Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'autre

 | 
Janine Dove-Rumé
, 
Michel Naumann
, 
Tri Tran

V. Civilisation

D’un « Autre » à l’autre dans le débat stratégique britannique : Mahan contre Fisher, ou des justifications civilisationnelles des budgets navals, 1900-1914

Flavien Bardet

Résumé

Cet article s’inscrit de manière très restrictive dans le contexte de rivalité navale anglo-allemande des années 1900-1914, et tentera de mettre en lumière le rôle et la place d’un « autre » sous les plumes des premiers théoriciens de la science géopolitique anglo-saxonne. L’« autre » depuis Edward Said ou Samuel Huntington étant conçu comme un « inférieur » sur les plans moraux ou matériels par rapport au formidable instrument de contrôle territorial britannique, se pourrait-il que celui-ci prenne un jour sa revanche ? L’« autre », armé et volontaire, peut-il à son tour imposer au conquérant sa vision de la géopolitique ? A travers la transformation des « autres » de la Grande-Bretagne, l’ambivalence de la position de l’Allemagne et de la Turquie révélait un conflit larvé au sein de l’appareil de domination impériale britannique. Si l’Amirauté craignait le développement d’une flotte militaire allemande à quelques encablures des premiers ports anglais, le Foreign Office, désireux de voir se poursuivre les coûteuses politiques maritimes appuyées par la présence de la Royal Navy entre Port Saïd et Aden, fit fort de démontrer qu’Allemagne et Grande-Bretagne avaient en commun des idéaux politiques, tout autant que des intérêts stratégiques. De même, si la Turquie, propriétaire nominal de l’ensemble du Proche-Orient, pouvait selon l’Amirauté avoir un rôle à jouer pour affaiblir l’influence allemande en Méditerranée, le Foreign Office, à l’inverse, prévoyait que seule une alliance informelle des nations « teutonnes » pourrait un jour mettre un terme aux menaces que l’Islam politique faisait peser sur les démocraties occidentales. De Fisher, 1st Sea Lord de l’Amirauté de 1904 à 1910, à Mahan, « l’évangéliste de la puissance maritime », l’« autre », tour à tour allemand et turc, dut assumer une dimension stratégique et/ou culturelle au gré des besoins stratégiques de la Couronne entre Londres et Bombay.

Texte intégral

1A travers les débats stratégiques britanniques opposant tenants d’un impérialisme maritime appuyé par une flotte omniprésente entre Gibraltar et Bombay et partisans d’une politique impériale recentrée sur les questions de défense européenne, « l’autre » sera ici replacé dans le contexte d’alliances et de conflits propre à la rivalité impériale du début du XXe siècle. La recherche d’un « autre » dans la géopolitique anglo-saxonne, étroitement associée à celle d’ennemis communs et d’alliés potentiels, sera de fait étudiée dans le cadre strict de la rivalité impériale européenne du début du siècle précédent.

  • 1 Voir aussi : Jon Tetsuro Sumida, Inventing Grand Strategy and Teaching Command : The Classic Works (...)

2Stratégiquement, le développement de la puissance maritime allemande après 1898 et le passage de la première loi de construction de la Flotte de Haute Mer, largement inspirée des écrits du géopoliticien américain Alfred Thayer Mahan, suscita une crainte de voir la Grande-Bretagne perdre sa place de première Puissance impériale européenne.1 Au sein de l’appareil politique britannique, les réponses à apporter à la montée en puissance de l’Allemagne et à une compétition internationale accrue virent dans la pratique s’opposer un Foreign Office conservateur, partisan des traditionnelles politiques britanniques d’impérialisme maritime informel héritées de Palmerston à l’Amirauté, radicalement transformée par l’arrivée de l’Amiral John Fisher à sa tête en 1904. Le paysage géopolitique théorique anglo-saxon subit de même, entre 1900 et la fin de la Première Guerre mondiale, l’influence des deux pères fondateurs de la « géographie politique », l’Américain Alfred Thayer Mahan et le Britannique Halford John Mackinder. Schématiquement, ces deux théoriciens géopolitiques représentent les deux pôles théoriques autour desquels gravita l’opposition Foreign Office-Amirauté. Mackinder, qui publia l’année même de l’accession de Fisher au poste de First Sea Lord son essai le plus marquant, souhaitait attirer l’attention des Conservateurs et du Foreign Office sur la nouvelle ère géostratégique que l’Allemagne semblait désireuse d’ouvrir en combinant une flotte moderne à un système de contrôle impérial de type continental. Mahan, à l’inverse, faisait reposer la puissance des nations non sur la multiplication des possessions territoriales – explication continentaliste – mais sur la sécurité des voies de communications maritimes que seules l’omniprésence des flottes et le contrôle des mers – sea power ou puissance maritime – pouvait permettre de garantir. Si l’opposition théorique entre les tenants du navalisme – école de Mahan – et Fisher était exclusivement liée aux moyens techniques de la protection stratégique du commerce maritime britannique, la Méditerranée, et plus particulièrement le Proche-Orient, de par son rôle de charnière entre les principales routes de communications liant l’Europe à l’Asie et à l’Afrique, devint géographiquement le terrain d’affrontement entre les théories stratégiques de l’Amirauté et du Foreign Office. C’est dans ce contexte restreint que le rôle ambivalent de l’« autre », suivant le changement d’orientation des politiques impériales de la Grande-Bretagne, sera ici étudié. Rôle « ambivalent », car de Fisher ou de Mackinder à Mahan, « l’autre » dut s’adapter aux besoins stratégiques de l’époque, en revêtant tour à tour une dimension européenne puis mondiale. De même, de manière tout à fait schématique, les mêmes « autres », allemand et turc, assumèrent successivement pour la Couronne le rôle d’ennemi à abattre ou d’allié indispensable à la suprématie navale britannique entre 1900 et 1914, où tous deux devaient finalement se révéler n’être qu’un seul et même « autre », qu’un seul et même adversaire, combattant alors au sein des Puissances de l’Axe.

