Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume 2

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

IV. Cultures urbanistiques : des sources de l’histoire urbaine au développement urbain durable

L’atelier des territoires. Sémantique des projets d’aménagement

Olivier Ratouis

Texte intégral

  • 1 Maître de conférences en urbanisme et aménagement de l’espace, Institut des Mers du Nord, Universi (...)

1Note portant sur l’auteur1

UN ATELIER DES TERRITOIRES

2Les articles présentés ici sont les résultats du travail d’une équipe de recherche qui s’est donnée comme objectif de mieux comprendre ce qui préside aujourd’hui aux transformations de l’espace dans trois pays européens présentant des similarités dans la production de la ville.

3L’hypothèse commune de départ est qu’il convient de distinguer deux régimes de fonctionnement de la production des territoires, celui du discours (notions et mots) et celui des objets (des opérations) qui ne se confondent pas – mêlés pourtant le plus souvent par les acteurs, dans la tentation récurrente d’une maîtrise des processus de production de la ville. Cette séparation est effective : une même notion désigne des opérations extrêmement diverses dans leur forme et leur contenu et réciproquement la même opération peut connaître plusieurs désignations.

4Or, les politiques d’aménagement utilisent des termes fortement polysémiques. Des désaccords existent, masqués par l’apparence d’accords qu’induit l’utilisation d’un vocabulaire commun. Il devient alors intéressant de débusquer ces variations de sens, de souligner les écarts, de relever bien évidemment aussi des variations de sens soulignées par les acteurs eux-mêmes, étant entendu que ces décalages, s’ils n’interdisent pas la décision et l’action (voire même peuvent contribuer à les rendre possibles), sont potientiellement causes de difficultés, d’échecs, d’incompréhensions... rencontrés dans la mise en œuvre.

5Autre façon de dire que le discours participe pleinement de la construction des territoires. Or, la recherche urbaine a tendance à valoriser l’analyse des opérations par rapport à celle des discours.

L’AMÉNAGEMENT SELON L’ORDRE DES DISCOURS

6L’équipe a privilégié l’étude des régimes discursifs sur celle des objets de la production des territoires. Ce positionnement a conduit à faire le choix de travailler sur les documents préparés par les acteurs dans le cadre d’opérations d’aménagements. Ces textes sont généralement peu interrogés pour eux-mêmes car, à la différence des écrits d’architectes et d’urbanistes, ils ont rarement des ambitions théoriques manifestes. Ils sont souvent déclassés à ce titre par les chercheurs qui préfèrent souvent travailler sur des courants, des écoles, c’est-à-dire des corpus plus homogènes et plus valorisants.

7L’équipe est partie du principe inverse. Ces documents (schémas directeurs, projets d’aménagement, contrats de ville et d’agglomération, chartes de tous types, etc.), textes techniques, documents de travail, servent à guider l’action, et sont eux-mêmes à considérer comme des éléments à part entière de la production urbaine ; ils sont également les résultats de compromis. Ces documents donnent à travailler sur des mots dont l’unité de sens ne peut être postulée, et cela sans rapport de fréquence. Multiplicité de locuteurs dans ces textes collectifs, aux formations et aux parcours professionnels divers et qui, dans certains cas au moins forment ce que l’on peut appeler des « collectifs d’énonciation ». Autrement dit, avant d’avoir à faire à des concepts constitués aux sens stabilisés, nous rencontrons des expressions dont les imprécisions sémantiques peuvent aider les acteurs à trouver des accords, en évitant des conflits. L’un des intérêts de ces textes, lorsqu’ils concentrent des parcours de réflexions, est qu’ils témoignent, moins peut-être d’une application de théories générales au local, que de constructions locales de positionnements langagiers et d’action.

8Ces documents sont ainsi les lieux de fabrique des territoires, participant à ce que nous comprenons comme un « atelier des territoires », objet fondamental de notre analyse.

DES TERRITOIRES EUROPÉENS DANS LA DYNAMIQUE DES MOTS

9Dunkerque constitue au xxe siècle un site d’expérimentation exceptionnel, comme cela a été montré dans des recherches antérieures. Ce « laboratoire urbain » est interrogé au sein de cette recherche [Ratouis, 2003] dans une perspective historique à partir de l’évolution des dénominations des catégories du tout et de la partie par O. Ratouis (« Nommer la ville pour la faire ? Le tout et la partie comme catégories de l’urbain à Dunkerque dans le second vingtième siècle »), et son examen prolongé aujourd’hui par M.-D. Lierville (« Les Mots – Enjeux ») autour de la catégorie d’agglomération, et dans le champ de l’économie et du développement durable par Ch. Beaurain (« Économie et développement durable dans les discours de la production territoriale : l’exemple de Dunkerque »).

10Cette analyse, étendue à l’échelle du Nord-Pas-de-Calais, permet de s’intéresser au vocabulaire des projets urbains de Boulogne-sur-Mer, objet du texte de S. Valcke (« Le vocabulaire de la réparation des espaces urbains dans les projets d’urbanisme de Boulogne-sur-Mer »).

11A. Nevanlinna et K. Jacobs apportent des éclairages européens, la première par l’approche de la reconversion de l’ancien dépôt ferroviaire du centre d’Helsinki (« The Production of Urban Space in Helsinki City Center. The former railyard at Toolonlahti as a semantic battlefield »), le second par celle de la réhabilitation des anciennes houillères du Kent et des chantiers navals de Chatham (« Marketing, Power and Control : A Discourse Analysis of Policy Documents Relating to the Former Kent Coal-mines and Chatham Dockyards Renewal Projects »).

12L’un des résultats importants des recherches consiste dans la mise en évidence de la prégnance du vocabulaire de la « reprise » des espaces urbains et de sa constitution en un champ sémantique (les mots en re-) qui vient dominer la hiérarchie terminologique récente, aussi bien en France (avec le renouvellement urbain) qu’en Angleterre (avec l’urban renaissance), avec des mots à valeur générique.

13Plus généralement, les notions apparaissent être en négociation quasi permanente (agglomération, zone) ou plus occasionnelle (kaupunkikulttuuri-culture urbaine), objets de faux consensus (développement durable) où se jouent et se produisent de bien réels effets d’autorité (le nouveau HQE – Haute Qualité Environnementale – qui, lui-même, a ses dérivés). Un terme domine alors, qui risque de perdre sens à force d’en cultiver trop. C’est le profil de durable (comme sustainable), déclinable et décliné avec tous les concepts-clés de l’aménagement (quartier, politique, ville, etc.).

14Le vocabulaire urbanistique est donc un vocabulaire technique visant des formes de maîtrise des processus. Il est aussi bien autre chose, un champ dans lequel le social et ses acteurs s’efforcent d’accorder leurs temps et leurs espaces.

VALORISATION

15Publication

16Cette recherche a donné lieu à la publication d’un numéro de la revue Mots : RATOUIS Olivier (dir.), (2003), « La ville entre dire et faire », Mots. Les langages du politique, n° 72, Lyon, ENS Éditions [mailto:ENS-Éditions@ens-lsh.fr].

17Séminaire

18Un séminaire restreint aux membres de l’IMN s’est tenu régulièrement, avec environ une douzaine de séances permettant de définir les orientations générales de la recherche et d’accompagner les questionnements des différents chercheurs. Trois journées plénières se sont tenues, les deux premières à Dunkerque, la dernière à Paris, hébergée par l’Institut Finlandais.

19Communications

20Beaurain Christophe, (2003), « “Développement durable” : émergence et territorialisation d’un terme », Journée Langues techniques et spécialisées de l’urbain. Les mots de la ville, Institut d’Urbanisme de Paris-IMN, ULCO, Dunkerque, novembre 2003.

21Ratouis Olivier, (2000), « Do words name functions ? “Centre” and “periphery” in French planning in the second half of the twentieth century », International planning history society, 9th Conference, Helsinki, août 2000.

22Ratouis Olivier, (2003), « Le tout et la partie, des catégories de l’urbain à nommer (xxe siècle) », Journée Langues techniques et spécialisées de l’urbain. Les mots de la ville, Institut d’Urbanisme de Paris-IMN, ULCO, Dunkerque, novembre 2003.

23Valcke Simone, (2003), « Le vocabulaire de la réparation urbaine dans les documents d’urbanisme de Boulogne-sur-Mer (depuis les années 1990) », Journée Langues techniques et spécialisées de l’urbain. Les mots de la ville, Institut d’Urbanisme de Paris-IMN, ULCO, Dunkerque, novembre 2003.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Erasaari Leena, (1999), « Helsingin strategiat ja Toolonlahti », Yhteiskuntasuunnittelu/Finnish Journal of Urban Studies, vol. 37, n° 3-4.

Jollivet Marcel (dir.), (2001), Le développement durable, de l’utopie au concept, Elsevier, collection « Nature, Science et Société ».

Ratouis O. (dir.), (2003), L’atelier des territoires. Sémantique des projets d’aménagement, Rapport pour l’Action Concertée Incitative Ville, Institut des Mers du Nord, (non publié).

Ratouis O., Segaud M., (2002), « De la “maîtrise d’ouvrage” au “collectif d’énonciation” : proposition pour une nouvelle approche de la production territoriale locale », Espaces et Sociétés, n° 105-106 « Maîtrise d’ouvrage, commande, projet ».

Ratouis O., Segaud M., (1996), Dunkerque : un rapport exemplaire entre agglomération et État ?, Commande du Plan Urbain, Institut des Mers du Nord, Université du Littoral.

Rogers Richard, (1999), Towards an Urban Renaissance. Final Report of the Urban Task Force, Urban Task Force, Londres.

Toussaint Jean-Yves, (1995), « Le collectif d’énonciation de l’espace ou l’histoire des acteurs que cachait l’architecte », Cahiers du LAUA, n° 3.

Notes

1 Maître de conférences en urbanisme et aménagement de l’espace, Institut des Mers du Nord, Université du Littoral – Côte d’Opale.

Auteur

Responsable scientifique

Équipe ayant collaboré à la recherche :
L’équipe de base de ce travail de recherche est constituée par des membres du laboratoire Institut des Mers du Nord (IMN) : Christophe Beaurain (économiste), Olivier Ratouis (historien et urbaniste), Simone Valcke (économiste). Sont également intervenus au cours des réunions Peggy Hellequin (géographe) et Marion Segaud (sociologue) qui a participé à la conduite de la recherche dans son premier temps, ainsi que Alan Grive (ingénieur, doctorant) et Marie-Danièle Lierville (alors chef de projet Contrat de ville et étudiante en DEA) qui a rédigé une contribution.
Des chercheurs étrangers ont été associés à la recherche dès le départ en vue de la constitution de l’équipe : Anja Nevanlinna (historienne de l’art, Finlande) puis Keith Jacobs (politiste, Royaume Uni, en poste aujourd’hui en Australie).
Certains chercheurs extérieurs sont ponctuellement intervenus au cours des journées : en particulier Henri Raymond (sociologue, Paris) et François Leimdorfer (sociolinguiste, Laboratoire Printemps, Université de Saint-Quentin en Yvelines).


mailto:oratouis@club-internet.fr
Institut des Mers du Nord
EA 1702
Université du Littoral Côte d’Opale
21, quai de la Citadelle
59140 Dunkerque
Tél. : 03 28 23 71 00

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540