Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

(R)apports textuels

 | 
Éric Athenot
, 
Arnaud Regnauld

Licence poétique : de la bible dans Leaves of Grass

Éric Athenot

Résumé

Parmi les très nombreux textes qui ont inspiré Leaves of Grass, la Bible occupe la première place. La pratique intertextuelle de Whitman, faite d'emprunt et de parodie, pousse le poète à s'incarner dans son livre sous les traits d'Adam et du Christ. La stratégie somatique ainsi mise en œuvre au fil des recueils déclenche une dynamique de lecture où le corps humain constitue le véritable texte sur lequel se déploie la parole poétique

Texte intégral

On dirait que la société (la nôtre) refuse (et finit par ignorer) tellement la jouissance, qu'elle ne peut produire que des épistémologies de la Loi (et sa contestation), jamais de son absence, ou mieux encore : de sa nullité (Barthes, 1973, 91).

INTRODUCTION

  • 1 Harris, 1999, 173-74.
  • 2 Whitman, 1973, 720.
  • 3 Whitman, 1973, 716.
  • 4 « Starting from Paumanok » vers 94 (Whitman, 1973, 50).

1Les liens étroits qui unissent Leaves of Grass à la Bible mettent en relief avec une acuité particulière la complexité, voire les contradictions inhérentes à l'entreprise poétique whitmanienne. À une époque où, sous l'impulsion de dénominations protestantes de plus en plus nombreuses et organisées1 paraissent de multiples retraductions dont l'objectif est de remplacer durablement la King James, Whitman n'hésite pas à qualifier son oeuvre de « great psalm of the republic2 ». Nonobstant l'ambition politique démesurée de la métaphore, le recours à la terminologie biblique participe du désir clairement affiché par le poète d'asseoir son discours sur une base spirituelle commune à un très grand nombre de ses concitoyens. Ceux-ci, toujours dans la préface de 1855, attendraient du nouveau barde américain qu'il « leur indique le chemin entre la réalité et leur âme »3. Au fil des moutures successives du recueil, l'ambition de Whitman sera d'offrir à ses lecteurs ce qu'il nomme « le poème-évangile des camarades et de l'amour » (the evangel-poem of comrades and love4), organisé selon le principe du Book of Common Prayer anglican, c'est-à-dire 365 poèmes correspondant chacun à un jour du calendrier julien. Le projet échouera, mais, en 1881, le texte définitif du poème que l'on connaît à présent sous le titre de « Song of Myself » se verra divisé en 52 sections, format trompeusement anodin, révélateur de desseins idéologiques premiers profondément enfouis.

2L'utilisation que fait Whitman de la Bible dans ses Leaves of Grass dépasse fort heureusement le cadre étroit d'une quête de reconnaissance pseudo religieuse. Ses écrits en prose sont saturés de références à la Bible, envisagée comme maillon central du patrimoine littéraire mondial et non plus simplement comme texte religieux de référence. Ainsi, dans la préface de l'édition de 1888, la Bible vient-elle en tête des classiques qui ont nourri sa vocation littéraire :

I went over thouroughly the Old and New Testaments and absorb'd [...] Shakespeare, Ossian, the best translated versions I could get of Homer, Aeschylus, Sophocles, the old German Nibelungen, the Ancient Hindus, and one or two masterpieces, Dante's among them (Whitman, 1973, 305).

3L'attention que porte Whitman à la Bible est révélatrice du désir profond qu'a le poète d'allier le spirituel au littéraire, le prophétique au poétique, dans le dessein d'offrir son recueil comme dernier et ultime représentant d'une longue lignée de grands textes. Cette aspiration motive les métaphores christiques qui abondent dans les préfaces successives des différentes éditions de Leaves of Grass, celle de 1855 en particulier. Ainsi :

Past and present and future are not disjoined but joined. The greatest poet forms the consistence of what is to be from what has been and is. He drags the dead out of their coffins and stands them again on their feet... he says again to the past, Rise and walk before me that I may realize you (Whitman, 1973, 716).

4Les textes défunts sont ressuscités, et ils deviennent immortels par la revitalisation qu'en opère le verbe whitmanien. Le mouvement eschatologique n'est plus envisagé d'un point de vue véritablement chrétien mais plutôt littéraire, et c'est le verbe whitmanien qui le crée.

  • 5 Voir Whitman, 1973, 711-729.

5La Bible constitue indubitablement le prétexte privilégié de Leaves of Grass. L'interpénétration du biblique et du poétique dans les poèmes met en relief l'ambiguïté intertextuelle inhérente au projet whitmanien dans son ensemble. Il est à noter, en effet, et ce dès la préface de l'édition originale, que Whitman s'efforce d'affranchir sa poésie des modèles littéraires dont il souligne l'importance, pour apparaître comme un créateur enfanté spontanément par le continent nord-américain. Cet effort est accompagné d'un mouvement qui ferait de Leaves of Grass un texte-corps dans lequel s'incarnerait le cosmos, les créatures qui le peuplent tout comme l'ensemble des productions culturelles, y compris littéraires, des humains. Le poète s'affirme ainsi indépendant des textes qui l'ont précédé tout en se présentant comme l'aboutissement logique de ceux-ci. Cette double impulsion voit s'opposer -pour utiliser la terminologie whitmanienne- le concept de pride à celui de sympathy5. D'un côté une autonomie et une originalité créatrice absolues (« silent defiance advancing from free new forms », Whitman, 1973, 715), de l'autre une adhérence au monde, une appétence sensuelle du contact de l'autre, exprimés en termes inlassablement religieux :

The direct trial of him who would be the greatest poet is today. If he does not flood himself with the immediate age as with vast oceanic tides... and if he does not attract his own land body and soul to himself and hang upon its neck with incomparable love and plunge his Semitic muscle into its merits and demerits [...] let him merge in the general ran and wait his development (Whitman, 1973, 728).

