Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume 2

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

IV. Cultures urbanistiques : des sources de l’histoire urbaine au développement urbain durable

Construction au quotidien de la mémoire de quartiers d’habitat social : la Cité Verte et la Cité Rose*1

Jeanne Hamel-Levasseur

Texte intégral

  • * Recherche n’ayant pas fait l’objet d’une présentation lors du colloque.
  • 1 Thèse de doctorat sous la direction de Laurent Coudroy-De-Lille.
  • 2 Doctorante en urbanisme, à l’Institut d’Urbanisme de Paris (Université Paris XII Val-de-Marne), me (...)

1Note portant sur l’auteur2

INTRODUCTION

2Ce travail de thèse porte sur la construction, la transmission et la restitution de la mémoire des habitants de quartiers d’habitat social. La mémoire n’est pas entendue ici comme une restitution fidèle du passé, mais comme une construction mentale.

3Le grand ensemble s’est imposé comme terrain d’étude car il s’agit d’une urbanisation récente et massive. Une mémoire peut-elle s’ancrer dans cet urbanisme moderne en rupture avec le mode de faire conventionnel de la ville ? En outre ces figures urbaines étant synonyme de mal vivre et d’exclusion, la mise au jour de cette mémoire peut-elle mettre en avant l’identité et la sociabilité des habitants ? Mon premier axe de travail, concernant la mémoire collective de la vie au quotidien dans un grand ensemble, découle de ces questionnements.

4Le deuxième axe concerne les pratiques mémorielles. De nombreuses municipalités, ayant à leur charge des cités d’habitat social, mettent à leur service la mémoire. Cette mémoire construite ou reconstruite par les historiens locaux peut-elle créer du lien social comme le souhaite les mairies concernées ?

  • 3 Source INSEE, recensement 1999.

5Mon terrain d’étude est la ville de Canteleu. Elle se situe à l’ouest de l’agglomération rouennaise et a la particularité de n’être au départ qu’un village. Une première cité, la Cité Verte, se construira entre 1955 et 1960 puis une deuxième, la Cité Rose, s’édifiera entre 1964 et 1972. On aboutit aujourd’hui à une ville de 15 430 habitants constituée de 67 % de logements HLM3.

6L’intérêt de ce terrain d’étude vient du fait que ces deux quartiers, se composant exclusivement de logements sociaux et ayant la forme urbaine de grand ensemble, sont différents en de nombreux points, tout en appartenant à la même commune. Leurs différences permettent de les mettre en parallèle et d’avoir un panel représentatif des grands ensembles rouennais.

LA MÉMOIRE COLLECTIVE

  • 4 Paolo Jedlowski explique à ce sujet que « La mémoire collective ne “s’ajoute” pas aux mémoires des (...)

7J’entends par mémoire collective le rapport que les groupes sociaux entretiennent avec leur passé. Selon Maurice Halbwachs, nous sommes tous porteurs d’une mémoire collective [Halbwachs, (1925) 1994 ; Halbwachs, (1941) 1971 ; Halbwachs, (1950) 1997]. Je collecte donc des mémoires individuelles afin de faire émerger la mémoire collective du groupe étudié [Jedlowski, 2000]4.

8Ce travail sur la mémoire des habitants passe par la réalisation d’entretiens sous forme de récits de vie auprès des habitants des deux cités étudiées. Je cherche à voir ce qu’ils retiennent du passé et à percevoir ce qu’ils entretiennent comme mémoire, comme discours sur leur lieu de vie.

9Je me suis appuyée sur deux hypothèses pour construire mon guide d’entretien :

101. Suivant le « destin social » de la personne interrogée, il n’aura pas le même discours, ni le même vécu par rapport au grand ensemble [Chamboredon, Lemaire, 1970]. La position qu’occupe le grand ensemble dans la trajectoire résidentielle des habitants a une influence. Le discours sur le passé du quartier ne sera pas le même si habiter dans le quartier est vécu comme un choix, une transition ou bien une assignation à résidence [Maison, 1993 ; Lévy, 1993]. On remarque également des différences de discours suivant les générations [Lepoutre, 1997, p. 43]. La première hypothèse est donc que la place prise par le grand ensemble dans la trajectoire résidentielle des habitants (anciens ou nouveaux, résidence subie ou souhaitée) influe sur la restitution du passé, de la mémoire de celui-ci.

11L’exemple suivant (issu des premiers résultats), l’illustre bien. Le discours concernant la qualité de vie à Canteleu varie selon le niveau social ou le degré de « captivité ». Ceux ayant un niveau socioculturel élevé s’y sentent bien, ils cherchent à s’intégrer à la vie locale et participent à de nombreuses activités ou associations. Les autres vont chercher à se démarquer de l’image de la cité et ne vont pas se mêler au reste de la population.

122. La deuxième hypothèse concerne le discours mis en place pour décrire son quartier. L’utilisation d’un certain vocabulaire joue sur le degré d’appropriation. David Lepoutre [1997, p. 56] parle alors d’ « usages toponymiques ». On aperçoit donc l’importance de ceux-ci : ils reflètent les modes et le degré d’appropriation de l’espace par les habitants. La mémoire des mots utilisés met à jour l’identité du quartier et de ses habitants. On peut défendre son quartier ou bien le détruire par la description qu’on en fait mais aussi par le passé qu’on lui donne.

  • 5 Selon l’auteur « Le quartier stigmatisé dégrade symboliquement ceux qui l’habitent et qui, en reto (...)

13L’image que l’on en donne est également une manière de montrer son attachement ou son rejet pour sa cité. Habiter la ville de Canteleu est stigmatisant pour les habitants qui la détruisent en retour par leurs discours. On peut rapprocher cela de « l’effet de lieu » développé par Pierre Bourdieu [1993]5. Il est également intéressant de confronter les images véhiculées par les médias et les effets produits sur la population locale, c’est-à-dire le « poids des imageries » [Bachmann, Basier, 1989].

14L’exemple suivant illustre l’influence des médias sur le portrait de la cité. Certains habitants expliquent que la presse locale exagère et noircit le tableau. Leur cité s’en retrouve d’autant plus stigmatisée. D’autres pensent au contraire que tout n’est pas dit et que la mairie filtre les informations pour préserver son image.

LES PRATIQUES MÉMORIELLES

15Le deuxième axe de cette étude sur la mémoire dans le grand ensemble, concerne la mémoire construite ou reconstruite par les pratiques mémorielles.

16Je range sous ce terme de « pratiques mémorielles » les travaux des historiens locaux et autres collectionneurs de cartes postales, mais également les initiatives de la ville elle-même quant à la valorisation de la mémoire des habitants.

  • 6 Ces critères, Sylvie Sagne les distille tout au long de l’article qu’elle leur consacre [2002].

17Les historiens locaux et leurs écrits apportent un autre éclairage sur la mémoire des lieux [Sagne, 2002]. Trois historiens locaux ont publié des ouvrages sur Canteleu [Lejard, 1989 ; Lejard, 2000 ; Busillet, Persil, 1999] et ont souvent participé aux bulletins municipaux. On retrouve chez eux les critères permettant de reconnaître l’œuvre d’un historien local6. Ils ont comme point commun leur « amateurisme » mais aussi le fait d’être « autodidactes ». On retrouve dans leurs écrits un rapport aux « métiers d’autrefois » mais également une volonté de décrire des « scènes de la vie quotidienne ». Ce sont également des « accumulateurs » de photographies, revues, bulletins, articles en tout genre. Ces historiens locaux sont cependant des personnages différents et ils n’entretiennent pas le même rapport avec le passé de leur ville.

  • 7 Quelques exemples :
    1995 : Parler sa ville, « Retrouver les liens perdus entre le Canteleu d’hier e (...)

18En s’intéressant aux différents travaux de ces historiens locaux on s’aperçoit nettement de l’intérêt que leur porte la commune. D’où l’idée de se pencher sur l’attrait que la municipalité porte également à la mémoire et au passé. En effet, la ville est à l’origine de nombreuses actions passant par la mémoire des habitants (ateliers d’écriture, de théâtre ou de cinéma sur ce thème7). La ville a également remis au goût du jour la fête traditionnelle de l’ancien village de Canteleu : la Saint-Gorgon. On peut lire à ce sujet dans le guide de la ville [Canteleu-la-Forêt, 2003, p. 22] : « Canteleu est une ville avec des racines côté “Gorgon” ».

19On peut se demander pourquoi une ville composée essentiellement de grands ensembles s’intéresse autant à réveiller son passé ? On obtient quelques éléments de réponse en se penchant sur l’expérience de la cité des Francs-Moisins à Saint-Denis. Luc Faraldi explique que « pour redorer le blason de la cité » les pouvoirs publics ont fait appel à des expériences similaires [Faraldi, 2001]. L’objectif étant la « participation des habitants à un nombre de décisions » et ceci passe par la promotion d’actions concernant la « mémoire » et l’« histoire ».

  • 8 L’atelier théâtre, « Des vies à visage », se fonde sur des histoires de famille cantilienne et fai (...)
  • 9 Par exemple, l’objectif de la Saint-Gorgon est de relier les différents quartiers de la ville en l (...)

20Le premier objectif de ces actions paraît être la création de liens sociaux au sein de la ville. Du lien social entre les populations, entre les générations8 mais également entre les quartiers9, tel est le but de ces différentes activités. Wanda Diebolt explique à ce sujet, « (…) les acteurs locaux de la politique de la ville dans des “quartiers difficiles” ont spontanément recours à l’histoire pour rétablir la continuité du tissu social en forgeant une sorte de légende i[n]dentitaire » [Diebolt, 2001, p. XII]. La municipalité cherche donc à créer ou à recréer du « tissu social » autour d’une histoire commune composée de multiples mémoires. Le guide de Canteleu est explicite à ce sujet, « Ce festival [il est question de la Saint-Gorgon], rassemble et crée du lien social entre tous les Cantiliens, et leur redonnent une place valorisante au sein de l’agglomération » [Canteleu-la-Forêt, 2003, p. 23].

CONCLUSION

21La mémoire collective de la vie au quotidien dans un grand ensemble vient du cœur de la cité. Elle est un mélange de rumeurs, de fantasmes, de passé idéalisé, tout cela mêlé au vécu, à la banalité du quotidien.

22Le deuxième type de mémoire mis au jour grâce aux pratiques mémorielles, correspond plus à la mémoire dite « officielle ». C’est celle à qui l’on prête une relative authenticité, celle qui souvent laisse une trace écrite et veut s’imposer au nom d’une certaine scientificité.

23Ces deux mémoires sont différentes, elles ne sont pas sur le même registre mais ne sont pas opposées pour autant, en fait elles interagissent.

VALORISATION

24Participation au forum Espaces habités et vie sociale, le 8 avril 2004, dans le cadre de la Semaine de la ville, organisée par la Maison des Sciences de l’Homme de Tours, sur le thème de l’Habitat Social.

25Le grand ensemble à travers les actualités : Fiche de synthèse pour les « offres éditoriales » du Forum des images. Consultable sur place et sur le site internet (http://www.forumdesimages.net).

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Bachmann Christian, Basier Luc, (1989), Mise en image d’une banlieue ordinaire, Paris, Syros.

Bourdieu Pierre, (1993), « Effet de lieu », dans Bourdieu Pierre (dir.), La Misère du Monde, Paris, Édition du Seuil, pp. 249-262.

Busillet Dominique, Persil Fabien, (1999), Seine du passé, Édition Charles Corlet.

Canteleu-la-Forêt, (2003), Rouen, Éditions PTC, Coll. « Guides de ville ».

Chamboredon Jean-Claude, Lemaire Madeleine, (1970), « Proximité spatiale et distance sociale. Les grands ensembles et leur peuplement », Revue Française de Sociologie, vol. XI, n° 1, pp. 3-33.

Diebolt Wanda, « Préface », dans Bensa Alban, Fabre Daniel (dir.), Une histoire à soi. Figurations du passé et localités, Ministère de la Culture et de la Communication, Mission du Patrimoine Ethnologique, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, Coll. « Ethnologie de la France », Cahier 18.

Faraldi Luc, (2001), « L’abbé et le bidonville », dans Bensa Alban, Fabre Daniel (dir.), Une histoire à soi. Figurations du passé et localités, Ministère de la Culture et de la Communication, Mission du Patrimoine Ethnologique, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, Coll. « Ethnologie de la France », Cahier 18.

Halbwachs Maurice, (1971), La topographie légendaire des évangiles en terre sainte, Paris, PUF, Bibliothèque de Sociologie Contemporaine, (1ère éd. 1941).

Halbwachs Maurice, (1994), Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Albin Michel, Bibliothèque de l’Évolution de l’Humanité, (1ère éd. 1925).

Halbwachs Maurice, (1997), La mémoire collective, Paris, Albin Michel, Bibliothèque de l’Évolution de l’Humanité, Édition critique établie par Gérard Namer, (1ère éd. 1950).

Jedlowski Paolo, (2000), « Mémoire individuelle et mémoire collective », Tumultes : Temps, mémoire et politique, n° 14, Paris, Éditions Kimé.

Lejard Alice, (1989), Canteleu, regards sur le passé, Saint-Étienne-du-Rouvray, Imprimerie Edip.

Lejard Alice, (2000), Canteleu aux multiples facettes, Rouen, Copie Plus.

Lepoutre David, (1997), Cœur de banlieue, codes, rites et langage, Paris, Éditions Odile Jacob.

Lévy J.-P., (1993), « L’habitat influe-t-il sur la mobilité ? », Annales de la Recherche Urbaine, n° 59-60.

Maison D., (1993), « Dimensions familiales de la mobilité résidentielle », Annales de la Recherche Urbaine, n° 59-60.

Sagne Sylvie, (2002), « Le passé des historiens locaux », Ethnologies comparées, n° 4, [http://alor.univ-montp3.fr/cerce/revue.htm].

Notes

1 Thèse de doctorat sous la direction de Laurent Coudroy-De-Lille.

2 Doctorante en urbanisme, à l’Institut d’Urbanisme de Paris (Université Paris XII Val-de-Marne), membre du laboratoire Vie Urbaine (UMR CNRS n° 7145 LOUEST).

3 Source INSEE, recensement 1999.

4 Paolo Jedlowski explique à ce sujet que « La mémoire collective ne “s’ajoute” pas aux mémoires des individus, elle n’est pas simplement la “somme” des mémoires : elle est le nom qu’on donne à l’interaction sociale qui rend compte des images du passé, et dont chacun peut disposer ».

5 Selon l’auteur « Le quartier stigmatisé dégrade symboliquement ceux qui l’habitent et qui, en retour le dégradent symboliquement ».

6 Ces critères, Sylvie Sagne les distille tout au long de l’article qu’elle leur consacre [2002].

7 Quelques exemples :
1995 : Parler sa ville, « Retrouver les liens perdus entre le Canteleu d’hier et celui d’aujourd’hui », Atelier d’écriture et exposition de photographies.
1999 : D’écrire sa ville, « Raconter son cadre de vie », Atelier d’écriture.
1999 : Un été au ciné, « Témoignages, souvenirs, mise en scène », Atelier cinéma.
2000 : Les mamans font les fées, « Raconter sa vie de mère », Atelier d’écriture
2002/2003 : Des vies à visage, « Cueillette d’histoire de famille, de quartier, de génération », Atelier théâtre.

8 L’atelier théâtre, « Des vies à visage », se fonde sur des histoires de famille cantilienne et fait participer grands-parents, parents et enfants.

9 Par exemple, l’objectif de la Saint-Gorgon est de relier les différents quartiers de la ville en les faisant participer à une parade commune.

Notes de fin

* Recherche n’ayant pas fait l’objet d’une présentation lors du colloque.

Auteur

Allocataire de recherche
mailto:jeannehl@free.fr
Laboratoire Vie Urbaine
NRS UMR 7544
Institut d’Urbanisme de Paris
Université Paris XII
80, avenue du Général de Gaulle
94010 Créteil Cedex
Tél. : 01 45 17 71 30

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540