partie des procédés de propagande, et s’intègre dans des campagnes électorales de plus en plus négatives, et si, au sens figuré, « le débat politique est fait d’hyperboles, et il n’y a rien de nouveau à présenter ses adversaires comme des personnages diaboliques s’apprêtant à mener le pays au désastre »47, sa mise en image à travers la manipulation de la photographie de l’Autre, à laquelle sont ajoutés par exemple des yeux rouges, reste exceptionnelle (publicité des conservateurs en 1997)48.

  • 49 “Economic disaster”, “Towering interest rates”. Comme l’explique Katérina Stenou, « cette tentation (...)
  • 50 “And this is the promise to the pensioners that is now under threat from the Conservatives”, James (...)
  • 51 “I ask you-go out and tell the people of the danger we face (...) the United Kingdom is in danger. (...)

22Les gouvernements travaillistes dénoncent également le danger du retour en arrière (manifeste de 1979), ainsi que certaines propositions précises de l’opposition en matière économique (une publicité de 2001 conçue comme une parodie d’affiche de film de science-fiction catastrophe dans lequel le leader conservateur tient le rôle principal mentionne « un désastre économique » et des « taux d’intérêt vertigineux », assimilant l’Autre à une sorte d’extraterrestre ; dans un discours de 1979 James Callaghan a recours à des questions rhétoriques, ne s’attendant pas à ce que le public lui réponde, il apporte lui-même la réponse, mais elles permettent de rendre les attaques plus percutantes)49’, ou en matière de retraites (discours de James Callaghan en 1979)50. Afin de donner davantage de poids à leurs mises en garde contre l’Autre, après avoir informé les Britanniques, les partis peuvent leur assigner une mission de prosélytisme et de conversion en leur demandant de répandre la bonne parole autour d’eux afin que tout le monde soit conscient du danger (John Major investit le public d’une mission de salut public dans un discours de 1992 en déclarant : « Je vous le demande : sortez et informez les gens des dangers que nous courons (...) le Royaume-Uni est en danger. Réveillez-vous, mes chers compatriotes. Réveillez-vous maintenant, avant qu’il ne soit trop tard »)51.

CONCLUSION

  • 52 Jean Baudrillard, Marc Guillaume, Figures de l’altérité, Paris, Descartes et Cie, 1994, p. 169.

23Cette étude permet de conclure à la forte présence de l’Autre dans la communication politique des partis ; l’Autre se trouve systématiquement exclu, ce qui semble conforme aux règles du jeu politique, puisqu’il s’agit, comme pour une marque à travers la publicité, d’employer tous les moyens possibles pour se différencier de l’adversaire, grossir le trait ou le caricaturer. Si les partis veillent à soigner leur image, ils n’oublient pas, parallèlement, de dénigrer leur adversaire. Ils se basent même sur l’image que l’Autre tente de projeter pour le critiquer. L’analyse du contenu du discours politique montre que l’Autre se trouve systématiquement comparé, dénigré, rabaissé, notamment à travers la terminologie employée pour le désigner, la comparaison grammaticale utilisée pour le dévaloriser ou les procédés stylistiques, métaphoriques et picturaux usités pour le dénigrer. Comme il a été démontré, cette image est systématiquement décortiquée et déconstruite. Toutefois, les techniques utilisées par les deux grands partis ne leur sont pas propres ; elles sont interchangeables et dépendent de leur statut politique, gouvernement sortant ou opposition ; il s’avère donc que la présence de l’Autre dans la rhétorique d’un parti ne sert qu’à se différencier de lui. Il convient de dépeindre l’Autre comme différent, même s’il ne l’est pas tant que cela, l’Autre étant trop souvent son semblable, comme le remarque Jean Baudrillard « avec la modernité, on entre dans l’ère de la production de l’Autre. Il ne s’agit plus de le tuer, de le dévorer ou de le séduire, de l’affronter, de rivaliser avec lui, de l’aimer ou de le haïr, il s’agit d’abord de le produire. Ce n’est plus un objet de passion, mais de production »52. Or, si les partis cherchent tant à se différencier les uns des autres, c’est bien peut-être qu’en réalité, l’Autre n’est que le reflet de soi-même.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ATKINSON Max, Our Masters' Voices. The Language and Body Language of Politics, London, Methuen, 1984.

MOLINIE Georges, Dictionnaire de rhétorique, Paris, Librairie générale française, Le Livre de poche, 1992.

AUGE Marc, Le sens des autres. Actualité de l’anthropologie, Paris, Fayard, 1994.

