Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'autre

 | 
Janine Dove-Rumé
, 
Michel Naumann
, 
Tri Tran

I. Langue et critique

L’Autre dans la langue : de la co-énonciation à l’interlocution

Catherine Douay et Daniel Roulland

Résumé

L’idée que c’est l’interaction, plutôt que le monologue, qui est au coeur du fonctionnement des langues naturelles tend à se développer depuis ces dix dernières années. Pourtant, on est loin d’avoir tiré toutes les conséquences de l’introduction de l’interaction en grammaire. La thèse que nous soutenons ici est que la grammaire doit être construite en rapport avec les schèmes interactionnels, et non sur des bases référentielles. La forme be + v-ing en anglais est un bon exemple d’une marque de relation comparative ou oppositive entre l’émetteur et le récepteur de la proposition. Cette analyse se situe dans le cadre général de notre étude des conditions formelles de l’interlocution (Théorie de la Relation Interlocutive).

Texte intégral

1. ÉTAT DES LIEUX

1Le fait que cette communication sur « l’Autre » soit la seule qui ait été proposée en linguistique pour ce colloque montre à quel point la question est négligée dans notre discipline. C’est pour le moins paradoxal. Parler, dans l’expérience commune, c’est d’abord s’adresser à quelqu’un ou quelque chose, fût-ce à soi-même. Pourtant, en linguistique, le rôle de l’Autre s’est toujours trouvé minoré. Au mieux concède-t-on à l’interlocuteur réel ou supposé une participation à la mise en œuvre de la langue, dans la « parole », en laissant ainsi la question de l’interlocution aux bons soins de la pragmatique, traditionnellement conçue comme discipline connexe de la linguistique. Le rôle de l’Autre dans la genèse et la structuration des systèmes de langue est une des questions les moins étudiées.

2Pour G. Guillaume, par exemple, la langue est posée en relation diachronique et synchronique avec le discours auquel elle fournit les moyens formels, la « puissance » qui lui permet de se développer en effection. Mais Guillaume ne se départit pas autrement de la position saussurienne au sujet de la « parole » : il déclare le face-à-face homme-homme un « petit » face-à-face au regard du « grand » face-à-face homme-univers. C’est quand il touche aux lois universelles et se représente face à l’univers que l’homme construit le langage, non quand il s’adresse à ses congénères.

3Les théories de l’énonciation dans leur ensemble ont cherché à intégrer une certaine dimension interactive dans le cadre benvenistien, et plus indirectement jakobsonien, en concevant l’énonciation comme ce qui pose le sujet existant dans le monde. Autrement dit, l’Autre est une conséquence déictique de l’émergence du sujet, « tu » existant secondairement par rapport à « je » comme déictique « corrélatif » dans les formules culioliennes. Cette participation de l’Autre à l’énonciation réduite à une co-présence est manifestée par le terme courant de « co-énonciateur » qui désigne l’allocutaire. Divers niveaux modaux d’appréciation et d’illocution complètent le dispositif à l’égard du « tu » récepteur, et en ce sens, la cible visée interagit en déterminant des stratégies subjectives. Mais le récepteur demeure un déterminant pragmatique, non un déterminant linguistique. Pour l’énonciation, quand le sujet parlant parle, fondamentalement il énonce. Si la perspective n’est pas exactement monologale, elle demeure foncièrement unilatérale. D’une certaine façon, le qualitatif et la modalité énonciative sont des manières d’intégrer une dimension interactionnelle, qui intéresse la cause et le mode de production des messages, mais on ne dépasse pas les frontières de l’univers énonçant, avec des paramètres tels que l’anaphore ou la visée. Il s’agit toujours d’une problématique de l’amont, et non de l’aval interlocutif. Le clivage ancien entre grammaire et rhétorique se perpétue là. L’Autre fonctionne évidemment à plein dans le plan rhétorique, mais pour ajouter au clivage traditionnel, le décret saussurien définissant la langue hors de la parole la définit aussi et surtout hors de l’interlocution.

  • 1 Citons par exemple le problème de l’allocation des tours de parole (turn-taking), étudié entre autr (...)
  • 2 P. Charaudeau (1989 : 8) : « Phénomène de mode comme il en est tant d’autres dans le monde des scie (...)
  • 3 Pour R. Vion, par exemple, on ne saurait présupposer un lien entre la valeur des formes en langue e (...)
  • 4 A. Moeschler et J. Reboul, à la fin de leur Dictionnaire Encyclopédique de Pragmatique (1994 : 499) (...)
  • 5 R. Martin, Intervention aux journées d’étude organisées par l’ASL, avril 1987.

4Le privilège accordé au locuteur a été ces dernières décennies logiquement discuté par les tenants d’une approche ouvertement « interactionniste ». La promotion d’une conception dialogale de l’acte de langage, en ouvrant à l’analyse linguistique un nouveau champ d’investigation, a permis l’exploration, qui se poursuit, de phénomènes passés sous silence dans les approches monologales1. Il semble cependant pour le moins hâtif de parler, à propos des retombées théoriques de l’approche interactionniste sur la linguistique en général, de « mutation fondamentale », ou de « révolution ». Tout en insistant sur le fait que l’interaction constitue la réalité fondamentale du langage2, l’interactionnisme ne franchit pas les limites traditionnelles de la pragmatique. On garde l’hypothèse d’un système de langue déconnecté de la communication3. La pragmatique en général accepte comme « légitime » un divorce4 entre les deux plans et s’accommode d’une linguistique formelle du « code » indépendante de l’interaction. Les linguistes « du code » s’inquiètent, voire s’irritent alors de l’engouement pour le phénomène de la communication, comme R. Martin5 qui déclare en 1987 :

« Pour communiquer, il faut préalablement être en mesure, au moyen du langage, de former une pensée communicable. Dans cette hypothèse, on traitera des phrases comme d’objets formels : une telle attitude ne me semble en aucune façon frappée de désuétude. »

5C. Kerbrat-Orecchioni (1990 : 8) lui répond, somme toute conciliante :

« Notre objectif n’est […] nullement de promouvoir un tout-interactionnel […] qui nierait la multiplicité des contraintes auxquelles sont soumises les productions langagières (exigences de l’interactivité, mais aussi contraintes codiques ou psycho-cognitives), ni de sommer la communauté des linguistes à se convertir en bloc à l’interactionnisme : la linguistique du code a encore de beaux jours devant elle. »
« Il ne s’agit pas de nier l’existence des contraintes codiques, ni de prétendre que tout se crée ex nihilo dans l’interaction : celle-ci se construit à partir de matériaux préexistants dont la description est et sera toujours légitime. » (C. Kerbrat-Orecchioni, 1990 : 54).

6Ce point de vue est partagé par J. Moeschler (2001) :

« Dans notre introduction à la pragmatique, Anne Reboul et moi-même (Reboul & Moeschler 1998) avons insisté sur le fait que le langage doit davantage, et ceci pour des arguments de type phylogénétique, être considéré dans sa fonction cognitive plutôt que dans sa fonction sociale. Le langage s’est certainement développé par la nécessité de représenter, de stocker et de communiquer de l’information sur le monde, et non parce qu’il permettait aux individus de renforcer les liens sociaux à l’intérieur des groupes humains. Ainsi, si le langage a principalement une fonction cognitive, et accessoirement une fonction communicative, comment peut-on définir le rapport que le langage entretient avec la communication ? Il n’est peut-être pas inutile de rappeler les deux propositions suivantes : Le langage n’est pas la communication et la communication n’est pas le langage. Les êtres humains peuvent communiquer sans l’intermédiaire du langage, par des gens (sic), des sons, des regards, etc. De même le langage peut être utilisé en dehors de la communication. Dans les termes de Banfield (1982), seule la présence d’un pronom de deuxième personne relève de la communication […].
Le rapport entre le langage et la communication est donc le suivant : le langage n’est pas un système dont l’émergence et l’évolution est déterminée par la communication, mais dont l’un de ses usages (sic) est la communication verbale ».

  • 6 Language Acquisition Device
  • 7 Ce recours aux mathématiques, outre qu’il repose sur une métaphore (le mathématique), est paradoxal (...)
  • 8 Dans la conception défendue par Hopper (1988), la grammaire « émergente » est constituée d’unités n (...)

7La déconnexion langue/discours peut aller jusqu’à l’extrême. Le phénomène étant conçu comme bi-polaire, se sont développées d’une part des théories fondées sur le postulat de l’autonomie du système de codage (autonomie de la syntaxe, et de la compétence, postulat d’une perfection de la structure, innéisme, LAD6, modularisation, recours au formalisme mathématique7,... etc.) et d’autre part les théories adverses de la grammaire « émergente » ou du constructivisme radical8, qui considèrent que la forme est totalement subordonnée pour ce qui est de sa valeur au contexte et à l’usage. Dans cette dernière perspective, il n’y aurait pas d’invariant grammatical, de valeur constante, même abstraite, pour une forme donnée. Un certain cognitivisme s’accommode en effet volontiers de significations exogènes au langage et seulement traduites par lui. Cette position se fait jour à l’occasion même dans le cadre global qu’on peut appeler « énonciativiste ».

8Si nous cherchons donc un « notionnel d’approche de l’Autre » en linguistique, autant dire que ni l’énonciation, ni la pragmatique ne le fournissent. Le modèle que nous proposons a précisément pour objet d’installer l’Autre dans le système de la langue, dans toute son acception structurante. L’idée générale en est simple : la prise en compte de l’interlocution comme motif structurant invite à considérer la relation que le locuteur, en parlant, établit avec un allocutaire, c’est-à-dire considérer une relation dans son devenir. Le langage ne regarde pas vers l’amont mais vers l’aval de l’interlocution, car s’il sert évidemment à parler de quelque chose, c’est pour en dire quelque chose à quelqu’un. Dans cette perspective, l’anaphore ne peut nous être d’aucun secours car on voit difficilement à quoi pourrait servir un énoncé qui dirait du « préconstruit », du déjà acquis, donc du déjà-connu. Pour résumer, nous proposons d’inverser complètement l’ordre descriptif en nous intéressant en priorité aux conditions de réception du message et en leur subordonnant ses conditions d’émergence et de production. Pour autant, il semble hasardeux de nier la constance, ou l’invariance des structures. Au contraire : pour que deux individus se comprennent, il est nécessaire qu’ils s’appuient sur des formes permanentes, qui ne changent pas (à leur échelle) au gré des contextes et qui soient les mêmes pour tous les deux. La solution nous paraît être que la signification passe par des formes et que ces formes sont celles de sa propre négociation.

9Pour la linguistique énonciative, tout se joue en amont, d’où l’omniprésence de l’anaphore dans des analyses qui, pour l’essentiel, perpétuent le préjugé philosophique tenace que la matière est inerte et ne prend sens que grâce au sujet et à sa subjectivité. Aussi l’hypothèse d’une organisation de la langue fondée sur la relation interlocutive et non sur la seule co-présence allocutive amène à une remise à plat radicale qui ne se limite pas à des retouches. Il est sans doute difficile d’accepter d’emblée ce changement de perspective, étant donné l’âge et le poids de l’investissement subjectiviste, mais inscrire, comme nous le proposons, la relation interlocutive au cœur du système de la langue est à terme inévitable.

  • 9 F. Jacques définit le dialogisme comme « la répartition de tout message sur instances énonciatives (...)

10F. Armengaud (1993 : 115-116), à propos de l’approche dialogique9 prônée notamment par F. Jacques, considère qu’il faut ni plus ni moins refonder la subjectivité dans la communication :

« destituer la subjectivité de ses privilèges classiques de donation du sens pour en créditer la relation. Au XXème siècle notre pensée de la subjectivité a été affectée par le fait structural et par le fait systémique ; elle l’est maintenant par le fait communicationnel. Pareille désappropriation à l’égard de la production du sens est aussi radicale que celle qui avait été réalisée par la découverte de l’inconscient freudien et par cet inconscient structural qu’est la langue pour le sujet parlant. »

11Et C. Hagège (1985 : 266) résume parfaitement la question qui est pour nous centrale :

« (...) En envisageant les hommes au sein d’une situation dialogale, on se donne les moyens de conjuguer l’une avec l’autre la langue et la parole, si mal conciliées dans les théories linguistiques. Une voie peut alors être trouvée pour échapper à l’aporie qu’affrontent les sciences du langage. Il devient possible d’esquiver les outrances distributionnalistes d’un structuralisme aveuglément attaché au système de la langue, comme celles d’une logique extensionnelle qui ne veut retenir que la fonction de désignation. On échappe également à la fascination de paroles contingentes, qui méconnaît le terreau de la langue où elles puisent les principes de leur vie. Il s’agit bien d’un des enjeux fondamentaux de la linguistique d’aujourd’hui. »

2. RÉEXAMEN DE LA FORME PROGRESSIVE

12Bien que figurant parmi les questions les plus traitées en grammaire anglaise, la forme progressive présente des cas d’emploi qui laissent perplexe si l’on s’en tient aux explications existantes. Ce sont pourtant des emplois remarquables. Par exemple, selon la thèse couramment acceptée, l’emploi performatif d’un verbe requiert la forme de présent simple. Si on jure quelque chose à quelqu’un, on dira “I swear...”. Dire I am swearing…”, c’est se déclarer en train de jurer. Si on s’excuse, on dira “I apologize...”. On perdrait donc avec la forme progressive la valeur performative. « La périphrase », explique par exemple P. Cotte, « repoussant les actes désignés dans son préconstruit, en ferait des réalités acquises, indépendantes de l’énonciation, et celle-ci ne pourrait plus les fonder. Il est possible de construire “I am apologizing”, mais un tel énoncé ne peut pas accomplir normalement l’action de s’excuser. Il peut identifier, à l’attention de l’allocutaire, ce que je fais en écrivant telle lettre, mais il fait de cette action un donné objectif, entamé et indépendant, qu’il ne porte pas à l’existence » (1997 : 99-100). Or regardons l’exemple suivant, extrait d’une série télévisée (Inspector Barnaby, Beyond the Grave) :

(1) [L’Inspecteur Troy est amené à interroger Eleanor Bunsall dans le cadre de son enquête sur un meutre. Lors de l’entretien, celle-ci lui révèle qu’elle a toujours sur elle une bombe de gaz lacrymogène, qu’elle s’est procurée en France. Les bombes lacrymogènes étant interdites en Angleterre, l’inspecteur Troy s’en empare et lui annonce qu’il la lui confisque.]
“Mrs Bunsall, C.S. gas is illegal in this country and I am confiscating it”

  • 10 A propos de l’emploi de la forme progressive avec un verbe performatif, P. Cotte (op. cit.) parle d (...)

13Il s’agit bien ici d’un emploi performatif du verbe confiscate : l’énonciation de l’acte de confiscation est nécessaire à son accomplissement. L’inspecteur déclare qu’il confisque l’objet et, ce faisant, le confisque de fait en le mettant de manière ostensible dans sa poche. Si l’on s’en tient aux thèses courantes, la forme be + v-ing aurait ici un sens purement descriptif. Or il n’est pas question de penser que l’Inspecteur Troy s’observe ou se déclare en train de confisquer ou qu’il « commente » simplement son geste. Geste et énoncé sont en fait une seule et même opération performative et ceci est vrai de n’importe quel énoncé performatif. Il ne faut pas oublier que l’énonciation de l’acte visé s’accompagne en effet toujours normalement d’un geste et/ou d’un comportement qui matérialise de son côté l’action visée (coup de marteau sur le bureau pour déclarer la séance ouverte, sourire ou regard contrit pour s’excuser, intonation spécifique,... etc). Si le geste n’était pas joint à la parole, il y a de grandes chances que l’énoncé tombe à plat. Autrement dit, tout énoncé performatif peut être interprété comme commentaire ou explicitation à l’attention de l’allocutaire de toute une « mise en scène » à laquelle collabore l’acte d’énonciation10. Par exemple, pour fixer les idées, un prêtre qui baptise un enfant en lui mouillant le front d’eau bénite et en disant « je te baptise », résume par la parole ce qu’il fait, et lui donne sens. L’eau devient symbole. La parole seule du prêtre n’est guère un acte en soi et elle ne fonctionne pas sans le rituel dont elle fait partie.

14L’extrait ci-dessous (2) offre un autre exemple d’emploi de be + v-ing dans un énoncé performatif :

(2) [David Becker s’est assis sans y faire attention à la table réservée d’un jeune punk. Il a débarrassé la table et mis par terre des bouteilles vides. Le punk lui ordonne de les ramasser et, devant le refus de Becker, se fait menaçant. Becker se lève et cherche à partir.]
Becker attempted to step around him, but the teenager blocked his way.
“I said, fuckin’ pick ’em up”.
Stoned punks at nearby tables began
turning to watch the excitement.
“You don’t want to do this, kid,” Becker said quietly.
I’m warning you !” The kid seethed,
“This is my table ! I come here every night.” (DF, p. 251)

15Avec la même valeur performative, de la même manière que l’inspecteur Troy aurait très bien pu dire I confiscate it, le jeune punk aurait pu dire I warn you. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, il n’y a pas de lien congénital entre forme simple et performativité.

16Regardons de plus près ce qui se passe : dans le premier exemple, face à l’inspecteur Troy, Mrs Bunsall est très fière de montrer sa bombe lacrymogène et ne s’attend pas à ce qui va suivre. Comme le révèlent clairement sa physionomie et le ton qu’il emploie, l’inspecteur Troy prend un malin plaisir à la désarçonner et à faire valoir son autorité. Autrement dit, il annonce performativement la confiscation de la bombe mais il dit plus : il ajoute qu’il confisque l’objet à l’encontre explicite des attentes de son interlocutrice. Nous posons que c’est la forme progressive qui marque cet ajout. Dans le deuxième exemple, la construction be + v-ing ne signifie pas un retour anaphorique visant à expliquer l’ordre donné par le jeune punk de remettre les bouteilles en place. Les indices lexicaux (fuckin’), de même que l’intonation et le comportement kinésique qu’on imagine facilement, ne laissent d’ailleurs aucun doute possible sur le caractère menaçant de l’injonction formulée. C’est parce que Becker cherche à calmer le jeu (“he said quietly”) et s’apprête à partir que le punk – qui, de son côté, n’a pas l’intention d’en rester là – le provoque en déclarant “I’m warning you”. Autrement dit, be + v-ing marque explicitement qu’il entend donner aux événements une suite autre que celle souhaitée par son interlocuteur (glose : Vous ne pensez quand même pas vous en sortir comme ça).

  • 11 En disant cela, nous ne voulons bien entendu pas dire que I am declaring the meeting open a toujour (...)

17En revanche un président de séance qui ouvre les débats selon la procédure normale et attendue n’ajoute évidemment pas cette nuance d’opposition. Ne contrariant personne, il utilise la forme simple (I declare the meeting open). “I am declaring the meeting open” pourrait en revanche s’entendre dans un contexte où le président devrait explicitement s’opposer à des individus voulant empêcher l’ouverture de la séance. Et l’énoncé n’en conserverait pas moins une visée performative. Pour résumer, nous dirons que la forme simple joue sur le contractuel, alors que la forme progressive joue sur l’oppositionnel11.

  • 12 Définition qui nous semble difficile à appliquer ne fût-ce qu’à un exemple aussi banal qu’une annon (...)

18Cette observation est également aux antipodes des explications selon lesquelles la forme be + v-ing aurait une valeur fondamentalement anaphorique. Pour J. R. Lapaire et W. Rotgé (1991 : 417), par exemple, cette forme signale un « acquis pour l’énonciateur car déjà repéré, déjà construit mentalement, déjà exprimé ou logiquement prévisible (« donné/acquis d’avance »)12. Selon les auteurs de Faits de langue (1993 : 53), la forme progressive contraint le destinataire à « s’incliner devant une relation qui par définition vise une impossibilité de remise en question, puisque l’énonciateur présente le co-énonciateur comme étant déjà d’accord avec lui » Cette « connivence intersubjective » marquée par be + v- ing expliquerait selon C. Delmas (1993 : 105) les « classiques présents du prestidigitateur » :

(3) “I take the scarf out of the box, I put it into the hat...”

  • 13 La même analyse peut s’appliquer aux cas bien connus d’emploi de la forme simple pour les commentai (...)

19Le prestidigitateur, selon l’analyse de C. Delmas, a recours à la forme simple parce qu’il doit « pas à pas instruire le destinataire de ce qu’il fait ». En réalité, c’est interlocutivement très exactement l’inverse qui se produit. C’est précisément parce que le prestidigitateur se contente de dire ce que n’importe quel spectateur peut voir de lui-même, ou plutôt se contente de préciser ce qu’il fait (avec une solennité convenue), qu’il a recours à des formes simples13. Il joint la parole (quasiment superflue ici) au geste, ce qui nous ramène au cas performatif. Avec des formes progressives (“I’m taking... putting..”), la magie disparaîtrait, non pas comme l’explique C. Delmas parce qu’il y aurait alors « connivence entre le praticien et le destinataire » (op. cit. : 105), mais bien parce qu’il s’agirait au contraire de détromper le spectateur, ce qui reviendrait à lui dévoiler explicitement le tour de magie. C’est donc selon notre hypothèse la forme progressive (et non la forme simple) qui met en place ce que Delmas appelle une « stratégie discordantielle ». L’exemple qui suit offre une autre illustration du caractère oppositionnel de la forme be + v-ing :

(4) Teabing felt Remy’s arm clamp hard around his neck as the servant began backing out of the building, dragging Teabing with him, the gun still pressed in his back.
“Let him go”, Langdon
We’re taking Mr Teabing for a drive”, Remy said, still backing up. “If you call the police he will die. If you do anything to interfere he will die. Is that clear ?” (DVC, p. 477)

20Loin d’exprimer une « connivence cognitive » ou bien le retour sur un pré-construit, la forme progressive permet au locuteur d’opposer explicitement à son interlocuteur une autre version des faits (nous ne retenons pas Teabing en otage, nous l’emmenons simplement faire un tour en voiture). Le fait que l’énoncé renvoie à un présupposé logique (vous le prenez en otage) n’est pas discriminant en faveur de la forme progressive. Ce qui l’est, c’est que ce présupposé, justement, est contredit.

21Tous ces exemples montrent l’affinité de la forme progressive avec les contextes de désaccord ou de non-accord de principe. Il s’agit toujours pour le locuteur de faire prévaloir son point de vue sur celui de l’autre ou de l’informer de ce qu’il ignore. Cette posture oppositionnelle explicitement marquée par la forme be + v-ing se prête à des exploitations très variées :

(5) “Looks like a nasty bump on your head. Does it hurt ?
“No, not really. I took a pill this morning – the price one pays for being a good Samaritan. The wrist is the thing that’s hurting me. Stupid Guardia. I mean, really ! Putting a man of my age on a motorcycle. It’s reprehensible.” (DF, p. 122)

22On notera le passage de la forme simple dans la question (Does it hurt) à la forme progressive dans la réponse (The thing that’s hurting me). Il n’y a aucun renvoi anaphorique à du contenu. Comme dans ses autres emplois, la forme progressive marque explicitement un positionnement oppositif (contrairement à ce que vous pensez – et à ce qui serait normalement attendu vu la bosse que j’ai à la tête – ce n’est pas la tête qui me fait mal mais le poignet). De même en (6), loin d’exprimer le « logiquement prévisible », « acquis d’avance », la forme be + v-ing souligne le changement inattendu du comportement de la jeune femme (avec le marqueur de rupture qu’est now), d’où l’étonnement du personnage Becker :

(6) [A l’aéroport, Becker se fait jeter dehors des toilettes pour femmes par une jeune fille. Elle le rappelle.]
-
Mister, wait !
-
Now what ? Becker groaned. She wants to press invasion-of-privacy charges ?
The girl dragged her duffel toward him. When she arrived,
she was now wearing a huge smile. “Sorry to yell at you back there. You just kind of startled me.”
“No problem,” Becker assured, somewhat puzzled.
“I was in the wrong place.” (
DF, p. 295)

23Dans l’extrait suivant, le locuteur de I’ve been repairing informe ses interlocuteurs de ce qu’ils ne peuvent pas savoir et coupe court ce faisant à toute autre hypothèse qu’ont pu ou que pourraient envisager ses interlocuteurs :

(7) A lighted torch lay abandoned on the ground at the entrance of the shed. Phoebe picked it up. “What made you go in there ?” she asked Fred. “We haven’t used it for years”. He pulled a face. I wish I hadn’t, madam, God knows. What the eye doesn’t see, the heart doesn’t grieve over and that’s a fact. I’ve been repairing the garden kitchen wall, where it collapsed a week ago. Half the bricks are unsusable - I understood when I saw the state of them, why the wall collapsed. Handful of dust, some of them. Anyway, I thought of the bricks we stored in here some years back, the ones from the outhouse we demolished.” (IH, p. 5)

24La posture oppositionnelle explicitement marquée par la forme be + v-ing se retrouve dans les cas où l’on parle couramment d’impression subjective : l’énonciateur reviendrait sur une relation déjà repérée pour la commenter, la forme be + v-ing prenant alors une valeur souvent qualifiée de « modale ». Pour autant le critère de la subjectivité ne saurait selon nous suffire. On peut d’ailleurs fort bien exprimer une impression des plus subjectives avec une forme simple. La posture oppositive est à nouveau déterminante. (opposition des subjectivités ou différences assumées) :

(8) [Midge, une responsable administrative de NSA, constate des dysfonctionnements dans le service. Elle veut téléphoner au directeur adjoint. Brinkerhoff, assistant personnel du directeur général, hésite.]
We should call him and double-check.
Brinkerhoff groaned.
Midge, he’s the deputy director. I’m sure he has everything under control. Let’s not second-guess-”
“Oh, come on, Chad – don’t be such a child.
We’re just doing our job. We’ve got a snag in the stats, and we’re following up. Besides,” she added, “I’d like to remind Strathmore that Big Brother’s watching. Make him think twice before planning any more of his hare-brained stunts to save the world.” Midge picked up the phone and began dialing.
Brinkerhoff looked uneasy. “You really think you should bother hint ?”
I’m not bothering him,” Midge said, tossing him the receiver. You are.” (DF, p. 231)

25On est ici clairement dans un contexte de confrontation où il s’agit de faire prévaloir son point de vue sur celui de l’Autre (d’où la fréquence de la forme progressive dans les énoncés négatifs, à valeur polémique, comme ici “I’m not bothering him”). De même, dans l’exemple suivant (9), la forme “was being played’’ ne rapporte pas simplement une impression subjective du locuteur mais marque son changement de point de vue : contrairement à ce qu’il a d’abord cru, la fille le fait marcher :

(9) [Becker discute avec la jeune fille qui l’a rappelé.]
“Where are your parents ?” Becker asked.
“States.”
“Can you reach them ?”
“Nope. Already tried. I think they’re weekending on somebody’s yacht.”
Becker scanned the girl’s expensive clothing. “You don’t have a credit card ?” “Yeah, but my dad canceled it. He thinks I’m on drugs.”
“Are you on drugs ?” Becker asked, deadpan, eyeing the swollen forearm.
The girl glared, indignant. “Of course not !” She gave Becker an innocent huff, and he suddenly got the feeling
he was beine played.
“Come on,” she said. “You look like a rich guy. Can’t you spot me some cash to get home ? I could send it to you later.” (DF, p. 296)
(10) [Midge téléphone à Jabba, chef de la sécurité. Jabba ne veut pas croire qu’il y ait un dysfonctionnement grave. Ils en ont déjà parlé mais cette fois il s’agit d’une coupure d’électricité dans le dome qui abrite l’ordinateur] “Crypto’s got problems.” Her voice was tense. Jabba frowned. “We’ve been through this already. Remember ?” “It’s a power problem.” “I’m not an electrician. Call Engineering.” “The dome’s dark.” “You’re seeing things. Go home.” He turned back to his schematic. “Pitch black !” she yelled. (DF, p. 267)

26On retrouve dans cet exemple la posture oppositionnelle caractéristique selon nous de la forme progressive. Le locuteur déclare en effet explicitement à son interlocutrice qu’elle est la seule à voir ce qu’elle voit. Ici, le contexte amène à inférer qu’il s’agit d’un sens figuré (hallucinations). Le verbe see peut bien entendu s’employer à la forme progressive sans pour autant avoir un sens figuré :

(11) [Susan découvre en examinant l’ordinateur d’un de ses collègues, Greg Hale, qu’il fait partie de la conspiration contre la NSA. Elle n’en croit pas ses yeux]
“It’s...’ Susan stammered. ‘It’s... not possible.” As if to disagree, Hale’s voice echoed from the past : Tankado wrote me a few times... Strathmore took a gamble hiring me... I’m getting out of here someday.
Still, Susan could not accept what she was seeing. True, Greg Hale was obnoxious and arrogant – but he wasn’t a traitor. He knew what Digital Fortress would do to the NSA ; there was no way he was involved in a plot to release it ! (DF, p. 193)

27L’emploi de la forme progressive se prête parfaitement ici à l’expression du refus de la locutrice de voir ce que pourtant elle voit.

28Nous avons voulu montrer à travers ces exemples que la forme be + v-ing, comme toute forme verbale, formate la réception dans une stratégie interlocutive. C’est tout le contraire d’un processus anaphorique. Il suffit de penser à un énoncé aussi banal que It’s raining ! qui annonce qu’il pleut (voir la note 12). En d’autres termes, le présupposé d’antécédence doit être abandonné en faveur d’un principe systématique de subséquence.

3. THÉORIE DE LA RELATION INTERLOCUTIVE (T.R.I.)

29Les analyses ci-dessus mettent en évidence des valeurs relationnelles interlocutives qui informent le « sens » grammatical de la forme progressive. Certains cas sont particulièrement nets, comme lorsque la forme be + v-ing (Ex. (4) We’re taking him for a ridé”) ne signifie pas un retour anaphorique sur un pré-construit mais pose un cours des choses nouveau et inattendu, voire donc oppositionnel. Par inférence, en (4), les interlocuteurs réels opposeront ce signal en contexte à la demande de libération formulée par Langdon. Dans d’autres cas, il n’y aura pas d’opposition à proprement parler, mais on signalera simplement que quelque chose est nouveau et inattendu. Dans d’autres cas encore, la forme progressive ne fera que marquer l’impossibilité pour l’interlocuteur de valider le procès dans sa totalité, ce qui est le cas de l’imperfectif dans ses valeurs les plus ordinairement aspectuelles.

30On retrouve ce type de relation avec d’autres marqueurs grammaticaux comme par exemple this :

(12) [L’interlocuteur de David, blessé dans une clinique, est canadien francophone. David lui arrange ses oreillers.]
The old man sighed contentedly. “Much better... thank you.”
“Pas du tout,” Becker replied.
“Ah !” the man smiled warmly. “So you do speak the language of the civilized world.”
“That’s about the extent of it,” Becker said sheepishly.
“Not a problem,” Cloucharde declared proudly.
“My column is syndicated in the U.S. ; my English is first rate.”
“So I’ve heard.” Becker smiled. He sat down on the edge of Cloucharde’s cot. “Now, if you don’t mind my asking, Mr Cloucharde, why would a man such as yourself come to a place like
this ? There are far better hospitals in Seville. (DF, p. 123)

31This, en italiques qui plus est, intervient dans un contexte comparatif (better hospitals), et dans une question par laquelle Becker signale la discordance qu’il perçoit entre Cloucharde et la clinique de seconde zone où il le retrouve, ou plus exactement entre ce qu’il pense de la situation et ce qu’en pense Cloucharde. Les exemples de ce type sont très nombreux.

32Cette valeur formelle revient donc à déclarer à l’interlocuteur qu’il n’est pas en mesure de valider la proposition, parce qu’il ne dispose pas des éléments nécessaires, ou parce qu’il est d’une opinion contraire. Comment cela est-il organisé ?

33L’extension des formes grammaticales étant indéterminée, on comprendra qu’elles ne signifient rien de directement référentiel, mais qu’elles marquent des postures et des relations très abstraites. Nous posons que ces relations sont les relations interlocutives fondamentales. Le schéma général que nous proposons est le suivant.

34Les relations interlocutives ont une fonction commune qui est d’assurer l’intercompréhension et l’entente entre deux instances individuelles distinctes. Pour ce faire, il faut nécessairement unifier deux représentations de manière à ce que les deux individualités s’appuient sur un socle commun. En d’autres termes, il faut passer de « deux » à « un ». Si on utilise les symboles α et β comme représentants les rôles émetteur et récepteur des interlocuteurs A et B, on constate trois possibilités d’unification des signifiés ;

35-α = β : dans cette configuration que nous appelons R (apport) l(nterlocutif) D(irect), l’unité est obtenue par équivalence superficielle et immédiate des désignations. De manière générale, la configuration RID est signalée par une réduction ou une absence de marquage particulier. C’est parce que le nom propre, en anglais, se définit dans cette configuration qu’il n’a pas a priori de déterminant.

36L’adjonction d’un article, au nom propre, par exemple, annule cette stricte équivalence de principe entre les interlocuteurs.

37-α → () : dans cette configuration que nous appelons C1, l’unification est obtenue par un fonctionnement de la forme sans validation β. La proposition traduit la prévalence de l’émetteur sur le récepteur, mais elle est en contrepartie déclarée relative et opposable puisqu’elle est non-conclusive. C’est cette configuration que marquent par exemple, chacun dans son domaine, la forme progressive ou this (en contraste avec that)

38-() → β : dans cette configuration C2, la proposition traduit la prévalence du récepteur et la désactivation-si l’on peut dire – du pôle émetteur. La proposition n’est pas contestable, elle est absolue et exclusive puisqu’elle est conclusive.

39Il est remarquable que l’unification des signifiés et des repérages est obtenue dans les trois cas de figure au prix d’une contrepartie, voire d’une perte : le R1D fonctionne sur la convention dans une situation commune qui fait le « nom » de la chose, C1 sur le caractère relatif et opposable de la proposition, C2 sur son caractère absolu et inchangeable contraire à toute originalité. En ce sens, nous poserons que les définitions formelles sont des définitions « en creux » chargées de guider les inférences contextuelles positives. Le problème de beaucoup d’analyses est un recours excessif à l’anaphore comme principe d’explication qui correspond à une formulation positive de la signification. Pour la forme progressive que nous avons examinée ici, comme pour d’autres formes Cl, cette définition est basiquement le marquage d’une discordance plus ou moins importante au niveau de la prédication entre α et β, et de la prévalence d’α.

CONCLUSION

40En définissant l’interlocuteur comme un co-énonciateur, les théories de l’énonciation défendent une thèse subjectiviste excessive. Nous avons voulu montrer qu’il était possible de poser les jalons d’une reconnaissance féconde du rapport entre langue et discours qui évite le partage dommageable du champ en acceptant le principe de rôles dialogiques et d’équilibre des propositions dans une organisation du sens en termes de guidage inférenciel. C’est d’une inscription « en creux » de la signification intéressant des relations interlocutives que le langage permet de dire non seulement ce qui est et comment il faut le prendre, mais aussi ce qui n’est pas encore advenu.

Bibliographie

SOURCES DU CORPUS

Inspector Barnaby, TV series, Bentley Productions, 1997.

Digital Fortress, Dan Brown, London, Corgi Books, 2004 (-1998). (DF)

The Da Vinci Code, Dan Brown, London, Corgi Books, 2004 (- 2003). (DVC)

The Ice-House, Minette Wsalters, London, Pan Books, 1993. (IH)

BIBLIOGRAPHIE

ARMENGAUD F., La Pragmatique, Que sais-je ?, Paris, Presses universitaires de France, 1993 (3ème éd. corrigée)

CHARAUDEAU P., La Conversation entre le situationnel et le linguistique, Connexions 53, 1989.

COTTE P., Grammaire linguistique, Paris, Didier-Erudition, 1997.

DELMAS C., « Grammaire métaopérationnelle et théorie des phases », in Les Théories de la grammaire en France, Hachette Supérieur, 1993.

DELMAS C. et AL., Faits de langue en anglais, Paris, Dunod, 1993.

DOUAY C. et ROULLAND D., « L’Absence de marque verbale en anglais dans une théorie de l’interlocution », Travaux Linguistiques du CERLICO, Vol. 9, 1996.

DOUAY C. et ROULLAND D., « Temps et relations interlocutives : le cas de l’imparfait français », 6ème Congrès International de Linguistique Générale, Saint-Jacques de Compostelle, 3-7 Mai 2004, Actas del VI Congreso de Lingiiistica General, Barcelone, 2004, p. 1537-1545.

DOUAY C. et ROULLAND D., « Réflexions sur la catégorie de l’imperfectif », SELOEN, Université Lille 3, mai 2006 (à paraître).

DOUAY C., Eléments pour une théorie de l’interlocution ; Un autre regard sur la grammaire anglaise, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2000.

DOUAY C., “Grammar and Interlocution : English Articles as Markers of Recipient Role”, Montréal, Revue Québécoise de Linguistique, vol. 29, n° 2, 2001.

DOUAY C., « Des Modalités de l’interlocution au système des modaux », Revue Electronique CORELA, Cognition, Représentation, Langage, volume 1, 2003.

DOUAY C., « Un Autre Point de vue sur have », Revue Electronique CORELA, Cognition, Représentation, Langage, vol. 3, n° l, juillet 2005.

DOUAY C., « Grammaire et formatage de la réception : les postures allocutives marquées par this et that » (à paraître 2006)

HAGÈGE C., L’homme de paroles, Paris, Fayard, 1985

HOPPER P., “Emergent Grammar and the A Priori Grammar Postulate”, in D. Tannen (ed.) Linguistics in Context : Connecting Observation and Understanding, Norwood, NJ : Ablex, 1988.

JACQUES F., Dialogiques, Paris, Presses Universitaires de France, 1979.

JACQUES F., L’Espace logique de l’interlocution, Paris, Presses Universitaires de France, 1985.

KERBRAT-ORECCHIONI C., Les Interactions verbales, T. 1, Paris, Armand Colin, 1990.

LAPAIRE R. et ROTGÉ W., Linguistique et grammaire de l’anglais, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 1991.

MOESCHLER J. et REBOUL Α., Dictionnaire encyclopédique de pragmatique, Paris, Editions du Seuil, 1994.

MOESCHLER J., « Pragmatique : état de l’art et perspectives », Marges Linguistiques, n ° 1, 2001.

ROULLAND D., « Auxiliaires modaux et interlocution », Anglophonia 10, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2001, p. 93-108.

ROULLAND D., « Gentlemen, Include Me Out : à propos de l’ergativité », Travaux Linguistiques du CERLICO 16, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2003, p. 205-214.

ROULLAND D., « La Grammaticalisation de l’adresse en basque : tutoiement et allocutivité », Pronombres de segunda persona y formas de tratamiento en las lenguas de Europa, Coloquio de Paris, Instituto Cervantes, Paris, 6-8 mars 2003, en collaboration avec D. Bottineau, 2003, http://cvc. cervantes.es/obref/coloquioparis/ponencias/pdf/cvcbottineau.pdf

ROULLAND D., « Modèle et pragmatique », colloque Cours et corpus, GERAS, mars 2006 (à paraître dans ASp)

SCHEGLOFF Ε. Α., “Turn Organization” in Ochs Ε., Schegloff Ε. Α., Thompson S. A. (eds.), Interaction and Grammar, Studies in Interactional Sociolinguistics 13, Cambridge, Cambridge University Press, 1996, p. 52-133.

VION R., La Communication verbale ; analyse des interactions, Paris, Flachette Supérieur, 1992.

Notes

1 Citons par exemple le problème de l’allocation des tours de parole (turn-taking), étudié entre autres par Ochs et al. (1996).

2 P. Charaudeau (1989 : 8) : « Phénomène de mode comme il en est tant d’autres dans le monde des sciences humaines ? Peut-être. Mais n’écartons pas une autre hypothèse qui reposerait sur le sentiment que, au delà des descriptions locales, c’est du fondement même du langage dont il est question. »

3 Pour R. Vion, par exemple, on ne saurait présupposer un lien entre la valeur des formes en langue et leur fonction dans la communication : « Certes, les linguistes le savent fort bien, il n’est pas d’autre voie, pour atteindre les processus, que de passer par la prise en compte du matériau et, notamment, des formes et marques linguistiques. Cependant, une chose est de prendre appui sur ces formes pour l’activité qu’elles manifestent, autre chose est de les considérer en elles-mêmes, indépendamment des fonctions qu’elles sont amenées à remplir dans l’interaction ». (1992 : 238).

4 A. Moeschler et J. Reboul, à la fin de leur Dictionnaire Encyclopédique de Pragmatique (1994 : 499), exposent les « raisons scientifiques pour lesquelles le divorce entre linguistique et pragmatique est légitime », la pragmatique ayant pour rôle de rendre compte des points sur lesquels « la linguistique reste muette ». Cette conception résiduelle de la pragmatique défendue par A. Moeschler et J. Reboul est liée à l’acceptation de la distinction classique entre « phrase » et « énoncé ». Or la possibilité d’une appréhension de la phrase hors contexte reste à démontrer (voir à ce sujet Douay 2000 : 30-33 et 70-77).

5 R. Martin, Intervention aux journées d’étude organisées par l’ASL, avril 1987.

6 Language Acquisition Device

7 Ce recours aux mathématiques, outre qu’il repose sur une métaphore (le mathématique), est paradoxal en linguistique (contrairement à la logique) dans la mesure où la fonction de ce « langage » est précisément d’interdire la variation contextuelle et communicationnelle.

8 Dans la conception défendue par Hopper (1988), la grammaire « émergente » est constituée d’unités non définissables a priori, dont le statut est sans cesse renégocié par les interlocuteurs au cours des interactions. Cette grammaire s’oppose à la grammaire « a priori » définie comme ensemble de catégories et règles prédéfinies et stables et dont Hopper nie l’existence.

9 F. Jacques définit le dialogisme comme « la répartition de tout message sur instances énonciatives qui sont en relation actuelle ».

10 A propos de l’emploi de la forme progressive avec un verbe performatif, P. Cotte (op. cit.) parle de « dédoublement ». La forme be + v-ing, explique-t-il, « dédouble I ; elle distingue dans l’énonciateur l’agent du procès (...) et l’agent de l’énonciation. Du fait de ce dédoublement, le second n’est pas entièrement dans l’acte auquel il réfère ou il en sort, le temps de son énonciation, pour l’observer ». Il nous semble que l’auteur confond ici deux plans. En effet, dès qu’un locuteur fait référence à lui-même à l’aide du pronom I, il se dédouble dans la mesure où, tout en s’énonçant « agent de l’énonciation », il se pose en 3ème personne, objet de discours, et le cas échéant agent du procès. Autrement dit, P. Cotte attribue à la forme progressive une valeur inhérente au pronom de 1ère personne.

11 En disant cela, nous ne voulons bien entendu pas dire que I am declaring the meeting open a toujours, quel que soit le contexte, une valeur performative. Mais, même dans le cas où il s’agirait par exemple pour un président de séance de commenter une photo le montrant ouvrant une réunion, la forme progressive garderait sa valeur oppositionnelle en marquant explicitement le décalage entre les interlocuteurs puisqu’il s’agirait de fournir à l’Autre une information qu’il ne serait pas en mesure de fournir lui-même faute des éléments nécessaires.

12 Définition qui nous semble difficile à appliquer ne fût-ce qu’à un exemple aussi banal qu’une annonce ordinaire telle que It’s raining par lequel on cherche à attirer l’attention de l’interlocuteur sur un événement dont il n’a pas encore pris conscience (et dont, de surcroît, on souligne la plupart du temps le caractère inattendu, comme en français dans Tiens, il pleut).

13 La même analyse peut s’appliquer aux cas bien connus d’emploi de la forme simple pour les commentaires en direct des matchs de football (He shoots ! He scores !).

Auteurs

U.P.J.V. Amiens

Université Rennes 2

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540