Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Allusion et l'Accès

 | 
Peter Vernon
, 
Claudine Raynaud

Sir Philip Sidney : art de l’allusion et jeux de courtisans sur la scène élisabéthaine

Astrid Friestedt-d’Halluin

Texte intégral

1L’allusion peut se définir comme un jeu qui suppose un savoir partagé des règles nécessaires pour décoder le signe émis. Cet art de l’allusion et du jeu est au centre de l’esthétique de l’homme de cour telle que la définit Castiglione dans le Livre du courtisan (1528) ; dans le cercle fermé de l’élite, régie par une logique propre de la mise en scène de soi et de la séduction du regard princier, employer le biais, l’oblique, est une nécessité tout autant qu’un choix délibéré. Faire allusion plutôt que dire, c’est présupposer la connaissance commune des anecdotes et citations littéraires ou philosophiques qui émaillent le discours, et se poser comme norme tout en reconnaissant à l’autre le même statut. C’est aussi manier l’art de la sprezaturra, où grâce nonchalante qui consiste à dire ou à faire tout en cachant l’effort produit afin de susciter l’admiration du public de la cour par la qualité d’une prestation, tout en faisant mine de ne pas y apporter de soin particulier. Le tour de force doit rester de l’ordre de l’invisible mais, forme subtile de la suggestion, attirer sans en avoir l’air l’attention sur la prouesse qu’il suppose.

2L’oblique et le non dit sont des modes d’expression privilégiés à la cour idéale d’Urbin comme à celle d’Elisabeth, dont les membres se révèlent friands de manuels de comportements et d’éducation du gentilhomme – le dialogue de Castiglione traduit en anglais dès 1561 par Sir Thomas Hoby est un texte connu et influent dans le cercle de la cour avant même cette date si on considère l’influence qu’il eut sur la composition du The Book named the Governor d’Elyot en 1531. Cependant, ce mode d’expression du sous-entendu relève également du jeu imposé, de la mesure de précaution nécessaire à celui qui, tout en voulant conserver les bonnes grâces d’Elisabeth I, entend également jouer un rôle de premier plan dans les décisions politiques. Sir Philip Sidney est à ce titre une figure révélatrice: paradigme du gentilhomme accompli, «soldier, courtier and poet » comme on peut le lire sur son épitaphe, longuement pleuré à sa mort, il ne parvient néanmoins jamais au statut de favori, n’ayant pas réussi à combiner les idéaux humanistes prônés par Castiglione et l’action politique à laquelle il aspire.

3En effet, alors que se met en place le régime d’Elisabeth I, il s’agit pour les représentants de sa noblesse de s’assurer un statut moins précaire en s’efforçant de « négocier » des rapports favorables avec la souveraine absolue au sein de la nouvelle cour, choisissant selon Philippa Berry « to play the game of courtliness » (71). En effet, la question est de savoir comment plaire à une souveraine dont le pouvoir se calque sur l’image de la grâce divine arbitraire tout en assouvissant son ambition personnelle. Il n’est donc pas étonnant d’assister à un clivage esthétique, une sorte de schizophrénie dans la manière dont s’expriment les préceptes d’une vie à la cour nécessairement conflictuelle : d’un côté la littérature de cour se fait le véhicule d’une nostalgie à l’égard de la valeur propre du courtisan et son influence sur le prince et d’un autre côté il faut s’assurer la faveur du monarque, sa grâce qui n’est pas tant inhérente aux qualités intrinsèques du courtisan qu’à son art de correspondre à ce que l’on attend de lui, à renvoyer l’image qui convient, à accomplir les services nécessaires. (Langer, 224)

4Les divertissements des années 70 et 80, organisés en grande partie par la faction Leicester-Walsingham, présentent des motivations complexes de la part de ses participants et commanditaires. Certes ils tendent à mettre en valeur les bonnes fortunes et les faveurs qu’ils ont reçues, afin de s’assurer leur continuité par ce témoignage de gratitude (en faisant étalage des générosités pour lesquelles on rend grâce, on flatte également leur dispensatrice). Ces spectacles sont aussi pensés en vue de requêtes plus précises, comme un appui en matière politique ou religieuse (soutien aux Protestants des Pays-Bas contre l’Espagne, et vues impérialistes). Et c’est d’ailleurs là toute la subtilité d’un paradoxe inconfortable : comment demander et convaincre tout en ne donnant pas l’impression de vouloir se substituer à la toute puissance et la clairvoyance de la reine ? L’exercice est périlleux et passe nécessairement, c’est presque une question de vie ou de mort, par l’art de l’allusion.

5Ainsi, Sir Robert Naunton remarque le danger que peut représenter les aspirations trop héroïques nourries par les courtisans d’Elisabeth en raison du regard équivoque voire réprobateur que leur porte cette dernière :

And it will be a true note of Magnanimity that she loved a souldier and had a propension in her Nature to regard, and always to grace them... for we have many instances of the sallies of the nobility and Gentry, yea and of the Court, and of her prime favourites... so predominant were their thoughts and hopes of honour growne in them... whose absence and their many eruptions were distasteful unto her. (Naunton, 80)

6Le courtisan doit faire preuve d’une diplomatie relevant plutôt de l’équilibre précaire, confronté à l’absolutisme castrateur du pouvoir d’Elizabeth : démonter son mérite mais, dans le même temps, ne pas empiéter sur les prérogatives royales en dévoilant trop d’ambition. Cette contradiction fait écho à celle que représente la souveraine : désireuse de conserver un pouvoir sans partage, préoccupée par les velléités d’indépendance de certains courtisans, mais dans le même temps contrainte de faire mener ses guerres par ces mêmes courtisans et potentiels rivaux. Cette dialectique s’applique en 1577 à Sidney de retour d’une ambassade brillante auprès des dirigeants protestants du continent. Guillaume d’Orange envisage de le prendre comme beau fils et chef militaire ; paradoxalement, ce succès est porteur d’un échec, presque d’une disgrâce (à son retour, il n’obtient ni promotion ni récompense financière), car trop significatif, aux yeux de la reine, de l’ambition de son ambassadeur. Il ne se verra donc pas confier d’autre mission de cette envergure avant celle qui lui coûtera la vie en 1587.

7L’expression trop évidente d’un désir d’action et la revendication d’un rôle à jouer sur la scène politique ne peut conduire qu’à un échec face au pouvoir absolu d’Elisabeth. On en a une preuve supplémentaire en 1579 avec la circulation d’un manuscrit visant à dissuader la reine d’épouser le catholique Alençon, cadet du roi de France : « A letter written by Sir Philip Sidney to Queen Elizabeth, touching her Marriage with Monsieur » : le poète doit quitter la cour (il se voit donc refuser l’accès physique au centre que constitue la reine et la symbolique « privy chamber ») après avoir essuyé sa colère. Il est vrai que son sort n’est pas le moins enviable. La même année, George Stubbs publie un pamphlet intitulé « The Discovery of a Gaping Gulf wherunto England is like to be swallowed by another French mariage, if the Lord forbid not the banns by letting her Majesty see the sin and Punishment thereof. L’auteur et son éditeur ont la main droite coupée pour s’être exprimés si directement et imprudemment.

