Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stories For Children, Histories of Childhood / Histoires d'enfant, histoires d'enfance. Tome II

 | 
Rosie Findlay
, 
Sébastien Salbayre

La civilité puérile et honnête de Maurice Boutet de Monvel ; contraintes bourgeoises et turbulence enfantine

Isabelle Nieres-Chevrel

Résumé

In 1887, the publisher Eugène Plon brings out in Paris La Civilité puérile et honnête, expliquée par l’oncle Eugène (that means himself), a picture-book illustrated by the famous French artist Maurice Boutet de Monvel. The title links this picture-book to a long French tradition of books of Courtesy, inherited from the De Civilitate morum puerilium (1530) by Erasmus, but quite old-fashioned by the end of the century. This paper examines how Boutet de Monvel, in spite of a co-called classical "handbook of manners" introduces a constant ironic comment of "good manners" taught to children of the upper middleclasses, and how the artist stands up for children againts grown-ups’ injonctions. Boutet de Monvel uses with a tremendous skill the frame of the book – left and right pages facing each other – to lay out his couples of "do" and "don’t". It is, of course, much funnier to be a naughty child than a good bunny. Boutet de Monvel’s choices do not contradict Oncle Eugène’s advice, for instance being not unworthy of Lewis Carroll’s. In its diversion of the tradition, this Civilité puérile et honnête may be considered as a testimony of a new image of the child, an image more respectful of his rights to live the time of his childhood... as a child.

Texte intégral

  • 1 Maurice Boutet de Monvel (1851-1913). La Civilité puérile et honnête fut très célèbre en son temps. (...)
  • 2 Le titre complet du livre de Claude Hours de Calviac est La Civile honnêteté pour les enfants, avec (...)
  • 3 Alain Montandon [éd.], Bibliographie des traités de savoir-vivre en Europe du Moyen Age à nos jours (...)

1En 1887, la maison d’édition Plon et Nourrit publie à Paris La Civilité puérile et honnête expliquée par l’oncle Eugène et illustrée par le grand artiste français Maurice Boutet de Monvel1. Le titre inscrit cet album dans une longue tradition qui remonte à Erasme, dont l’ouvrage De Civilitate morum puerilium (1530) est traduit en français en 1537 sous le titre La Civilité puérile. Le texte d’Erasme est librement imité en 1559 par Claude Hours de Calviac sous le titre La Civile honnêteté pour les enfants. Ces deux expressions - qui correspondent à ce que les Anglais appellent Books of Courtesy - sont constamment reprises ou combinées jusqu’au milieu du XIXe siècle pour titrer de petits livres qui mêlent l’apprentissage des rudiments (lire et compter) et celui des bonnes manières2. Mais dès les années 1860, la dénomination ne désigne plus que des livres diffusés dans le circuit populaire ; elle disparaît du circuit lettré où elle se voit remplacée par le syntagme « manuel de savoir-vivre »3. L’expression Civilité puérile et honnête est donc devenue totalement désuète lorsque l’oncle Eugène et Maurice Boutet de Monvel la reprennent pour titrer un livre très soigné qui est à l’évidence destiné aux enfants de la bourgeoisie aisée.

2Le titre explicite l’appartenance de l’album à un genre devenu caduc. Nous pouvons émettre l’hypothèse qu’il y ait quelque malice dans cette reprise. Décider d’écrire une Civilité puérile et honnête, c’est a priori adopter la position d’un adulte qui transmet aux enfants des règles de savoir-vivre et des codes de vie sociale sous la forme d’un discours normatif du type « Faites / ne faites pas ». D’ordinaire, ces livres ne sont pas illustrés. Pourquoi ce petit traité de bonnes manières se présente-t-il sous la forme d’un album ? Quelle fonction est ici dévolue aux illustrations ? De quel type de commentaire visuel Maurice Boutet de Monvel vient-il doubler les conseils donnés par le texte ?

3Je me propose de montrer comment, sous couvert d’un projet classique de savoir-vivre destiné aux enfants de la riche bourgeoisie urbaine, les conseils de l’oncle Eugène et leur mise en images par Maurice Boutet de Monvel introduisent un commentaire ironique des normes de la politesse bourgeoise et prennent le parti des enfants contre les injonctions des grandes personnes.