3La rivalité impériale européenne fut largement interprétée par les pères de la géopolitique anglo-saxonne comme une opposition entre Puissances continentales et maritimes. La Grande-Bretagne et son two-power standard devaient par conséquent faire face non seulement à l’alliance franco-russe en Méditerranée, mais aussi à une nation continentale – l’Allemagne – désireuse d’acquérir les caractéristiques stratégiques des Puissances maritimes en faisant reposer son dispositif de défense sur sa Flotte de Haute Mer. L’Allemagne se retrouva ainsi au cœur des débats opposant le Foreign Office, qui la considérait comme un simple adversaire économique au Proche-Orient, à l’Amirauté, qui craignait que la flotte du Kaiser ne pût être utilisée pour envahir la Grande-Bretagne.

  • 2 Alfred Thayer Mahan, The Problem of Asia : Its Effect upon International Politics, (1900) New Bruns (...)
  • 3 FO 371/257/8882 (Memorandum on the Present State of British Relations with France and Germany, Eyre (...)
  • 4 Samuel Philip Huntington, The Clash of Civilizations and the Remaking of World Order, London, The F (...)
  • 5 Il est à noter que la France, la Russie ou le Japon, Puissances allies ou adversaires « autres » ou (...)

4De fait, la question centrale du débat qui fit rage dans les premières années du XXe siècle entre le Foreign Office et le British Board of Admiralty concernant l’Allemagne revient in fine à cette simple interrogation : comment justifier la caractérisation en tant qu’« autre » d’une nation pourtant si proche tant géographiquement que culturellement ou linguistiquement de la Grande-Bretagne ? La simple jalousie impériale dont faisait montre le Kaiser vis-à-vis de la toute puissance commerciale britannique2 ? Une volonté affichée de renverser le monopole stratégique de la Royal Navy entre Londres et Suez, ou, en d’autres termes, le simple fait pour l’Allemagne willhelmienne de se voir associée aux adversaires, qu’ils fussent économiques ou stratégiques, de la Couronne3 ? L’histoire diplomatique de la Grande-Bretagne regorge pourtant d’exemples de nations ennemies qui ne furent pour autant pas vues comme des « autres », si tant est que ces « autres » fussent considérées conformément au concept de l’altérité d’Edward Said ou de Samuel Huntington, soit sur des bases culturelles ou civilisationnelles4. La France, principale rivale maritime de la Couronne en Méditerranée depuis la campagne d’Egypte de 1798, ne fut en aucun cas considérée comme une « autre » pour les Britanniques. A l’inverse, le statut d’« autre » ne conférait pour autant pas automatiquement celui d’ennemi. Ainsi la Russie ou le Japon, nations fondamentalement éloignées culturellement de la Grande-Bretagne, n’en devinrent pas moins des alliées stratégiques indispensables de la Couronne avant la Première Guerre mondiale face à menace allemande5. Ainsi, seule l’Allemagne, « autre » autant qu’ennemie, dut attendre l’émergence d’un conflit armé pour voir sa position normalisée vis-à-vis de la Couronne. Ce particularisme politique, culturel et stratégique des relations anglo-allemandes considérées depuis l’Amirauté entre 1898 et 1914 trouva une justification dans la science géopolitique naissante sous la plume de Mackinder.

  • 6 Voir par exemple : Halford John Mackinder, Democratic Ideals and Reality, with additional papers, W (...)
  • 7 Ibid., p. 61-62 ; 140-141 ; 156-157 ; Halford John Mackinder, The Pivot of History, (1904), Democra (...)
  • 8 J. Tetsuro Sumida, op. cit., p. 84-86 ; Alfred Thayer MAHAN, Retrospect and Prospect : Studies in I (...)

5Reprenant la distinction fondamentale entre organisation défensive de type maritime – passant en pratique par le très britannique système de domination impériale informelle –, et continental, la géopolitique anglo-saxonne du début du siècle précédent n’attendit pas les développements des révolutions socialistes d’après-guerre pour avancer l’idée que déjà, dès 1900, une bipolarisation du monde selon des lignes essentiellement politiques, chez Mackinder, s’était opérée entre l’Ouest et l’Est6. L’Allemagne, caractérisée par une méfiance vis-à-vis des idéaux libéraux chers aux grandes démocraties occidentales française et britannique, était pour Mackinder, et, d’une certaine manière, pour l’Amirauté de Fisher à sa suite, l’exemple même de l’Etat autocratique et brutal dans la gestion de ses dépendances territoriales7. Pour Mahan et certains fonctionnaires influents du Foreign Office à l’inverse, la critique des autocraties de l’Est se fit plus nuancée : l’Amiral américain enviait en effet aux Puissances allemande et russe le fait que leurs politiques navales ne reposassent point sur un Parlement soumis aux dictats de la vox populi8.

  • 9 Voir par exemple le débat entre William Redmond et Arthur Balfour aux Communes sur l’expansion de l (...)
  • 10 Voir par exemple : Kenneth Bourne, and Donald Cameron Watt, general eds, and Robin Leonard Bidwell, (...)
  • 11 Erskine Childers, The Riddle of the Sands : A Record of Secret Service, London, Penguin, 1995, p. 5 (...)

6En Grande-Bretagne, la presse, mais aussi la littérature populaire, se firent très rapidement l’écho des débats entre les défenseurs de l’expansion des forces navales pour protéger les voies de communications impériales – point de vue du Foreign Office – et les « Little Englanders », qui pensaient, au contraire, qu’il fallait avant tout défendre l’intégrité territoriale des Iles britanniques face à une potentielle invasion allemande9. Le meilleur exemple de ce débat public fut celui qui opposa Davies l’enthousiaste à Carruthers le sceptique dans The Riddle of the Sands : A Record of Secret Service d’Erskine Childers, publié en 1903. Dans cet ouvrage – l’un des tous premiers romans d’espionnage – se retrouvaient les débats opposant tenants du navalisme mahanien et partisans, à la suite de Fisher et de Mackinder, de politiques territoriales moins coûteuses. Carruthers, jeune fonctionnaire du Foreign Office à Londres, ne pouvait croire à une invasion allemande ; Davies, le marin chevronné, à l’inverse, ne cessera de démontrer la nécessité de renforcer les défenses des côtes britanniques. La morale de ce roman, destinée à un large public, montrait sans équivoque que l’Allemagne n’était pas aussi bienveillante que les discours rassurants du Kaiser et de ses services diplomatiques semblaient le laisser penser10. Mais tout l’intérêt de ce livre tenait aussi partiellement au fait que l’ensemble des idées des deux protagonistes avait pour base théorique l’œuvre de Mahan, qui est expressément cité à plusieurs reprises11. Childers, en faisant finalement triompher les théories de l’Amirauté pour lesquelles Davies avait dû lutter contre un Foreign Office par trop sûr de son dispositif défensif, exprimait d’une certaine manière une dissidence face aux politiques impériales du Gouvernement Balfour.