BAUDRILLARD Jean, GUILLAUME Marc, Figures de l’altérité, Paris, Descartes et Cie, 1994.

BLONDEL Jean, Voters, Parties and Leaders. The Social Fabric of British Politics, Harmondsworth, Penguin, 1974 (première édition 1963).

BONGRAND Michel, Le Marketing politique, Paris, PUF, 1993 (1ère édition 1986) (Que sais-je ? 1698).

BOWLER Shaun, FARRELL David M., eds., Electoral Strategies and Political Marketing, New York, St Martin’s press, 1992.

BUDGE Ian, MCKAY David, The Developing British Political System : the 1990s, London, Longman, 1993.

FRANKLIN Bob. Packaging Politics : Political Communications in Britain’s Media Democracy, London, Edward Arnold, 1994.

GOUREVITCH Jean-Paul, La Politique et ses images, Paris, Edilig, 1986.

JOLY Martine, Introduction à l’analyse de l’image, Paris, Nathan, 1993.

JONES Nicholas, Soundbites and Spin Doctors, London, Indigo, 1996.

JOWETT Garth S., O’DONNELL, Victoria, Propaganda and Persuasion, London, Sage, 1992.

KAID Lynda Lee, HOLTZ-BACHA Christina, eds., Political Advertising in Western Democracies, London, Sage, 1995.

KAVANAGH Dennis, Electoral Politics, Oxford, Clarendon, 1992.

NIMMO Dan D., SANDERS Keith R., eds., Handbook of Political Communication, London, Sage, 1981.

STENOU Katérina, Images de l’Autre. La différence : du mythe au préjugé, Paris, Seuil, Editions Unesco, 1998.

TCHΑΚΗΟΤΊΝΕ Serge, Le viol des foules par la propagande politique, Paris, Gallimard, 1952.

WUNENBURGER Jean-Jacques, Imaginaires du politique, Paris, Ellipses, 2001.

Notes

1 En Grande-Bretagne, l’appellation d’opposition renvoie habituellement au second parti majoritaire qui n’est pas au gouvernement, soit les conservateurs, soit les travaillistes. Les libéraux et les autres partis minoritaires font également partie de l’opposition, mais ils ne sont pas considérés comme l’opposition officielle.

2 Les trois autres groupes sont les leviers d’adhésion (associer des personnes ou des choses avec des mots et des symboles jugés comme bons), les leviers d’autorité (témoignages, expérience) et les leviers de conformisation (se positionner comme membre d’un groupe au comportement homogène). Ces quatre leviers opèrent sous forme de réflexes conditionnés, Serge Tchakhotine, Le Viol des foules par la propagande politique, Paris, Gallimard, 1952, p. 353.

3 Tony Blair a publiquement et officiellement annoncé en septembre 2006 ce qui était soupçonné depuis longtemps, à savoir qu’il laisserait la place à Gordon Brown d'ici les prochaines échéances électorales ; il a même précisé qu’il ne serait plus leader du parti pour le prochain congrès annuel, qui se tient traditionnellement au mois de septembre.

4 Jean-Jacques Wunenburger, Imaginaires du politique, Paris, Ellipses, 2001, p. 56.

5 En effet, chaque parti mobilise des militants pour aller rendre visite aux habitants de la circonscription. Munis des listes électorales, ils sont chargés de noter pour qui l’électeur a l’intention de voter et ils inscrivent en face du nom de l’électeur un F (For) si c’est un sympathisant, un A (Against) si c’est un opposant, et un D (Doubter) si c’est un indécis. Le jour du scrutin, cette liste sert à mobiliser les sympathisants.

6 La communication politique comprend trois types d’argumentaires : positifs, négatifs et mixtes ou comparatifs.

7 Marc Auge, Le Sens des autres. Actualité de l’anthropologie, Paris, Fayard, 1994, p. 26.

8 Neil Kinnock, 1987, Darlington, Neil Kinnock, 1992, Birmingham et Barry, Tony Blair, 1997, Southampton.

9 “Labour isn’t working”, “5 years hard labour”, “This is a recession”.

10 Margaret Thatcher, 1979, Gravesend, 1983, Birmingham, Harrogate, Neil Kinnock, 1987, Bristol, John Major, 1992, London, 1997, Plymouth.

11 “the destroyers and the deprivers”, Neil Kinnock, 1987, Darlington, “the recession government”, “the architects of unemployment”, Neil Kinnock, 1992, Birmingham, “a party for the past”, “a party for the few”, Tony Blair, 1997, London.