I. Une civilité puérile et honnête

  • 4 Ces conseils adressés aux enfants sont très fréquents dans toute la littérature de l’époque. Il sem (...)

4L’auteur du texte est l’éditeur Eugène Plon lui-même (1836-1893). Il ne retient de la tradition des Civilités puériles et honnêtes que la part qui relève des bonnes manières. Il organise son propos en cinq rubriques : « Propreté est politesse ; Les devoirs de convenances à la maison ; La bonne tenue à table ; La civilité en promenade et en visite ; La courtoisie entre enfants ».4 La quatrième rubrique souligne que le propos concerne une bourgeoisie urbaine aisée. L’espace est exclusivement familial ; la vie de collège (pour les seuls garçons) n’est que très rapidement évoquée. On est frappé par l’absence de toute référence religieuse : on ne trouve pas même une petite prière du soir.

  • 5 Le chiffre qui suit chaque citation est celui de la page de l’album.

5La voix adulte s’adresse aux lecteurs enfants. Elle les prend à témoin soit par l’emploi d’un « vous » qui les met en scène (« Si cependant un jour, il vous arrive, en vous traînant par terre... », 8)5, soit par une référence fictive à des enfants qui se sont bien ou mal conduits en telle ou telle circonstance. L’individualisation des enfants se réduit à leur seul prénom. La distribution de ces prénoms manifeste toutefois un souci de cohérence : Pierre et Jeanne reviennent à quatre reprises pour illustrer les bonnes conduites ; tous les autres illustrent des sottises avec un privilège pour un certain Paul que l’on retrouve cinq fois. Bonnes et mauvaises conduites s’opposent le plus souvent terme à terme.

6Les normes d’éducation définissent les frontières sociales et les espaces qui sont communs à un groupe. Le texte souligne, à l’occasion des « manières de table », que c’est l’éducation qui fonderait l’opposition nature et culture.

Une affaire assez importante est celle de prendre ses repas ; une autre qui ne l’est pas moins, c’est de le faire avec bienséance.
Il ne s’agit pas, en effet, de se comporter comme les petits et les gros chiens, qui se jettent gloutonnement sur leur pâtée, ou se battent entre eux pour se disputer les meilleurs morceaux et s’arracher les os à croquer
Les gens bien élevés ne s’y prennent pas comme les animaux. » (26)

7Dans la perspective de l’époque, l’opposition recoupe quasiment celle du « civilisé » et du « sauvage ». L’oncle Eugène précise trois pages plus loin que la fourchette est là « pour vous permettre de manger votre viande et vos légumes, que vous ne devez jamais prendre à poigne-main pour la mettre dans votre bouche, comme font les sauvages de l’Afrique et de l’Océanie » (29).

8Mais à l’intérieur de ce « civilisé », l’oncle Eugène distingue bien évidemment les enfants du peuple et ceux de la bourgeoisie. La frontière des classes sociales est rappelée à trois reprises. L’album s’ouvre sur l’évocation :

[D]e pauvres petits, gardeurs de vaches ou gardeurs d’oies, en sabots ou même pieds nus. Ils ont les cheveux ébouriffés, les mains noires, le nez affreusement sale. Les uns ne sont débarbouillés que le dimanche, les autres ne le sont jamais. Plaignons-les. Leurs parents, les uns négligents, les autres empêchés par leur travail, ne savent pas ou ne peuvent pas s’occuper d’eux.
Pour vous, qui avez le bonheur de posséder de gentilles mamans, des bonnes soigneuses, la civilité exige que vous soyez toujours propres... ou à peu près. (7-8)

9Il ne faut pas que le petit lecteur fasse comme Paul, qui « a la manie », nous dit le texte, « de s’essuyer le nez en le frottant sur la manche de sa blouse, comme le ferait un petit paysan » (11). Il s’agit clairement ici d’abandonner un comportement de classe d’âge pour se plier aux normes de sa classe sociale.

10On passe au chapitre suivant de la campagne à la ville avec deux gamins des rues qui jouent à exciter un chien contre un petit pâtissier Ce n’est pas la saleté des deux garnements qui est cette fois mise en avant, mais leur liberté, même si celle-ci est utilisée à bien mauvais escient. On peut noter que l’oncle Eugène élude la frontière fondamentale, celle de l’économique : les petits paysans et le mitron sont dans le monde du travail et non dans celui du loisir et du jeu.

11La distinction des classes sociales régit aussi les rapports entre enfants et adultes. Si un enfant « bien élevé » dit bonjour à son père et l’embrasse chaque matin, il est exclu qu’il fasse de même avec le commissionnaire qui vient déposer un paquet dans l’antichambre. Il manifesterait là son ignorance des codes. La mise en page de Maurice Boutet de Monvel souligne fortement cette opposition en plaçant les deux adultes en position symétrique par rapport à la pliure centrale de l’album.

Collection privée.

12Pourrait-il y avoir également des normes de politesse internes à une classe d’âge ? L’oncle Eugène s’attache dans la dernière partie de son texte à définir les règles de civilité qui devraient régir les loisirs et les jeux des enfants : prêter sa poupée à la petite fille en visite, ne pas « prétendre garder toujours pour soi-même le meilleur rôle dans tous les jeux » (44), ne pas se mettre en colère lorsque l’on perd à un jeu, que ce soit en famille ou entre amis.

13Tous ces conseils visent à faire des petits lecteurs des enfants « polis », « bien élevés », « comme il faut » afin que tous deviennent – à l’âge adulte – « de grandes jeunes filles très-bien élevées, ou des jeunes gens très comme il faut » (47). Ces qualificatifs soulignent le poids de la conformité sociale qui vise à construire les codes de reconnaissance d’un groupe. Il faut souligner enfin que les conseils de l’oncle Eugène portent essentiellement sur le contrôle du corps et sur l’intériorisation des codes de politesse. Dans ce monde « comme il faut », l’apparence est reine. C’est bien ce que Maurice Boutet de Monvel met d’emblée en avant quand il figure chaque entrée de chapitre comme un décor de théâtre que les personnages vont ensuite venir animer.

II. La mise en images de Boutet de Monvel

  • 6 Les motifs rappellent la toile des couvertures que Boutet de Monvel dessina lui-même pour ses deux (...)

14On est immédiatement frappé par l’espace dans lequel Boutet de Monvel inscrit ses personnages. Il dessine des enfants enfermés. Comme dans ses illustrations antérieures, il utilise un point de vue frontal et une absence de profondeur. Ses enfants se retrouvent « coincés » chez eux entre le cadre inférieur de l’image et de hauts murs couverts de lambris, de toiles ou de papiers peints à motifs6. Les portes et les fenêtres sont closes. Il est remarquable que la seule porte entr’ouverte soit celle qui fait communiquer les classes sociales. L’extérieur est à peine plus ouvert. La profondeur d’un parc (le jardin du Luxembourg ?) est arrêtée par une balustrade, la rue est bordée par un mur ou une grille. Les deux seuls espaces profonds et ouverts mettent en scène des enfants dehors et entre eux : un pré, une plage. Sur la plage, un frère aîné se charge de punir son jeune frère qui embête les petits : c’est la loi du plus fort... mais pour la bonne cause.

15Les livres de civilités sont des livres dans lesquels le texte se suffit à lui-même, puisque le propos relève tout entier de l’injonction : « Faites ; ne faites pas ». Les illustrations pourraient n’être que la visualisation redondante des recommandations données par le texte. Tel n’est évidemment pas le projet de Maurice Boutet de Monvel. Il s’agit pour lui d’utiliser l’image pour montrer sans dire les failles de cette imposition adulte pleine de certitudes.

16Boutet de Monvel possède déjà une longue expérience d’illustrateur. Il a acquis, à l’occasion de ses deux recueils de chansons, Vieilles chansons pour les petits enfants (1883) et Chansons de France pour les petits Français (1884), une intelligence de la mise en page qu’il pousse encore plus avant dans sa Civilité. C’est par contre la première fois qu’il imagine une couverture illustrée. Deux enfants, en costumes du XVIIIe siècle, miment les politesses mondaines des grandes personnes : le petit garçon fait le baisemain. L’image suggère que nous sommes au théâtre, dans le mimétisme et le jeu des apparences. Nous sourions de l’écart entre les corps enfantins et cette gestuelle d’adultes. Mais nous savons que les enfants peuvent jouer à imiter les grandes personnes ; jusque dans ce jeu, ils manifestent qu’ils sont des enfants ! Tout le propos de Boutet de Monvel est en germe dans cette couverture. Sa transposition graphique des conseils de l’oncle Eugène va mettre en scène l’inlassable combat entre les prescriptions adultes et la turbulence enfantine.

17Maurice Boutet de Monvel reprend le mode de représentation des enfants que nous trouvons dans ses deux recueils de chansons. Il dessine des enfants aux traits réguliers, que seules leurs silhouettes et leurs actes définissent comme des enfants. Cette absence d’individualisation s’accorde avec les héros interchangeables des anecdotes imaginées par l’oncle Eugène et avec l’auditeur anonyme auquel s’adresse la voix du texte.

18Comme tous les textes de civilités, celui de l’oncle Eugène ne cesse d’énumérer des interdits : « En attendant qu’on vous serve, ne vous accoudez pas sur la table, ne vous étendez pas sur la nappe, comme si vous vouliez vous endormir sur un lit » (30). Ce simple exemple confirme la remarque du grand linguiste Emile Benveniste. Celui-ci souligne que la particularité linguistique de la tournure négative est d’être nécessairement construite à partir de la formulation positive :

  • 7 Emile Benveniste, Problèmes de linguistique générale, Gallimard, 1966, p. 84.

La caractéristique de la négation linguistique est qu’elle ne peut annuler que ce qui est énoncé, qu’elle doit poser explicitement pour supprimer, qu’un jugement de non-existence a nécessairement aussi le statut formel d’un jugement d’existence. Ainsi la négation est d’abord admission.7

19Or l’image ignore la forme négative. Elle ne peut que fabriquer du « réel », fusse la réalité de ce qui devrait ne pas être ! Maurice Boutet de Monvel va largement utiliser cette spécificité de l’image et représenter un large éventail de bêtises. La double page lui permet d’aller plus loin encore, et d’opposer terme à terme la bonne conduite et la mauvaise. Il va magistralement utiliser le diptyque que lui offre la structure même du livre, avec ses pages de gauche et ses pages de droite en vis-à-vis. La pliure du livre se confond avec l’axe de symétrie centrale : la symétrie du mobilier, la reprise des couleurs et des silhouettes, tout contribue à souligner l’opposition entre la mauvaise conduite et la bonne. Mais, au lieu de placer le mauvais exemple sur la page de gauche et le bon exemple sur la page de droite - ce qui arrête l’attention sur le bon exemple, Maurice Boutet de Monvel choisit de préférence la disposition inverse : il place la bonne conduite sur la page de gauche et la transgression sur la page de droite. La symétrie peut inclure jusqu’aux menus objets de l’étagère si bien que l’image suggère non pas qu’il s’agit de deux enfants différents, mais deux conduites entre lesquelles le même enfant doit choisir.

Collection privée.

20Cette mise en images correspond très précisément à l’usage que l’oncle Eugène fait du « vous » dans son texte :

Vous devez [...] être tout à votre travail, selon l’exemple que vous en donne ce bon petit Pierre ; et lors même que, par hasard, la leçon ne vous amuserait pas beaucoup, vous ne devriez jamais pour cela vous mettre à bâiller comme le fait monsieur Paul, à vous détirer, à pousser des soupirs capables de laisser supposer à votre maître que vous vous ennuyez, car vous risquez de lui faire une grave offense. (20-21)

21On voit comment l’organisation de la double page, l’emprunt aux procédés de la caricature et le sens de la lecture de la gauche vers la droite se conjuguent pour mettre en valeur le mauvais exemple. Le lecteur y gagne bien sûr un évident plaisir de la transgression.

22Lorsque la page de droite est choisie pour mettre en scène le bon exemple, l’adulte ne doit pas se rassurer trop vite. Que l’on tourne la page et l’on découvre que c’était le calme avant la tempête. Le texte nous dit que Jeanne se conduit toujours très sagement lorsqu’elle accompagne sa mère en visite. Mais l’image nous montre quel en est le prix. Les mères papotent, Jeanne est comme oubliée. Centrée dans la page, immobile sur son pouf, la fillette se tourne vers nous et nous prend à témoin de son ennui. On tourne la page et, cette fois, c’est Berthe qui accompagne sa mère « [...] en visite chez une dame, elle veut jouer avec un plateau de jolie porcelaine de Chine ; elle le laisse tomber et casse tout. Vous pensez si sa mère fut contrariée » (40). Le moins que l’on puisse dire, c’est que Berthe a su se rendre visible et se rappeler à l’attention des adultes !

Collection privée.

23Jeanne sait parfaitement glisser un tabouret sous les pieds d’une dame en visite. Nous tournons la page pour découvrir qu’il en va bien autrement de son frère André, qui retire la chaise à l’instant même où l’ami de son père s’apprête à s’asseoir. « André est désolé de sa maladresse et de sa distraction, car le pauvre monsieur s’est fait bien mal et, pour sûr, n’est pas trop content » (18). Si André est désolé, ne serions-nous pas plutôt tentés de rire ? Que nous soyons adulte ou enfant, ce rire est la revanche de notre infériorité infantile sur la toute-puissance adulte. Là où l’oncle Eugène parle d’étourderie, Maurice Boutet de Monvel nous suggère plutôt qu’il pourrait s’agir de quelque malice.

  • 8 Il est significatif qu’entre une partie de cartes avec les parents et entre enfants, l’illustrateur (...)
  • 9 Le retour au calme avec l’heure du coucher est annoncé par le lit de la poupée qui est comme une ve (...)

24Les bêtises sur lesquelles s’attarde Boutet de Monvel relèvent moins de la maladresse ou de l’ignorance des codes que de l’inépuisable énergie enfantine et des plaisirs de la transgression. Que l’on soit enfant du peuple ou de la bourgeoisie, il est plaisant d’exciter un petit chien et de tirer la langue aux passants. Toute la construction de l’album va dans ce sens. Les adultes sont exclus de la fin de l’album qui est consacrée aux devoirs de politesse entre enfants8. Passé la page d’introduction où une fillette prête bien gentiment sa poupée à son invitée, les rapports tournent bien vite à la bagarre et au chahut général, avant un retour au calme qui annonce la fin de l’album9. Parents, voyez comment se comportent vos petits chéris quand ils échappent à votre vigilance !

25L’adulte n’est, par contre, jamais loin dans les quatre premières parties de l’album. La leçon de maintien nous rappelle que l’éducation est largement une imitation des gestes adultes et le plus jeune des enfants nous prend à témoin de sa difficulté à coordonner ses gestes. L’imitation est totalement intériorisée par la petite fille qui boutonne son gant à l’unisson de sa mère. Mais Boutet de Monvel nous suggère pourtant qu’adultes et enfants sont comme deux mondes qui se côtoient sans se voir. La mère, derrière un rideau, tend un mouchoir ou détourne son regard. Elle enfile son gant sans jeter un regard sur sa fille ou bien elle l’oublie, tant elle bavarde. Seules les nounous et les bonnes sont proches du corps de l’enfant, ce qui est d’ailleurs sans doute largement conforme à la réalité de l’époque. Un père reçoit un baiser de son petit garçon, mais tel autre semble ignorer ses deux fils. Le promeneur ne voit pas le jeune Paul qui se mouche dans son foulard, non plus d’ailleurs que la nounou sur son banc. Quant au monde des adultes, il est comme caché aux enfants. Dans les trois grandes scènes de repas, les cartouches du texte restreignent la vision que l’enfant peut avoir des grandes personnes, au point que celles-ci ne constituent qu’une masse anonyme.

Collection privée.

26Le bon enfant est-il celui qui ne se fait pas remarquer, celui que l’on ne voit pas ?

Ne quittez jamais la table que dans des circonstances impérieuses et légitimes. Si vous sentez que cela est indispensable, éloignez-vous à temps, et, par discrétion, évitez, autant que possible, de faire remarquer votre brusque départ. (30)

27En se faufilant derrière les chaises, le garçonnet n’est pas vu, et il ne voit pas. Il ne voit pas ce que nous voyons : l’œil du jaloux entre les deux branches d’un chandelier dont le pied est orné d’un satyre, l’homme galant qui verse du champagne dans la coupe de sa belle voisine ! Sous la politesse lisse des adultes, y aurait-il donc pour eux aussi des zones de turbulence ?

28Rien dans ce clin d’œil n’est imposé par le texte. Est-ce à dire que l’illustrateur outrepasse ce que le texte autorise ? Boutet de Monvel déploie-t-il une ironie graphique qui viserait à contredire le projet éducatif de l’oncle Eugène ?

III. Un désordre bien tempéré

29Il n’en est rien. La référence à Horace portée sur la page de titre intérieur (« Castigat ridendo mores ») annonçe dès l’ouverture de l’album une pédagogie du détour souriant et le texte de l’oncle Eugène se révèle à bien des égards aussi impertinent que les illustrations de Maurice Boutet de Monvel. L’album est construit sur une complicité et une répartition des rôles entre l’écrivain et l’artiste. A Maurice Boutet de Monvel revient le silence du commentaire visuel ; à l’oncle Eugène, l’ironie discrète de l’euphémisme et la litote.

Si vous êtes un peu enrhumé, prenez soin de ne pas éternuer dans l’assiette de votre voisin, qui n’est pas destinée à recevoir une telle sauce. (28)

30Certains des conseils de l’oncle Eugène ne seraient pas désavoués par Lewis Carroll.

Dehors, comme à la maison, si vous voulez nous en croire, jeunes enfants, vous éviterez de déchirer les robes des dames, car on a remarqué que, le plus souvent, cela les contrarie. (30)

31Mon conseil préféré constitue la chute d’une histoire en trois tableaux. Trois enfants lèchent la confiture qui est sur leur tartine, puis les deux aînés tentent de se débarrasser de cette tranche de pain devenue moins intéressante en la proposant à leur petit frère.

Henri fait une mine dégoûtée, et il a raison. Ce sont Louise et Maurice qui ont tort, car il est impoli, on pourrait dire grossier, d’offrir à un camarade, lors même que c’est un petit frère, une tartine que l’on a léchée. (34)

32J’ai cité plus haut un passage sur la manière de se conduire avec les professeurs. En voici la dernière phrase :

La leçon finie, vous devez reconduire votre professeur jusqu’à la porte, sans jamais lui dire un mot qui puisse l’amener à croire que vous avez trouvé la leçon trop longue, ou que vous étiez impatient qu’elle fût terminée pour aller jouer aux billes ou à la toupie. (21)

33L’oncle Eugène reconnaît que l’enfant se conformerait ici à une conduite qui n’engage pas la vérité de ses sentiments intimes. Il est tentant d’en conclure que la politesse se réduit à un jeu des apparences, qu’elle n’est qu’une hypocrisie sociale sans générosité effective. C’est sans doute pour cela qu’Eugène Plon souligne en une occasion la dimension morale de la politesse, à propos de la courtoisie entre enfants :

Il est fort bien [...] de céder un peu la place aux autres, afin que chacun puisse avoir son tour et en être satisfait.
C’est dans une excellente pensée que ce bon Pierre, quand il joue à courir avec de plus petits que lui, ne manque pas de se laisser atteindre quelquefois par eux, ce qui les rend tout fiers d’avoir pu attraper un grand. Et il est content lui-même de les avoir rendus si heureux. (44)

34Il s’agit dans cette suggestion d’avoir le souci d’autrui et non le souci de l’apparence que l’on va offrir de soi-même à autrui. Si cette conduite est facile à formuler, elle est du même coup difficile à représenter. Pour accompagner le passage d’où j’ai extrait cette citation, Maurice Boutet de Monvel a préféré mettre en image une belle scène de dispute.

  • 10 Dans Les infortunes de Touche-à-tout (1861), le héros a la mauvaise habitude de mettre constamment (...)

35L’usage de l’image comme actualisation de la transgression enfantine remonte en France aux années 1860 lorsque Trim (Louis Ratisbonne) traduisit Der Struwwelpeter de l’Allemand Heinrich Hoffmann et qu’une édition en fut publié chez Hachette sous le titre Pierre l’ébouriffé ; joyeuses histoires et images drolatiques pour les enfants de 3 à 6 ans. Cet album fut à l’origine des quatorze « Albums Trim », parus entre 1860 et 1867, qui rivalisent à mettre en scène des sottises enfantines selon de fort improbables hyperboles narratives ou iconographiques10. Rien de tel vingt ans plus tard. Soucieux d’harmoniser graphiquement son album, Maurice Boutet de Monvel réduit la tension entre ordre et désordre en esthétisant l’univers de ses personnages. Le texte nous dit que Joseph a maculé de noir les meubles du salon. On constate que Boutet de Monvel a transmué la bêtise en une frise de « mains positives », pour reprendre l’expression utilisée pour l’art pariétal.

Collection privée.

36Même les petits paysans de la première illustration sont charmants.

Collection privée.

37Ils ne sont ni crasseux ni repoussants, et Boutet de Monvel les inscrit eux aussi dans une organisation rythmée avec un triplement des enfants, des oies, des arbres et des maisons au loin. Leur présence en ouverture de l’album vient pleinement confirmer le propos de Hugh Cunningham sur l’usage des enfants pauvres dans la littérature de jeunesse au XIXe siècle : « Au malheur des petits pauvres, petits lecteurs riches, mesurez votre bonheur ! »

38La Civilité puérile et honnête d’Eugène Plon et Maurice Boutet de Monvel fait entrer en conflit deux images de l’enfance. Les adultes rêvent d’enfants qui ne remuent pas, qui ne salissent pas et, surtout, qui ne dérangent pas. Un enfant « comme il faut », non seulement ne trouble pas l’ordre adulte, mais il prolonge l’image sociale que les parents souhaitent donner d’eux-mêmes. Jeanne est parfaite en visite : « Sa maman a tout plaisir à l’emmener, car elle n’en reçoit que des compliments » (39). A cet idéal confortable, les illustrations de Maurice Boutet de Monvel opposent une mise en scène de la turbulence et la vitalité enfantine. Alors même qu’il avait déjà mis au point dans ses illustrations antérieures le prototype de l’enfant « sage comme une image », il prête ici aux enfants une gesticulation et un désordre hyperboliques. Les enfants sont le visible désordre de l’ordre bourgeois. Quant à l’oncle Eugène, son usage constant des tournures négatives souligne que l’interdit doit inlassablement être reformulé pour, inlassablement, endiguer l’énergie du désir.

39La conciliation de ces deux images de l’enfance se fait sous l’égide d’Horace. L’album est loin de prêcher la révolte. Il construit un compromis entre la reconnaissance de l’énergie de l’enfant et son inévitable socialisation. Les deux auteurs savent bien que les enfants lecteurs finiront par intérioriser les injonctions parentales. Mais le texte et l’image leur offrent l’espace d’une lecture une transgression fictive : de petits héros de papier se chargent de réaliser ce qu’eux-mêmes seraient loin de toujours oser faire. Rire permet de prendre un peu de distance pour mieux se plier aux conventions sociales sans en être tout à fait dupe. Dans son détournement de la tradition, cette Civilité puérile et honnête témoigne avec esprit de l’émergence d’une nouvelle image de l’enfant, plus respectueuse des droits de celui-ci à vivre comme un enfant son temps d’enfance.

Notes

1 Maurice Boutet de Monvel (1851-1913). La Civilité puérile et honnête fut très célèbre en son temps. Elle connut une édition américaine, Good Children and Bad. A Book for Both. (New York, Cassel, 1890) et une édition allemande, Der gute Ton fûr die Kinderwelt, réalisée chez Plon à Paris en 1890. Pour une vue d’ensemble de l’œuvre de Maurice Boutet de Monvel, je renvoie à l’excellente étude de Friedrich C. Heller, « Maurice Boutet de Monvel, illustrateur de livres d’enfant », Revue de ta Bibliothèque nationale, n° 27 – printemps 1988, pp. 14-25.

2 Le titre complet du livre de Claude Hours de Calviac est La Civile honnêteté pour les enfants, avec la manière d’apprendre à bien lire, prononcer et écrire qu’avons mis au commencement.

3 Alain Montandon [éd.], Bibliographie des traités de savoir-vivre en Europe du Moyen Age à nos jours, tome I : France-Angleterre-Allemagne. Université Blaise Pascal, 1995. La Civilité honneste pour l’instruction des enfans... éditée à Troyes en 1714 par la veuve Garnier est inlassablement rééditée partout en France jusque dans les années 1860. Sur l’histoire des livres de civilités, on peut se reporter au livre de Roger Chartier, Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime (Paris, Seuil, 1987 ; chapitre 2).

4 Ces conseils adressés aux enfants sont très fréquents dans toute la littérature de l’époque. Il semble même qu’un des exemples de bonne conduite avancés par l’oncle Eugène soit inspiré par La Comédie enfantine de Louis Ratisbonne, publiée initialement chez Lévy frères en 1861 et que Maurice Boutet de Monvel illustra en 1881 pour une édition publiée chez Delagrave. Une des parties du poème de Ratisbonne, Le Gourmand, s’intitule « On ne demande rien à table ». Ratisbonne écrit : « Maman, j’aurais du bœuf, n’est-ce pas ?/-Tu sais bien/que lorsqu’on demande, on n’a rien. / - Je ne demanderai plus rien, ma bonne maman. / - On ne met pas non plus sa main dans la salière ;/Qu’as-tu besoin de sel ? Je ne puis deviner.../Maman, c’est pour le bœuf... que tu vas me donner ». L’anecdote est reprise en écho par l’oncle Eugène « Un petit garçon qu’on avait oublié de servir et qui ne voulait rien demander, parce qu’il savait que ce n’est pas convenable, eut la bonne idée de prendre quelques grains de sel dans la salière qui se trouvait devant lui et de les mettre dans son assiette. Son voisin voulut savoir pourquoi il avait pris du sel, n’ayant rien à manger. Il répondit « C’est pour saler le gigot que papa va me donner tout à l’heure » (28).

5 Le chiffre qui suit chaque citation est celui de la page de l’album.

6 Les motifs rappellent la toile des couvertures que Boutet de Monvel dessina lui-même pour ses deux recueils de chansons.

7 Emile Benveniste, Problèmes de linguistique générale, Gallimard, 1966, p. 84.

8 Il est significatif qu’entre une partie de cartes avec les parents et entre enfants, l’illustrateur a choisi la seconde situation.

9 Le retour au calme avec l’heure du coucher est annoncé par le lit de la poupée qui est comme une version miniaturisée du lit de l’enfant.

10 Dans Les infortunes de Touche-à-tout (1861), le héros a la mauvaise habitude de mettre constamment ses doigts dans son nez ; celui-ci grossit au point que le garçon doit le porter devant lui dans une brouette !

Table des illustrations

Légende Collection privée.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/4980/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Collection privée.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/4980/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Collection privée.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/4980/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Collection privée.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/4980/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Collection privée.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/4980/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Collection privée.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/4980/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 153k

Auteur

Is emeritus professor of comparative literature at the University of Rennes II, France. Her main interests include children’s literature from a literary and historical point of view, reception, adaptation and translation, as well as the relationship between text and pictures. She has written extensively on Lewis Carroll, Sophie de Ségur, Maurice Boutet de Monvel, Beatrix Potter, Jean de Brunhoff and Maurice Sendak.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540