Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'autre

 | 
Janine Dove-Rumé
, 
Michel Naumann
, 
Tri Tran

Introduction: « Nous allons dîner dans une maison opulente »(Jean-Jacques Rousseau)

Michel Naumann, Janine Dove-Rumé et Tri Tran

Texte intégral

  • 1 Rousseau, Jean-Jacques, Emile, ou de l’éducation, [1762], Paris, Garnier, 1962 p. 218.
  • 2 Ibid., p. 219.
  • 3 Ibid., p. 219
  • 4 Ibid., p. 219

1Le maître d’Emile nous propose de faire réfléchir son élève sur le juste et l’injuste ainsi que sur la façon de lui faire dépasser le caractère abstrait de ces notions. Il ne veut philosopher sur la question car il convient aussi en l’occurrence de montrer à l’enfant « comment les signes font négliger les choses »1. Par signe il veut dire les mots, l’argent et les chimères de l’opinion, tout un appareil de fête et de plaisirs qui « a quelque chose d’enivrant »2. Ainsi, au milieu d’un opulent repas, glisse-t-il ces mots à l’oreille d’Emile : « Par combien de mains estimeriez-vous bien qu’ait passé tout ce que vous voyez sur cette table avant que d’y arriver ? »3 alors qu’il est clair que ces mets viennent de toutes les régions du monde durement mises à contribution, que « vingt millions de mains peut-être ont longtemps travaillé, qu’il en a coûté la vie peut-être à des milliers d’hommes »4. Alors que les philosophes égayés par le vin radotent, Emile cesse de manger.

2Ce n’est pas le premier texte sur la mondialisation, mais certainement un des plus subversifs. Notre devenir-monde fut invoqué par les mythes de la création, les prophètes, les apocalypses, Colomb, Camoes, critiqué par Montaigne et Las Casas, mais avec Rousseau il s’inscrit au cœur même du projet éducatif du maître et traverse la personnalité d’Emile. Il va bientôt, lorsque Rodriguez entraînera Simon Bolivar sur les routes foulées par le promeneur solitaire que fut Rousseau, devenir un projet de libération des pays colonisés et de leurs parias qui inspire encore aujourd’hui les luttes anti-libérales pour la démocratie et l’indépendance économique de l’Amérique latine.

3Le texte du repas dans une maison opulente est donc un texte qui évoque des rapports sociaux et politiques à l’autre très contemporains. Rousseau nous y montre de riches occidentaux qui dévorent le monde. Cet acte nous fait aussi songer à l’oralité du cannibalisme généralisé qu’est le capitalisme, déjà très développé au XVIIIe siècle, très mondialisé par plusieurs de ses aspects, notamment ses colonies d’Amérique, la traite en Afrique et le grand commerce avec l’Asie. Il est en outre à la veille de son éclosion en système industriel. Un des héros de Rousseau, dans La Nouvelle Héloïse, fera le tour du monde. Or voici les continents et les civilisations lointaines enfermées dans une opulente salle à manger. Ce qui se passe en ces lieux est de l’ordre de la consommation. Or en l’homme s’articulent deux dimensions : d’une part celle qui relève du besoin, y compris nos besoins de maîtrise et de prestige (Rousseau parle à cet égard d’amour-propre), et qui entraîne à consommer l’autre, à l’instrumentaliser pour le mettre au service de nos besoins, et d’autre part celle du désir de l’Autre qui reconnaît l’autre comme fondamentalement inappropriable et irréductible.

4Le maître, qui a éveillé les soupçons d’Emile à l’égard de cette richesse et de ces mets lointains, se garde de raisonner avec lui car le mot ne nous conduit qu’au seuil de l’altérité et une authentique reconnaissance de l’autre n’est ni réductible à un discours ni même de l’ordre du discours. « Il n’est pas ce qu’on dit de lui » ou « je ne suis pas ce que vous dites de moi » signale que l’expression des besoins pour laquelle est né le langage ne peut atteindre cet inappropriable qui est l’autre. Ces mots et l’expression du manque ne sont que les signifiants de l’Autre que nous définissons comme altérité inépuisable. Il suscite le désir, anime la vie, crée et nous apporte non la jouissance d’un pouvoir, mais, par delà les risques du Réel ainsi ouvert, la joie d’un lien indicible fondé sur la rencontre de ces lieux inappropriables qui nous fondent en vérité. Si notre vie vient de cet Autre et s’il la relance à l’infini, peut-être avons-nous été créé pour Le rencontrer, peut-être est-il le but de notre vie ?

5Pour l’avoir oublié et pour avoir soumis le monde aux concepts d’une raison sourde – non point à la parole initiatique de la raison séminale ou au verbe divin de saint Jean – l’Occident ne porte qu’un logos dominateur et morbide car, alors, le langage ne nous apporte plus qu’un pouvoir sur la nature et la vie accompagné d’une conscience angoissée de la mort, son seul horizon. Le discours de Raskolnikov ! Meurtrier et autodestructeur, il est encore de nos jours le discours de l’Occident qui ravage le monde. « Etre Napoléon plutôt qu’un pou » répète Raskolnikov, anticipant on ne peut plus clairement les idéologies hygiénistes de l’impérialisme et du nazisme, les peurs sanitaires de notre époque, la vision biologique et darwinienne de l’économie libérale actuelle. Mais dans la nature, aurait dit Rousseau, l’être le plus haut ne se sent nullement contraint d’anéantir le plus bas pour être lui-même !

  • 5 Ibid., p. 220.

6Le maître se refuse donc à philosopher à l’aide de mots si menaçants et il se contente d’une question posée à Emile : « où dînerons-nous aujourd’hui ?5 » car à l’issue d’agapes plus modestes et moins cruelles Emile saura dire auquel des deux repas il a remarqué le plus de joie.

7Voici, posée dans sa dimension mondialiste, la question de l’Autre. Organisateurs avec Michel Naumann du colloque du GRAAT des 6 et 7 octobre 2006 sur cette question, nous avons également édité ses Actes. Les articles des participants ont été classés sous cinq parties qui reflètent la diversité mais aussi la richesse des échanges durant les deux journées du colloque :

  • langue et critique

  • littérature britannique

  • littérature nord-américaine

  • nouvelles littératures

  • civilisations

  • 6 Conférences filmées L’Autre. Colloque GRAAT 2006. Eds. Michel Naumann & Tri Tran. 13 Feb. 2007. GRA (...)

8Les conférences des hôtes d’honneur du colloque – le Pr. S. Diagne (Université de Chicago, U. Cheikh Anta Diop de Dakar), la Pr. C. L. Innes (Université du Kent), Mme C. Kumar de l’ONG El Taller et la Pr. B. Campbell (Université de Newcastle) – peuvent être visionnées sur le site internet6 du laboratoire angliciste GRAAT de l’Université de Tours.

Notes

1 Rousseau, Jean-Jacques, Emile, ou de l’éducation, [1762], Paris, Garnier, 1962 p. 218.

2 Ibid., p. 219.

3 Ibid., p. 219

4 Ibid., p. 219

5 Ibid., p. 220.

6 Conférences filmées L’Autre. Colloque GRAAT 2006. Eds. Michel Naumann & Tri Tran. 13 Feb. 2007. GRAAT-Université François Rabelais, Tours. 26 Sept. 2007 <http://www.univ-tours.fr/graat/graat_l02006/index2.html>

Auteurs

Professor of English at the University of Cergy-Pontoise. He taught in Niamey (Niger), Kano (Nigeria), and in several French universities (Metz, Paris XII, Tours). He is a specialist of African literature and Indian contemporary ideologies. He has written books on Commonwealth History, African Literature and the Indian Marxist thinker M. N. Roy.

GRAAT EA 2113
Université François-Rabelais de Tours

Maître de conférences, habilité à diriger des recherches (HDR), à l’université de Tours, où il enseigne la civilisation britannique, et chercheur au Centre d’Études Urbaines dans le Monde Anglophone (université Paris IV). Ses travaux portent sur l’histoire sociale des classes ouvrières au Royaume-Uni au XIXe siècle, selon trois grands axes : le syndicalisme, la criminalité et l’émigration.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540