Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'autre

 | 
Janine Dove-Rumé
, 
Michel Naumann
, 
Tri Tran

V. Civilisation

Edward Heath : L’Autre de la famille conservatrice

Laetitia Langlois

Résumé

Poser Heath en autre de la famille conservatrice est aujourd’hui devenu une sorte de truisme. Ses relations conflictuelles avec les membres du parti (et notamment avec Margaret Thatcher), ses positions politiques ambiguës et son caractère solitaire et distant ont contribué à la construction d’une image de Heath en tant que problème du Parti Conservateur. L’altérité de Heath donc constatée, répétée, acquise comme une sorte de vérité indiscutable mais elle est rarement analysée et encore moins contestée. Pourtant en se penchant de plus près sur son expérience de l’altérité et en en disséquant les mécanismes, on peut se rendre compte combien celle-ci est plus complexe et plus ambiguë qu’il n’y paraît à première vue. L’altérité caractérise toutes les étapes de sa carrière et pas uniquement la période 1975-1990 (période pendant laquelle il fut totalement rejeté par ses confrères du parti et pendant laquelle il s’opposa avec véhémence à Margaret Thatcher) comme il est souvent avancé. Dès le début de sa carrière, alors même qu’il venait d’être élu Chef du Parti Conservateur, Heath fut marqué du sceau de l’autre. Pourquoi fut-il toujours considéré comme l’autre du Parti Conservateur ? Comment cette altérité s’est-elle manifestée ? Comment a-t-elle évolué ? En étudiant les rapports de Heath à l’altérité sous un angle plus global, il sera possible de mettre en lumière les paradoxes qui caractérisent son expérience d’autre.

Texte intégral

1Présenter Edward Heath en autre de la famille conservatrice est aujourd’hui devenu une sorte de truisme. Heath pose problème dans l’histoire du parti et la légitimité de son appartenance à la tradition conservatrice fait débat au sein de la communauté de chercheurs. L’altérité de Heath est constatée, répétée, acquise comme une vérité indiscutable mais elle est rarement analysée et encore moins contestée. L’objet de cette communication ne sera pas de nier l’altérité de Heath qui est réelle mais d’en disséquer les mécanismes : comment a-t-elle commencé et pourquoi ? Comment s’est elle manifestée ? Comment a-t-elle évolué ? Cette nouvelle approche permettra de démontrer à quel point son expérience de l’altérité est bien plus complexe et plus ambiguë qu’il n’y paraît à première vue. La recherche sur Heath limite l’analyse de l’altérité à la période 1975-1990 pendant laquelle il subit un rejet quasi général de la part des autres membres du parti mais cette période a trop souvent tendance à masquer les problèmes que Heath rencontra dès le début de sa carrière. C’est la raison pour laquelle j’avancerai l’idée dans cette communication que le processus d’aliénation commença dès 1965 lorsqu’il fut élu Chef du Parti Conservateur et propulsé sur le devant de la scène. De mon point de vue, l’altérité caractérise toutes les étapes de sa carrière (et pas uniquement la dernière) et se décline sous trois formes : tout d’abord, altérité et autorité ou comment le chef était aussi l’autre ; ensuite, altérité et rejet ou comment son parti le traita en véritable étranger ; et enfin, altérité et liberté ou comment Heath réussit à transcender sa condition d’autre. Ces trois axes de réflexion permettront d’étudier les rapports de Heath à l’altérité sous un nouvel angle, plus global, et ainsi de mettre en lumière les paradoxes qui caractérisent son expérience d’autre.

I) ALTÉRITÉ ET AUTORITÉ : LE PARADOXE DU POUVOIR

Un autre type de leader conservateur

2L’élection d’Edward Heath à la tête du Parti Conservateur représente une véritable révolution culturelle et sociale dont il ne faudrait pas sous-estimer les effets et les bouleversements sur le parti. Pour cela, il faut se replacer dans le contexte des années 60 pour comprendre en quoi l’élection de Heath marque une rupture dans la tradition conservatrice, et plus particulièrement dans la tradition des leaders conservateurs. Le Parti Conservateur était jusqu’alors associé à l’aristocratie et à l’élite sociale, et si d’un point de vue électoral il se proclamait le parti du peuple et à ce titre réussissait à mobiliser l’électorat ouvrier, du point de vue de sa composition sociale, la réalité était sensiblement différente. La plupart de ses membres venaient de milieux aisés et ses leaders étaient tous des gens bien nés, issus de grandes familles. Quand Heath arrive à la tête du Parti, c’est un tournant qui s’amorce : il est le fils d’un modeste charpentier, il n’a pas fréquenté les prestigieuses écoles d’Eton, Harrow ou Rugby, et n’a pu aller à Oxford qu’avec l’aide d’une bourse d’études. Alors pourquoi les Conservateurs ont-ils élu un leader si différent des précédents et qui finalement leur ressemblait si peu ?

