Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Flannery O'Connor : inversions, subversion et résistances / Inversion, Subversion and Resistance

 | 
Anne-Laure Tissut

Préambule

Anne-Laure Tissut

Texte intégral

1Les nouvelles de Flannery O'Connor sont parcourues de tensions entre dedans et dehors, conscience des personnages et vie sociale, préoccupations narcissiques et ouverture au divin. Mettant souvent en scène l'irruption de l'étranger ou de l'inédit dans un univers conservateur, ces nouvelles sont marquées, dans leurs structures comme dans leurs thèmes, par un effort de résistance aux assauts de forces perturbatrices : l'érection de cadres rigoureux, la répétition et la dénégation sont autant de conduites attestant la répugnance au changement et la peur que suscite la différence. Toutefois tentés par l'extérieur et l'inconnu - consciemment ou non -, les personnages sont d'avides observateurs, ou pour les plus audacieux, des voyageurs, tel Parker, qui conserve la trace de son périple consignée sur sa peau, surface limite, justement, entre l'intérieur et l'extérieur.

2Quant au lecteur, il fait l'expérience d'une incessante oscillation entre dedans et dehors, par le jeu des procédés narratifs. Glissant du dialogue au récit, en passant par le style indirect libre, il ne se coule que rarement dans la peau des personnages, jouissant, avec le narrateur, d'un point de vue ironique sur leurs conduites irrationnelles, soumises à leur étroitesse d'esprit comme à leur pratique pervertie de la religion. Néanmoins, souvent dérouté par les images surprenantes et l'ambiguïté ouvrant la voie à la pluralité des interprétations – voire à la révélation religieuse, grâce au mystère ambiant -, il se trouve, bon gré mal gré, happé au cœur des histoires, qui sollicitent la réflexion autant que les sens – vision et ouïe au premier chef.

3Dans la trame narrative s'insèrent les fils métaphoriques de termes déclinés et de tournures reprises tout au long des nouvelles, produisant une impression de continuité, qui se superpose aux tensions et relations conflictuelles, tout en ouvrant l'espace à l'ironie par le jeu de leurs connotations changeantes. Le retour de vocables, figures et motifs charpente un univers dont la lettre et l'esprit sont analysés dans les travaux ici réunis, révélant les talents de conteuse de Flannery O'Connor, et à travers eux, la conception qu'elle avait de son art, et ce notamment, dans son rapport à la religion.

4Aaron Smith aborde les nouvelles comme des récits de voyage spirituel et métaphysique autant que concret, et analyse l'organisation de l'espace, les mouvements et les différentes figures d'exil et de marginalité dans leur relation au langage et à la foi. Après l'étude du déplacement selon la tradition américaine des « road novels », l'accent est mis sur les cadres par Gwen Le Cor, qui s'attache à montrer comment O'Connor use de procédés théâtraux-structures de l'espace et cadrages - pour nourrir la dimension poétique, dans laquelle s'épanouit le travail de la voix.

5Kathie Birat s'intéresse elle aussi aux structures spatiales et temporelles, dont l'étroit entrelacs permet de mettre le récit au service de la foi. En faisant ressortir l'objectivité de l'histoire, dans laquelle est restaurée la surprise, O'Connor tente de soustraire le texte aux distorsions nées d'identifications intempestives et de toutes formes de projections subjectives.

6La religion est l'une des préoccupations évidentes dans « Parker's Back », la nouvelle dont Michel Imbert explore le fin réseau d'images et d'échos intertextuels, pour montrer la violence de récits qui, sous des dehors chrétiens, sondent les blessures « avec une rage insensée de l'expression », au point de rendre problématique la notion même de grâce.

7Antoine Cazé s'attache aux distorsions visuelles, qui suggèrent le paradoxe tragique d'un nécessaire renoncement à la construction maîtrisée du regard afin de s'ouvrir à une vision totale, englobant l'invisible divin. La structure ramassée de la nouvelle force le regard, en deux sens : « elle impose le visuel comme modalité de perception dominante, [...] tout en déformant cet outil même et en multipliant à loisir les situations de regards grossis ou trop éloignés, de travers, obscurcis, amputés, borgnes, louches ou aveugles. »

8Agnès Lahjta, enfin, étudie la place des personnages féminins dans les nouvelles de Flannery O'Connor, soulignant les pressions sociales et familiales qui règnent dans une société conservatrice, dont les structures rigides, tout en attisant la peur du dehors, suscitent le désir d'ailleurs.

9C'est le privilège du lecteur de pouvoir assouvir ce désir en se tournant vers ces textes, qui continuent de toucher, le croyant comme l'athée, le spécialiste comme le novice.

Auteur

GRAAT EA 2113
Université François-Rabelais de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540