Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume 2

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

IV. Cultures urbanistiques : des sources de l’histoire urbaine au développement urbain durable

La démolition des grands ensembles HLM. L’exemple de la ville de Grande-Synthe1

Naji Lahmini

Texte intégral

  • 1 Thèse de doctorat sous la direction de Marion Segaud.
  • 2 Doctorant en géographie, Attaché Temporaire d’Enseignement et de Recherche (ATER) à l’Université d (...)

1Note portant sur l’auteur2

DÉMOLITIONS URBAINES, DÉMOLITION DES GRANDS ENSEMBLES

  • 3 Nous pensons notamment à R. Lyon qui, dans l’éditorial de la revue H (1975), soulève la question.

2Notre recherche s’intéresse à une question très ancienne, et pour ainsi dire récurrente dans l’histoire de chacune des villes : la démolition d’un objet construit. Dès la fin du processus de production, au milieu des années soixante-dix3, elle est introduite dans un débat encore embryonnaire, concernant des formes urbaines à peine sorties de terre, les grands ensembles, que l’on nomme aujourd’hui, tout simplement, et par euphémisme, « les quartiers ».

3Ceci étant posé, deux grandes alternatives se présentaient à nous : soit partir de l’idée qu’il y aurait une certaine continuité historique, ce qui nous amènerait à supposer de fortes équivalences entre le passé et le présent ; soit poser le sujet comme un problème spécifique.

4Bien qu’il y ait vraisemblablement des invariants propres à cette pratique, le sujet qui nous préoccupe – la démolition des grands ensembles – est surtout spécifique de par le contexte actuel fondé sur un urbanisme dit de « valorisation » ou de « gestion » de l’existant, puis, l’objet de la démolition lui-même : les grands ensembles, qui ont plusieurs caractéristiques assez connues : logement collectif en majorité social ou en copropriétés, une morphologie particulière, une prégnance dans le paysage urbain (Hard french), une localisation à la périphérie des grandes villes, à la fois thème de société, de recherche et d’action publique. Bref, une recherche sur leur démolition semble inextricable d’une analyse portant sur l’histoire des grands ensembles, les conditions de leur émergence dans les années cinquante et soixante, l’inversion du regard porté sur eux, leur identification en tant que problème dans et par la société, ainsi que sur la politique de la ville, ses postulats et les orientations prises depuis son origine.

  • 4 L’expression est de B. Charlot et B. Madelin [Charlot, Madelin, 2002].

5Partant on ne s’étonnera guère de constater une médiatisation à outrance de cette pratique vu qu’elle concerne des objets socio-médiatiques4. L’évolution du contexte politique peut aussi l’expliquer : après avoir maintenu pendant des années une priorité à la réhabilitation, à travers des procédures telles que Habitat et Vie Sociale ou Développement Social des Quartiers, les pouvoirs publics changent leur fusil d’épaule en préconisant une radicalisation de la démolition dans les quartiers d’habitat social. Cette politique à grande échelle soutenue par les élus, les bailleurs sociaux, le ministère de la ville, et la Caisse des Dépôts et Consignations, constitue une nouveauté à l’échelle cette fois-ci de l’histoire de la politique de la ville. À côté de cela, ne pour-rait-on pas avancer l’idée que la démolition est en soi spectaculaire et que l’on assisterait plutôt à un spectacle lui-même mis en scène ?... mais dans quel but ?

  • 5 Nous pensons, pour y avoir assisté, au colloque Déconstruction, reconstruction : utopies et réalit (...)

6Toujours est-il que cette banalisation du mot dans différents corpus, quand ce dernier n’est pas absorbé par des expressions englobantes, préfixées en « re- », comme le renouvellement urbain ou la rénovation urbaine, toutes deux consacrées par une loi, conduit à une réduction de son sens : il n’est parfois plus besoin de préciser de quelle démolition il s’agit parfois même dans le milieu des chercheurs et des professionnels5. Ce qui rend compte un peu de la difficulté de notre tâche, sans compter le fait que notre terrain d’étude, défini plus loin, coïncide avec notre espace de vie quotidien.

ESPACE URBAIN, GESTE TECHNIQUE ET IMPLICATIONS SOCIALES

7La nécessité de trouver une entrée pouvant servir de base solide à la construction d’un objet de recherche scientifique s’est vite précisée, et à bien des égards, le rapport entre le spatial et le social ressort comme central dans la recherche. D’abord, la démolition relève d’un choix politique, elle signe une volonté forte émanant de groupes sociaux, qui, avec leurs propres outils conceptuels et empiriques, se construisent une connaissance de l’urbain. Son inscription spatiale – matérialisée par l’apparition d’un terrain vague – est telle qu’elle affecte la plupart de nos sens. Par son impact visuel, elle témoigne que la ville est un environnement changeant, un palimpseste dirait A. Corboz [2001]. Enfin, l’espace objet de la démolition, est loin d’être neutre et purement matériel, il est imaginé, perçu, vécu et habité au sens de C. Petonnet, donc imprégné de sens, de souvenirs, et de traces de vie [Pétonnet, 1982]. Sa disparition correspond non pas à l’effacement de la mémoire du lieu mais à l’un de ses précieux supports – et sans doute le plus évocateur – par lequel elle peut se réactiver et perdurer. Ainsi, s’il fallait parler de dimensions cachées, ne serait-ce pas dans les implications sociales de ce geste technique, qu’elles se situeraient ?

JEU D’ACTEURS

  • 6 Soit ils l’approuvent, soit elle est rejetée, mais dans très peu de cas, les habitants proposent a (...)

8Ce rapport s’exprime ainsi par le jeu constant de deux types d’interaction, entre des groupes sociaux d’abord, puis entre l’acteur, au sens général, et l’espace, habité pour les uns, seulement perçu et représenté pour d’autres. En partant de l’hypothèse que les habitants sont exclus du processus menant à la décision de démolir6, le cadre général de notre problématique prit forme. Il est possible de souscrire à la distinction souvent mentionnée en architecture entre le « monde » des acteurs porteurs du projet et le niveau de sa réception par les populations habitantes.

9Deux grands enjeux se dégagent alors pour notre thèse :

10Le premier se résume à suivre ces deux « mondes », tout au long du projet de démolition, avec un regard constant sur leur rapport : sont-ils de véritables antinomies sociales, c’est-à-dire sont-ils toujours en conflit, ou peuvent-ils s’entendre, dialoguer au sein d’un projet urbain faisant norme depuis la circulaire de 1988 ?

11Le projet de démolition englobera selon les cas, les actions parallèles à l’opération, celles qui lui précèdent et éventuellement, la substitution du grand ensemble par un autre aménagement.

12Le second porte sur la mise en lumière des dessous de l’« entente » apparente entre les acteurs de la démolition : sur quoi repose-t-elle ? Est-elle fragilisée par d’éventuelles divergences de fond notamment dans les manières de penser le logement et la ville ? Les rapports de force se recomposent-ils au fil du projet ? De même avec les habitants, nous avons cherché à éviter dès que possible les généralisations trop hâtives, en favorisant une analyse plus fine capable de détecter des différences ou des sous-groupes.

13Trois grands moments seront tout de même privilégiés à l’étude : le diagnostic comportant toutes les justifications des acteurs, le relogement qui rend incontournable la rencontre avec l’habitant, et enfin l’évaluation du projet par les deux groupes précités.

LE CAS DE GRANDE-SYNTHE

14Quant à notre terrain d’étude, autre spécificité du sujet, il s’agira principalement de la commune de Grande-Synthe, située à l’ouest de l’agglomération dunkerquoise, dans le nord de la France. Au-delà du fait que le site réponde aux conditions de base de la recherche (plus de 2 000 démolitions depuis 1981), il a une valeur d’exemple.

15Depuis l’implantation du géant sidérurgique, Usinor, sur le littoral dunkerquois, dans les années 1950-1960, son histoire est jalonnée d’événements que l’on pourrait qualifier, avec le recul d’aujourd’hui, de « déjà vu » : afflux massif de populations, développement rapide d’une ZUP (la plus grande au nord de Paris), puis d’une ZAC dans la foulée, mais selon un urbanisme dit « concerté ». À la charnière des années 1970-1980, la crise économique stoppe sa croissance, et c’est le début d’une longue spirale de dévalorisation, à la fois urbaine et sociale. En parallèle, Grande-Synthe rentre dans les tablettes des instances nationales pour constituer un territoire d’expérimentation de multiples programmes d’action comme le GPV actuellement.

  • 7 Agence d’Urbanisme et de Développement de Dunkerque créée au début des années 1970.
  • 8 La Communauté Urbaine de Dunkerque est la première en France à se développer de façon volontaire e (...)

16La compréhension de l’expérience synthoise amènera nécessairement un élargissement de l’échelle d’analyse à l’agglomération dunkerquoise, décrite comme territoire de projet [Ratouis, Segaud 1996]. Avant même la décentralisation, Dunkerque tente de reprendre en main son destin grâce à la constitution, autour de figures charismatiques, d’un groupe d’acteurs locaux, œuvrant au sein de nouvelles organisations comme l’AGUR7 ou la CUD8. Les élus de Grande-Synthe y ont nettement participé. Nous chercherons à comprendre comment les acteurs de ce territoire sont parvenus à « briser » localement le tabou de la démolition compte tenu des blocages symboliques et financiers qui pesaient sur elle à l’époque. Dans cette perspective, il semblerait tout à fait intéressant de revenir sur le rapport entre ce groupe d’acteurs et l’État.

17Notre méthodologie, résolument qualitative, s’articule autour d’une lecture approfondie des archives municipales, d’une observation directe sur le terrain, et bien entendu de la réalisation d’entretiens informels et formels (en mode semi-directif) auprès de deux groupes distincts : d’une part, les acteurs institutionnels et les professionnels ayant exercé à un moment donné une responsabilité dans les démolitions, d’autre part, les habitants confrontés actuellement ou par le passé à ce type d’opération. L’objectif étant de confronter les points de vue, des questions seront communes.

VALORISATION

18Publications

19Lahmini N., (2003), Notice « Grand ensemble », dans Segaud M. et al. (dir.), Dictionnaire critique de l’habitat et du logement, Paris, Armand Colin.

20Lahmini N., (2004), « Innovations radicales et patrimonialisation dans le logement populaire : des exemples pour comprendre, enjeux et problèmes de ce rapprochement récent », dans Actes du colloque « Habiter le Patrimoine », Ville de Saumur, du 13 au 16 octobre 2003.

21Communication

22Lahmini N., (2003), « Démolition et mots liés dans les politiques d’aménagement des quartiers d’habitat social depuis les années 1960 », Séminaire Mots de la Ville, Langues techniques et spécialisées de l’urbain, coordonné par L. Coudroy De Lille et O. Ratouis, Institut des Mers du Nord, Dunkerque, 27 novembre 2003.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Charlot B., Madelin B., (2002), « La banlieue comme objet de recherche et terrain d’intervention », dans Baudin G., Genestier Ph. (dir.), Banlieues à problèmes. La construction d’un problème social et d’un thème d’action publique, Paris, La Documentation Française, pp. 223-234.

Corboz A., (2001), Le territoire un palimpseste et autres essais, Paris, Les Éditions de l’Imprimeur.

Pétonnet C., (1982), Espaces habités, Gallilée, Paris.

Segaud M., Ratouis O., (1996), Dunkerque : un rapport exemplaire entre agglomération et État ?, Plan urbain.

Notes

1 Thèse de doctorat sous la direction de Marion Segaud.

2 Doctorant en géographie, Attaché Temporaire d’Enseignement et de Recherche (ATER) à l’Université du Littoral de Dunkerque.

3 Nous pensons notamment à R. Lyon qui, dans l’éditorial de la revue H (1975), soulève la question.

4 L’expression est de B. Charlot et B. Madelin [Charlot, Madelin, 2002].

5 Nous pensons, pour y avoir assisté, au colloque Déconstruction, reconstruction : utopies et réalités organisé à Paris en juin 2003 qui portait seulement sur la démolition des logements sociaux.

6 Soit ils l’approuvent, soit elle est rejetée, mais dans très peu de cas, les habitants proposent aux élus et/ou au bailleur, la démolition de leur propre logement.

7 Agence d’Urbanisme et de Développement de Dunkerque créée au début des années 1970.

8 La Communauté Urbaine de Dunkerque est la première en France à se développer de façon volontaire en 1969.

Auteur

Allocataire de recherche
mailto:lahmini.naji@caramail.com
Institut des Mers du Nord (IMN)/ULCO
21, quai de La Citadelle
59140 Dunkerque
Tél. : 03 28 23 71 00

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540