7En outre, la presse en France et en Allemagne n’eut de cesse, entre 1900 et 1904, de mettre en avant une rivalité exacerbée entre la Flotte de Haute Mer et la Royal Navy : à l’évidence, imprimer dans l’esprit des dirigeants politiques britanniques l’idée que la flotte du Kaiser était destinée à saper la position hégémonique de la Grande-Bretagne aurait été susceptible de dégager certaines zones navales de moindre importance, permettant ainsi aux autres Puissances européennes – France et Allemagne – de profiter du vide laissé. Au Proche-Orient, le journal diplomatique The Levant Herald and Eastern Express publié à Constantinople, et comprenant une partie française et une anglaise, se fit l’écho des rivalités navales anglo-allemandes. Les articles parus suite aux première et deuxième Navy Bills allemandes de 1898 et 1900 menèrent principalement le débat européen sur le terrain d’une compétition entre Puissances maritimes et continentales. De manière étonnamment schématique, les articles publiés dans les pages françaises jouaient sur l’orientation essentiellement stratégique du programme naval de Tirpitz, là où les pages anglaises ne voyaient en la politique allemande qu’une confirmation de la validité des thèses navalistes. Alors que la France espérait pouvoir bénéficier d’une rivalité anglo-allemande accrue qui dégagerait momentanément l’est de la Méditerranée en recentrant le dispositif défensif de la Couronne vers la Mésopotamie, la Grande-Bretagne, à l’inverse, semblait vouloir se persuader des intentions bienveillantes de la diplomatie du Kaiser. Faisant peu de mystère des ambitions nationales de la France en énumérant, non sans un certain cynisme, les tenants et les aboutissants de la course à l’armement naval anglo-allemande, les journalistes des pages françaises notaient, à titre d’exemple :

  • 12 “La Politique étrangère allemande”, The Levant Herald and Eastern Express [Constantinople], Vol. XX (...)

« Aujourd’hui la Russie est en bons ternies avec l’Allemagne, et la France ne cherche plus à prendre sa revanche. L’Allemagne est donc libre d’adopter aujourd’hui l’attitude qu’elle veut, et la France et la Russie ne seraient peut-être pas fâchées de lui voir prendre sur ses épaules le fardeau de l’opposition anglophobe12. »

  • 13 “L’Augmentation de la flotte de l’Allemagne”, The Levant Herald and Eastern Express [Constantinople (...)

8De même, les pages françaises n’hésitaient pas à exploiter la méfiance britannique vis-à-vis du Continent, en retournant l’argument premier des politiques navalistes – celui de la sécurité absolue des frontières des Puissances insulaires face à l’invasion — contre la Grande-Bretagne : « (...) cette augmentation [de la flotte allemande] ne peut viser aucune puissance continentale, tout différend entre l’Allemagne et ses voisins devant se régler sur terre. (...) [C’] est surtout contre l’Angleterre que Guillaume II a voulu se prémunir (...)13. » L’« autre », pour les partisans de l’abandon des coûteuses politiques navales britanniques, était bel et bien européen, définit premièrement en fonction de son organisation stratégique.

  • 14 Voir sur ce point : Hannah Arendt, The Origins of Totalitarianism, San Diego, New York, London, Har (...)
  • 15 Ibid., p. 225. Voir aussi sur ce point l’interprétation de l’impérialisme territorial russe, compar (...)

9Sur ce terrain précisément, les systèmes de construction identitaire liés aux empires différaient fondamentalement d’une Puissance maritime à une Puissance continentale14. Hannah Arendt, dans The Origins of Totalitarianism, oppose 1’« overseas imperialism » des Puissances maritimes à l’impérialisme assimilationniste des Puissances continentales sur la base des résonances politiques et économiques que ces deux systèmes mettaient en avant : « While overseas imperialism had offered real enough panaceas for the residues of all classes, continental imperialism had nothing to offer except an ideology and a movement »15. Les Puissances continentales – l’Allemagne et la Russie essentiellement, mais aussi la France –, à l’inverse de la Grande-Bretagne, se devaient en effet d’incorporer dans la culture de la nation conquérante celle des nations conquises. John Brodrick, Secretary of State for India en 1905, notait que l’assimilationnisme continental de la Russie tsariste allait de pair avec une transformation radicale des sociétés sur lesquelles Nicolas II souhaitait étendre son influence. A terme, les Britanniques craignaient de voir la propagande de ces nations continentales auprès du gouvernement de la Porte leur fermer définitivement l’accès aux régions situées entre la Perse et l’Inde :

  • 16 CAB 37/74/29 (Afghanistan, John Brodrick, 16/02/1905).

“As the Russians have throughout Central Asia, proved greater adepts at absorbing the populations with which they come in contact than any other Power, it is probable that it would not be long before they obtained a certain hold on Afghanistan. In any case they would be credited with having obtained it, which in Oriental affairs signifies a great deal16.”

  • 17 A T. Mahan, Retrospect..., op. cit., p. 106.
  • 18 Ibid., p. 106-108.