8Néanmoins, l’action et la valorisation du statut est un élément qui doit être pris en compte et auquel un personnage tel que Sidney ne saurait renoncer : sa correspondance montre en effet que bien qu’à l’écart, il entend jouer son rôle de conseiller, en tant que courtisan : « For to what purpose should our thoughts be directed to various kinds of knowledge, unless room be afforded for putting it into practice, so that public advantage may be the result, which in a corrupt age we cannot hope for ?" (The Correspondance of Sir Philip Sidney and Hubert Languet, 170). On retrouve là l’idéal courtisan évoqué par Castiglione :

The ende therefore of a perfect Courtier (whereof hetherto nothing has beene spoken) I believe is to purchase him, by the meane of the qualities which these Lordes have given him, in such wise the good will and favour of the Prince he is in service withal, that he may breake his minde to him, and alwaies enforme him franckly of the truth of every matter meete for him to understand, without fear or peril to displease him. And when he knoweth his minde is bent to commit anything unseemely for him, to be bold to stand with him in it, and to take courage after an honest sorte at the favor which he hath gotten him through his good qualities, to disswade him from every ill purpose, and to set him in the way of virtue. (Castiglione, 261)

9La stratégie mise en place pour faire face à cette censure du désir d’action est celle d’un jeu imposé par les circonstances : jeu de l’insinuation, de l’allusion, du non dit, mais aussi – et surtout – jeu dramatique utilisant les conventions de la représentation comme garde fou. Les actions mises en scène sont des références masquées aux actions royales : une neutralité de façade est conservée. Ce qui pourrait être pris comme un affront dans une adresse directe laisse planer le doute quand il est introduit dans une atmosphère de « jeu » festif.

10Les grandes demeures seigneuriales élisabéthaines comme le Penshurst des Sidney, le Theobalds construit par Cecil, ne sont pas que l’expression du pouvoir et de la richesse de leur possesseurs, ou des nouveaux standards du confort. Elles sont surtout pensées comme le lieu, le décor, où l’on pourra divertir la reine, sur un mode dramatique. (Wilson, 42)

11Ainsi, en ces occasions, Elizabeth est elle même dramatisée, placée sur une scène, elle est contrainte, par les limites du décorum, de considérer le spectacle de ses courtisans non pas comme l’expression d’un jugement indépendant, mais comme la description allégorique de jugements indépendants. Des substituts de courtisans courtisent ou conseillent un substitut de souveraine dans les spectacles représentés : la médiation dramatique est le seul garant d’une expression plus ou moins distanciée. Lors des divertissements organisés au cours des voyages d’été et des visites dans les demeures de province de ses courtisans, la reine fait la rencontre de satyres et d’hommes sauvages surgissant de bosquets, de bergers peuplant les prés de leurs complaintes, de chevaliers se battant en duels ou de mystérieuses dames du lac. A toutes ces invites, elle doit répondre et se prêter « au jeu » de cette scène pseudo improvisée. Le langage dramatique apparaît alors comme l’idiome naturel de la cour.

12On voit toute la différence de médium et d’effet entre une lettre trop directe au sujet d’Alençon, rappelant le devoir du courtisan de donner son avis au souverain – qui vaut disgrâce – et une allusion plus efficace et en tous cas moins risquée qui, s’inscrivant dans une mise en scène, suit les recommandations de Puttenham à l’apprenti courtisan : « to insinuate and glaunce at greater matters, and such as perchance had not bene safe to have beene disclosed in any other sort. » (Puttenham, 38)

13C’est dans cette logique que s’inscrit The Lady of May, bribe de masque composée par Sidney et jouée devant la reine en 1578 dans la demeure de Leicester à Wanstead. Se promenant dans les jardins de la demeure, Elisabeth est sollicitée par la mère de la Dame de Mai, puis par l’intéressée en personne qui implore la souveraine de l’aider à choisir lequel de ses prétendants mérite de l’épouser : « Now the question I am to aske you faire Lady is, wether the many deserts and many faults of Therion, or the very small deserts and no faults of Espilus be to be preferred. » (Sidney, 11)

14Les deux figures s’opposent radicalement, Thérion, homme des bois « forester » et figure du désir exacerbé, proche du « wild man », représente l’action virile prônée par Sidney et Leicester (dont l’insigne héraldique était précisément un ours, symbole de force et de virilité). Espilus le berger contemplatif ne s’exprime quant à lui qu’en termes d’échanges commerciaux de possession:

Espilus.
Two thousand sheep I have as white as milke,
Though not so white as is thy louely face,
The pasture rich, the wooll as soft as silke,
All this I giue, let me possesse thy grace. (Sidney, 11)

15Indirectement, Sidney condamne le courtisan oisif et soumis qui ne cherche finalement que son intérêt, car c’est lui le véritable ambitieux, peu soucieux du renom de la souveraine et de la gloire de la couronne : Rixus, autre forrestier venant en aide à Thérion s’exclame : « Ο sweet contentation to see the long life of the hurtless trees to see how in straight growing up, though never so high, they hinder not their fellows ; they only enviously trouble, which are crookedly bent » (Sidney, 11). On peut prendre cette adresse comme une instruction un peu audacieuse donnée à la reine : les meilleurs serviteurs (comprendre le parti de Leicester) sont ceux qui cherchent la liberté d’action afin d’exercer au mieux les qualités qui leur permettront de servir Elisabeth ; ce ne sont pas les viles flatteurs.

16Cet art de l’allusion et du conseil voilé, protégé par la convention du théâtre est certes un rempart efficace contre le courroux royal. Néanmoins, son efficacité est discutable : contre toutes les stratégies mises en œuvre par Sidney, Elisabeth choisit le berger. L’allégorie, cette « courtly figure » selon Puttenham, est efficace comme protection mais semble l’être moins du point de vue de la persuasion.

17En 1581, à Whitehall, un tournoi est organisé en l’honneur de la reine et présente des moyens d’expressions biaisées par le médium dramatique, comparables à ceux utilisés dans The Lady of May. Ce divertissement, The Four Foster Children of Desire, dont de nombreux passages (les chants en particulier) ont vraisemblablement été composés par Sidney, s’inscrit dans une logique politique puisqu’il est représenté devant les émissaires du duc d’Alençon chargés de faire valoir la demande en mariage de ce dernier auprès de la reine. Il s’agit donc, d’une part, de ne pas paraître provincial et démodé face aux membres de la cour sophistiquée des Valois et, d’autre part, de faire entendre l’opinion du parti de Leicester opposé à l’union d’Elisabeth avec un Catholique. L’allégorie des assiégeants de la forteresse de « Perfect Beauty » est claire à ce titre. C’est, dans une allusion à peine déguisée dont l’accès est facile pour les représentants français l’affirmation que l’objet de convoitise en question, Elisabeth, est inatteignable et que les représentants du Désir devront renoncer à la conquérir ; même si tout cela est officiellement organisé parce que les membres de la cour sont « desirous to shew [to the French Ambassadors] al courtesie posible fittest for such estates, and to sporte them with all courtly pleasure. » (Wilson, 61)

18Un envoyé des foster Children vient faire parvenir leur défi à la reine :

if [...] Beautie be accompanied with disdainfull pride, and pride waighted on by refusing crueltie. Then I must denounce unto you (Woe is me, answere before it be denounced) that they determine by request to accomplish their claim). (Wilson, 67)

19Le parallèle est d’autant plus aisé à établir entre la reine et la figure allégorique, qu’Elisabeth prend place dans ce qui est supposé représenter la forteresse de la beauté parfaite :

The Gallory or place at the end of the Tiltyard adjoining to her Majesties house at Whitehall, whereas her person should be placed, was called and not without cause, the Castle or Fortresse of perfect beautie, for as much as her highness should be there included, whereto the said Foster children layde Tytle and claime as their due by discent to belong unto them. (Wilson, 67)

20Le discours des défenseurs fait quant à lui clairement allusion à la nécessité de se soumettre au pouvoir de la reine, comparée au soleil, et de ne pas vouloir diminuer le bénéfice de tous en s’accaparant ses rayons pour son profit personnel:

Will you subdue the sunne, who shall rest in the shadow where the weary take breath, the disquiet rest, and all comforte, wil ye bereave all men of those glistening and gladsome beames... Know ye proud Knight, there are that have hearts as big as mountaines, and as far avove you in proewesse, as ye are above all in presumption, yet not so vaine (whiche ye terme valiant) to assault the sunne. (Wilson, 75)

21Le désir idéal est présenté en termes d’amour désintéressé, dont la souveraine est l’objet inatteignable, comme le souligne la métaphore filée du soleil. C’est un ange qui s’adresse en ces termes aux dissidents, les comparant à Phaéton : le message peut s’adresser aux ambassadeurs français comme, surtout, aux courtisans tentés par trop d’indépendance ; certes, plus dure risque d’être la chute de placer si haut son ambition que de prétendre à la main d’Elizabeth, mais aussi que d’espérer avoir quelque influence sur sa politique qu’elle mène seule en dernier ressort. Ce ne sont pas les ambitieux qui sont les meilleurs serviteurs de l’Etat, il s’agit de faire preuve de son mérite autrement qu’en voulant satisfaire son désir de gloire.

22Le tournoi se conclue nécessairement, en dépit de leurs exploits, par la défaite des «children of desire» lesquels font amende honorable en envoyant auprès de la reine un page « clothed in ash colours », par opposition aux vermillons et à la pompe des débuts. Celui ci vient faire part de la reddition des attaquants, dans les termes les plus soumis :

They acknowledge Noble Desire should have desired nothing so much, as the flourishing of that Fortresse, which was to be esteemed according to it selfes liking: They acknowledge the least determination of virtue (which stands for guard of this Fortresse) to be to strong for the strongest Desire, And therefore they do ackowledge them selves overcome, as to be slaves to this Fortresse for ever. (Wilson, 84)

23L’ambition du courtisan désireux d’agir à son gré, tout comme le désir allégorisé ici du duc d’Alençon sont donc confrontés à un refus et une défaite cuisante ; la forteresse, Elisabeth, reste seule instrument de pouvoir et célibataire. Conseiller la reine passe paradoxalement par l’acceptation d’un rôle soumis au pouvoir ; voir le désir d’Alençon mis en échec c’est se plier à soumettre symboliquement sa propre aspiration.

24C’est également ce que révèle le personnage du « mossie knight », à la fois figure de désir et de conversion à la contemplation, puisque il déclare venir défendre Beauty et avoir quitté dans ce but son ermitage près de la mer : (8)

Moste excellent and devine Beawtie, devine it must needes be that worketh so heavenly, sith he is called from his solitarie Cave to your somptuous Court, from bondage to liberty, from a living death to a never dying life, and all for the sake and service of Beawtie. (Wilson 78-79; Berry, 114-15)

25Comme le note P. Berry, on retrouve ici le mythe de la caverne de Platon, image du mensonge et des illusions dans lesquelles vivent les hommes. Elisabeth représentée par « Beawtie » est alors associée au monde des idées qu’au terme de sa quête le sage est amené à contempler. On est donc bien éloigné d’un objet de désir sensuel et de la notion de possession. Mais, parallèlement, ce qui n’est pas sans invalider en partie cette aspiration passive, après la contemplation vient l’action puisque le chevalier en question, ayant atteint la vérité peut se dévouer au service de la reine.

26Les choses ne sont donc jamais simples et n’offrent certainement aucune lecture linéaire au spectateur : en effet, parmi les quatre « foster children » on dénombre deux gentilshommes de sympathies catholiques, Arundell (qui finira ses jours à la Tour de Londres) et Windsor. Il apparaît dès lors malaisé de donner de ce tournoi une lecture univoque de soumission ou n’y voir en fait de message politique que l’allusion à Alençon. On peut y déchiffrer d’autres implications complexes.

27Ce qui est plaidé, en dépit des apparences, c’est peut être précisément la légitimité du rôle actif de l’homme de cour, si l’on s’attache à un troisième degré d’interprétation de cette allégorie du désir et de la beauté. Peut être ne faut-il pas nous laisser endormir par la défaite conventionnelle et prévue des enfants du désir. Tout d’abord, la participation de Sidney aux Four Foster Children of Desire apparaît ambiguë. D’autant plus qu’il joue non un défenseur, mais le rôle d’un des enfants du désir, sensé représenter ceux dont sa faction veut la défaite, les partisans d’Alençon. Certes, la forteresse de la beauté demeure inviolée, et le chevalier fait amende honorable, mais son entrée en lisse démontre de par sa pompe puissance et ambition qui contredisent la soumission finale : « then proceeded M. Philip Sidney, in very sumptuous maner, with armor part blewe, and the rest gilt and engraven, with four spare horses, having caparisons and furniture veri rich and costly ». (Wilson, 70) Il est de plus accompagné de quatre trompettes, d’un page et d’un cortège de trente serviteurs en livrée. Il s’agit tout autant de rendre hommage à la reine que de se donner en spectacle comme courtisan chevalier, prêt à l’action héroïque.

28De plus, en entrant en lisse, les autres combattant prétendant faire succomber Lady Beauty font tous montre d’un luxe et d’une pompe éblouissants. Leurs costumes sont « richly and bravely embroidered », leurs armures “all in Gylt and engraven”, leur suite somptueusement vêtue, tous dans une dominante d’écarlate, de cramoisi et d’argent, les couleurs du désir (rouge et blanc). On notera que du cortège des défenseurs de la reine il n’est au contraire fait que peu de cas, leur description est bien rapide : « most somptuous manner », « pages and trumpeters, having some more, some lesse ». (Wilson, 73) Faut-il voit là l’outrecuidance d’une ostentation qui se croit victorieuse et qui devra faire preuve d’humilité par la suite ou bien, d’une manière très habile, juste ce que cette troupe à l’air d’être, des hommes avide de démontrer leur valeur et d’en recueillir les fruits ? Comme l’annonce le hérault à la reine : « They are come... ready in hart as you knowe, and able with handes as they hope, not only to assailing but to prevailing » (Wilson, 71). C’est à ce stade que l’allusion à un Alençon plein d’insolence d’oser prétendre à la main de la reine agit comme écran de fumée, car c’est lui qui semble être décrié. Il me semble que nous avons là, protégé par l’ostentation théâtrale, la manifestation revendiquée d’un désir de gloire.

29Les paroles mêmes du héraut annonçant les motivations des attaquants sont révélatrices à ce titre : « And because they will better testifie to the worlde, they have bene brought up under the wings of honourable Desire ; this honourable forewarning they send you ». (Wilson, 67) Le désir bien que brutal est présenté comme « honourable », ce qui n’est pas sans surprendre si Alençon est en cause. On retrouvera un peu plus loin l’éloge incongru des vertus du désir, dans le chant adressé à la reine après l’ultime défi avant l’affrontement :

Yeelde yeelde Ο yeelde, trust not on beauties pride,
fayrenesse though fayer, is but a feeble shielde,
When strong Desire, which vertues love doth glide,
claymes but to gaine his due, Ο yeelde Ο yeelde.
(Wilson, 72)

30On est tenté de lire ici la frustration des courtisans d’Elisabeth qui doivent se tenir à l’écart et s’en remettre à un pouvoir féminin absolu : n’est il pas, dans une certaine mesure, « honorable » pour un courtisan chevalier et donc soldat de désirer se distinguer sur le plan politique, militaire, diplomatique ? Si l’on admet cette lecture, l’apostrophe est donc fort habile : réclamant une part d’action, elle se l’octroie de fait en se permettant de donner un avis sur une question particulièrement épineuse (le mariage avec Alençon).

31Le point focal d’attention apparaît légèrement décentré par le commentateur du tournoi, donnant son jugement final sur les combattants « Who performed their partes so valiantly on both sides, that their prowesse hath demerited perpetuall memory, and worthilye woone honoure both to them selves and their native countrie » (Wilson, 80). C’est bien tous les participants, défenseurs mais aussi attaquants qui sont célébrés et dont le souvenir est appelé à rester gravé dans les mémoires, comme champions défendant leurs intérêts et remplissant une fonction politique, à même de jouer leur « rôle » sur la scène de la cour. L’action et l’éclat sont donc célébrés pour ceux qu’ils sont, presque émancipés de toute relation extérieure de soumission. Le courage seul semble suffire à légitimer l’action, et cela de manière plutôt déviante.

32De plus, en conclusion de leur soumission spectaculaire, les repentants font une requête pour le moins étrange à leur vainqueur : « Only, from out of that which was theirs they crave thus much, to give some token to those knights which may be judged to have doone best in each kind of weapon, or who by his devise hath come in best sort in this desirous strife” (Wilson, 84), ce dont la reine s’acquitte de bonne grâce :“her Majestie gave them al praise and great thankse, which they esteemed so well and thought themselves rewarded according to their own whishing” (Wilson, 84). C’est donc leur bon gré qui est finalement satisfait. Le « contest of Beawtie » prend alors un autre sens, puisque ce sont en fin de compte les vaincus qui remportent une récompense. Dans cet espace de l’ambiguïté, l’allusion qui sous-tend le divertissement se fait multiple et mouvante, elle ménage un interstice sécuritaire de revendication déguisée, un jeu où le masque de l’acteur peut seul garantir l’impunité, voire la victoire.

33Néanmoins, ce jeu de l’allusion imposée semble ne mener à rien. Le texte, aux niveaux complexes de lecture et d’interprétation cache plus qu’il ne montre et articule des discours qui s’invalident eux même. Ni l’action non médiatisée ni le subterfuge n’assure à Sidney les missions glorieuses qu’il attend. Au contraire, à l’inverse de celui qui le prit comme modèle, Essex, il n’obtient jamais le statut envié de favori, et comme en témoigne la correspondance de Walsingham avec son oncle Leicester il est mis à l’écart :: « I see her Majesty very apt upon every light occasion to find fault with him » (Correspondance Dudley, 345). Sidney lui même se plaint de cet état de fait à son beau père depuis les Pays Bas : « How apt the Queen is to interpret every thing to my disadvantage... I understand I am called very ambitious and proud at home, but certainly if thei knew my ha[rt] thei would not altogether so judge me » (Osborn, 513-14).

34Dés lors, il paraît intéressant de progresser d’un pas dans l’interprétation de ces deux textes, The Lady of May et The Four Foster Children of Desire. Le jeu imposé protége mais ne mène à rien et brouille les pistes à plaisir, la situation aboutit à une aporie : être trop bien compris au risque de jouer sa tête, ou crypter un message de sorte que s’il n’est plus dangereux il n’est pas non plus intelligible. On est alors tenté de lire entre les lignes pour comprendre que si ces textes résistent tant à un décodage linéaire, c’est peut être précisément parce que leur essence réside dans une polyphonie d’interprétations qui n’a pas nécessairement l’efficacité comme but ultime. Il ne s’agit pas tant pour le poète de livrer un accès facile au sens (on a vu que l’impact en est limité) que de se ménager un espace de liberté et de jeu dramatique, de présence histrionique qui compense l’absence imposée sur la scène politique.

35A ce titre et en guise de conclusion j’aimerai revenir au final de The Lady of May. L’allusion trop évidente par le poète et son commanditaire Leicester aux qualités de l’homme de désir ne convainc pas la souveraine et elle semble imposer sa propre conclusion à l’oeuvre dramatique, donnant la dernière réplique à celui qui n’était pas censé la prononcer, Espilus et condamnant Thérion, porte parole du poète, au silence.

36« [B]ut what words, what reasons she used for it, this paper, which carieth so base names ; is not worthy to containe », (Sidney, 13) commente le narrateur du spectacle. Par cette pirouette allusive, les paroles de la reine sont donc à leur tour passées sous silence. Et, bien que le berger prononce les répliques de la victoire, c’est la voix de Thérion qui s’exprime par ses lèvres, Thérion invoquant Sylvanus, dieu des forêts et la défaite de Pan, protecteur des bergers :

Siluanus long in love, and long in vaine,
At length obtained the point of his desire,
When being askt, now that he did obtaine
His wished weale, what more he could require:
Nothing sayd he, for most I ioy in this,
That Goddesse mine, my blessed being sees.
When wanton Pan decieu’d with Lions skin,
Came to the bed where wound for kisse he got,
To wo and shame the wretch did enter in,
Till this he tooke for comfort of his lot,
Poore Pan (he sayd) although thou beaten be,
It is no shame, since Hercules was he.
(Sidney, 13)

37Quelque soit la décision royale c’est donc la voix du poète qui s’exprime dans ce jeu de superposition et c’est elle qui a le dernier mot, même si elle demeure inefficace. Enfin, dans un jeu d’écho au sens propre du terme, « forester » se prononçant d’une façon proche de « foster » à l’époque, c’est me semble-t-il, la même voix qui se fait entendre en 1581 à Whitehall, celle encore une fois, du désir vaincu et auquel Elizabeth accorde pourtant, involontairement, le triomphe.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bates Catherine, The Rhetoric of Courtship, Cambridge, CUP, 1992.

Berry Philippa, Of Chastity and Power: Elizabethan Literature and the Unmaried Queen, London and NY, Routledge, 1989.

The Book of the Courtier by Count Baldassare Castiglione Done into English by Sir Thomas Hoby Anno 1561, J. M. Dent, London, 1974.

Correspondence of Robert Dudley, earl of Leicester... 1585 and 1586 ed. John Bruce London, 1844.

The Correspondence of Sir Philip Sidney and Hubert Languet, ed. Stewart A. Pears, London, 1845.

Kuin Roger, "Sir Philip Sidney: the courtier and the Text". English Literary Renaissance 1989, Autumn. 19 : 3, 249-271.

Langer Ulrich, “Merit in courtly literature: Castiglione, Rabelais, marguerite de Navarre, and Le Caron”, Renaissance Quarterly 41, 2: 218-241.

Mccoy Richard, The Rites of Knighthood: the literature and politics of Elizabethan Chivalry, Berkeley and Los Angeles, UCP, 1989.

May, Steven W, The Elizabethan courtier poets: the poems and their contexts, Columbia, University of Missouri Press, 1991.

Montrose Louis Adrian, “Celebration and insinuation: sir Philip Sidney and the motives of Elizabethan courtship”. Renaissance drama new series viii 1977, 3-35.

Naunton Sir Robert, Fragmenta Regalia ed. John Stephen Cerovski (unpublished PhD dissertation; Evanston, Illinois, Northwestern University, 1960).

Osborn James M, Young Philip Sidney, 1572-1577. New Haven, London, Yale University Press, 1972.

Puttenham George, The Arte of English Poesie. London, Richard Field, 1589. London, Murray, Edward Arber ed. 1869.

Sidney Sir Philip, The Lady of May. This Stony Run Press edition was transcribed, with an introduction, notes, and bibliography, by Richard Bear, University of Oregon, January 1992. Converted to HTML, June 1996. This e-text edition of The Lady of May derives from the British Museum copy (Catalogue # C. 39. h. 8) of the 1605 edition of The Countesse of Pembrokes Arcadia, pps. 570-576.

Wilson Jean, Entertainments for Elizabeth I. Woodbridge, Suff., Brewer, 1980.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable