Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume 2

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

V. Milieux physiques, ambiances urbaines et technologies

Introduction

Philippe Dard et Francis Yguel

Texte intégral

  • 1 Sociologue, directeur de recherche, responsable du laboratoire Mutations Techniques et Sociales, d (...)

1Note portant sur l’auteur1

  • 2 Directeur de recherche au CNRS, chargé de mission à la direction du département SPI (Sciences Pour (...)

2Note portant sur l’auteur2

3L’atelier 5 avait pour titre « Milieux physiques, ambiances urbaines et technologies ». Seize recherches y ont été présentées dont trois thèses, ce qui représente environ les trois-quarts des recherches financées dans ce champ.

4Plus de vingt ans après les premières applications de la télésurveillance, plus de dix ans après le lancement de l’action « Villes sensibles » du PIR-Villes et du programme PRIMEQUAL, près de dix ans après la création du groupement d’intérêt scientifique sur le sol urbain et de la fédération de recherche CNRS « Physique et images de la ville », cet atelier a été l’occasion de mesurer les progrès accomplis dans le champ des milieux physiques, des ambiances urbaines et des technologies afférentes. Alors que ces travaux ont, pour certains, vu le jour avant même la création du programme ACI-Ville, cet atelier a permis un retour d’expérience et autorise, après dix ans de recherches, à en tirer des conséquences.

5Ce champ de recherche se caractérise par une dimension technologique assez forte, avec une prédominance des sciences de l’ingénieur, ce qui distingue peut-être par bien des aspects cet atelier d’autres ateliers qui étaient beaucoup plus « socio-traditionnels ». Néanmoins, ce champ d’étude prend bien place dans cet appel d’offres qui avait cherché à établir des ponts, des passerelles entre les sciences de l’ingénieur et les sciences sociales en général.

6Cet atelier, au contraire de ce qui a été regretté par d’autres rapporteurs, a accueilli une participation très soutenue, une présence sans faille des participants, et notamment des doctorants, pendant ces deux jours, ce qui montre de la part des intervenants un intérêt pour leurs confrères et les travaux qu’ils font dans ce champ. En revanche, c’est un atelier qui n’a pas attiré un public élargi, c’est-à-dire autre que les équipes directement concernées par les présentations. Ceci peut être également un point de différenciation avec d’autres ateliers où un public plus élargi est allé à la rencontre des recherches présentées. Dans cet atelier 5, on sent un micro-milieu, impliqué, mais qui attire peu. Le public des sciences sociales en général se sent peu concerné ou sensibilisé par des approches à caractère plus technologique.

7Enfin signalons que ce rapport de synthèse a fait l’objet d’une restitution préalable au sein de l’atelier, à la fin des deux journées de présentation, et qu’il a reçu un très bon accueil de la part des participants, tant sur la forme de sa présentation que sur le fond des idées qui y sont rassemblées.

8Un certain nombre de grandes questions ont traversé cet atelier, que l’on pourrait résumer de la manière suivante :

9Comment la fabrication de la ville, ses activités, leurs transformations, produit des milieux physiques et des ambiances particulières, produit des lieux de vie, d’une certaine façon, particuliers ? Comment ces milieux ont des incidences sur la vie des citadins, selon certaines caractéristiques ou préoccupations de santé, de confort, d’environnement, de risque, de qualité de vie ou de qualité urbaine ?

10Comment la connaissance de ces phénomènes physiques et de ces ambiances urbaines peut permettre de caractériser des situations ou des projets urbains et de les expertiser à différentes échelles de temps et d’espace, selon qu’on se situe dans une dimension micro urbaine, dans un urbain plus général ou encore dans un territoire urbanisé plus vaste ?

11Comment ces caractérisations ou ces expertises sur les milieux physiques et les ambiances urbaines peuvent être ou devenir un support de concertation professionnelle ou de concertation publique – avec la population, avec les riverains, avec des associations ? Comment peuvent-elles soutenir des processus d’aide à la décision, à la construction de scénarii pour le développement urbain ?

12Ces grands champs de questions traversent les recherches présentées. Elles interrogent les approches et les apports des sciences de l’ingénieur et leurs outillages technologiques pour caractériser les milieux physiques et les ambiances urbaines.

13La grande majorité des recherches a traité, directement ou indirectement, de la modélisation des phénomènes physiques ou des ambiances, de leur simulation, de la confrontation entre la construction de modèles et l’observation empirique, entre les mesures in situ pour construire les modèles et, les simulations ou les anticipations qu’ils permettent. Pour une moindre part, certaines d’entre elles ont questionné le passage de cette modélisation vers les outils de la concertation et de l’aide à la décision ; ceci constitue d’ailleurs une préoccupation récente qui montre également que l’on a atteint pour ce thème un certain niveau de maturité.

14En arrière-fond, se pose la question de la figure de l’expert et de l’expertise dans le système d’acteurs des fabricants de la ville. L’expert est-il celui qui produit des expertises ? L’expert est-il celui qui intervient en médiation entre les acteurs ? Comment évolue le rôle de l’expert à la charnière des maîtrises d’ouvrage urbaine, des maîtrises d’œuvre, des habitants/citoyens/citadins/usagers, et les experts ? Quelles interactions se développent entre les outils de l’expertise et celles de la médiation ?

PRÉSENTATION DES RECHERCHES EXPOSÉES

15Ces quelques remarques préalables étant faites, considérons rapidement les différentes recherches présentées, en les ordonnant d’une manière un peu différente de l’ordre suivi dans l’atelier, et en nommant à chaque fois la personne qui s’est faite le rapporteur du travail.

MODÉLISATIONS

16On peut tout d’abord distinguer des approches centrées sur la modélisation, la simulation à des échelles de temps différentes.

17Dans ce cadre, deux recherches s’emploient davantage à regarder des phénomènes du passé.

18C’est ainsi que Henri Galinié et Mélanie Fondrillon ont exposé leurs travaux sur l’archéologie urbaine. À cette occasion ils ont montré comment, sur des centaines et des milliers d’années, le sous-sol des villes forme un champ archéologique, et nous ont amenés à nous demander comment l’analyser, avec un minimum de moyens et sans intervenir fortement sur le construit ; comment, avec des instruments et des approches renouvelés (issus de la mécanique des sols), on peut interpréter le sous-sol à partir de systèmes d’analyse et de mesure relativement légers. Leur présentation leur a permis également de montrer comment l’histoire des villes – et au fond le projet urbain si on le situe sur des centaines ou des milliers d’années – s’inscrit dans son sous-sol et nous interroge sur notre capacité, dans nos périodes contemporaines, à continuer à fabriquer de l’archéologie urbaine, dans la mesure où les modes contemporains de fabrication de la ville procèdent par enlèvement de ce qui a été immédiatement construit..

19Une autre approche, exposée par Gérard Hégron, vise à développer des outils permettant la reconstitution de projets passés, que ces projets aient été réalisés ou pas. À partir d’approches multimodales, ces outils permettent d’intégrer des sources d’information historique de nature très différentes. Ils offrent la possibilité de les modéliser dans un système de représentation uniformisé, en y ajoutant des niveaux d’expertises et d’analyses supplémentaires et nouvelles sur, par exemple, la manière dont ces projets avaient à l’époque pris en compte la climatologie urbaine ou encore des questions d’hygiène.

20Ensuite, on peut dénombrer plusieurs recherches qui parlent davantage de la ville d’aujourd’hui et de demain.

21Tout d’abord celle présentée par Rachel Thomas, qui nous a exposé ses travaux sur « éclairage et ambiances urbaines » et celle de François Sarradin traitant des usages nocturnes et diurnes de la ville, de la perception visuelle, des questions « d’ouverture du ciel », des phénomènes de perception. Ces travaux ont été l’occasion de s’interroger sur la place de l’éclairement ou de la lumière en ville. Alors que pour certains, l’éclairement est une des conditions de la sécurisation des lieux, ou de leur embellissement, ces chercheurs, selon les analyses qu’ils peuvent faire, montrent qu’entre activités diurnes et pratiques nocturnes il y a peu de différences comportementales de la part de la population, et qu’il existe au contraire des modèles comportementaux récurrents en milieu urbain, de manière presque indépendante des caractéristiques d’éclairement. Ces résultats amènent à maintenir autour de ce thème une interrogation sur l’incidence de l’éclairage ou de la lumière sur les pratiques urbaines. Des travaux devraient pouvoir se poursuivre dans ce champ, car, et nous y reviendrons, ils nécessitent encore une validation sur un spectre plus grand d’expérimentations.

22Nicolas Ringenbach a exposé ses travaux de recherche sur la climatologie urbaine, en s’intéressant particulièrement aux échanges d’énergie et aux bilans radiatifs des villes, en utilisant des relevés satellites et un certain nombre de supports de mesures au sol.

23Luc Adolphe a exposé le projet Sagacités qui traite des ambiances urbaines, des phénomènes de pollution, d’îlots de chaleur avec l’objectif de développer des outils d’aide à la décision, d’aide à la gestion et à la construction de scénario. Ce projet multidisciplinaire extrêmement ambitieux qui vise l’aide à la décision mériterait assurément une programmation de moyens d’un tout autre niveau que celui actuel, si on souhaite qu’il débouche.