  • 6 Il faudra attendre 1871 pour que Whitman corrige l'erreur dans « By Blue Ontario's Shore », transc (...)

6Ce passage extraordinaire nous renseigne mieux que tout autre sur l'importance particulière que revêt la Bible aux yeux de l'auteur de Leaves of Grass. Il met l'accent sur l'importance du refoulé, matérialisé ici par le célèbre lapsus semitic/seminal6. Celui-ci met en lumière trois points : l'imbrication entre le poétique, le spirituel et le sexuel chez Whitman, l'importance que ce dernier attache à l'insémination, à l'engendrement, à la filiation mais également la façon spectaculaire dont le langage échappe à la mainmise de son créateur.

  • 7 Voir Whitman, 1989, 118.
  • 8 Voir « Song of Myself », sec. 21. (Whitman, 1973, 48-49).
  • 9 Nancy, 2000, 17.

7Le niveau explicite d'une relecture de la Bible par Leaves of Grass, qui va nous occuper dans la première partie de ce travail, et qui est celui qui semble retenir l'attention de la critique whitmanienne, tend à opérer une réécriture triomphaliste du Livre. Adam y apparaît comme le personnage clef d'une tentative de décorrompre7 le monde, de l'affranchir du poids de la faute accumulé depuis la Chute. Mais une lecture minutieuse des poèmes nous montre également, et de façon souvent paroxysmique, le poète du corps et de l'âme8, le chantre d'un Éden retrouvé, rattrapé par un refoulé idéologique qui menace d'anéantir son projet. Sous les traits cauchemardesques d'Onan viennent resurgir dans Leaves of Grass le poids de la morale et l'angoisse suscitée par la stérilité textuelle. Les échos bibliques réfractent alors les discours contemporains moralistes dont le poète ne peut véritablement se libérer. Nous interrogerons, dans un troisième temps, la parodie de la transsubstantiation que met en œuvre le poète afin d'actualiser Leaves of Grass texte-corps dans le corps du lecteur. Nous tenterons, à l'issue de ce travail, de voir comment, pour reprendre l'expression de Jean-Luc Nancy lorsque celui-ci déclare que « [l]e corps est l'être de l'existence9 », les contradictions douloureuses qui sous-tendent le projet whitmanien dans sa dimension spirituelle s'incarnent de façon spectaculaire dans l'étroit rapport du somatique et du poétique, illustration bouleversante d'un désir de faire texte de toute chair.

LE RÉVEIL D'ADAM

8« Si l'Occident est une chute, écrit Nancy, comme le veut son nom, le corps est le dernier poids, l'extrémité du poids qui bascule dans cette chute. Le corps est la pesanteur [...]. Précipité de très haut, par le Très-Haut lui-même, dans la fausseté des sens, dans la malignité du péché. Corps immanquablement désastreux : éclipse et tombée froide des corps célestes. Aurions-nous inventé le corps dans le seul but d'en faire déchoir les corps ? » (Nancy, 2000, 10) La poésie whitmanienne affiche, en revisitant la Bible, l'intention qu'a son créateur de rédimer le monde en rétablissant l'harmonie originelle entre corps et âme, monde des sens et univers spirituel. Pour ce faire, l'Adam whitmanien vise à sacraliser ce que la théologie traditionnelle relègue au domaine de l'abject : le corps et ses appétits sexuels.

9Saint Paul résume avec concision le rôle ambigu dévolu à Adam dans la perspective chrétienne : « For as in Adam all die, even so in Christ shall all be made alive » (1 COR 15 : 22) Premier terme d'une téléologie de la rédemption qui voit dans le Péché originel une faute heureuse (felix culpa pour reprendre saint Augustin) car cause première de la rédemption du monde par le Christ, Adam est maintenu, dans la tradition chrétienne, dans le rôle du fauteur, celui qui, sous l'injonction sournoise d'Ève, a précipité l'humanité dans la temporalité et, point important entre tous pour Whitman, dans la sexualité. Adam représente le corps par lequel l'Occident tout entier n'en finit pas de choir avant son rachat par le corps crucifié du Messie. Selon les termes d'Alexis Riaud :

Si le Fils Éternel du Père, le Verbe de Dieu, s'est fait homme et est venu parmi nous, toute l'Écriture, et particulièrement le Nouveau Testament, témoigne que c'est pour sauver l'humanité, la relever après sa chute et lui rendre la sainteté perdue par la faute du premier Adam, à laquelle s'ajoute les fautes personnelles de sa descendance (Riaud, 1996, 27).