12 “Political campaigns are veritable marathons of political pledges of future performances when each candidate tries to outdo opponents”, Dan D. NImmo, Keith R. Sanders (sous la direction de), Handbook of Political Communication, London, sage Publications, 1981, p. 199.

13 The Labour Way is the Better Way, manifeste travailliste, 1979, It’s Time to Gel Britain Working Again, manifeste travailliste, 1992, New Labour Because Britain Deserves Better, manifeste travailliste, 1997, The Best Future for Britain, manifeste conservateur, 1992.

14 Au total, 148 formes de comparatifs et 50 formes de superlatifs pour le document travailliste, 162 formes de comparatifs et 59 formes de superlatifs pour le document conservateur.

15 “You can choose between low inflation with the Conservatives, high inflation with the Liberals and the SDP, and hyper-inflation with Labour”, Margaret Thatcher, 1983, Birmingham. “All the good ideas to widen choice in housing are Conservative-they are our ideas. And all the policies to undermine home-ownership-they are Labour’s”, John Major, 1992, Manchester

16 “In education as in so many spheres, today’s Tories want to reintroduce the past whilst we are determined to help people equip themselves for the realities of the future”, Neil Kinnock, 1987, Bristol.

17 “Britain deserves better leadership and I believe the choice is now clear : strong united leadership with Labour, or a Tory party that betrays all the leadership qualities of lemmings, Tony Blair, 1997, Southampton, “The choice between a party for the future and a party for the past. Between a party for the many and a party for the few. Between a party offering leadership and a weakly led party offering drift”, Tony Blair, 1997, London.

18 Emission du 19 mai 1987.

19 Emission du 15 avril 1997.

20 “Me ? Or the Labour leader ?”, John Major, 1997, Plymouth. “The Prime Minister will be me. Or the Labour leader”, John Major, 1997, London.

21 Emission du 19 avril 1979.

22 “Labour isn’t working”, “A government wich has got the worts record on prince rises of any Europe country except Italy”, Margaret thatcher 1979, Newcastel, “The “British desease” of trade union militancy constant striker, headlong decline”, John Major ,1992 London.

23 Emission du 19 mai 1987, “The “British disease” of trade union militancy, strikes, headlong decline”, John Major, 1992, London.

24 “She who has no experience of the NHS at all insists that all is well”, Neil Kinnock, 1987, Darlington, “But one thing you can’t say is that the Health Service is safe in their hands”, Neil Kinnock, 1987, Darlington.

25 “Britain deserves better leadership and I believe the choice is now clear : strong and united leadership with Labour, or a Tory party that betrays all the leadership qualities of lemmings”, Tony Blair, 1997, Southampton.

26 “the Conservatives' broken promises taint all politics”, New Labour Because Britain Deserves Better, manifeste travailliste, 1997.

27 “If lie s prepared to lie to take us to war, he’s prepared to lie to win an election”.

28 “Before the 1979 General Election, Mrs Thatcher said our great assets from North Sea Oil would be used to re-build industry. But (...) industry lies in ruins”, Michael Foot, 1983, Plymouth.

29 “If unemployment is not below three million in five years, then I’m not worth electing”.

30 “tax cuts year on year”, “22 tax rises since 1992”. Cette technique permet de modifier la perception de la réalité ; en effet, comme l’explique Martine Joly, « toute image est désormais manipulable et peut perturber la distinction entre ‘réel’ et ‘virtuel’ », JOLY Martine, Introduction à l’analyse de limoge, Paris, Nathan 1993 p. 19.

31 “The Manifesto is more of a threat than a promise, and should carry a national health warning”, News Release, Labour Party, 18/05/1987, GE/33/87, Labour Party Archives, Manchester.

32 “They will be forced to destroy the welfare state”, Michael Foot, 1983, Birmingham.

33 “But one thing you can’t say is that the Health Service is safe in their hands”, Neil Kinnock, 1987, Darlington, “And I warn you that if the Tories get back, there will not be a National Health Service worth the name in five years' time”, Tony Blair, 1997, Southampton.

34 Max Atkinson, Our Masters' Voices. The Language and Body Language of Politics, London, Methuen, 1984, p. 63.

35 “the best ad (...) follow the principle of not attempting to create, but rather capitalizing on moods, beliefs and prejudices already present in the electorate”, Larry J. Sabato, The Rise of Political Consultants. New Ways of Winning Elections, New York, Basic Books, Inc. Publishers, 1981, p. 170.

36 Max Atkinson, Our Masters' Voices, op. cit., p. 10.

37 Jean-Jacques Wunenburger, Imaginaires du politique, Paris, Ellipses, 2001, p. 23.

38 “threat”, James Callaghan, 1979, Southampton, John Major, 1992, London. “danger”, John Major, 1997, London, Margaret Thatcher, 1987. “fear”, “nightmare”, “disaster”, John Major, 1992, London “national catastrophe”, Margaret Thatcher 1987.

39 Georges Molinie, Dictionnaire de rhétorique, Paris, Librairie générale française, Le Livre de poche, 1992, pp. 250-258.

40 “Labour would threaten our achievements, undo our reforms and hamstring Britain”, The Best Future for Britain, manifeste conservateur, 1992.

41 “How long do you think it would take Labour to destroy our success ? Just as a tree that has taken hundreds of years to grow to maturity can be felled in a few minutes, the prosperity that we have built in eight years could be destroyed by Labour in a few short weeks”, Margaret Thatcher, 1987, Harrogate. “You don’t cut down a mighty oak at the start of spring because its leaves are yet to show-and you don’t turn from free enterprise to Socialism because the world economy has caught a cold”, John Major, 1992, London.

42 “Compared to them, a chameleon is consistent”, John Major, 1997, Plymouth.

43 “Do we want a strife-torn, strike-ridden, divided society; or have we the determination to create a united country based in the un-dreamed of prosperity that the future promises for all our people?”, Margaret Thatcher, 1987, Harrogate. “the choice before the British people-socialism or freedom-economic crisis or economic prosperity”, Margaret Thatcher, 1987, Edinburgh.

44 “Four Left uppercuts to bring the influence and independence of the United Kingdom crashing to the canvas”, John Major, 1997, London.

45 John Major débute huit phrases d’un de ses discours de 1992 par « Je vous mets en garde », “I warn you”, John Major, 1992, Manchester. “yellow card”, “off the pitch”, Margaret Thatcher, 1983, Harrogate.

46 “the abuses of left-wing Labour councils have shocked the nation”, The Next Moves Forward, manifeste conservateur, 1987, “with Socialism everywhere in rout or retreat, it is unclear what the Labour Party stands for”, The Best Future for Britain, manifeste conservateur, 1992. “First they tried to hide their socialism. What floated to the surface was Labour’s iceberg manifesto. Then they tried to repackage socialism. They wrapped it in cellophane and roses. Sweet-smelling for a day, but oh so transparent”, Margaret Thatcher, 1987, Edinburgh.

47 “hyperbole is the stuff of political debate and there is nothing new in presenting one’s opponents as devil figures, preparing to lead the country to disaster”, David Butler, Dennis Kavanagh, The British General Election of 1979, London, Macmillan 1980, p. 5.

48 Toutefois, en ce qui concerne cette publicité, les conservateurs se sont vus contraints de la retirer. Le porte-parole de l’Advertising Standards Authority déclara : « la réglementation en matière de publicité politique est très souple, mais dans ce cas nous avons estimé que cette annonce portait atteinte à une personne sur le plan privé en la portraiturant comme un homme malhonnête. Nous avons donc demandé aux conservateurs de retirer leurs affiches, ce qu’ils ont fait », Frédéric Therin, « Elections britanniques : tous les coups sont permis », Stratégies, 25/04/1997, n° 1009.

49 “Economic disaster”, “Towering interest rates”. Comme l’explique Katérina Stenou, « cette tentation (du monstre) habite notre inconscient sous les apparences extrêmes du yeti ou de l’extra-terrestre », Katérina STENOU, Images de l’Autre. La différence : du mythe au préjugé, Paris, Seuil, Editions Unesco, 1998, p. 10. “And once again, I ask the Conservatives the three important questions about their policies : How much would prices go up ? How many jobs would be lost ? Who would pay for the tax cuts ?”, James Callaghan, 1979, Birmingham.

50 “And this is the promise to the pensioners that is now under threat from the Conservatives”, James Callaghan, 1979, Southampton.

51 “I ask you-go out and tell the people of the danger we face (...) the United Kingdom is in danger. Wake up, my fellow countrymen. Wake up now, before it is too late”, John Major, 1992, London.

52 Jean Baudrillard, Marc Guillaume, Figures de l’altérité, Paris, Descartes et Cie, 1994, p. 169.

Auteur

Université d’Orléans

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540