3Le monde de la politique a ses vices, ses complots et ses calculs, et l’élection de Heath ne déroge pas à la règle. Elle relève en effet plus d’une stratégie politique que d’un enthousiasme sincère à son égard. Heath a été élu précisément parce qu’il était différent, et son statut d’autre a été un atout majeur pour le démarquer du reste du parti, et lui assurer la victoire sur les autres candidats, plus consensuels. En réalité, le Parti Conservateur avait besoin d’un leader différent pour changer l’image vieillissante du parti. Si le paternalisme d’un Macmillan ou d’un Douglas-Home pouvait être rassurant pour certains, il était aussi totalement anachronique dans l’atmosphère pétillante des années 60. L’image du Parti Conservateur était un handicap sérieux face au Parti Travailliste et les Conservateurs devaient rivaliser Wilson sur ces thèmes de la modernité, du dynamisme et du changement. Alors c’est vrai que Heath était différent et qu’il n’était pas l’héritier naturel de la grande tradition Tory mais à 49 ans, il était le plus jeune leader conservateur, et son ascension véhiculait l’image d’un parti ouvert et moderne qui récompense l’effort individuel et le mérite. Cependant, pour beaucoup de Conservateurs traditionalistes, la modernisation de leur parti était une nécessité peu réjouissante et l’élection de Heath un sacrifice sur l’autel de la victoire. John Campbell résume très bien le conflit entre les sentiments et les intérêts qui assaillaient les Conservateurs :

  • 1 John Campbell, Edward Heath : A Biography, London, Pimlico, 1993, p. 199.

The party had chosen him because it was told it needed someone like him to lead it in the modern world. But in their hearts most Tories did not like his modern world. The social base and outlook of the party was changing, slowly, but the instincts of most members of most local associations in the 1960s still reflected the traditional predominance of the wealthy and the landed.1

  • 2 Douglas Hurd, An End to Promises, Sketch of a Government 1970-74, London, William Collins Sons & Co (...)

4En tant que pionnier de ce mouvement vers plus de méritocratie, Heath a dû se confronter à l’intolérance et au mépris de certains de ses confrères qui supportaient mal de devoir obéir à un homme qui venait d’un milieu social inférieur au leur. Douglas Hurd, proche collègue d’Edward Heath se souvient : « There were a few snobs who sneered at Mr Heath’s background. »2 L’altérité était donc à double-tranchant : d’un côté, elle lui avait assuré la victoire pour le leadership du parti ; de l’autre, elle le condamnait à ne jamais être complètement accepté ni intégré par sa famille politique. Le rôle de Heath devait rester purement instrumental : dépoussiérer l’image du parti pour battre Wilson lors de la prochaine élection et enfin revenir au pouvoir. Il n’était pas question de faire de cet homme un des leurs, son rôle était de se conformer à un scénario pré-établi dans lequel victoire et pouvoir occupaient une place centrale. Le scénario ne s’est cependant pas déroulé exactement comme ils l’avaient souhaité : d’une part, Heath ne rencontrait pas le succès escompté et d’autre part des divergences politiques commençaient à poindre entre Heath et les Tories. Heath avait été élu pour changer l’image du parti et uniquement l’image, l’identité du parti et ses valeurs devaient rester intactes et il était hors de question de toucher aux sacro-saints thèmes qui constituaient les piliers du Parti Conservateur. Néanmoins, Heath avait été élu pour ouvrir un nouveau chapitre de l’histoire conservatrice et à ce titre il était bien déterminé à démystifier certains thèmes – tels que le Commonwealth ou la « relation spéciale » avec les Etats-Unis – et à opérer quelques changements dans les idées de son parti.

Edward Heath : une autre pensée conservatrice

  • 3 D’où le titre d’un article qu’il rédigea peu de temps avant son accession au pouvoir “Realism in Fo (...)

5Des expériences de vie différentes et un milieu social différent ont naturellement développé chez Heath une pensée conservatrice distincte qui sur certains points divergeait de celle de ses confrères. Principal sujet de discorde : la politique étrangère et la place du Royaume-Uni dans le monde, sujet fort délicat car il touche au plus profond de la sensibilité conservatrice, et encore plus à cette époque où le Royaume-Uni traversait une période douloureuse de réajustement à un nouveau statut, de première puissance mondiale à puissance régionale mineure. Pour Heath, c’est l’immobilisme, la nostalgie, le traditionalisme qui sont responsables des maux de son pays. Heath est résolument tourné vers l’avenir, c’est un homme d’action, un homme de terrain, de concret. Il ne partage pas la nostalgie moribonde que certains de ses collègues entretiennent vis-à-vis de l’ancien empire britannique, et il ne partage pas non plus l’idéalisme des Conservateurs face à la « relation spéciale » censée unir son pays aux Etats-Unis3. Pour Heath ce ne sont que des refuges fallacieux pour bercer dans l’illusion d’une grandeur (révolue) un peuple traumatisé et blessé par le déclin d’après-guerre. En européen convaincu et engagé qu’il est, il affirme que le Royaume-Uni peut recouvrer son prestige sur la scène internationale en unissant son destin à celui de la Communauté Européenne. Depuis les années 50, avec Harold Macmillan, le Parti Conservateur s’était proclamé parti de l’Europe, mais derrière les déclarations, la Communauté Européenne n’inspirait guère d’enthousiasme. L’Europe était un thème accrocheur avec un bon potentiel électoral et qui par dessus tout les différenciait des Travaillistes, mais au fond d’eux les Conservateurs restaient toujours aussi farouchement atlantistes et n’avaient aucune intention de devenir d’ardents européanistes. Le modèle que Heath proposait aux Conservateurs était en rupture avec leur héritage politique et sentimental. Il avait déjà été difficile pour eux d’accepter un leader si différent, ils n’étaient pas prêts à accepter un leader qui voulait changer l’identité du parti. D’autant plus que d’un point de vue électoral, Heath était loin de relever le défi wilsonien, et le retour tant attendu au pouvoir se faisait désespérément attendre : il avait perdu l’élection de 1966, le parti était au plus bas dans les sondages, et l’opinion publique était majoritairement défavorable à Heath. La frustration n’avait d’égal que le désenchantement : cet homme qu’ils avaient élu pour concurrencer Wilson faisait bien pâle figure aux Communes face au Premier Ministre Travailliste et comme le souligne Robert Blake, historien et membre du Parti Conservateur, son élection à la tête du parti apparaissait de jour en jour comme une erreur grossière :

