Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume 2

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

IV. Cultures urbanistiques : des sources de l’histoire urbaine au développement urbain durable

L’invention des patrimoines urbains en Asie du Sud-Est. Approche comparative : Hoi An, Da Nang, Jakarta, Singapour1

Gilbert Hamonic

Texte intégral

  • 1 Synthèse rédigée en octobre 2001.
  • 2 Chercheur au CNRS en anthropologie sociale, membre de l’UPR 297, dite LASEMA (Laboratoire Asie du (...)

1Note portant sur l’auteur2

OBJET

2Cette étude du patrimoine de quatre villes d’Asie du Sud-Est est sous-tendue par l’idée que le patrimoine est d’abord à appréhender comme un phénomène idéologique auquel on fait jouer divers rôles et servir divers objectifs (d’où la formulation de notre intitulé). C’est pourquoi nous avons moins travaillé sur les techniques de son « repérage » ou de ses inventaires que sur la manière dont cette notion s’inscrit dans une mentalité, en s’attachant aux discours officiels et officieux sur le patrimoine, et à ses représentations.

PROBLÉMATIQUE

3Il s’agissait de confronter diverses interprétations du patrimoine urbain en Asie du Sud-Est, différentes manières de l’instrumentaliser, ou tout simplement de le vivre, étant entendu que chacun des contextes envisagés – tant historiques que politiques – donne à chaque fois à cette notion un contenu propre. De même, la relecture d’un incontournable « héritage colonial » de ces pays les invite aussi à réinterpréter leur histoire.

4Commençant par le repérage des équivalents du terme de patrimoine dans les langues locales (chinois, tamoul, malais, viêtnamien, indonésien) toujours plus ou moins sublimé dans l’anglais heritage désormais utilisé en la matière (cf. le rôle des programmes UNESCO) ; nous avons couplé notre réflexion avec les notions de ville et d’urbanité, d’invention elles aussi relativement récente dans une histoire de l’Asie du Sud-Est de longue durée.

5Ainsi est-il vite apparu que c’est avant tout le regard porté sur la ville qui dessine les contours de son patrimoine. La question « que voir ? » partout posée s’accompagnant toujours implicitement de son homologue « pour qui ? », nous en sommes venus à comparer les logiques de mécanismes idéologiques (soit les définitions respectives des objets d’une politique du patrimoine dans les pays concernés) et les relations qu’elles énoncent (soit les pratiques mises en œuvre). D’où notre problématique : comment, avec des succès divers, ces quatre villes parviennent-elles à se refléter dans un miroir qui leur est originellement étranger?

MÉTHODOLOGIE ET TERRAIN

6Outre les fonds documentaires existant dans les anciens pays colonisateurs, ce travail s’appuie essentiellement sur des matériaux et des documents recueillis au cours de missions de terrain, révélant des situations très diverses (existence ou absence d’archives locales, accessibilité plus ou moins aisée, entretiens avec les acteurs et les personnalités concernés – professeurs, architectes, urbanistes, mais aussi habitants directement impliqués dans leur mode de vivre le patrimoine –, insertion plus ou moins grande d’une dimension critique dans la « lecture » des informations recueillies).

RÉSULTATS

7L’étude des patrimoines urbains à Singapour, Jakarta, Hoi An et Da Nang permet de mesurer les écarts de leurs situations et de leurs enjeux en même temps que les écarts entre discours et pratiques. Baliser l’évolution des classifications officielles, analyser les procédés financiers en œuvre permet aussi de reconnaître les moyens de mise en place de nouvelles mémoires et des idéologies qui les accompagnent. Ces quatre villes tentent, avec des bonheurs divers, d’offrir des images d’elles-mêmes qui, d’une part, s’efforcent de répondre aux attentes de leurs visiteurs et de certains de leurs habitants tout en biaisant, d’autre part, la réalité de leur quotidien.

8Dans tous les cas étudiés, la notion de patrimoine se déploie dans un premier temps comme une affirmation d’identité et de spécificité par rapport aux autres nations. À Singapour par exemple, dans un grand mouvement enthousiaste de « retour aux valeurs asiatiques », la notion de patrimoine est née en ayant pour objet de résorber ou de subroger la multiplicité ethnique sous une même calotte de citoyenneté nationale. Il s’agissait aussi de rectifier une partie du passé en vue de le subordonner à l’unique vision du pouvoir en place. Au Viêt Nam, c’est la volonté nationale de créer un pôle d’attraction économique et culturelle au centre du pays qui a motivé en 1996 le changement de statut de Da Nang (longtemps en concurrence avec Hué), et par voie de conséquence la redécouverte du patrimoine de sa région, dont on espère d’importantes retombées touristiques. En Indonésie enfin, l’autonomie régionale des provinces ne va pas sans menacer la suprématie de Jakarta en tant que capitale, et l’intérêt récent à la mise en valeur de son patrimoine urbain n’est pas étranger à cette menace.

9Ainsi, en même temps qu’elle s’institue, la notion de patrimoine se trouve érigée en instrument politique, et rend dès lors possible bien des manipulations. À l’encontre des démarches des planificateurs urbains qui traitent le patrimoine comme une donnée de fait, il apparaît que, au-delà de ses acceptions dans les langues locales, il témoigne toujours d’une conception officielle de la nation et de son histoire. Érigé pour entretenir la conscience collective, il rappelle le passé de la façon dont les autorités souhaitent l’immortaliser, et définit le futur en conséquence. Or, face à cette compréhension du patrimoine, il est bien sûr d’autres voix, qui, même condamnées au silence, expriment d’autres visions, comme il est toujours d’autres souvenirs, d’autres histoires que la seule histoire nationale. Le rôle du patrimoine dans l’identité d’une ville révèle donc autant qu’il cache.

10Loin des faux débats entre ancien et moderne, tradition et innovation, transmission d’un héritage et construction du futur dont les slogans officiels sont souvent placardés sur les murs des villes étudiées, une autre dialectique apparaît alors sous son vrai visage, à savoir celle entre « patrimoine » et « argent ». Aussi ces quatre villes tentent-elles, à des échelles certes fort différentes, de modifier ou de construire leur image tout en surmontant les handicaps qui accompagnent nécessairement la réalité de leur quotidien. C’est dans un tel contexte qu’elles se frayent un chemin vers leur futur.

11La notion de patrimoine urbain apparaît ainsi comme un terme « valise » dont se sont saisis les pays étudiés pour la traiter à leur manière. Ce sont ces manières, ces objectifs, ces contenus que nous avons tenté de décrypter, afin d’apporter de nouveaux éléments d’analyse permettant d’enrichir la compréhension des politiques patrimoniales engagées aujourd’hui en Asie du Sud-Est.

VALORISATION

12Hamonic Gilbert, (2004), « L’invention du patrimoine urbain à Singapour, entre “fantômes ancestraux” et “ville mondiale” », Autrepart, IRD.

13Hamonic Gilbert, (2004), « Imagining the city : Heritage in Singapore », Conférence au Congrès de l’EUROSEAS, Paris, septembre 2004.

14Séminaire à l’Asian Research Institute, National University Singapore, 2004.

Notes

1 Synthèse rédigée en octobre 2001.

2 Chercheur au CNRS en anthropologie sociale, membre de l’UPR 297, dite LASEMA (Laboratoire Asie du Sud-Est et Monde Austronèsien).

Auteur

Responsable scientifique

Avec la participation de Nelly Krowolski, Nguyên Tùng et Thomas Beaufils.


mailto:hamonic@rocketmail.com
LASEMA
Laboratoire Asie du Sud-Est et Monde Austronésien
UPR 297
7, rue Guy Môquet
94801 Villejuif Cedex
Tél. : 01 49 58 38 12

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540