10Pour les Puissances maritimes insulaires telles que la Grande-Bretagne, la flotte devait servir de lien artificiel à une unité territoriale et politique inexistante entre la métropole et ses dépendances impériales17. Les empires continentaux, par définition, ne ressentaient pas le besoin de « magnanimité » envers leurs colonies dont les empires maritimes devaient obligatoirement faire preuve : la Navy dans ce sens assumait ce triple rôle de lien politique, économique – de par la protection du commerce maritime – et culturel’18. De fait, les territoires arabes du Proche-Orient dont la stabilité politique était déjà fragilisée par le joug ottoman risquaient de basculer dans une sphère d’influence néfaste aux intérêts de la Couronne. Sur les terres musulmanes, la différence entre ces deux systèmes de construction impériale – maritime et continentale – se faisait particulièrement évidente, comme le soulignait un article de The Nineteenth Century publié en 1900 :

  • 19 T. R. Threlfall, “Senussi and his Threatened Holy War : A Warning”, The Nineteenth Century, Vol. 47 (...)

“Whereas Russia, our great rival, crushes and devours, leaving little vestige of ancient liberties or national characteristics, it is the glory and power of Britain to extend the democratic sentiment, to develop self-government, and to lay the foundations of great nations in the most recently discovered parts of the earth19.”

11Contrairement à la France, l’Allemagne – dans les premiers écrits géopolitiques anglo-saxons –, ne partageait pas les idéaux de démocratie et de liberté communs aux nations occidentales. La géopolitique, reléguée par la presse, n’eut de cesse dans les premières années du siècle précédent d’expliquer la compétition impériale européenne comme étant la conséquence d’une hostilité des Puissances continentales envers l’arrogant succès de la Puissance insulaire maritime britannique. Arnold-Forster dans The Nineteenth Century, en 1900, présentait ainsi la compétition impériale sous l’angle d’une opposition terre-mer :

  • 20 H. O. Arnold-Forster, “The Insufficient Proposals of the War Office”, The Nineteenth Century, Vol. (...)

“There are tens of thousands, probably millions, of people upon the Continent who (...) would declare for an immediate war with England (...). Envy, dislike, moral condemnation, race antipathy, the hope of plunder, and the love of interfering in other people’s business are all very powerful motives (...)20.”

  • 21 F. Ratzel, op. cit., p. 177.

12Or, face à l’interprétation de la compétition internationale sur des bases stratégiques par l’Amirauté, existait dans les cercles conservateurs une explication culturelle des rivalités impériales mondiales. Le géopoliticien allemand Friedrich Ratzel comprenait les implications de l’impérialisme maritime, pour la Grande-Bretagne tout autant que pour l’Allemagne, comme ayant vocation à recouvrir une dimension à la fois politique et culturelle. Le développement du commerce sur mer obligeait les nations insulaires à élargir leur champ de vision politique, stratégique et économique, l’idée même de puissance maritime étant opposée à la « politique liée aux petits espaces », elle-même « naturellement myope ». En outre, la maîtrise des mers n’était chez Ratzel pas forcément l’œuvre de peuples plus industrieux, mais elle conférait à l’inverse aux peuples des valeurs telles que « l’audace, l’endurance et la perspective »21. Tous les peuples pouvaient ainsi théoriquement acquérir ces qualités, ce que l’Allemagne de Guillaume Il avait bien compris lorsqu’elle vota le passage de la première loi de de son programme naval, un an après la publication de La Géographie politique par Ratzel en 1897.

  • 22 Eyre Crowe, German Foreign Policy before the War [The 1907 Memorandum of Sir Eyre Crowe], foreword (...)
  • 23 « L’Allemagne est celle qui possède aujourd’hui le plus d’influence sur le Gouvernement ottoman. El (...)
  • 24 Ibid., document 419.
  • 25 Kenneth Bourne, and Donald Cameron Watt, general eds, and Robin Leonard Bidwell, ed., British Docum (...)

13La compétition navale ne pouvant être comprise, selon le Foreign Office, que dans le cadre du commerce interocéanique britannique, la rivalité impériale anglo-allemande était appelée à se jouer sur les voies de communications maritimes de la Grande-Bretagne avec son Empire, soit en pratique sur les territoires soumis à l’autorité du Sultan ottoman22. Sur le plan des identités nationales et culturelles des peuples de l’Empire ottoman, le pragmatisme et l’opportunisme de Guillaume II, alliés, dans une optique navaliste, à un autoritarisme caractéristique d’un dirigeant d’une Puissance continentale, firent paradoxalement du Kaiser un partenaire privilégié du Sultan turc. Les relations entre les deux hommes tenaient d’une part à la réputation militaire de l’Allemagne, mais aussi beaucoup au fait que, contrairement aux Français et aux Russes, Guillaume II n’avait pas à sa charge la protection de minorités religieuses de l’Empire ottoman, en Syrie, en Palestine, ou au Liban23. La seule protection dont se souciait l’Allemagne était celle de ses propres ressortissants nationaux, les questions plus « irritantes » pour la Porte de la gestion ottomane des identités nationales de l’Empire n’entrant pas en ligne de compte pour le Kaiser24. L’Allemagne, contrairement à la Grande-Bretagne, n’avait par ailleurs pas réellement d’intérêt à voir le Proche-Orient stabilisé sur le plan politique. Bien plus, Edward Grey notait que, pour le Kaiser, Abdul Hamid II était de loin le meilleur dirigeant dont pouvaient rêver l’Europe et les peuples ottomans. A la suite d’une conversation qu’il avait eue avec Guillaume II, Grey observait que les similarités entre l’assimilationnisme et le centralisme colonial de types allemand et turc étaient telles que, pour le Kaiser, le respect que le Sultan portait aux nationalités et aux libertés religieuses de son Empire dût servir d’exemple en Europe balkanique, et semblait de plus à même de pouvoir garantir le développement économique allemand au Proche-Orient25. Les entreprises allemandes avaient permis à certaines régions de l’Empire de se développer, notamment en Anatolie par le biais des chemins de fer, et le Kaiser souhaitait à l’évidence que ce travail pût continuer sous son égide. Pour l’Amirauté, qui craignait en Europe de voir la flotte du Kaiser traverser la Mer du Nord et entrer à Londres, et au Proche-Orient de voir l’Empire turc basculer dans la sphère allemande, il convenait de fermer la Méditerranée, comme les eaux territoriales britanniques, à la flotte de Tirpitz. La Navy fut ainsi redéployée en Mer du Nord, au détriment de la Méditerranée, alors que des rapprochements diplomatiques furent engagés avec de plus en plus de conviction auprès de la Turquie, notamment après la révolution constitutionnelle de 1908.

  • 26 NA/CAB 37/84/80 (Admiralty Policy : Replies to Criticisms, anon. [Board of Admiralty], n.d. [July 1 (...)
  • 27 ΝΑ/CAB 37/84/77 (untitled memorandum, anon. [Foreign Office], 25/10/1906) ; ΝΑ/CAB 37/93/83 (Memora (...)

14En outre, la compétition impériale recouvrait, à l’Amirauté de Fisher et au Foreign Office de Lansdowne en 1904, deux réalités diamétralement opposées. L’accusation portée par les tenants du navalisme, les Conservateurs, et une partie des cadres du Foreign Office contre la vision de la politique internationale de la tête de l’Amirauté tenait essentiellement à la conceptualisation par Fisher d’une politique navale recentrée sur les questions européennes, où la compétition impériale revêtait une dimension exclusivement anglo-allemande26. Le vote de la redistribution des flottes et de la concentration du dispositif naval dans les eaux britanniques, voulu par Fisher et les Libéraux, s’appuyait principalement sur le risque de voir l’Allemagne, mue sur mer par la Flotte de Haute Mer de Tirpitz, envahir la Grande-Bretagne27. Face aux pressions exercées contre les théories de l’école de géopolitique navaliste au tournant du XXème siècle, les défenseurs de la puissance maritime, qui jouissaient grâce à Mahan d’une certaine popularité auprès du public britannique et américain, jouèrent à l’inverse sur les liens du sang unissant les peuples « teutons » ainsi que sur les risques d’une infiltration des idées orientales en Occident. La compétition impériale internationale, la course aux armements navals en Europe, associées à la vision d’un Proche-Orient ottoman dépositaire de l’histoire biblique de l’Occident recentrèrent à partir des toutes premières années du XXème siècle les justifications de la poursuite des politiques impériales d’inspiration navaliste sur les questions de luttes stratégiques pour la survie de la culture occidentale.

  • 28 Après la défaite française à Fachoda en 1898, l’empereur Guillaume II, parlant des Français, se ser (...)
  • 29 A. T. Mahan, The Problem of Asia... op. cit., p. 112, 115.

15La théorie géopolitique de Mahan faisait de l’Allemagne une Puissance certes essentiellement continentale, mais dont la volonté de se battre contre sa propre nature en tendant à devenir Puissance maritime, et dont l’appartenance indiscutable à la sphère civilisationnelle chrétienne occidentale la classaient au rang des alliés potentiels face aux Français et aux Russes plutôt qu’à celui, nettement plus embarrassant en 1904-1905, d’ennemi supplémentaire à abattre28. La menace que représentait alors la construction d’une formidable flotte militaire rivale, loin d’être pour autant sous-estimée, fut d’une certaine manière objet de fierté pour les partisans de la géopolitique mahanienne : l’Allemagne, convaincue de la supériorité du système impérial navaliste, avait su résister à ses « aspirations naturelles » continentales en adhérant aux traditionnelles politiques de l’Empire britannique après une période de gestation d’à peine trente ans entre sa victoire face à la France en 1871 – exemple parfait de victoire continentale – et l’adoption officielle du navalisme anglo-saxon en 189829.

  • 30 ΝΑ/CAB 37/71/78 (Germany and Egypt, Lansdowne, 18/06/1904) ; Kenneth Bourne, and Donald Cameron Wat (...)

16De fait, considérant dans un premier temps les objectifs de chacune des Puissances intéressées au devenir politique et économique du Proche-Orient, puis, dans un second temps, la rivalité impériale sous un angle culturel, les Puissances européennes, à condition toutefois de respecter les desiderata stratégiques des unes et des autres, pouvaient toutes avoir un rôle spécifique à jouer dans la transformation du paysage politique ottoman30. La rivalité européenne, soit la rivalité de nations de politiques impériales différentes – maritime et continentale – mais de cultures nationales, économiques et religieuses très proches, si dirigée unilatéralement contre un ennemi commun, était à terme susceptible de rééquilibrer l’Europe et de stabiliser dans le même temps la charnière économique et culturelle du Proche-Orient. En d’autres termes, l’administration turque elle-même devait être tenue responsable de l’instabilité politique du Proche-Orient et de l’effritement de la concorde européenne, et punie en conséquence. L’« autre » stratégique allemand, appartenant à la même sphère civilisationnelle, culturelle et religieuse que la Grande-Bretagne, partageant des liens de sang que Mahan pensait indestructibles, devint pour l’Amiral américain le partenaire privilégié d’un impérialisme culturel et occidental, plutôt qu’économique et national. A l’inverse, l’allié potentiel turc, dont le trop fragile empire avait toujours suscité les convoitises des Occidentaux, devint pour les Britanniques un nouvel « autre », cette fois-ci définit non plus en référence à son organisation stratégique, mais bien plutôt culturelle.

  • 31 Alfred Thayer Mahan, The Interest of America in Sea Power, Present and Future, London, Sampson Low, (...)
  • 32 Ibid., p. 182-184.

17Car la compétition impériale au Proche-Orient plus qu’ailleurs assuma, de par la portée historique, messianique et culturelle des terres bibliques sur lesquelles les Sultans turcs régnaient depuis le XVIe siècle, une dimension civilisationnelle. De fait, les rivalités entre les puissances d’Europe s’inscrivaient dans une sphère intellectuelle occidentale – plutôt que géo-économique européenne – comprenant implicitement un ensemble d’éléments culturels et politiques. Lorsque Mahan, à titre d’exemple, parlait de « mother-country », il entendait désigner non pas la Grande-Bretagne pour les Britanniques ou l’Allemagne pour les Allemands, mais l’Europe chrétienne dans son intégralité pour les peuples européens31. Il existait pour Mahan en Europe plus qu’une simple communauté partageant un héritage philosophique et politique, les nations du Continent – auxquelles la Grande-Bretagne doit ici être ajoutée – formant un ensemble basé sur une communion de sang, d’idées et de culture32. Partant de ce postulat, les rivalités au sein d’un même groupe civilisationnel entre les trois grandes puissances chrétiennes – France, Grande-Bretagne et Allemagne -, si elles divisaient ces mêmes nations au niveau européen – politique -, ne les unissaient pour autant pas moins au niveau occidental – culturel – contre l’ennemi turc. Ce dernier fut alors perçu non seulement comme le responsable principal de la désunion politique des Puissances du Continent, mais aussi comme un frein à l’extension des conceptions occidentales de liberté et de justice.

  • 33 « It is to be noted (...) that the outward impulse of the European nations results naturally from t (...)

« En ce sens, la compétition impériale, in fine, ne pouvait qu’être bénéfique à la propagation des idées fondatrices de la civilisation occidentale en stimulant l’esprit nationaliste de chacun de ses membres33. »

  • 34 J. Tetsuro Sumida, op. cit., p. 94-95.
  • 35 « [According to Mahan, all] the civilized powers – the United States, England, Germany, France, Aus (...)
  • 36 A. T. Mahan, The Problem of Asia..., op. cit., p. 98-99.

18Mahan craignait en effet de voir l’Orient assimiler les valeurs associées à l’expansionnisme européen et adopter les moyens matériels de l’impérialisme occidental, tout en conservant une mentalité politique inchangée par les contacts avec l’Occident – un Orient aux infrastructures occidentales mais aux superstructures asiatiques – pour tourner ses regards vers les terres chrétiennes des Balkans et d’Europe centrale34. Toutefois, après l’arrivée au pouvoir des Jeunes Turcs, dont le programme de réformes constitutionnelles fut très largement interprété en Grande-Bretagne comme un désir de se conformer au modèle occidental, la critique du statu quo ne pouvait plus se justifier par un besoin vital de transformer les superstructures ottomanes. En d’autres termes, la mission « civilisatrice » lancée à la fin du XIXème siècle visant à faire de la Turquie une nation occidentale sur les plans culturel et politique, et ayant, sur les plans économique et stratégique, pour but de garantir la conservation de la suprématie commerciale et militaire européenne, avait d’une certaine manière atteint son but35. Toutefois, s’il pouvait alors sembler souhaitable de voir la Turquie intégrer la sphère occidentale, il semblait de même impensable de la voir devenir une nation européenne36. Par conséquent, les références à un droit et à un devoir d’étendre la domination européenne aux territoires du Proche-Orient impliquaient que se trouvassent débattues sur un même plan des composantes psychologiques et territoriales de l’impérialisme européen :

  • 37 A. T. Mahan, Armaments..., op. cit., p. 117.

“[The] tendency to efficient organization is a faculty wholly distinct from the personal qualities of the individual members of certain races which do not show the same capacity for organization ; such as the Chinese or the Turk. To right what is amiss, to convert, to improve, to develop, is of the very essence of the Christian ideal37.”

  • 38 Voir par exemple : Kenneth BournE, and Donald Cameron Watt, general eds., and Robin Leonard BidwelL (...)
  • 39 Sur les espaces maritimes jouxtant les côtes levantines et le concept d’une lutte stratégique et id (...)

19Au danger stratégique de voir l’Europe perdre le contrôle des voies de communications majeures du Proche-Orient se superposa la crainte d’un Islam militant gagnant en influence sur les terres chrétiennes d’Europe centrale et balkanique38. La compétition impériale, conçue dans la géopolitique anglo-saxonne comme opposant les démocraties de l’Ouest aux autocraties de l’Est au niveau européen, et comme opposant la civilisation chrétienne à l’Islam et aux « civilisations » asiatiques au niveau mondial, relevait par conséquent d’un droit que la simple portée légale du statu quo turc ne pouvait garantir39. De fait, plutôt que la très pragmatique approche de Fisher de la défense stratégique de l’Empire en termes de coûts et de positions, l’école navaliste tenta de faire prévaloir ses opinions auprès du Foreign Office en arguant du fait qu’une évaluation préalable des territoires selon leur valeur militaire et idéologique devait guider les dirigeants politiques britanniques dans leur recherche de sécurité stratégique :

  • 40 A. T. Mahan, Lessons of the War..., op. cit., p. 253-254.

« Hence the immense importance of discerning betimes what the real value of positions is, and where occupation should betimes begin. Here, in part at least, is the significance of the great outward movement of the European nations to-day. Consciously or unconsciously, they are advancing the outposts of our civilization and accumulating the line of defences which will permit it to survive, or at least will insure that it shall not go down till it has leavened the character of the world for a future brighter even than its past (...)40. »

  • 41 A. T. Mahan, Armaments..., op. cit., p. 116.
  • 42 A. T. Mahan, Lessons of the War..., op. cit., p. 250-252.
  • 43 Ibid., p. 253

20Mahan, de par sa focalisation sur un antagonisme culturel croissant entre l’Occident et l’Orient, fut à l’origine philosophique du remodelage géopolitique du Proche-Orient selon des lignes politiques/culturelles que la France et la Grande-Bretagne imposèrent après la défaite des Puissances de l’Axe turque et allemande en 1919. Cette région, considérée jusque dans les années 1890 comme une zone tampon entre l’Est et l’Ouest sur le plan stratégique – face essentiellement à la Russie – tout autant que sur le plan culturel/religieux – face alors à l’Islam -, tendait à l’aube du siècle naissant à devenir carrefour des voies de communications et des civilisations41. Attribuant cet état de fait au cours général de l’histoire, la question que se posait Mahan était de savoir quelles pourraient être les répercussions du contact de deux ensembles culturels et politiques si différents l’un de l’autre : l’acceptation et la compréhension des coutumes de chacun ? La paix et la disparition des causes de frictions à l’intérieur de chaque ensemble, tout autant qu’entre l’Est et l’Ouest ? La fin des besoins d’armement de la part des nations européennes42 ? Après une période d’arrêt, la civilisation occidentale semblait de nouveau décidée à avancer sur les anciennes zones tampon du Proche-Orient : plus qu’une force de dissuasion face aux rivaux continentaux de la Couronne, plus que le symbole d’un impérialisme compréhensif envers les cultures sur lesquelles la Grande-Bretagne désirait étendre sa protection, la Royal Navy devait se faire force de « police » supranationale entre l’Egypte et l’Inde43.

  • 44 Cromer, Evelyn Baring, Earl of, Modern Egypt, Vol. 2, New York, Macmillan, 1908, p. 123.

21De fait, pour que la sécurité des investissements européens fût garantie, Balfour, Mahan, mais aussi Cromer ou Churchill pensaient que la modernisation – allant de pair, en accord avec Huntington, avec l’occidentalisation – des moyens tout autant que des esprits devait représenter le défi politique de la Grande-Bretagne à l’aube du XXe siècle. Reprenant à leur compte les principes utilitaristes et libéraux de Jeremy Bentham et d’Adam Smith, des impérialistes convaincus tels que Cromer ou Mahan justifièrent la nécessité d’une présence britannique entre Port Saïd et Aden par l’apport que la culture politique occidentale pouvait représenter pour les peuples ottomans. Aussi Cromer notait-il dans Modem Egypt que les Britanniques en Egypte ne devaient pas être vus comme des conquérants, mais comme les « sauveurs » d’une société usée par le règne ottoman : “[The Englishman] came not as a conqueror, but in the familiar garb of a saviour of society44.

Notes

1 Voir aussi : Jon Tetsuro Sumida, Inventing Grand Strategy and Teaching Command : The Classic Works of Alfred Thayer Mahan Reconsidered, Baltimore, London, The Johns Hopkins UP. 1997, p. 102 ; Friedrich Ratzel, La Géographie politique : Les Concepts fondamentaux, trad. François Ewald, Paris, Fayard, 1987, p. 35-36.

2 Alfred Thayer Mahan, The Problem of Asia : Its Effect upon International Politics, (1900) New Brunswick, London, Transaction Publishers, 2003, p. 67 ; F. Ratzel, op. cit., p. 137-8

3 FO 371/257/8882 (Memorandum on the Present State of British Relations with France and Germany, Eyre Crowe, 01/01/1907).

4 Samuel Philip Huntington, The Clash of Civilizations and the Remaking of World Order, London, The Free Press, 2002, p. 40-42 ; Edward William Said, “Introduction”, Orientalism, New York, Vintage, 1979.

5 Il est à noter que la France, la Russie ou le Japon, Puissances allies ou adversaires « autres » ou « familiers », conclurent toutes une alliance stratégique formelle avec la Grande-Bretagne entre 1900 et 1910 : en 1902 pour le Japon, 1904 pour la France, et 1907 pour le Japon.

6 Voir par exemple : Halford John Mackinder, Democratic Ideals and Reality, with additional papers, Westport, Greenwood Press, 1962, p. 125-126.

7 Ibid., p. 61-62 ; 140-141 ; 156-157 ; Halford John Mackinder, The Pivot of History, (1904), Democratic Ideals and Reality, Westport, Greenwood 1962 p. 242-244.

8 J. Tetsuro Sumida, op. cit., p. 84-86 ; Alfred Thayer MAHAN, Retrospect and Prospect : Studies in International Relations, Naval and Political, London, Sampson Low, Marston, 1902, p. 57-58. Pour Mackinder, l’Allemagne, à cause de son identité politique anti-démocratique héritée de la géopolitique de Ratzel, appartenait clairement à « l’Est ». Voir : H. J. Mackinder. Democratic Ideals..., op. cit., p. 156-157. Pour Mahan en revanche, l’identification de l’Allemagne de Guillaume II avec les idéaux protestants, ainsi que son désir de devenir une grande Puissance maritime, la classait certes au rang des nations de l’Est, mais avec laquelle néanmoins une coopération ne devait être exclue : A. T. Mahan, Retrospect..., op. cit., p. 168 ; Alfred Thayer Mahan, The Problem of Asia... op. cit., p. 115-118.

9 Voir par exemple le débat entre William Redmond et Arthur Balfour aux Communes sur l’expansion de l’Empire et le fardeau budgétaire imposé par les politiques conservatrices : 79 H. C. Deb., 4s, 251-4 (William Redmond, Arthur James Balfour, 16/02/1900).
Sur l’opposition « Little England »/« Greater Britain », voir par exemple le point de vue de la géopolitique allemande. Voir : F. Ratzel, op. cit., p. 177.

10 Voir par exemple : Kenneth Bourne, and Donald Cameron Watt, general eds, and Robin Leonard Bidwell, ed., British Documents on Foreign Affairs : Reports and Papers from the Foreign Office Confidential Print, Part I : From the Mid-Nineteenth Century to the First World War, Series B : The Near and Middle East, Vol. 16 : The Ottoman Empire, Arabia and the Gulf : British Commercial and Financial Interests, 1890-1914, Frederick, University Publications of America, 1985, p. 75 (Notes of Conversation with the German Ambassador, Adam Block, 17/01/1907).

11 Erskine Childers, The Riddle of the Sands : A Record of Secret Service, London, Penguin, 1995, p. 52, 80-81.

12 “La Politique étrangère allemande”, The Levant Herald and Eastern Express [Constantinople], Vol. XXI, Nr. 3, 04/01/1900.

13 “L’Augmentation de la flotte de l’Allemagne”, The Levant Herald and Eastern Express [Constantinople], Vol. XXI, Nr. 133, 14/06/1900.

14 Voir sur ce point : Hannah Arendt, The Origins of Totalitarianism, San Diego, New York, London, Harcourt, 1985, p. 132, 215-25.

15 Ibid., p. 225. Voir aussi sur ce point l’interprétation de l’impérialisme territorial russe, comparé au système britannique in : A. T. Mahan. The Problem of Asia..., op. cit., p. 69. Le modèle continental de type russe ou allemand, basé sur l’incorporation de territoires, différait du système britannique en ce sens que l’impérialisme maritime, héritier direct de la tradition palmerstonienne, ne valorisait que le jeu des influences : “The natural tendency of the line of thought which leads up to the appreciation of sea power and to the vision of expansion of national influences – rather than of national possessions – when acting upon a person inheriting Anglo-Saxon political traditions, is in commercial matters towards freedom of trade.” A. T. Mahan, Retrospect..., op. cit., p. 18.

16 CAB 37/74/29 (Afghanistan, John Brodrick, 16/02/1905).

17 A T. Mahan, Retrospect..., op. cit., p. 106.

18 Ibid., p. 106-108.

19 T. R. Threlfall, “Senussi and his Threatened Holy War : A Warning”, The Nineteenth Century, Vol. 47, Nr. 277, March 1900, p. 400.

20 H. O. Arnold-Forster, “The Insufficient Proposals of the War Office”, The Nineteenth Century, Vol. 47, No. 278, April 1900, p. 555

21 F. Ratzel, op. cit., p. 177.

22 Eyre Crowe, German Foreign Policy before the War [The 1907 Memorandum of Sir Eyre Crowe], foreword by Hilaire Belloc, London, Friends of Europe Publications (No. 16), 1934, p. 9-14.

23 « L’Allemagne est celle qui possède aujourd’hui le plus d’influence sur le Gouvernement ottoman. Elle doit cet avantage (...) à la croyance fort répandue ici [à Constantinople] qu’elle est la première Puissance militaire du monde (...). »
Voir : Ministère des Affaires Etrangères, Commission de publication des documents relatifs aux origines de la guerre de 1914, Documents Diplomatiques Français (1871-1914), 2ème série (1901-1911), tome second (1er janvier – 31 décembre 1902) Paris Imprimerie Nationale, 1931, Document 419 (Note de M. Bapst, Conseiller de l’Ambassade de France à Constantinople, septembre 1902).

24 Ibid., document 419.

25 Kenneth Bourne, and Donald Cameron Watt, general eds, and Robin Leonard Bidwell, ed., British Documents on Foreign Affairs : Reports and Papers from the Foreign Office Confidential Print, Part I : From the Mid-Nineteenth Century to the First World War, Series B : The Near and Middle East, Vol. 18 : Arabia the Gulf and the Bagdad Railway, 1907-1914, Frederick (Maryland. USA), University Publications of America, 1985, p. 18-20 (untitled memorandum, Edward Grey, 13/11/1907).

26 NA/CAB 37/84/80 (Admiralty Policy : Replies to Criticisms, anon. [Board of Admiralty], n.d. [July 1906]).

27 ΝΑ/CAB 37/84/77 (untitled memorandum, anon. [Foreign Office], 25/10/1906) ; ΝΑ/CAB 37/93/83 (Memorandum for Cabinet Committee on Estimates, anon. [Board of Admiralty], 18/06/1906).

28 Après la défaite française à Fachoda en 1898, l’empereur Guillaume II, parlant des Français, se serait exprimé : “The poor French (...). They have not read their Mahan !” Paul Michael Kennedy, The Rise and Fall of British Naval Mastery, London, Penguin, 1976, p. 206 (Guillaume II, cité par Paul Kennedy).

29 A. T. Mahan, The Problem of Asia... op. cit., p. 112, 115.

30 ΝΑ/CAB 37/71/78 (Germany and Egypt, Lansdowne, 18/06/1904) ; Kenneth Bourne, and Donald Cameron Watt, general eds., vol. 18, op. cit., p. 326 (untitled memorandum, Henry Finiss Bloss Lynch, 23/12/1908).

31 Alfred Thayer Mahan, The Interest of America in Sea Power, Present and Future, London, Sampson Low, Marton, 1897, p. 183,234.

32 Ibid., p. 182-184.

33 « It is to be noted (...) that the outward impulse of the European nations results naturally from the internal competitions of Europe itself. » Alfred Thayer Mahan, Armaments and Arbitration or the Place of Force in the International Relations of States, New York, London, Harper, 1912, p. 115.

34 J. Tetsuro Sumida, op. cit., p. 94-95.

35 « [According to Mahan, all] the civilized powers – the United States, England, Germany, France, Austria, and Russia – had the right and the duty to expand to bring peace to the barbarian peoples of the world. » Richard W. Turk, “The Ambiguous Relationship : Theodore Roosevelt and Alfred Thayer Mahan”, Contributions in Military Studies, Nr 63, New York, Westport, London, Greenwood, 1987, p. 42.

36 A. T. Mahan, The Problem of Asia..., op. cit., p. 98-99.

37 A. T. Mahan, Armaments..., op. cit., p. 117.

38 Voir par exemple : Kenneth BournE, and Donald Cameron Watt, general eds., and Robin Leonard BidwelL, ed., British Documents on Foreign Affairs : Reports and Papers from the Foreign Office Confidential Print, Part I : From the Mid-Nineteenth Century to the First World War, Series B : The Near and Middle East, Vol. 15 : Britain, Egypt and the Sudan, 1855-1914, p. 416 (Reports by Muhammad Hassan-el-Kazwini and Others, July-August 1906, Inclosure (A) – Extracts from Native Newspapers, (3) “Al-Minbar,” July 29, 1906 : Europe’s Fanaticism against Islam).

39 Sur les espaces maritimes jouxtant les côtes levantines et le concept d’une lutte stratégique et idéologique sur ces territoires opposant l’Est à l’Ouest, voir : Alfred Thayer Mahan, The Influence of Sea Power upon History, 1660-1783, 3rd éd., New York, Hill and Wang, 1962 (reprint 1892), p. 11.

40 A. T. Mahan, Lessons of the War..., op. cit., p. 253-254.

41 A. T. Mahan, Armaments..., op. cit., p. 116.

42 A. T. Mahan, Lessons of the War..., op. cit., p. 250-252.

43 Ibid., p. 253

44 Cromer, Evelyn Baring, Earl of, Modern Egypt, Vol. 2, New York, Macmillan, 1908, p. 123.

Auteur

Université Michel de Montaigne Bordeaux III

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540