  • 4 Robert Blake, The Conservative Party from Peel to Thatcher, London, Fontana Press, 1985, 6ème editi (...)

There were some Conservatives who wondered, after Heath’s poor performance in the House and his slump in popularity, whether it had been wise, after all, to press for Home’s resignation, but there could be no question of reviving the leadership controversy at this stage. Clearly those who thought that they had elected a second Wilson to cope in debate with the first were wrong, but they could now only let events take their course.4

6Une victoire à l’élection générale de 1966 aurait peut-être réussi à unifier le parti derrière son leader mais la longue période d’opposition qui suivit cette défaite a creusé un fossé qui ne s’est jamais comblé par la suite. Les Conservateurs pardonnent mal les échecs et Heath venait de leur ôter leur espoir de mettre fin à cette si détestable situation de parti de l’Opposition. La défaite de 1966 est une date importante dans la construction de Heath en tant qu’autre puisqu’elle marque le début du processus d’aliénation qui s’accentuera quelques années plus tard. C’est véritablement à partir de 1966 que Heath est frappé du sceau de l’autre, situation parfaitement paradoxale puisqu’il était le chef du parti et en même temps l’autre, il était au centre et en même temps rejeté. Désormais Heath était devenu un « problème », un fardeau dont ils se débarrasseraient à la prochaine élection.

  • 5 Angus Maude. ‘The Winter of Tory discontent’, The Spectator, 14. 01.1966, p. 39 cité dans Andrew Ga (...)

7A présent le phénomène de rejet n’était plus réservé à certains réactionnaires isolés, et se répandait à l’ensemble du parti. Les déçus de Heath ne se cachaient plus pour exprimer leur mécontentement : Angus Maude publia un article dans lequel il fustigeait le manque d’intuition de Heath et l’accusait d’avoir fait du parti “a meaningless irrelevance”.5 Mais c’est Enoch Powell qui, plus que quiconque dans le parti, symbolisait l’opposition à Heath. Powell s’opposait à Heath sur trois questions majeures : l’immigration, l’Europe et l’économie. A la suite d’un discours ouvertement raciste et xénophobe à Birmimgham en 1968, il fut exclu du parti par Heath.

8Malgré cette éviction, Powell était toujours une menace pour l’autorité et la légitimité de Heath car il se présentait comme la seule et unique alternative au gouvernement travailliste, et il venait à l’esprit de certains que c’était finalement lui l’homme du changement, l’anti-socialiste par excellence qui rétablirait une vraie politique de droite. Le succès de Powell reflétait les attentes des électeurs lassés par 25 ans de consensus mais aussi d’un nombre croissant de membres du parti en quête de rupture. Jamais le parti ni l’électorat n’avaient autant semblé échapper à Heath, et pour regagner la confiance et reconquérir l’ascendant sur son parti, Heath est finalement devenu un autre pour séduire les autres.

Altérité et duplicité : le masque de « Selsdon Man »

9A partir de 1968, deux ans avant l’élection générale, Heath opère un virage à droite assez brutal qui se manifeste par un durcissement du discours et un accent prononcé sur des thèmes dits typiquement de droite : l’entreprise privée, l’initiative individuelle, le désengagement de l’Etat, la baisse des impôts, la fermeté vis-à-vis des syndicats. Presque du jour au lendemain, Heath se faisait le champion de la droite radicale et du néo-libéralisme alors que jusqu’ici, il avait toujours été connu sous les traits d’un Conservateur progressiste et modéré, qui bien que véhiculant une image de modernité, n’avait nullement l’intention de bouleverser l’ordre économique et social établi après la Seconde Guerre Mondiale. Alors comment expliquer ce changement soudain sinon par la volonté d’être en accord avec le groupe et surtout de plaire au groupe conservateur.

