Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume 2

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

IV. Cultures urbanistiques : des sources de l’histoire urbaine au développement urbain durable

Recherche et action en urbanisme. Récits de mémoires et rapports d’appartenance1

Taoufik Souami

Texte intégral

  • 1 Recherche financée par l’ACI-Ville au titre d’un Contrat Jeune Chercheur.
  • 2 Urbaniste et sociologue, chercheur et enseignant au Centre Scientifique et Technique du Bâtiment ( (...)

1Note portant sur l’auteur2

LA PROBLÉMATIQUE ET LA DÉMARCHE

2Depuis que la planification urbaine classique a montré ses limites, la « reconstruction » des modalités d’action semble en œuvre. Dans cette perspective, la recherche urbaine est convoquée, voire mobilisée, pour alimenter le travail de reconstruction conceptuelle et opératoire. Cette situation, plus qu’avant peut-être, soulève la question des rapports complexes qui lient la recherche et l’action dans le domaine urbain. Quels sont les processus intellectuels complexes et les rapports socio-politiques multiples qui commandent aujourd’hui la relation entre la recherche et la pratique urbaine ?

3Notre travail propose une contribution à cette réflexion par une transformation de la démarche d’analyse. Il a été réalisé selon deux orientations méthodologiques :

41. Une démarche centrée sur un organisme : l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de la Région Île-de-France (IAURIF). Cet organisme participe et a participé à des actions de recherche et à des pratiques opérationnelles. La lecture des travaux théoriques et des réalisations d’un organisme tout au long de son histoire institutionnelle et professionnelle, ouvre sur une observation plus précise des rapports complexes reliant recherche et pensée opérationnelle. Ainsi analysés dans une même unité de lieux et de temps mais dans l’épaisseur historique et dans la profondeur sociale des groupes d’intervenants, ces rapports et leurs aléas ne seraient plus approchés uniquement par le contexte global de la recherche, de la pratique et de la politique urbanistiques ; ce contexte global ne serait plus le seul élément convoqué pour comprendre.

52. Une étude considérant des interventions à l’étranger. L’avantage de ce choix est de centrer le regard sur les professionnels situés hors de leurs milieux ordinaires d’action. Ils sont, potentiellement au moins, demandeurs de nouvelles connaissances sur les territoires, les sociétés et les processus en œuvre dans les pays étrangers. Ils sont mis en position, hypothétique, d’appel à la recherche et de mise en relation avec elle. L’investigation a spécifiquement porté sur les travaux de l’IAURIF en Égypte et au Liban durant une vingtaine d’années.

DES ÉCLAIRAGES MÉTHODOLOGIQUES

6Ce travail de recherche a permis de souligner la nécessité d’aborder d’une manière renouvelée les rapports entre recherche et action en urbanisme. L’approche épistémologique la plus courante quand on traite de ce sujet, offre un éclairage particulier qui tend parfois à réduire la complexité de ces rapports à une question de circulation des idées et aux constructions des cadres de réflexion. Resitués dans un contexte social et politique plus concret, les rapports entre recherche et action ne peuvent se suffire d’une analyse des grands mouvements de pensée, ni d’une reconstitution des parcours intellectuels de personnalités marquantes de la recherche. Les opérationnels et les chercheurs abordés se réfèrent à ces mouvements ou à ces personnalités, mais vivent et construisent leurs interactions sur d’autres plans également.

7L’analyse sociohistorique de ces interactions est donc d’un grand secours pour mieux comprendre les situations et les processus en œuvre tels qu’ils se révèlent dans leur globalité au sein d’organismes d’études et de recherche. La sociohistoire bien qu’éclairante, s’est également avérée relativement restrictive pour appréhender certains enjeux dans la construction de rapports entre chercheurs et opérationnels. En effet, elle permet d’aborder ces opérationnels et ces chercheurs comme des milieux sociaux possédant leurs propres référentiels, enjeux, filiations et ruptures inter-générationnelles. Toutefois, elle n’éclaire pas les modalités de construction même de ces milieux en tant que tels. Les relations humaines directes et indirectes qui se tissent enfiligranes et charpentent chaque milieu, lui échappent. À la lecture épistémologique et à l’approche socio-historique, il faut donc ajouter une analyse anthropologique des liens et des interactions pour atteindre les modes d’identification, de reconnaissance, de concurrence, de rivalité… qui font aussi cette relation recherche-opérationnel.

DES ENSEIGNEMENTS DE FOND

8Ce travail a permis de mettre au jour quatre dimensions non exclusives jouant dans la relation chercheurs-opérationnels.

91. La première dimension réside dans un ensemble de relations interindividuelles directes entre chercheurs et opérationnels. Les approches classiques estompent souvent ces coprésences, ces échanges directs, ces absences et ces distances géographiques. Pourtant, c’est bien par ces contacts directs que débutent, se font ou se défont les rapports humains, y compris pour des catégories comme les chercheurs et les opérationnels de l’urbanisme. Dans le cas de l’IAURIF à l’étranger, l’analyse de ces contacts directs ou de leur absence a permis de mettre en évidence nombre d’éléments : le poids des profils psychologiques au-delà des considérations intellectuelles, l’importance des affinités personnelles, les lieux d’accueil de ces interactions, l’incidence indirecte plutôt que directe de ces échanges interindividuels sur le contenu des productions, la fragilité de ces contacts directs et leur caractère aléatoire…

102. La seconde dimension dans les relations entre chercheurs et opérationnels est l’ensemble des systèmes d’appartenance. Il y a d’abord l’appartenance à un milieu professionnel : celui des chercheurs de l’urbain d’une part, celui des praticiens d’autre part. La spécificité des deux milieux réside dans leur structuration relativement faible. À ces appartenances relativement « molles » se superposent des appartenances sociales autres qui ne sont pas plus déterminantes. Les situations d’expatriation des experts de l’IAURIF au Liban et en Égypte l’illustrent. Paradoxalement, les appartenances professionnelles de chercheurs et de praticiens à leurs milieux pourtant peu structurés, ont pesé sur leurs rapports réciproques. En situation de coopération internationale, les liens entre praticiens se sont constitués au-delà des appartenances nationales ; les reconnaissances entre chercheurs se sont établies malgré les différences culturelles ; en revanche, les relations entre les universitaires et les praticiens n’ont pas pris des formes nouvelles ou revivifiées, et ce malgré l’extranationalité. Les raisons à cela sont multiples. La valorisation personnelle au sein de chaque monde s’opère différemment. Le chercheur ou l’opérationnel se situe dans deux systèmes de pratiques et de contraintes d’exercice distincts. Il se place d’une manière différente au sein de la société et, en particulier, vis-à-vis du politique. Par ailleurs, le système d’appartenance est principalement appuyé sur le sentiment d’appartenance fondé sur l’identification d’objets et de lieux communs : relations personnelles, trajectoires de formation, histoires du métier, grandes personnalités de la profession, événements marquant du domaine, etc. Ces trajectoires, personnages, histoires… ne sont pas les mêmes chez les professionnels et chez les chercheurs.

11L’exploration montre ainsi qu’au fondement même de ces processus d’identification entre chercheurs et entre praticiens de l’urbanisme, il existe une mémoire particulière de chacun des mondes professionnels. Si ces mondes professionnels sont relativement peu formalisés et structurés, ils parviennent à produire de vraies distances identitaires, des sentiments d’appartenances par la construction d’une mémoire propre à chacun de ces milieux.

123. La troisième dimension qui joue ainsi dans les rapports entre chercheurs et opérationnels tient à la construction de ces mémoires différentes et constitutives des appartenances à des milieux distincts. Il existe une différence dans la manière de rendre compte de cette mémoire et de la communiquer. En d’autres termes, les récits de mémoire des praticiens et des chercheurs sont différents. Les premiers produisent et recherchent des récits englobant différentes temporalités et acteurs des territoires, réunissant constats et actions. Les chercheurs découpent et fragmentent, mettent en scène autrement les objets, racontent une autre histoire des territoires et des sociétés.

134. La quatrième dimension à l’œuvre dans les rapports entre recherche et action est constituée des cadres de pensée qui formatent les modalités d’organisation des savoirs et leur production. Le monde de la recherche scientifique classique (inspirés des sciences exactes) fait ainsi modèle pour les chercheurs et les opérationnels de l’urbain, ce qui conduit paradoxalement à les éloigner puisque la recherche urbaine n’est pas source ou référence directe pour les praticiens. Par ailleurs, l’intrusion des modèles de management dans le monde opérationnel tend à réduire le rapport aux modèles scientifiques classiques. Les influences de la recherche urbaine sur les pratiques sont très diffuses et opèrent par des effets de masse plus que par des apports précis et directs.

14C’est plus exactement la perspective de production de savoir qui paraît faire lien entre les deux mondes cognitifs. Les postures des chercheurs et des opérationnels dans ce cas sont relativement proches et comparables : posture d’observation distante, velléités d’une vision globale, élaboration et mobilisation d’outil d’enquête, production d’informations nouvelles, positionnement par rapport à une production de connaissance passée... Toutefois, le rapport différent à l’action amène chercheurs et praticiens à tirer cette posture intellectuelle et les schèmes de pensée qui l’accompagnent, dans des directions différentes.

VALORISATION

15Communications

16Souami T., (2001), « Les rapports entre recherche et action en urbanisme », Séminaire Recherche du Laboratoire TMU (UMR CNRS), Champs-sur-Marne, 15 mars 2001.

17Souami T., (2001), « Les Libanais face à l’intervention des professionnels français », Séminaire de recherche du CERMOC, Beyrouth, 14 février 2001.

18Publication

19Souami T., (2004), « Les professionnels locaux dans le miroir des interventions étrangères », Les Cahiers du CERMOC.

20Prolongements

21Prolongement de la recherche « Milieux et cultures urbanistiques au Sud de la Méditerranée », Programme de Recherche Urbaine pour le Développement, ISTED, MAE, 2002-2004.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Berger M., Rhein C., (1992), L’Île-de-France et la recherche urbaine, STRATES, Plan Urbain, DATAR, 179 + 218 p.

Brun Raphaël, JAYET Hubert, (1993), La valorisation de la recherche et des études sur l’Île-de-France, CRIES, 40 p.

Claude V., (1997), « Hypothèses sur la mémoire professionnelle : un matériau urbain », Les Annales de la recherche urbaine, n° 55, pp. 85-94.

Conseil Français Des Urbanistes, (1999), Pratiques des urbanistes français à l’étranger. 10-12 septembre 1998, Université du Littoral, 97 p.

Dezes M.-G., (1982), « Politique urbaine et recherche urbaine, France : 1945-1980, éléments de bibliographie analytique », Bulletin de l’institut d’histoire du temps présent, n° 8.

El Kadi G., (1996), La recherche urbaine en Égypte. Un état de la question, URBAMA-INTERURBA, Pratiques urbaines, n° 13, 169 p.

Gaudin J.-P. (dir.), (1990), Villes réfléchies. Histoire et actualités des cultures professionnelles dans l’urbanisme, MELT (France), Dossiers des séminaires TTS, n° 11/12, 232 p.

Gaudin J.-P., (1995), « Mobilisation de la recherche et politiques urbaines », Politiques et management public, vol. XXIII, n° 3.

Lassave P., (1997), Les sociologues et la recherche urbaine dans la France contemporaine, Presses Universitaires du Mirail, 397 p.

Longuenesse E., (1995), « Ingénieurs et la ville », Monde arabe, numéro spécial « Villes, pouvoirs et sociétés », Maghreb-Machrek, pp. 26-30.

LUSSAULT M., (1997), « Récits (des) et des lieux : le registre identitaire dans l’action urbaine », Annales de Géographie, n° 597, pp. 522-530.

Ricœur Paul, (1991), Temps et récit, tome I, réédition, collection « Points », Seuil, 310 p.

Signoles P., El Kadi G., Sidi Boumedine R., (1999), L’urbain dans le monde arabe. Politiques, instruments et acteurs, Éd. CNRS, 373 p.

Verpraet G., (1997), Trente ans de recherches sociales. Expériences de développement local, L’Harmattan, 400 p.

Voldman D. (dir.), (1992), La bouche de la vérité ? La recherche historique et les sources orales, CNRS, Les cahiers de l’IHTP, n° 21, 161 p.

Notes

1 Recherche financée par l’ACI-Ville au titre d’un Contrat Jeune Chercheur.

2 Urbaniste et sociologue, chercheur et enseignant au Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB) et à l’Institut Français d’Urbanisme (IFU – Université Paris VIII).

Auteur

Responsable scientifique
mailto:taoufik.souami@cstb.fr
Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB)
4, avenue du Recteur Poincaré
75782 Paris
Tél. : 01 40 50 28 47

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540