10L'Adam whitmanien est proprement prélapsaire. Il est libre de tout sens du péché, jouit d'une sexualité épanouie, et il vit libre et sans contraintes dans l'Éden originel, dont les frontières sont étendues au monde entier :

To the garden the world anew ascending
Potent mates, daughters, sons, preluding,
The love, the life of their bodies, meaning and being,
Curious here behold my resurrection after slumber,
The revolving cycles in their wide sweep having brought me again,
Amorous, mature, all beautiful to me, all wondrous [...]
By my side or back of me Eve following,
Or in front, and I following her just the same
(Whitman, 1973, 90).

  • 10 « Le lecteur uchronique : il laisse de côté l'idée bien peu subtile selon laquelle il y aurait une (...)
  • 11 Samoyault, 2001, 71.

11Adam, à l'identique du poète, est celui qui, par le déroulement de sa parole, hisse à nouveau le monde déchu sur les hauteurs prélapsaires de l'Éden. Le poème cité frappe par son mélange audacieux de références religieuses contradictoires (paradis d'avant le péché originel et résurrection, temps cyclique non-chrétien et temps linéaire chrétien), mais également par la mention de la descendance d'Adam, qui donne son titre, « Children of Adam », à la section du recueil où il apparaît (alors qu'Adam n'engendra dans la Bible qu’après son expulsion de l'Éden). Tout cela révèle de la part de Whitman, pour reprendre les termes de Tiphaine Samoyault10, une lecture de la Bible pratiquée de façon uchronique. Point de cohérence temporelle ou philologique, mais au contraire une recherche de l'anachronisme. Au lecteur, toujours selon la terminologie de Samoyault, de se faire herméneute, de « travaille[r] le sens en le construisant dans l’entre-deux des textes en présences11 ».

12Adam, figure utopique de la sacralité du corps chez Whitman, fait sens dans la mesure où il bouleverse la vision chrétienne d'une nature humaine déchue. Sa parole soustrait le corps au poids de la chute originelle :

Ο something unprov'd ! something in a trance ! [...]
To ascend, to leap to the heavens of the love indicated to me!
To rise thither with my inebriated soul!
(Whitman, 1973, 106)

  • 12 J'emprunte ce développement à Robert Con Davis (Davis, 1997, 39)

13Ce que Whitman retravaille en profondeur, c'est la substance biblique, au sens que les thomistes, dans le sillage d'Aristote, donnaient à ce terme. Whitman par le biais d'Adam, fait coexister des états qui sont antinomiques, et qui, selon la pensée thomiste ne peuvent cohabiter. Un état doit être annulé pour que l'autre puisse être déployé, ce qui constitue à proprement parler la substance de l'Etre.12

  • 13 Voir la section 21 de « Song of Myself », (Whitman, 1973, 48-49).

14Le poète du corps et de l'âme13 investit Adam de la lourde charge d'extirper l'humanité de la faute et de lui rendre son innocence première. Cette innocence s'accompagne d'une indivision fantasmée avec Ève, d'où les innombrables références à l'union et à la fusion des corps. Ainsi dans « From Pent-up Aching Rivers » :

Singing the muscular urge and the blending [...]
The oath of inseparableness of two together, of the woman that loves me and who I love more than my life, that oath swearing
(Whitman, 1973, 91-92).

15Cette indivision signe le retour à la plénitude originelle d'avant la Chute, et garantit à la parole poétique une fécondité décuplée. De la fusion (merge) surgit (emerges) la parole salvatrice :

From the one so unwilling to have me leave, and me just as unwilling to leave [...]
From the hour of shining stars and dropping dews,
From the night a moment emerging flitting out,
Celebrate you act divine and you children prepared for,
And you stalwart loins (Whitman, 1973, 93).

16La figure du nouvel Adam accentue la dimension hautement phallologocentrique, pour reprendre le terme de Derrida, de l'écriture poétique whitmanienne :

Ages and ages returning at intervals,
Undestroy'd, wandering immortal,
Lusty, phallic, with the potent original loins, perfectly sweet,
I, chanter of Adamic songs,
Through the new garden the West, the great cities calling,
Deliriate, thus prelude what is generated, offering these, offering myself,
Bathing myself, bathing my songs in Sex,
Offspring of my loins (Whitman, 1973, 107).

  • 14 Voir Genèse 2 : 19.

17On mesure ici l'intérêt que revêt pour le poète la problématique adamique. Elle lui permet de subvertir la vision puritaine d'une Amérique édénique en exhibant le corps et le phallus du locuteur comme espace, pour le premier, et comme agent, pour le second, de création poétique. Et ce que ce corps nomme (comme Adam les animaux14) et ce que phallus crée (comme Dieu l'univers), c'est la modernité, un nouvel espace (« the new garden the West ») où surgissent les « grandes cités » du nouveau continent américain que vont peupler ses descendants.

  • 15 Voir Samoyault, 2001, 108.

18La transfiguration15 opérée par Whitman tend à actualiser le mythe d'Adam en exprimant un déni de la faute et une revalorisation du corps. Le barde se positionne à la source d'une descendance suscitée par un logos spermatikos qui ordonne le monde sensible en le pénétrant, comme il l'annonçait dans sa préface de 1855. Pourtant, à y regarder de plus près, la vision adamique de Whitman, outre le rôle passif dévolu à Ève, ne saurait cacher les limites de l'entreprise prélapsaire tentée par le poète. Son discours, travaillé par le problème de la descendance, de la fertilité et de l'engendrement, loin de se contenter de subvertir la Bible, voit cette dernière lui imposer en retour des catégories morales qu'une lecture superficielle pourrait croire à jamais anéanties par la poésie. Quand cette dernière affiche haut et fort sa victoire sur le péché et l'hypocrisie morale, affleure dans les vers l'angoisse que suscitent un corps trop beau, trop apollinien et une parole trop radicalement libre. C'est quand la Bible paraît assujettie par la poésie whitmanienne que reviennent en force sens du péché et angoisse existentielle.

LE VICE D'ONAN

  • 16 Nancy, 2000, 25.
  • 17 Voir des poèmes tels que « A Woman Waits for Me » (Whitman, 1973, 101-03.)

19Dans la vision whitmanienne du texte-corps, comme « architectonique du sens16 », le discours adamique-tout comme le discours christique que nous n'avons pas la place d'aborder ici-joue de l'entre-deux, du désir de s'inscrire dans une continuité spirituelle que saura reconnaître le lecteur, et de la vivifier en la reconfigurant de façon quasi blasphématoire. Dans cet espace entre deux corpus textuels où s'ébat et s'exhibe le corps athlétique d'Adam17, le lecteur herméneute saura découvrir de nombreuses poussées centrifuges qui ont la particularité de provenir de la Bible et de contredire par endroits le discours majoritairement prélapsaire de l'ensemble. Dans ces cas-là, l'hypotexte biblique vient imposer à l'hypertexte whitmanien une dimension dialogique qui enrichit le propos tout en paraissant le contredire.

20Dans « I Sing the Body Electric » le poète célèbre l'acte de procréation de la manière suivante :

This is the nucleus — after the child is born of woman, man is bom of woman,
This is the bath of birth, the merge of small and large, and the outlet again (Whitman, 1973, 97).

21Une lecture rapide ne retiendra de ce passage que le cycle des naissances, la fusion des contraires ainsi que les lointains échos wordsworthiens du premier vers. Or « man is born of woman » fait aflfleurer l'hypotexte biblique dans son plus noir pessimisme :

Man that is bom of a woman is of few days, and full of trouble,
He cometh forth like a flower, and is cut down : he fleeth also as a shadow, and continueth not
(JOB 14 : 1-2).

22C'est justement dans le cycle des générations, dans l'exaltation présente du cycle de la vie, que la mort est réintroduite par l'hypotexte refoulé. Le logos poétique masque et dévoile à la fois. Il construit un discours tout en le détruisant. La pratique intertextuelle de Whitman refigure la Bible, l'interroge, et la défigure même, avant de voir cette dernière interroger en retour l'hypertexte poétique. Que tout cela éclate au moment même où le poème s'auto-célèbre comme espace de régénération spirituelle n'en est que plus parlant.

  • 18 Derrida, 1972, 92.

23« Un texte n'est un texte, nous rappelle Derrida, que s'il cache au premier regard, au premier venu, la loi de sa composition et la règle de son jeu » (Derrida 79). Le jeu textuel, plus fécond en lectures que les joutes sexuelles de l'Adam whitmanien, signe l'omniprésence castratrice de la Loi dans Leaves of Grass. Car si, comme l'indique Derrida, « par l'écriture ou par le mythe, se signifient la rupture généalogique et l'éloignement de l'origine18 », c'est justement l'impossibilité pour Leaves of Grass-hypertexte de briser le lien, de se libérer du substrat moral de la Bible-hypotexte que signalent ces nombreux affleurements régressifs. Dans ce contexte, le recours à la figure d'Onan paraît plus révélateur encore que les emprunts à Job. Les nombreux passages consacrés à l'onanisme dans Leaves of Grass font surgir les angoisses créatrices du poète.

  • 19 Genèse 38 : 4-10.

24Le personnage d'Onan n'occupe que deux versets de la Genèse19. Il provoque la colère de Dieu en refusant de féconder la veuve de son frère. Selon la loi juive, sa semence, en effet, aurait perpétué la lignée de ce dernier et non la sienne propre. En gaspillant son sperme, il s'attire la colère de Dieu, et meurt sur le champ. L'onanisme récurrent du locuteur de Leaves of Grass met en péril l'équilibre périlleux de l'ensemble :

The sentries desert every other part of me,
They have left me helpless to a red marauder,
They all come to the headland to witness and assist against me.
I am given up by traitors,
I talk wildly, I have lost my wits, and I nobody else am the greatest traitor,
I went myself first to the headland, my own hands carried me there.

You villain touch ! What are you doing ? My breath is tight in its throat,
Unclench your floodgates, you are too much for me.
(Whitman, 1973, 633-641)

25Ce passage est révélateur d'une schize profondément enracinée dans la psyché du locuteur. Rien ne souille davantage son corps que lui-même. La rhétorique du siège (les sentinelles du premier vers) se charge de sous-entendus bibliques : c'est le corps-Judas qui trahit le poète-Christ (cf. le troisième vers). L'inquiétude séminale que met en évidence ce passage est à rattacher à ce que dit Derrida de l'écriture :

L'écriture et la parole sont donc maintenant deux sortes de traces, deux valeurs de la trace ; l'une, l'écriture, est trace perdue, semence non viable, tout ce qui dans le sperme se dépense sans réserve, force égarée hors du champ de la vie, incapable d'engendrer, de se relever et de se régénérer soi-même. Au contraire, la parole fait fructifier le capital, elle ne dévie pas la puissance séminale vers une jouissance sans paternité. (Derrida, 1972, 176)

26Ce qui travaille le texte whitmanien sous couvert d'onanisme, c'est le problème de l'écriture en tant que trace d'un logos désireux de faire sens et de laisser une empreinte.

27Il est important de noter que cette schize profonde, ce tiraillement du tissu référentiel de Leaves of Grass, jette un éclairage instructif sur le caractère illusoirement performatif des innombrables assertions reproductrices qui parsèment le recueil, — voir « This day I am jetting the stuff of far more arrogant republics » — (Whitman, 1973, 741). Ce phénomène souligne également l'interpénétration des discours qui donnent corps à Leaves of Grass, parmi lesquels s'infiltrent des reformulations modernes de la Loi biblique :

The wretched features of ennuyés, the white features of corpses, the livid faces of drunkards, the sick-gray faces of onanists [...]
(Whitman, 1973 424)

  • 20 Voir Moon, 1991, X.
  • 21 Ce que le poète reconnaît à maintes reprises (cf. « I (...) know my omnivorous lines » (Whitman, 1 (...)

28Ce vers, tiré du poème « The Sleepers », véhicule l'horreur qu'inspirait l'onaniste aux Américains du XIXè siècle, dont certains des détracteurs les plus acharnés étaient des proches du poète et insistaient sur les conséquences irréversibles de cette pratique sur la croissance de ceux et de celles qui la pratiquaient20. Les éruptions spermatiques dans Leaves of Grass révèlent l'impasse dont tente de sortir l'écriture whitmanienne. Comme l'exprime Derrida, « la dissémination ouvre, sans fin, cet accroc de l'écriture qui ne se laisse plus recoudre, le lien où ni le sens, fut-il pluriel, ni aucune forme de présence, n'approche plus la trace » (Derrida, 1972, 233). Le tissu poétique whitmanien, nourri d'une matière référentielle si riche21, risque la déchirure et l'éclatement. L'autre danger qui guette le poète autoproclamé de la jeune République américaine, c'est le solipsisme et la répétition stérile, répétition des modèles ou simplement de soi-même. « L'écriture, nous enseigne encore Derrida dans le sillage de Platon, ne peut que (se) répéter, [...] elle signifie (semainei) toujours le même et [...] elle est un jeu (paidia) » (Derrida, 1972, 90). Le jeu d'amour et de mort auquel s'adonne Whitman, c'est celui de travailler le sens (sema en grec) par la semence (semen en latin), autrement dit de donner une orientation féconde à sa poésie, de susciter une descendance de parole à l'écriture poétique (paidia, jeu en grec, renvoie à pais, enfant) tout en creusant le sillon de la modernité dans le terreau fertile du texte biblique. L'angoisse onaniste, en plus de signaler dans le texte whitmanien l'affleurement de discours moralistes largement partagés par les concitoyens du poète et prétendument dépassés par Leaves of Grass, exprime avec violence la peur du solipsisme et de la stérilité.

ÉROTIQUE DE LA LECTURE

  • 22 Barthes, 1973, 11.

29La seule issue possible au phallologocentrisme exacerbé de l'écriture adamique que pratique Whitman et le seul antidote efficace au venin que répand sournoisement la Loi biblique dans Leaves of Grass réside dans le jeu parodique comme troisième voie/x, un troisième terme qui permet au poète d'imprimer un élan téléologique singulier et potentiellement rédempteur à son œuvre. C'est dans l'érotisation à outrance du corps du locuteur et, par le pouvoir de la métonymie, du texte entier, que Whitman trouve un troisième terme. « [L]e lecteur, nous dit Barthes, il faut que je le cherche, (que je le « drague »), sans savoir où il est. Un espace de la jouissance est alors créé. Ce n'est pas la « personne » de l'autre qui m'est nécessaire, c'est l'espace : la possibilité d'une dialectique du désir, d'une imprévision de la jouissance : que les jeux ne soient pas faits, qu'il y ait jeu » (Barthes, 1973, 11). Le jeu qui consiste à passer de la mort à la vie revient chez Whitman à inscrire le texte dans un double mouvement de désir, désir du lecteur pour le texte et inversement. Leaves of Grass ambitionne d'assouvir l'appétence sexuelle du lecteur, révélant par là même une aptitude à désirer qui dépasse allègrement le précepte Barthésien selon lequel : « [l]e texte que vous écrivez doit me donner la preuve qu'il me désire22 ».

30Le poète, sous les traits transfigurés et passablement flatteurs du locuteur, va littéralement s'incarner dans son poème, dans un passage justement célèbre :

Walt Whitman, a Kosmos, of Manhattan the son,
Turbulent, fleshy, sensual, eating, drinking and breeding,
No sentimentalist, no stander above men and women or apart from them,
No more modest than immodest (Whitman, 1973 52)

31Walter le créateur prend chair en Walt, créature de mots présentée dans sa dimension charnelle et licencieuse. L'accumulation des adjectifs ayant trait aux fonctions corporelles et l'insistance sur l'absence de hiérarchie entre les êtres humains se doublent d'une américanité revendiquée comme constitutive du discours whitmanien (ce qui n'exclut pas l'emprunt du terme kosmos à Humboldt). La parodie de l'incarnation christique signe l'irruption du corps comme espace de jouissance dans le langage whitmanien :

I believe in the flesh and the appetites,
Seeing, hearing, feeling, are miracles, and each part and tag of me is a miracle. (Whitman, 1973, 53)

  • 23 « Le corps jouit de soi en tant que ce soi est joui [...] Cela ne veut pas dire que le coms vienne (...)
  • 24 Voir également ce que dit D. H. Lawrence à ce sujet : « He seeks his consummation through a contin (...)

32La jouissance du corps whitmanien est métaphore de l'accès au sens. Elle est ce par quoi ce dernier se donne littéralement à lire au lecteur. En cela, « le lieu du corps est l'avoir-lieu du sens, absolument » tel que le définit Nancy23. En positionnant le corps de jouissance du poète-locuteur au centre du texte, Leaves of Grass opère une parodie de la transsubstantiation, qui permet au logos d'accueillir la présence réelle. Comme le rappelle Thomas Byers, le vers introductif de « Song of Myself », tel qu'il apparaissait dans l'édition originale de 1855, produisait la venue au monde du locuteur par une formule performative qui avait force de sacrement : « I celebrate myself ». Le corps whitmanien s'engendre, se transfigure et s'adore. « Like the Mass, poursuit Byers, this poetic sacrament [i. e. « Song of Myself »] depends on the transsubstantiation of the symbol into the actual flesh » (Byers, 1989, 42)24.

33Le corps prend dans Leaves of Grass les proportions du texte tout entier :

Behold, I do not give lectures or a little charity,
When I give I give myself.
You there, impotent, loose in the knees,
Open your scarf d chops till I blow grit within you,
Spread your palms and lift the flaps of your pockets,
I am not to be denied, I compel, I have stores plenty and to spare,
And anything I have I bestow (Whitman, 1973, 73-74).

34Le second vers est un écho lointain de la dernière Cène, du Hoc enim est corpus meum dont on nous a parlé ce matin, chargé ici d'évidentes connotations érotiques. Le passage joue sur les références aux miracles accomplis par le Christ tout en insistant, par un retour au spermatique, sur la charge fécondatrice de la parole whitmanienne. La parodie du miracle christique souligne ici le pouvoir régénérateur du corps whitmanien, qui se donne en parole. Nul lieu plus adéquat pour ce corps fait parole que Leaves of Grass offert comme livre-partenaire érotique :

Who is he that would become my follower?
Who would sign himself a candidate for my affections ?

The way is suspicious, the result uncertain, perhaps destructive,
You would have to give up all else, I alone would expect to be your sole and exclusve standard,
Your novitiate would even be long and exhausting. [...]

Or if you will, thrusting me beneath your clothing,
Where I may feel the throbs of your heart or rest upon your hip,
Carry me when you go forth overland and sea;
For thus merely touching you is enough, is best,
And thus touching you would I silently sleep and be carried eternally (Whitman, 1973, 116).

35L'hypotexte biblique -Mathieu 19 ; 16-30- se double d'une forte et audacieuse érotisation du livre whitmanien. Cette opération a lieu par le toucher, qui interroge la notion de limite, cruciale dans la démarche du poète, et qui imprime à l'œuvre un mouvement de Tinter à ce que nous nommerons l'extratextuel. Le toucher, c'est ce qui donne à sentir l'irréductibilité de deux surfaces hétérogènes : la peau du lecteur et la page imprimée. Mais c'est également ce qui, comme ici, ouvre un état de latence, de potentialités d'échanges et de plaisirs réciproques (d'où la référence au contact éternel dans le dernier vers). Cette transitivité serait, selon Nancy, le propre de l'écriture :

[C]e qu'il faut dire, c'est que cela — toucher au corps, toucher le corps, toucher enfin — arrive tout le temps dans l'écriture.
Cela n'arrive peut-être pas exactement dans l'écriture [...] [m]ais en bordure, en limite, en pointe, en extrémité d'écriture, il n'arrive que cela. Il n'arrive donc rien d'autre à l'écriture, s'il lui arrive quelque chose, que de toucher (Nancy, 2000,13).

36Le toucher induit chez Whitman un rapport à double sens : le lecteur manipule physiquement le livre et ce dernier, en retour, s'empare de lui par l'affect.

37Il ne reste plus alors au texte whitmanien qu'à faire sienne la figure du lecteur, à le happer comme il a dévoré le tissu référentiel du monde environnant :

Wherever you are, now I place my hand upon you, that you be my poem,
I whisper with my lips close to you ear,
I have loved many women and men, but I love none better than you (Whitman, 1973, 233).

38Les performatifs signalent l'opération de transsubstantiation en train de s'accomplir. Ce n'est plus tant le corps du locuteur que celui du lecteur-disciple-amant qui est transfiguré pour rejoindre le corps merveilleux du livre. Ce que vise la démarche, c'est d'instaurer un rapport horizontal entre le lecteur et le locuteur :

Camerado, this is no book,
Who touches this touches a man,
(Is it night ? Are we here together alone?)
It is I you hold and who holds you,
I spring from the pages into your arms — decease
calls me forth (Whitman, 1973, 505).

39Le sentimentalisme candide du passage est contrecarré par l'adéquation entre la rencontre avec le lecteur et la mort du locuteur. Cette petite mort métaphorisée par l'union des deux corps discrets (au sens mathématique du terme) n'occulte pas le fait que, de façon paradoxale pour une poésie trop souvent perçue comme autobiographique, entrer dans le texte, c'est en occire le créateur. Introduire son corps désirant dans les poèmes de Leaves of Grass, c'est, pour le lecteur, s'incarner sous les traits du locuteur et donc le déposséder de son corps propre. En cela, le lecteur est indubitablement enfant d'Adam, puisque, à l'instar d'Abel, son expérience du sacré s'écrit par le meurtre. Comme nous le rappelle Nancy, il ne saurait y avoir deux corps au même endroit :

« Deux corps ne peuvent occuper simultanément le même lieu. Et donc, pas vous et moi en même temps au lieu où j'écris, au lieu où vous lisez, où je parle, où vous écoutez. Pas de contact sans écart » (Nancy, 2000, 51).

CONCLUSION

40Ce que met en relief un examen cursif des rapports entre Leaves of Grass et la Bible, en fin de compte, c'est à quel point le texte whitmanien se donne à lire comme espace irrémédiablement ouvert. Cette ouverture se fonde pour Whitman sur la disparition de la frontière entre texte et hors-texte :

Human bodies are words, myriads of words,
(In the best poems re-appears the body, man's or woman's, well-shaped, natural gay,
Every part able, active, receptive, without shame or the need of shame.)
Air, soil, water, fire — those are words,
I myself am a word with them — my qualities interpernetrate with theirs [...] (Whitman, 1973, 220-21).

41L'interpénétration du poème et du monde se fonde sur une absence de hiérarchie ontologique, sur un rapport d'égalité entre les êtres et les choses inhérent à la poésie whitmanienne. La métaphore somatique donne chair aux poèmes et fait de l'univers tout entier un texte sacré et inépuisable.

42Lorsque Whitman parodie le logos divin, c'est pour mieux souligner l'œuvre émancipatrice qu'il cherche à accomplir :

Through me many long dumb voices [...]
Through me forbidden voices,
Voices of sexes and lusts, voices veil'd and I remove the veil,
Voices indecent by me clarified and transfigur'd
(Whitman, 1973, 52-53).

43Ce passage révèle la richesse et la complexité de Leaves of Grass-hypertexte. Parodiant la promesse de Yahvé faite à Moïse sur le mont Sinaï (« Now therefore go, and I will be thy mouth », Exode 4 : 12), le locuteur affirme faire résonner à l'échelle du cosmos les discours refoulés jusqu'alors par la morale d'inspiration judéo-chrétienne. Ce que le texte donne à lire surtout, notamment à travers les angoisses onanistes qui le parcourent, ce sont les dangers que ce foisonnement discursif fait encourir au fragile équilibre de l'ensemble. Le tissu référentiel de Leaves of Grass est si riche et cousu de fils si bigarrés qu'il suffit d'une poussée centrifuge trop forte pour que l'ensemble menace de se déchirer et de révéler la tragique supercherie du corps glorieux whitmanien. Paradoxalement, et c'est là l'une des richesses indiscutables du texte, c'est dans ces moments de crise extrêmes que le poème se révèle le plus fécond, et qu'il interroge le sens avec la plus bouleversante acuité. En cela, l'angoisse spermatique engendre littéralement du sens.

44Ce qu'illustre en fin de compte l'aventure spirituelle entreprise par Whitman, c'est l'inépuisable complexité d'un texte offert comme espace de toutes les appropriations et de tous les possibles :

I believe in you my soul, the other I am must not abase itself to you,
And you must not be abased to the other.
Loafe with me on the grass, loose the stop from your throat,
Not words, not music or rhyme I want, not custom or lecture, not even the best,
Only the lull I like, the hum of your valvèd voice.
(Whitman, 1973, 32-33).

45Dans ce prélude aux ébats amoureux entre le corps et l'âme, il faut lire une invitation mystique lancée à « l'autre je suis », soit la recherche d'une altérité qui fonde le discours et le fasse vivre. Sans la voix réconfortante de l'autre, sans l'irruption, douloureuse mais inéluctable, du prochain, le logos poétique reste lettre morte. Ce que nous révèle Leaves of Grass avec la plus grande lucidité, c'est qu'une fois couché sur le papier, le texte devient l'espace sacré entre tous où le lecteur met inlassablement l'auteur à mort. L'érotisme de Leaves of Grass a pour objet de souligner la corporéité de l'acte de lecture, mais également de tenter d'accommoder deux corps, celui du lecteur et celui de l'auteur, là où, inéluctablement, il n'en saurait exister qu'un seul. La lutte tragique que mène le créateur de Leaves of Grass pour incarner tous les corps et donc survivre dans son texte ne saurait contrevenir à cette vérité. Le combat est perdu d'avance, et il n'est que jeu de l'esprit, fertile en métaphores. Mais il est indispensable à l'édifice tout entier car c'est lui qui, au fil des multiples emprunts référentiels, rend le texte whitmanien cohérent, unique et plus que toujours riche d'enseignements.

Bibliographie

OUVRAGES CITÉS

Barthes Roland, 1973, Le Plaisir du texte, Paris, Éditions du Seuil.

Byers Thomas, 1989, What I Cannot Say, Urbana, University of Illinois Press.

Davis Robert, Con, « Aristotle, Gynecology, and the Body Sick with Desire » in Lefkovitz, Lori Hope, ed., 1997. Textual Bodies, Changing Boundaries of Literary Representation, New York, Knopf, 35-57.

Derrida Jacques, 1972, La Dissémination, Paris, Éditions du Seuil.

Harris W C, 1999, « Whitman's Leaves of Grass and Writing of A New American Bible », Walt Whitman Quarterly Review, Volume 16, III/IV, Winter 1999/Spring 1999, 172-90.

Moon Michael, 1991, Disseminating Whitman. Revision and Corporeality in Leaves of Grass, Cambridge, Mass, Harvard University Press.

Nancy Jean-Claude, 2000, Corpus, Paris, Éditions Métailé.

Perlman Jim, Ed Folsom & Dan Campion, eds., 1998 (— 1981), Walt Whitman : The Measure of His Song, Duluth, Minnesota, Holy Cow ! Press.

Reynolds David, 1996, Whitman's America, A Cultural Biography,. New York, Knopf.

Riaud Alexis, 1996, La triple mission du verbe incarné, Paris, Éditions F. -X. de Guibert.

Samoyault Tiphaine, 2001, L'Intertextualité, mémoire de la littérature, Paris, Nathan.

Whitman Walt, 1973 (— 1965), Leaves of Grass, Bradley, Sculley & Harold W. Blodgett, eds., New York, WWW. Norton.

—, 1989, Feuilles d'herbe, Jacques Darras, trad. Paris, Grasset.

Notes

1 Harris, 1999, 173-74.

2 Whitman, 1973, 720.

3 Whitman, 1973, 716.

4 « Starting from Paumanok » vers 94 (Whitman, 1973, 50).

5 Voir Whitman, 1973, 711-729.

6 Il faudra attendre 1871 pour que Whitman corrige l'erreur dans « By Blue Ontario's Shore », transcription versifiée et amplifiée de la préface de 1855.

7 Voir Whitman, 1989, 118.

8 Voir « Song of Myself », sec. 21. (Whitman, 1973, 48-49).

9 Nancy, 2000, 17.

10 « Le lecteur uchronique : il laisse de côté l'idée bien peu subtile selon laquelle il y aurait une intemporalité de l'œuvre d'art pour privilégier celle de détemporalisation des textes dans les opérations successives de lecture » (Samoyault, 2001,71).

11 Samoyault, 2001, 71.

12 J'emprunte ce développement à Robert Con Davis (Davis, 1997, 39)

13 Voir la section 21 de « Song of Myself », (Whitman, 1973, 48-49).

14 Voir Genèse 2 : 19.

15 Voir Samoyault, 2001, 108.

16 Nancy, 2000, 25.

17 Voir des poèmes tels que « A Woman Waits for Me » (Whitman, 1973, 101-03.)

18 Derrida, 1972, 92.

19 Genèse 38 : 4-10.

20 Voir Moon, 1991, X.

21 Ce que le poète reconnaît à maintes reprises (cf. « I (...) know my omnivorous lines » (Whitman, 1973, XX).

22 Barthes, 1973, 11.

23 « Le corps jouit de soi en tant que ce soi est joui [...] Cela ne veut pas dire que le coms vienne avant le sens, comme sa préhistoire obscure ou comme son attestation préontologique. Non, il lui donne lieu, absolument. Ni antérieur, ni postérieur, le lieu du coms est l'avoir-lieu du sens, absolument » Nancy, 2000, 103.

24 Voir également ce que dit D. H. Lawrence à ce sujet : « He seeks his consummation through a continual ecstasy : the ecstasy of giving himself, and of being taken. The ecstasy of his own reaping and merging with another, with others ; the sword-cut of sensual death. Whitman's motion is always the motion of giving himself. This is my body — take and eat. It is the great sacrament », D. H. Lawrence, in Perlman, 1998, 129.

Auteur

GRAATEA 2113
partage ses activités de recherche entre l'écriture poétique (Robert Lowell et Walt Whitman) et la prose américaine contemporaine (Richard Powers, Rikki Ducornet et Gary Lutz). Il a publié chez Belin en 2002 « Walt Whitman, poète-cosmos » et prépare actuellement une traduction de la première édition de Leaves of Grass. Il est maître de conférences à l'université François-Rabelais de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540