  • 6 Shadow Cabinet Conference, Selsdon Park, 7th session, 1 February 1970, CRD 3/9/93, CPA cité dans Ew (...)
  • 7 Douglas Hurd, op. cit., p. 140.
  • 8 Philip Norton et Arthur Aughey, Conservatives and Conservatism, London, Temple Smith, 1981, p. 154.

10On peut dire que Heath a tout simplement cédé aux pressions de sa famille politique. Il savait que l’électorat conservateur attendait un discours ferme et radical qui promettait une vraie politique de droite. Mais croyait-il vraiment en ce programme ? Il est sûr que ce qu’il proposait allait beaucoup plus loin que ses idées, Heath n’a jamais été un adepte du radicalisme mais pour mener son parti à la victoire il devait radicaliser son discours quitte à se faire passer pour un autre et user d’une rhétorique en contradiction avec ses idées. C’est lors d’un meeting du Shadow Cabinet en janvier 1970 au Selsdon Park Hotel que cette mise en scène est la plus flagrante. Les archives ont révélé que les discussions ce jour-là avaient été assez banales6, mais lors de la conférence de presse, Heath déclara que leur réunion avait porté sur les thèmes de la justice, de la loi et de l’ordre, thèmes très chers à l’électorat de droite. A l’issue de cette réunion, Wilson répliqua vivement surnommant Heath « Selsdon Man » pour en faire l’archétype du capitaliste inhumain qui allait mettre fin à vingt-cinq ans de progrès social. Cette réplique qui avait pour but de nuire à Heath a soulevé un formidable élan de popularité envers lui car sous les traits de « Selsdon Man », Heath devenait enfin le candidat tant attendu des Conservateurs. Devant ce succès soudain et inattendu, Heath n’a pas cherché à démentir les propos de son concurrent, cultivant alors un double jeu qui allait lui être fatal quelques années plus tard. Heath a été pris dans les rouages d’un succès qu’il n’a plus vraiment contrôlé, et il a préféré se fourvoyer dans la duplicité et le mensonge plutôt que de laisser la victoire lui échapper. La victoire impressionnante sur Wilson en juin 1970 est certes un beau succès mais c’est aussi en deçà un échec et une tromperie car les électeurs n’ont pas élu Heath, ils ont élu cet autre homme, « Selsdon Man », qui finalement partageait bien peu avec le « vrai » Heath. Quand il a fallu passer des mots aux actes, de l’Opposition à l’exercice du pouvoir, il ne s’agissait plus de plaire au groupe conservateur mais d’assumer ses responsabilités face à la nation et de garantir le bien-être du peuple britannique. Il n’était plus là pour servir les intérêts d’un parti mais les intérêts du pays. C’est la justification donnée aux fameux U-turns, ces retours en arrière, ces abandons de promesse et ces concessions multiples qui font que les années Heath « are construed as a period of aberration, of wilful wandering from the true principles of Conservatism. »7 Par son non respect des promesses, Heath avait souillé l’image du parti et trahi la confiance des électeurs. Désormais, c’est le Parti Travailliste qui représentait « the natural party of government », titre autrefois exclusivement réservé au Parti Conservateur. Les « U-turns » en venaient à représenter tous les maux du gouvernement Heath – incompétence, indécision, faiblesse – et bien plus encore pour Philip Norton et Arthur Aughey, « they have also become a symbolic dividing line in Conservative politics, a reference point of political fidelity. »8 Ainsi au lendemain de sa défaite contre Wilson en 1974, Heath est passé aux yeux des Conservateurs de l’autre au traître, du problème à l’ennemi à abattre politiquement. Ce glissement dans la sémantique symbolisait à lui seul l’évolution des rapports entre Heath et le reste du groupe conservateur : Heath n’était plus un des leurs et les Conservateurs le traiteraient désormais en véritable étranger et s’efforceraient d’effacer Heath de la mémoire conservatrice.

II) DE L’AUTRE À L’ÉTRANGER : L’EXPÉRIENCE DE L’EXCLUSION

L’élimination symbolique

  • 9 John Campbell, op. cit., p. 679.
  • 10 « The Conservative Central Office had effectively wrote him out of the party’s history, as though h (...)

11Après sa défaite de 1974, Heath est encore resté un an à la tête du Parti Conservateur malgré les pressions de part et d’autre pour accélérer son départ. Il faut savoir que Heath ne se reprochait absolument rien et réfutait toute idée selon laquelle il ait pu trahir à quelque moment que ce soit les principes conservateurs. Il avait agi en homme d’état pour le bien de la nation et les « U-turns » étaient les décisions nécessaires pour résoudre les crises qui s’étaient multipliées pendant son mandat. C’est la raison pour laquelle il refusait de laisser sa place à un autre, mais quand il a finalement dû accepter une nouvelle élection du leader en 1975, c’est à une autre qu’il a laissé son siège de chef du parti, à savoir Margaret Thatcher. Au moment de l’élection de Thatcher, commence alors pour lui « a long period of internal exile unparalleled in British political history »9 mais il faut insister sur le fait que ce phénomène de rejet est le résultat d’un long processus de marginalisation débuté quelque dix ans plus tôt alors qu’il était Chef du Parti, le rejet n’a pas commencé à 1975 comme on pourrait trop facilement le croire, mais c’est à partir de 1975 qu’il s’est accentué et radicalisé. A ce titre, l’élection de Margaret Thatcher est révélatrice du degré d’antipathie à l’égard de Heath et de leur volonté de s’en débarrasser par tous les moyens. Ils étaient prêts à élire une femme, peu connue et peu expérimentée, plutôt que de garder Heath. Ce que les Conservateurs désiraient par dessus tout c’était tourner la page Heath et oublier ces quatre années de cauchemar. A ce sujet John Campbell rapporte une anecdote surprenante, symptomatique de la volonté d’effacement et d’oubli de la période Heath : alors que Margaret Thatcher était devenue Chef du Parti, le Conservative Central Office avait soi-disant « oublié » de mentionner Heath dans la liste des anciens premiers ministres conservateurs comme s’ils avaient voulu le rayer de la lignée des premiers ministres conservateurs et par là même de l’histoire du parti.10

  • 11 Parmi les livres les plus virulents, on trouve Jock Bruce-Gardyne, Whatever Happened to the Quiet R (...)

12Malheureusement pour les Conservateurs, Heath n’entendait pas être si vite oublié : est-ce la frustration de l’échec, le sentiment d’une mission inachevée, ou bien encore le désir machiavélique de jouer les trouble-fête, en tout cas pour Heath être déchu de ses fonctions de leader ne signifiait en rien la fin de sa carrière chez les Conservateurs. Au grand désarroi de ses collègues, Heath préféra rejoindre la Chambre des Communes plutôt que la Chambre des Lords, habituellement la destination finale des anciens premiers ministres. Ce choix a déclenché une campagne de diffamation contre Heath orchestrée par les nouveaux hommes forts du parti (notamment Martin Holmes, Jock Bruce-Gardyne, Patrick Cosgrave11) qui s’est traduite par la publication de livres très critiques et très virulents dont le but était de ruiner sa réputation et d’anéantir toute chance de revenir un jour au pouvoir. La campagne fut efficace, Heath était totalement isolé, et les nouveaux venus au Parti Conservateur évitaient de s’approcher de lui, peut-être par peur de contamination symbolique, sûrement par peur d’être considérés comme un allié de Heath. D’espoir du parti, Heath était devenu en 10 ans l’étranger, celui qu’on rejette, qu’on évite et qu’on tente d’expulser. Margaret Thatcher lui avait proposé un poste d’ambassadeur à Washington, proposition qu’il a refusé car jamais Heath ne lui aurait donné la satisfaction de son départ. De plus, il venait de s’engager dans une nouvelle mission : sauver le parti conservateur de l’emprise néolibérale.

Duel autour de l’autre

  • 12 Edward Heath, The Course of my Life : My Autobiography, London Hodder & Stoughton, 1998, p. 31.

13Entre 1979 et 1990, la Chambre des Communes fut le théâtre d’un duel sans pitié, d’un affrontement âpre et vigoureux entre Heath et Thatcher. C’était une situation bien inhabituelle, presque surréaliste que ces deux membres éminents d’un même parti s’affrontant dans l’arène du Parlement. L’objet du conflit : la tradition conservatrice. Chacun se faisait le représentant et le gardien d’une des branches du Conservatisme et défendait sa conception de la « vraie » tradition conservatrice. Thatcher et son équipe accusaient Heath d’avoir sacrifié et trahi les principes conservateurs par ses actions interventionnistes entre 1972 et 1974 tandis que Heath reprochait aux néo-libéraux de transgresser l’esprit conservateur par leurs mesures drastiques qui menaçaient la cohésion sociale du pays. Pour Heath, c’est Thatcher qui était l’autre, l’étrangère à la tradition Tory humaine, généreuse et bienveillante représentée par Disraeli, Churchill, Macmillan, et lui-même, « the true Conservatives » selon lui.12 Pour Heath il y avait là désir d’appartenance : lui qui était si marginalisé, si vilipendé s’est identifié aux grands noms du Conservatisme et s’est associé à cette lignée de représentants illustres de la tradition Tory pour compenser l’isolement vécu avec cette nouvelle génération de Conservateurs radicaux. Mais il y avait aussi désir de contrecarrer l’hégémonie du discours néo-libéral dominant en faisant entendre une autre voix. Heath n’a jamais pu se réconcilier avec le style ou avec la philosophie Thatcher et n’a pas une seule fois soutenu sa politique. Son opposition systématique a renforcé la haine du parti à son égard car il a transgressé un principe sacré chez les Conservateurs : la loyauté. Il a refusé de se soumettre au leader et a préféré le rejet et l’isolement plutôt que l’hypocrisie et le silence. Il se voulait être la voix de la raison dans un parti qui pour lui avait perdu toutes valeurs – compassion, générosité, unité sociale et nationale – et il prédisait (à juste titre d’ailleurs) les conséquences sociales de la politique thatchérienne. Mais les paroles d’un perdant reçoivent bien peu d’écoute et de crédit face aux succès d’une femme telle que Margaret Thatcher, et il était bien difficile pour lui d’exister dans ce parti totalement acquis à son chef et enivré par ses succès. Malgré ses diatribes et ses déclarations tonitruantes contre Thatcher, le parti n’a jamais cherché à exclure Heath, son exclusion est restée à un stade symbolique. On pourrait s’étonner alors de la clémence du parti à son égard si finalement on ne réalisait pas que cette clémence cachait peut-être une forme d’indifférence.

Heath : Une force de transgression mais pas de subversion

  • 13 Lors d’un entretien avec John Campbell (27 avril 2006), ce dernier a insisté sur le fait que Heath (...)

14L’autre est habituellement associé aux notions de danger, de menace, de peur, et devient l’objet de toutes les craintes. Pendant un temps, Heath a été une crainte pour le parti et pour Thatcher. Alors qu’elle était nouvellement arrivée à la tête du parti, elle avait besoin d’asseoir son autorité en tant que chef ainsi que la crédibilité du programme de la droite néo-libérale et l’attitude de Heath venait saper tous ses efforts. C’est ainsi qu’on peut expliquer la tentative d’éloignement à l’ambassade de Washington, afin d’éloigner le potentiel subversif qu’il y avait en Heath. Finalement, les craintes se sont vite dissipées. Etant donné la suprématie sans précédent de Thatcher, il a été plus dérangeant que menaçant, il n’a jamais ébranlé la stabilité du parti ni l’autorité de Thatcher, peut-être même l’a-t-il renforcée. Plus Heath critiquait son adversaire, et plus il la confortait dans l’idée qu’elle avait raison. Il était une force majeure d’opposition mais une force mineure de subversion, son combat était un combat par le verbe qui n’est jamais passé par des actes concrets. Il a de temps à autre voté avec le camp opposé mais lors des élections générales a toujours appelé à voter pour le Parti Conservateur.13 Ses attaques étaient dirigées vers une personne mais jamais vers le parti, et mettre en doute son attachement au Parti Conservateur serait faire un bien mauvais procès à Heath. S’il est vrai qu’il a été extrêmement virulent à l’égard de son représentant, il n’en est pas moins vrai que le Parti Conservateur représente pour lui le combat de toute une vie. En attaquant Thatcher, c’est l’idéologie néo-libérale qu’il visait, pas le Parti Conservateur.

15Malgré tout, il en fallait bien plus pour mettre en danger Margaret Thatcher dont l’hégémonie sur le parti et sur le pays rendait toute tentative de déstabilisation vaine et futile. Alors pourquoi avoir continué dans cette impasse ? Comment comprendre une attitude qui pour beaucoup ne faisait pas sens ? Ces questions trouvent partiellement leurs réponses dans le tempérament de Heath et sa vision de l’engagement politique.

III) L’ALTÉRITÉ COMME FORME ULTIME DE LIBERTÉ

Le droit à la dissension

16Pour nombre de politiciens ou d’observateurs politiques, le comportement de Heath et cette systématisation de l’opposition revêtait un caractère quasi pathologique, et n’était rien de plus que le caprice abusif d’un mauvais perdant qui refusait d’accepter la supériorité de Margaret Thatcher et ses succès dans les domaines où lui même avait échoué quelques années plus tôt. Son opposition à Thatcher était pour eux une question purement personnelle d’orgueil et de jalousie. Mais la réalité des rapports entre Heath et Thatcher est bien plus subtile et plus profonde que cela. Si on ne peut totalement écarter la contrariété réelle ressentie par Heath, il faut toutefois aller chercher ailleurs les raisons de son comportement. Et c’est dans une certaine vision de la politique que nous pourrons apporter un éclairage nouveau sur le comportement de Heath. Pour lui, appartenir à un même parti ne l’obligeait en aucune manière à suivre aveuglément les propos et les agissements de son leader, il existait selon lui un droit naturel à la dissension quand le leader s’éloignait des traditions du parti et représentait un danger pour le pays. Là où il y a cependant ambiguïté, c’est que Heath n’avait pas toléré les dissensions quand il était Chef du Parti car il faut savoir que la dissension ne fait absolument pas partie des coutumes conservatrices. Derrière son discours d’ouverture, de pragmatisme et de flexibilité, le Parti Conservateur est avant tout une machine politique faite pour gagner dont l’organisation rigide et normative ne tolère pas les écarts de ses membres. Heath savait très bien ce qui l’attendait : l’exclusion, le rejet, l’isolement étaient à prévoir mais son attitude est l’affirmation de ce droit à la différence d’opinion, de ce droit à l’expression d’une pensée libre. Mais alors le parti fonctionnerait-il comme une dictature ? C’est un vaste débat qui ne peut être couvert dans cette communication mais si on en croit certains témoignages et l’existence des « Whip » qui contrôlent et forcent les votes, on peut se dire qu’un parti peut parfois se révéler extrêmement autoritaire. Heath, lui, a refusé cette dictature de l’obéissance, et s’est rebellé face à un système qu’il jugeait néfaste pour le bon fonctionnement politique du pays. Au-delà de l’opposition, Heath a, je crois, tenté d’oeuvrer pour une certaine restauration des valeurs dans le monde politique. Derrière la question personnelle, on trouve donc aussi une question d’honnêteté intellectuelle et d’intégrité, et il aurait peut-être agi moins par orgueil que par désir de vérité et de liberté.

Altérité et liberté

17La liberté est un thème qui revient fréquemment dans ses discours post-gouvernementaux, comme si ses années au pouvoir l’avaient bridé et empêché d’exprimer librement ses pensées. Etre chef d’un des plus grands partis et Premier Ministre oblige à obéir à un cadre assez formel et à respecter un langage diplomatique formaté. Le pouvoir et les responsabilités imposent une stricte retenue à l’individu et à sa liberté d’expression. Douglas Hurd souligne à ce propos :

  • 14 Douglas Hurd, op. cit., p. 19.

Under pressure of time and in the atmosphere of government between 1970 and 1974 the private voice faded and the jargon returned. After 1974 we began to hear again […] the genuine accents of a man who believed that political communication was more than propaganda.14

  • 15 Edward Heath, op. cit., p. 550.

18Le retour à une vie normale sans les obligations et les contraintes du pouvoir ont été une forme de libération, voire même de renaissance, que même le rejet et l’isolement subis au sein de son groupe n’ont réussi à gâcher. La Chambre des Communes lui a offert un espace de liberté dans lequel il était enfin possible de s’exprimer sans contrainte sur les sujets de société qui lui tenaient à cœur. C’est ainsi qu’il le décrit dans son autobiographie : « In particular I relished my new-found freedom [...] having been freed from day-today responsibilities, I could speak freely on all the questions confronting Britain. »15 Avec Heath, on assiste donc à une bien étrange et peu commune expérience de l’altérité dans la mesure où il y a inversion du schéma classique de l’aliénation : en effet, le pouvoir l’a opprimé, l’a bridé alors que l’altérité et l’exclusion l’ont libéré et lui ont permis de révéler le véritable homme politique qu’il était et d’afficher librement ses convictions. C’est dans l’altérité qu’il est devenu lui-même, qu’il s’est révélé au peuple britannique et le changement fut assez spectaculaire : lui qui auparavant était si mal à l’aise au Parlement ou devant les caméras avait acquis une confiance et une maîtrise de la parole publique qui faisait de lui l’un des invités préférés des médias et assurait les émissions d’une large part d’audience. Si les gens ne l’appréciaient guère en tant que représentant du pouvoir, il n’a jamais été aussi populaire qu’en pourfendeur de la philosophie thatchérienne. Il s’est découvert un nouveau rôle, celui du rebelle, de l’anticonformiste, et c’est finalement de cette manière qu’il a réussi à gagner une écoute et une attention dans les médias et dans l’opinion publique (à défaut de son parti) fascinés par cet homme politique hors du commun qui allait à l’encontre des règles établies.

Le pouvoir de l’autre : le paradoxe de l’altérité

  • 16 John Campbell souligne à propos de Heath que « upsetting conventional wisdom always appealed to his (...)

19Il n’y a rien de surprenant donc à ce que Heath ait encouragé et cultivé cette image de l’homme politique hors norme défiant les conventions, une image qui semblait mieux lui convenir que celle de fidèle serviteur de Margaret Thatcher.16 Non seulement elle lui convenait mieux, mais par ailleurs elle parvenait à capter l’attention du public, ce que Heath recherchait par dessus tout. Car le combat que Heath livrait à Thatcher n’était pas qu’un combat philosophique autour de la tradition conservatrice, Heath était un homme beaucoup trop terre à terre pour cela, c’était pour lui un combat pour sauver le pays du péril Thatcher, pour réveiller la conscience collective britannique sur le danger que ses actions représentaient pour le pays. Alors bien sûr on peut s’étonner de son choix : pourquoi avoir choisi cette condition d’autre et de marginal qui allait inéluctablement ruiner sa réputation dans le parti et anéantir toute chance de réhabilitation ? La réponse se dessine rapidement sous les traits d’une stratégie politique très bien calculée. En se positionnant comme autre, il se mettait à l’écart du parti et jouissait d’une indépendance qui lui offrait une plus grande marge de manoeuvre pour exprimer ses idées. Il était rejeté, isolé mais en position de force quand il s’agissait de monter au front et de lutter contre une nouvelle loi d’inspiration néo-libérale. C’est donc tout le paradoxe de l’altérité que celle-ci lui a donné un pouvoir qu’il n’aurait jamais eu s’il était rentré dans le moule et avait docilement suivi le reste du parti. Plutôt que de subir l’altérité, Heath a préféré en faire une force et sa détermination et son entêtement n’auront finalement pas été vains, et c’est sur la question de l’Europe que Heath eut sa revanche sur Thatcher. L’intransigeance de Thatcher et son anti-européanisme notoire avaient occasionné de fortes tensions dans le parti et des démissions très médiatisées (notamment celle de Michael Heseltine) et chez les Conservateurs, on commençait à réaliser que Heath n’avait peut-être pas tout à fait tort quand il parlait des effets néfastes du Thatchérisme. Les critiques internes étaient telles que Thatcher démissionna en 1990, après quinze ans passés à la tête du parti. On peut difficilement estimer l’impact de Heath sur ce départ anticipé mais pour Heath il représente indubitablement une victoire et la justification de ces longues années de combat en solitaire.

CONCLUSION

20Au terme de cette étude, on constate que l’expérience de Heath apporte un éclairage original sur la notion d’altérité. Avec Heath, elle s’est d’abord conjuguée avec l’exercice du pouvoir et des plus hautes responsabilités gouvernementales, mettant ainsi en lumière le caractère polymorphe de cette notion. L’autre n’est pas seulement cet étranger opprimé, dénué de voix et de pouvoir qui vit dans l’ombre de la société. Dans le cas de Heath, l’altérité lui a même donné une visibilité et une audibilité : c’est grâce à elle s’il a été remarqué et c’est aussi grâce à elle s’il n’est pas retombé dans l’anonymat après sa défaite. Heath a su tirer profit d’une situation qui lui était au départ défavorable. D’une situation subie, l’altérité est passée à une situation choisie et même convoitée pour la liberté d’expression et l’indépendance d’action qu’elle offre. Pour autant, la carrière de Heath souffre de cette image, et il restera dans les mémoires et dans l’histoire comme l’autre du Parti Conservateur, celui dont la simple évocation du nom réveille des souvenirs douloureux de déception, d’échecs, d’affrontement et d’opposition. Si Edward Heath a su transcender sa condition d’autre, l’histoire elle semble bien décidée à le condamner à une altérité à perpétuité.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BLAKE Robert, The Conservative Party from Peel to Thatcher, [1970], 6th ed., London, Fontana, 1985.

CAMPBELL John, Edward Heath : A Biography, London, Pimlico, 1998.

GAMBLE Andrew, The Conservative Nation, London, Boston, Routldege & Kegan Paul, 1974.

GREEN Ewen H. H., Ideologies of Conservatism, Conservative Political Ideas in the Twentieth Century, Oxford, Oxford UP, 2002.

HEATH Edward, The Course of my Life : My Autobiography, London, Hodder & Stoughton, 1998.

HURD Douglas, An End to Promises, Sketch of a Government 1970-74, London, Williams Collins Sons, 1979.

NORTON Philip et Arthur AUGHEY, Conservatives and Conservatism, London, Temple Smith, 1981.

Notes

1 John Campbell, Edward Heath : A Biography, London, Pimlico, 1993, p. 199.

2 Douglas Hurd, An End to Promises, Sketch of a Government 1970-74, London, William Collins Sons & Co Ltd, 1979, p. 12.

3 D’où le titre d’un article qu’il rédigea peu de temps avant son accession au pouvoir “Realism in Foreign Politics”, Foreign Affairs, n° 48, 1969-70, p. 39-51.

4 Robert Blake, The Conservative Party from Peel to Thatcher, London, Fontana Press, 1985, 6ème edition (publié pour la première fois en 1970), p. 303.

5 Angus Maude. ‘The Winter of Tory discontent’, The Spectator, 14. 01.1966, p. 39 cité dans Andrew Gamble, The Conservative Nation, London et Boston, Routledge & Kegan Paul, 1974, p. 104.

6 Shadow Cabinet Conference, Selsdon Park, 7th session, 1 February 1970, CRD 3/9/93, CPA cité dans Ewen H. H. Green, Ideologies of Conservatism, Conservative Political Ideas in the Twentieth Century, Oxford, Oxford University Press, 2002, p. 231.

7 Douglas Hurd, op. cit., p. 140.

8 Philip Norton et Arthur Aughey, Conservatives and Conservatism, London, Temple Smith, 1981, p. 154.

9 John Campbell, op. cit., p. 679.

10 « The Conservative Central Office had effectively wrote him out of the party’s history, as though his leadership had been an unfortunate mistake that was best forgotten. » cité dans John Campbell, op. cit., p. xiv.

11 Parmi les livres les plus virulents, on trouve Jock Bruce-Gardyne, Whatever Happened to the Quiet Revolution ?, London, Charles Knight, 1974 et Martin Holmes, Political Pressure and Economic Policy, London, Butterworth, 1982.

12 Edward Heath, The Course of my Life : My Autobiography, London Hodder & Stoughton, 1998, p. 31.

13 Lors d’un entretien avec John Campbell (27 avril 2006), ce dernier a insisté sur le fait que Heath soutenait sans ambiguïtés le Parti Conservateur mais réussissait à ne jamais prononcer le nom de Margaret Thatcher.

14 Douglas Hurd, op. cit., p. 19.

15 Edward Heath, op. cit., p. 550.

16 John Campbell souligne à propos de Heath que « upsetting conventional wisdom always appealed to his sense of humour. » (John Campbell, op. cit., p. 285)

Auteur

GRAAT EA 2113
Université François-Rabelais, Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable