Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume 2

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

IV. Cultures urbanistiques : des sources de l’histoire urbaine au développement urbain durable

Paris, Berlin : la mémoire de la Première Guerre mondiale (1914-1933)1

Élise Julien

Texte intégral

  • 1 Thèse de doctorat en cotutelle, sous la direction de Jean-Louis ROBERT (Université Paris I) et de (...)
  • 2 Doctorante en histoire contemporaine. Boursière du Berliner Kolleg für Verglaichende Geschichte Eu (...)

1Note portant sur l’auteur2

SUJET ET PROBLÉMATIQUES

UNE HISTOIRE DE LA MÉMOIRE ET DES CONSTRUCTIONS D’IDENTITÉ

2Par mémoire, on entend celle que les contemporains se sont forgés pendant la guerre à partir de 1914, puis après la guerre jusqu’en 1933. Il s’agit de saisir la mise en place et l’évolution de la mémoire de la guerre, avant qu’à partir de 1933 son instrumentalisation par les nazis ne bouleverse les conditions de l’étude et ôte l’essentiel de l’intérêt de la comparaison avec la situation en France.

3Le thème de la mémoire mobilise particulièrement l’historiographie contemporaine, et les questions qu’il pose stimulent notamment l’histoire culturelle, qui étudie les représentations collectives. Parmi les emprunts inévitables à la terminologie halbwachsienne, la notion de « cadres sociaux de la mémoire » aide en particulier à comprendre comment les souvenirs individuels peuvent recevoir une orientation propre à un groupe. On conçoit alors l’intérêt d’une étude de la mémoire pour appréhender des constructions d’identités : l’identité repose sur la mémoire, qui permet de se penser identique dans le temps ; la mémoire s’appuie inversement sur l’identité, qui donne à chacun la conscience que tel enchaînement a un sens pour lui-même. Avec les réserves d’usage lorsqu’on passe de l’individu au collectif, on peut tenir le même raisonnement pour un groupe, voire pour toute une société. Dans ce cadre, il faut examiner certains phénomènes, comme la commémoration ou les lieux de mémoire.

UNE HISTOIRE URBAINE COMPARÉE : LA MÉMOIRE DE DEUX CAPITALES

4On voudrait appréhender à travers la mémoire des constructions d’identités collectives. Or il n’existe pas une identité unique, mais des identités multiples chez chaque individu. Le travail d’appropriation de la mémoire, même nationale, s’accomplit cependant presque toujours dans le concret du quotidien, par la médiation de groupes, de situations et à des niveaux d’agrégat plus réduits que la nation. De ce point de vue, la ville constitue un niveau intéressant : il s’agit d’un niveau d’agrégat relativement restreint, et en même temps d’un champ d’étude cohérent ; elle est de ce fait un terrain privilégié pour établir des résultats pertinents concernant les expériences communes aux hommes.

5Toutes les villes n’ont cependant pas le même statut, le même poids dans la vie nationale ni la même signification symbolique : l’importance des capitales par rapport aux autres villes demande qu’on leur prête une attention particulière. Leur caractère participe à la fois du local et du national ; il hésite souvent entre ces deux pôles. Dans la période qui nous intéresse, ces villes sont au moins en partie les symboles de la guerre, mais elles sont aussi des villes comme les autres, avec une personnalité propre, des identités de quartier et des habitants qui vivent leurs expériences quotidiennes au sein d’unités plus petites que celle de la ville elle-même. Il faut donc étudier dans le détail comment la capitale peut être à la fois le symbole d’une mémoire nationale et le cadre d’une mémoire locale.

6Cette articulation de la mémoire de la guerre et des identités qui lui sont liées par l’histoire urbaine permet une lecture du sujet à travers une grille spatiale. La capitale est l’espace qui voit se juxtaposer en son sein différents niveaux d’analyse : celui de la capitale comme symbole de l’État national (lien espace urbain/nation à préciser), celui de la capitale comme grande ville (aspects imaginaires et aspects administratifs), celui de la capitale comme réseau d’institutions sociales locales (autant de cadres sociaux locaux de la mémoire) et celui de la capitale comme espace hétérogène d’expériences quotidiennes. Cette spécificité du statut des capitales fournit une première série d’axes comparatifs à cette recherche, puisqu’il ne s’agit en aucun cas ici de seulement juxtaposer deux analyses.

SOURCES ET MÉTHODES

7La complexité de la notion de mémoire explique la nécessité d’utiliser, pour la saisir, des sources d’origine et de forme variées, qu’il faut mettre en rapport entre les deux capitales.

8L’action publique en matière de mémoire. Les actions publiques en matière de mémoire de la Première Guerre mondiale sont le produit d’un certain volontarisme, et on en trouve de ce fait assez facilement les traces. Elles se déploient à différentes échelles territoriales : autorités publiques nationales, autorités régionales, autorités municipales des capitales, districts berlinois, arrondissements parisiens et communes de banlieue. Pour ces petites entités, un travail d’échantillonnage s’impose.

9La société civile. Il faut également prendre en compte les sources émanant des nombreuses communautés participant au sein de la société civile à la mémoire de la guerre : les paroisses religieuses, les entreprises, les écoles, les lycées et les universités, les associations, etc. Toutes ces sources doivent être mises en relation d’une capitale à l’autre, mais aussi entre elles à l’échelle de quartiers afin de reconstituer des cadres de vie et de mémoire.

10La presse. La presse constitue une autre source essentielle pour ce travail : elle témoigne de la formation de la mémoire au quotidien. On peut d’abord prendre en compte un grand quotidien populaire dont l’image est attachée à la capitale. Le morcellement politique de la presse quotidienne pousse par ailleurs à examiner les différents organes des partis politiques, en limitant l’examen à quelques dates. À ces grands quotidiens il faut ajouter l’étude de quelques feuilles très locales, pour une étude plus approfondie de la mémoire locale de certains quartiers.

11Des sources particulières : monuments aux morts et cimetières. En France comme en Allemagne, les monuments aux morts sont de remarquables témoins de l’histoire de la mémoire émanant de communautés diverses en même temps qu’ils en sont une manifestation. À côté de ces monuments aux morts, sortes de tableaux d’honneur, tombes et cimetières font également partie des sources importantes. Cette étude cherche autant que possible à prendre en compte la façon dont les familles des morts, et la population en général, perçoivent et s’approprient ces lieux de mémoire directement liés à la guerre.

PISTES DE RECHERCHE

LA MÉMOIRE DE LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE : RUPTURES, CONTINUITÉS, LÉGITIMATIONS

12La Première Guerre mondiale a suscité de nombreux bouleversements dans les domaines politique, social, culturel, ce qui contribue largement à l’intérêt d’une étude sur la mémoire après la guerre. La guerre a donné naissance dans chaque groupe de la société à des jeux de mémoire en partie renouvelés par rapport à l’avant-guerre. Parmi ces divers choix de mémoire, oscillant entre souvenir et oubli, il reste à voir lesquels sont mis en avant à certains moments, par qui et pour quelles raisons, afin de mieux comprendre quel équilibre se crée entre les différentes mémoires de la guerre.

DEUX CAPITALES, DEUX CONTEXTES

13La comparaison de deux capitales suppose que l’on se replace dans leurs contextes respectifs. Paris et Berlin sont les métropoles de deux États aux passés bien différents et leur personnalité s’en ressent. Par ailleurs, le déroulement de la guerre et la manière dont elle est vécue, la façon dont se termine le conflit et les conséquences politiques qui peuvent en résulter, la localisation des combats, le nombre des victimes influent sur l’intensité, les formes et les tendances de la mémoire. Paris et Berlin présentent en outre chacune des caractéristiques propres, qui résultent de leur formation historique, de leur statut juridique, de leur développement spatial.

UNE MÉMOIRE DE DEUIL, UN CULTE DES MORTS

14Force est de constater que la mémoire de la guerre est dominée par le deuil et, dans le domaine public, par le culte des morts. Au-delà de l’issue de la guerre, cet aspect est en effet récurrent chez tous les belligérants ; c’est l’interprétation de la mort et la forme du deuil qui varient. La question du deuil, y compris individuel, se pose ici dans son rapport au collectif. Le culte officiel des morts rend manifeste une sacralisation de la mort dans l’espace public. Mais le deuil trouve-t-il une expression, une consolation, dans l’érection de monuments, dans le déroulement de cérémonies commémoratives ? Ou bien leur reste-t-il étranger ? Des réponses à ces questions dépend sans doute la réussite ou l’échec des politiques mémorielles.

DES MÉMOIRES À ÉCHELLES VARIABLES

15La mémoire de la guerre se développe à Paris et Berlin à des niveaux variés et l’étude de la mémoire peut ainsi se décliner, au sein des capitales, selon les territoires envisagés. Le caractère national de cette mémoire à Paris et à Berlin est indéniable. À la différence de ce qui se passe dans les banlieues ou les périphéries, la mémoire locale de la guerre dans le centre des deux capitales ne semble pas avoir été principalement organisée par les autorités municipales. Des institutions, des établissements, ont en revanche tenu à honorer leurs morts, à les revendiquer comme leurs héros propres.

16Au total, il s’agit de prendre la mémoire comme observatoire des effets de la guerre dans les années qui l’ont suivie, notamment de la recomposition d’identités (nationales, urbaines, communautaires) par le prisme des deux capitales. Si l’étude des communautés urbaines après la guerre permet de saisir les formes locales et diversifiées d’une mémoire dont les fondements sont alors remis en cause, la perspective comparative permet d’appréhender également, devant l’expérience commune qu’a pu constituer la guerre, une forme de mémoire sinon universelle, du moins transnationale.

VALORISATION

17Activités de recherche

18Participation aux réunions du Groupe de Recherche International Capital Cities at War sous la direction de Jean-Louis Robert et Jay Winter (1999-2004).

19Organisation d’un séminaire de l’École Doctorale d’Histoire de l’Université Paris I sur « Le comparatisme en histoire », 20 mars 2004. Coordination d’un dossier sous le même titre dans la revue annuelle Hypothèse (2004).

20Publications

21Julien Élise, (2004), « Le comparatisme en histoire. Rappels historiographiques et approches méthodologiques », Hypothèses.

22Julien Élise, (2004), « Paris, Berlin et la mémoire de la Première Guerre mondiale : pour un comparatisme métropolitain en histoire culturelle », Hypothèses.

23Julien Élise, avec Goebel Stefan, Demm Eberhard, Copelman Dina, (2004), « Schools », dans Robert Jean-Louis, Winter Jay (Ed.), Capital Cities at War, Metropolitan Sites and Cultural Practices, Cambridge, Cambridge University Press.

24Julien Élise, avec Trévisan Carine, Winter Jay, (2004), « Cimeteries », dans Robert Jean-Louis, Winter Jay (Ed.), Capital Cities at War, Metropolitan Sites and Cultural Practices, Cambridge, Cambridge University Press.

Notes

1 Thèse de doctorat en cotutelle, sous la direction de Jean-Louis ROBERT (Université Paris I) et de Jürgen KOCKA (Freie Universität Berlin).

2 Doctorante en histoire contemporaine. Boursière du Berliner Kolleg für Verglaichende Geschichte Europas.

Auteur

Allocataire de recherche
mailto:elise-julien@infonie.fr
Centre d’histoire sociale du xxe siècle (CHS)
UMR 8058 (CNRS/Paris I)
9, rue Mahler
75181 Paris Cedex 04
Tél. : 01 44 78 33 84
http://www.histoire-sociale.univ-paris1.fr
&
Friedrich-Meinecke-Institut (FMI)
Freie Universität Berlin
Koserstrasse 20
14195 Berlin (RFA)
Tél. : 00 49 30 838 54538
http://www.fu-berlin.de/fmi

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540