24Thierry Ranchin nous a parlé de la pollution et de la qualité de l’air extérieur, des polluants dans les aires urbaines, autour d’une recherche de définition de cartes d’identités urbaines. Cette recherche ayant en contrepoint celle présentée par Christian Cochet, sur la qualité de l’air intérieur et ses divers polluants (chimiques, bactériologiques) qui à initié la mise en place de l’Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur, soutenu par plusieurs organismes publics (équipement, santé, etc.). Par malchance, ils n’ont pas exposé le même jour, ne permettant pas de ce fait de mettre en débat les approches relatives à la pollution de l’air extérieur et celles liées à la pollution de l’air intérieur ; débat qui aurait été pourtant assez intéressant. Christian Cochet a en effet montré que la pollution intérieure (combinant pollutions internes et externes) des locaux serait bien souvent supérieure à la pollution extérieure, permettant ainsi de saisir l’enjeu social de ce sujet.

25Enfin, dernière recherche plutôt située sur le versant de la modélisation, la recherche présentée par Gérard Hégron, sur le vieillissement, l’usure et la dégradation de tout ce qui constitue les surfaces urbaines : les revêtements d’immeubles et les chaussées. Cette recherche est une approche qui se situe assez en amont, mais Gérard Hégron souhaiterait qu’elle puisse, à terme, ouvrir sur des outils d’aide à la décision comme un cahier des charges pour les maîtres d’ouvrage intégrant les hypothèses de vieillissement dans les choix de matériaux et de techniques utilisés en milieu urbain. En ce sens, ses réflexions rejoignent certaines préoccupations sur la gestion durable de la ville.

OUTILS D’AIDE À LA DÉCISION

26Toutes ces recherches que nous venons de rapporter rapidement se situent plutôt sur le versant de la modélisation, celles qui vont maintenant être présentées sont un peu plus orientées sur le versant de la simulation à des fins de communication et de concertation professionnelle ou avec le public. Dans ce contexte, il s’agit moins ici de concevoir les outils de l’expertise que les outils de la communication de l’expertise, ces travaux proposent une inflexion – inscrite dans un continuum – vers la conception d’outils d’aide à la décision.

27Jean-Marie Rapin et Dominique Aubrée ont rapporté leurs travaux sur l’acoustique urbaine et le paysage sonore, en illustrant comment des outils de simulation et de représentation sonore de projets urbains, en particulier ceux utilisés pour la réhabilitation et la restructuration d’une place dans une petite ville, peuvent servir de support à la concertation avec des professionnels de la ville et avec certains citadins concernés par ces transformations urbaines. À cette occasion, ils ont souligné les limites, les difficultés qu’il y a à utiliser l’écoute simulée de phénomènes sonores pour soutenir une représentation argumentée, une représentation raisonnée, plus qu’émotive, de la part du public.

28Christian Sacré a présenté rapidement une pré-étude croisant simulation technique et qualification urbaine, sur la perception que des habitants peuvent avoir d’un projet de voirie urbaine, en l’occurrence le projet de tramway de Nantes.

29Jean-Jacques Terrin a présenté un travail assez important sur des outils innovants de simulation et des nouveaux outils d’expertise en soutien à l’élaboration de projets urbains, développés expérimentalement non seulement en France mais aussi dans d’autres pays européens et aux États-Unis. Il a interrogé à cette occasion non seulement les nouvelles formes d’expertises mais aussi les nouveaux métiers de l’expert, convoqué progressivement en médiateur entre les acteurs de la fabrication de la ville, maîtrise d’ouvrage, maîtrise d’œuvre, usagers, populations.

30Et puis Philippe Dard, l’un des rapporteurs, qui, en prenant comme support d’analyse les maquettes virtuelles, a développé un propos épistémologique assez critique sur les nouvelles formes de la représentation qui se trouvent sous-tendues par les maquettes virtuelles faisant appel à une mobilisation des sens : la vue mais aussi l’ouïe (simulation sonore par exemple). Une recherche qui l’amène à s’interroger, d’une part, sur ce qui se trouve être simulé : essentiellement des phénomènes qui ressortissent aux ambiances et très peu à l’anticipation des pratiques urbaines et des pratiques sociales, et d’autre part sur la place du sensoriel comme mode d’appréhension du projet urbain, dont bon nombre d’autres chercheurs et praticiens contestent la capacité à être un véritable support cognitif et réflexif. Ainsi, des questions restent posées sur la question de la simulation et de l’emploi de la réalité virtuelle comme support de la représentation et de la concertation.

NOUVEAUX SERVICES URBAINS ET TIC

31Une fois ces deux thèmes, la modélisation et les outils d’aide à la décision, abordés, on a couvert la presque totalité des recherches exposées, puisque seules deux approches portent davantage sur les nouveaux services urbains soutenus par des technologies de l’information et de la communication.

32La première est celle représentée par Geneviève Baudoin, qui a rapporté un projet à deux facettes : Automoville et Médiville. Automoville vise au développement d’outils d’information et de communication pour le déplacement des aveugles et des mal-voyants en milieu urbain, et Médiville est, lui, plus centré sur le champ de la télémédecine. Dans le cadre de ces travaux, on se situe plutôt dans le champ des nouveaux services, des nouvelles manières de fournir des services urbains en s’appuyant sur les technologies de l’information et de la communication. Nous avons été séduits par la qualité et la pertinence de la démarche retenue, en particulier en ce qui concerne la mise en œuvre du processus d’innovation (intégration de la R&D et du marché).

33En écho à celles-ci, les recherches de Michel Denis portent sur l’aide verbale aux mal-voyants et aux aveugles. Ses travaux ont montré que les systèmes d’information permettant de décrire des parcours pour des mal-voyants n’avaient strictement rien à voir avec ceux utilisés et utilisables par les voyants, ouvrant par là sur une difficulté à concevoir des systèmes d’information et de communication sur les déplacements qui seraient valables pour tous. Se pose derrière ses travaux la question des outils de communication « pour tous » ou « pas pour tous » qui devraient enrichir les travaux de l’équipe précédente pour le projet Automoville qui s’appuie sur les ressources du GPS pour faciliter le guidage et l’orientation des aveugles et des mal-voyants.

34Pour conclure sur ce panorama des recherches présentées on peut dire qu’à part ces deux dernières recherches sur de nouveaux services urbains supportés par les technologies de l’information, le champ de recherche couvert par notre atelier est relativement homogène, ce qui contraste avec d’autres ateliers qui ont été caractérisés par un patchwork de travaux et une certaine difficulté à faire le lien entre eux.

BILAN CRITIQUE

35Il s’agit maintenant de formuler quelques remarques un peu plus générales issues de cet atelier sur l’Action Concertée Incitative Ville, ses apports et ses limites, qui ouvrent sur des questions relatives à la recherche urbaine, sa programmation, ses financements, ses débouchés.

IMPORTANCE SOCIALE DES RECHERCHES ET RÔLE INCITATIF DU PROGRAMME

36Avant tout, il est important de souligner que les sujets de recherche présentés acquièrent une importance sociale et politique croissante, car ils concernent la maîtrise d’ouvrage urbaine, et plus particulièrement les collectivités locales et territoriales, qui sont fortement préoccupées par la question de la crise urbaine environnementale, à travers les phénomènes de pollution, de bruit, d’éclairage ou d’ambiances urbaines ; préoccupations, qui s’inscrivent plus ou moins bien dans une volonté de mieux maîtriser le développement urbain en l’articulant à des aspects économiques, sociaux, de morphologie urbaine, etc.

37L’ACIV a joué un rôle incitatif fort puisque à l’exception de quelques projets qui préexistaient, elle a été le point de démarrage d’un certain nombre des travaux qui ont été présentés, ce qui est d’autant plus méritoire de la part des équipes, qu’elles ont œuvré avec peu d’argent pour une production au final significative et très encourageante.

AVANCÉES DISCIPLINAIRES ET COUPLAGES DES PHÉNOMÈNES PHYSIQUES

38Pour en rester sur les avancées permises par l’action incitative de ce programme, on peut signaler à la fois des avancées dans des champs disciplinaires, par exemple ceux de l’acoustique, de la thermique et plus particulièrement de l’évaluation des flux radiatifs et de l’inertie des façades, ou de la psycho-acoustique, mais aussi des avancées dans le cadre de couplages entre phénomènes physiques dans les modèles. Sur ce dernier point, on peut citer les couplages entre l’aéraulique et la thermique ou encore le couplage entre acoustique et perception visuelle. On peut également noter sur le plan des interactions entre disciplines : le domaine de la caractérisation archéologique des sols avec celui de la mécanique des sols, celui des technologies de l’information et de la communication et de la psychologie.

39On peut saluer dans le cadre des projets Automoville et Médiville un travail important en termes de transfert et de valorisation de travaux de recherche, de même que pour ceux menés par le CERMA et le CSTB sur l’appréhension du vieillissement et de la surveillance des espaces bâtis permettant aux collectivités territoriales de faire de la prédiction et de définir un carnet d’entretien.

40Ces avancées constituent le côté positif de ce bilan.

MULTIDISCIPLINARITÉ VS INTERDISCIPLINARITÉ

41Une caractéristique dans la conduite de ces projets de recherche nous a frappé. Tous ou pratiquement tous ces travaux, à une ou deux exceptions près, ont un noyau central constitué autour des sciences de l’ingénieur : les ingénieurs sont en amont, à l’initiative du projet de recherche. Néanmoins, pratiquement tous les projets ont fait l’objet d’une mobilisation de compétences disciplinaires complémentaires différentes – architectes, urbanistes, historiens, archéologues, sociologues, psychologues. On pourrait dire que chaque approche ou que chaque initiative d’ingénieur a mobilisé alentour d’autres niveaux d’expertise pour les intégrer dans le projet. Ce qui pourrait nous amener à penser que s’est mise en place une certaine forme de multidisciplinarité ou de pluridisciplinarité. Mais à mieux y regarder, cette pluridisciplinarité reste organisée autour d’une discipline centrale : l’acousticien, le thermicien, l’informaticien, le mécanicien des fluides, ou le mécanicien des sols. Finalement, on n’a pratiquement pas d’approche qui soit interdisciplinaire dans ce sens où elle serait à la croisée des préoccupations portées par les acousticiens, les thermiciens, les informaticiens, les mécaniciens des fluides, à l’exception peut-être de l’archéologie et de la mécanique des sols où il y a eu là vraiment une recherche d’appréhension d’un objet commun par des techniques issues de domaines différents. On a une approche de la pluridisciplinarité autour d’un champ disciplinaire dominant, mais il y a très peu d’interdisciplinarité fondamentale.

42L’Action Concertée Incitative Ville a eu cette grande qualité de favoriser la pluridisciplinarité, c’est-à-dire une ouverture d’approches d’ingénieurs à des compétences d’autres natures, faisant principalement appel aux diverses sciences sociales. En revanche, la question reste posée de l’interdisciplinarité conçue du point de vue de la mise en articulation ou en intégration des sciences de l’ingénieur elles-mêmes.

BESOINS EXPÉRIMENTAUX

43Le second élément qui vient en regard des dimensions positives évoquées précédemment est la mise en évidence, dans pratiquement toutes les études et tous les résultats qui nous ont été exposés, de besoins très forts en matière d’expérimentations, sur un nombre plus conséquent de situations qu’actuellement, de manière à améliorer la prédictivité des modèles développés.

44En effet, les équipes n’ont pu effectuer, pour valider leur modèle, en particulier leur modèle de couplage, que quelques expérimentations, mais qui sont restées très limitées et qui peuvent mettre en cause la pertinence du modèle comme son utilisation pour d’autres situations que celles sur lesquelles il a été validé. C’est, par exemple, le cas dans le travail sur l’appréhension des parcours urbains et des effets visuels autour de la place Belcour à Lyon ou pour le modèle Sagacités, problème que ne cachent d’ailleurs pas leurs auteurs.

45Se fait ainsi jour une vraie nécessité d’augmenter le nombre d’expérimentations de manière à avoir des modèles beaucoup mieux validés, d’une meilleure prédictivité et pouvant s’appliquer à un spectre plus grand de situations et de caractéristiques géométriques, temporelles, physiques, etc. Ce n’est pas la volonté qui manque, mais les moyens, car les expérimentations sont coûteuses et longues à mettre en œuvre. C’est un point extrêmement important, sur lequel nous reviendrons en conclusion.

UTILISATION SOCIALE DES MODÈLES DÉVELOPPÉS

46Par ailleurs, les chercheurs qui travaillent dans le domaine de la sociologie interpellent aujourd’hui de façon accrue les équipes de modélisateurs sur le rôle et l’impact des modèles qu’ils développent et sur leur utilisation dans le projet urbain. Ont-ils conscience de ce rôle, de leur position d’expert privilégié, de l’impact fort des outils qu’ils utilisent sur les acteurs du projet urbain ? Ces interrogations touchent la question centrale du débat public.

47Il n’est ainsi pas aisé pour les chercheurs menant des travaux de modélisation de répondre à la fois à la nécessité de compléter et d’améliorer la prédictivité de leur modèle, de le qualifier, et dans le même temps, de devoir s’interroger sur la manière de l’utiliser ou de présenter les simulations qui en résultent, en dehors de la sphère des spécialistes. Mais c’est une question incontournable. D’autant plus que la prise en compte de ces interrogations dès la naissance du modèle pourrait permettre de mieux préciser le cahier des charges initial au regard de l’utilisation qui sera faite de cet outil. Ce questionnement devrait également conduire à trouver un optimum entre complexité et précision du modèle, ergonomie des interfaces et rapidité des simulations. Il faudra sans nul doute mieux s’attacher aux dimensions ergonomiques ou environnementales des modèles, et à mieux prendre en compte les impacts perceptifs et psychologiques que ce type d’outils peut avoir sur la définition du projet urbain.

QUESTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR LE FUTUR

48Dans la mesure où l’Action Concertée Incitative Ville s’arrête, on peut maintenant se poser la question de savoir comment va se trouver soutenu le rôle de starter qui a été porté jusqu’ici. Dans ce cadre, il nous est apparu important de poser quelques questions pour le futur et d’esquisser un certain nombre de recommandations.

VALORISATION SOCIALE DES RECHERCHES

49Tout d’abord, on a pu constater au fil de l’atelier que bon nombre des travaux présentés arrivent à une certaine maturité. Pas une maturité qui signifierait qu’ils sont complètement aboutis, mais une maturité au plan de l’élaboration intellectuelle, au plan des outils créés, des voies de développement engagées, des débuts de mise en expérimentation. Les travaux ont acquis une certaine maturité dans le sens où ils ne relèvent plus d’études de prédéfinition : nous avons entendu rapportées des approches déjà très construites, pour lesquelles se pose à présent la question de leur valorisation, mais une valorisation qui ne doit pas être uniquement comprise en termes de mise à connaissance de certains résultats de la recherche dans le milieu de la recherche mais plutôt dans le sens d’une valorisation sociale qui pose la question de leur intégration dans les pratiques sociales, dans les pratiques de fabrication de la ville.

50Se pose à cette occasion les conditions de l’enrichissement opérationnel de ces travaux : c’est seulement en créant des liens entre recherche amont et recherche aval – expérimentations, évaluation de l’expérimentation, puis retour sur un niveau de recherche fondamentale par une réinjection dans des dispositifs de mise en œuvre et d’expérimentation –, en réalisant un bouclage de la recherche qui passerait du plus théorique au plus appliqué pour à nouveau remonter sur des aspects plus théoriques d’amélioration ou d’intégration des nouvelles composantes ou éventuellement de réorientation, que ces travaux pourront être optimisés.

51Se pose la question des conditions d’emploi de ces modèles, de leur confrontation à l’opérationnalisation, plus encore, de leur intégration dans des pratiques professionnelles. À terme, leur emploi ne pourra-t-il être maîtrisé que par ceux qui ont contribué à les fabriquer, c’est-à-dire au fond par les scientifiques et les experts eux-mêmes ? On peut se demander s’il ne serait pas nécessaire de mettre en œuvre des versions, disons, « plus légères », de ces outils de simulation, qui permettraient leur emploi par les professionnels eux-mêmes, sans avoir forcément recours aux chercheurs, c’est-à-dire des déclinaisons « d’usage courant » d’un certain nombre de ces techniques d’expertise.

52Mais pour cela, il faut faire reconnaître légitimement que la valorisation, entendue comme ce passage de la connaissance scientifique fondamentale vers l’intime infiltration dans les pratiques professionnelles, appartient également au domaine de la recherche, constitue de la recherche à part entière. On constate qu’en France il y a une sous-estimation de ce travail de valorisation orientée vers l’intégration sociale et professionnelle comme faisant partie de la recherche. Comme si la recherche était quelque chose d’éminemment fondamental, et qu’ensuite ce qui irait plus vers l’opérationnalisation serait une espèce de rebus technologique ou de rebus technique n’étant pas partie intégrante de la Recherche. Cela pose une vraie question pour la construction des programmes publics de recherche, sur la façon de concevoir l’investissement recherche « plus amont » et l’investissement « plus aval », l’insémination sociale des résultats de la recherche.

53Les intervenants présents dans l’atelier et nous-mêmes encourageons la puissance publique à concevoir différemment les programmes de recherche et à réapprécier les montants budgétaires alloués aux divers niveaux d’investigation, en articulant plus intimement recherche amont jusqu’à certaines formes « liminaires », « premières » de la commercialisation (une fois qu’on entre franchement dans le registre de la commercialisation, là, on quitte le champ de la recherche).

54C’est là quelque chose qui manque à la recherche urbaine en France. Peut-être est-ce qu’elle manque moins dans d’autres champs d’action, comme par exemple dans la recherche médicale ou la recherche pharmaceutique où on a beaucoup plus de déclinaisons vers l’application et, ensuite, vers l’évaluation de ce qu’on applique. Mais dans la recherche urbaine française, la posture nous semble beaucoup trop centrée « amont », et pas suffisamment « aval ». Or, c’est à cette condition là que les résultats de la recherche urbaine pourraient permettre activement des transformations des pratiques de fabrication et de transformation de la ville.

ARTICULATION DES ÉCHELLES PROGRAMMATIQUES

55Un deuxième lieu de réflexion se situe autour de l’articulation entre programmes européens et programmes nationaux de recherche urbaine et de recherche technologique avec les nouvelles technologies de l’information et de la communication. Comment articuler des financements européens de recherche-développement avec des financements nationaux ?

56En effet, on peut observer que des programmes qui ont été soutenus en recherche-développement à l’échelle européenne trouvent difficilement des financements nationaux complémentaires, pour permettre leur intégration sociale à des échelles nationales particulières.

57Ceci peut être expliqué par deux implicites forts :

  1. En France, existe une suspicion de la part des organisateurs de la recherche nationale, qui porte à penser que les chercheurs font double emploi de leurs travaux, c’est-à-dire cherchent à vendre à l’Europe quelque chose qu’ils vendent une deuxième fois à l’échelon national. Or, c’est rarement le cas.
  2. Et puis il y a peut-être aussi cette idée, très technocratique, que les résultats de recherche issus de groupements européens pourraient avoir une capacité automatique d’intégration nationale. Or, il y a une sous-estimation évidente des particularités nationales, en termes de jeux d’acteurs, de pratiques professionnelles, d’histoire, de culture urbaine…, et ce qui a pu être, à un moment donné, le résultat d’un travail croisé entre différents pays ou équipes de recherche, débouche en fait rarement sur des productions immédiatement assimilables à l’échelle nationale.

58Il y a là nécessité de retraductions, de reformulations, qui sont à part entière des activités de recherche et qui doivent être développées pour permettre ces déclinaisons. D’autres pays comme l’Italie, la Suède ou l’Angleterre confortent bien davantage que la France des financements européens par des financements nationaux à des fins d’intégration sociale des résultats de la recherche européenne. On a donc là une deuxième ligne de réflexion sur le futur de la recherche urbaine en France.

PROJETS FÉDÉRATIFS ET MASSES CRITIQUES

59Ensuite, pour revenir au problème de la pluridisciplinarité que nous évoquions précédemment, les équipes qui ont participé à cet atelier ont effectivement fait l’effort de se fédérer avec des équipes spécialistes d’autres domaines – par exemple des spécialistes de l’acoustique ont travaillé avec des spécialistes du domaine de la lumière et de la perception visuelle – mais, chacun a gardé sa spécialité, ils n’ont pas essayé de se forger un corpus commun, et de redéfinir en quelque sorte le corpus sur lequel ils allaient travailler.

60On a dans ce domaine un problème récurrent car, malgré ces essais de mise en place de fédérations, on a des tailles critiques d’équipes ou des masses critiques d’équipes qui ne sont apparemment pas atteintes. En effet, on ne peut pas créer artificiellement de l’interdisciplinarité, il faut nécessairement qu’elle repose sur une base fixe. Or si les associations disciplinaires ne sont que ponctuelles, qu’elles ne se déploient que pour un projet sans que les chercheurs imaginent travailler ensemble sur une plus longue durée, il semble difficile de maintenir les avancées de ces recherches et de pérenniser leur caractère interdisciplinaire.

61Ainsi, si nous devions faire des recommandations en matière de structuration, notre idée serait de donner un bonus à des projets futurs s’appuyant sur des équipes multidisciplinaires, de favoriser et de mettre en place des projets du type fédérations de recherche (comme l’on fait le CERMA, le CSTB, l’École Centrale de Nantes ou l’École des Ponts et Chaussées), d’inciter à maintenir une masse critique pluridisciplinaire autour de ces projets. Le prochain programme devra essayer d’amener les équipes existantes à la masse critique suffisante pour qu’elles s’inscrivent dans une certaine durée.

CAMPAGNES D’EXPÉRIMENTATIONS

62Un autre point de réflexion, en lien avec celui évoqué précédemment, concerne l’incitation à engager de nouvelles expérimentations. Ces dernières devraient avoir pour but d’élargir le domaine de validité des modèles et de mieux qualifier les couplages en mesurant simultanément plusieurs phénomènes physiques.

63Ainsi, une nouvelle action incitative de recherche sur la ville devrait chercher à mieux coordonner ou à regrouper certaines campagnes de mesures ce qui permettrait d’accroître les dispositifs de mesure et de répondre aux objectifs précédents. Il conviendrait dans ce cas d’élaborer pour ces expérimentations un cahier des charges sur la base des besoins des modélisateurs des communautés disciplinaires comme des équipes multidisciplinaires créées et de s’assurer que les résultats de ces expérimentations puissent bénéficier et être accessibles à l’ensemble de ces communautés.

64Sur cette question, on peut évoquer ce qui avait été fait de façon exemplaire dans le cadre du programme PRIMEQUAL (Programme de Recherche Inter-organisme pour une MEilleure Qualité de l’Air à l’Échelle Locale) mis en place en 1994 par deux programmes interdisciplinaires du CNRS, le PIR EVS (Environnement, Villes et Sociétés) et le PIR Ville, le Ministère de l’Environnement et l’ADEME en vue d’améliorer la connaissance de la qualité de l’air extérieur. Dans le cadre de ce programme on a, d’une part, limité le nombre de modèles et de développeurs de modèles, de façon à ne pas éparpiller les moyens financiers et humains, et d’autre part, lancé en 2000 une importante campagne d’expérimentation : ESCOMPTE (Exercice de Simulation pour COntraindre les Modèles de Pollution atmosphérique et de Transport des Émissions) après un travail de prédéfinition, avec un cahier des charges extrêmement précis défini par les développeurs de ces modèles et la création d’un consortium pour faciliter l’exploitation des données.

RÉDUCTION DES MODÈLES

65Enfin, une dernière recommandation concerne l’utilisation des modèles développés.

66Étant donné que cette utilisation est très souvent liée à la prise de décision, ou que ces modèles servent de support à un débat public, on va avoir besoin de modèles facilement manipulables qui répondent au cadre de leur utilisation ce qui veut dire qu’il va falloir travailler sur leur ergonomie, leur interactivité, leur rapidité, leur taille tout en maintenant leur qualité comme leur capacité à intégrer différents phénomènes physiques. On pourrait imaginer disposer de deux types de modèles, le premier pour l’analyse et à l’usage du spécialiste, le second (en partie issu du premier) pour le travail coopératif, la discussion autour du projet urbain. Dans le domaine des réseaux (eau, assainissement, électricité, etc.) et des SIGU, des travaux de recherche sont menés dans ce sens depuis la fin des années 1990.

CONCLUSION

67Pour conclure sur l’ensemble de ces points, on peut dire que, dans le champ urbain, contrairement à d’autres domaines où l’on peut voir des acteurs, en particulier des entreprises, jouer un rôle de prescripteurs-puisque ce sont elles qui vont utiliser les produits de la recherche et/ou les vendre à des clients – il y a très peu de prescripteurs ou de prescripteurs en mesure de faire de la vraie prescription. C’est un point essentiel dont il est important de prendre conscience, si cela n’est pas déjà fait.

68Nous pensons en particulier aux services techniques de villes ou de régions, voire même, mais à un autre niveau, aux services des ministères : il subsiste un vrai problème de prescription en matière de recherche urbaine sur ces questions ; les budgets qui sont alloués à ce genre d’études sont souvent faibles et morcelés, et il existe rarement un objectif de valorisation ou de développement des outils développés. Si l’on prend en compte les trois points évoqués précédemment (équipes fédératives interdisciplinaires, grosses campagnes d’expérimentations et réduction des modèles), il faut des moyens beaucoup plus importants et de nouvelles formes de prescriptions qui permettent de maintenir sur une certaine durée des moyens financiers et humains autorisant une vraie phase de développement.

69Il apparaît aujourd’hui peu efficace de vouloir continuer à lancer des appels d’offres finançant de petits projets, il faudrait au contraire soutenir des projets de plus grande ampleur avec un véritable cahier des charges et la volonté d’une valorisation optimale des résultats en sensibilisant à ces questions les prescripteurs actuels ou en s’appuyant sur de nouveaux acteurs sur le modèle par exemple des associations de surveillance de la qualité de l’air.

70Ces questions constituent un vrai problème auquel auront à se confronter les futurs managers d’une action de recherche sur la ville.

Notes

1 Sociologue, directeur de recherche, responsable du laboratoire Mutations Techniques et Sociales, département Économie et Sciences Humaines du Centre Scientifique et Technique du Bâtiment.

2 Directeur de recherche au CNRS, chargé de mission à la direction du département SPI (Sciences Pour l’Ingénieur) du CNRS.

Auteurs

Rapporteur
mailto:dard@cstb.fr
Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB)
4, avenue du Recteur Poincaré
75016 Paris

Rapporteur
mailto:francis.yguel@cnrs-dir.fr
Dpt SPI – CNRS
3, rue Michel Ange
75016 Paris

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540